Navigation – Plan du site
Activité des chaires

Colloque « Les principes métaphysiques »

2-3 octobre 2018
Claudine Tiercelin
p. 67

Notes de la rédaction

Les travaux du groupe de métaphysique sont accessibles sur www.college-de-france.fr, à la page du professeur.

Texte intégral

1La chaire Métaphysique et philosophie de la connaissance a organisé les 2 et 3 octobre 2018 un colloque de deux jours. Dans le prolongement des travaux du groupe d’études en métaphysique qui avaient déjà donné lieu à deux colloques, en 2016, sur « Le libre arbitre » et, en 2017, sur « La métaphysique de la composition », il s’agissait cette fois d’interroger la question des « premiers principes ».

« Nous descendions une sorte de vis tournante ». Gravure d’Édouard Riou illustrant le chapitre xxiv du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne, éditions Hetzel, p.116.

« Nous descendions une sorte de vis tournante ». Gravure d’Édouard Riou illustrant le chapitre xxiv du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne, éditions Hetzel, p.116.

2La métaphysique, depuis Aristote, a été comprise comme la science des « premiers principes » ou comme la « reine des sciences ». Si cet âge semble aujourd’hui révolu, ceux qui n’ont pas totalement rejeté l’enquête métaphysique ont désormais une conception plus modeste de celle-ci comme de son rapport aux autres disciplines et, en particulier, aux sciences. Mais une telle « humilité » implique-t-elle que l’on ait renoncé à l’ambition de pouvoir connaître des principes intrinsèquement métaphysiques ?

3Si l’histoire de la discipline donne à voir des exemples de ce qu’ils pourraient être (principe de non-contradiction, principe de raison suffisante, etc.), encore faut-il déterminer plus précisément ce qu’ils sont. On s’est donc interrogé sur la nature des vérités générales en métaphysique : s’agit-il de vérités qui ont trait à la réalité en ses aspects les plus abstraits, ou bien de vérités purement formelles ou logiques, voire purement langagières ? Les connaissons-nous de manière immédiate ou bien sont-elles épistémologiquement dépendantes de vérités particulières qu’elles permettent de dériver ? Peut-on les tenir pour une « meilleure explication » ou voir en elles des principes ou des lois d’unification ? Il s’est agi ensuite de questionner l’existence et la nature des vérités (épistémologiquement) premières sur lesquelles repose la métaphysique. Outre la question de savoir si ces « axiomes » sont plutôt généraux ou particuliers, il convenait surtout de se demander si la métaphysique repose sur ses propres axiomes à elle : d’abord, est-il une fois pour toutes acquis que ses « principes » ne doivent plus rien à ceux de la théologie ? Ensuite, étant admis que la métaphysique ne peut se tenir à l’écart de la science et de ses résultats, cela implique-t-il que les données premières sur lesquelles elle repose soient exclusivement empiriques ? Ou bien s’appuie-t-elle également sur certaines connaissances de base, non empiriques ou a priori ? En d’autres termes, la métaphysique doit-elle, ou même simplement peut-elle renoncer à la prétention de reposer, au moins en partie, sur des principes qui lui soient absolument propres ? Enfin, on a interrogé le rapport entre ce qui est principe « pour nous » et ce qui est principe « en réalité », c’est-à-dire entre la fondation épistémologique de la métaphysique comme telle et la question du type de « fondation ontologique » (grounding) qu’elle permet : les principes épistémologiques de la métaphysique nous donnent-ils, sinon un accès au niveau le plus fondamental de la réalité, à tout le moins une capacité de connaître ce qui est plus ou moins fondamental ; en d’autres termes, ces principes nous permettent-il d’accéder aux relations de fondation entre différents niveaux de la réalité ?

4De manière transversale ou via des études de cas plus spécifiques, ce colloque, qui a réuni un large public aura permis, grâce à ses seize intervenants, de déterminer quels sont, dans la tradition comme dans la philosophie contemporaine, les candidats sérieux au titre de « principe métaphysique », et d’aborder, chemin faisant, nombre de ces questions d’ensemble qui engagent la nature même de la métaphysique et sa possibilité comme connaissance de la réalité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre « Nous descendions une sorte de vis tournante ». Gravure d’Édouard Riou illustrant le chapitre xxiv du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne, éditions Hetzel, p.116.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Tiercelin, « Colloque « Les principes métaphysiques » », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4488

Haut de page

Auteur

Claudine Tiercelin

Chaire Métaphysique et philosophie de la connaissance

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page