Skip to navigation – Site map
Papers

Sur les spécificités discursives de (be) likely

Grégory Furmaniak

Abstracts

This paper aims to characterize the textual properties of the modal adjective likely, which has been largely neglected in the literature on modal studies. Our quantitative and qualitative analysis is based on a corpus stratified into seven discourse modes and has helped us to identify three distinct uses of the modal form under study. Each of these uses is associated with specific semantic, syntactic, argumentative and registral features. However, the study also shows that a number of properties are common to all the uses of likely, the most remarkable ones being the adjective’s strong attraction towards existential processes, future-time reference and logical coherence links, especially cause/consequence relations.

Top of page

Full text

Introduction

1La modalité en anglais a été très largement étudiée par le prisme des auxiliaires modaux, des périphrases modales et des semi-modaux (Larreya [1984], Cotte [1988], Palmer [1990], Collins [2009], entre autres). Les autres catégories grammaticales permettant d’exprimer la modalité ont été, en comparaison, relativement négligées. Si les adverbes modaux ont fait l’objet de quelques travaux spécifiques (Tucker [2001], Simon-Vandenbergen & Aijmer [2007], entre autres), ou ont été abordés dans le cadre d’ouvrages consacrés à l’adverbe (Greenbaum [1969], Guimier [1988]), les adjectifs ont reçu très peu d’attention, à l’exception de remarques éparses dans Perkins [1983], Rivière [1983], Nuyts [2001], et Langacker [2013]. Besnard [2016] pallie partiellement ce manque en se focalisant sur be likely to, qu’elle compare à be expected to. Pour cette auteure, be likely signale que le jugement épistémique est pris en charge par l’énonciateur, qui en a observé des indices (fondement évidentiel de l’épistémique).

2Notre étude se concentrera sur les propriétés textuelles de BE likely to et it BE likely that et montrera que la construction exhibe un comportement en discours qui la distingue clairement des formes opérant dans le même domaine modal, la forte probabilité.

1. Méthode

  • 1 Voir Adam [1992] et Smith [2003].

3Cette étude est fondée sur un corpus de 350 000 mots stratifié en sept modes de discours (narration, description, information, report, instruction, argumentation et dialogue)1. À l’exception de la section « dialogue », chaque section est équilibrée entre écrit et oral. Le corpus a été construit à partir de corpus existants (voir annexe) et de textes disponibles sur le Web. La période retenue va de 1990 à 2015. L’anglais britannique et l’anglais américain sont représentés à parts égales dans le corpus.

4L’analyse a porté sur les expressions du nécessaire les plus courantes au sein du corpus, à savoir must, shall, have to, will, should, need (to), certainly, probably et likely. Ce point est important, car l’analyse statistique qui a été menée vise à dégager les spécificités des marqueurs étudiés et a donc une forte dimension comparative.

5Toutes les occurrences des formes retenues ont été analysées en fonction de 32 critères formels et fonctionnels. Cette analyse qualitative a ensuite été complétée par une analyse quantitative et statistique effectuée grâce au logiciel Trideux [Cibois 2013], qui nous a permis d’établir le profil de chacune des formes étudiées. Par profil, il faut entendre une combinaison de traits sémantiques ou formels spécifiques à la forme. Les variables utilisées sont les suivantes :

  • Variables formelles : catégorie grammaticale {auxiliaire, adverbe, adjectif}, polarité {affirmative, négative}, type de phrase {déclarative, interrogative, exclamative}, type de proposition {indépendante, principale, protase, relative, nominale, etc.}, diathèse {active, passive}, marqueur aspectuel {ø, be + -ing, have + -EN, have been + -ing}, type de sujet {1ère personne, 2ème personne, 3ème personne}, position {initiale, médiane, finale} ;

    • 2 Voir Halliday [1994].

    Variables sémantiques : référence temporelle du procès {passé, présent, à venir}, type de repérage {spécifique, générique}, rôle thématique du sujet {[+Acteur], [-Acteur]}, type de verbe {matériel, comportemental, verbal, mental, relationnel}2, statut factuel du procès {virtuel, factuel, contrefactuel}, type de modalité {déontique, dynamique, épistémique, existentielle} ;

  • Variables pragmatiques : fonction illocutoire {constative, directive, assertion modulée}, valeur modale {obligation, nécessité, forte probabilité, sporadique, hedge, caractéristique} ;

    • 3 Seuls les liens de cohérence pertinents pour notre étude seront expliqués. Nous manquons de place p (...)

    Variables textuelles : variété {britannique, US}, canal {écrit, oral}, mode de discours {narration, description, information, argumentation, instruction, report, dialogue}, lien de cohérence3 {énumération, (dés)accord, addition, arrière-plan, but, cause/justification, conséquence/conclusion, comparaison, concession, condition, causé/justifié par, contraste/objection, reformulation, offre/question, temporel, discours rapporté, équivalence/résumé, détermination/description, particularisation/généralisation, moyen, réponse/réaction, spécification, substitution}.

6Nous avons procédé à une analyse manuelle de tous les exemples retenus en leur attribuant une valeur pour chacune des variables considérées. Les données obtenues ont ensuite été analysées grâce au logiciel Trideux [Cibois 2013], qui nous a permis de dégager les phénomènes d’attraction et de répulsion entre les valeurs des différentes variables. Il y a attraction ou répulsion entre deux valeurs dans les cas d’écart à l’indépendance. Le PEM (pourcentage de l’écart maximal) est un indicateur [Cibois 2009] qui mesure la force de la liaison (attraction ou répulsion) entre deux valeurs. Un PEM de +100% indique ainsi un écart positif maximal, c’est-à-dire une attraction maximale. Un PEM de 0% signale une situation d’indépendance. Un PEM de +50% devrait être interprété comme marquant une attraction forte. Un PEM négatif indiquera une répulsion et permettra de mesurer sa force.
Trideux nous renseigne également sur la significativité statistique de l’écart à l’indépendance observé et du PEM.

7Cet article est consacré à l’adjectif likely. Unlikely a été exclu, car notre corpus n’en contenait aucune occurrence.
Par ailleurs, dans la mesure où nous cherchons à comparer son utilisation en discours avec celle des auxiliaires modaux, nous n’avons retenu que les occurrences où likely porte sur des propositions, soit les cas d’extraposition (It BE likely that P) et les cas de montée du sujet (GN BE likely to GV). Ont été exclues les occurrences où likely fonctionne comme épithète ou comme attribut d’un GN (Rain is likely Friday). Suite à ce tri, 41 occurrences ont été retenues. C’est peu, mais suffisant au regard du caractère monosémique de l’adjectif.

2. Propriétés syntaxiques et sémantiques de likely

8Dans les deux emplois qui nous intéressent ici, illustrés par (01) et (02), likely prend une proposition comme argument.

  • 4 La source des exemples cités est donnée en annexe.

(01) There are all kinds of reasons for it being very likely that the British will continue to see the world in terms that are marked rather more close to the ways in which the Americans see the world er and to that degree to some degree distinct from the ways in which Germans French Italians tend to see the world. ARG_S_014

(02) There’s a fun gag with the swimming pool cleaner from Paranormal Activity 2, and a good bit where the narrator loses sight of the protagonists and freaks out, wondering where they’ve gone, but those are the only jokes that are likely to stay with me as time goes on. I predict that even they will evaporate in a few days. ARG_W_10

9Les exemples (01) et (02) correspondent à ce que la tradition générative appelle, respectivement, une extraposition et une montée du sujet. En (01), le sujet réel de be likely est en effet la proposition nominale introduite par that, tandis que (02) peut être analysé comme une réélaboration de (The fact) that they [the jokes] will stay with me as time goes on is likely. À noter que c’est la construction avec montée du sujet qui est la plus fréquente dans notre corpus (68% des cas).

10Si, à la suite de Quirk et al. [1985 : 236], Besnard [2016 : 253] analyse be likely to comme une périphrase modale (semi-modal en anglais dans le texte), c’est que cette combinaison s’est de toute évidence conventionnalisée pour atteindre un certain niveau d’enracinement cognitif (entrenchment) et ainsi accéder au statut de construction, tout au moins dans une conception radicale des grammaires de constructions, telle que celle défendue par Croft [2001]. Nous ne rejetons pas l’étiquette de périphrase modale, mais deux précautions doivent être prises. Premièrement, parler de conventionnalisation et de constructionnalisation ne revient pas à parler d’autonomisation du sens. Certaines constructions, et, pour ce qui nous intéresse ici, certaines périphrases modales, ont acquis une autonomie sémantique au sens où leur interprétation n’est pas directement dérivable du sens des constructions mères ou sœurs. C’est le cas de be supposed to. Comparons, par exemple, les paires suivantes.

(03a) John is supposed to work hard.

(03b) It is supposed that John works/will work hard.

(04a) John is likely to work hard.

(04b) It is likely that John works/will work hard.

11Dans une hiérarchie des constructions, telle qu’on en conçoit dans le cadre des grammaires de constructions, (a) et (b) instancient des constructions sœurs censées hériter un certain nombre de traits formels et fonctionnels d’une construction mère, soit, respectivement, (The fact) that John works/will work hard is supposed (elle-même fille de GN supposes that John works/will work hard) et (The fact) that John works/will work hard is likely. Or, de ce point de vue, on note une différence significative entre be likely to et be supposed to. Alors que (04a) a sensiblement le même sens (en termes vériconditionnels tout au moins) que (04b) et que la construction mère (P est probable), (03a) s’en départit considérablement, puisque (03a) véhicule une modalité déontique, tandis que (03b) exprime un jugement épistémique. On peut donc estimer que be supposed to, contrairement à be likely to, s’est autonomisé fonctionnellement.

  • 5 Notre analyse rejoint celle de Langacker [2013 : 35], qui considère able comme un prédicat à contrô (...)

12Par ailleurs, et c’est lié, il faut bien distinguer les périphrases véhiculant une modalité radicale (comme be supposed to, be able to, be allowed to, etc.) de celles qui expriment une modalité épistémique (comme be likely to, be sure to, be certain to, etc.). Dans les premières, le prédicat modal dénote une force [Talmy 2000] qui s’exerce sur le référent du sujet. Avec les périphrases épistémiques, même si le prédicat <be likely to V> finit par dire quelque chose du référent du sujet grammatical (c’est le propre de toutes les constructions à montée du sujet dans la mesure où, in fine, il y a toujours une forme de caractérisation du référent du sujet), il faut bien voir que dans John is likely to work hard, le prédicat modal prend comme argument la proposition <John – to work hard>5.

13Comment décrire le sens modal exprimé par likely ? Nous partirons d’observations syntaxiques. La syntaxe suggère en effet que les prédicats exprimant l’épistémique se divisent en deux grandes catégories (qui rejoignent partiellement la dichotomie proposée par Westney [1986] : la classe I, qui comporte les prédicats qui font référence à un jugement épistémique ou évidentiel (believe, certain, sure, seem) et la classe II, qui regroupe ceux qui expriment un degré de probabilité (possible, probable). Comme le montrent les paires suivantes, les premiers peuvent entrer dans une construction avec montée du sujet, à l’inverse des seconds, comme l’a montré Perkins [1983 : 81] :

(05a) It is certain/sure that John will come.

(05b) John is certain/sure to come.

(06a) It is believed that John came.

(06b) John is believed to have come.

(07a) It seems that John came.

(07b) John seems to have come.

(08a) It is probable that John will come.

(08b) *John is probable to come.

(09a) It is possible that John will come.

(09b) *John is possible to come.

La phrase (10b) suggère que likely appartient à la première catégorie.

(10a) It is likely that John will come.

(10b) John is likely to come.

  • 6 Si l’on se réfère à l’étymologie (voir OED).
  • 7 Likely a en effet la même origine que la préposition comparative like, tout comme likeness (cf. OED(...)
  • 8 Le jugement de vraisemblance précède, dans la chronologie notionnelle, le jugement de probabilité. (...)

14Cette différence de fonctionnement peut s’expliquer ainsi. Alors que possible et probable permettent d’attribuer directement la propriété d’être probable, ou « prouvable »6 au contenu propositionnel, likely, comme seem, présente prioritairement le contenu propositionnel comme vraisemblable, c’est-à-dire comme conforme7 aux apparences, à la réalité apparente. He is likely to come est en effet proche de It looks like he’s going to come. Likely est donc avant tout un marqueur d’évidentialité. Le jugement de forte probabilité découle de – et se fonde sur – ce jugement de conformité aux apparences8. À l’inverse, l’adjectif probable focalise le jugement de probabilité en faisant abstraction de ce qui le fonde. Si nous ne refusons pas de voir dans likely un jugement proche de celui exprimé par probable, il faut bien voir que cette valeur se construit différemment et que les deux processus d’élaboration laissent des traces sémantiques (différence de focalisation sur le fondement de la probabilité ou sur la probabilité elle-même) et syntaxiques (compatibilité ou non avec la construction dite à montée du sujet).

  • 9 Il n’est évidemment pas possible, dans le cadre de cet article, de décrire précisément et d’expliqu (...)

15Si le comportement syntaxique de likely le range sans conteste dans la classe I, il faut bien voir que cette classe est sémantiquement hétérogène, puisqu’elle inclut des prédicats faisant explicitement référence à un procès cognitif (certain, sure et believe) et d’autres qui dénotent un jugement de conformité aux apparences (seem). Vu ce qui a été dit plus haut de son fonctionnement, c’est bien sûr à la seconde sous-classe que likely appartient. Certain, sure ou believe font explicitement référence à la croyance d’un sujet pensant (distinct ou non de l’énonciateur) qui est certain/sûr ou qui croit que P. Si l’on raisonne en termes de chronologie notionnelle, ils renvoient donc au résultat d’une inférence. En revanche, comme nous l’avons montré plus haut, seem et be likely, en référant explicitement aux apparences, donnent à voir ce qui fonde le jugement épistémique, fondement qui se situe donc avant ledit jugement.9 Comme le souligne Perkins [1983 : 78], « likelihood […] is empirically determined ».

16Le jugement de probabilité (indirectement) véhiculé par likely peut relever de l’épistémique, comme en (11), ou de la modalité existentielle, comme en (12) :

(11) The relationship between Britain and the European Union is not likely ever to be quite the same as the relationship of its founding members to the union. ARG_S_01

(12) You are a black patient, this medicine might not work as well for you or you might be more likely to suffer serious side effects (e.g. angioedema) swelling of the face, eyes, tongue or throat. INS_W_25

  • 10 La modalité existentielle est complexe. D’un côté, il est fait référence à une fréquence. De ce poi (...)

Bien que, dans les deux cas, il soit question de chances élevées que P soit vraie, la forte probabilité en (12) a clairement une dimension temporelle : P est très probable parce que P est ce qui arrive la plupart du temps10.

17En attribuant à la proposition la qualité d’être vraisemblable, l’énonciateur fait une assertion. La forme modale est donc utilisée de façon descriptive, comme le montre l’acceptabilité de l’interrogative en (10c).

(10c) Is John likely to work hard?

18Perkins, bien qu’il confonde emploi descriptif et modalité objective, ne dit pas autre chose lorsqu’il affirme que « all modal expressions which incorporate the verb BE express objective modality, the objectivity being a function of the fact that the modality itself is actually asserted » [1983 : 68].

19Selon Nuyts [2014], la modalité exprimée par les adjectifs est inter-subjective, au sens où elle n’est pas présentée comme un jugement émanant du locuteur seul mais comme un point de vue partagé par le locuteur, l’interlocuteur et, potentiellement, des tiers. Ainsi, pour cet auteur (Nuyts [2014 : 19]) :

an evaluation is ‘subjective’ if it is presented as being strictly the assessor’s sole responsibility; it is ‘intersubjective’ if it is presented as being shared between the assessor and a wider group of people, possibly, but not necessarily, including the hearer.

20Cela implique donc que la modalité est présentée comme acquise, non problématique, indiscutable ou, tout au moins, en dehors du débat présent. Dans ce domaine, les choses sont difficiles à prouver, mais le fonctionnement sémantique de be likely tel qu’il a été décrit plus haut est compatible avec cette analyse. Si les indices qui fondent le jugement de probabilité sont observables par tous, on peut penser que ledit jugement s’impose également à tous et qu’il n’est donc pas présenté comme propre au locuteur.

21Nous commencerons par fournir des données quantitatives sur l’emploi de be likely en fonction de la situation de communication (variété, canal, mode de discours, genre), ce que l’on appellera ici son contexte. Nous montrerons ensuite que notre forme modale manifeste un profil différent selon le mode de discours dans lequel elle est employée. Nous tenterons enfin de montrer comment, dans le cadre d’une approche intégrative, ces propriétés discursives s’articulent avec les propriétés syntaxiques et sémantiques évoquées plus haut.

3. Contextes d’utilisation de be likely

22L’adjectif s’avère être utilisé plus fréquemment en anglais britannique qu’en anglais américain (27 occurrences contre 14). On note par ailleurs que 83% des occurrences de be likely apparaissent à l’écrit (PEM de +54% significatif à 1%). Pour ce qui est des types de textes, le tableau 1 donne la distribution de likely en fonction des sept modes de discours considérés.

Tableau 1 : Likely – distribution en fonction du mode de discours

  • 11 Les étoiles renseignent sur la significativité statistique du PEM : trois étoiles pour un khideux s (...)

Fréquence absolue

Fréquence relative

PEM

Argumentation

11

27%

+16%***11

Description

0

0%

-100%

Dialogue

1

2%

-88%***

Information

10

24%

+15%***

Instruction

8

20%

-39%*

Narration

0

0%

-100%

Report

11

27%

+18%***

Total

41

100%

23Notre forme est absente de la narration et de la description et quasiment absente du dialogue. Cette dernière observation est logique, puisque la partie dialogue du corpus est composée exclusivement de textes oraux alors que, comme on l’a vu, be likely est attiré par l’écrit. C’est donc en argumentation, illustrée par (13), en information, illustrée par (14), en report, illustré par (15), et, étonnamment, en instruction, illustrée par (16), que se concentrent la quasi-totalité des occurrences de nos constructions :

(13) It is likely that the ability to pursue an over-arching objective (e.g. make a bow-and-arrow) through a variety of chains of actions that achieve intermediate goals requires an ability called ‘executive control’, which allows a person to put one task in abeyance (in memory) while another is executed and then to retrieve the other task and execute it (Jackson et al., 1999). ARG_W_03

(14) It’s much better if the student has kind of read the work the night before – in terms of what they’re expected to do – and kind of ask themselves, “Why am I being expected to do this?” You know, “What is this practical class being done in this way?” If they’ve done that they’re more likely to be in a position to ask questions. INF_S_02

(15) The unsettled conditions are likely to spread to all parts from Thursday onwards, with the heaviest rain and strongest winds most likely to affect western areas. Eastern areas are most likely to see the best of any drier and brighter weather, with the risk of overnight frost and fog under clear spells. REP_W_09

(16) Tell your doctor immediately if you experience any of the following symptoms after taking this medicine. Although they are very rare, these symptoms can be serious. Feeling faint, particularly when standing. This may mean your blood pressure is too low (hypotension). This is more likely to occur if you have been taking diuretics (water tablets), other blood pressure medication in addition to Accupro, alcohol or if you are dehydrated or on dialysis. If you feel light headed or faint, lie down until this feeling passes. INS_W_25

4. Les différents profils de be likely

24Nous détaillons ici le comportement sémantique et discursif de be likely dans chacun des quatre modes de discours où il est utilisé : l’instruction, l’information, l’argumentation et le report.

4.1. Profil de be likely en instruction

  • 12 L’imbrication d’unités rhétoriques au sein d’unités rhétoriques dominantes de nature différente a é (...)

25C’est parce que be likely n’a pas de valeur déontique, contrairement à la plupart des autres formes modales étudiées (must, should, have to, shall, will), qu’il exhibe une forte répulsion pour l’instruction (PEM = -39% significatif à 10%), mode très attiré par le déontique. Mais il y a plus. L’examen attentif de ces occurrences révèle qu’elles sont toutes comparables à l’exemple (16) et que likely apparaît en réalité dans un passage informationnel enchâssé dans un texte instructionnel12. Les huit occurrences apparaissant dans la section « instruction » du corpus pourraient donc être rattachées au mode informationnel, qui devient ainsi le mode où be likely est le plus fréquent.

4.2. Profil de be likely en information

26Si l’on considère que les occurrences apparaissant en instruction relèvent de l’information, l’attraction entre la forme modale et ce mode de discours (PEM = +15%) pourrait donc être revue à la hausse. Ce qui frappe à l’examen de ces exemples, c’est que be likely y exprime une modalité existentielle où le probable et le fréquent se superposent. Un énoncé comme (14), répété en (17), peut en effet être reformulé à l’aide d’une subordonnée de temps, comme en (17’), qui explicite l’interprétation temporelle de la modalité, soit :

(17) It’s much better if the student has kind of read the work the night before – in terms of what they’re expected to do – and kind of ask themselves, “Why am I being expected to do this?” You know, “What is this practical class being done in this way?” If they’ve done that they’re more likely to be in a position to ask questions. INF_S_02

(17’) It’s much better if the student has kind of read the work the night before – in terms of what they’re expected to do – and kind of ask themselves, “Why am I being expected to do this?” You know, “What is this practical class being done in this way?” When they’ve done that they’re more likely to be in a position to ask questions. INF_S_02

27Cette forte compatibilité entre l’information et la modalité existentielle (plus de 50% des cas) s’explique par le fait que l’information est le mode du générique par excellence (voir Smith [2003] et Pic & Furmaniak [2012, 2016]). Ainsi, 80% des exemples renvoient à un procès situé dans un présent générique (ce qui, on le verra, différencie ce profil des autres).

28Par ailleurs, (17) manifeste d’autres spécificités qui semblent typiques du mode informationnel : attraction pour les apodoses (30% des occurrences ; PEM = +47%) et pour le lien de « conséquence/conclusion » (60% des occurrences ; PEM = +29%), qui fait ressortir un schéma récurrent dans ce mode du type « if/when q, (then) p is likely ». Ce schéma est explicite en (18a) (voir les segments en italiques) :

(18) What is rubella? Rubella (German measles) is usually a mild illness.

(18a) However, if a pregnant woman has rubella, the virus is likely to cause serious damage to the unborn child or cause a miscarriage. Rubella can lead to damage to the heart, brain, hearing and sight.

(18b) The baby is likely to be born with a very serious condition called the congenital rubella syndrome. INF_W_05

29La condition est plus implicite en (18b), mais on peut estimer que la condition est la même qu’en (18a). En (19), elle est contenue dans le GN children immunised against mumps, qu’on doit interpréter comme « if/when children are immunised against mumps ».

(19) Mumps is very infectious. It takes 14-25 days to develop symptoms after being infected. Affected people are infectious from about six days before, until about five days after, a parotid gland begins to swell. Children immunised against mumps are unlikely to catch mumps. However, immunisation is not 100% effective. INF_W_06

Dans cette glose, notre hésitation entre if (renvoi à une condition) et when (renvoi à une classe d’occasions restreinte) n’est pas anodine. Elle est révélatrice du fonctionnement ambivalent de ces énoncés et de la modalité existentielle qui les caractérise, type de modalité lui-même corrélé au repérage générique et à la factualité de la proposition. Cette ambivalence a déjà été évoquée. À un premier niveau de lecture, dans une interprétation temporelle de la modalité, un énoncé comme (18a) dit que les conséquences sont souvent graves lorsqu’une femme enceinte attrape la rubéole. À un second niveau de lecture, que nous qualifions de mise en situation, la protase construit une situation fictive (celle où une femme attrape la rubéole), tandis que l’apodose nous dit que, dans ce cas, il y a de grandes chances que le fœtus courre un danger. La lecture statistique est première. C’est elle qui fonde le jugement de probabilité lors de la mise en situation. Cette construction à deux étages est particulièrement compatible avec la manière dont likely construit le sens. Le jugement de vraisemblance et de probabilité est ici fondé sur les observations empiriques de la communauté scientifique. Ce fondement empirique confirme aussi le caractère incontestable de la probabilité codée par l’adjectif : puisqu’elle s’appuie sur l’observation d’un comportement ou d’un phénomène récurrent, elle est plus qu’une simple hypothèse de l’énonciateur.

4.3. Profil de be likely en argumentation

30Même s’il est difficile de généraliser étant donné le faible nombre d’occurrences, il apparaît que les passages argumentatifs de notre corpus contenant be likely to se trouvent tous en contexte académique (articles de recherche ou conférences), où, comme c’est le cas en (20), il est important de montrer que l’existence de la probabilité s’appuie sur une observation empirique (cf. this is evidence for the fact), ce qui est parfaitement compatible avec le fonctionnement sémantique de be likely tel que nous l’avons décrit plus haut :

(20) I think that the first point we need to make by way of historical introduction is that Britain was a late joiner she wasn’t one of the in-, initial members of the European Union and only became a full member in I think it was nineteen-seventy-three and that in itself is a significant evidence for the fact that the the relationship between Britain and the European Union is not likely ever to be quite the same as the relationship of its founding members to the union. ARG_S_01

Dans ce mode, contrairement à l’information, be likely exprime toujours une modalité épistémique et jamais existentielle. Cet emploi se distingue également du précédent par sa forte attraction pour les procès situés dans l’avenir (73% des occurrences ; PEM = +41%). C’est le cas en (20) par le biais de l’adverbe ever et en (21), qui reprend (01) avec un contexte plus large, où la nominale est localisée dans l’avenir grâce au modal will.

(21) […] the exchange of nu-, of sensitive nuclear information which the Americans wouldn’t exchange with other members of the European Union, the purchase by Britain of nuclear weapons from America, close personal relationships between a whole series of British Prime Ministers and American Presidents, a common language, a, to some degree, common history, et cetera et cetera. There are all kinds of reasons for it being very likely that the British will continue to see the world in terms that are marked rather more close to the ways in which the Americans see the world er and to that degree to some degree distinct from the ways in which Germans French Italians tend to see the world. ARG_S_01

31Ce repérage temporel à venir implique naturellement que la proposition est toujours virtuelle. Notons au passage qu’en (21) la proposition contenant likely est enchâssée dans une proposition principale commençant par There are all kinds of reasons for… On y retrouve la même volonté qu’en (20) de montrer que le jugement épistémique est empiriquement fondé et la même harmonie sémantique entre cette justification et le fonctionnement de l’adjectif modal.

32On retrouve toutefois, comme en information, une attraction assez forte pour les procès non spécifiques (100% des cas ; PEM = +66%), comme c’est le cas en (20) et (21). Il s’agit bien sûr, comme dans l’information, d’une propriété héritée du mode de discours ; l’argumentation partageant avec l’information une forte compatibilité avec les procès génériques et non spécifiques.
En revanche, cet emploi du be likely n’exhibe pas de spécificités notables en termes de liens de cohérence.

4.4. Profil de be likely dans le mode du report

33Avant tout, il convient de dire un mot du report. Si les autres modes de discours sont largement usités dans la littérature et ne requièrent pas de commentaires particuliers, il n’en va pas de même du report, concept forgé par Smith [2003]. Il s’agit d’un mode temporel caractérisé par la présence d’états et d’événements spécifiques, ainsi que de procès génériques. En outre, les procès y sont constamment rapportés au moment de l’énonciation. Ce rapport au présent en fait le mode privilégié du discours journalistique et se traduit formellement par l’emploi fréquent de déictiques, par le recours au present perfect et par des changements fréquents de temps.

  • 13 À noter que, dans le report, 13 parmi les 17 occurrences de likely en fonction d’épithète ou d’attr (...)

34Si be likely est attiré par le mode du report, c’est qu’il semble relativement typique du bulletin météorologique, genre où le report est utilisé de façon quasiment exclusive13. L’énoncé (22) en est un exemple :

(22) Rain may turn heavy at times, with hill fog. Cloudy, with rain for many on Saturday, this gradually clearing from the northwest overnight and during Sunday, but slow-moving across the southeast. Turning colder with some frost and fog developing. Tuesday and into Wednesday, high pressure will gradually decline and unsettled weather is likely to return over western parts with spells of rain and strengthening winds, perhaps to gale force over northwestern parts later. REP_W_09

35Be likely en report a en commun avec son emploi en argumentation une forte attraction pour les procès à venir (73% des occurrences ; PEM = +61% ; significatif à 5%). Il s’en distingue par son attraction pour les procès spécifiques (73% des occurrences ; PEM = +63% ; significatif à 1%), comme on peut l’observer en (22).

36Ces propriétés sont naturellement héritées du mode de discours. Naturellement, car nous estimons que c’est le mode de discours qui profile l’usage d’une forme grammaticale, qui la colore en projetant sur elle ses propriétés intrinsèques. Ainsi la référence spécifique fait-elle partie des propriétés définitoires du report (Voir Pic & Furmaniak [2016]) et le renvoi fréquent à l’avenir n’est pas non plus surprenant dans un mode, marqué (cf. supra) par des allers-retours constants entre passé, présent et futur.

37Enfin, l’emploi de be likely en report se distingue de son utilisation dans les autres modes au niveau syntaxique et inter-propositionnel. Dans les autres modes, la proposition modalisée par be likely est typiquement une subordonnée ou une apodose, et elle entretient avec la proposition enchâssée ou enchâssante un lien de type logique ou dialogique. Ici, au contraire, be likely apparaît prioritairement dans des indépendantes et le lien avec les propositions adjacentes paraît plus distendu. C’est le cas, par exemple, en (23), où l’on trouve une succession d’énoncés contenant l’adjectif sans qu’on puisse identifier un lien de cohérence évident :

(23) The unsettled conditions are likely to spread to all parts from Thursday onwards, with the heaviest rain and strongest winds most likely to affect western areas. Eastern areas are most likely to see the best of any drier and brighter weather, with the risk of overnight frost and fog under clear spells. REP_W_09

4.5. Propriétés communes à tous les modes de discours

38Quelques propriétés spécifiques semblent transcender les emplois décrits plus haut ou, en tout cas, se retrouver dans la plupart des modes de discours. Elles sont spécifiques au sens où elles permettent de distinguer be likely des autres formes modales prises en compte.

39Tout d’abord, nos données font état d’une attraction certaine pour les procès existentiels (20% des occurrences ; PEM = +17% ; significatif à 1%). Ce phénomène est illustré par (24) :

(24) This is more likely to occur if you have been taking diuretics (water tablets), other blood pressure medication in addition to Accupro, alcohol or if you are dehydrated or on dialysis. INS_W_25

40Même si les procès matériels sont les plus fréquents (32% des occurrences), ils le sont moins qu’avec les autres formes modales, ce qui induit un phénomène de répulsion (PEM = -18%).

41Du point de vue du temps, be likely exhibe une forte attraction (PEM = +45% ; significatif à 1%) pour les procès à venir. À l’inverse, cette forme semble rarement utilisée avec une marque de passé, et il s’agit, chaque fois, comme en (25), de la forme have + -EN prenant une valeur de parfait :

(25) Human influence on the climate is likely to have substantially increased the chance of breaking the UK and CET temperature records. It’s a distant memory but this is what summer this year looked like. REP_W_01

42Enfin, le fondement de la probabilité sur un jugement de conformité aux apparences explique la fréquence relative de likely avec les liens logiques (44% des occurrences), en particulier la conséquence, qui concerne 34% des emplois. En (12), par exemple, répété en (26), la proposition modalisée est la conséquence de la proposition soulignée :

(26) You are a black patient, this medicine might not work as well for you or you might be more likely to suffer serious side effects (e.g. angioedema) swelling of the face, eyes, tongue or throat). INS_W_25

Conclusion

43Il ressort de cette analyse discursive de la forme be likely un certain nombre de spécificités, qui la démarquent des autres marqueurs modaux opérant dans le domaine de la nécessité, ainsi que l’existence de profils sémantiques différents selon le mode de discours dans lequel la forme est utilisée.

44Pour ce qui est des propriétés générales de be likely, il est apparu que la forme modale était, plus que les autres formes du domaine, attirée par l’anglais britannique et l’écrit, ce qui explique sa faible fréquence dans le mode dialogal.

45Sur le plan sémantique, be likely se distingue des autres formes par la manière indirecte dont se construit la valeur de probabilité. Be likely marque en effet prioritairement un jugement de conformité (de la proposition) aux apparences dont découle un jugement de probabilité. Par ailleurs, la forme exhibe une attraction relative pour la modalité existentielle, ce qui la démarque un peu plus des formes concurrentes. Le fondement évidentiel du jugement modal véhiculé par notre marqueur implique que la modalité est ressentie comme inter-subjective (car chacun peut arriver au même constat) et comme acquise, au sens où elle n’est pas censée faire l’objet d’un débat.

Une autre spécificité sémantique de be likely tient à son attraction forte pour les procès à venir, ce qui la distingue nettement des autres formes modales du domaine, en particulier must.

46Nous avons identifié pour be likely trois profils différents, c’est-à-dire trois types d’emplois spécifiques qui héritent un certain nombre de propriétés des modes de discours auxquels ils sont attachés.

Le premier de ces profils apparaît dans le mode de l’information, qui, si l’on y ajoute les occurrences extraites de la section instructionnelle (parce qu’elles appartiennent en réalité à des îlots informationnels), constitue le mode qui attire le plus be likely. Dans ce mode, be likely est essentiellement associé au générique et se trouve attiré pour la modalité existentielle. L’analyse a également fait ressortir un schéma argumentatif récurrent au sein de ce mode, du type « if/when q,(then) p is likely ».

En argumentation, be likely apparaît également dans des énoncés non spécifiques (propriété héritée du mode de discours), mais la modalité exprimée est exclusivement épistémique, à l’exclusion de la valeur existentielle. Contrairement à l’emploi précédent, on note ici une forte attraction pour les procès à venir, mais, contrairement à l’emploi suivant, il s’agit ici d’un avenir non spécifique, c’est-à-dire qu’on a souvent affaire à un procès non spécifique situé dans un avenir indéterminé (une habitude dans l’avenir, par exemple).

En effet, l’emploi de be likely dans le mode du report se caractérise par une attraction pour les procès à venir spécifiques. Nous avons par ailleurs noté un comportement spécifique en termes de syntaxe et d’enchaînements discursifs, puisque les occurrences de be likely dans ce mode ont tendance à apparaître dans des propositions indépendantes n’entretenant pas de liens logiques explicites avec les propositions adjacentes, l’enchaînement se faisant plutôt sur le mode de l’énumération.

47Cette étude exploratoire mériterait d’être étendue à un échantillon d’exemples plus conséquent. Les petits corpus ont en effet l’avantage de permettre des analyses qualitatives prenant en compte un nombre important de variables et de les appliquer à plusieurs formes concurrentes à des fins de comparaison, mais cela a un coût en termes de représentativité. Il conviendra donc de tester et d’affiner à la lumière d’un corpus de plus grande taille les premiers résultats présentés ici. Cependant, comme l’a montré Sinclair [2005], l’étude des formes monosémiques ou peu polysémiques ne requiert pas des échantillons aussi importants que les formes hautement polysémiques. Étant donné la faible polysémie de be likely, on peut donc gager que l’échantillon utilisé ici est suffisamment représentatif et que nos résultats ont toutes les chances d’être confirmés par une étude de plus grande envergure.

Top of page

Bibliography

Adam Jean-Michel, 1992, Les textes : types et prototypes : récit, description, argumentation, explication et dialogue, Paris : Armand Colin.

Besnard Anne-Laure, 2016, “BE likely to and BE expected to, epistemic modality or evidentiality?: Markers of (non)commitment in newspaper discourse”, in Marín Arrese Juana I., Haßler Gerda & Carretero Marta (Eds.), Evidentiality Revisited – Cognitive Grammar, Functional and Discourse-Pragmatic Perspectives, Amsterdam: John Benjamins, 249-269.

Cibois Philippe, 2009, « Le PEM, pourcentage de l’écart maximum. À propos de l’article de Brice Lefèvre et Stéphane Champely Méthodes statistiques globales et locales d’analyse d’un tableau de contingence par les tailles d’effet et leurs intervalles de confiance », http://cibois.pagesperso-orange.fr/PEM2009Fr.pdf

Cibois Philippe, 2013, TrideuxOri (Version 5.2), Logiciel, http://cibois.pagesperso-orange.fr/Trideux.html#Chargement.

Collins Peter, 2009, Modals and Quasi-modals in English, Amsterdam: Rodopi.

Cotte Pierre, 1988, « Le système des auxiliaires modaux dans le système verbal de l’anglais contemporain », Thèse pour le doctorat d’État, Université de Grenoble III.

Croft William, 2001, Radical Construction Grammar: Syntactic Theory in Typological Perspective, Oxford: Oxford University Press.

Greenaum Sidney, 1969, Studies in English Adverbial Usage, Coral Gables, FL: University of Miami Press.

Guimier Claude, 1988, Syntaxe de l’adverbe anglais, Lille : Presses universitaires de Lille.

Halliday Michael A. K., 1994 [1985], An Introduction to Functional Grammar, Londres: Edward Arnold.

Langacker Ronald W., 2013, “Modals: Striving for Control”, in Marín-Arrese Juana I., Carretero Marta, Arús Jorge & van der Auwera Johan (Eds.), English Modality: Core, Periphery and Evidentiality, Berlin: Mouton de Gruyter, 3-55.

Larreya Paul, 1984, Le possible et le nécessaire, modalités et auxiliaires en anglais britannique, Paris : Nathan.

Nuyts Jan, 2001, Epistemic Modality, Language, and Conceptualization, Amsterdam: John Benjamins.

Nuyts Jan, 2014, “Subjectivity in modality, and beyond”, in Zuczkowski Andrzej, Bongelli Ramona, Riccioni Ilaria & Canestrari Carla (Eds.), Communicating Certainty and Uncertainty in Medical, Supportive and Scientific Contexts, Amsterdam: John Benjamins, 13-30.

(The) Oxford English Dictionary Online. 2009, Oxford: Oxford University Press, dictionary.oed.com

Palmer Frank R., 1990, Modality and the English Modals, Londres: Longman.

Perkins Michael R., 1983, Modal Expressions in English, Londres: Frances Pinter.

Pic Elsa & Furmaniak Grégory, 2012, « Les modes de discours, interface entre texte et grammaire dans les langues de spécialité », ASp, 62, 25-44.

Pic Elsa & Furmaniak Grégory, 2016, « Formes et fonctions du récit dans la vulgarisation scientifique », in Resche Catherine (Ed.), La mise en récit dans les discours spécialisés, Berne : Peter Lang, 139-159.

Quirk Randolph, Greenbaum Sidney, Leech Geoffrey & Svartvik Jan, 1985, A Comprehensive Grammar of the English Language, Londres: Longman.

Rivière Claude, 1983, “Modal Adjectives: Transformations, synonymy, and Complementation”, Lingua, 59, 1-45.

Simon-Vandenbergen, Anne-Marie & Aijmer Karin, 2007, The Semantic Field of Modal Certainty: A Corpus-based Study of English Adverbs, Berlin: Mouton de Gruyter.

Sinclair John, 2005, “Corpus and Text – Basic Principles”, in Wynne Martin (Ed.), Developing Linguistic Corpora: A Guide to Good Practice, Oxford: Oxbow Books, 5-24, http://ota.ox.ac.uk/documents/creating/dlc/

Smith Carlotta, 2003, Modes of Discourse. The local Structure of Texts, Cambridge: Cambridge University Press.

Talmy Leonard, 2000, Toward a Cognitive Semantics, Volume 1, Cambridge: MIT Press.

Tucker Gordon, 2001, “Possibly alternative modality”, Functions of Language, 8 (2),183-216.

Westney Paul, 1986, “How to be more or less certain in English: Scalarity in epistemic modality”, International Review of Applied Linguistics in Language Teaching, 24 (4), 311-320.

Top of page

Appendix

Source des exemples cités

Nom du fichier

Source

Nom du fichier original

ARG_S_01

BASE corpus

nm1172

ARG_W_03

Cambridge Journal of Economics, 2010, 34(1)

ARG_W_10

craveonline.com

INF_S_02

BASE corpus

Biological sciences (interview)

INF_W_05

http://www.patient.co.uk/​health/​rubella-german-measles-leaflet

INF_W_06

http://www.patient.co.uk/​health/​mumps-leaflet

INS_W_25

www.medecines.ie

REP_W_01

http://www.huffingtonpost.co.uk/​2014/​12/​31/​2014-britains-hottest-year_n_6400204.html?utm_hp_ref=uk-news

REP_W_09

http://www.metoffice.gov.uk/​public/​weather/​forecast/​gcpvjttwz

The British Academic Spoken English (BASE) corpus project. The corpus was developed at the Universities of Warwick and Reading under the directorship of Hilary Nesi and Paul Thompson. Corpus development was assisted by funding from BALEAP, EURALEX, the British Academy and the Arts and Humanities Research Council.

Top of page

Notes

1 Voir Adam [1992] et Smith [2003].

2 Voir Halliday [1994].

3 Seuls les liens de cohérence pertinents pour notre étude seront expliqués. Nous manquons de place pour tous les décrire en détail.

4 La source des exemples cités est donnée en annexe.

5 Notre analyse rejoint celle de Langacker [2013 : 35], qui considère able comme un prédicat à contrôle (control predicate) et likely comme un prédicat à montée (raising predicate).

6 Si l’on se réfère à l’étymologie (voir OED).

7 Likely a en effet la même origine que la préposition comparative like, tout comme likeness (cf. OED). Il exprime donc un rapprochement entre deux entités, ici la réalité observée et le contenu propositionnel, ce dernier étant jugé compatible avec la réalité telle qu’elle a été appréhendée.

8 Le jugement de vraisemblance précède, dans la chronologie notionnelle, le jugement de probabilité. Une proposition (au sens sémantique) vraisemblable est une proposition jugée conforme aux apparences. Ce jugement de conformité aux apparences peut donner lieu à un jugement de probabilité : si P est conforme aux apparences, il y a une forte chance que le procès dénoté par P se réalise.

9 Il n’est évidemment pas possible, dans le cadre de cet article, de décrire précisément et d’expliquer les différences syntaxiques et sémantiques des constructions évoquées.

10 La modalité existentielle est complexe. D’un côté, il est fait référence à une fréquence. De ce point de vue, P est vraie à une fréquence x, et la proposition est donc factuelle. Mais il y a aussi, dans ce type d’énoncés, une seconde strate, ce que l’on pourrait appeler une mise en situation, que l’on peut gloser par : si vous vous retrouvez dans la situation d’avoir été exposé, il est très probable que P. De ce point de vue, la proposition est virtuelle.

11 Les étoiles renseignent sur la significativité statistique du PEM : trois étoiles pour un khideux significatif à 1%, deux étoiles pour un khideux significatif à 5%, une étoile pour un khideux significatif à 10%. L’absence d’étoile signifie que le test est jugé non significatif.

12 L’imbrication d’unités rhétoriques au sein d’unités rhétoriques dominantes de nature différente a été constatée par Adam [1992]. Si les modes de discours sont envisagés comme des modes d’énonciation, la possibilité d’avoir des changements de mode au sein d’un passage globalement homogène n’invalide pas le recours aux modes de discours d’un point de vue théorique. Elle pose cependant un problème au niveau méthodologique. Si nous avons envisagé d’exclure ces segments « étrangers » de la section instructionnelle du corpus, nous avons finalement choisi de les conserver pour deux raisons. La première est de préserver l’intelligibilité du passage. La seconde est que l’imbrication d’unités relevant de modes de discours différents n’est peut-être pas anodine et dit peut-être quelque chose sur les modes eux-mêmes et sur les genres textuels qui y ont recours.

13 À noter que, dans le report, 13 parmi les 17 occurrences de likely en fonction d’épithète ou d’attribut d’un GN appartiennent au genre du bulletin météorologique. Il semble donc exister une forte attraction entre l’adjectif, quelle que soit la construction dans laquelle il s’insère, et le genre du bulletin météorologique.

Top of page

References

Electronic reference

Grégory Furmaniak, « Sur les spécificités discursives de (be) likely »Lexis [Online], 15 | 2020, Online since 13 June 2020, connection on 08 July 2020. URL: http://journals.openedition.org/lexis/4227 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lexis.4227

Top of page

About the author

Grégory Furmaniak

Université Sorbonne Nouvelle

gregory.furmaniak@sorbonne-nouvelle.fr

Top of page
  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals