Skip to navigation – Site map

N°14 – L’amalgamation

Réception de la version définitive des articles : 31 octobre 2019

La revue électronique Lexis - revue de lexicologie anglaise mettra en ligne en 2019 son numéro 14, co-dirigé par Isabel Balteiro (Université d’Alicante, Espagne) et Laurie Bauer (Victoria University of Wellington, Nouvelle-Zélande). Celui-ci sera consacré au thème de l’« amalgamation en anglais ».

Amalgamation en anglais

Le 14ème numéro de Lexis sera consacré au phénomène d’amalgamation en anglais, essentiellement d’un point de vue synchronique, bien qu’une approche diachronique puisse également être proposée. Un amalgame lexical est généralement défini comme un mot qui ne peut être décomposé en morphèmes (Bauer [1983 : 234] ; Cannon [1987 : 144]), et formé de façon intentionnelle en fusionnant des éléments ou des fracto-morphèmes issus généralement de deux unités lexicales sources (et parfois plus de deux, par exemple afflufemza < affluence + influenza + feminism (exemple emprunté à Bassac [2012 : 169]), ou l’exemple plus récent scinfotainment, < science + information + entertainment). En dépit de l’intérêt assez récent des chercheurs pour le phénomène d’amalgamation, ce dernier demeure un mécanisme assez peu étudié, et parfois peu renseigné, car souvent considéré comme « irrégulier » (Connolly [2013 : 3]) et/ou « marginal ». Pour les raisons susmentionnées, Lexis 14 se propose d’explorer les contextes linguistiques mais également extralinguistiques qui ont une influence et une motivation sur la création et le succès des amalgames en anglais.

Le 14ème numéro de Lexis traitera essentiellement, mais non exhaustivement, de trois axes de recherche privilégiés :

Le premier axe de recherche se consacrera sur ce qui constitue un amalgame et sur les difficultés qu’il y a à distinguer les amalgames d’autres phénomènes, et les problèmes posés par les frontières floues. Les sujets suivants pourront ainsi être abordés :

  • l’identification du phénomène d’amalgamation en tant que créativité lexicale ou processus de création lexicale. Est-il possible d’établir des limites au phénomène d’amalgamation ?

  • l’identification du phénomène d’amalgamation en tant que phénomène ou mécanisme lexical ou sémantique ;

  • les différences entre le phénomène d’amalgamation et la composition avec troncation (complex clipping), à titre d’exemple, sont-elles toujours évidentes ? Quelle est la caractéristique définitoire la plus saillante – si tant est qu’il en existe une – pour les amalgames ?

Le deuxième axe de recherche se concentrera sur les différents types d’amalgames (liste en anglais) :

  • coordinate blends;

  • headed blends;

  • blends with truncation at the inner edge of the constituent words;

  • blends which do not contain any input word in its entirety.

Le troisième axe de recherche traitera des raisons et motivations sous-tendant le phénomène d’amalgamation en anglais. En se fondant sur un corpus, les auteurs pourront :

  • aborder la question de savoir si les amalgames sont créés dans le but de désigner un nouveau référent ou un nouveau concept ou dans le but de fournir un nouveau nom à un référent ou un concept existant ;

  • mettre au jour les différentes motivations dans des contextes er registres variés qui président à la création des amalgames ;

  • évaluer le poids de la motivation sémantique, phonologique, graphémique et/ou formelle du phénomène d’amalgamation en anglais, en comparant l’importance du sens (signifié) ou de la forme (signifiant) au moment de la création d’un amalgame.

On s’attendra à ce que les articles abordent ces axes de recherche dans une perspective appliquée, essentiellement en ayant recours à un ou plusieurs corpus, ou une compilation de données représentatives.

Les chercheurs/euses sont invité/es à soumettre une étude dans le champ de la lexicologie, mais également de la sociolinguistique, de la lexicographie, de la linguistique contrastive et comparée, de la traductologie, de la linguistique interculturelle et de la linguistique de corpus.

Bibliographie

Algeo John, 1977, “Blends, a structural and systematic view”, American Speech 52, 47-64.

Arndt-Lappe Sabine & Plag Ingo, 2012, “The role of prosodic structure in the formation of English blends”, English Language and Linguistics 17, 537-563.

Bassac Christian, 2012, “A Combinatory Logic and formal-semantic account of lexical blanding”, in Renner Vincent, Maniez François & Arnaud Pierre J.L., 2012, Cross-Disciplinary Perspectives on Lexical Blending, Berlin / Boston: De Gruyter, 169-192.

Bat-El Outi, 1996, “Selecting the Best of the Worst: the Grammar of Hebrew Blends”, Phonology 13, 283-328.

Bat-El Outi, 2000, “The grammaticality of ‘extragrammatical’ morphology”, in Doleschal Ursula & Thornton Anna M. (eds.), Extragrammatical and marginal morphology, Munich: LINCOM, 61-81.

Bauer Laurie, 1983, English Word-Formation, Cambridge, Cambridge University Press.

Bauer Laurie, Lieber Rochelle & Plag Ingo, 2013, The Oxford Reference Guide to English Morphology, Oxford, Oxford University Press.

Beliaeva Natalia, 2014, “A study of English blends: From structure to meaning and back again”, Word Structure 7, 29-54.

Bertinetto Pier M., 2001, “Blends and syllable structure: A four-fold comparison”, in Lorente Mercè, Alturo Núria, Boix Emili, Lloret Rosa M. & Payrató Lluís (eds.), La gramática i la semántica en l’estudi de la variació, Barcelona: PPU – Universitat de Barcelona, 59-112.

Bryant Margaret M., 1974, “Blends are increasing”, American Speech 49.3/4, 163-184.

Cannon Garland, 1986, “Blends in English word formation”, Linguistics 24.4, 725-753.

Cannon Garland, 2000, “Blending”, in Booij Geert, Lehmann Christian, Mugdan Joachim, in collaboration with Kesselheim W. and Skopeteas S. (eds.),

Morphology. An International Handbook on Inflection and Word-Formation, Volume 1, Berlin/New York: Walter de Gruyter, 952-956.

Connolly Patrick, 2013, “The innovation and adoption of English lexical blends”, JournaLIPP 2, 1-14.

Devereux Robert, 1984, “Shortenings, blends and acronyms”, Word Ways 17, 210-215.

Gries Stefan Th., 2004, “Isn’t that Fantabulous? How Similarity Motivates Intentional Morphological Blends in English”, in Achard Michel & Kemmer Suzanne (eds.), Language, culture, and mind, Stanford, CA: CSLI, 415-428.

Plag Ingo, 2003, Word-Formation in English, Cambridge, Cambridge University Press.

Renner Vincent, Maniez François & Arnaud Pierre J.L., 2012, Cross-Disciplinary Perspectives on Lexical Blending, Berlin / Boston: De Gruyter.

Modalités de soumission

Votre fichier devra comporter un abstract ne dépassant pas 5.000 caractères, une liste de mots-clés, des références bibliographiques, ainsi que le titre de votre contribution.

Toutes les soumissions feront l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par un comité scientifique international composé de spécialistes dans différents domaines. Les contributions seront de préférence rédigées en anglais ou éventuellement en français.

Les soumissions pourront être rejetées, acceptées sous réserve de modification, ou acceptées telles quelles. Le nombre de pages n’est pas limité.

Les abstracts et les articles sont à envoyer en version électronique à lexis@univ-lyon3.fr

Calendrier

Juillet 2018 : appel à contributions

31 janvier 2019 : abstracts à envoyer à Lexis

Septembre 2019 : avis aux auteurs

30 juin 2019 : réception des articles (Consignes pour la rédaction des articles : https://journals.openedition.org/lexis/1026)

Juillet et août 2019 : relecture des articles par les membres du Comité scientifique

1er septembre au 31 octobre 2019 : corrections par les auteurs

31 octobre 2019 : réception de la version définitive des articles

  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • OpenEdition Journals