Navigation – Plan du site
Professeurs invités

Examen par le biais d’une restauration numérique d’une peinture de Sukhāvatī provenant de Dunhuang, conservée au Musée national des arts asiatiques Guimet (mg. 17669)

3 mai 2018
Nobuyoshi Yamabe
p. 74-75

Notes de la rédaction

Le professeur Nobuyoshi Yamabe a été invité par l’assemblée des professeurs, sur la proposition des professeurs Jean-Noël Robert et Frantz Grenet.

Texte intégral

1Le Sūtra sur la visualisation d’Amitāyus (Guan wuliangshou jing), qui, selon la tradition, a été traduit en chinois par Kālayaśas au début du ve siècle, est devenu un texte bouddhique populaire en Asie de l’Est en raison de la dramatique histoire qu’il narre et des descriptions colorées de Sukhāvatī (la Terre de Félicité) et du Bouddha Amitāyus.

Figure 1.Figure 1.

Figure 1.

MG. 17669 en lumière naturelle.

Figure 2.Figure 2.

Figure 2.

MG. 17669 en infrarouge.

2Dans ce sūtra, le prince rebelle Ajātaśatru emprisonne son père, le roi Bimbisāra. L’épouse de Bimbisāra, la reine Vaidehī, est gravement préoccupée par cette situation et lui apporte en secret de la nourriture en prison. Lorsqu’Ajātaśatru apprend cela, il devient furieux et va presque jusqu’à tuer sa mère. Sa tentative, toutefois, est contrariée par ses ministres, mais Ajātaśatru envoie tout de même sa mère en prison. Naturellement, la douleur de Vaidehī est sans borne. Pour consoler la reine éplorée, Śākyamuni apparaît miraculeusement devant elle, qui lui demande de lui montrer un moyen de voir un monde sans chagrin. En réponse, Śākyamuni lui enseigne les méthodes pour visualiser la Terre de Félicité et Amitāyus. Les treize premières méthodes consistent en des moyens de les visualiser, et les trois dernières sont des manières de visualiser les trois types de personnes qui atteignent la renaissance dans la Terre de la Félicité.

3Les objets de la visualisation selon le sūtra sont :

  1. le soleil couchant

  2. l’eau qui se transforme en glace

  3. le sol de béryl transparent comme de la glace

  4. des arbres de joyaux

  5. les étangs de joyaux

  6. le palais de joyaux

  7. le trône de lotus pour Amitāyus

  8. les statues d’Amitāyus, d’Avalokiteśvara et de Mahāstāmaprāpta

  9. le Bouddha Amitāyus

  10. le Bodhisattva Avalokiteśvara

  11. le Bodhisattva Mahāsthāmaprāpta

  12. la renaissance du pratiquant dans la Terre de la Félicité

  13. la triade d’Amitāyus

  14. la renaissance de la classe supérieure

  15. la renaissance de la classe moyenne

  16. la renaissance de la classe inférieure

4Au vu des descriptions hautement pittoresques de ce sūtra, il n’est pas surprenant que des scènes de celui-ci aient souvent été représentées dans des peintures. De nombreux exemples existent à Dunhuang ou en proviennent. L’un des problèmes est que, à l’exception de certains des premiers exemples, ces peintures montrent souvent des écarts importants par rapport à leur texte source, Le Sūtra sur la visualisation d’Amitāyus. L’examen attentif des sources textuelles et artistiques suggère fortement que ces écarts n’étaient nullement fondés sur des variantes du texte, mais plutôt causés par des mésinterprétations de peintures antérieures. Les peintres qui ont exécuté ces peintures n’auraient pas lu le texte source. Ainsi, ils ont parfois mal interprété ce qu’ils voyaient, et les malentendus se sont accumulés au fil du temps. En conséquence, et de manière générale, les dernières peintures ont tendance à montrer plus de déviations par rapport au texte.

Figure 3.Figure 3.

Figure 3.

MG. 17669 en restauration numérique.

5Le thème de cette conférence, une peinture basée sur Le Sūtra sur la visualisation d’Amitāyus (numéro d’inventaire MG. 17669) provenant de Dunhuang, conservée au musée national des Arts asiatiques Guimet à Paris et qui date de la fin du viiie ou du début du ixe siècle, est un exemple intéressant à cet égard. En raison de son mauvais état de conservation, cette peinture a été peu étudiée jusqu’à présent. Afin d’en faciliter l’examen, j’ai pris des photographies en haute résolution, en lumière naturelle et en infrarouge avec la permission du musée, puis j’ai utilisé la technologie de restitution numérique. Ce faisant, j’ai pu obtenir des images plus claires. Les images restituées montrent des similitudes avec Дx316 (Dunhuang 316) datant de la fin du ixe ou début du xe siècle, un autre tableau découvert à Dunhuang et conservé au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg. Mais des différences significatives demeurent entre les deux peintures. Par exemple, même quand les scènes de la première visualisation du soleil sont tout à fait similaires entre les deux peintures, sur MG. 17669 la reine Vaidehī semble regarder le soleil comme décrit dans le sūtra, mais sur Дx316 elle regarde droit devant elle sans porter d’intérêt au soleil. Le peintre de Дx316 n’a certainement pas compris la signification de cette scène.

6Par ailleurs, du point de vue de la thématique de l’eau, on perçoit trois étangs dans les deux peintures. Le premier est un étang naturel. Le second est fait de glace. Le troisième est un étang artificiel de joyaux. Ils suivent généralement les descriptions du sūtra. Mais, si on observe bien, on se rend compte que le premier étang dans Дx316 n’est pas vraiment un étang : il semble même reposer sur un plateau. Cette erreur démontre que le peintre de Дx316 était moins attentif que celui de MG. 17669, et qu’il ne comprenait pas la signification de chaque détail de sa peinture.

7Dans la scène de la sixième visualisation du palais d’Amitāyus, les représentations du toit sont assez similaires entre les deux peintures. Mais tandis que celui de MG. 17669 a un premier étage, celui de Дx316 n’a qu’un rez-de-chaussée. Ici, encore, il semble que le peintre de Дx316 était moins attentif ou moins diligent.

8Un autre problème apparaît dans Дx316 ; la dernière scène représentée est un bodhisattva assis (qui doit correspondre à la dixième visualisation d’Avalokiteśvara ou la onzième visualisation de Mahāsthāmaprāpta) mais les scènes suivantes n’existent pas. Il est donc impossible de compléter la visualisation décrite dans le sūtra en regardant Дx316.

9Concernant les deux peintures, les peintres n’ont probablement pas lu Le Sūtra sur la visualisation d’Amitāyus. Ils ont simplement suivi leur tradition artistique et copié une peinture ou un croquis de même motif. De ces deux peintures, Дx316 semble être d’une génération plus tardive que MG. 17669. Le peintre de Дx316 doit avoir placé MG. 17669, ou quelque chose de très similaire, en face de lui et a essayé de le copier. Cependant, ce même peintre n’a pas été suffisamment attentif et il a introduit des erreurs supplémentaires dans son travail.

10Ces deux peintures s’écartent de manière significative du système du Sūtra sur la visualisation d’Amitāyus. Ce point est particulièrement évident dans le cas de Дx316. Même dans le cas de MG. 17669, les éléments décrits ne sont pas en accord avec ceux qui sont dans le sūtra. Ainsi, il est impossible de pratiquer la visualisation enseignée dans le sūtra en utilisant ces peintures. Par conséquent, il est hautement improbable que l’une de ces peintures ait été utilisée comme aide visuelle pour la pratique de la visualisation.

11Le sujet des deux peintures discutées ici concerne évidemment la visualisation, et par conséquent la première idée est de supposer qu’elles ont dû être utilisées pour aider la pratique de la visualisation. Mais la question n’est pas si simple. Pour en conclure qu’il y ait eu un usage pratique de visualisation, on doit avoir des preuves. Dire simplement que la peinture représente des scènes de la visualisation n’est pas une argumentation suffisante.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende MG. 17669 en lumière naturelle.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4524/img-1.jpg
Fichier image/, 1,2M
Titre Figure 2.
Légende MG. 17669 en infrarouge.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4524/img-2.jpg
Fichier image/, 1,5M
Titre Figure 3.
Légende MG. 17669 en restauration numérique.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4524/img-3.jpg
Fichier image/, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nobuyoshi Yamabe, « Examen par le biais d’une restauration numérique d’une peinture de Sukhāvatī provenant de Dunhuang, conservée au Musée national des arts asiatiques Guimet (mg. 17669) », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4524

Haut de page

Auteur

Nobuyoshi Yamabe

Professeur de philosophie, université de Waseda (Tokyo), Japon

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page