Skip to navigation – Site map

HomeIssues20PapersConfiguration morpho-lexicale du ...

Papers

Configuration morpho-lexicale du nom propre et propension à la lexicalisation

Montserrat Rangel Vicente

Abstracts

Not every proper name is a proper noun. The acquisition of this status is, in principle, yet not always, devoid of visible traces. We postulate that some morpho-lexical configurations are more compatible than others with lexicalisation. This postulate is correlated with the hypothesis that the formal features of the signifier of proper noun may facilitate the identification of proper names which are the best candidates for lexicalisation. This hypothesis is examined through the analysis of a synchronic corpus of town/city and village names that shows the morphological heterogeneity of the lexical forms of that category. This analysis sheds light on the affinity of these toponymic lexemes with the monolexical configuration pure proper noun. It also reveals the existence of thresholds of maximum complexity in this type of lexemes, which vary according to the morpho-lexical category of their core. The analysis of the data also foregrounds the underestimated impact of opacity on the formal description of proper names and on their lexicalisation.

Top of page

Full text

Je remercie vivement les relecteurs/-trices, ainsi que les éditrices, pour leurs corrections minutieuses et leurs remarques avisées. La version finale de cet article doit énormément à la richesse et à la justesse de leurs suggestions.

Introduction

  • 1 Pour alléger nos propos, nous faisons appel au fil du texte aux couples de termes morphologie (inte (...)

1Cette étude vise à recenser les configurations formelles des lexèmes nom propre (Np) hors contexte, c’est-à-dire la nature morpho-lexicale des constituants qui participent à la construction de leur signifiant, ainsi que la relation morpho-syntaxique qu’ils entretiennent dans le cas des formes polylexicales1. Cet objectif est motivé par deux postulats permettant d’attribuer une dimension spéculative aux résultats, strictement descriptifs au départ, de l’analyse d’un corpus de lexèmes de la catégorie Np.

2Le premier postulat est le suivant : même si le lien direct avec le référent affranchit le signifiant des Np de contraintes linguistiques, la morphologie interne des lexèmes de la catégorie n’est pas complètement libre. Dans l’absolu, n’importe quelle structure phonique et/ou graphique peut convenir. Tout porte à croire que cela est particulièrement vrai dans le cas des formes appartenant aux sous-types référentiels qui réduisent l’opérativité sémantique du signifiant à l’identification du référent, parce que le contenu sémantique de leur signifiant est (pré)destiné à ne jouer aucun rôle. Dans ces cas, un seul impératif contraint a priori la sélection de ce support matériel de l’expression qui deviendra un Np : il faut qu’il permette d’identifier le référent, en le distinguant des entités de la classe référentielle à laquelle il appartient. Néanmoins, nous postulons que dans la recherche de cet équilibre entre la performance identificative et le pouvoir discriminant, le nombre de configurations morphologiques que le signifiant de ces formes lexicales peut adopter est potentiellement limité.

3Le second postulat à l’origine de cette étude, et partiellement corrélé au premier, peut être formulé de la sorte : si le signifiant des expressions qui sont vouées à devenir des lexèmes Np impliquent des contraintes morpho-lexicales, les configurations qui sont compatibles avec ce statut rendent probablement plus facile la lexicalisation des dénominations propres qui n’acquièrent pas ce statut de droit. Par conséquent, identifier les caractéristiques formelles des lexèmes Np, aussi bien la nature de leurs constituants que l’éventuelle complexité de leur morpho-syntaxe interne, permet de déterminer quelles sont les dénominations qui seront potentiellement les meilleures candidates pour acquérir ce statut lexical. En d’autres termes, les Np dont le statut de lexème est garanti peuvent être un observatoire privilégié des configurations morpho-lexicales susceptibles de faciliter l’aboutissement du processus de lexicalisation des dénominations propres.

4Les deux postulats qui viennent d’être présentés impliquent de s’interroger sur le bien-fondé de deux corrélations qui sont habituelles dans les descriptions du Np, aussi bien en tant que dénomination qu’en tant que type de nom. La première consiste à réserver le statut de lexème essentiellement aux anthroponymes et aux toponymes, qui constituent l’objet d’étude prioritaire de l’onomastique, malgré leur homonymie éventuelle avec la structure qui est à l’origine de la construction de leur signifiant. Nous ne remettons pas en question que les formes de ces sous-types référentiels sont des lexèmes, puisque leur opérativité sémantique est systématiquement réduite à l’identification du référent. Néanmoins, d’autres dénominations propres sont susceptibles d’acquérir ce statut. La seconde corrélation habituelle dans les travaux consacrés à la catégorie Np est celle établie entre les deux sous-types référentiels prototypiques et le Np pur. D’une part, des formes d’autres sous-types référentiels peuvent appartenir à ce type morpho-lexical. D’autre part, le volet descriptif de cette étude se justifie précisément par l’existence de toponymes qui ne sont pas des Np purs.

5La présente description s’appuie sur l’analyse d’un corpus d’occurrences de noms de ville et de village. Le choix de ces toponymes pour amorcer le recensement des configurations formelles dont la compatibilité avec la lexicalisation est avérée et qui, de ce fait, sont susceptibles d’avoir un impact sur celle des dénominations propres, se justifie par leur diversité morphologique. Cette hétérogénéité s’explique en grande partie par leur origine ; elle coïncide par ailleurs avec celle d’un certain nombre des dénominations qui n’appartiennent pas d’office à la classe lexicale propriale. Sans couvrir l’intégralité de l’hétérogénéité formelle de ces toponymes, notre corpus constitue un premier jalon dans l’accès aux configurations les plus récurrentes dans les lexèmes de la catégorie.

  • 2 Dans la description morpho-lexicale des Np, les indices rendent compte du caractère subordonné des (...)

6La présente contribution se déploie en quatre temps. Nous proposons d’abord une définition du lexème Np et de la catégorie morpho-lexicale du Np pur. Ces définitions s’appuient sur l’analyse critique des critères qui sont habituellement mobilisés pour délimiter ces deux notions : l’inopérativité de la motivation et la spécialisation dans la fonction Np (1.). Ensuite, nous présentons les caractéristiques du corpus d’étude et les particularités méthodologiques de la description des occurrences qui est proposée. Dans cette seconde partie, nous nous attardons particulièrement sur les conséquences pour cette description de l’impossibilité d’accéder au lien avec tout ou partie des éléments qui sont impliqués dans la construction du signifiant du Np (2.). Ce bloc méthodologique est suivi de la présentation des résultats obtenus dans l’analyse du corpus (3.). Enfin, nous mettrons en perspective ces résultats par le biais de trois particularités des noms de ville et de village qui nourrissent la réflexion concernant la relation entre les caractéristiques morphologiques et la lexicalisation : l’opacité formelle, la condensation du signifiant et le non-dépassement des seuils de complexité maximale, correspondant aux configurations [Np+x1] et [Nc+x1+x1]2 (4.).

1. Le lexème Np et le Np pur. Définition et délimitation

  • 3 Il existe un consensus grandissant concernant le caractère infondé du recours à la monolexicalité p (...)

7Cette étude s’intéresse aux caractéristiques morpho-lexicales des lexèmes Np. Avant d’examiner les propriétés du signifiant des expressions qui ont atteint ce statut, il est nécessaire de définir ce qu’est un lexème Np et de le distinguer des dénominations qui assurent la fonction caractéristique du Np sans pour autant appartenir à cette catégorie lexicale (1.1.). Cela nous amène à évaluer la pertinence du recours à deux propriétés qui sont traditionnellement mobilisées pour la caractériser et qui jouent également un rôle clé dans la définition de son type morpho-lexical caractéristique, à savoir le Np pur. Il s’agit de l’inopérativité de la motivation initiale et de la spécialisation dans la fonction Np3. Nous commençons par l’évaluation de la pertinence du recours au critère sémantique (1.2.) et au critère de la spécialisation fonctionnelle (1.3.) pour définir le lexème Np. Ensuite, nous examinons l’imbrication de ces deux critères dans la caractérisation du Np pur (1.4.).

1.1. Dénomination Np vs lexème Np

  • 4 La dimension indexicale de ce sens correspond à une « instruction invitant à retrouver en mémoire s (...)

8Tout lexème Np est une dénomination qui fait écho à la particularité sémantico-fonctionnelle de cette catégorie nominale. Cette particularité consiste à assurer la référenciation par le biais d’un sens instructionnel dénominatif (Kleiber [1995, 2004, 2021])4. Ce sens émane de l’association directe et stable d’un signifiant à une entité, afin de la distinguer des autres membres de la classe référentielle à laquelle elle appartient, en vertu de ses caractéristiques (Rangel Vicente [2017]).

9Si l’on définit le lexique en tant que stock des formes à la disposition des locuteurs/-trices d’une langue, les dénominations propres en font partie. Par leur particularité sémantico-fonctionnelle, ce sont des lexies qui peuvent être rattachées au patrimoine onomastique d’une communauté linguistique. Le nombre de sujets qui partagent la connaissance de leur existence n’a pas d’impact sur ce statut. Il suffit qu’une dénomination propre soit connue par un individu, y compris lorsque ce dernier est le responsable de sa création, pour qu’elle fasse partie des formes potentiellement disponibles pour les membres de sa communauté linguistique. Néanmoins, toute dénomination propre n’est pas un lexème de la catégorie nominale Np. En d’autres termes, pour reprendre la terminologie anglo-saxonne, tout proper name n’est pas un proper noun.

  • 5 « Proper nouns, [...] are word-level units belonging to the category noun. [...] Proper nouns are n (...)

10L’acquisition du statut de lexème Np dépend de deux critères. Si l’on se réfère à la distinction établie par Huddleston & Pullum [2002] entre le proper name et le proper noun, ce dernier est un nom, d’une part, qui est spécialisé dans la fonction de tête d’un proper name, à savoir d’une dénomination propre, d’autre part5.

11La performance du recours au premier critère, c’est-à-dire le fait d’être un nom, pour identifier les lexèmes de la catégorie est limitée. En effet, la transposition de la particularité sémantico-référentielle de la fonction Np au niveau du mot permet d’exclure de la catégorie nominale toutes les expressions qui impliquent une opérativité sous-jacente du contenu sémantique véhiculé par leur signifiant. La réduction de la fonction de ce dernier au rôle de support matériel de l’identification du référent est indispensable pour être un Np. Par ailleurs, comme l’expose Mignot [2017] pour le nom, et c’est également l’avis de Vaxelaire [2005] en ce qui concerne le Np, l’appartenance à cette catégorie nominale n’est pas graduelle : soit l’expression est un Np, soit elle ne l’est pas. Néanmoins, puisque son identité sémantico-fonctionnelle repose sur un lien direct, la catégorie Np est dépourvue de caractéristiques visibles qui lui soient propres et, par conséquent, de contours précis. Comme le constate Leroy [2004 : 25], « si l’intersection de tous les critères [qui la caractérisent] délimite un espace dans lequel sont inclus une grande partie des noms propres, mais pas tous, leur réunion intègre un trop grand nombre d’éléments manifestement étrangers ».

  • 6 Suivant Kleiber [2004], nous considérons que la particularité fonctionnelle du Np est l’identificat (...)

12Le recours au critère de la spécialisation dans la fonction Np pour être un lexème Np, dans celle de tête d’une dénomination propre dans la caractérisation du proper noun de Huddleston & Pullum [2002], n’est pas plus concluant. En l’absence de trace observable concernant cette spécialisation, une telle particularité est traditionnellement réservée aux formes appartenant aux sous-types référentiels qui imposent la réduction de l’opérativité sémantique à l’identification (dénominative)6 du référent et qui, de ce fait, vérifient le premier critère pour être des lexèmes Np. Néanmoins, la lexicalisation de dénominations de sous-types référentiels qui n’imposent pas l’inopérativité de la motivation doit également être envisagée. En effet, si elles corroborent cette particularité sémantique, elles sont spécialisées dans la fonction Np.

13Indépendamment de ces cas particuliers, qui sont provisoirement laissés de côté dans cette étude, la mobilisation des deux traits utilisés traditionnellement pour définir le lexème Np doit être évaluée en détail. Cette évaluation est d’autant plus nécessaire que le recours à l’inopérativité sémantique et à la spécialisation dans la fonction Np participent à la définition de la classe lexicale Np, mais aussi à celle de son type morphologique caractéristique, à savoir le Np pur. Dans ces circonstances, le risque d’assimilation de ces deux notions est avéré.

1.2. Inopérativité de la motivation et lexicalisation

14Le lien direct et conventionnel avec le référent permet le recours à des signifiants de formes linguistiques préexistantes. Celles-ci peuvent véhiculer un contenu sémantique qui a pu jouer un rôle dans la création de la dénomination propre. Néanmoins, si la réduction de l’opérativité sémantique à l’identification du référent est une condition indispensable pour acquérir le statut de lexème Np (Kleiber [1981] ; Curat & Hamlin [1993] ; Gary-Prieur [1994, 2016] ; Jonasson [1994] ; Bosredon [1997, 2006]), l’accessibilité de la motivation ne constitue pas toujours un obstacle pour conclure que la dénomination fait partie de cette catégorie lexicale.

  • 7 Pour une présentation du recours restreint à la notion d’étymologie qui est proposé dans cette étud (...)

15Certains sous-types référentiels anthroponymiques et toponymiques, comme les prénoms, les noms de famille, les noms de ville et de village, les noms de département, les noms de mer et d’océan, ainsi que les noms de fleuve et de rivière, sont corrélés à cette particularité sémantique. Une quantité non négligeable d’entre eux sont motivés par des éléments appartenant à d’autres catégories morpho-lexicales. Parfois, leur motivation initiale est potentiellement accessible à la communauté linguistique (Rose, Pierre, Cordonnier, Pacifique, Saint-Étienne). Dans certains cas, le choix du signifiant a été motivé par une caractéristique du référent (Creuse, Villeneuve-sur-Saône). Néanmoins, aucune attente de description vis-à-vis de ce dernier ne repose sur le signifiant des formes de ces sous-types référentiels, dont le rôle sémantique est réduit à l’identification. Dès lors, ce sont des lexèmes Np dont la motivation est traditionnellement reléguée à l’étymologie7.

16Ce n’est pas le cas de tous les sous-types référentiels. La nature sémantico-fonctionnelle de la dénomination propre impose que la relation avec le référent soit conventionnelle, et donc que la désignation de ce dernier opère sans la participation de sens descriptif. Néanmoins, les pratiques dénominatives associées à certains sous-types référentiels font émerger des attentes cognitives et communicatives chez les locuteurs/-trices qui sont souvent prises en charge par le signifiant et qui, par conséquent, préfigurent la disponibilité du contenu sémantique de la dénomination (Bosredon [1997] ; Bosredon & Tamba [1999]). C’est le cas, par exemple, des noms d’institution (Union européenne, Centre national de la recherche scientifique), de parti politique (Parti socialiste, Ensemble !) et des noms de marque ou de produit (Belle Maman, Taillefine, Papa Pique et Maman Coud). La construction de ces formes a tendance à faire appel au signifiant d’éléments d’autres catégories morpho-lexicales qui ne sont pas opacifiés, car il est attendu qu’ils apportent des informations concernant l’entité désignée. Ainsi, l’appartenance à la catégorie des dénominations propres n’est pas incompatible avec une opérativité sous-jacente du contenu sémantique associé au signifiant, tant que celui-ci n’interfère pas dans la désignation du référent, qui doit reposer sur un lien conventionnel. En revanche, cette opérativité sémantique sous-jacente prive, en principe, les dénominations qui présentent cette particularité du statut de lexèmes Np.

  • 8 Pour les conséquences de l’approche relative qui est adoptée dans cette étude pour la description f (...)

17Toutes les formes des sous-types référentiels qui n’imposent pas d’office la réduction de leur opérativité sémantique à l’identification ne répondent pas aux attentes cognitives et communicatives que ces sous-types génèrent. Il arrive également que la motivation initiale ne soit pas accessible. Cela se produit particulièrement lorsque la description des Np est rattachée à la synchronie contemporaine du français, ce qui est le cas dans cette étude. En effet, si la motivation dépend du contenu véhiculé par le signifiant et que celui-ci est d’origine étrangère, ou a été construit à partir d’éléments d’autres catégories qui ont disparu du français actuel, l’opérativité sémantique de la dénomination est réduite à l’identification8. Il en va de même, pour la plupart des locuteurs/-trices, si l’origine du Np est partagée par un nombre réduit de sujets. Par ailleurs, même lorsque la motivation était au départ opérative et qu’elle est accessible, rien ne garantit qu’elle soit mobilisée, voire maintenue. Le référent, et le nom qui lui a été conventionnellement attribué, peuvent profiter d’une saillance contextuelle importante et durable qui entraîne la réduction du rôle du signifiant à l’identification. En d’autres termes, toute dénomination propre, indépendamment des attentes cognitives et communicatives générées par son sous-type référentiel et de l’éventuelle opérativité initiale de sa motivation, est un lexème en puissance.

1.3. Spécialisation dans la fonction Np et lexicalisation

18Le deuxième critère utilisé pour définir le lexème Np, à savoir la spécialisation dans l’identification du référent, est corrélé au précédent. En effet, dans la littérature consacrée à la catégorie Np, cette spécialisation fonctionnelle est attribuée aux formes des sous-types référentiels dont l’opérativité sémantique est réduite à l’identification du référent. Cette corrélation n’a rien d’étonnant. Cette particularité conduit à la spécialisation de la dénomination dans la fonction caractéristique du Np, et reste valide y compris lorsque la motivation est accessible, voire quand elle avait une dimension descriptive au départ qui convient toujours au référent.

19La réduction de l’opérativité sémantique à l’identification n’est pas réservée aux dénominations de ces sous-types référentiels, et il est vraisemblable que les membres de la communauté linguistique appréhendent les formes qui corroborent ce critère comme étant autonomes vis-à-vis des éléments, ou combinaisons d’éléments, qui sont impliqués dans la construction de leur signifiant. Par conséquent, ces dénominations sont spécialisées dans l’identification d’un individu. Cette spécialisation se produit lorsque la dénomination ne répond pas aux attentes cognitives et/ou communicatives associées à son sous-type référentiel, ou quand sa motivation est inconnue de la plupart des locuteurs/-trices. Elle advient également quand aussi bien le référent que son nom profitent d’une saillance contextuelle durable, y compris si la motivation est accessible. Rien ne justifie de réserver cette possibilité aux formes dont l’appartenance à la catégorie lexicale du Np est reconnue consensuellement.

  • 9 La forme Ikea n’existait pas avant d’être créée pour nommer la fameuse enseigne de meubles suédoise (...)

20La spécialisation dans la fonction Np est particulièrement vraie lorsque la présence de leur signifiant dans le système linguistique est réduite à la construction de la dénomination propre en question. Tel est le cas lorsque le signifiant est créé ex nihilo (Ikea), ainsi que lorsqu’il est motivé par une forme étrangère (Apple, Mango) ou qui a disparu, en synchronie, de la langue partagée par les membres de la communauté linguistique (Excelsior)9. Par conséquent, l’ensemble des dénominations Np dont la motivation est inexistante, inopérante ou inaccessible méritent également d’être considérées comme des formes lexicales de la catégorie.

1.4. Inopérativité de la motivation, spécialisation dans la fonction Np et Np pur

  • 10 Pour un rappel des critères utilisés par Gardiner [1954] pour établir cette distinction, voir la se (...)

21La position de Jonasson [1994 : 34-38 ; 2021 : 429-431] à l’égard de la relation entre les sous-types référentiels qui imposent la réduction de l’opérativité sémantique à l’identification du référent et le type morphologique prototypique de la catégorie du Np génère un consensus considérable dans le contexte linguistique. Adoptant une approche sémantico-cognitive, Jonasson utilise la distinction établie par Gardiner [1954] entre Np purs et Np impurs pour opérer un tri au sein de l’hétérogénéité formelle des dénominations Np10. Elle définit ainsi trois types de Np, en fonction de la présence ou non dans leur signifiant d’éléments d’autres catégories lexicales : les « Np purs » (Marie, Paris), les « Np mixtes » (Saint-Étienne, La Nouvelle-Orléans) et les « Np descriptifs » (Union européenne, États-Unis), qu’elle renomme « Np basés sur un Nc » ou « dérivés d’un Nc » dans un ouvrage ultérieur (Jonasson [2021]). Les exemples retenus pour les illustrer répondent à ce critère. Néanmoins, certains éléments de sa caractérisation du Np pur correspondent à la définition du lexème Np, plutôt qu’à celle d’un type morpho-lexical de dénomination propre.

22Sans prétention à l’exhaustivité, Jonasson affirme que « les Nps purs désignent avant tout des personnes, certains types de lieu (villes, pays, îles, fleuves), ainsi que des animaux domestiques. Les Np ‘descriptifs’ ou ‘mixtes’, de leur côté, sont associés à d’autres types de lieux (rues, places, parcs, bâtiments, etc.) » (Jonasson [1994 : 36] ; Jonasson [2021 : 429-431]). Son recours au nom de ville La Nouvelle-Orléans en tant qu’exemple de Np mixte démontre, comme elle l’affirme explicitement, que ces corrélations correspondent à des tendances et qu’il peut y avoir des exceptions. Par ailleurs, cet exemple met en évidence l’existence de lexèmes Np qui ne sont pas des Np purs. Néanmoins, la prééminence que Jonasson accorde aux anthroponymes et toponymes imposant la réduction de l’opérativité sémantique à l’identification du référent qui figurent traditionnellement dans les descriptions de la catégorie Np, ainsi que leurs particularités, se traduit par leur assimilation aux Np purs.

  • 11 « L’existence des deux branches de l’onomastique, l’anthroponymie et la toponymie, reflète l’attrib (...)
  • 12 Jonasson [2021] utilise la forme Nogent-le-Rotrou comme illustration des Np purs (complexes), alors (...)

23En effet, le type d’entités auxquelles ils sont attribués, ainsi que leur condition de référents prototypiquement nommés par des Np, sont deux caractéristiques centrales dans la définition des Np purs de Jonasson. Selon l’auteure, ils « sont généralement donnés aux personnes et aux lieux, c’est-à-dire à des particuliers auxquels on attribue toujours un Np, et dont on suppose qu’ils ont un Np » (Jonasson [1994 : 34]). Elle justifie également le recours à ces sous-types référentiels pour définir le Np pur par le fait d’être à l’origine des deux branches (principales, devrait-il être précisé) de l’onomastique11. Une preuve supplémentaire de la prééminence accordée par Jonasson aux sous-types anthroponymique et toponymique dans sa définition du Np pur est le rattachement à ce type morpho-lexical des formes qui impliquent un article « lexicalisé » (Gary-Prieur [1994]), « inhérent » (Togeby [1982 : 160]), « intégré » (Molino [1982 : 11]) ou « fixe » (Le Bihan [1974]), comme le nom de famille Le Clézio ou le toponyme Le Havre, alors qu’elle observe que ces formes sont « analysables en parties constituantes descriptives » (Jonasson [1994 : 39])12. L’incohérence de ce choix mérite d’être pointée : pourquoi faire abstraction de l’article dans Le Clézio et Le Havre, alors que les caractéristiques morpho-lexicales du signifiant sont prises en compte dans le cas de La Nouvelle Orléans qui, tout en étant un nom de ville comme Le Havre, est utilisé comme exemple des Np mixtes ?

  • 13 L’opacité formelle partielle, qui peut se solder par l’attribution au signifiant du type morpho-lex (...)

24Le recours aux anthroponymes et toponymes prototypiques pour caractériser le Np pur amène Jonasson à faire appel à des critères qui relèvent de la délimitation de ce qui est un lexème Np pour définir ce type morpho-lexical. Elle affirme notamment que « les Np purs sont perçus comme non-descriptifs ou opaques, ne renseignant pas sur les propriétés du particulier auquel ils sont associés » (Jonasson [1994 : 36]). La pertinence du recours à un critère sémantique pour établir une description morpho-lexicale est pourtant discutable. En effet, tout porte à croire que l’inopérativité de la motivation concernée par la caractérisation de Jonasson est celle qui est contrainte par les sous-types référentiels qu’elle corrèle au type Np pur. Néanmoins, cette inopérativité n’est pas une garantie de pureté morphologique. Si tel était le cas, l’exemple La Nouvelle-Orléans devrait être rattaché au type morpho-lexical prototypique de la catégorie Np. Les éléments qui sont impliqués dans la construction de son signifiant légitiment pourtant la caractérisation que Jonasson en propose, en tant que Np mixte. En d’autres termes, la description morpho-lexicale des dénominations propres doit être établie en fonction de la possibilité de reconstruire le lien éventuel avec des éléments d’autres catégories morpho-lexicales ayant participé à la construction du signifiant. Seules les dénominations qui sont atteintes par ce que l’on propose de nommer opacité formelle correspondent à l’une des configurations permettant d’attribuer le type morpho-lexical Np pur13.

  • 14 Jonasson affirme également que les Np purs « restent des noms propres, même si dans certains contex (...)
  • 15 La motivation de ces exemples partiellement opaques, ainsi que la mise en évidence de la complexité (...)
  • 16 Une définition du Np pur qui répond à ce besoin est proposée dans la section 2.3. infra.

25Dans sa caractérisation du Np pur, Jonasson explique également que les Np purs sont des « formes nominales spécialisées dans le rôle de Np » (Jonasson [1994 : 35])14. Néanmoins, le recours à ce critère est problématique, car il convient à tout lexème Np, pur ou impur. Par exemple, le toponyme La Nouvelle-Orléans est spécialisé dans ce rôle. Pourtant, c’est un Np impur. Par ailleurs, cette caractérisation des Np purs n’est pas adaptée pour aborder l’intégralité des Np purs polylexicaux et des Np mixtes. Certains constituants de ces Np relèvent de cette catégorie morpho-lexicale parce qu’il est impossible de reconstruire le lien avec l’élément ou la structure qui est impliqué dans la construction de leur signifiant. Néanmoins, ils n’ont pas d’existence autonome préalable en tant que Np purs, et ne sont donc pas spécialisés dans cette fonction. C’est le cas, par exemple, des constituants lès ou New des Np purs polylexicaux Montigny-lès-Arsures ou New York, ainsi que des constituants Bretonneux ou Plaine des Np mixtes Montigny-le-Bretonneux et Saint-Martin-la-Plaine15. Une définition du Np pur qui permette d’aborder, dans une perspective analytique, les constituants du signifiant de l’ensemble des Np, afin d’établir leur type morpho-lexical, est donc nécessaire16.

  • 17 La seule exception est fournie par les prénoms néologiques ou de création très récente, qui mériten (...)
  • 18 La stabilisation de cette fonction s’explique par l’augmentation démographique, qui a fait émerger (...)
  • 19 Cette configuration est la seule qui justifie le recours dans les descriptions synchroniques à la n (...)

26Par ailleurs, en dépit des réserves émises concernant le recours de Jonasson aux sous-types référentiels et à la spécialisation dans la fonction Np pour caractériser le Np pur, ces caractéristiques jouent un rôle clé dans la deuxième configuration permettant l’attribution de ce type morpho-lexical. En effet, le mode de dotation des Np de certains sous-types référentiels entraîne la spécialisation dans la fonction Np des formes qu’ils englobent. C’est le cas des prénoms et des noms de famille17. Le contenu sémantique véhiculé par le signifiant des prénoms peut être impliqué dans leur sélection pour nommer des nouveaux individus. Néanmoins, c’est avant tout par leur statut de formes spécialisées dans la dénomination de personnes qu’ils sont attribués. Les noms de famille, quant à eux, trouvent le plus souvent leur origine dans des surnoms rendant compte d’une particularité saillante du/des premier(s) porteur(s) de ce nom du lignage (García Gallarín [1999]). Néanmoins, ils se sont spécialisés au Moyen Âge, pour des raisons pragmatiques, dans la fonction d’identification (Brunet & Bideau [2001]), et leur mode d’attribution, par transmission de père (ou mère) en fils (ou en fille), a été codifié18. Autrement dit, ces anthroponymes sont actuellement spécialisés dans l’identification de familles et de leurs membres. Par conséquent, les prénoms et les noms de famille sont des Np purs, indépendamment de la configuration morpho-sémantique initiale de leur signifiant, y compris lorsque leur motivation est accessible (Rose, Pierre, Charbonnier, Le Clézio)19.

  • 20 L’institutionnalisation entretient un lien intime avec la lexicalisation de ces dénominations topon (...)
  • 21 Dans de telles circonstances, le recours à la notion d’étymologie dans une description synchronique (...)
  • 22 Lecolle [2014 : 2271-2272] met en évidence l’identité de la relation entre le sens associé au signi (...)

27Tel n’est pas le cas des toponymes, dont les noms de ville et de village qui sont décrits dans cette étude. Malgré leur appartenance à la catégorie lexicale Np, ils sont le résultat d’un acte de baptême, souvent institutionnel, ou de la stabilisation d’une expression distinctive du lieu nommé. Dans le premier cas, l’acquisition du statut de lexème est simultanée à l’attribution au référent, car la suspension de l’opérativité sémantique est contrainte par ce type de toponyme. Dans le second cas, la lexicalisation est achevée lorsque l’opérativité descriptive originelle a été suspendue, au profit de l’identification du référent20. Contrairement aux anthroponymes, les toponymes n’ont pas vocation à être attribués à d’autres référents, mais à rester associés aux lieux qu’ils nomment21. Par conséquent, sauf si le lien avec les éléments qui ont participé à la construction de leur signifiant est inaccessible, ou si ces éléments sont des Np purs, l’attribution de ce type morpho-lexical aux lexèmes toponymiques doit être exclue. C’est le cas de La Nouvelle-Orléans, mais également de Le Havre, dont la présence du déterminant dans le signifiant doit être prise en compte. En d’autres termes, les toponymes qui sont corrélés par Jonasson au Np pur sont des lexèmes, car ils imposent la réduction de l’opérativité sémantique à l’identification et qu’ils sont, par conséquent, spécialisés dans la fonction Np. Néanmoins, leur description formelle doit être établie à partir des caractéristiques morpho-lexicales des éléments, ou de la structure, qui sont à l’origine de leur signifiant22.

2. La description morphologique des lexèmes toponymiques

28Cette étude vise à décrire la diversité formelle du signifiant des lexèmes propres. Pour ce faire, nous avons constitué un corpus de noms de ville et de village. La description de ces toponymes est motivée par deux postulats qui ont été présentés dans l’introduction de cette étude, et qui permettent d’attribuer aux résultats de l’analyse du corpus une dimension spéculative. Le premier postulat est le suivant : même si le lien direct avec le référent affranchit la création des Np de contraintes linguistiques, le nombre de configurations morphologiques que le signifiant des lexèmes de cette catégorie peut adopter est potentiellement limité. Le second postulat qui est à l’origine de cette étude, et qui est partiellement corrélé au premier, peut être formulé de la sorte : si ces configurations constituent la meilleure option pour assurer l’identification distinctive qui caractérise la catégorie Np, elles rendent probablement plus facile l’accès au statut de lexème aux dénominations Np qui n’acquièrent pas ce statut de droit. Par conséquent, les caractéristiques formelles des lexèmes Np peuvent faciliter le repérage des dénominations propres qui sont les meilleures candidates à être lexicalisées.

29Cette deuxième partie de notre contribution se déroule en trois temps. Nous commençons par présenter les caractéristiques du corpus de noms de ville et de village établi pour accéder à la diversité morpho-lexicale de ces lexèmes toponymiques (2.1.). Nous évoquons ensuite les particularités méthodologiques de la description des occurrences qui est proposée (2.2.). Pour terminer, il est nécessaire de s’attarder sur les conséquences pour la caractérisation morpho-lexicale des toponymes attestés en particulier, et des Np en général, de l’opacité totale ou partielle du signifiant (2.3.).

2.1. Caractéristiques du corpus

  • 23 Ce corpus a été initialement constitué pour décrire l’hétérogénéité morpho-sémantique des Np dans l (...)

30Les noms de ville et de village qui sont utilisés dans cette étude émanent d’un corpus de presse généraliste contemporaine qui a été compilé à l’aide de la base de documents journalistiques Factiva23. La diversité morpho-lexicale de ces toponymes est favorisée par les trois critères utilisés pour sélectionner les articles d’où proviennent les occurrences. Premièrement, les documents sont issus de la presse écrite généraliste nationale et régionale, deux contextes de diffusion dans lesquels la nature des événements décrits diffère. Le discours de la presse nationale est plutôt construit autour des événements nationaux et internationaux, alors que celui des journaux régionaux se centre davantage sur des événements ayant lieu dans un contexte régional et/ou ayant une répercussion pour ses résident⸱es.

  • 24 La présence de deux noms de pays et de ville s’explique par l’analyse contrastive français-espagnol (...)

31Deuxièmement, l’hétérogénéité des occurrences est renforcée par le recours à cinq Np pour sélectionner les articles : Europe, France, Espagne, Paris et Barcelone. Les trois dimensions géographiques concernées (internationale, nationale et locale) permettent de balayer l’essentiel des contextes dans lesquels se déroulent les événements, qui n’impliquent pas uniquement les lieux dénommés par les Np qui ont déclenché le choix des articles24.

32Troisièmement, la diversité des occurrences est accentuée par le choix de la période de publication des articles, fixée entre le 25 décembre et le 31 décembre 2005. La délimitation de cette période est motivée par la fréquence d’articles qui y sont publiés proposant un bilan des événements marquants de l’année. Adoptant souvent la forme d’une chronologie, ces documents constituent une source privilégiée d’accès à des Np en général, dont ceux qui sont analysés dans cette étude.

33Les 50 premiers articles de chacun des sous-corpus qui ont été établis à partir des cinq toponymes utilisés dans la recherche Factiva donnent accès à 277 noms de ville et de village distincts (occurrences-type), qui y apparaissent 656 fois (occurrences-token). Étant donné que les critères employés pour établir le corpus compromettent la représentativité des données récoltées vis-à-vis de l’ensemble des Np rattachés aux deux sous-types référentiels qui nous occupent, la description des exemples est abordée dans une perspective qualitative. Des résultats d’ordre fréquentiel concernant les occurrences-type sont pourtant proposés, à titre indicatif, uniquement afin d’offrir un aperçu de la représentativité de chaque configuration illustrée par rapport à l’ensemble des données analysées.

2.2. Particularités méthodologiques

  • 25 D’après Büchi [2000, 2001], la complexité de la reconstruction de la motivation des toponymes analy (...)

34La description morpho-lexicale des 277 noms de ville et village attestés dans le corpus est établie à partir de leur motivation formelle, c’est-à-dire du lien éventuel avec des éléments (ou des structures) d’autres catégories morpho-lexicales qui sont impliqués dans la construction de leur signifiant. Pour établir ce lien éventuel, il faut connaître leur motivation sémantique. Pour accéder à cette dernière, nous avons eu recours à des sources en ligne telles que les sites web des institutions des lieux identifiés par ces Np. Lorsque ces recherches se sont avérées infructueuses, nous avons consulté des outils libres tels que Wikipedia ou Wiktionnaire, et lancé des recherches par mot-clé du type Np+origine du nom/étymologie. Ainsi, la caractérisation qui en résulte dans certains cas appelle à une extrême prudence25.

35La motivation formelle des toponymes attestés est appréhendée dans une perspective relative, lexicale et bidimensionnelle. Elle est relative, car elle est établie à partir des caractéristiques de leur signifiant dans la synchronie contemporaine du français. En d’autres termes, la configuration morpho-lexicale qui est attribuée aux occurrences dépend de la possibilité d’accéder dans le français actuel aux éléments impliqués dans la construction de leur signifiant.

  • 26 En principe, une description lexicale comme celle qui est proposée dans cette étude ne peut pas tou (...)

36La deuxième caractéristique de la description proposée est qu’elle aborde les propriétés formelles des Np au niveau lexical, sans prendre en compte l’éventuelle complexité morphologique des constituants de leur signifiant. Ainsi, une forme comme Le Bourget, qui implique l’articulation du suffixe diminutif -et au Nc bourg, est rattachée à la configuration morpho-lexicale [dét+Nc]26. Parallèlement, la complexité qui émane des éléments morpho-lexicaux autonomes qui ont participé à la construction de certains constituants est bien prise en compte. Par exemple, l’articulation [Nc+adj1] qui est à l’origine de Villeneuve est intégrée dans la description de Villeneuve-la-Garenne.

  • 27 Les surnoms hagiographiques sont souvent impliqués dans la construction de toponymes, et tout parti (...)
  • 28 Pour plus de détails concernant le recours à ce dispositif dans les lexèmes toponymiques, voir la s (...)
  • 29 Une exception à ce traitement est fournie par les exemples dans lesquels ces Np morphologiquement i (...)

37Cette attention à la complexité ne s’applique pas aux constituants qui sont motivés par des Np impurs d’un point de vue morpho-lexical (Lorient), auxquels nous assimilons les surnoms hagiographiques (Saint-Sever, Sainte-Marie-aux-Mines)27. Lorsque ces deux types d’expression sont impliqués dans la construction du signifiant d’un nouveau Np, ils assurent ce rôle comme un tout, indépendamment de leur nature morpho-lexicale et de leur complexité interne. Par exemple, le Np Lorient a été motivé par le nom de bateau Orient, qui est motivé à son tour par un Nc. En prenant en compte l’article défini qui participe également à la construction de ce nom de ville, et qui a fusionné avec le constituant central du signifiant, Lorient se rapproche davantage d’un Np comme Le Caire [dét+Np] que d’une forme comme Le Bourget [dét+Nc]. Comme le confirme l’association récurrente de leurs constituants par des traits d’union, les surnoms hagiographiques interviennent également comme un tout dans la construction de toponymes28. Ainsi, la configuration formelle de Saint-Sever, par exemple, se rapproche davantage de celle du nom de ville Paris que de celle du nom de département Loire-Atlantique, dont le signifiant est [Np+adj1] d’un point de vue morphologique. Dès lors, contrairement au traitement qui leur est traditionnellement appliqué, y compris par nous-même dans des travaux précédents (Rangel Vicente [2017, 2020]), la complexité interne des Np impurs et des surnoms hagiographiques est prise en compte uniquement de manière partielle dans la description morpho-lexicale des Np qu’ils participent à construire29. Afin de les distinguer des Np purs, leurs caractéristiques formelles sont rendues explicites, entre des parenthèses lorsqu’il s’agit d’éléments polylexicaux, mais nous y ajoutons l’indice Np. Ainsi, par exemple, la configuration attribuée à Lorient, Saint-Sever et Sainte-Marie-aux-Mines est, respectivement, [dét+NcNp], [(adj1+Np)Np] et [(adj1+Np)Np+SP(Nc)1].

38La dernière particularité de la description proposée des noms de ville et de village est sa bidimensionnalité. La morpho-syntaxe interne des Np polylexicaux respecte globalement les règles combinatoires de la langue dans laquelle ils ont vu le jour (Rangel Vicente [2017]). En effet, leur création correspond essentiellement à un surinvestissement du processus de néologie propre aux Nc (Mignot [2017]). On observe par ailleurs que la catégorie morpho-lexicale du noyau morpho-syntaxique des dénominations propres se répercute sur d’autres caractéristiques du signifiant. En effet, elle conditionne le nombre d’éventuels éléments subordonnés qui l’accompagnent et leur complexité morpho-syntaxique. Elle a aussi une incidence sur le type morphologique de ces éléments (Rangel Vicente [2017 : 338-341]). Compte tenu de l’objet de cette étude, et comme nous l’avons fait depuis le début de cette contribution, la description des noms de ville et de village attestés prend en compte la catégorie à laquelle appartiennent les constituants de leur signifiant, ainsi que la relation morpho-syntaxique qu’ils entretiennent, dans le cas des occurrences polylexicales.

2.3. Opacité et description morphologique

39Dans la description de la morphologie interne des lexèmes toponymiques qui est proposée dans cette étude, le recours au sous-type morphologique du Np pur correspond globalement à la transposition au niveau des constituants du signifiant de la définition de cette catégorie morpho-lexicale de Gardiner [1954 : 40-42]. Celui-ci la réserve aux Np dont le signifiant a été créé de manière ad hoc et/ou dont la motivation est inaccessible. Ainsi, il considère que des formes comme Dartmouth et Mont Blanc sont des Np impurs parce que le lien avec les éléments d’autres catégories morpho-lexicales qui ont motivé leur signifiant peut être reconstruit. Cette opacité n’est pas pour autant une garantie de pureté morphologique dans la conception de Gardiner, qui exclut de ce sous-type formel les anthroponymes, en raison du sens qu’ils véhiculent concernant le sexe, la nationalité ou l’origine géographique du référent, comme conséquence de ses emplois préalables pour individualiser des entités qui présentent ces caractéristiques.

  • 30 La restriction de l’application de la définition du Np pur aux formes qui corroborent la particular (...)
  • 31 La création ex nihilo du (constituant du) signifiant, qui conduit également à l’attribution du type (...)

40Cette restriction n’est pas retenue dans cette étude, car la description morpho-lexicale ne dépend pas de l’éventuel contenu sémantique véhiculé par le signifiant. En effet, deux circonstances conduisent au recours au sous-type morphologique Np pur30. La première est l’opacité formelle, c’est-à-dire l’impossibilité de reconstruire le lien avec les éléments d’autres catégories morpho-lexicales qui sont impliqués dans la construction du signifiant31. La seconde est la participation, dans la construction de ce dernier, d’un Np pur. Cette configuration est envisagée par Jonasson [1994] lors de sa définition des Np mixtes (Nouvelle-Orléans, rue de Paris), mais elle est également illustrée par des formes comme le nom de département Orne, motivé par le fleuve homonyme, ou le nom de marque éponyme Armani, qui emprunte son signifiant au nom de famille du créateur ainsi nommé.

41L’opacité formelle a des conséquences essentielles sur la description morphologique des Np. Dans les sous-types qui n’entraînent pas la réduction systématique de l’opérativité sémantique à l’identification du référent, cette opacité est également à l’origine de la lexicalisation de la dénomination, si son opérativité sous-jacente repose sur le contenu sémantique des éléments qui sont impliqués dans la construction de son signifiant. En d’autres termes, l’opacité entraîne dans ces cas l’acquisition simultanée du statut de Np pur et de forme lexicale de la catégorie Np. Par conséquent, son origine et son impact sur le traitement des occurrences méritent d’être examinés en détail.

42Après un rappel des différentes origines de l’opacité, illustrées par des exemples émanant du corpus d’étude (2.3.1.), nous abordons ses conséquences sur la description formelle des dénominations propres, et tout particulièrement des lexèmes toponymiques qui nous occupent. Tout d’abord, nous nous intéressons aux configurations dans lesquelles l’entrave à la reconstruction de la motivation concerne l’intégralité du signifiant (2.3.2.). Nous examinons ensuite les conséquences de l’opacité partielle (2.3.3.).

2.3.1. Les origines de l’opacité de la motivation initiale

43Dans le cadre de notre étude, la motivation formelle des Np peut être totalement ou partiellement inaccessible pour deux raisons. La première est l’inexistence de la structure qui a motivé leur signifiant dans l’étape de la langue vis-à-vis de laquelle la description est établie. On rappellera que cela peut être la conséquence de la construction du signifiant à partir d’un élément qui est tombé en désuétude dans le français actuel (Valence) ou de l’importation d’un Np étranger (Rochester, Rio de Janeiro). La seconde configuration qui entrave l’accès à la motivation est la divergence de surface entre le (constituant du) signifiant et la structure qui est impliquée dans sa sélection (Boliv-ie << Bolivar).

  • 32 Déterminer si une forme linguistique ancienne fait (ou non) toujours partie du système dans la péri (...)
  • 33 La notion d’endonyme, qui est empruntée à la toponymie synchronique contrastive, rend compte des Np (...)

44La configuration illustrée par le Np Valence trouve un écho dans un nombre significatif d’anthroponymes et de toponymes monolexicaux qui sont traditionnellement considérés comme étant des Np purs. En effet, ce nom de ville a été construit à partir de la forme latine valens, que l’on retrouve dans les adjectifs vaillant·e et valeureux/-euse, mais qui ne fait pas partie du lexique français actuel. Par conséquent, Valence est un Np pur dans cette étape de la langue32. S’agissant des Np d’origine étrangère, nous considérons dans la continuité de Bréal [1976 : 182-183], Jonasson [1994 : 25] et Büchi [1996 : 290-291] que les Np appartiennent à une langue précise. En effet, les emprunts propriaux, ou plus précisément de leur signifiant, sans modification de surface sont des « reverbalisations » (Séleskovitch & Lederer [2014]) de la forme originelle étrangère. Les Np ainsi créés appartiennent donc au système linguistique d’accueil au même titre que ses endonymes33, puisqu’ils sont employés dans les mêmes conditions. Néanmoins, tel que le constate Philippe [2020 : 277] concernant les anthroponymes empruntés et/ou qui sont composés dans leur langue d’origine de plusieurs éléments, ce système linguistique ne permet pas de reconstruire leur motivation initiale.

  • 34 Notre approche coïncide avec celle de Gardiner [1954], qui caractérise des formes comme Vercingétor (...)

45Avec la mondialisation, le cloisonnement entre les compétences liées aux langues auxquelles sont confronté·es les locuteurs/-trices mériterait d’être repensé. Néanmoins, la description proposée s’appuie sur l’accès à la motivation dans le français contemporain. C’est pour cette raison que les Np reverbalisés, tels que Rochester, sont des Np purs34. Et il en va de même, par exemple, pour le constituant de de Rio de Janeiro, qui est motivé par la préposition portugaise équivalente à son homographe français. En effet, dans le cas des Np d’origine étrangère, la coïncidence de surface entre tout ou partie de la forme empruntée et des éléments de la langue d’accueil est possible. Cela arrive notamment lorsque les deux langues concernées sont proches. Néanmoins, puisqu’il s’agit d’un Np reverbalisé, l’homographie entre le constituant étranger et son équivalent dans la langue d’accueil n’est pas prise en compte. Par conséquent, l’intégralité du signifiant de Rio de Janeiro est opacifiée en français.

46Le rattachement de la description morpho-lexicale des Np au français contemporain n’est pas la seule raison pour laquelle tout ou partie de leur motivation ne peut pas être reconstruite. Indépendamment de leur ancienneté ou de leur origine linguistique, les formes de la catégorie, comme tout élément du système, ne sont pas à l’abri de modifications de surface qui bloquent la reconstruction de leur motivation initiale. Dans le cas des Np créés à une époque reculée dans le temps, ces modifications ne coïncident pas forcément avec celles subies par le signifiant de la structure qui les a motivés, lorsque celle-ci fait également partie de la synchronie analysée. La différence de surface entre les deux éléments peut également être la conséquence de la troncation, qui intervient parfois lors de l’articulation d’une base lexicale et d’un suffixe (Boliv-ie << Bolivar).

47La modification de surface divergente et la troncation peuvent rendre difficile, voire impossible, la reconstitution du lien entre le (constituant du) signifiant et l’élément qui est à l’origine de sa sélection. La définition de critères univoques permettant de conclure que ce lien est maintenu ne va pas de soi. La systématisation de leur traitement nécessite une analyse à part entière que nous ne pouvons pas entreprendre dans cette étude. Cela nous amène à adopter une position de principe. Elle s’appuie sur l’identité phonologique entre les Np (ou leurs constituants) concernés par cette particularité et l’élément qui est impliqué dans la sélection de leur signifiant. Ainsi, nous considérons que la motivation est accessible seulement lorsque les éléments coïncident à ce niveau comme, par exemple, dans le nom de ville Lorient (<< l’Orient), dans lequel l’apostrophe du déterminant a disparu.

2.3.2. L’opacité totale

48Les Np dont la motivation n’est pas accessible sont nombreux. Cela est particulièrement vrai dans le cas des toponymes qui nous occupent, en raison de leur origine étrangère et/ou de leur création fréquente dans des synchronies de la langue qui sont antérieures à celle qui est employée dans la période actuelle. Lorsque cela arrive, le nom de ville ou de village est un Np pur. Si la forme est monolexicale (Valence, Rochester, Londres), sa configuration formelle coïncide avec le prototype morpho-lexical de la catégorie. Ce n’est pas le cas lorsque l’impossibilité de reconstruire la motivation concerne l’intégralité du signifiant d’un Np polylexical (Buenos Aires - « bons airs », Rio de Janeiro - « fleuve de janvier »), même si nous avons affaire également à un Np pur.

49Le traitement des formes qui présentent cette particularité revêt une complexité particulière. En effet, leur configuration morpho-syntaxique ne peut pas être transposée d’un système linguistique à un autre. Elle peut même diverger entre des étapes différentes d’une même langue. Lorsque cela arrive, le signifiant constitue pour les locuteurs/-trices un tout linéaire d’éléments juxtaposés.

50Pour aborder les signifiants qui constituent un tout indistinct, la solution proposée par Mignot [2017 : 23] des formes polylexicales empruntées est meilleure que celle que nous avons suggérée dans Rangel Vicente [2017]. En effet, transposer cette polylexicalité implique de regrouper sous une même étiquette les Np motivés par une structure complexe qui n’existe pas, ou plus, dans le français contemporain et les Np dont la polylexicalité est avérée, puisqu’elle est le résultat de l’articulation de plusieurs constituants propriaux (Poitou-Charentes, Paris-Dakar). Ainsi, à l’instar de Mignot, nous assimilons aux Np purs monolexicaux les Np initialement polylexicaux dont la motivation ne peut pas être reconstruite. Parallèlement, nous empruntons à Philippe [2020] le recours à la notion de « polygraphie » pour faire référence à la constitution de leur signifiant par des éléments séparés par des espaces.

2.3.3. L’opacité partielle

51L’impossibilité de reconstruire le lien avec les éléments qui ont été impliqués dans la construction des Np ne concerne pas toujours l’intégralité du signifiant. En effet, elle peut aussi toucher uniquement une partie d’entre eux (Le Caire, Castelmoron-sur-Lot, New York, Montigny-lès-Arsures, Montigny-le-Bretonneux), y compris lorsque la forme linguistique est monolexicale (Léopoldville, Montpellier). Il faut donc déterminer l’impact de l’opacité partielle sur la caractérisation morpho-lexicale des Np qui correspondent à ces configurations.

  • 35 Büchi [2000 : 209] situe l’origine du patron toponymique [anthroponyme+-villa] à l’époque romaine. (...)
  • 36 La motivation du constituant -esquiou de Montesquiou par l’adjectif occitan esquiu (« sauvage ») es (...)

52La description des toponymes proposée dans cette étude est fondée sur leur appréhension au niveau lexical. Néanmoins, la complexité morphologique des noms construits avec la participation du suffixe appellatif latin -villa, devenu -ville (Léopoldville, Thionville), ne peut pas être négligée. En effet, la nature anthroponymique de leur base permet de rattacher cet élément à la catégorie morphologique Np pur, et le constituant -ville a un lien évident avec le Nc homonyme appartenant au français actuel35. Néanmoins, ce constituant a disparu en tant qu’affixe de dérivation toponymique. Un autre cas dans lequel l’opacité partielle concerne un Np monolexical est celui des formes impliquant l’agglutination d’une base transparente et d’un constituant autonome à droite dont la motivation est inaccessible. C’est le cas, par exemple, des toponymes construits à partir du Nc mont et de ce qui était à l’origine une subordination, mais qui est opaque en synchronie (Montesquiou, Montpellier)36. Aussi bien dans les Np qui présentent cette particularité que dans ceux impliquant l’articulation d’un anthroponyme et du suffixe -ville, il est impossible d’attribuer une classe morphologique à l’ensemble du signifiant.

  • 37 Le constituant Nogent est le résultat de l’évolution diachronique de la forme gallo-romaine Novigen (...)

53L’opacité partielle ne bloque pas toujours l’accès à la totalité de la motivation du signifiant. Celle-ci peut être parfois reconstituée, notamment lorsque les constituants opacifiés sont accompagnés d’un élément monofonctionnel comme, par exemple, l’article défini (Le Caire, Nogent-le-Rotrou) ou une préposition (Castelmoron-sur-Lot). Une telle configuration rend parfois ces constituants inopérants, ce qui est le cas du déterminant de Le Caire. Ce n’est pourtant pas toujours ainsi. Par exemple, la motivation des constituants Nogent et Rotrou de Nogent-le-Rotrou est inaccessible37. Néanmoins, ce sont des Np. Le premier est le nom initial de la ville et le second le nom d’une famille noble de la région qui a été ajouté plus tard à ce dernier. Par conséquent, ils préservent leur autonomie et le statut d’épithète apposé de la subordination le Rotrou [dét+Np] est maintenu. Nous avons affaire à une configuration similaire avec Castelmoron-sur-Lot. La motivation du constituant Castelmoron ne peut pas être reconstituée en français actuel. Néanmoins, il s’agissait déjà du nom de la commune au Moyen Âge. Lot préserve aussi son statut de nom de rivière. Par conséquent, le lien avec le syntagme prépositionnel sur Lot est accessible. Castelmoron-sur-Lot est donc un Np mixte, dans la terminologie de Jonasson [1994], dont la configuration morpho-lexicale est [Np+SP(Np)1].

54L’opacité partielle bloque parfois la possibilité de reconstruire la relation morpho-syntaxique entretenue entre les constituants du signifiant. Le traitement de trois configurations attestées qui sont touchées par cette particularité est complexe. La première est celle dans laquelle le constituant opaque est un élément de liaison (Montigny-lès-Arsures). La deuxième, que l’on observe tout particulièrement dans les Np étrangers reverbalisés, concerne les Np mixtes dans lesquels l’élément non proprial est opacifié (New York). Dans la troisième configuration, l’impossibilité de reconstruire la motivation du constituant subordonné rend impossible l’accès à la relation morpho-syntaxique qu’il entretient avec le noyau du signifiant, ce qui se répercute sur le déterminant qui l’accompagne, dont la catégorie morphologique est pourtant accessible (Montigny-le-Bretonneux).

  • 38 L’article de Les Arsures n’a pas été retenu lors de la construction du nouveau toponyme. L’homonymi (...)
  • 39 Le constituant York de New York a été sélectionné en l’honneur de Jack Stuart, duc de York.

55Dans le premier cas, illustré par Montigny-lès-Arsures, la motivation initiale de Montigny et de (Les) Arsures ne peut pas être reconstituée. Néanmoins, leur statut originel de noms de commune n’est pas compromis38. Il n’en va pas de même avec leur relation hiérarchisée, qui ne peut pas être reconstituée car la préposition lès, qui est équivalente à la locution « près de », a disparu du français actuel. Dans le second cas, il est possible d’accéder au caractère proprial du constituant York de New York. Le nom de la ville anglaise, qui est indirectement impliquée dans sa motivation, a été reverbalisé en français39. En revanche, l’opacité de l’adjectif new dans cette langue ne permet pas d’accéder à la relation morpho-syntaxique entre les deux constituants du nom de la ville états-unienne.

56Les conséquences de l’opacité partielle dans le troisième cas, illustré par Montigny-le-Bretonneux, sont plus importantes. La fonction initialement descriptive du constituant subordonné Bretonneux ne peut pas être reconstituée dans le français actuel. Cet élément du signifiant, qui est motivé par le Nc francique brestoineux, qui signifie « marécage », ne fait pas partie de cette synchronie de la langue. Cette opacité empêche d’accéder à la relation subordonnée que cet élément entretenait à l’origine avec le noyau morpho-syntaxique du signifiant Montigny, qui est un Np. Nous avons donc affaire, en principe, à la juxtaposition de deux constituants propriaux qui sont séparés par un déterminant. La nature morphologique de cet élément est accessible. Néanmoins, son insertion entre les deux éléments propriaux aboutit à la structure [Np+dét+Np], qui n’existe pas dans le français contemporain. Dans ces circonstances, à la différence des Np impliquant un article lexicalisé (Le Caire, La Rochelle), il est difficile de plaider pour le maintien du lien du constituant le avec l’article défini. Par conséquent, son rôle dans le signifiant est réduit à celui d’apport matériel signifiant, qui constitue un tout indistinct.

57Dans les trois configurations qui viennent d’être évoquées, il paraît délicat de faire appel au traitement que nous avons proposé d’appliquer aux Np dans lesquels l’opacité partielle n’empêche pas de reconstruire la relation morpho-syntaxique entre les constituants du signifiant (Le Caire, Nogent-le-Rotrou, Castelmoron-sur-Lot). Celui qui a été adopté dans le cas des Np polylexicaux complètement opaques, à savoir les considérer comme des Np purs monolexicaux polygraphiques, ne convient pas non plus. Parce que l’autonomie de certains des éléments de leur signifiant peut être identifiée, Montigny-lès-Arsures, New York et Montigny-le-Bretonneux ne peuvent pas être réduits à un tout linéaire. La seule solution envisageable serait de les considérer comme des Np purs polylexicaux et de caractériser la relation entre leurs constituants en termes de juxtaposition. Nous tenons pourtant à préciser qu’il s’agit d’un choix par défaut, car ce traitement implique l’assimilation de la configuration illustrée, par exemple, par New York à celle de Np comme Poitou-Charentes, dont la juxtaposition entre les constituants fait partie de la motivation initiale.

  • 40 La combinaison d’éléments lès-Dax dans le toponyme Saint-Paul-lès-Dax informait à l’origine de la p (...)
  • 41 Nous rappelons que la motivation des prénoms et des noms de famille constitue la seule configuratio (...)

58Enfin, les conséquences de l’opacité partielle sur les caractéristiques morphologiques de Montigny-lès-Arsures et de Montigny-le-Bretonneux doivent être transposées à une série de configurations similaires dans lesquelles le noyau morpho-syntaxique du toponyme attesté est motivé par un surnom hagiographique (Saint-Paul-lès-Dax, Saint-Gonest-Lerp, Saint-Martin-la-Plaine)40. En effet, nous plaidons pour la prise en compte du caractère impur de ces surnoms dans la description morphologique des Np qu’ils ont participé à construire. Néanmoins, cette posture ne peut pas être considérée dans l’absolu. L’opacité de lès, Lerp et Plaine bloque la possibilité de reconstruire la relation morpho-syntaxique entretenue entre les constituants du signifiant des occurrences attestées. Dans ces circonstances, nous avons affaire à une situation similaire à celle qui a été observée dans le cas du déterminant de Montigny-le-Bretonneux. Cela éloigne les constituants motivés par les surnoms hagiographiques des cas dans lesquels ces derniers sont à l’origine de la construction de l’intégralité du signifiant. En effet, la complexité morphologique originelle peut être reconstruite dans les noms comme Saint-Sever ou Saint-Priest. En revanche, lorsque ces séquences sont intégrées dans une structure impliquant des éléments opacifiés (Saint-Paul-lès-Dax, Saint-Gonest-Lerp, Saint-Martin-la-Plaine), cette opacité déteint vraisemblablement, par ricochet, sur leur complexité initiale. En d’autres termes, nous défendons l’hypothèse selon laquelle l’impureté morphologique des surnoms hagiographiques dans ces Np est à rapprocher du statut de la motivation initiale des prénoms et des noms de famille41. Par conséquent, Saint-Paul-lès-Dax, Saint-Gonest-Lerp et Saint-Martin-la-Plaine sont considérés par défaut comme des Np purs polylexicaux.

3. Résultats

  • 42 La présentation des caractéristiques du corpus, dans la section 2.1. supra, a été l’occasion d’évoq (...)

59Le moment est venu de présenter les résultats de l’analyse des 277 de noms de ville et de village différents, ou types, qui figurent dans le corpus d’étude. Nous rappelons que ces données sont abordées essentiellement dans une perspective qualitative. Néanmoins, le nombre d’occurrences-type qui correspondent à chacune des configurations morpho-lexicales identifiées, ainsi que leur fréquence par rapport au total, sont également évoqués dans la description42.

60La présentation de ces résultats est structurée en deux parties. La première est consacrée aux configurations impliquant un noyau morpho-lexical Np, pur ou impur (3.1.). La seconde partie s’intéresse aux configurations dont le constituant central est un Nc (3.2.).

3.1. Noms propres avec noyau proprial

61Nous avons identifié 263 toponymes distincts impliquant un noyau Np, pur ou impur, soit 94,9% du total des données exploitées. Les configurations morpho-lexicales illustrées par ces exemples sont regroupées à partir de l’articulation de deux critères : le type de noyau (pur ou impur) et la présence de constituants subordonnés. Ces critères sont à l’origine de l’établissement de trois ensembles de configurations. Le premier englobe les Np purs, simples et complexes (3.1.1.). Vient ensuite la présentation du regroupement de configurations qui a été défini à partir des Np impurs n’ayant pas de constituants subordonnés (3.1.2.). Le dernier ensemble regroupe les Np purs et impurs dont le signifiant implique un constituant subordonné (3.1.3.).

3.1.1. Np purs sans subordination

62La plupart des configurations morpho-lexicales identifiées concernent des noms de ville et de village qui sont des Np purs n’impliquant pas de subordination. Ces configurations représentent 86,2% du total des occurrences-type, dont plus du 80% sont des Np purs monolexicaux et monographiques (Paris, Montpellier, Thionville). Ces Np, qui correspondent à la configuration morphologique prototypique de la catégorie, sont suivis de loin, avec 3,2% de ce même total, par les Np purs d’origine étrangère qui sont également monolexicaux mais polygraphiques (Buenos Aires, Rio de Janeiro), et avec 2,9%, par les Np purs polylexicaux. Au sein des Np pur monolexicaux, 1,1% contiennent deux constituants (Colomb-Béchar, New York, Santa Maria) et 1,1% en contiennent trois (Montigny-lès-Arsures, Montigny-le-Bretonneux, Saint-Gonest-Lerp). Seulement 0,7% des Np polylexicaux du corpus ont un signifiant avec quatre constituants (Saint-Paul-lès-Dax, Saint-Martin-la-Plaine).

Tableau 1. Np purs sans subordination

Configuration

Occurrences-type

Total

%

[Np]

Paris, Barcelone, Bergerac

Montpellier, Thionville

222

80,1%

[Npn]

Los Angeles, Buenos Aires, Villa Pouca

Rio de Janeiro, Charm el-Cheikh

9

3,2%

[Np+Np]

Colomb-Béchar,

New York, Santa Maria

3

1,1%

[Np+Np+Np]

Montigny-lès-Arsures, Saint-Gonest-Lerp Montigny-le-Bretonneux

3

1,1%

[Np+Np+Np+Np]

Saint-Paul-lès-Dax, Saint-Martin-la-Plaine

2

0,7%

  • 43 Le constituant Colomb a été ajouté au nom algérien Béchar pour marquer l’appartenance du territoire (...)

63Quelques particularités concernant les Np purs sans expansions méritent d’être évoquées. Pour commencer, sur les 222 Np purs monolexicaux qui figurent dans le corpus, 92 sont rattachés à cette configuration morpho-lexicale par l’impossibilité d’accéder en français actuel à la structure qui a motivé leur signifiant, souvent en raison de leur création très ancienne. Dans les 130 autres occurrences qui correspondent à la configuration morphologique prototypique de la catégorie, l’opacité s’explique par leur origine étrangère. Le caractère acquis de la complexité du signifiant de la plupart des Np purs polylexicaux (New York, Montigny-lès-Arsures, Saint-Gonest-Lerp) mérite également d’être évoqué. La seule exception à cette particularité est fournie par Colomb-Béchar43.

64La complexité des lexèmes toponymiques impliquant quatre constituants, ainsi que celle de Saint-Gonest-Lerp, qui en a trois, doit être relativisée. Elle s’explique par le fait que le noyau de leur signifiant a été motivé par un Np impur impliquant deux éléments. Ainsi, hormis par leur complexité graphique plus importante, il n’y a pas de différence essentielle entre Saint-Gonest-Lerp et Colomb-Béchar ou New York, entre Saint-Martin-la-Plaine et Montigny-le-Bretonneux ou entre Saint-Paul-lès-Dax et Montigny-lès-Arsures.

65Enfin, l’objet de cette étude invite à ne pas s’attarder sur les différentes configurations observées dans les Np qui, ayant été créés à un moment reculé dans le temps, impliquent une motivation impossible à reconstruire dans l’état actuel du français. Néanmoins, nous tenons à souligner la présence plus importante dans le corpus de Np de ce type morphologique qui sont d’origine étrangère que d’endonymes. Cette surreprésentation pourrait s’expliquer en partie par la méthode de constitution du corpus. Nous rappelons que les occurrences émanent d’articles qui ont été sélectionnés par le biais de deux toponymes français (Paris et France), mais aussi d’un nom de ville et d’un nom de pays étrangers (Barcelone, Espagne), ainsi que du nom d’espace supra-national Europe. Néanmoins, il faut préciser que 63 des 130 Np d’origine étrangère attestés qui correspondent à cette configuration formelle prototypique sont des noms de ville et de village non européens, au sens continental du terme. Une possible explication à cette particularité est la période de publication des articles sélectionnés pour constituer le corpus, à savoir entre le 25 et le 31 décembre, qui est une période propice à la publication d’articles proposant un bilan des événements marquants de l’année, et cela au niveau mondial.

3.1.2. Np impurs sans subordination

  • 44 Nous rappelons que la tendance générale consiste à considérer que les anthroponymes et les toponyme (...)

66Les Np impurs sans subordination attestés sont significativement moins nombreux que les Np purs sans subordination, car ils représentent 4,8% du total des occurrences-type. Les Np dont la seule impureté morphologique provient de la présence d’un article lexicalisé (Le Caire, La Havane) correspondent à 2,2% des toponymes identifiés44. Ils sont suivis en termes de fréquence, avec 1,8% du total, des noms de ville et de village qui impliquent l’articulation d’un constituant proprial pur et d’un élément subordonné antéposé appartenant à une autre catégorie morphologique, un adjectif en l’occurrence. La dernière occurrence attestée de Np impur sans subordination est Lorient.

Tableau 2. Np avec un noyau proprial impur sans subordination

Configuration

Occurrences-type

Total

%

[dét+Np]

Le Caire, La Havane, La Rochelle

6

2,2%

[dét+NcNp]

Lorient

1

0,4%

[(adj1+Np)Np]

Saint-Sever, Saint-Priest

5

1,8%

67Nous observons que tous les Np impurs correspondant à la configuration [adj1+Np] sont motivés par des surnoms hagiographiques (Saint-Sever, Saint-Priest), que nous avons proposé d’appréhender en tant que Np impurs. Sans ce traitement, le seul toponyme de ce regroupement dont l’impureté morphologique est héritée est Lorient. Nous rappelons qu’il a été motivé par la combinaison du nom de bateau Orient et du déterminant défini accompagnant ce type de Np dans leur emploi référentiel standard. Ces deux constituants ont subi une fusion lexicale au cours de leur vie de mot.

S’agissant des exemples avec un déterminant lexicalisé, un tiers d’entre eux impliquent un noyau proprial opacifié en français contemporain (La Rochelle). Pour les deux autres tiers, le constituant Np correspond à l’adaptation phonique et graphique d’une forme étrangère (Le Caire, La Havane).

3.1.3. Np avec noyau proprial (pur et impur) et une subordination

  • 45 Le nom Surgères est construit à partir de la fusion de la préposition sur et du nom de rivière Gère (...)

68Les dernières configurations morpho-lexicales avec un noyau Np, pur ou impur, qui figurent dans notre corpus d’étude ont une expansion. Nous avons inclus également dans ce regroupement le seul exemple attesté qui est motivé par la fusion d’une préposition et d’un Np (Surgères)45.

69Les exemples attestés mettent en évidence l’affinité des lexèmes toponymiques impliquant un noyau proprial avec la subordination prépositionnelle d’un Np. Ils représentent au total 2,2% des occurrences-type, la moitié avec un noyau Np pur (Castelmoron-sur-Lot, Guiler-sur-Goyen) et l’autre moitié avec un noyau Np impur (Saint-Jacques-de-Compostelle, Saint-Médard-de-Gurson).

70Deux occurrences attestées impliquant un syntagme prépositionnel contenant un Nc sont construites autour d’un noyau qui a été motivé par un surnom hagiographique (Sainte-Marie-aux-Mines, Saint-Just-en-Chaussée). La présence d’exemples avec un noyau proprial pur qui est accompagné d’une subordination, adjectivale ou nominale, qui est déterminée (Mantes-la-Jolie, Mantes-la-Ville, Garmande-les-Bains) est également à remarquer. Nous précisons que ce type de subordination directe déterminée est limitée aux formes de la catégorie Np.

Tableau 3. Np avec un noyau proprial et une subordination

Configuration

Occurrences-type

Total

%

[SP(Np)]

Surgères

1

0,4%

[Np+SP(Np)1]

Castelmoron-sur-Lot, Guiler-sur-Goyen

3

1,1%

[(adj1+Np)Np+SP(Np)1]

Saint-Jacques-de-Compostelle, Saint-Médard-de-Gurson

3

1,1%

[Np+(dét+adj)1]

Mantes-la-Jolie

1

0,4%

[Np+(dét+Nc)1]

Mantes-la-Ville, Garmande-les-Bains

2

0,7%

[(adj1+Np)Np+SP(Nc)1]

Sainte-Marie-aux-Mines, Saint-Just-en-Chaussée

2

0,7%

71Hormis la représentation exclusive des Np impurs par des surnoms hagiographiques, le caractère endonymique de la plupart des occurrences doit être évoqué. Cette particularité n’a rien d’étonnant car, autrement, la motivation descriptive du signifiant ne peut pas être reconstruite par le biais de l’état actuel du français. La relation morpho-syntaxique entre ses constituants est donc inaccessible. La seule exception n’est pas fournie par un exonyme, mais par l’adaptation au français du toponyme espagnol Santiago de Compostela avec, notamment, la traduction de l’adjectif du surnom hagiographique. C’est précisément parce qu’il implique une adaptation au système linguistique d’accueil qu’il est possible d’envisager que, à l’instar des exemples avec un article lexicalisé, nous avons affaire à la préposition française de, et non à la préposition homographique étrangère.

3.2. Np avec un noyau Nc

72Les toponymes lexicalisés impliquant un noyau morpho-syntaxique Nc ne sont représentés dans notre corpus que par 14 occurrences-type, qui représentent uniquement 5% du total des noms de ville et de village attestés. Le constituant central des formes correspondant à cette particularité n’est concerné ni par la polylexicalité, ni par l’alternance pur vs impur. Ainsi, la présentation des configurations morpho-lexicales identifiées font l’objet de deux regroupements. Le premier concerne la structure formelle des occurrences monolexicales et de celles qui impliquent une seule subordination (3.2.1.). Le second ensemble est établi à partir des configurations dans lesquelles le noyau morpho-syntaxique Nc est accompagné de deux expansions (3.2.2.).

3.2.1. Np avec un noyau Nc et, éventuellement, une subordination

73Les occurrences attestées impliquant un noyau Nc partagent certaines caractéristiques avec celles qui sont construites autour d’un Np (pur et impur). Comme celles-ci, mais dans un nombre significativement plus réduit, elles se manifestent dans leur forme monolexicale, qui est parfois accompagnée d’un déterminant défini lexicalisé (Grenade, Le Bourget, Le Cap). Ainsi, même en regroupant ces deux configurations, nous avons affaire à 1,1% du total des lexèmes attestés, face aux plus de 80% que représentent les exemples qui correspondent à la configuration morpho-lexicale prototypique de la catégorie. Certains Np construits autour d’un Nc impliquent également une subordination prépositionnelle Np, éventuellement co-occurrente avec la détermination du noyau Nc (Fort de France, La Roche-sur-Yon).

  • 46 Le constituant -fort de Montfort est motivé par le Nc désignant une demeure fortifiée.
  • 47 Le mot crève-cœur était employé au Moyen Âge pour faire référence à une terre difficile à labourer (...)
  • 48 Nous rappelons l’existence de toute une série d’exemples construits également autour du constituant (...)

74Comme dans les exemples avec un noyau proprial, le corpus inclut aussi une occurrence impliquant une subordination Nc, qui cette fois n’est pas déterminée (Montfort)46. Dans le cas des exemples impliquant une expansion adjectivale, nous avons affaire à un Np dans lequel ce type de constituant subordonné est accompagné de l’article défini (Crèvecœur-le-Grand)47, configuration qui, rappelons-le, est en principe exclusive aux Np. Cependant, dans les autres exemples qui contiennent une apposition adjectivale, cet élément n’est pas déterminé (Villeurbanne, Montgaillard)48.

75Concernant les subordinations nominales, trois différences entre les formes qui nous occupent et celles dont le constituant central est un Np méritent d’être évoquées. La première est l’absence d’exemples impliquant la subordination prépositionnelle d’un Nc. La deuxième est la présence dans le corpus d’une occurrence dans laquelle le noyau Nc est accompagné d’une subordination propriale directe (Port-Arthur). La dernière différence observée émane de la configuration illustrée par Outreau, dans laquelle le Nc est fusionné avec l’élément adverbial antéposé outre, dans le sens d’au-delà. Néanmoins, la structure de ce toponyme pourrait être mise en parallèle avec celle de Surgère, qui est construit exclusivement à partir d’un syntagme prépositionnel avec un Np.

Tableau 4. Np avec un noyau Nc et, éventuellement, une subordination

Configuration

Occurrences-type

Total

%

[(dét+)Nc]

Grenade, Le Bourget, Le Cap

3

1,1%

[adv1+Nc]

Outreau

1

0,4%

[Nc+Np1]

Port-Arthur

1

0,4%

[(dét+)Nc+SP(Np)1]

Fort de France, La Roche-sur-Yon

3

1,1%

[Nc+(dét+)adj1]

Villeurbanne, Montgaillard, Crèvecœur-le-Grand

3

1,1%

[Nc+Nc1]

Montfort

1

0,4%

3.2.2. Np avec un noyau Nc et deux subordinations

  • 49 Le sens avec lequel le Nc garenne a participé à la construction de Villeneuve-la-Garenne fait l’obj (...)

76Les deux dernières configurations morpho-lexicales compatibles avec la lexicalisation que nous avons attestées sont illustrées par autant de Np. Elles sont caractérisées par une complexité qui n’a pas été observée dans le cas des formes construites autour d’un constituant proprial. Elles impliquent deux subordinations, dont l’une est un adjectif ou un déterminant possessif qui, par sa fonction de spécifieur, peut être rapproché de l’adjectif. La deuxième expansion inclut un Nc, mais son intégration dans le signifiant des deux exemples attestés diffère. Dans Villeneuve-la Garenne49, le Nc est déterminé et en subordination directe, alors que dans Notre-Dame-des-Landes il fait partie d’un syntagme prépositionnel, cette expansion n’étant pas représentée dans les Np impliquant un noyau proprial pur.

Tableau 5. Np avec un noyau Nc et avec deux subordinations

Configuration

Occurrences-type

Total

%

[Nc+adj1+(dét+Nc)1]

Villeneuve-la Garenne

1

0,4%

[dét poss1+Nc+SP(dét+Nc)1]

Notre-Dame-des-Landes

1

0,4%

4. Des caractéristiques morphologiques susceptibles de faciliter la lexicalisation

77L’analyse des occurrences de noms de ville et de village met en évidence trois particularités de ces lexèmes qui permettent de nourrir la réflexion concernant la relation entre les caractéristiques morpho-lexicales et la lexicalisation : l’opacité de la motivation (4.1.), la condensation du signifiant (4.2.) et l’existence vraisemblable de seuils de complexité lexicale maximale, qui dépendent de la catégorie morpho-lexicale du noyau du signifiant (4.3.).

4.1. Opacité, Np pur et lexicalisation

78Les dénominations propres peuvent être des lexèmes même si la reconstruction du lien avec les éléments d’autres catégories morphologiques qui sont impliqués dans la construction de leur signifiant est possible. Cette possibilité de reconstruction est loin d’être exceptionnelle dans les prénoms et les noms de famille. C’est également le cas de toute une série de noms de ville et de village examinés. Néanmoins, lorsque le sous-type référentiel auquel appartient la dénomination n’impose pas la réduction de l’opérativité sémantique du signifiant à l’identification, il est difficile de déterminer si elles ont atteint le statut de lexèmes Np. La corrélation traditionnelle entre les anthroponymes et les toponymes typiques et ce statut invite à formuler l’affirmation suivante : toute dénomination propre qui a été motivée par une forme lexicale de la catégorie est, à son tour, un lexème Np, y compris lorsque celui-ci est impur. C’est le cas, par exemple, du nom de marque éponyme Armani, mais également du nom d’eau minérale Mont-Blanc, même si le nom du massif où se trouve sa source est un lexème Np dont la configuration morphologique est [Nc+adj1].

79Il en est de même lorsque l’accès au lien avec les éléments d’autres catégories morphologiques qui ont participé directement à leur construction est inaccessible. En effet, l’impossibilité d’accéder à ce lien n’est pas une condition nécessaire pour être un lexème de la catégorie. Elle est pourtant suffisante, non seulement pour qu’une dénomination appartenant à un sous-type référentiel qui n’impose pas la réduction de l’opérativité sémantique du signifiant à l’identification acquière ce statut, mais aussi pour que cette dénomination soit un lexème Np pur. Il suffit que le lien avec la structure qui est à l’origine de la sélection du signifiant ne puisse pas être reconstitué pour que le seul emploi du signifiant de la dénomination propre soit spécialisé dans cette fonction. Dans ces circonstances, la saillance contextuelle, qui est en principe requise pour que la lexicalisation de ce type de dénominations soit effective, devient superflue.

80Il n’est pas surprenant que les dénominations qui ont été créées dans un passé relativement lointain correspondent à cette configuration. En principe, si les éléments impliqués dans la construction de leur signifiant ne font plus partie du français actuel, leur lexicalisation ne génère pas de controverse. Le volet descriptif de cette étude révèle, en revanche, une situation paradoxale. Il s’agit de l’affinité des Np d’origine étrangère avec la lexicalisation. En effet, en raison de l’impossibilité de reconstruire leur motivation dans le cadre d’une description de la catégorie comme la nôtre, qui est rattachée au français contemporain, les dénominations d’origine étrangère sont plus enclines à la lexicalisation que celles qui ont été créées dans cette langue.

81Enfin, l’analyse du corpus met en évidence que les caractéristiques formelles peuvent contribuer à identifier des dénominations dont la lexicalisation est en cours, voire achevée. C’est le cas, illustré par New York et par Montigny-lès-Arsures, lorsque ces dernières sont polylexicales et que la relation morpho-syntaxique entretenue entre les constituants de leur signifiant ne peut pas être totalement ou partiellement reconstituée. La configuration illustrée par Montigny-le-Bretonneux est encore plus remarquable. Il suffit de l’opacité d’un constituant subordonné pour que l’accès à la participation dans la construction du signifiant d’un ou plusieurs éléments d’autres catégories morphologiques, en l’occurrence le déterminant défini, ne puisse pas être pris en compte. L’impact de l’opacité partielle sur la lexicalisation atteint son paroxysme dans les configurations illustrées par Saint-Paul-lès-Dax, Saint-Gonest-Lerp et Saint-Martin-la-Plaine. La motivation du noyau morpho-syntaxique de ces Np est accessible. Néanmoins, puisque la motivation formelle du constituant subordonné est inaccessible, l’intégralité de leur signifiant est opacifiée. Les dénominations qui sont concernées par ces cas d’opacité partielle sont donc lexicalisées.

4.2. La condensation du signifiant des lexèmes

82Dans le sixième chapitre de sa recherche doctorale, Philippe [2020] met en évidence la tendance à la réduction dans les dénominations propres, dans le but de ressembler à des noms. Une des manifestations possibles de cette réduction est observée dans les lexèmes toponymiques. Sans être la garantie d’une lexicalisation aboutie, elle constitue a minima une trace de l’enclenchement de ce processus.

83L’analyse du corpus met en évidence que, tout en étant nettement moins nombreux que les formes qui correspondent à la configuration morphologique prototypique, les Np polylexicaux sont loin d’être exceptionnelles. Néanmoins, à quelques rares exceptions, les occurrences qui ont été motivées par l’articulation de plusieurs éléments présentent une particularité qui répond à un objectif clair : rendre explicite le fait que, malgré la complexité interne, leur signifiant constitue un tout.

84Cette particularité, qui ne concerne pas les Np d’origine étrangère reverbalisés, se manifeste sous deux formes, qui dépendent des caractéristiques morphologiques des constituants du signifiant et de la relation morpho-syntaxique qu’ils entretiennent : la fusion lexicale et le rapprochement par le biais de traits d’union.

  • 50 L’articulation du constituant adverbial outre- avec des noms (communs et propres) désignant des lie (...)

85La première manifestation de la solidarité entre les constituants concerne les Np motivés par des structures qui n’existent pas de manière autonome dans le système, telles que les syntagmes prépositionnels (Surgères) ou les éléments adverbiaux antéposés (Outreau)50. Elle est observée aussi dans les subordinations Nc et adjectivales postposées qui ne sont pas déterminées (Villeurbanne, Villeneuve, Montfort). Une exception est fournie par la subordination directe d’un constituant proprial, qui est rattachée au noyau du signifiant dans l’unique occurrence attestée qui présente cette particularité par le biais de traits d’union (Port-Arthur).

86La fusion lexicale concerne aussi l’article défini du Np Lorient. Néanmoins, tout porte à croire que cette configuration s’explique par des raisons phonologiques plutôt que morphologiques. En effet, l’autonomie du déterminant apostrophé est plus fragile que celle de l’article plein, qui préserve son indépendance lorsqu’il accompagne le noyau morpho-syntaxique du signifiant, qu’il s’agisse d’un élément opaque ou d’un élément dont la catégorie morpho-lexicale est accessible (Le Caire, La Havane, Le Cap, Le Bourget, La Roche-sur-Yon). Lorsque l’article concerne un constituant subordonné, il est associé à ce dernier par des traits d’union (Saint-Martin-la-Plaine, Mantes-la-Jolie, Garmande-les-Bains, Villeneuve-la-Garenne).

87Cette configuration n’est pas la seule où l’unité du signifiant est rendue explicite par l’association des constituants à l’aide de cette marque typographique. La solidarité entre les constituants est également ainsi marquée lorsque la subordination est un adjectif antéposé ou un syntagme prépositionnel (Saint-Sever, Notre-Dame-des-Landes, Sainte-Marie-aux-Mines, Castelmoron-sur-Lot), l’unique exception étant fournie par Fort de France. Enfin, l’unité du signifiant du lexème est également rendue explicite par le biais de traits d’union lorsque la subordination est opacifiée, ce qui rend impossible la reconstruction de la relation morpho-syntaxique hiérarchisée entretenue par les constituants (Saint-Gonest-Lerp, Montigny-lès-Arsures, Saint-Paul-lès-Dax).

88Le recours dans les noms de ville et de village à la fusion lexicale et à l’articulation des constituants du signifiant par le biais de traits d’union ne peut pas nécessairement être étendu aux Np d’autres sous-types référentiels qui ont atteint le statut de lexèmes de la catégorie. Ces modifications de surface sont probablement intervenues au cours de la vie des toponymes qui étaient au départ des expressions descriptives associées au référent, lors de la suspension progressive de l’opérativité sémantique de leur signifiant qui culmine avec leur lexicalisation. Cette tendance à la solidarité entre les constituants du signifiant s’est ensuite vraisemblablement généralisée dans les noms de ville et de village et constitue donc une caractéristique qui est mobilisée dans la création de nouvelles formes de ces sous-types référentiels. Néanmoins, cette manifestation du figement lexical n’est pas incontournable. Le recours aux traits d’union ou à la fusion lexicale dans les dénominations de sous-types référentiels qui n’entraînent pas l’opacité systématique de la motivation de leur signifiant peut en revanche être considéré comme une trace visible de l’achèvement de leur lexicalisation, dans laquelle ce support formel constitue un tout compact dont l’opérativité est réduite à l’identification distinctive du référent.

4.3. Des seuils de complexité maximale du signifiant

89Le nombre de constituants qui composent le signifiant n’a pas d’impact sur l’attribution de la configuration morpho-lexicale Np pur. Pourtant, la complexité interne du signifiant des toponymes attestés ne s’étend pas à l’infini. En effet, vraisemblablement, la propension à la lexicalisation est subordonnée à des seuils de complexité maximale, qui dépendent du type morpho-lexical du noyau du signifiant. Ainsi, la validité des conclusions auxquelles nous sommes parvenue reste à vérifier par le biais d’un corpus qui couvrirait l’intégralité de l’hétérogénéité formelle des lexèmes toponymiques. Néanmoins, quelques particularités de la morphologie interne de ces Np qui ont été observées dans l’analyse des occurrences retenues pour cette étude méritent d’être évoquées.

90Pour commencer, le nombre de constituants du signifiant des exonymes attestés ne dépasse jamais le nombre de trois éléments (Rio de Janeiro, Charm el-Cheikh). Cette complexité est exclusivement d’ordre graphique, car ce sont des formes monolexicales dans la langue d’accueil (Mignot [2017]). Cette limitation numérique se vérifie également au niveau lexical dans la plupart des noms de ville et de village qui ont vu le jour en français. Néanmoins, les modalités selon lesquelles ces endonymes atteignent un tel seuil de complexité varient en fonction de la catégorie morphologique à laquelle appartient le constituant autour duquel leur signifiant est construit, qui est exclusivement de type nominal dans les toponymes examinés.

91La complexité du signifiant de certains lexèmes toponymiques attestés qui sont construits autour d’un constituant Np est significative. Les exemples dont le signifiant implique quatre constituants existent (Saint-Martin-la-Plaine, Saint-Paul-lès-Dax, Saint-Jacques-de-Compostelle, Sainte-Marie-aux-Mines). Néanmoins, dans une approche morpho-lexicale comme celle qui est adoptée dans cette étude, cette complexité est à relativiser. En effet, il s’agit exclusivement d’une complexité de surface, qui s’explique par la participation à leur construction de Np impurs polylexicaux, en l’occurrence des surnoms hagiographiques. La dernière particularité qu’il convient de remarquer concernant les lexèmes toponymiques qui impliquent un constituant central Np (pur ou impur) est leur faible complexité morpho-syntaxique. En effet, du moins en ce qui concerne les occurrences examinées, le noyau proprial de leur signifiant n’est jamais modulé par plus d’une subordination.

92La situation est sensiblement différente dans le cas des noms de ville et de village dont le noyau du signifiant est un Nc. La représentativité relative de notre corpus appelle à la prudence. Les Np qui sont construits autour d’un Nc peuvent être touchés au niveau subordonné par l’opacité totale ou partielle. Ils peuvent aussi impliquer des Np impurs dans cette position morpho-syntaxique. Dès lors, même si aucune occurrence présentant cette particularité n’a été attestée, il faut envisager l’existence de lexèmes toponymiques avec un noyau Nc où la complexité graphique et la complexité lexicale diffèrent. Celle-ci peut donc dépasser le seuil de quatre constituants lexicaux qui est observé dans deux exemples attestés (Notre-Dame-des-Landes, Villeneuve-la-Garenne).

93La dernière remarque concernant les noms de ville et de village construits autour d’un Nc a trait à leurs caractéristiques morpho-syntaxiques. En effet, les exemples attestés révèlent que ce type de noyau est parfois modulé par deux subordinations. C’est le cas dans Villeneuve-la-Garenne [Nc+adj1+(dét+Np)1], auquel on peut rapprocher Notre-Dame-des-Landes [dét poss1+Nc+SP(dét+Nc)1], si on prend en compte la fonction de spécifieur du déterminant possessif. Ce rapprochement est pourtant de nature strictement morphologique. L’articulation du possessif et du Nc est lexicalisée dans le contexte religieux. Dans ces circonstances, Notre-Dame-des-Landes se situe à mi-chemin entre les Np impliquant une subordination et ceux correspondant à la configuration illustrée par Villeneuve-la-Garenne, qui en implique deux.

94Tout en étant unique dans notre corpus, la particularité de cet exemple s’explique aisément. Le signifiant d’un Np doit permettre l’identification distinctive du référent. Lorsque le point de départ de la relation avec ce dernier repose sur un constituant Nc qui rend compte de la catégorie à laquelle appartient le lieu individualisé, les sous-types référentiels nous confrontent à un paradigme restreint d’éléments. Par conséquent, les Nc qui forment ce paradigme sont utilisés pour construire de nombreux Np. Dans ces circonstances, la mise en avant d’une des caractéristiques du lieu individualisé ne suffit pas toujours à assurer l’identification distinctive qui est attendue du signifiant d’une dénomination propre. Dès lors, le recours à un constituant morpho-lexical qui rend compte d’une caractéristique supplémentaire de l’entité désignée est parfois requise. Le seuil de complexité maximale des lexèmes Np dont le constituant central est un Nc est donc [Nc+x1+x1].

  • 51 Pour plus de détails sur les seuils de complexité maximale des dénominations propres en fonction de (...)

95Ce seuil de complexité maximale ne concerne pas les dénominations propres de certains sous-types référentiels dont l’opérativité sémantique du signifiant reste active pour répondre à des attentes cognitives et communicatives. La complexité de leur signifiant est parfois nettement plus importante. Une recherche antérieure consacrée à l’ensemble de la catégorie Np, définie en termes sémantico-fonctionnels (Rangel Vicente [2017]), met en évidence l’existence d’occurrences de certains sous-types référentiels qui présentent cette particularité sémantico-pragmatique dont la complexité morpho-syntaxique est significativement plus importante (Comité de coordination des mouvements de Résistance, Conseil français du culte musulman, Institut supérieur européen de gestion, Association britannique pour l’adoption et le parrainage, Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, Centre d’essais et de recherche d’engins spéciaux)51. La lexicalisation de ces dénominations n’est pas impossible. Néanmoins, l’un des postulats qui est au cœur de la présente contribution invite à supposer que la culmination de ce processus dans le cas de formes aussi complexes d’un point de vue morphologique est plus difficile à atteindre.

En guise de conclusion

96La conception de la lexicalisation défendue dans cette étude ne restreint pas l’aboutissement de ce processus aux formes appartenant aux sous-types référentiels qui entraînent l’opacité systématique de la motivation du signifiant, au profit de l’identification du référent. Face à l’absence de traces visibles permettant de conclure que la lexicalisation est arrivée à son terme, l’objectif était de recenser les configurations morpho-lexicales des lexèmes Np. Cet objectif découlait de l’hypothèse selon laquelle ces configurations des Np qui sont consensuellement considérés comme des formes lexicales de la catégorie rendent certaines dénominations propres, qui ne profitent pas de droit de ce statut, plus enclines que d’autres à la lexicalisation.

97Nous avons supposé que les noms de ville et de village permettent d’accéder à plus de diversité morpho-lexicale des lexèmes Np que les prénoms et les noms de famille qui, par leur mode de dotation, sont des Np purs ou destinés à l’être. Si cela s’est avéré être vrai, l’analyse du corpus a révélé que plus de 85% des occurrences analysées sont des Np purs. Cette observation nous amène à relativiser certaines réserves que nous avons émises au départ. La première concerne la mise sur un pied d’égalité des formes de ces sous-types référentiels et des prénoms et noms de famille. La seconde a trait à la corrélation entre les noms de ville et de village avec le Np pur, d’une part, et avec la conception traditionnelle du lexème de la catégorie, d’autre part. Si des écarts existent et qu’ils ne doivent pas être passés sous silence, la grande majorité des noms de ville et de village présentent les caractéristiques morphologiques qui conduisent à un traitement unanime comme lexème Np. Presque tous, plus de 81%, corroborent même le critère de la monographie, voire celui de la monolexicalité, qu’un consensus grandissant considère désormais comme une caractéristique typique, mais non nécessaire, des formes lexicales de la catégorie.

98Quelques configurations plus complexes impliquant un noyau nominal ont également été relevées. Lorsque les lexèmes Np ne correspondent pas à cette configuration prototypique, la construction du signifiant autour d’un constituant qui appartient à cette catégorie morphologique est le choix le plus logique. La présence d’un Nc en tant que noyau morpho-syntaxique n’a pourtant rien d’étonnant, puisque l’origine de ces formes est souvent le figement d’une dénomination qui proposait au départ une description du référent. La dimension intrinsèquement référentielle de ce type de nom en fait également un choix prioritaire quand le signifiant est attribué au référent par un acte de baptême institutionnel.

99L’analyse du corpus a également révélé que les noms de ville et de village ont rarement plus de trois constituants lexicaux. Néanmoins, leur complexité de surface et leur configuration morpho-syntaxique ne sont pas toujours équivalentes. Plusieurs exemples construits autour d’un constituant proprial impliquent un signifiant avec plus de trois constituants graphiques. Cela s’explique par la présence récurrente dans leur signifiant d’éléments opacifiés et/ou par la participation dans la motivation de celui-ci de Np impurs polylexicaux. Parallèlement, lorsque la description de ces toponymes est rattachée au français contemporain, le noyau proprial du signifiant n’implique jamais plus d’une subordination.

100Tel n’est pas le cas dans les occurrences examinées qui sont construites autour d’un Nc. Bosredon [2012 : 17] suggère qu’« il y a, à un certain degré d’étirement et de complexification syntaxique du SN désignatif, un hiatus possible avec sa capacité d’être encapsulé dans une dénomination ». Cette restriction dans la complexité paraît d’autant plus essentielle dans le cas des lexèmes. Le noyau morpho-syntaxique Nc est accompagné dans l’exemple Villeneuve-la-Garenne de deux expansions. Cette différence a été expliquée par l’impératif d’identification distinctive pris en charge par le signifiant des formes de la catégorie. Si nos hypothèses de départ se vérifient, la lexicalisation des dénominations propres dont le signifiant dépasse ces seuils de complexité, à savoir [Np+x1] et [Nc+x1+x1], n’est pas impossible. Néanmoins, elle est probablement plus difficile à atteindre.

101Les noms de ville et de village attestés ont aussi permis d’observer quelques différences concernant les caractéristiques morpho-lexicales des subordinations en fonction du type de nom qui constitue le noyau du signifiant. La configuration [dét+nom] a été observée dans les deux cas (Le Caire, La Rochelle, Lorient, Le Bourget, Le Cap). Ensuite, la référence dépend dans la dénomination propre du lien direct et conventionnel avec le référent. Par conséquent, les formes motivées par des éléments qui n’existent qu’en position subordonnée dans le discours est également possible, aussi bien avec les constituants Np (Surgères) qu’avec les constituants Nc (Outreau).

102Plusieurs types d’expansion sont également observés avec les deux types de noyau morpho-syntaxique. C’est le cas des subordinations prépositionnelles, aussi bien avec un Np (Castelmoron-sur-Lot, Fort de France, La Roche-sur-Yon) qu’avec un Nc (Sainte-Marie-aux-Mines, Notre-Dame-des-Landes). C’est également le cas avec les subordinations adjectivales (Villeurbanne, Montgaillard, Saint-Sever, Sainte-Marie-aux-Mines), mais lorsque le noyau du signifiant est un Np, le seul adjectif impliqué est saint·e. L’affinité des deux types de noyau nominal avec les expansions adjectivale et nominale déterminées (Mantes-la-Ville, Mantes-la-Jolie, Villeneuve-la-Garenne, Crèvecœur-le-Grand) est à remarquer, puisque ce type de subordination est incompatible en discours avec le Nc. Enfin, cette particularité ne vaut que dans les limites du corpus analysé. Néanmoins, l’absence d’occurrences impliquant une subordination nominale apposée directe, que ce soit Np ou Nc, dans les exemples impliquant un noyau proprial, alors qu’elle est attestée dans des exemples construites autour d’un Nc (Port-Arthur, Montfort), mérite d’être remarquée.

103Enfin, la description morpho-lexicale des noms de ville et de village nous a également amenée à nous pencher sur la question des conséquences de l’opacité sur la description formelle des Np. Nous avons pointé la complexité qu’entérine la description morpho-lexicale de certains Np polylexicaux dont la motivation initiale ne peut être reconstruite que partiellement. Des endonymes sont concernés par cette particularité (Castelmoron-sur-Lot, Léopoldville, Montpellier, Montigny-lès-Arsures). Elle entraîne même parfois l’impossibilité d’aborder des constituants dont le lien avec des éléments d’autres catégories morphologiques qui les ont motivés est pourtant accessible (Montigny-le-Bretonneux, Saint-Gonest-Lerp, Saint-Paul-lès-Dax, Saint-Martin-la-Plaine). L’intégralité du signifiant est donc rattachée au type morphologique Np pur.

104Les Np étrangers reverbalisés sont encore plus souvent touchés par l’opacité totale ou partielle. Avec la mondialisation, ils sont nombreux dans d’autres sous-types référentiels que ceux auxquels nous nous sommes intéressée dans cette étude. Les noms d’institution, d’organisation, d’entreprise ou de marque, par exemple, qui ont vu le jour dans une autre langue que le français sont désormais omniprésents dans nos discours et ont vocation à intégrer notre patrimoine lexical. Par conséquent, la réflexion sur le traitement morphologique de l’opacité qui a été initiée dans la présente contribution doit être poursuivie.

Top of page

Bibliography

Ainiala Teri & Östman Jan-Ola, 2017, “Introduction. Socio-onomastics and Pragmatics”, in Ainiala Teri & Östman Jan-Ola (Eds.), Socio-onomastics, Philadelphia: John Benjamins, 1-18.

Aldrin Emilia, 2016, “Names and identity”, in Hough Carole (Ed.), The Oxford Handbook of Names and Naming, Oxford: Oxford University Press, 382-394.

Aldrin Emilia, 2017, “Creating Identities through the Choice of First Names”, in Ainiala Teri & Östman Jan-Ola (Eds.), Socio-onomastics, Philadelphia: John Benjamins, 45-68.

Algeo John, 1973, On Defining the Proper Name, Gainesville: University of Florida Press.

Bosredon Bernard, 1997, Les titres de tableaux. Une pragmatique de l’identification, Paris : Presses Universitaires de France.

Bosredon Bernard, 2006, « Titres et noms propres : des voisins ou des cousins ? », in Riegel Martin, Schnedecker Catherine, Swiggers Pierre & Tamba Irène (Eds.), Aux carrefours du sens. Hommages offerts à Georges Kleiber pour son 60ème anniversaire, Louvain/Paris : Peeters, 487-497.

Bosredon Bernard, 2012, « Entre dénomination et catégorisation : la signalétique », Langue française 174, 11-26.

Bosredon Bernard & Tamba Irène, 1999, « Une balade en toponymie : de la rue Descartes à la rue de Rennes », Linx 40, 55-69.

Bramwell Ellen, 2014, “Personal Naming and Society: A comparative study of disparate communities”, Actes del XXIV Congrés Internacional d’ICOS sobre Ciències Onomàstiques, Barcelona : Generalitat de Catalunya, 712-718.

Bréal Michel, 1976 [1897], Essai de sémantique, Paris : Hachette.

Brunet Guy & Bideau Alain, 2001, « Le nom : origine, fixation et transmission », in Zei Gianna, Darlu Pierre & Brunet Guy (Eds.) Le patronyme. Histoire, anthropologie et société, Paris : CNRS Éditions, 7-12.

Büchi Eva, 1996, Les structures du Französisches Etymologisches Wörterbuch. Recherches métalexicographiques et métalexicologiques, Tübingen : Niemeyer.

Büchi Eva, 2000, « N comme les noms de lieux et de personnes. La quête des origines », in Cerquiglini Bernard, Corbeil Jean-Claude, Peeters Benoît & Klinkenberg Jean-Marie (Eds.), Tu parles ?! Le français dans tous ses états, Paris : Flammarion, 205-216.

Büchi Eva, 2001, « La méthodologie de l’étymologie des noms de famille (domaine français et galloroman) », Rivista Italiana di Onomastica 7, 105-127.

Coates Richard, 2006, “Properhood”, Language 82, 356-382.

Curat Hervé & Hamlin Frank, 1993, « Désignation, référence et la distinction entre noms propres et noms communs », Zeitschrift für romanische Philologie 109, 1-15.

Factiva, New York : Dow Jones & Reuters.

Frai Patricia, 2016, « Sócio-onomástica: Uma nona abordagem metodológica », Entreletras 7(1), 91-106.

García Gallarín Consuelo, 1999, El nombre propio. Estudios de Historia Lingüística Española, Madrid : PatRom.

Gardiner Alain, 1954 [1940], The Theory of Proper Names. A Controversial Essay, London: Oxford University Press.

Gary-Prieur Marie-Noëlle, 1994, Grammaire du nom propre, Paris : Presses Universitaires de France.

Gary-Prieur Marie-Noëlle, 2016, « Le nom propre comme catégorie de la grammaire », in Laurent Nicolas (Ed.), Langue française 190, 45-64.

Huddleston Rodney & Pullum Geoffrey, 2002, The Cambridge Grammar of the English Language, Cambridge: Cambridge University Press.

Jonasson Kerstin, 1994, Le nom propre : constructions et interprétations, Louvain-la-Neuve : Duculot.

Jonasson Kerstin, 2021, « Le nom propre », in Abeillé Anne & Godard Danièle (Eds.), La Grande Grammaire du français, Arles/Paris : Actes Sud/Imprimerie Nationale Éditions, 428-440.

Kleiber Georges, 1981, Problèmes de référence : descriptions définies et noms propres, Paris : Klincksieck.

Kleiber Georges, 1995, « Sur la définition des noms propres : une dizaine d’années après », in Noailly Michèle (Ed.), Nom propre et nomination. Actes du Colloque de Brest 21-24 avril 1994, Toulouse : Klincksieck, 11-36.

Kleiber Georges, 2004, « Peut-on sauver un sens de dénomination pour les noms propres ? », Functions of Language 11, 115-145.

Kleiber Georges, 2021, « Retour sur la définition des noms propres : Les noms propres ont-ils quelque chose en propre ? », Lingvisticae Investigationes 44, 236-276.

Kripke Saul, 1982 [1972], La logique des noms propres, Paris : Minuit.

Le Bihan Michèle, 1974, Le nom propre. Étude de grammaire et de rhétorique, Thèse de 3ème cycle, Rennes : Université de Rennes.

Lecolle Michèle, 2014, « Dénomination de groupes sociaux : approche sémantique et discursive d’une catégorie de nom propre », in Neveu Franck et al. (Eds.), Quatrième congrès mondial de linguistique française, Berlin, 19-23 juillet 2014, 2265-2281.

Leroy Sarah, 2004, Le nom propre en français, Paris : Ophrys.

Mignot Élise, 2017, La morphologie du nom en anglais : vers une sémantique des parties du discours, Monographie d’HDR, Paris : Sorbonne Université.

Molino Jean, 1982, « Le nom propre dans la langue », Langages 66, 5-20.

Philippe Manon, 2020, Le nominal propre. Étude du nom propre en anglais, Thèse de doctorat, Paris : Sorbonne Université.

Rangel Vicente Montserrat, 2017, Pour une structuration prototypique de la catégorie nom propre en français et en espagnol. Étude de la forme et du sens, Thèse de doctorat, Barcelona : Universitat de Barcelona.

Rangel Vicente Montserrat, 2018, « La diversidad formal del nombre proprio: una estructuración prototípica », XXX Congreso Internacional de Lingüística Xeral, Juin 2018, Vigo, España, 750-757.

Rangel Vicente Montserrat, 2020, « La morfología del nombre propio. Una descripción en la que la sintaxis y la semántica se inmiscuyen », in Martínez Atienza de Dios María (Ed.), Entre la morfología, la sintaxis y la semántica: límites e intersecciones, capítulo X, 210-233.

Seide Márcia, 2016, « Métodos de pesquisa em Antroponomástica », Domínios de Lingu@gem / Uberlândia 10(2), 1-19.

Séleskovitch Danica & Lederer Marianne, 2014 [1984], Interpréter pour traduire, 5ème édition, Paris : Belles Lettres.

Togeby Knud, 1982, Grammaire française, tome 1, Copenhague : Akademisk Forlag.

Vaxelaire Jean-Louis, 2005, Les noms propres. Une analyse lexicologique et historique, Paris : Honoré Champion.

Vaxelaire Jean-Louis, 2011, « De Mons à Bergen. De l’intraduisibilité des noms propres », Translationes 3, 13-27.

Top of page

Notes

1 Pour alléger nos propos, nous faisons appel au fil du texte aux couples de termes morphologie (interne)/morphologique·s et forme/formel·le·s en tant que synonymes de morphologie lexicale/morpho-lexical et de morpho-syntaxe/morpho-syntaxique.

2 Dans la description morpho-lexicale des Np, les indices rendent compte du caractère subordonné des constituants ainsi marqués.

3 Il existe un consensus grandissant concernant le caractère infondé du recours à la monolexicalité pour définir aussi bien le lexème Np (Vaxelaire [2005] ; Gary-Prieur [2016]) que le Np pur (Rangel Vicente [2017] ; Jonasson [2021]). Par conséquent, ce troisième critère utilisé traditionnellement pour délimiter les deux catégories qui nous occupent n’est pas soumis à évaluation.

4 La dimension indexicale de ce sens correspond à une « instruction invitant à retrouver en mémoire stable le référent porteur de ce nom » (Kleiber [2021 : 240]). Tel que rappelé dans son article de 2021, qui propose une synthèse de sa théorie du Np, face aux critiques concernant la possibilité de faire appel à ce sens instructionnel également pour décrire le Nc, Kleiber a précisé dans sa reformulation de 2004 que la dimension dénominative de ce sens « en constituait le sens même [du Np], alors qu’elle ne remplissait pas un tel rôle avec le Nc ».

5 « Proper nouns, [...] are word-level units belonging to the category noun. [...] Proper nouns are nouns which are specialised to the function of heading proper names » [Huddleston & Pullum 2002 : 516].

6 Suivant Kleiber [2004], nous considérons que la particularité fonctionnelle du Np est l’identification dénominative. Néanmoins, afin de ne pas alourdir nos propos, la dimension dénominative de l’identification caractéristique du Np n’est pas rappelée systématiquement.

7 Pour une présentation du recours restreint à la notion d’étymologie qui est proposé dans cette étude, voir la section 1.3. infra.

8 Pour les conséquences de l’approche relative qui est adoptée dans cette étude pour la description formelle des Np, voir la section 2.2. infra.

9 La forme Ikea n’existait pas avant d’être créée pour nommer la fameuse enseigne de meubles suédoise. Les noms de marque Apple et Mango sont motivés dans leur langue d’origine par des noms de fruit, pomme et mangue en l’occurrence. Le nom du journal Excelsior est construit à partir du signifiant d’un adjectif superlatif latin qui ne fait pas partie du français contemporain.

10 Pour un rappel des critères utilisés par Gardiner [1954] pour établir cette distinction, voir la section 2.3. infra.

11 « L’existence des deux branches de l’onomastique, l’anthroponymie et la toponymie, reflète l’attribution des Np purs aux personnes et aux lieux » (Jonasson [1994 : 35]).

12 Jonasson [2021] utilise la forme Nogent-le-Rotrou comme illustration des Np purs (complexes), alors que ce toponyme est dans notre approche un Np impur correspondant à la configuration [Np+(dét+Np)1]. Pour plus de détails sur la morpho-syntaxe interne particulière de ce nom de ville, voir la section 2.3.3. infra.

13 L’opacité formelle partielle, qui peut se solder par l’attribution au signifiant du type morpho-lexicale Np pur et qui peut être rapprochée de cette configuration, est abordée dans la section 2.2.3. infra.

14 Jonasson affirme également que les Np purs « restent des noms propres, même si dans certains contextes ils ne sont pas liés à un particulier précis » (Jonasson [1994 : 35]). Néanmoins, la possibilité de rester un Np sans être associé à un particulier précis ne se vérifie que s’il est rattaché implicitement à un (ou plusieurs) référent(s). En d’autres termes, peut-on affirmer que Rose ou Paris sont des Np purs sans prendre en compte, même en tant que référents virtuels, des individus auxquels ces noms ont été attribués, ou auxquels ils peuvent potentiellement être attribués ?

15 La motivation de ces exemples partiellement opaques, ainsi que la mise en évidence de la complexité que présente leur description formelle, sont abordées dans la section 2.3.3. infra.

16 Une définition du Np pur qui répond à ce besoin est proposée dans la section 2.3. infra.

17 La seule exception est fournie par les prénoms néologiques ou de création très récente, qui méritent probablement d’être exclus de cette caractérisation. C’est le cas, par exemple, du prénom Destinée. D’après le site https://unprenom.fr, il est porté en France par 93 personnes qui sont nées après 2 000 (inclus) et il est attribué, depuis, 5 fois par an en moyenne. Néanmoins, une analyse socio-onomastique d’envergure visant à évaluer le degré de diffusion, et donc d’intégration dans le fonds patrimonial onomastique de la communauté linguistique, de ces nouveaux prénoms serait nécessaire pour étayer ces propos. Pour plus de détails sur les objectifs et la méthodologie des études socio-onomastiques, voir Bramwell [2014], Seide [2016], Aldrin [2016, 2017] et Ainiala & Östman [2017].

18 La stabilisation de cette fonction s’explique par l’augmentation démographique, qui a fait émerger le besoin d’accompagner les prénoms du nom de famille, afin de pouvoir distinguer les individus homonymes.

19 Cette configuration est la seule qui justifie le recours dans les descriptions synchroniques à la notion d’étymologie, qui est propre à la linguistique historique. Pour une analyse critique du recours à cette notion dans la linguistique synchronique, voir Vaxelaire [2011].

20 L’institutionnalisation entretient un lien intime avec la lexicalisation de ces dénominations toponymiques : soit elle l’officialise, soit elle la déclenche. En d’autres termes, la reconnaissance institutionnelle n’est pas indispensable à leur lexicalisation. Néanmoins, puisqu’elle est incontournable pour l’officialisation de l’acquisition du statut de toponyme des sous-types réduisant l’opérativité sémantique à l’identification, elle est indissociable de la lexicalisation de ces Np.

21 Dans de telles circonstances, le recours à la notion d’étymologie dans une description synchronique de ces toponymes est infondé.

22 Lecolle [2014 : 2271-2272] met en évidence l’identité de la relation entre le sens associé au signifiant et le référent de toponymes comme Mont Blanc, New College, Peak’s Tunnel ou Dartmouth, que des auteurs comme Gardiner [1954], Kripke [1982] ou Coates [2006] relèguent à l’étymologie, et celle qui est à l’origine de la création des noms de collectifs humains tels que Parti Socialiste ou Ligue des droits de l’Homme. Même si les premiers exemples sont des lexèmes et les seconds des dénominations, cette coïncidence de la motivation de leurs signifiants devrait conduire à proposer le même traitement de leurs caractéristiques morpho-lexicales.

23 Ce corpus a été initialement constitué pour décrire l’hétérogénéité morpho-sémantique des Np dans le cadre de notre recherche doctorale (Rangel Vicente [2017]), tous sous-types référentiels confondus.

24 La présence de deux noms de pays et de ville s’explique par l’analyse contrastive français-espagnol qui a été proposée dans notre recherche doctorale.

25 D’après Büchi [2000, 2001], la complexité de la reconstruction de la motivation des toponymes analysés dans cette étude n’a rien d’étonnant. Elle s’explique par la profondeur historique d’un nombre important d’entre eux, car ils relèvent de strates linguistiques qui ont précédé celle du système utilisé en synchronie. Toutefois, même s’il est évident que le degré de légitimité de nos sources n’est pas comparable, ce problème touche également les ouvrages lexicographiques spécialisés, puisque « l’étymologie étant, comme toute science, conjecturale (c’est-à-dire fondée sur un système d’hypothèses nécessairement provisoires), il est, de prime abord, difficile d’établir une ligne de démarcation claire entre résultats pouvant être tenus pour acquis et résultats certainement provisoires » (Büchi [1996 : 10]). C’est pour cette raison que Büchi [1996 : 13] propose une appréhension graduelle de la reconstruction de la motivation des formes à origine inconnue en termes de « sûr-probable-peu sûr ».

26 En principe, une description lexicale comme celle qui est proposée dans cette étude ne peut pas toujours faire abstraction de la structure interne de certains constituants, car celle-ci peut jouer un rôle clé dans leur type morphologique. C’est le cas lorsque nous avons affaire à l’articulation d’une base lexicale et d’un (ou plusieurs) suffixe(s) dérivationnel(s), comme dans le nom de pays Australie. Ce Np est construit à partir de la combinaison de la base adjectivale austral et du suffixe de dérivation nominale -ie, très productif dans la création de noms de pays en français. Par conséquent, la configuration morpho-lexicale de ce toponyme est [Nc]. Néanmoins, ce cas de figure n’est pas observé, car la motivation de tous les suffixes impliqués dans la construction des occurrences attestées est inaccessible dans la synchronie contemporaine du français. Les conséquences de cette opacité pour la description morpho-lexicale des Np sont présentées dans la section 2.3.3 infra.

27 Les surnoms hagiographiques sont souvent impliqués dans la construction de toponymes, et tout particulièrement dans celle des noms de ville et de village. L’assimilation de ce type de surnoms aux Np impurs, du type [adj1+Np] en l’occurrence, malgré le maintien de l’opérativité sémantique de leur adjectif antéposé, s’explique par le caractère dénominatif (et non désignatif) que semblent revêtir les expressions du type [saint·e+anthroponyme].

28 Pour plus de détails concernant le recours à ce dispositif dans les lexèmes toponymiques, voir la section 4.2. infra.

29 Une exception à ce traitement est fournie par les exemples dans lesquels ces Np morphologiquement impurs participent à la construction de toponymes partiellement opaques (Saint-Gonest-Lerp, Saint-Paul-lès-Dax, Saint-Martin-la-Plaine). Pour plus de détails sur le traitement proposé pour ces cas de figure, voir la section 2.3.3. infra.

30 La restriction de l’application de la définition du Np pur aux formes qui corroborent la particularité sémantico-fonctionnelle caractéristique de la catégorie est essentielle. En effet, l’opacité de la motivation concerne également des éléments d’autres catégories grammaticales, à commencer par celle du Nc (Mignot [2017]), qui ne sont pas pour autant des Np purs d’un point de vue morpho-lexical.

31 La création ex nihilo du (constituant du) signifiant, qui conduit également à l’attribution du type morphologique Np pur, n’est pas impliquée dans la construction des toponymes qui nous occupent.

32 Déterminer si une forme linguistique ancienne fait (ou non) toujours partie du système dans la période analysée est parfois délicat. Face à l’absence, dans la pratique, de critères univoques pour l’évaluer, nous considérons que lorsque l’élément qui est impliqué dans la construction d’un Np ne figure pas dans le dictionnaire Trésor de la langue française, ou lorsqu’il est caractérisé dans cet ouvrage comme étant un emploi vieilli, le (constituant du) signifiant qu’il a motivé est opacifié en synchronie. Une exception à cette relativité temporelle de la motivation est fournie par les Np dont le signifiant est motivé par un élément proprial, éventuellement polylexical. En effet, les éventuelles variations de surface subies par cet élément n’entraînent pas la disparition des différentes formes qu’il a empruntées au cours de son évolution. Par ailleurs, ces variantes peuvent cohabiter dans une même synchronie, ce qui arrive plus exceptionnellement dans le cas des éléments des autres catégories.

33 La notion d’endonyme, qui est empruntée à la toponymie synchronique contrastive, rend compte des Np de lieu qui ont été créés dans la langue du territoire où le référent est situé (Lille en français). Elle s’oppose à celle d’exonyme, qui est appliquée aux toponymes d’une langue autre que celle qui est parlée dans l’espace où l’entité visée est localisée. Par exemple, Londres est l’exonyme français de London.

34 Notre approche coïncide avec celle de Gardiner [1954], qui caractérise des formes comme Vercingétorix ou Popocatépelt en tant que Np purs, et qu’Algeo [1973 : 83] et Vaxelaire [2005 : 13, 569-570] qualifient d’ethnocentriste.

35 Büchi [2000 : 209] situe l’origine du patron toponymique [anthroponyme+-villa] à l’époque romaine. Dans cette configuration morphologique, l’appellatif toponymique affixé, issu du gallo-roman villa (« grand domaine rural »), est utilisé dans le sens de « village », de « domaine rural » ou comme équivalent du morphème anglais - land.

36 La motivation du constituant -esquiou de Montesquiou par l’adjectif occitan esquiu (« sauvage ») est vraisemblablement confirmée. En revanche, les hypothèses concernant l’origine de l’élément subordonné -pellier de Montpellier sont multiples.

37 Le constituant Nogent est le résultat de l’évolution diachronique de la forme gallo-romaine Novigentum, qui signifie « nouveau peuple » ou « nouvelle ville ». Néanmoins, il participe à la construction du toponyme Nogent-le-Rotrou en tant que toponyme. Nous profitons pour préciser que ce nom de ville est emprunté à Jonasson [2021], qui l’utilise pour illustrer la compatibilité des Np purs avec la complexité morpho-lexicale. Puisqu’il n’est pas issu de notre corpus, sa configuration morphologique n’a pas été intégrée dans le volet descriptif de l’étude, auquel est consacrée la troisième partie infra.

38 L’article de Les Arsures n’a pas été retenu lors de la construction du nouveau toponyme. L’homonymie avec la préposition lès de ce déterminant, abstraction faite de l’accent, explique probablement la présence non accentuée de ce constituant dans l’occurrence de notre corpus.

39 Le constituant York de New York a été sélectionné en l’honneur de Jack Stuart, duc de York.

40 La combinaison d’éléments lès-Dax dans le toponyme Saint-Paul-lès-Dax informait à l’origine de la proximité de la commune ainsi nommée vis-à-vis de la ville de Dax. La motivation du constituant Lerp de Saint-Gonest-Lerp fait l’objet de controverses. D’après certaines sources, il désignerait un sol pauvre avec des pâturages et des forêts. D’autres considèrent que c’est l’abréviation de “le repentant”. Enfin, malgré la coïncidence formelle de Plaine avec le Nc déterminé qui désigne un élément topographique, ce constituant de Saint-Martin-La Plaine est motivé par planté (de vignes) ou par plant (cep de vigne), en raison de la production agricole importante de cette espèce dans la zone. Compte tenu du changement de surface de ce constituant du signifiant au cours de sa vie de mot, le lien avec le Nc qui est à l’origine de sa sélection pour construire le Np est opacifié.

41 Nous rappelons que la motivation des prénoms et des noms de famille constitue la seule configuration dans laquelle il apparaît légitime de faire appel, dans les descriptions synchroniques, à la notion d’étymologie.

42 La présentation des caractéristiques du corpus, dans la section 2.1. supra, a été l’occasion d’évoquer les problèmes d’équilibre et de représentativité des occurrences type et token vis-à-vis de la catégorie des noms de ville et de village dans son ensemble. Ces problèmes justifient que les données chiffrées ne fassent pas l’objet d’une analyse quantitative exhaustive. Par ailleurs, afin de simplifier l’accès aux résultats significatifs dans le cadre de l’analyse proposée, les données chiffrées relatives aux 656 occurrences attestées (ou tokens) ne sont pas fournies.

43 Le constituant Colomb a été ajouté au nom algérien Béchar pour marquer l’appartenance du territoire à la France pendant la colonisation. Pour un rappel de la motivation des Np polylexicaux, voir la section 2.3.3. supra.

44 Nous rappelons que la tendance générale consiste à considérer que les anthroponymes et les toponymes qui présentent cette particularité sont des Np purs.

45 Le nom Surgères est construit à partir de la fusion de la préposition sur et du nom de rivière Gères.

46 Le constituant -fort de Montfort est motivé par le Nc désignant une demeure fortifiée.

47 Le mot crève-cœur était employé au Moyen Âge pour faire référence à une terre difficile à labourer et à drainer dont la récolte était souvent perdue lors des fortes pluies. La complexité morphologique de Crèvecœur n’est pas prise en compte dans la description formelle du toponyme puisque le Nc qui a motivé ce constituant est lexicalisé de longue date. Ce choix est conforté par la disparition dans le signifiant de ce Np du trait d’union qui sépare les deux constituants du Nc.

48 Nous rappelons l’existence de toute une série d’exemples construits également autour du constituant Mont-, qui sont des Nps purs monolexicaux suite à l’opacité de leur subordination (Montpellier, Montesquiou).

49 Le sens avec lequel le Nc garenne a participé à la construction de Villeneuve-la-Garenne fait l’objet d’hypothèses divergentes dans les sources consultées. S’il peut avoir été impliqué dans la motivation de ce toponyme en faisant référence à un terrain où les seigneurs se réservaient le droit de chasse et de pêche, il est également défendu qu’il est impliqué dans la motivation de ce Nc dans le sens d’endroit où l’on élève des lapins en semi-liberté, voire de bois ou bruyère où abondent ces animaux.

50 L’articulation du constituant adverbial outre- avec des noms (communs et propres) désignant des lieux est relativement courante. Néanmoins, lorsque cette articulation se produit en discours, celui-ci est séparé du constituant nominal par le biais d’un trait d’union (outre-mer, outre-Atlantique, outre-Rhin).

51 Pour plus de détails sur les seuils de complexité maximale des dénominations propres en fonction de la nature morpho-lexicale de leur constituant central, voir Rangel Vicente [2018 : 755-757], qui synthétise les résultats de l’analyse de l’hétérogénéité formelle des Np qui fait l’objet du chapitre 7 de Rangel Vicente [2017].

Top of page

References

Electronic reference

Montserrat Rangel Vicente, “Configuration morpho-lexicale du nom propre et propension à la lexicalisation”Lexis [Online], 20 | 2022, Online since 28 December 2022, connection on 02 February 2023. URL: http://journals.openedition.org/lexis/6824; DOI: https://doi.org/10.4000/lexis.6824

Top of page

About the author

Montserrat Rangel Vicente

Université de Lille, STL (Savoirs, Textes, Langage) UMR 8163
montserrat.rangel-vicente@univ-lille.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution-ShareAlike 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search