Skip to navigation – Site map
2019

Xavier Blanco & Inès Sfar (dir.), Lexicologie(s) : approches croisées en sémantique lexicale

Peter Lang SA, 2018, 442 pages
Yasena Chantova
Bibliographical reference

Xavier Blanco & Inès Sfar (dir.)

Lexicologie(s) : approches croisées en sémantique lexicale. Peter Lang SA, Linguistic Insights, Berne, 2018. ISBN : 978-3-0343-3056-5, Prix : 88.00 EUR, 442 pages

Full text

1Dès son titre, cet ouvrage de réflexion collective, qui renferme seize articles, se donne pour objectif de présenter la lexicologie dans la perspective de sa multidimensionnalité afin d’appréhender la complexité des phénomènes lexicologiques. Cette entreprise passionnante vise à dépasser la sémantique lexicale descriptive pour ouvrir les pistes à une sémantique lexicale qualitative et explicative. L’ouvrage s’articule autour de trois axes majeurs et témoigne de la curiosité des auteurs dans leur questionnement. Il s’agit tout d’abord de se rendre compte de l’interdépendance du sens lexical des cadres discursifs où il s’articule et s’élabore. L’ouvrage traite par ailleurs de la fonction dénominative des diverses unités lexicales, et aborde finalement l’application de la sémantique lexicale à l’informatique et à la didactique.

2Afin de parvenir à ces objectifs, les contributeurs s’engagent avec rigueur dans diverses problématiques, des plus générales aux plus particulières. En proposant diverses approches, ils traitent de la catégorisation, de l’adjectivité, des problèmes phraséologiques, de la sémantique lexicale, de la polylexicalité des proverbes et de celle des jeux de mots, ainsi que du rapport entre la dénomination et la réalité linguistique. Le lecteur spécialiste peut trouver des réflexions et des solutions, qui enrichissent les recherches du domaine lexicologique et qui portent sur l’interprétation occurrentielle, sur la dénomination des énoncés sentencieux et non sentencieux, sur le phénomène parémiologique, sur la dénomination dans les langues de spécialité et sur le traitement lexicographique de l’onomatopée. La problématique de la troisième articulation du langage apporte finalement de l’originalité dans l’approche sémantique des unités lexicales. Comme l’articulation et l’élaboration du sens est l’intérêt majeur de cette réflexion collective internationale, les unités lexicales, qui sont présentées dans leur diversité, sont souvent abordées comme un outil d’analyse linguistique du sens.

3Pour garantir une étude approfondie et complexe des observables en sémantique lexicale, cet ouvrage collectif propose une diversité de solutions méthodologiques, qui ne se limitent pas aux approches propres au cognitivisme actuellement dominant, ou à la seule approche descriptive, mais qui exploitent aussi les possibilités de la combinatoire lexicale, de la structuration textuelle, du principe de binarité linguistique, de l’aspect relationnel du sens lexical, de la mise en récurrence, de la traduction – non seulement d’une langue à une autre, mais aussi d’un état de langue à un autre –, ou qui intègrent dans la dimension lexicographique la dynamique et la créativité langagière des locuteurs. Cela crée une multidimensionnalité méthodologique qui permet de saisir les observables lexicaux dans leur richesse.

4La diversité d’approches qui sont appliquées, et la variété de problématiques qui sont traitées, résultent dans l’élaboration et la définition d’une richesse d’observables qui suscitent l’intérêt du spécialiste. L’ouvrage distingue ainsi entre les adjectifs statistiquement relationnels et les adjectifs statistiquement qualificatifs, traite des énoncés sentencieux et non sentencieux à l’autonomie syntaxique, et étudie avec minutie les adjectifs descriptifs terminogènes et les onomatopées authentiques. Cet ouvrage collectif ouvre aussi la voie à des projets de recherche originaux qui exploitent les unités de la troisième articulation du langage, les jeux de mots en tant qu’outils d’investigation linguistique ou construit les observables d’opérateur approprié et de grammaire locale.

5La diversité d’observables définie est inséparable de la diversité langagière étudiée dans l’ouvrage. Sont ainsi abordés des faits de langue qui viennent du français, du portugais brésilien, ou qui font l’objet d’une approche comparative français-arabe ou espagnol-français. Une solution intéressante est la comparaison qui combine la perspective diachronique et la perspective synchronique, et permet d’observer des faits langagiers de l’ancien français, du français moderne et de l’espagnol. L’ouvrage s’enrichit aussi par des études qui portent sur des langues de spécialité, telles les langues scientifiques (historique, politique, économique, littéraire, géographique et politique), ou qui traitent de la langue publicitaire.

6Cette réflexion collective s’inscrit dans la continuité des recherches en lexicologie et en sémantique lexicale en se référant aux travaux d’Igor Mel’čuk, d’Alain Polguère, de Denis Le Pesant, de Maurice Gross, de Salah Mejri, de Xavier Blanco et de Jean-Claude Anscombre. Les contributions des auteurs sont ainsi pertinentes et efficaces, mais ne se limitent toutefois pas au seul domaine lexicographique. L’ouvrage entre en dialogue avec les travaux singuliers de Robert Martin sur la théorie générale de l’universel linguistique ou renvoie aux travaux cognitivistes de Georges Kleiber. Cette réflexion collective se nourrit par conséquent de références interdisciplinaires qui contribuent à la multidimensionnalité visée afin de gérer la complexité des phénomènes lexicologiques.

7Pour aborder la complexité des unités en sémantique lexicale, les directeurs de l’ouvrage ont opté pour une équipe internationale de contributeurs. Un tel choix permet au lecteur de concevoir une cartographie géographique et institutionnelle de la sémantique lexicale avec toute la richesse du domaine. Sont ainsi présentés des travaux qui relèvent de la lexicographie bilingue, de la sémantique cognitive, de l’axe syntaxique, de la phraséologie, de la parémiologie, de la lexicologie française et comparée, de la traduction, de l’ingénierie linguistique, des systèmes de traduction automatique, de la polylexicalité, tandis que les auteurs viennent de quatorze universités européennes, américaines et africaines. Cela garantit la complémentarité des idées traitées, des approches adoptées et des problématiques abordées.

8La lecture de l’ouvrage est facilitée par la décision éditoriale de mettre en bas de page les notes et de placer les références bibliographiques à la fin de chaque article. La séparation faite entre les index des termes et les index des auteurs est aussi une bonne pratique à suivre. Les notes sur les contributeurs, qui terminent l’ouvrage, apportent de l’actualité sur le paysage international et institutionnel de la sémantique lexicale.

Top of page

References

Electronic reference

Yasena Chantova, « Xavier Blanco & Inès Sfar (dir.), Lexicologie(s) : approches croisées en sémantique lexicale », Lexis [Online], Book reviews, Online since 07 February 2019, connection on 18 February 2019. URL : http://journals.openedition.org/lexis/2622

Top of page

About the author

Yasena Chantova

Yasena Chantova, Université de bibliothéconomie et des technologies informatiques (UniBIT), Sofia, Bulgarie.

Titulaire d’un doctorat en linguistique française (2017, Université Paris-Sorbonne), Yasena Chantova est actuellement maître–assistante à l’Université de bibliothéconomie et des technologies informatiques (UniBIT), Sofia, Bulgarie. Ses domaines de recherche relèvent du domaine de la sémantique et portent en particulier sur la notion de postélaboration. Elle est aussi membre du Cercle Ferdinand de Saussure (Genève).

Top of page
  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • OpenEdition Journals