Skip to navigation – Site map

HomeCall for papersCall for papers – openN°22 – Marges et frontières dans ...

N°22 – Marges et frontières dans la catégorisation linguistique

Réception de la version définitive des articles : 31 octobre 2023

Lexis – Journal in English Lexicology mettra en ligne en 2023 son numéro 22, dirigé par Romain Delhem (Université Clermont Auvergne, France) et Caroline Marty (Sorbonne Université, France). Celui-ci sera consacré à la thématique « Marges et frontières dans la catégorisation linguistique ».

Marges et frontières dans la catégorisation linguistique 

La catégorisation est sans doute l’un des processus cognitifs fondamentaux. L’être humain catégorise par le langage, principalement grâce à la catégorie nominale (Mignot [2017]) ; cette catégorisation lui permet notamment de mieux organiser le monde qui l’entoure afin de faciliter son apprentissage et sa prise de décision (Lakoff [1987]). De façon métaphorique, l’être humain emploie des frontières cognitives pour délimiter ses expériences quotidiennes et les regrouper en fonction des propriétés qu’elles ont en commun, ou des « ressemblances de famille » (Familienähnlichkeit) qu’elles partagent, au sens de réseaux de similitudes plus ou moins marquées (Wittgenstein [1953]). 

La vision classique de la catégorisation considère les catégories comme étanches et homogènes : aucun élément ne peut appartenir à deux catégories distinctes, et tous les éléments d’une catégorie ont le même statut au sein de celle-ci. À l’inverse, les recherches de Rosch [1973] en psychologie ont établi que les catégories sont organisées autour d’un élément central, le prototype, et que les éléments de cette catégorie en sont plus ou moins proches. Il existe donc, au sein d’un grand nombre de classes, des éléments marginaux – par exemple, une chaise sera considérée comme un meuble plus prototypique qu’un téléphone (Rosch [1975]). 

En linguistique, divers auteurs se sont saisis de cette notion de « prototype ». Culioli [1990], dans sa conception des domaines notionnels, met en avant les notions d’« intérieur » et d’« extérieur », séparés par une frontière, tandis que Lakoff [1987], dans sa théorisation de ce qu’il nomme « modèles cognitifs », postule l’existence d’un gradient d’appartenance construit autour d’un générateur (un membre précis de la classe) et de propriétés communes. 

La théorie du prototype est utilisée, de façon plus ou moins explicite, dans l’étude de nombreuses unités lexicales, que ce soit pour l’expression de la parenté (Lounsbury [1964]), de la couleur (Berlin & Kay [1969]) ou de la taxonomie (Wierzbicka [1992]). 

Taylor [1998] applique la gradience catégorielle à la description linguistique. Il postule que l’appartenance d’un marqueur à l’une ou l’autre des parties du discours ne doit pas se faire selon des critères de sélection stricts (ce qui impliquerait une frontière nette et une égalité des membres au sein de la classe), mais selon des tests de prototypicité permettant de différencier les membres centraux des membres plus marginaux. Ce point de vue est repris par Aarts [2007], qui met en avant la notion de « gradience subsective » : les catégories lexicales sont organisées autour de prototypes et au sein de ces classes, certains éléments sont plus proches du centre ou de la périphérie (ainsi, utter est un adjectif moins typique que happy). 

Cette gradience subsective peut être à l’origine d’une gradience intersective : un élément à la marge d’une catégorie linguistique peut également être à la marge d’une autre catégorie et constituer une sorte d’hybride, comme near (adjectif et préposition). Cette vision plus souple des parties du discours remet par ailleurs en question certains cas traditionnels de conversion : dans real good ou come quick, les unités real et quick sont-elles des adverbes construits à partir d’adjectifs, des adjectifs employés comme adverbes ou des unités appartenant à ces deux catégories ? 

Plus largement, la question de la frontière entre lexique et syntaxe pourra être explorée. En effet, les approches cognitives (Langacker [2008]) remettent en question la vision d’un langage constitué d’une liste finie d’unités lexicales et de règles de combinaison (Taylor [2012]). Par ailleurs, en grammaire de construction (Fillmore et al. [1988], Goldberg [1995]), toutes les unités linguistiques sont considérées comme étant fondamentalement de même nature. Dans cette vision du langage, le lexique traite des unités plus simples et spécifiées, tandis que la grammaire s’occupe des unités plus complexes ou plus schématiques. Il n’existerait donc pas de séparation nette entre ces deux domaines, qui formeraient davantage un continuum (simple complexe, spécifié schématique). 

Sans que la liste soit exhaustive, les articles pourront porter sur les points suivants : 

  • Les notions de prototypicité, de marginalité et de frontière dans les parties du discours – un élément marginal appartient-il toujours à la catégorie ? En vertu de quelles propriétés cesse-t-il d’en faire partie ? ; 

  • La porosité des parties du discours et les questions de conversion et de polycatégorialité ; 

  • L’étendue du domaine lexical par rapport au domaine grammatical et l’étude d’unités à la marge du lexique ou à mi-chemin entre le lexique et la syntaxe ; 

  • La frontière de la notion de mot, notamment par rapport à celles d’affixe et de clitique ; 

  • Le lexique dans les variétés considérées comme marginales au sein de certains ensembles linguistiques (famille ou branche linguistique, continuum dialectal, langue ayant une variété standard). 

Bibliographie

Aarts Bas, 2007, Syntactic Gradience: the Nature of Grammatical Indeterminacy, Oxford: Oxford University Press.

Berlin Brent & Kay Paul, 1969, Basic Color Terms: Their Universality and Evolution, Berkeley: University of California Press.

Culioli Antoine, 1990, Pour une linguistique de l’énonciation. Tome 1 : Opérations et représentations, Gap : Ophrys.

Fillmore Charles & Kay Paul & O’Connor Mary Catherine, 1988, “Regularity and idiomaticity in grammatical constructions: the case of let alone”, Language 64(3), 501–538.

Goldberg Adele, 1995, A Construction Grammar Approach to Argument Structure, Chicago: University of Chicago Press.

Lakoff George, 1987, Women, Fire and Dangerous Things: what Categories Reveal about the Mind, Chicago: The University of Chicago Press.

Langacker Ronald, 2008, Cognitive Grammar: an Introduction, Oxford: Oxford University Press.

Lounsbury Floyd, 1964, “A formal account of the Crow- and Omaha-type kinship terminologies”, in Goodenough Ward Hunt (Ed.), Explorations in Cultural Anthropology, New York: McGraw-Hill, 351–394.

Mignot Élise, 2017, La morphologie du nom en anglais : vers une sémantique des parties du discours(Monographie d’habilitation à diriger les recherches), Paris : Sorbonne Université.

Rosch Eleanor, 1973, “Natural Categories”, Cognitive Psychology 4., 328–350.

Rosch Eleanor, 1975, “Cognitive representations of semantic categories”, Journal of Experimental Psychology 104, 192-234.

Taylor John R., 1998, “Syntactic constructions as prototype categories”, in Tomasello Michael (Ed.), The New Psychology of Language: Cognitive and Functional Approaches to Language Structure (volume 1), Mahwah: Lawrence Erlbaum Associates, Inc., 177–202.

Taylor John R., 2012, The Mental Corpus: how Language is Represented in the Mind, Oxford: Oxford University Press.

Wierzbicka Anna, 1992, Semantics, Culture, and Cognition: Universal Human Concepts in Culture-Specific Configurations, Oxford: Oxford University Press.

Wittgenstein Ludwig, 1953, Recherches philosophiques, Paris : Gallimard.

Modalités de soumission

Votre fichier devra comporter le titre de votre contribution, un abstract entre 3.000 et 6.000 caractères, espaces comprises, une liste de mots-clés et des références bibliographiques.

Toutes les soumissions feront l’objet d’une évaluation en double aveugle par un comité scientifique international composé de spécialistes de différents domaines. Les contributions seront de préférence rédigées en anglais ou éventuellement en français.

Les soumissions pourront être acceptées, acceptées sous réserve de modification ou rejetées, telles quelles. Le nombre de pages n’est pas limité.

Les abstracts et les articles sont à envoyer en version électronique à lexis@univ-lyon3.fr

Calendrier

• Septembre 2022 : appel à contributions

• 31 janvier 2023 : abstracts à envoyer à Lexis

• Mars 2023 : avis aux auteurs

• 30 juin 2023 : réception des articles (Consignes pour la rédaction des articles : https://journals.openedition.org/lexis/1026)

• Juillet et août 2023 : relecture des articles par les membres du Comité scientifique

• 1er septembre au 31 octobre 2023 : corrections par les auteurs

• 31 octobre 2023 : réception de la version définitive des articles

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search