Skip to navigation – Site map

HomeCall for papersCall for papers – openN°20 – Noms propres et lexique

N°20 – Noms propres et lexique

Réception de la version définitive des articles : 31 octobre 2022

Lexis – Journal in English Lexicology mettra en ligne en 2022 son numéro 20, dirigé par Élise Mignot (Sorbonne Université, France) et Manon Philippe (Université Rennes 2, France). Celui-ci sera consacré à la relation entre « Noms propres et lexique ».

Noms propres et lexique

Ce numéro spécial de la revue Lexis invite à s’interroger sur le nom propre, entendu ici au sens large (les proper names) : nous incluons les unités telles que John, Facebook (les proper nouns) mais également celles comme (the) United States, (the) Chancellor of the Exchequer (les expressions propres ou dénominatives). On pourra aussi, dans une perspective comparative, étendre l’analyse aux formes périphériques proches du nom propre telles que les surnoms et antonomases de noms communs qui servent à nommer un référent de manière alternative (Lilibeth pour Elizabeth, t/The Bard pour William Shakespeare) en français ou en anglais.

Le nom propre a déjà fait l’objet d’un grand nombre de publications, qui l’ont envisagé sous différents angles : les questions du sens, de la référence, de la grammaire / syntaxe (Algeo [1973], Kripke [1980], Kleiber [1981], Gary-Prieur [1994], Jonasson [1994], Vaxelaire [2001], Leroy [2001], Van Langendonck [2007], Matushansky [2008], Laurent [2010]). Nous souhaitons aborder ici plus particulièrement la question de la place des noms propres dans le lexique. Si le lexique est le stock de mots à la disposition d’un locuteur, alors les noms propres font partie du lexique. Cependant, on peut se demander si la place qui leur est accordée est assimilable à celle donnée aux autres unités du lexique, et si cette place est stable.

Du point de vue lexicographique, un sort particulier leur est réservé (voir Gary-Prieur [1991]). Très souvent, les noms propres sont mentionnés dans les encyclopédies, et moins dans les dictionnaires. Quand c’est le cas, ils sont séparés des autres unités du lexique (mots lexicaux et grammaticaux) et ont une section dédiée en seconde partie de dictionnaire. Alors que des termes tels que table, check et she sont associés à une définition grammaticale – nom commun, verbe, pronom personnel ; féminin / masculin ; registre éventuel ; etc. – et à une (ébauche de) décomposition en traits sémantiques, un nom propre tel que Churchill n’a pour seule description que quelques éléments biographiques associés à son référent, comme dans les encyclopédies. Ce traitement exceptionnalisant du nom propre ne fait plus consensus et des voix s’élèvent pour « redéfinir la place des noms propres dans les dictionnaires : ils doivent apparaître en tant que lexies et non plus seulement en tant qu’éléments culturels » (Vaxelaire [2006 : 3]). La perspective de ce numéro n’est cependant pas tant lexicographique que lexicologique : c’est moins le traitement des noms propres comme lexies dans les dictionnaires qui intéresseront que des pistes permettant d’argumenter que les noms propres sont bien, de fait, des lexies / lexèmes.

Si les noms propres sont des lexèmes, ils devraient, à l’instar des autres lexies, être assignables à une classe lexicale (table est un nom, check est un verbe). Est-ce le cas ? Van Langendonck & Van de Velde proposent de parler de « lemme proprial ». Il s’agirait d’une entrée de dictionnaire ayant une valence onomastique [2016 : §1] très souvent employée en fonction dénominative. Cependant les exemples qu’ils utilisent, Mary, John, London (Van Langendonck [1999 : 96]), consistent le plus souvent en une unité mono-lexicale régulièrement appelée « mot ». On peut se demander à quel point cette analyse pourrait être étendue aux unités poly-lexicales (United Kingdom) qui, si elles appartiennent au domaine nominal, n’en sont pas pour autant unanimement décrites comme des noms. Les théories divergent :

  • Soit certains noms propres sont des noms (John) et les autres formes (the UK) ne sont pas des « noms » propres,

  • Soit tous les noms propres sont des SN (c’est l’hypothèse du nom propre autodéterminé),

  • Soit tous les noms propres sont des nominaux, unités intermédiaires entre le nom et le syntagme nominal (Philippe [2020]).

Il est déjà admis que des unités nominales poly-lexicales communes sont traitées, de manière non uniforme certes, comme des éléments du lexique (Boulanger [1989], Rey-Debove [1995]) : c’est le cas en français de clef à molette, chemin de fer, crayon à papier / de bois, ou de carbonic acid, Adam’s apple, will-o’-the-wisp en anglais (composés, dérivés, etc.). Ce numéro pourrait être l’occasion de systématiser ces observations : malgré leur décomposition syntaxique interne en tête-dépendance(s), des noms complexes ou des nominaux peuvent-ils prétendre à un traitement lexical similaire aux autres lexies ? La lexicalisation de ces unités s’inscrit alors dans les recherches explorant le gradient syntaxe-lexique.

Même si on sait que le lexique comporte des classes ouvertes, les noms propres se démarquent aussi en ce que cette classe est plus ouverte que n’importe quelle autre. Les locuteurs créent des noms propres à un niveau probablement sous-estimé, et peu commenté. Pour ce faire, ils s’appuient sur les mêmes processus de création lexicale que les noms communs (Mignot [2018]) : plus que cela, ils semblent même surinvestir ces processus. Que peut-on en conclure sur le statut lexical d’abord, et nominal ensuite, du nom propre ?

Enfin, le statut à part des noms propres se laisse percevoir à leur position mouvante au sein du lexique. Certains noms propres apparaissent dans les dictionnaires sous une forme très lexicalisée avec un contenu stable : un louis d’or (aussi appelé napoléon), un tartuffe ou un P/polichinelle (type de personne, jouet), a Wilton (tapis), a V/valentine (personne), a churchill (tank, cigare), a spencer (une veste) (Popescu [2018]), etc. : ce sont les antonomases du nom propre ayant acquis le « statut de nom commun », et qui sont traitées comme eux (aux plans lexicographique, grammatical et linguistique). Mais tous les noms propres en antonomase n’ont pas atteint un tel degré de lexicalisation (a Shakespeare, a Mother Theresa), ce qui pose la question des seuils d’intégration au lexique.

À l’extérieur du lexique, les dénominations non conventionnelles dont on affuble certains référents (pour lesquels il existe déjà un nom propre) attestent d’une lexicalisation en cours mais qui n’est pas encore arrivée à son terme : ce sont les surnoms, les antonomases de nom commun (Laurent [2010], Laurent & Reggiani [2017]), les périphrases dénominatives (Jack the Ripper, Leather Apron, The Whitechapel Murderer). Dans cette optique, les noms propres peuvent être vus comme « tout juste lexicalisés » : dans une approche dynamique du lexique, les noms propres se situeraient au seuil du lexique, offrant un degré de lexicalisation minimal qui pourrait être accru.

Les articles pourront porter sur les points suivants :

  • Les processus de création et/ou formation de noms propres : plutôt qu’un inventaire de toutes les formes de noms propres créés (qui fait la part belle aux hapax et formes rares), on privilégiera l’identification et l’analyse de processus fréquents qui pourraient être vus comme particulièrement compatibles avec les noms propres.

  • Le lien entre noms propres, (degrés de) lexicalisation et gradient syntaxe-lexique : comment envisager la lexicalisation comme un processus dynamique et gradué, peut-on identifier des degrés de lexicalisation des noms propres, quelles conséquences sur leur statut syntaxique (quel apport pour le gradient syntaxe-lexique) ?

  • Les formes proches du nom propre, assimilables au nom propre, comme les séquences entre guillemets, les hashtags, les expressions dénominatives et surnoms, etc. pourvu que soit explicitée la question de leur orientation vers une insertion dans le lexique. Elles peuvent être vues comme des tentatives de lexicalisation, c’est-à-dire être fabriquées dans le but que l’unité résultante entre dans le stock commun à une communauté linguistique plus ou moins grande.

  • Les formes initialement identifiées comme des noms propres « classiques » et qui se lexicalisent encore plus : antonomases complètes ou en cours de nom commun, transformation en prédicats adjectivaux ou verbaux (to Meghan Markle), etc.

Bibliographie

Algeo John, 1973, On Defining the Proper Name, Gainesville: University of Florida Press.

Boulanger Jean-Claude, 1989, « Le statut du syntagme dans les dictionnaires généraux monolingues », Meta : Journal des traducteurs 34 (3), 360–369.

Gary-Prieur Marie-Noëlle, 1991, « Le nom propre constitue-t-il une catégorie linguistique ? », Langue française 92 (1), 4–25.

Gary-Prieur Marie-Noëlle, 1994, Grammaire du nom propre, Paris : PUF.

Jonasson Kerstin, 1994, Le nom propre. Constructions et interprétations, Louvain-la-Neuve : De Boeck Supérieur.

Kleiber Georges, 1981, Problèmes de référence : descriptions définies et noms propres, Metz : Centre d’Analyse Syntaxique de l’Université de Metz.

Kripke Saul, 1980, Naming and Necessity, Cambridge, Mass: HUP.

Laurent Nicolas, 2010, La part réelle du langage. Essai sur le nom propre et sur l’antonomase de nom commun, Thèse de doctorat, Paris : Université Paris IV Sorbonne.

Laurent Nicolas & Reggiani Christelle (Eds.), 2017, Seuils Du Nom Propre, Limoges : Lambert-Lucas.

Leroy Sarah, 2001, Entre identification et catégorisation, l’antonomase du nom propre en français, Thèse de doctorat, Montpellier : Université Paul Valéry-Montpellier 3.

Matushansky Ora, 2008, “On the Linguistic Complexity of Proper Names”, Linguistics and Philosophy 31 (5), 573–627.

Mignot Élise, 2018, La morphologie du nom en anglais : vers une sémantique des parties du discours, Monographie d’HDR, Paris : Sorbonne Université.

Philippe Manon, 2020, Le nominal propre. Étude du nom propre en anglais, Thèse de doctorat, Paris : Sorbonne Université.

Popescu Floriana, 2018, A Paradigm of Comparative Lexicology, Cambridge: Cambridge Scholars Publishing.

Rey-Debove Josette, 1995, « Nom Propre, lexique et dictionnaire de langue », in Noailly Michèle (Ed.), Nom Propre et Nomination, Brest : Klinck- Sieck, 107–122.

Van Langendonck Willy, 1999, “Neurolinguistic and Syntactic Evidence for Basic Level Meaning in Proper Names”, Functions of Language 6 (1), 95–138.

Van Langendonck Willy, 2007, Theory and Typology of Proper Names, Berlin/New York: Mouton de Gruyter.

Van Langendonck Willy & Van de Velde Mark, 2016, “Names and Grammar”, in Hough Carole (Ed.), The Oxford Handbook of Names and Naming, Oxford: OUP, 17-38.

Vaxelaire Jean-Louis, 2001, Pour une lexicologie du nom propre, Thèse de doctorat, Paris : Paris 7 – Université de Paris.

Vaxelaire Jean-Louis, 2006, « Le nom propre en contexte - une approche lexicologique », in Blampain Daniel, Thoiron Philippe & Van Campenhoudt Marc (Eds.), Mots, termes et contextes : Actes des septièmes journées scientifiques du réseau de chercheurs ‘Lexicologie Terminologie Traduction’, Bruxelles, Belgique, 8, 9 et 10 Septembre 2005, Paris : Éditions des archives contemporaines, 591–599.

Modalités de soumission

Votre fichier devra comporter le titre de votre contribution, un abstract entre 3.000 et 6.000 caractères, espaces comprises, une liste de mots-clés et des références bibliographiques.

Toutes les soumissions feront l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par un comité scientifique international composé de spécialistes de différents domaines. Les contributions seront de préférence rédigées en anglais ou éventuellement en français.

Les soumissions pourront être acceptées, acceptées sous réserve de modification ou rejetées, telles quelles. Le nombre de pages n’est pas limité.

Les abstracts et les articles sont à envoyer en version électronique à lexis@univ-lyon3.fr

Calendrier

• Septembre 2021 : appel à contributions

• 31 janvier 2022 : abstracts à envoyer à Lexis

• Mars 2022 : avis aux auteurs

• 30 juin 2022 : réception des articles (Consignes pour la rédaction des articles : https://journals.openedition.org/lexis/1026)

• Juillet et août 2022 : relecture des articles par les membres du Comité scientifique

• 1er septembre au 31 octobre 2022 : corrections par les auteurs

• 31 octobre 2022 : réception de la version définitive des articles

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search