Skip to navigation – Site map

HomeCall for papersCall for papers – openN°21 – Lexique et pragmatique

N°21 – Lexique et pragmatique

Réception de la version définitive des articles : 1 février 2023

Lexis – Journal in English Lexicology mettra en ligne en 2023 son numéro 21, dirigé par Olivier Simonin (Université de Perpignan – Via Domitia, France). Celui-ci sera consacré à la thématique « Lexique et pragmatique ».

Lexique et pragmatique

La question de ce qui relève de la signification des lexies (simples ou complexes) et des mécanismes de frayage sémantique conduisant au sens qu’elles acquièrent en contexte est centrale en linguistique. Elle apparaît, par exemple, en termes de l’opposition entre « signification » et « sens » sous la plume d’Oswald Ducrot. La tradition encourage les linguistes à considérer que la signification lexicale correspond globalement aux entrées lexicographiques, et que celle-ci se trouve infléchie pour prendre un sens particulier dans un énoncé donné.

Le numéro 21 de Lexis consacré aux liens entre lexique et pragmatique traitera du lexique en tant qu’il interagit avec la pragmatique linguistique, discipline qui rend compte de l’incidence du contexte (contexte d’énonciation, cotexte…) sur l’interprétation du sens des énoncés. Il se donne pour objectif de revenir sur la conception classique du lexique, héritée de la lexicographie, qui voit dans les lexies des unités stables, qui participent d’un sens global des énoncés, construit dans un second temps. Firth [1935] remarquait déjà que le sens complet d’un mot est toujours « contextuel ». Il paraît ainsi essentiel d’explorer avec rigueur de nouveaux modèles du sens et du lexique pour pouvoir analyser avec pertinence les divers phénomènes qui relèvent de l’interaction entre lexique et pragmatique.

La réflexion sur l’articulation de ces deux domaines s’est déjà imposée comme un sujet de recherche majeur, comme en témoignent nombre de publications, notamment anglo-saxonnes (Zufferey et al. [2019], Carston [2019], Depraetere & Salkie [2017], etc.). L’idée d’une séparation stricte entre un sens lexical rigide, abstrait, d’une part, et des mécanismes pragmatiques intervenant après coup a en réalité été très sérieusement remise en question par de nombreux travaux : la pragmatique post-gricéenne (Sperber & Wilson [1995], Recanati [2004]) a avancé que le sens littéral des énoncés est déjà en partie déterminé par ces mécanismes. Ainsi, dans The ham sandwich in the corner wants more coffee, il faut déjà comprendre que ham sandwich réfère par métonymie à un client pour se représenter la proposition que l’énoncé véhicule. Certains chercheurs essaient d’ailleurs d’intégrer une composante pragmatique à leur modélisation de certains items, comme pour les modaux (Depraetere [2019]), ou bien de proposer une composante instructionnelle pour déterminer des sens (Col [2017]).

Isoler le domaine du lexique du fonctionnement de la langue en contexte a créé plusieurs apories bien connues des lexicographes et des lexicologues, qui ne peuvent que reconnaître le caractère arbitraire de nombre de choix définitionnels et classificatoires concernant les lexies. Comment établir avec certitude la frontière entre polysémie et homonymie ? Combien d’entrées doit-on postuler pour un mot donné, lorsque certains sens peuvent être simplement inférés à partir d’autres ? Une solution pourrait être de considérer que seule une partie du (ou des) concept(s) lié(s) à un mot est active dans un énoncé (Langacker [1991]), mais cette proposition n’est pas sans défaut (Kleiber [1999]).

Quant à l’évolution des lexies à travers le temps, elle permet de poser la question de l’apparition de nouveaux sens à partir de ce qui relève initialement d’inférences (Dasher & Traugott [2002]), et soulève la problématique de la connotation (Kerbrat-Orecchioni [1977]) − ou des entrées encyclopédiques et de la prosodie sémantique telle que Sinclair [2004] la définit −, qui est elle aussi soumise au changement et fortement sollicitée dans la genèse d’implicatures. Parent pauvre de l’étude lexicale, elle est liée à la question des contextes d’emploi et de leur influence sur l’appréhension du sens : celui-ci parait déjà infléchi par ces contextes (voire détourné ou négocié), comme c’est le cas pour les nouveaux euphémismes (Lexis 7 [2012]) ou autres tropes qui se lexicalisent dans un domaine particulier – Firth [1951] allant jusqu’à dire qu’un mot employé dans un nouveau contexte est un mot nouveau.

Les contributions que nous accueillerons pour ce numéro de Lexis devront donc porter sur l’articulation entre le lexique et la pragmatique prise dans un sens large, s’intéressant aux occurrences de lexies dans des contextes d’occurrences spécifiques, en anglais. À titre d’exemple, les auteurs pourront, à travers une réflexion théorique ou une étude sur un point particulier, s’interroger sur :

  • Les modèles instructionnels du sens ;

  • Tout autre approche proposant une alternative au modèle classique ;

  • Le sens inféré qui s’invite progressivement à l’intérieur du lexique ;

  • L’enrichissement pragmatique intégré au sens littéral ;

  • La prosodie sémantique des lexies ;

  • La connotation ;

  • La sémantique argumentative (Carel [2011] ; Anscombre & Ducrot [1976]) ;

  • L’inflexion du sens des mots en fonction du contexte d’emploi.

Bibliographie

Anscombre J.-C. & Ducrot O., 1976, « L’argumentation dans la langue », Langages 42, 5-27.

Carel M., 2011, L’entrelacement argumentatif : Lexique, discours et blocs sémantiques, Paris, Champion.

Carston R., 2019, “Ad hoc concepts, polysemy and the lexicon”, in Scott K., Clark B. & Carston R. (Eds.), Relevance, Pragmatics and Interpretation, Cambridge, CUP, 150-162.

Col G., 2017, Construction du sens : un modèle instructionnel pour la sémantique, Bruxelles, Peter Lang.

Dasher R. B. & Traugott E. Closs, 2002, Regularity in Semantic Change, Cambridge, CUP.

Depraetere I., 2019, “Meaning in context and contextual meaning: a perspective on the semantics-pragmatics interface applied to modal verbs”, Anglophonia 28.

Depraetere I. & Salkie R. (Eds.), 2017, Semantics and Pragmatics: Drawing a Line, New York, Springer.

Ducrot O., 1991, Dire et ne pas dire, 3e édition, Paris, Hermann.

Firth J. R., 1935, The Techniques of Semantics, Transacations of the Philological Society.

Firth J. R., 1951,Modes of Meaning, Essays and Studies, The English Association.

Kerbrat-Orecchioni C., 1977, La connotation, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

Kleiber G., 1999, Problèmes de sémantique : La polysémie en question, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Langacker R. W., 1991, Foundations of Cognitive Grammar, vol. II, Stanford, Stanford University Press.

Recanati F., 2004, Literal Meaning, Cambridge, CUP.

Sinclair J., 1998. “The Lexical item”, in Weigand E. (Ed.), Contrastive Lexical Semantics [Current Issues Linguistic Theory 171], Amsterdam: John Benjamins, 1-24.

Sinclair J., 2004, Trust the Text: Language, Corpus and Discourse. London: Routledge.

Sperber D. & Wilson D., 1995, Relevance: Communication and Cognition, 2e edition, Oxford, Basil Blackwell.

Wilson D. & Sperber D., 2012, Meaning and Relevance, Cambridge: CUP.

Zufferey S., Moeschler J. & Reboul A., 2019, Implicatures, Cambridge: CUP.

Modalités de soumission

Votre fichier devra comporter le titre de votre contribution, un abstract entre 3.000 et 6.000 caractères, espaces comprises, une liste de mots-clés et des références bibliographiques.

Toutes les soumissions feront l’objet d’une évaluation en double aveugle par un comité scientifique international composé de spécialistes de différents domaines. Les contributions seront de préférence rédigées en anglais ou éventuellement en français.

Les soumissions pourront être acceptées, acceptées sous réserve de modification ou rejetées, telles quelles. Le nombre de pages n’est pas limité.

Les abstracts et les articles sont à envoyer en version électronique à lexis@univ-lyon3.fr

Calendrier

• Décembre 2021 : appel à contributions

• 30 juin 2022 : abstracts à envoyer à Lexis

• Juillet-août 2022 : avis aux auteurs

• 15 novembre 2022 : réception des articles (Consignes pour la rédaction des articles : https://journals.openedition.org/lexis/1026)

• Novembre et décembre 2022 : relecture des articles par les membres du Comité scientifique

• Janvier 2023 : corrections par les auteurs

• 1er février 2023 : réception de la version définitive des articles

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search