Skip to navigation – Site map
2020

Keith Allan (ed), The Oxford Handbook of Taboo Words and LanguageThe Oxford Handbook of Taboo Words and Language

Oxford University Press, 2019, 450 pages
Frédérique Brisset
Bibliographical reference

Keith Allan (ed.)

The Oxford Handbook of Taboo Words and Language. Oxford University Press, Oxford Handbooks in Linguistics, Oxford, 2019. ISBN : 978-0-19-880819-0, Prix : 130 € / £110, 450 pages.

Full text

1Dès l’enfance, les mots tabous exercent une fascination sur l’être humain, qui s’exerce ensuite à en maîtriser l’usage au fil de son éducation sociale. Ce répertoire offre donc un champ d’étude vaste et sans cesse renouvelé, du fait de sa relativité géographique et diachronique, même si certains invariants demeurent. Le volume présenté ici rassemble vingt contributions de chercheurs internationaux qui en explorent les tenants et aboutissants selon des perspectives très variées, linguistiques bien sûr, déclinées également en sociolinguistique et neurolinguistique, mais aussi philosophique, psychologique, anthropologique, théologique ou traductologique, reflétant en cela la dimension contextuelle du concept même de tabou : comme le souligne dans son introduction le directeur de l’ouvrage, Keith Allan, ce qui est sujet à caution est en effet l’usage de ces dysphémismes en interaction (p. 2).

2Cette dimension renvoie à l’étymologie du mot, tabu, importé du tongan en anglais par James Cook en 1777 :

The word was used among the so-called Friendly Islanders – as an adjective – of items set aside for the use of priests and potentates. [...]. In importing the word he gave it a more general purpose, claiming it ‘has a very comprehensive meaning; but, in general, signifies that a thing is forbidden’ (Hitchings, 2009).

3Allan conclut son panorama introductif sur l’influence de ces tabous sur l’évolution des langues, notamment via la création d’euphémismes et métaphores populaires.

4Ce riche volume s’emploie ainsi à décrire et analyser les tabous langagiers, principalement en langue anglaise, comprendre leurs statuts et emplois et les stratégies d’évitement qui en découlent dans leur gestion collective et individuelle, en 20 chapitres complétés par une bibliographie de près de 50 pages et un index des noms propres, lexèmes et notions de 10 pages.

5Jonathan Culpeper explore un premier angle avec « Taboo language and impoliteness ». En compulsant la littérature scientifique sur le concept de politesse, il montre comment l’impolitesse ne saurait se réduire à la simple négation de son contraire, car cette stratégie attaque la face sociale, au sens goffmanien. Dans ce cadre, les mots tabous, bien que souvent semi- ou dé-sémantisés, jouent le rôle fréquent d’intensifieurs, que ce soit en emploi adjectival ou adverbial, comme le montrent les recherches en collocation ; ils actent l’intention agressive sans ambiguïté sur le plan phatique (via les traits identitaires de l’interlocuteur, par exemple, dans les insultes racistes).

6Un tabou majeur est ensuite traité par Eliecer Crespo-Fernández dans « Taboos in speaking of sex and sexuality ». Les métaphores sont multiples dans ces champs, qu’elles soient euphémisantes ou dysphémisantes, selon les milieux et époques (voir les dénominations imagées des parties génitales). L’auteur explore le registre des pratiques sexuelles « non conventionnelles », qui lie explicitement sexe et animalité, en opposition aux diktats sociaux, moraux et religieux, telles les désignations d’homosexuel.le.s. Il relève de façon pertinente dans tous ces sous-champs la récurrence de sèmes porteurs dans les métaphores, « travail, chaleur, contenants, voyage, nourriture et alimentation, animaux, guerre et violence, outils, jeu/jouet et fleurs », dont la diversité reflète la complexité de la sexualité humaine (p. 60).

7Le registre du rapport au corps est reconnu comme le plus producteur d’euphémismes parmi les notions taboues [Vince 1991], il n’est donc pas surprenant de trouver un champ lexical connexe abordé par Réka Benczes & Kate Burridge dans « Speaking of disease and death ». La récurrence périphrastique s’y explique par la peur induite par ces évènements biologiques, parfois devenue superstition, et le choix des métaphores influe sur les politiques de prévention via l’attitude des malades potentiels (p. 62). Les auteures se penchent sur trois groupes de pathologies stigmatisantes : SIDA, cancer et maladies mentales. La première s’est trouvée d’emblée confondue pour le public avec des communautés « perverses et dangereuses » : homosexuels, drogués, prostitués. Si le cancer paraît mieux accepté socialement, les avis d’obsèques fort périphrastiques témoignent de sa perception problématique (p. 66). Les paraphrases ritualisées autour des décès marquent l’inconfort face à un phénomène pourtant universel, façon de contourner l’incontournable, même en exploitant la visée humoristique de certaines images lexicalisées, comme celles personnifiant la mort dans de nombreuses langues-cultures (p. 73).

8Ces trois premières études posent de facto la question des ressorts à l’œuvre dans l’expression des tabous, explorés par Timothy B. Jay avec « The psychology of expressing and interpreting linguistic taboos », qui introduit ainsi le bilan de 45 années de recherche ouvrant sur les neurosciences, et plaide pour une fécondation croisée des travaux sur le sujet, avec une prise en compte des facteurs contextuels comme variables affectant la production et la compréhension des tabous langagiers (p. 94).

9La conscience de ceux-ci se construit avec l’âge, comme il l’établit dans un second chapitre, « Taboo language awareness in early childhood ». Intimement liée à ce stade à l’expression des émotions, la construction des répertoires enfantins de ‘gros mots’ évolue ensuite, posant la question de leur perception et leur apprentissage. Jay considère aussi les limites éthiques et pragmatiques du recueil de données face à de jeunes enfants, ce qui explique la relative rareté des recherches en ce domaine, et préconise d’ouvrir ce champ sur la prise en compte du genre, l’usage d’une LV2 et une plus grande variété de populations aux plans ethnique, religieux, géographique (p. 107).

10Le plaisir transgressif de l’usage des jurons, s’il survient tôt dans l’existence, ne se limite pas à cette tranche d’âge, et est exploré dans « Swearing and the brain », par Shlomit Ritz Finkelstein. La recherche clinique en neurophysiologie sur les désordres induits par l’aphasie, le syndrome de Tourette, la maladie d’Alzheimer et les traumatismes cérébraux révèle une connexion entre ces pathologies et l’usage d’interjections, due notamment aux atteintes à l’un des hémisphères cérébraux et aux variations hormonales et/ou de neuro-transmetteurs tels que dopamine et sérotonine. Finkelstein soumet deux hypothèses prometteuses pour expliquer leur lien avec la production de jurons : la concurrence entre ce comportement et l’agressivité physique comme mode de gestion de la douleur, et la place de l’interjection dans l’évolution du langage humain, entre vocalisation non verbale (rire, cri, pleurs) et langage articulé (p. 138).

11Qu’en est-il alors des tabous liés à et usités par les communautés de sourds, sujet traité par Jami N. Fisher, Gene Mirus, & Donna Jo Napoli dans « Sticky: Taboo topics in deaf communities » ? Ils peuvent revêtir une dimension identitaire par rapport aux ‘entendants’, et les auteurs, dans leur vaste étude descriptive, insistent sur le rôle des échanges en langue des signes, qui permettent, entre autres, de traiter des tabous entre membres de la communauté des signeurs, en laissant une certaine latitude par rapport au public extérieur.

12Les quatre essais suivants considèrent les tabous langagiers d’un point de vue linguistique : grammaire, impact sur l’évolution diachronique des langues, traduction, ou usage en langue seconde sont abordés successivement par Jack Hoeksema, Kate Burridge & Réka Benczes, Pedro J. Chamizo Domínguez et Jean-Marc Dewaele.

13Le premier, dans « Taboo terms and their grammar » mène d’abord une étude contrastive entre anglais, allemand et néerlandais : si les interjections sont d’un emploi assez universel, pour leur fonction phatique, de nombreuses constructions syntaxiques ou lexicales récentes, comme l’affixation de mots tabous pour marquer l’emphase ou le degré par exemple, contribuent à et témoignent de l’évolution des emplois de ce registre dans le groupe des langues germaniques. Malédictions, injures, questions ou ordres emphatiques sont ici étudiés via des traductions comparées dans les trois langues.

14Burridge & Benczes, dans « Taboo as a driver of language change », développent une approche historique, partant du postulat que son et sens sont intimement liés dans l’imaginaire des locuteurs. Leur étude de cas sur le lexème « cunt » illustre les paradoxes générateurs d’euphémismes et orthophémismes fondés, entre autres, sur les procédés lexicogéniques d’emprunt, métaphore et métonymie : voués à disparaître cycliquement selon un phénomène d’usure et d’atténuation sémantique mais aussi phonétique, ils sont remplacés par d’autres, dont l’obscénité décroît de même au fil du temps, même si certains ont une capacité de résistance étonnante et inexpliquée.

15Ces spécificités sont un des problèmes posés au traducteur, comme l’expose Chamizo Dominguez. La traduction des mots tabous a fait l’objet de maintes recherches ([Vidalenc 2004], [Scandura 2004], [Pettit 2005]), mais l’auteur distingue ici les mots tabous lexicalisés de ceux à usage occasionnel, en insistant sur la charge connotative, souvent loin du sens littéral initial, dont la polysémie présente un piège traductif. Du traducteur ‘créatif’ à l’(auto)-censeur, il illustre le dilemme auquel il faut faire face, avec des exemples fort variés, d’Homère à Descartes, en passant par Hergé ou une sit-com britannique, balayant anglais, espagnol, grec classique, français ou bas-breton.

16La force perlocutoire du mot tabou est en effet perçue diversement en L1 et L2, sujet du chapitre signé Jean-Marc Dewaele : ce peut être dû à un manque de données contextuelles ou de maîtrise de la langue sur le plan socio-pragmatique ou linguistique, mais aussi à la charge affective inhérente à chaque langue pour le locuteur, comme le montre l’examen des réactions physiologiques à leur écoute. L’auteur souligne ainsi la complexité de leur emploi, et ipso facto la vulnérabilité des locuteurs seconds dans l’usage de ces lexèmes et collocations.

17Suit un ensemble orienté sur les aspects idéologiques et philosophiques, incluant « Philosophical investigations of the taboo of insult » par Luvell Anderson, « Religious and ideologically motivated taboos » de Keith Allan et « Speech or conduct?: Law, censorship, and taboo language » par Christopher Hutton.

18Le premier concerne les insultes, qu’Anderson définit comme manquement à une attente raisonnable en termes de comportement lors d’une interaction sociale. Il y intègre ainsi des échanges sans aucun vocable insultant, mais impliquant un présupposé totalement intégré par connivence entre le locuteur et ses auditeurs, comme dans les énoncés racistes. L’effet pragmatique du propos est alors assuré (la portée restrictive de « but » dans certaines énoncés ou les détails paraverbaux tels qu’un ton sarcastique à l’émission sont révélateurs), invitant implicitement l’auditoire à user de son imagination pour en inférer le caractère insultant.

19Keith Allan poursuit avec un chapitre consacré aux tabous religieux, en posant leurs points communs et différences avec les tabous idéologiques. Comportementaux ou linguistiques, les premiers sont nombreux et imposent des restrictions, au nom d’une morale confinant parfois au fanatisme : leur transgression peut avoir des conséquences dramatiques dans certains cadres, comme le montre l’auteur avec l’exemple des martyrs, des procès en hérésie ou apostasie. De ce fait, le blasphème invite à maints euphémismes pour éviter ces extrêmes :

Tout est une question de situation, et toute situation délicate renferme une potentialité euphémique [Vince 1991].

20L’approche juridique de Christopher Hutton éclaire ensuite le concept de liberté d’expression, et son pendant, la censure au nom de l’ordre public et la protection de groupes sociaux vulnérables tels les enfants, en Australie, Grande-Bretagne et aux États-Unis. Historiquement, la common law s’est d’abord attachée au blasphème ; son acception s’est élargie au fil de siècles de jurisprudence, pour se restreindre ensuite au ‘profit’ du délit d’obscénité, dans les échanges publics, mais aussi les médias écrits et audiovisuels, voire les noms de marques ou de personnes : à chaque fois, en ligne de mire, la protection de la liberté d’expression mais aussi l’évaluation du droit et des limites du « speech-as-conduct » en tant que risque porté à l’ordre public (p. 284). Et quand la loi devient plus tolérante, ce sont les entreprises qui fixent leurs propres règles, dans le cyberespace par exemple.

21Les caractéristiques exposées ci-avant expliquent la surexposition de ces registres dans la vie publique, comme le montrent Gabriele Azzaro avec « Taboo language in books, films, and the media », Toby & Barnaby Ralph dans « Taboos and bad language in the mouths of politicians and in advertising », Elijah Wald avec « Taboo language used as banter » et Barry J. Blake dans « Taboo language as source of comedy ».

22Le premier s’intéresse aux injures et jurons dans l’édition, le cinéma et les médias et à leur gestion par les organismes de contrôle au Royaume-Uni, en Australie et aux États-Unis. Cette étude chronologique met en évidence des glissements au fil du temps, de la censure au classement en passant par l’auto-régulation professionnelle, et de ‘l’appel au divin’ vers des expressions taboues à connotation sexuelle ou excrétoire, relativité diachronique constatée par maints auteurs, dont Steiner [1998] :

The spectrum of permissible expression as against that which is taboo shifts perpetually.

23La typologie des supports et des publics visés, les modalités de diffusion sont ici des critères déterminants pour en évaluer le degré d’acceptabilité.

24Publicitaires et figures politiques sont confrontés aux mêmes enjeux d’exposition publique, comme le soulignent ensuite Toby & Barnaby Ralph. La remise en cause du tabou, qu’il soit scatologique, sexuel ou racial, peut alors découler de stratégies de démarcation assumées, mais risquées, d’autant que les critères de tolérance évoluent dans le temps. Ce chapitre s’avère un peu décevant, car la succession d’exemples proposés, trop souvent descriptive et quasi anecdotique, n’amène pas les auteurs à en tirer des conclusions transposables.

25Les deux contributions suivantes étudient les tabous langagiers comme source de comique, le premier en tant qu’outils de raillerie, et le second comme vecteurs humoristiques dans le cadre du théâtre ou des sketches. Wald se consacre d’abord à la limite ténue entre boniment humoristique et agressivité, et aux origines anthropologiques de cette pratique africaine, devenue aux États-Unis le ressort des « dozens » (voir Morice [2012]), tournois d’insultes salaces ancêtres des battles de rappeurs, dans lesquels les tabous les plus variés sont remis en cause, à commencer par l’inceste et la figure de la mère. Il faut y voir un affichage communautaire, théâtralisé, destiné autant à l’interlocuteur qu’aux témoins de ces échanges, récepteurs plus ou moins aptes à apprécier la valeur ludique de la transgression.

26Cette valeur est fondamentale dans l’usage de mots tabous par les humoristes, comme le montre Blake au chapitre 19. Les allusions sexuelles, par exemple, abondent chez les auteurs comiques, de Chaucer aux Monty Python, en passant par Shakespeare et Shaw, par le biais parfois de malapropismes ou de jeux polysémiques qui exploitent sous-entendus et connivence avec le public pour leur appréhension par celui-ci, façons de transgresser le tabou sans explicitement le briser.

27Pour conclure, Stanley H. Brandes propose « An anthropological approach to taboo words and language ». Plus spécialement dédié aux « joking relationships » déjà évoquées par Wald (cf. supra) et à leur rôle dans les relations intra- et extra-communautaires, il balaie les pratiques africaines, amérindiennes ou afro-américaines, à travers l’exemple de surnoms ou de boutades à base ethnique, mais aussi des joutes de « dozens » : le tabou prend alors un caractère quasi artistique, dont Brandes note la dimension culturelle, capitale pour le décodage de ces jeux de discours, dont la compréhension repose sur des paramètres paraverbaux autant que langagiers.

28En résumé, ce volume fort logiquement structuré offre une contribution essentielle à l’appréhension d’un phénomène langagier commun à tous les groupes humains, à des degrés divers. La complémentarité des études offertes est une des forces majeures de l’ouvrage, qui ne se limite pas à une simple compilation, loin de là. En témoignent les nombreux échos d’un auteur à l’autre, au prix parfois de quelques redites et répétitions entre chapitres, redondances qui signent toutefois la cohérence de l’ensemble et jalonnent la construction d’une véritable problématique.

29Les chercheurs y montrent que la verbalisation du tabou est in fine aussi taboue que son objet. Les stratégies d’évitement, dysphémisantes, euphémisantes ou orthophémisantes, illustrent de facto la force du langage dans l’imaginaire collectif et individuel : les tabous les plus répandus suscitent des répertoires infinis et non figés de lexèmes et collocations imagé/es pour nommer l’innommable, garantissant au locuteur d’assurer sa fonction de communication mais aussi la portée illocutoire de son message, au sein de conventions où chacun peut dès lors préserver sa face et moduler son expression selon le contexte. La démonstration est ici faite avec force de l’inscription du tabou langagier dans un système construit socialement, avec des incidences psychologiques, étayées par la recherche médicale, et pragmatiques, à de multiples niveaux, systématisation qui traverse les aires géographiques et temporelles.

Top of page

Bibliography

Hitchings Henry, 2009, The Secret Life of Words, How English Became English, London: John Murray.

Morice Philippe, 2012, « ‘Commerce de singe’ et Signifying Monkey », in Paquet-Deyris A-M & Sipière D. (Eds.), Le cinéma parle ! Études sur le verbe et la voix dans le cinéma anglophone, CICLAHO 6 : Univ. Paris-Nanterre, 309-325.

Pettit Zoë, 2005, “Translating Register, Style and Tone in Dubbing and Subtitling”, The Journal of Specialised Translation n°4: http://www.jostrans.org/issue04/art_pettit.php

Scandura Gabriela L., 2004, “Sex, Lies and TV: Censorship and Subtitling”, Meta n°49/1, 125-134.

Steiner George, After Babel, 1998, Oxford: Oxford University Press.

Vidalenc Jean-Louis, 2004, « ‘Four-letter words’ et évolution du lexique anglais », Cahiers de la recherche, Lille, Université Charles de Gaulle, n°31, 31-40.

Vince Jennifer, 1991, « Quelques néologismes à fonction euphémique en anglais contemporain britannique », Cahiers Charles V n°13, Travaux de linguistique énonciative, 181-192.

Top of page

References

Electronic reference

Frédérique Brisset, « Keith Allan (ed), The Oxford Handbook of Taboo Words and LanguageThe Oxford Handbook of Taboo Words and Language »Lexis [Online], Book reviews, Online since 16 June 2020, connection on 07 July 2020. URL: http://journals.openedition.org/lexis/4473

Top of page

About the author

Frédérique Brisset

Frédérique Brisset, EA CECILLE, Université de Lille-SHS, France

Spécialiste de traduction et traductologie (anglais-français), Frédérique Brisset est docteure en études anglophones de l’Université Sorbonne Nouvelle et Maîtresse de Conférences honoraire à l’Université de Lille. Elle mène des recherches en traduction audiovisuelle, lexicologie contrastive, stylistique et herméneutique de la traduction. Ses derniers travaux portent sur la place de l’interculturalité en doublage audiovisuel (in Insights into Audiovisual and Comic Translation, Univ. de Cordoue, 2019), le traitement traductif de l’onomastique politique au cinéma (Al-Kīmīya, n°16, Univ. St Joseph, Beyrouth, 2019) et la traduction des emprunts et de l’argot dans les comédies de gangsters (in Traduire la criminalité, perspectives traductologiques et discursives, Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2020).

By this author

Top of page
  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals