Navigation – Plan du site
Histoire(s)

L’exposition « Mésha et la Bible : quand une pierre raconte l’Histoire »

15 septembre - 20 octobre 2018, Foyer du Collège de France
Thomas Römer et Hervé Gonzalez
p. 84-85

Texte intégral

Copie de la stèle...Copie de la stèle de Mésha présentée lors de l’exposition au Collège de France.

Copie de la stèle de Mésha présentée lors de l’exposition au Collège de France.

1La stèle de Mésha est une pierre de basalte, noire, d’environ 1,20 m de hauteur, dont l’esthétique ne retient a priori pas l’attention. Son inscription a pourtant suscité de nombreux travaux de recherche depuis maintenant 150 ans. Pour marquer cet anniversaire de la découverte c’était au tour d’une équipe du Collège de France et du musée du Louvre de concentrer ses efforts autour de cette pierre, dans le cadre de l’exposition « Mésha et la Bible : quand une pierre raconte l’histoire », qui a eu lieu du 15 septembre au 20 octobre 2018 au Collège de France.

Carte de tribus b...Carte de tribus bédouines réalisée par Antonin Jaussen, extraite de Coutumes des arabes du pays de Moab (1908), conservée à la bibliothèque des études arabes, turques et islamiques du Collège de France.

Carte de tribus bédouines réalisée par Antonin Jaussen, extraite de Coutumes des arabes du pays de Moab (1908), conservée à la bibliothèque des études arabes, turques et islamiques du Collège de France.

Ch. Clermont-Gann...Ch. Clermont-Ganneau (en blanc) lors des fouilles françaises d’Éléphantine (Assouan) de 1906-1911. Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, tome 46.

Ch. Clermont-Ganneau (en blanc) lors des fouilles françaises d’Éléphantine (Assouan) de 1906-1911. Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, tome 46.

2Pourquoi faire une exposition sur la stèle de Mésha ? Cette pierre est d’une importance capitale pour la connaissance de l’histoire ancienne de cette région qui va de la Syrie à la mer Rouge et que l’on appelle le Levant. Ernest Renan en parlait comme « l’une des découvertes majeures de l’épigraphie orientale », ou comme « la reine des inscriptions sémitiques ». Il s’agit en effet de l’une des rares inscriptions royales du Levant Sud vers le début du premier millénaire avant notre ère (IXe siècle). Longue (33 lignes préservées), elle raconte les hauts faits de Mésha, le roi de Moab (en Jordanie actuelle), qui a notamment mené des guerres contre le royaume d’Israël. La stèle contient la première mention connue des quatre lettres du dieu d’Israël, YHWH (souvent prononcé Yahvé). On trouve par ailleurs une contrepartie de ces événements, bien différente, dans un livre biblique (2 Rois 3), ce qui rend cette stèle plus pertinente encore pour la compréhension de la Bible.

3La stèle de Mésha est fascinante pour son contenu et son histoire. Elle fut détruite peu après sa découverte en 1868, dans un contexte de négociations difficiles entre les Européens et les Bédouins qui étaient en possession de la pierre. C’est grâce à la perspicacité de Charles Simon Clermont-Ganneau, plus tard professeur au Collège de France, qu’elle a pu être reconstruite. Avant sa destruction, il avait demandé à des émissaires de réaliser un estampage de la stèle qui a ensuite permis de recoller presque tous les morceaux et de reconstituer les parties manquantes.

Photographie de l...Photographie de la stèle reconstituée, annotée de la main de Clermont-Ganneau, 1878. Tirage contre-collé conservé à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Photographie de la stèle reconstituée, annotée de la main de Clermont-Ganneau, 1878. Tirage contre-collé conservé à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

4En collaboration étroite avec le département des antiquités orientales du musée du Louvre, en particulier sa directrice Marielle Pic et Isabel Bonora Andújar, et grâce au concours du musée Bible et Terre Sainte (Paris), du musée national de Beyrouth ainsi que d’autres partenaires, des membres de l’Institut des civilisations et des services du Collège de France ont réalisé le projet scientifique et culturel de l’exposition, qui consistait à mettre en valeur l’importance de la stèle de Mésha sur trois niveaux.

5Il s’agissait en premier lieu de situer cette découverte dans le contexte des débuts de l’archéologie du Levant, pour laquelle elle fut un événement fondateur. L’exposition retraçait la découverte, la destruction de la stèle et sa reconstitution grâce à l’implication de Clermont-Ganneau. On a notamment pu y découvrir une réplique de la fameuse stèle qui réside au Louvre, avec l’estampage original, normalement inaccessible au public, et d’autres objets et documents originaux, comme des lettres ou des contrats, faisant revivre l’histoire rocambolesque de cette découverte et la vie de son protagoniste Clermont-Ganneau.

Estampage origina...Estampage original de la stèle de Mésha réalisé à Dhiban en 1869 par Yaqoub Karakava, formé à cette technique par Clermont-Ganneau, conservé au musée du Louvre, département des antiquités orientales. Réalisée pour les besoins de l’exposition, une table éclairant l’estampage par-dessous permettait de mieux faire apparaître l’inscription.

Estampage original de la stèle de Mésha réalisé à Dhiban en 1869 par Yaqoub Karakava, formé à cette technique par Clermont-Ganneau, conservé au musée du Louvre, département des antiquités orientales. Réalisée pour les besoins de l’exposition, une table éclairant l’estampage par-dessous permettait de mieux faire apparaître l’inscription.

Des ateliers d’éc...Des ateliers d’écriture phénicienne ont été proposés au public lors des Journées européennes du patrimoine les 15 et 16 septembre et lors de la fête de la science les 12 et 13 octobre 2018.

Des ateliers d’écriture phénicienne ont été proposés au public lors des Journées européennes du patrimoine les 15 et 16 septembre et lors de la fête de la science les 12 et 13 octobre 2018.

6L’exposition a également montré la place centrale de la stèle pour l’étude des écritures du Levant ancien et l’histoire de l’alphabet. Différents exemples d’écritures alphabétiques anciennes y étaient exposés, comme le phénicien, l’araméen ou le paléo-hébreu. Des ateliers ont aussi permis au public de se confronter plus directement à elles.

7Finalement, l’exposition a accentué l’importance de ce monument pour les études bibliques. Tout en confrontant les récits différents de la stèle et de la Bible, elle a souligné que la stèle présentait une vision de l’intervention du dieu tutélaire de Moab pouvant être comparée à la fonction du dieu Yahvé pour Israël. Des objets cultuels anciens, comme des statuettes, illustraient le contexte religieux du Levant ancien et donnaient de la profondeur historique à cette réflexion.

8En résumé, cette exposition a permis de découvrir des objets et des documents qui illustrent les débuts de l’aventure de l’archéologie, l’histoire de l’écriture, ainsi que la culture politique et religieuse d’un monde aux origines de la Bible. Le catalogue de l’exposition permet encore de prolonger l’expérience et d’approfondir ces sujets. Un colloque scientifique international a également été organisé à cette occasion (les 2 et 3 octobre), en collaboration avec la Société allemande pour l’étude de la Palestine, afin de faire le point sur les nouvelles recherches autour de la stèle ; les actes du colloque paraîtront prochainement. La stèle de Mésha n’a en effet pas fini de parler, elle demeure une source unique pour l’intelligence du Levant ancien.

9Le catalogue de l’exposition est en vente à la bibliothèque patrimoniale du Collège de France (20 euros).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Copie de la stèle de Mésha présentée lors de l’exposition au Collège de France.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Carte de tribus bédouines réalisée par Antonin Jaussen, extraite de Coutumes des arabes du pays de Moab (1908), conservée à la bibliothèque des études arabes, turques et islamiques du Collège de France.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Ch. Clermont-Ganneau (en blanc) lors des fouilles françaises d’Éléphantine (Assouan) de 1906-1911. Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, tome 46.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Photographie de la stèle reconstituée, annotée de la main de Clermont-Ganneau, 1878. Tirage contre-collé conservé à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Estampage original de la stèle de Mésha réalisé à Dhiban en 1869 par Yaqoub Karakava, formé à cette technique par Clermont-Ganneau, conservé au musée du Louvre, département des antiquités orientales. Réalisée pour les besoins de l’exposition, une table éclairant l’estampage par-dessous permettait de mieux faire apparaître l’inscription.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4583/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Des ateliers d’écriture phénicienne ont été proposés au public lors des Journées européennes du patrimoine les 15 et 16 septembre et lors de la fête de la science les 12 et 13 octobre 2018.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4583/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4583/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Römer et Hervé Gonzalez, « L’exposition « Mésha et la Bible : quand une pierre raconte l’Histoire »  », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4583

Haut de page

Auteurs

Thomas Römer

Chaire Milieux bibliques

Articles du même auteur

Hervé Gonzalez

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page