Skip to navigation – Site map

HomeSupplementsBook reviews2020Alexeï Koshelev, Essays on the Ev...

2020

Alexeï Koshelev, Essays on the Evolutionary-Synthetic Theory of Language.On the Crisis in Theoretical Linguistics.Basic Meaning and the Language of Thought.The Unity of Lexical and Grammatical Polysemy

Boston Academic Studies Press, 2019, 254 pages
José Ramírez de Arellano
Bibliographical reference

Sandrine Sorlin

L Essays on the Evolutionary-Synthetic Theory of Language. On the Crisis in Theoretical linguistics. Basic Meaning and the Language of Thought. The Unity of Lexical and Grammatical Polysemy. Academic Studies Press, Boston, 2019. ISBN : 978-1644690024, Prix : 91,73$, 254 pages

Full text

1Cet ouvrage compte 254 pages, dont 23 correspondent à la bibliographie, 13 pages à la présentation, aux remerciements et à la table des matières. Il s’agit d’une traduction en anglais d’Aleksandr V. Kravchenko et de Jillian Smith, de l’ouvrage original en russe, Очерки эволюционно - синтетической теории языка, publié en 2017. Le titre comporte un pluriel (« Essays »), et les trois éléments du sous-titre laissent penser qu’il s’agit d’un recueil de trois essais distincts ayant pour point commun le fait de s’ancrer dans la Théorie évolutionnaire-synthétique du langage. En réalité il s’agit de trois thèmes principaux développés au long d’un ouvrage structuré en cinq chapitres.

2Le livre constitue la première présentation, dans une langue autre que le russe, de la théorie développée par l’auteur sur la base de ses travaux depuis 1989 dans les domaines de la linguistique cognitive, de la lexicologie et de la sémantique. Dans son argumentation théorique, ambitieuse et révolutionnaire, l’auteur défend l’apport explicatif de ses schémas face à ceux d’autres chercheurs appartenant aux aires russophone (Apresian, Mel’čuk) et anglophone (Lakoff, Wierzbicka). L’apport de la théorie évolutionnaire-synthétique du langage aux autres théories linguistiques est abordé dans la première partie du livre. Dans la préface, A. Koshelev décrit l’atomisation de la recherche en linguistique dans différentes théories, souvent incompatibles et sans lien entre elles, comme une situation désastreuse pour la linguistique et pour la recherche interdisciplinaire en général. La théorie évolutionnaire-synthétique est proposée, non seulement pour mieux rendre compte de certains phénomènes sémantiques, mais aussi pour apporter une voie de résolution aux clivages que connaît la linguistique en tant que discipline scientifique.

3Cette forte visée théorique est clairement visible dans le contenu du Chapitre 1, intitulé On the contradictory nature of contemporary linguistic theories and how to change it for the better. En partant du principe que la linguistique théorique n’a, dans les 50 dernières années, pratiquement rien ajouté de nouveau aux faits universellement reconnus sur le langage en tant qu’objet d’étude global, l’auteur appelle à une théorie unifiée tenant compte des régularités diachroniques des fonctions linguistiques (et non seulement synchroniques) ainsi que des données recueillies sur les régularités fonctionnelles d’autres sous-systèmes humains.
La réalité est pourtant celle d’une fragmentation de la recherche autour de théories mutuellement contradictoires, qui viennent le plus souvent remplacer d’autres théories plus anciennes - tombées généralement dans l’oubli sans avoir été pour autant réfutées – en proposant des paradigmes nouveaux de toutes pièces. Des approches comme celles de Saussure, Chomsky, Jackendoff, Lakoff, Wierzbicka et Mel’čuk diffèrent profondément dans les liens (d’inclusion, de modularité, d’autonomie, etc.) qu’elles établissent entre le langage et la pensée. Ces divergences en comportent d’autres lorsqu’il s’agit de rendre compte de phénomènes comme la polysémie ou d’émettre des hypothèses sur l’origine du langage. De surcroît, la fragmentation de la recherche en linguistique ne donne pas lieu à des polémiques fécondes, chaque courant ayant ses propres critères de validité. Cette problématique serait liée au fait que la linguistique peut être perçue comme une science naturelle ou selon qu’elle est perçue comme appartenant, au contraire, au domaine des humanités. L’auteur défend la pertinence et la vigueur de cet ancien débat et plaide pour la première option, en s’appuyant sur des citations de Meillet [1928], Shor [1926] ou Müller [1885]. Bien que des caractéristiques du langage telles que sa dépendance de l’entourage ou la variété et l’évolution rapide de ses différentes versions (les langues) l’éloignent des sciences naturelles, elles le rapprochent des sciences cognitives, que Koshelev défend comme étant d’une objectivité plus rigoureuse que les autres sciences humaines. C’est le détournement des recherches linguistiques d’aspects inhérents au langage tels que l’ontogénèse et la diachronie qu’il faut situer à l’origine de l’arbitraire des modèles actuels. Une théorie unifiée devrait finalement apparaître, objectivisée dans la connaissance des étapes du développement cognitif de l’enfant, question pour laquelle « il serait difficile de construire plus de deux ou trois modèles synthétiques » différents.

4Le Chapitre 2, intitulé A reference-based approach to describing notional words, aborde la sémantique des objets domestiques ou naturels courants et des verbes de mouvement et d’orientation en russe. Des substantifs tels que stul (chaise) et kreslo (fauteuil) servent d’exemple à l’auteur pour étayer sa théorie de la structure duale du signifié lexical. Le signifié de base (basic meaning) des noms et verbes « sensoriels » contient en même temps un prototype, fondé sur les référents les plus typiques du mot, et une fonction qui caractérise tous les référents, typiques ou non. La lexicographie tend à décrire les prototypes et peine à rendre compte des cas atypiques qui ne suscitent, en revanche, aucune hésitation de la part des locuteurs. Ainsi, une chaise se caractérise non seulement par ses quatre pieds, son siège, son dossier et son manque de rebords (traits prototypiques) mais tout autant par la position semi-relaxée que l’on prend quand on y est assis. Cette position, qui permet d’accomplir des tâches nécessitant l’activité des mains, constitue la fonction et s’avère être bien plus significative que l’absence de rebords pour distinguer une chaise d’un fauteuil, ce dernier impliquant une position relaxée, comme en attestent les images de chaises et fauteuils atypiques que l’on trouve dans ces pages. Cette dualité du signifié ne concerne pas que les substantifs. Le cas de verbes comme bežat (courir), dont le prototype n’est pas représentatif de cas comme celui d’une personne très âgée qui se hâte avec difficulté vers la porte du bus, appelle à distinguer l’aspect cinématique de l’action de son aspect dynamique. Contrairement au cas prototypique, la personne âgée ne décollera pas du sol, mais les deux cas auront en commun le moteur et le motif ou, autrement dit, la fonction, à laquelle revient la caractérisation ultime de l’action.
Mais la question des signifiés de base ne peut que rappeler la notion des signifiés dérivés, de la métaphore, la métonymie et la polysémie. Ici, l’auteur montre comment les usages figurés créatifs sont davantage fondés sur la fonction que sur le prototype, mais les exemples fournis semblent particuliers au russe. Enfin, le supplément Three contemporary approaches to lexical polysemy (p. 127) confronte l’approche de l’auteur à celles de l’École Sémantique de Moscou, de George Lakoff et de Vyvyan Evans. A. Koshelev se montre d’accord avec Evans sur la nécessité d’une hiérarchie entre les usages littéraux et figurés, et critique l’approche de l’École de Moscou, fondée sur une homogénéité typologique et génétique de tous les usages. L’approche des catégories sémantiques radiales de Lakoff, qui ne nie pas les rapports génétiques entre les signifiés, aurait, quant à elle, tort de postuler qu’aucun principe général ne permet d’identifier le cas dérivé et le cas central. A. Koshelev déplore à ce propos l’absence d’une théorie de la motivation.
Le chapitre fournit en annexe la correspondance épistolaire entre l’auteur et I. A. Mel’čuk en 1995, très éclairante et amène, ainsi qu’une description des phénomènes primaires du développement cognitif. Les expériences citées montrent que certaines notions cognitives telles que la contigüité ou la causalité sont acquises par l’enfant bien avant qu’il puisse commencer à se servir du langage, ce qui vient renforcer le modèle de Koshelev. Les caractéristiques du signe seraient ainsi redevables de celles du référent, alors que des catégories intermédiaires – dont Mel’čuk ne peut pas se passer – telles que le concept ou le signifié saussurien, ne devraient pas avoir une place prééminente.

5Le Chapitre 3, Basic-level concepts as the neurobiological codes for memory, discute de l’approche développée par Lakoff et d’autres linguistes, pour qui tout concept de base serait composé d’une forme globale et d’une interaction physique humaine. Cette approche duale du concept, qui pourrait paraître en accord total avec celle présentée par l’auteur dans les chapitres précédents, est néanmoins critiquée comme incomplète. En prenant pour exemple le concept Stul (chaise), Koshelev affirme la nécessité de dédoubler le binôme forme globale + interaction en quatre catégories : la forme globale serait couplée à la fonction de l’objet, et l’interaction serait, à son tour, couplée à l’état psychophysique du sujet interagissant. Dans une explication qui rappelle la distinction entre cinématique et dynamique, la fonction de l’objet (permettre à une personne de s’asseoir d’une certaine manière visuellement reconnaissable « de dehors ») est à distinguer de l’interaction entre la personne et l’objet (déterminée par la manière dont la pesanteur du corps est rencontrée par la chaise) et de l’état psychophysique qui l’accompagne (semi-relaxation, disponibilité pour travailler sur une table, etc.). Ce système sémantique aux composantes indépendantes serait spécifique à l’être humain, selon les expériences neurobiologiques menées par Tsien [2008] avec des souris. En effet, les neurones de reconnaissance cognitive des souris semblent ne plus s’activer devant certains objets une fois qu’elles ont constaté l’impossibilité d’interagir avec eux. Enfin, le couplage du critère du prototype avec celui de la fonction peut avoir l’avantage de résoudre l’apparente contradiction entre le modèle de Lakoff, fondé sur des concepts flous par nature, et celui de Wierzbicka, qui s’appuie sur des catégories strictes : les catégories cognitives humaines sont à la fois floues (fondées sur des prototypes) et strictes (fondées sur des fonctions).

6Le Chapitre 4 s’intitule Elements of a sensory grammar et aborde la valeur sémantique du génitif nominal russe lorsqu’il désigne la partie d’un tout. Des expressions comme dver’ kuxni (la porte de la cuisine) imposent un génitif en russe, alors que d’autres, comme koridornaja dver’ (la porte du couloir), l’interdisent et présentent, en revanche, une terminaison adjectivale. L’explication proposée par l’auteur réside dans le rôle fonctionnel essentiel, définitoire, de la porte comme composante de la cuisine (ou de toute autre pièce), un rôle accessoire dans le cas du couloir, puisque l’on peut imaginer des couloirs sans portes.
Fort des nombreux exemples lexicaux analysés pour des mots « sensoriels » tels que les substantifs signifiant des objets ou les verbes de mouvement, Koshelev propose ensuite d’appliquer également la structure du signifié de base (prototype perceptif + fonction) à des phénomènes grammaticaux tels que la transitivité ou la réflexivité. Des auteurs comme Slobin, Givón, et surtout Wierzbicka, proposent une définition de la transitivité comme le fait que quelqu’un fasse quelque chose à quelque chose et produise ainsi sur ce quelque chose des conséquences voulues. Wierzbicka conçoit sa définition comme étant de nature prototypique, tout éloignement de ce cas de figure devant comporter une diminution des traits formels de la transitivité, tels que l’assignation de cas ou la viabilité de la voix passive. En cohérence avec son approche lexicale, Koshelev propose de coupler la valeur prototypique de la définition, qui ne rend compte que des cas typiques de transitivité, avec une valeur fonctionnelle pouvant couvrir la totalité des cas de transitivité. Cette valeur fonctionnelle serait déterminée par l’interprétation que l’agent fait de son action, les conséquences de celle-ci devant être pertinentes pour lui et pour son but. Des phénomènes de transitivité où l’objet ne subit pas de transformation, comme dans Mal’čik čitaet knigu (le garçon lit un livre) seraient ainsi expliqués, puisque le changement qui s’y produit n’est pertinent que pour le sujet de la phrase.

7Le cinquième et dernier chapitre s’intitule On the single structure of lexical meanings of nouns and verbs. L’auteur développe ici son analyse métamérique de la structure sémantique en systématisant son concept de fonction. Le chapitre précédent présentait l’hypothèse que nous divisons un objet dans ses différentes parties en suivant la fonction générale de l’objet, composée ainsi de la somme des fonctions de ces parties. La composition d’un objet serait quelque chose d’unique et hiérarchisée, ayant pour centre la partie dominante dans la réalisation de la fonction principale de l’objet (par exemple, le siège dans une chaise). Les autres parties contribuant à la fonction principale sont attachées à la partie centrale par leur relation fonctionnelle. Ainsi, le dossier et les pieds d’une chaise sont liés au siège d’une manière spécifique, alors que d’autres points de jonction, par exemple entre les différents pieds ou entre les pieds arrière et le dossier sont insignifiants pour la fonction générale de la chaise. Koshelev insiste alors sur la primatie de cette valeur fonctionnelle dans la division de l’objet, notamment par rapport à d’autres telles que la forme physique de ses parties : les pieds d’une chaise peuvent présenter des formes très différentes (plus ou moins allongés, plus ou moins fins...), et un exemple extrême en seraient les pieds sphériques d’un fauteil, que l’on ne manque pourtant pas de nommer par le même mot. Cette argumentation s’appuie, de surcroît, sur des recherches en développement cognitif chez l’enfant (voir Landau et al. [1988 : 299-321]), en cohérence avec la vocation objectiviste et unificatrice de l’ouvrage.

8Il s’agit, en conclusion, d’une excellente contribution à la compréhension des faits sémantiques et de leur fondement cognitif. Parmi les phénomènes grammaticaux analysés, le génitif nominal russe occupe une place importante, ce qui n’est pas sans renvoyer à l’ancrage de l’ouvrage dans le débat scientifique russophone. Un atout précieux de la publication de ces analyses se trouve non seulement dans l’amplification et la fluidité du débat scientifique mais, aussi, dans sa présentation de phénomènes linguistiques propres à une langue à forte flexion nominale et sans article (absents des principales langues occidentales). À ce propos, on peut regretter le fait que presque toutes les références extérieures à l’aire russophone appartiennent à l’aire anglophone, illustrant un rapport excessivement satellitaire pour un ouvrage qui se propose de prendre une place de consensus dans la recherche en linguistique. Aussi peut-on, en étant d’accord avec l’auteur dans la nécessite d’appuyer la recherche en linguistique sur l’étude d’autres systèmes, observer la focalisation exclusive sur la cognition ainsi que l’absence de toute mention aux dimensions sociolinguistique, communicative, pragmatique ou historique. Sur ce dernier point on ressent, malgré les quelques remarques ponctuelles, le peu de place accordée à l’analyse diachronique, compte tenu des prétentions très explicites de la Théorie Évolutionnaire-Synthétique du Langage pour dépasser le clivage synchronie-diachronie.

9Peut-être, enfin, que cet ouvrage ne parviendra pas de son seul poids à opérer l’unification du champ de la recherche en linguistique recherchée par A. Koshelev. En tout état de cause, sa lecture passionnante et éclairante, tout comme la solidité et l’originalité des analyses qu’il contient, le vouent à devenir une référence incontournable dans le domaine de la linguistique cognitive.

Top of page

Bibliography

Brown Roger, 1965, Social Psychology, New York: Free Press.

Givón Talmy, 1990, Syntax: A Functional-typological Introduction, Vol. 2, Amsterdam: John Benjamins.

Lakoff George, 1987, Women, Fire and Dangerous Things: What Categories Reveal about the Mind, Chicago: University of Chicago Press.

Landau Barbara, Smith Linda B. & Jones Susan S., 1988, “The importance of shape in early lexical learning”, Cognitive Development, 3, Vol. 3, Elsevier, 299-321.

Meillet Antoine, 1928, « Sur la terminologie de la morphologie générale », Revue des études hongroises 6.

Müller Friedrich Max, 1885, Lectures on the Science of Language Vol. 2, London: Longmans, Green, and Company.

Shor P. O., 1926, Krisis sovremennoj lingvistiki, Jafetičeskij Sbornik Vol. 5, Leningrade: Jafetičeskij Institut RAN, 32-71.

Slobin Dan Isaac, 1982, “The origin of grammatical encoding of events”, in Hopper Paul J. & Thompson Sandra A. (Eds.), Studies in Transitivity, New York: Academic Press, 409-422.

Tsien Joe Z., 2008, “Neural coding of episodic memory”, in Dere Ekrem, Easton Alexander, Nadel Lynn & Huston Joe (Eds.), Handbook of Episodic Memory, Amsterdam: Elsevier, 399-416.

Wierzbicka Anna, 1990, “Prototypes save: on the uses and abuses of the notion of ‘prototype’ in linguistics and related fields [Semantic universals and description of languages]” in Tsohatsidis Savas L. (Ed.), Meaning and Prototypes: Studies in Linguistic Categorization, New York: Routledge, 347-367.

Wierzbicka Anna, 1996, Semantics: Primes and Universals. Oxford: Oxford University Press.

Top of page

References

Electronic reference

José Ramírez de Arellano, Alexeï Koshelev, Essays on the Evolutionary-Synthetic Theory of Language.On the Crisis in Theoretical Linguistics.Basic Meaning and the Language of Thought.The Unity of Lexical and Grammatical PolysemyLexis [Online], Book reviews, Online since 05 April 2020, connection on 20 August 2022. URL: http://journals.openedition.org/lexis/4417; DOI: https://doi.org/10.4000/lexis.4417

Top of page

About the author

José Ramírez de Arellano

José Ramírez de Arellano, Université de Paris Diderot, France

José Ramírez de Arellano est actuellement doctorant à l’Université de Paris Diderot

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search