Skip to navigation – Site map

N°15 – L’adjectif en anglais

Réception de la version définitive des articles : 1er février 2020

La revue électronique Lexis - revue de lexicologie anglaise mettra en ligne en 2020 son numéro 15, co-dirigé par Vincent Hugou (Université de Tours) et Vincent Renner (Université Lumière Lyon 2). Celui-ci sera consacré à l’« adjectif en anglais », que l’on abordera de manière privilégiée sous l’angle de la diversité et de l’instabilité catégorielle.

L’adjectif en anglais

Une classe hétérogène

La classe des adjectifs en anglais est tout d’abord marquée par sa diversité sur le plan sémantique. En témoignent les nombreuses tentatives de typologies proposées dans la littérature spécialisée, sur la base de critères sémantico-syntaxiques (qualificatif / relationnel, classifiant / non classifiant, objectif / subjectif, descripteur / classifiant, intensif / non intensif, etc.), ou sémantico-logiques (par ex. intersectif / non intersectif).

La diversité morphologique représente une autre caractéristique particulière des adjectifs de l’anglais. C’est surtout la morphologie lexicale qui occupe une place de choix, la morphologie flexionnelle se rapportant aujourd’hui uniquement aux comparatifs et superlatifs synthétiques. À côté des adjectifs primaires, qui se réduisent, en synchronie du moins, à un radical morphologiquement inanalysable et qui tendent à exprimer des types sémantiques universels, l’anglais dispose d’adjectifs construits par affixation ou par composition, ainsi que par divers procédés non concaténatifs comme la réduplication (easy-peasy, super-duper), la troncation (hyper, delish), ou encore la conversion (a through train).

Instabilité de la classe

La catégorie « adjectif » est également remarquable par ses contours incertains et fluctuants, au point que certains pourraient s’interroger sur la pertinence d’une catégorie de plein droit. Les nombreux points de contact avec le nom rappellent que l’adjectif a longtemps été considéré comme une sous-catégorie de celui-ci (cf. la dichotomie classique entre nomen substantivum et nomen adjectivum). En sont témoins les adjectifs substantivés, mais aussi les noms dont il est fait un emploi adjectival. De la même façon, certaines études ont rapproché les adjectifs et les verbes (par exemple, les participes passés adjectivaux), mais aussi les adjectifs et les adverbes (par exemple, dans des constructions comme to scare easy).

Les transferts au sein de la classe soulignent également que les frontières entre les phénomènes décrits ne sont pas tracées avec une rigueur absolue. Ainsi en va-t-il de certains adjectifs relationnels qui, pré-modifiés par un adverbe de degré, peuvent perdre leur caractère d’adjectif relationnel, ou des adjectifs toujours attributs qui, dans certains contextes, fonctionnent en position épithète (I need some alone time).

C’est donc sous un double angle, celui de la diversité et, en creux, du renouvellement de la classe, et celui de l’instabilité de la classe et de ses sous-classes que nous attendons des contributions sur l’adjectif en anglais.

Concernant la diversité de la classe et son hétérogénéité, on pourra s’interroger, entre autres, sur les modes de formation les plus productifs aujourd’hui (en fonction du genre de discours, de la variété d’anglais, etc.).

Concernant l’instabilité de la classe, on pourra se demander à partir de quand il est possible de parler d’adjectif et s’il est souhaitable de déterminer avec précision un prototype adjectival. Il pourra aussi être intéressant de voir si l’émergence de « nouveaux » adjectifs, et notamment l’extension de la classe des adjectifs à des unités s’éloignant du prototype, conforte ou met en péril les classifications en vigueur. L’articulation de la morphologie à la sémantique, voire à la pragmatique, pourrait-elle conduire à justifier de nouveaux regroupements ? On pourra se demander également si les passages d’une (sous-)classe à une autre se font de manière unidirectionnelle et si des tendances peuvent être dégagées.

Pour illustrer leur propos, et aussi le fonder, les chercheuses/eurs pourront, sans que cela constitue une obligation, faire appel à des corpus écrits ou oraux. La prise en compte des types de discours (littéraire, politique, scientifique, juridique, journalistique, etc.), des genres de discours (lois, rapports, prières, recettes de cuisine, etc.), ainsi que de séquences textuelles (narratives, descriptives, argumentatives, etc.), peut éventuellement ouvrir de nouvelles voies d’exploration.

Les contributions proposées pourront se situer dans une ou plusieurs disciplines de la linguistique (sociolinguistique, anglais de spécialité, linguistique contrastive, linguistique diachronique, etc.), et convoquer des disciplines connexes (stylistique, didactique, lexicographie, etc.). Les travaux qui articuleront différents niveaux d’analyse (morphologie, sémantique, syntaxe, phonologie, etc.) seront particulièrement appréciés. Toutes les approches théoriques sont les bienvenues.

Enfin, les travaux soumis pourront porter sur un seul adjectif, sur une classe d’adjectifs (par ex. les adjectifs ethniques, les adjectifs intensifs, les antonymes gradables), un couple d’adjectifs (small vs. little), ou sur une structure adjectivale (par ex. préposition + adjectif, in short, in earnest), ou même une construction dont un constituant est un adjectif (par ex., certaines constructions résultatives).

Parmi les problématiques traitées dans ce numéro, on pourra envisager cinq grands pôles, qui ne doivent pas être vus comme restrictifs ou mutuellement exclusifs :

  • La délimitation de la classe des adjectifs et de ses sous-classes : exploration de cas-limites (ligne de partage entre participes passés verbaux et participes passés adjectivaux ; conversions abouties ou non, etc.) ; flottements terminologiques, intersections et différences entre terminologie française et terminologie anglophone ;

  • Le renouvellement de la classe : néologismes adjectivaux, formations de discours, hapax en corpus, emprunts récents ; formations humoristiques et/ou expressives ; étude de la productivité d’un patron de formation en particulier ; réactivation d’un patron de formation réputé clos en synchronie (hiking in forests that just a few decades before had been aroar with the sound of the passenger pigeons’ wings (COCA)) ; adjectifs et particules adverbiales (coffeed out) ou prépositions (laugh-at-able) ; comparaisons à parangon (black as pitch / pitch-black, white as snow / snow-white, mais happy as a clam ?clam-happy…) ; traitement lexicographique des nouveaux usages ;

  • La construction du sens : emplois métonymiques des adjectifs (he’s bald vs. ?his head is bald) ; adjectifs et métaphores ; hypallages ; tours elliptiques (what’s the latest?) ; étude d’une classe sémantique spécifique : par exemple, les adjectifs qui dénotent des états physiques et psychologiques dysfonctionnels et leur polysémie ; adjectifs composés et intensité (dog-tired, butt-ugly) ; adjectifs et sociolectes (argot) ;

  • La notion de concurrence : la concurrence affixale et aussi, en creux, la possibilité d’une distribution (quasi) complémentaire (par ex. -ish vs. -y, -y vs. -ous) ; la concurrence catégorielle ;

  • Les adjectifs au sein de constructions plus larges : collocations et expressions idiomatiques ; construction corrélative du type the more… the more… ; constructions où l’adjectif occupe la place syntaxique d’une catégorie qui ne lui est pas a priori dévolue.

Bibliographie

Ackerman Farrell & Goldberg Adele, 1996, “Constraints on adjectival past participles”, in Goldberg Adele (ed.), Conceptual Structure, Discourse and Language, Stanford: CSLI, 17-30.

Albrespit Jean, 2005, « Le suffixe -ish en anglais : comparaison par approximation », in Mérilloux Catherine (éd.), « Intensité, comparaison, degré », 2, Travaux linguistiques du CERLICO 18, Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Baker Mark, 2003, Lexical Categories: Verbs, Nouns, and Adjectives, Cambridge: Cambridge University Press.

Berg Thomas, 2000, “The position of adjectives on the noun-verb continuum”, English Language and Linguistics 4 (2), 269-293.

Blödhorn Lars, 2008, Postmodifying Attributive Adjectives in English: an Integrated Corpus-based Approach, Frankfurt am Main: Peter Lang.

Bolinger Dwight, 1967, “Adjectives in English: attribution and predication”, Lingua 18, 1-34.

Dixon Robert, 1982, Where have All the Adjectives Gone?, and Other Essays in Semantics and Syntax, Berlin: De Gruyter.

Englebretson Robert, 1997, “Genre and Grammar: Predicative and Attributive Adjectives in Spoken English”, Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society 23(1), 411-421.

Ferris Connor, 1993, The Meaning of Syntax: A Study in the Adjectives of English, London / New York: Longman.

Günther Christine, Kotowski Sven & Plag Ingo, 2018, “Phrasal compounds can have adjectival heads: Evidence from English”, English Language and Linguistics, FirstView, https://doi.org/10.1017/S1360674318000229

Henkel Daniel, 2014, L’Adjectif en anglais et en français. Syntaxe, sémantique et traduction, Thèse de Doctorat, Université Paris Sorbonne.

Hirtle Walter, 1969, “-ed adjectives like ‘verandahed’ and ‘blue-eyed’”, Journal of Linguistics 6, 19-36.

Maniez François, 2012, “A corpus-based study of adjectival vs. nominal modification in medical English”, in Boulton Alex, Carter-Thomas Shirley & Rowley-Jolivet Elizabeth (eds.), “Corpus-Informed Research and Learning in ESP: Issues and Applications”, Studies in Corpus Linguistics 52, Amsterdam / Philadelphia: John Benjamins, 83-102.

Marchis Moreno Mihaela, 2018, Relational Adjectives in Romance and English: Mismatches at Interfaces, Cambridge: Cambridge University Press.

Matthews Peter, 2014, The Positions of Adjectives in English, Oxford: Oxford University Press.

Mignot Elise, 2006, « Les adjectifs : entre déterminant et nom », Études Anglaises 59, Paris : Klincksieck, 453-465.

Nagano Akiko, 2018, “A conversion analysis of so-called coercion from relational to qualitative adjectives in English”, Word Structure 11 (2), 185-210.

Oltra-Massuet Isabel, 2017, “Towards a morphosyntactic analysis of -ish”, Word Structure 10 (1), Edinburgh: Edinburgh University Press, 54-78.

Paradis Carita, 1997, Degree Modifiers of Adjectives in Spoken British English, Lund: Lund University Press.

Payne John, Huddleston Rodney & Pullum Geoffrey, 2010, “The distribution and category status of adjectives and adverbs”, Word Structure 3, 31-81.

Schlüter Julia, 2008, “Constraints on the attributive use of ‘predicative only’ adjectives: a reassessment”, in Gisborne Nikolas & Trousdale Graeme (eds.), “Constructional Approaches to English Grammar”, Topics in English Linguistics 57, Berlin and New York: De Gruyter, 164-179.

Schuwer Martine, 1998-1999, « Étude sur les contraintes syntaxiques des adjectifs en -ed en anglais », Cahier du C.I.E.L., 109-151.

Schuwer Martine, 1999, « Le suffixe adjectival -ble : impacts sémantique et syntaxique de la dérivation », ASp 23-26, 29-54.

Shankara Bhat D. N., 1994, The Adjectival Category: Criteria for Differentiation and Identification, Amsterdam / Philadelphia: John Benjamins.

Taylor John, 1992, “Old problems: Adjectives in Cognitive Grammar”, Cognitive Linguistics 3 (1), 1-36.

Tucker Gordon, 1998, The Lexicogrammar of Adjectives. A Systemic Functional Approach to Lexis, London / New York: Cassel.

Vandelanotte Lieven, 2002, “Prenominal adjectives in English: structures and ordering”, Folia Linguistica 36, 219-259.

Wierzbicka Anna, 1986, “What’s in a Noun? (Or: How Do Nouns Differ in Meaning from Adjectives?)”, Studies in Language 10 (2), 353-389.

Zwicky Arnold, 1989, “Quicker, more quickly, *quicklier”, Yearbook of Morphology 1988, 139-173.

Modalités de soumission

Votre fichier devra comporter un abstract ne dépassant pas 5.000 caractères, une liste de mots-clés, des références bibliographiques, ainsi que le titre de votre contribution.
Toutes les soumissions feront l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par un comité scientifique international composé de spécialistes dans différents domaines. Les contributions seront de préférence rédigées en anglais ou éventuellement en français.
Les soumissions pourront être rejetées, acceptées sous réserve de modification, ou acceptées telles quelles. Le nombre de pages n’est pas limité.
Les abstracts et les articles sont à envoyer en version électronique à lexis@univ-lyon3.fr

Calendrier

Mars 2019 : appel à contributions

10 juillet 2019 : abstracts à envoyer à Lexis

Septembre 2019 : avis aux auteurs

1er novembre 2019 : réception des articles (Consignes pour la rédaction des articles : https://journals.openedition.org/lexis/1026)

Novembre et décembre 2019 : relecture des articles par les membres du Comité scientifique

Janvier 2020 : corrections par les auteurs

1er février 2020 : réception de la version définitive des articles

  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • OpenEdition Journals