Navigation – Plan du site
Agenda 2018 - 2019

Colloque de rentrée. Langue et science, langage et pensée

Les 18 et 19 octobre 2018
p. 111

Texte intégral

La Déesse Benzait...La Déesse Benzaiten apparaissant au régent Hôjô Tokimasa, Aoigaoka Keisei (artiste actif dans les années 1820-1830), estampe (surimono) réalisée en 1832, collection H.O Havemeyer, don de Madame H.O. Havemeyer (1929), Metropolitan Museum of New York. © CC0 1.0.

La Déesse Benzaiten apparaissant au régent Hôjô Tokimasa, Aoigaoka Keisei (artiste actif dans les années 1820-1830), estampe (surimono) réalisée en 1832, collection H.O Havemeyer, don de Madame H.O. Havemeyer (1929), Metropolitan Museum of New York. © CC0 1.0.

Benzaiten est la forme bouddhique sino-japonaise de la déesse indienne Sarasvatî, fille et épouse de Brahma, identifiée à Vâg-devî, déesse védique de la Parole. Divinité présidant au sanscrit, à la grammaire, à l’éloquence (c’est le sens premier de son nom sino-japonais), à l’intelligence, à tous les arts, dont la musique - symbolisée par son luth (biwa, correspondant à la vîṇâ indienne de Sarasvatî) - et la guerre.

Au Japon, elle fut assimilée à Uga-jin, divinité-serpent résidant au lac Biwa (« lac du Luth ») près de Kyôto. Elle y devint aussi déesse de la richesse et de la fortune. Elle apparaît ici à Hôjô Tokimasa, beau-père du premier shôgun de Kamakura, Minamoto no Yoritomo (fin xiie siècle), avec le dragon qu’elle a dompté à Enoshima, un îlot près de Kamakura qui lui est consacré, et lui annonce en un poème oraculaire la fortune de sa descendance.

Voir Bernard Frank, Le Panthéon bouddhique au Japon, collections du Musée Guimet, Institut des hautes études japonaises, Collège de France, 2017, p. 224-225.

1Au commencement, est-ce la langue, le langage ou la pensée ? Si l’on admet que la réflexion philosophique est intimement liée à la langue dans laquelle elle se formule, qu’en est-il de la traduction des textes philosophiques et de la continuité de la pensée philosophique lorsqu’elle entend poursuivre une même tradition d’une langue à l’autre ? La question se pose avec autant, voire plus d’acuité lorsqu’il s’agit de textes religieux : le passage de la théologie grecque à la langue latine souleva des conflits qui ne sont pas apaisés ; le bouddhisme d’expression chinoise ne fut pas une simple transposition des sources indiennes. Quant au rapport entre les langues et les sciences, à commencer par celle qui semble la plus libre des contraintes linguistiques, les mathématiques, alors que certains chercheurs, pour qui cette discipline est en soi un langage indépendant des langues naturelles, soutiennent que celles-ci ne sauraient influer sur leur travail, un mathématicien russe assurait qu’il ne pouvait imaginer faire des mathématiques hors de la langue russe. L’autre point de vue exprimé dans le titre de ce colloque renvoie à une question plus fondamentale : peut-il y avoir pensée sans langage, en dehors du langage ? Voire un langage sans pensée ? La traduction automatique des langues a fait des progrès énormes depuis qu’elle est sortie de l’emprise des linguistes pour être traitée par l’informatique et les big data : on pourrait traduire sans se référer au contenu. Comment transposer le problème dans le monde animal, et que révèlent les pathologies du langage ? Devant ce questionnement infini, il a semblé que le Collège de France et ses omnia docentes pouvaient être le lieu où rassembler quelques chercheurs qui ont consacré des travaux importants à certains de ces aspects et accepteraient de courir le risque d’esquisser une réponse. Pendant deux jours, seize communications ont été présentées par des spécialistes des domaines les plus divers. Ils ont tous accepté de relever le défi d’un intitulé panglossique.

Comité scientifique

Gérard Berry
Antoine Compagnon
Stanislas Dehaene
Jean-Noël Robert

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Déesse Benzaiten apparaissant au régent Hôjô Tokimasa, Aoigaoka Keisei (artiste actif dans les années 1820-1830), estampe (surimono) réalisée en 1832, collection H.O Havemeyer, don de Madame H.O. Havemeyer (1929), Metropolitan Museum of New York. © CC0 1.0.
Légende Benzaiten est la forme bouddhique sino-japonaise de la déesse indienne Sarasvatî, fille et épouse de Brahma, identifiée à Vâg-devî, déesse védique de la Parole. Divinité présidant au sanscrit, à la grammaire, à l’éloquence (c’est le sens premier de son nom sino-japonais), à l’intelligence, à tous les arts, dont la musique - symbolisée par son luth (biwa, correspondant à la vîṇâ indienne de Sarasvatî) - et la guerre. Au Japon, elle fut assimilée à Uga-jin, divinité-serpent résidant au lac Biwa (« lac du Luth ») près de Kyôto. Elle y devint aussi déesse de la richesse et de la fortune. Elle apparaît ici à Hôjô Tokimasa, beau-père du premier shôgun de Kamakura, Minamoto no Yoritomo (fin xiie siècle), avec le dragon qu’elle a dompté à Enoshima, un îlot près de Kamakura qui lui est consacré, et lui annonce en un poème oraculaire la fortune de sa descendance. Voir Bernard Frank, Le Panthéon bouddhique au Japon, collections du Musée Guimet, Institut des hautes études japonaises, Collège de France, 2017, p. 224-225.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Colloque de rentrée. Langue et science, langage et pensée », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4689

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page