Skip to navigation – Site map

N°16 – La sémantique lexicale diachronique

Réception de la version définitive des articles : 31 octobre 2020

La revue électronique Lexis – Journal in English Lexicology mettra en ligne en 2020 son numéro 16, co-dirigé par Chris Smith (Université de Caen) et Sylvie Hancil (Université de Rouen). Celui-ci sera consacré à la « sémantique lexicale diachronique ». Ce sujet inclut bien évidemment les questions lexico-grammaticales et l’interface lexique- grammaire (questions de grammaticalisation et de lexicalisation des formes).

La sémantique lexicale diachronique

La sémantique lexicale est concernée avant tout par l’analyse du sens des lexies et expressions phraséologiques de l’anglais. Quant à la perspective diachronique, elle permet de considérer le sens de manière évolutive dans sa progression temporelle, et ouvre de nouvelles pistes de réflexion sur le changement linguistique. Il va de soi que la progression temporelle peut s’étendre sur quelques décennies ou bien plusieurs siècles. La question de l’approche sémantique pourra être traitée d’un point de vue cognitif, lexicographique, componentiel, ou encore structuraliste (voir Geeraerts [2009]). Les travaux pourront être exploratoires et descriptifs, sous la forme d’étude de cas, ou bien théoriques. Ils pourront être de nature onomasiologique ou bien sémasiologique, et toutes les approches seront les bienvenues dans ce numéro qui se veut une synthèse d’un champ linguistique en plein essor.

On pourra s’intéresser à comment identifier les changements sémantiques : méthodologies et techniques de détection des changements, modalités de l’évaluation quantitative et qualitative du changement (voir Allan & Robinson [2012]), etc.

Un autre point d’intérêt pourra être les motivations des changements sémantiques dans la langue. On notera en particulier l’analyse des phénomènes dits « naturels » de métaphore et de métonymie, perçus comme des mécanismes fondamentaux dans l’évolution du langage (Blank [1999], Traugott et Dasher [2005], Koch [1999], [2012]). La question de la distinction entre métaphore et métonymie, ainsi que de leur importance réciproque dans le changement linguistique, reste une question d’actualité (par exemple, la métonymie (voir Koch [1999], [2012], Kovecses & Radden [1998]) peut expliquer des processus d’iconicité, tels que le symbolisme phonique entre autres (voir Koch [1999], Smith [2016])).

Ce sera l’occasion de considérer également la relation entre ces phénomènes fondamentaux et d’autres principes de changements dits réguliers tels que la grammaticalisation (Traugott & Dasher [2005]), mais aussi des processus de changement analogiques dans le lexique, parfois appelés sporadiques, par opposition aux processus de changements réguliers (voir Joseph [1998], Miller [2014]). La question de la propagation des changements, en particulier la modalité de propagation et leur quantification (S-curve dans Blythe & Croft [2012]), pose de nombreuses questions qui demandent à être approfondies et mises à l’épreuve des faits.

On pourra également considérer les évolutions morphosémantiques, c’est-à-dire les changements de sens en rapport avec des processus morphologiques. Cette question pourra être traitée à travers les néologismes, ou bien encore les emprunts (voir Durkin [2014], Smith [2018]) mais aussi de manière plus large, en abordant le rapport morphosémantique et l’usage, les changements de comportement sémantique dus à des structures idiomatiques figées, les nouvelles expressions lexicalisées (spécialisation de sens, restriction de sens). On pourra donc s’intéresser aux motivations pragmatiques du changement, en particulier la motivation euphémique ou X-phémique du changement sémantique : quel est le poids de ce principe pragmatique dans l’évolution de l’usage ? On sait qu’il existe des champs lexicaux tabous qui sont propices à ce type de changement sémantique (X-phemism treadmill), en rapport avec des phénomènes perçus comme tabou (par exemple les questions du genre).

En termes de méthodologie, on pourra considérer les approches lexicographiques ou analyses de corpus : il sera intéressant de se concentrer sur une période de la diachronie de l’anglais, ou bien sur un domaine de spécialité, un auteur, ou encore un registre particulier. Comme désormais de nombreux corpus diachroniques existent – Penn Corpus, Helsinki Corpus, Early English Books Online corpus – on pourra considérer les avantages et inconvénients et présenter les enjeux différents de telles analyses. Il serait par exemple intéressant d’un point de vue méthodologique de présenter des études comparées de changement à partir de corpus distincts.

Bibliographie

Allan Kathryn & Robinson Justinya (eds.), 2012, Current Methods in Historical Semantics, Berlin/ Boston: de Gruyter.

Blank Andreas & Koch Peter (eds.), 1999, Historical semantics and cognition, Berlin/ Boston: de Gruyter.

Blythe Richard A. & Croft William, 2012, “S-curves and the propagation of language change”, Language, vol 88: 2, 269-304.

Croft William, 2000, Explaining language change: an Evolutionary approach, Berlin/ Boston: de Gruyter.

Joseph Brian D., 1998, The Linguistics of Marginality: the Centrality of the Periphery.

Joseph Brian D. & Janda Richard D. (eds.), 2003, The Handbook of Historical linguistics, Oxford: Oxford University Press.

Durkin Philip, 2014, Borrowed words: a History of Loanwords in English, Oxford: Oxford University Press.

Geeraerts Dirk, 2009, Theories of Lexical Semantics, Oxford: Oxford University Press.

Koch Peter, 1999, “Frame and Contiguity: On the cognitive bases of metonymy and certains types of word formation”, in Radden Günther & Panther Klaus-Uwe (eds.), Metonymy in Language and Thought, Amsterdam: John Benjamins, pp. 139-169.

Koch Peter, 2012, “The Pervasiveness of Contiguity and Metonymy in Language Change”, in Allan Kathryn & Robinson Justyna A. (eds.), Current Methods in Historical Semantics, Berlin/Boston: de Gruyter, 259-312.

Kovecses Zoltan & Radden Günther, 1998, “Metonymy, Developing a Cognitive Linguistic View”, Cognitive Linguistics (includes Cognitive Linguistic Bibliography), Volume 9, Issue 1, 37-78.

Miller Gary D., 2014, Lexicogenesis, Oxford: Oxford University Press.

Smith Chris A., 2016, “Tracking semantic change in fl- monomorphemes in the Oxford English Dictionary”, Journal of Historical Linguistics, Amsterdam: John Benjamins, 165-200.

Smith Chris A., 2018,Where do new words like boobage, flamage, ownage come from? Tracking the history of ‑age words from 1100 to 2000 in the OED3”, Lexis [Online], 12 | 2018, Online since 14 December 2018: http://journals.openedition.org/lexis/2167 

Traugott Elisabeth & Dasher Richard, 2005, Regularity in Semantic change, Cambridge: Cambridge University Press.

Modalités de soumission

Votre fichier devra comporter un abstract ne dépassant pas 5.000 caractères, une liste de mots-clés, des références bibliographiques, ainsi que le titre de votre contribution.

Toutes les soumissions feront l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par un comité scientifique international composé de spécialistes dans différents domaines. Les contributions seront de préférence rédigées en anglais ou éventuellement en français.

Les soumissions pourront être rejetées, acceptées sous réserve de modification, ou acceptées telles quelles. Le nombre de pages n’est pas limité.

Les abstracts et les articles sont à envoyer en version électronique à lexis@univ-lyon3.fr

Calendrier

Juin 2019 : appel à contributions

31 janvier 2020 : abstracts à envoyer à Lexis

Mars 2020 : avis aux auteurs

30 juin 2020 : réception des articles (Consignes pour la rédaction des articles : https://journals.openedition.org/lexis/1026)

Juillet et août 2020 : relecture des articles par les membres du Comité scientifique

1er septembre au 31 octobre 2020 : corrections par les auteurs

31 octobre 2020 : réception de la version définitive des articles

  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals