Skip to navigation – Site map

HomeIssues22PapersCatégorisation et vocabulaire spé...

Papers

Catégorisation et vocabulaire spécialisé : enquête sur les dénominations de mouvements sportifs

Angelina Aleksandrova

Abstracts

This research puts the question of linguistic categorization back into the context of sports terminology by looking at the translation of English crossfit movement terms (Tmvt) by non-specialist French speakers. The study examines three cases involving simple Tmvts (squat, snatch), compound Tmvts (pull-up, deadlift) and polylexical Tmvts (push jerk, split jerk, push press,…). The analysis of translation errors reveals that accessing the signified of the foreign term mobilizes various linguistic skills depending on the case, and the study of translation strategies (such as calque, transposition, literal translation, or description) provides linguistic clues about the conceptual delimitation of each Tmvt in particular and the organization of the knowledge network of the specialized domain of sports exercises in general.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Voir parmi tant d’autres Kleiber [1991 ; 1990], Rastier [1991], Rosch [1975a ; 1975b], Rosch & Merv (...)

1Avant d’être linguistique, conceptuelle ou référentielle, la classification est une activité analytique. Fondamentalement, classer implique de chercher des propriétés communes à un ensemble d’entités et de définir les relations qu’un item entretient avec le reste. Le réseau de relations qui apparaît ainsi a pour résultat l’établissement de catégories essentielles à notre cognition, puisqu’elles permettent un accès structuré, et donc stable, à un environnement intrinsèquement changeant, composé d’entités individuelles. La catégorisation linguistique peut être vue comme un point d’entrée vers la catégorisation conceptuelle. Les unités lexicales ont une fonction dénominative des concepts correspondants (désigner une entité du monde par table la classe inévitablement dans la catégorie de concepts correspondant à « table ») et un des enjeux majeurs de la catégorisation consiste à identifier les conditions sous lesquelles on peut utiliser un mot précis pour un référent précis. Plusieurs modèles mis à l’épreuve par différentes approches méthodologiques et disciplinaires1 – CNS, théorie du prototype, modèle du stéréotype, pour n’en citer que quelques-uns – proposent d’expliquer les mécanismes de la désignation et la façon dont nous structurons notre connaissance du monde.

  • 2 C’est du moins l’idéal poursuivi dans la version classique de la théorie générale de la terminologi (...)
  • 3 Comme nous le verrons plus loin, en l’absence de connaissances expertes, les locuteurs cherchent av (...)

2Nous resituons une partie de ces questionnements bien connus dans le contexte de la terminologie, où la relation de désignation unissant un terme et un concept se veut stable et invariable d’une langue à l’autre2. La connaissance des objets et des notions propres à un domaine spécialisé est un prérequis à la maîtrise de son vocabulaire et les ressources linguistiques en appui des locuteurs experts, des terminologues ou encore des traducteurs spécialisés sont diverses et variées : dictionnaires, ontologies, thesaurus, bases de données multilingues, etc. Dans le cadre de cet article nous nous intéresserons plutôt aux locuteurs francophones non spécialistes qui se retrouvent plus ou moins régulièrement dans une situation de communication où ils sont exposés à un vocabulaire spécialisé en anglais. Si la compréhension suffisante des termes permet l’identification de leurs équivalents appropriés dans leur langue maternelle, les problèmes de compréhension, eux, et les différentes techniques de traduction3 qu’ils engendrent chez les locuteurs, renseignent sur l’état de la catégorisation des termes en question et plus précisément sur la nature (sémantique ou conceptuelle) des éléments qui la constituent. La situation communicative dont il est question ici est un entraînement sportif de type crossfit qui a pour particularité d’avoir un recours systématique à l’anglais pour désigner les éléments-clés de la séance : le format et les modalités de l’entraînement, le matériel nécessaire, mais également tous les mouvements à effectuer, etc. Dans la mesure où la réussite de l’entraînement repose en grande partie sur la connaissance des exercices à effectuer (voir infra), nous nous interrogeons sur la façon dont les amateurs de crossfit, néanmoins non spécialistes du domaine du sport, catégorisent les dénominations spécialisées et accèdent au signifié d’un terme étranger.

3En adoptant une approche lexicale, nous proposons d’apporter quelques éléments de réponse à partir des résultats d’une enquête menée en 2022 (Section 3.1.) où les répondants ont été invités à traduire en français un échantillon de dénominations anglaises de mouvements sportifs. L’analyse des résultats (Section 4.) attirera notre attention sur les réponses jugées inadéquates/approximatives et l’examen de ces « fautes de traduction » (Gile [2005]) nous permettra de mettre les caractéristiques linguistiques des termes au regard des stratégies de réponses données. Pour commencer, faisons quelques observations préliminaires sur l’analyse sémantique des termes en général et sur les particularités lexicales des dénominations des mouvements sportifs en particulier.

1. Terminologie sportive et sémantique lexicale

4La terminologie et la sémantique lexicale adoptent des approches différentes quand il s’agit d’aborder les liens entre la catégorisation conceptuelle et la catégorisation lexicale. De prime abord, la situation pour les termes peut paraitre plus simple par rapport à ce qu’on observe en langue générale puisqu’« un terme ne peut exister que s’il correspond à une définition » (Thoiron & Béjoint [2010 : 109]). L’élaboration de cette définition, dont la première étape est l’identification claire du concept, est le résultat des choix opérés en amont par les terminologues. Le terme se trouve ainsi assimilé à une « étiquette » que l’on appose sur une unité de connaissance délimitée au préalable (le concept). Partant, adopter le point de vue terminologique mène inévitablement à adopter une démarche onomasiologique et, comme le rappelle Sager, à appréhender l’usage au travers du niveau d’expertise du locuteur dans un domaine donné :

It is important to realise that terms can only be used if the user already possesses the configuration of knowledge which determines the role of the term in a structured system. (Sager [1990 : 75])

5Le système structuré dont il est question est une ontologie des connaissances disponibles où le lien avec le lexique se fait nécessairement sur le plan référentiel :

A theory of terminology is therefore primarily concerned with a referential system which relates knowledge structures to lexical structure and defines the constituent elements of each type of structure. (Sager [1990 : 14])

  • 4 En donner un aperçu nous éloignera beaucoup trop loin de notre propos ici, voir par exemple Depecke (...)
  • 5 En devenant ainsi le vrai défi de modélisation.
  • 6 Sans oublier les différences d’objectifs : la terminologie ayant pour but la création, la standardi (...)

6Cela étant dit, un implicite récurrent dans la littérature terminologique est que l’organisation ontologique des connaissances d’un domaine est indépendante du niveau lexical – ce qui assure la traduction univoque – alors que les liens entre dénomination et concept peuvent varier considérablement sur le plan linguistique d’une langue à l’autre. Par exemple, le terme simple squat en anglais a pour équivalent la collocation flexion des jambes en français ; la collocation pompes en équilibre peut avoir comme équivalent anglais aussi bien la collocation handstand push-up que le sigle HSPU, etc. Cette conception « nominaliste » du terme se trouve de plus en plus nuancée (voire abandonnée) et nombre de spécialistes en langues spécialisées soulignent l’utilité de la sémantique lexicale, dans la pluralité de ses approches, pour l’analyse terminologique (voir parmi beaucoup d’autres Faber [2012 ; 2015], L’Homme [2018 ; 2020], Depecker [2019], Temmerman [2000], Thelen & Steurs [2010], Vandaele & Lubin [2005], Garcia de Quesada & Reimerink [2010])4. Aussi, pour les sémanticiens, la frontière censée séparer la langue générale et les langues spécialisées peut apparaître parfois floue (Maurais [1993])5, surtout si l’on rappelle que « le concept n’est formulable qu’à l’aide de sa dénomination en sorte qu’à défaut d’une conceptologie il faut se rabattre sur une lexicologie » (Lerat [1990 : 79]). Malgré les différences épistémologiques et méthodologiques notables6 (Depecker [2002]), la terminologie et la sémantique lexicale sont en réalité étroitement liées dans la mesure où les termes font partie du réservoir lexical (certes spécialisé) d’une langue et, en tant que signes, ils se prêtent à une description linguistique sur les plans morphologique, syntaxique et sémantique.

  • 7 On peut par exemple apprécier l’importance et la place qu’occupe un lexique spécialisé au nombre de (...)
  • 8 Sans pouvoir développer ici, nous pensons qu’il est nécessaire de nuancer le propos de ces auteurs  (...)

7Il suffit d’évoquer l’astrophysique, la musique, l’embryologie, l’art culinaire, la paléoanthropologie, la métallurgie des poudres, l’histoire, la météorologie, l’architecture, etc. pour constater qu’il y a des domaines ressentis comme étant plus spécialisés que d’autres. Le sport est indéniablement un des secteurs à très fort ancrage social impactant notre quotidien de différentes manières par le biais de l’éducation, de la santé, de l’alimentation, des loisirs, des médias, de la sphère professionnelle7. Tout en étant universel (Landry & Landry [1991])8, le sport manifeste différents degrés de spécialisation qui mènent certains chercheurs à distinguer sur le plan langagier la langue du sport et la langue sur le sport (Vanhoudheusden [2018]), distinction qui peut être rapprochée d’une autre faite entre les termes étiquettes et les termes de discours (Thoiron & Béjoint [2010]). D’un côté, on retrouve les dénominations utilisées à des « fins d’identification et de classification » (Thoiron & Béjoint [2010 : 109]), autrement dit les terminologies officielles relatives aux différentes disciplines sportives et validées par les instances compétentes nationales et/ou internationales : le vocabulaire du tennis, le lexique du rugby, etc. D’un autre côté – avec les catégories termes de discours / la langue sur le sport – on rend compte du fait que le sens d’un terme est au moins en partie le résultat de son emploi dans les discours des différents acteurs du domaine (athlètes, entraîneurs, supporters, médias, etc.). Cela étant dit, si les termes-étiquettes jouent le rôle de désignateurs uniques pour des concepts spécifiques au sein d’un domaine particulier (ici le sport) et si, d’autre part, le lien de désignation établi devrait idéalement demeurer stable à travers les langues, la traduction des termes-étiquettes par des locuteurs non spécialistes devrait permettre l’identification des paramètres conceptuels et sémantiques sous-jacents à leur compréhension et catégorisation.

8Pour cette étude, nous avons choisi de demander à des locuteurs francophones de traduire un certain nombre de termes qui dénotent des mouvements de préparation physique générale dans le cadre d’un entraînement fonctionnel de type crossfit (voir Section 3.). L’activité de traduction a été privilégiée à celle de la définition essentiellement pour quatre raisons.

9Premièrement, et c’est un fait bien connu, même les mots de la langue commune ayant un sémantisme transparent et un usage aisé (pomme, table, or, tigre, etc.), peuvent être très difficiles à définir par les locuteurs (voir les travaux de Wierzbicka [1985 ; 1996 : 9]). La traduction de termes spécialisés apparaît comme une activité moins difficile que la définition (les participants peuvent ne pas se sentir à l’aise avec l’élaboration de définitions formelles en raison de contraintes linguistiques et conceptuelles) et minimise, à notre avis, le biais que des directives définitoires peuvent induire.

  • 9 Sous dynamique terminologique il faut entendre l’« ensemble des forces orientées vers la transforma (...)

10Deuxièmement, dans le domaine sportif, qui se caractérise par une dynamique terminologique plutôt lente9 assurant un système conceptuel stable, observer la traduction des termes étrangers par les locuteurs profanes permettra de traquer les composantes jugées nécessaires à leur catégorisation. En identifiant les termes qui posent le plus de difficultés de traduction nous espérons identifier les points de confusion ou les concepts qui nécessitent une clarification. Cette dernière contribuera à la description du lexique des mouvements sportifs, mais profitera également aux travaux des terminologues du sport.

11Troisièmement, nous pensons que faire traduire – plutôt que faire définir – des termes à des locuteurs non spécialistes permettra d’observer si, et le cas échéant, comment la dynamique linguistique influence la traduction sur le plan morphologique, syntaxique et sémantique. Les participants peuvent avoir une compréhension des termes même sans avoir la capacité de fournir une définition explicite alors qu’analyser les stratégies et les choix linguistiques mis en œuvre dans la traduction permettrait de comprendre comment ils se les approprient.

12Enfin, le dernier point à souligner est que contrairement à ce qu’on peut observer dans la traduction de la langue standard où le contexte joue un rôle important dans la désambiguïsation, il n’est pas d’une grande aide pour l’accès au sens dénotatif d’un lexème spécialisé dans le cadre d’un entraînement sportif. Si le terme power snatch n’est pas connu par un locuteur, son insertion dans un discours professionnel (par exemple un coach qui énonce Vous faites trois séries de dix power snatch, puis vous enchaînez avec trois burpee over the row pour finir par les HSPU) ne facilitera pas davantage sa compréhension et sa traduction dans la langue cible. Pour cette raison, l’enquête lexicale que nous avons menée porte sur des termes ex-situ (pour le choix de l’échantillon, voir Section 3.1.2.).

2. Les dénominations des mouvements sportifs et la langue du sport

13Avant de présenter plus en détail les modalités de constitution et de passation de l’enquête, et puisque celle-ci est faite auprès d’un public de pratiquants de crossfit, ouvrons une brève parenthèse justifiant notre choix.

  • 10 Crossfit® est le nom d’une entreprise qui est actuellement le leader mondial dans l’industrie privé (...)

14Le crossfit10 est une pratique sportive d’entraînements fonctionnels croisés en petits groupes – « fonctionnels », parce qu’il s’agit de développer et renforcer les capacités physiques nécessaires pour les tâches du quotidien (porter, soulever, s’accroupir, se baisser, etc.) ; « croisés », parce que la pratique vise à développer des compétences athlétiques associées à des disciplines très différentes, voire opposées, dans le sport du haut niveau : endurance (course à pied), force (haltérophilie), équilibre (gymnastique), renforcement musculaire, etc. Par ailleurs, le crossfit se veut une pratique hautement inclusive, ce qui explique sa popularité grandissante depuis son entrée en France. Les séances d’entraînement quotidien en groupes, appelés des wod (workout of the day, entraînement du jour) sont adaptés individuellement à la dizaine de personnes qui y participent en fonction de leur niveau sportif, âge, sexe, handicap éventuel, état de santé, etc.

15Sur le plan linguistique, un wod se caractérise par le recours quasi systématique à l’emprunt anglais de la part des coachs quand il s’agit d’expliquer l’entraînement du jour et les mouvements qui le composent, et cela même si l’équivalent du terme en français est disponible. Aussi, n’importe quel débutant en crossfit peut faire l’expérience de ce que Dauzat [1909] appelait l’anglomanie du sport, et il n’est pas rare d’entendre les pratiquants plaisanter en soulignant que la maîtrise de l’anglais est un prérequis sportif. C’est ce dont témoigne aussi la grande majorité de nos répondants quand il s’agit de donner leur sentiment sur le degré d’appropriation du vocabulaire crossfit :

Figure 1. Appropriation du vocabulaire crossfit par les répondants à l’enquête

  • 11 D’ailleurs, l’examen écrit pour la certification CrossFit® se déroule exclusivement en français, et (...)

16La connaissance de la terminologie sportive est cruciale pour le bon déroulement de la séance du jour (voir Image 1 ci-dessous : la séance est inscrite au tableau de la salle de sport pour que les pratiquants puissent s’y référer à n’importe quel moment), et même si un entrainement sportif n’a pas pour objectif premier l’acquisition d’un vocabulaire11, il s’agit d’une situation énonciative caractérisée par un lien très fort entre praxéologie et vocabulaire et qui passe nécessairement par la compréhension des mouvements le constituant.

Image 1. Séance du jour (wod) inscrite au tableau blanc de la salle Crossfit-Strasbourg®

Image 1. Séance du jour (wod) inscrite au tableau blanc de la salle Crossfit-Strasbourg®

3. Enquêter sur les noms de mouvements sportifs : méthodologie et données

3.1. L’enquête : constitution & objectifs

  • 12 L’intégralité de l’enquête est construite autour de trois problématiques : une partie, centrée sur (...)

17Les analyses présentées dans la Section 4 sont fondées sur les résultats obtenus dans le cadre d’une enquête que nous avons menée en 2022. Elle a été diffusée en ligne pendant une semaine via les réseaux sociaux et professionnels du crossfit et s’adresse à un public francophone. Afin d’apporter quelques éléments de réponse aux problématiques soulevées supra, nous exploitons une partie des réponses de la partie lexicale de ce sondage12, à laquelle 214 personnes ont participé.

3.1.1. Le profil des répondants

18La quasi-totalité des personnes qui ont répondu, dont 58% sont des femmes, sont de langue maternelle française (moins de 7% sont bilingues de naissance). Plus de 85% ont une formation supérieure et parlent anglais (voir Figure 2).

Figure 2. Niveau d’anglais des répondants (T=214)

Figure 2. Niveau d’anglais des répondants (T=214)

19La Figure 3 donne un aperçu du profil des répondants selon leur ancienneté dans la pratique (pour la moitié, ce sont des personnes avec 2 à 5 ans de pratique) à raison d’environ 3 séances par semaine (voir Figure 4).

Figure 3. Ancienneté dans la pratique de crossfit

Figure 3. Ancienneté dans la pratique de crossfit

Figure 4. Nombre de séances de crossfit par semaine

Figure 4. Nombre de séances de crossfit par semaine

20Concernant leur passé sportif, 8% viennent du sport du haut niveau, 14% disent avoir été inactif·ve·s, 16% n’ont jamais fait de sport et 62% ont pratiqué un sport-loisir. Dans l’ensemble, on peut dire que la très grande majorité de nos répondants ont un niveau de crossfit intermédiaire.

3.1.2. Choix des lexèmes

  • 13 C’est-à-dire comme un mot anglais employé en français, un « emprunt abusif ou inutile » (explicatio (...)
  • 14 Il s’agit d’une annotation sémantique qui permet de mettre en évidence les patrons de structuration (...)

21Notre échantillon d’étude comporte neuf termes de mouvements présentés de façon synthétique dans le tableau suivant où, pour chaque terme anglais, nous faisons figurer l’équivalent en français (seul squat a pour équivalent français flexion des jambes et est enregistré comme un anglicisme13 par le Grand Robert Électronique) ainsi qu’une caractérisation morphologique et sémantique14 :

Tableau 1. Caractéristiques de l’échantillon de Tmvt

Anglais

Français

Terme

Morphologie

Str. Sém.

Terme

Morphologie

Str. Sém.

1

Squat

Terme simple

MVT

Flexion des jambes

Squat

Polylexème

Terme simple

MVT + NPC

MVT

2

Snatch

Terme simple

MVT

Arraché

Terme simple

MVT

3

Pull-up

Terme composé

MVT

Traction

Terme simple

MVT

4

Deadlift

Terme composé

MVT

Soulevé de terre

Terme composé

MVT

5

Bench press

Polylexème

MAT+MVT

Développé couché

Polylexème

MVT+MOD

6

Strict press

Polylexème

MOD+MVT

Développé épaules

Développé militaire

Polylexème

Polylexème

MVT+NPC

MVT+MOD

7

Push press

Polylexème

POSD+MVT

Développé avec élan

Polylexème

MVT+POSD

8

Push jerk

Polylexème

POSD+MVT

Jeté avec élan

Polylexème

MVT+POSD

9

Split jerk

Polylexème

POSA+MVT

Jeté fente

Polylexème

MVT+POSA

  • 15 Le squat, le deadlift (soulevé de terre) et le bench press (développé couché) sont les trois mouvem (...)

22Le choix des lexèmes est doublement motivé. Tout d’abord, du point de vue extralinguistique, ils dénotent des mouvements fondamentaux de la préparation physique (squat, deadlift, bench press, pull-up), mouvements dits « semi-techniques » (push press, push jerk, split jerk) nécessaires à l’apprentissage des mouvements complexes d’haltérophilie (snatch, jerk), tous très fréquents dans les séances de crossfit. L’échantillon couvre des mouvements fondamentaux, saillants sur le plan de la perception visuelle (par opposition aux mouvements isométriques ou de posture) et jouissant d’une certaine popularité, voire d’une notoriété dans le monde du sport15.

23Puis, sur le plan linguistique, notre échantillon comporte des unités hétérogènes aussi bien sur le plan formel que sémantique. Une rapide comparaison entre les termes anglais et français met en évidence la présence des éléments suivants :

  • des anglicismes très bien intégrés en français, du moins dans le domaine du sport (squat, bench (press), pull-up) ainsi que des termes avec un plus grand degré de technicité (push press, push jerk) ;

  • des termes simples et/ou complexes dans les deux langues (squat/flexion des jambes, pull-up/traction, deadlift/soulevé de terre, push jerk/jeté avec élan) ;

  • des termes anglais dont la traduction nécessite la connaissance des mécanismes métaphoriques à l’œuvre (strict press n’a pas pour équivalent linguistique un « développé strict », mais un développé militaire) ;

  • des termes dont la traduction est régulière : push en combinaison avec un autre Tmvt désigne systématiquement une modalité d’exécution de ce mouvement (MOD) et se traduit en français par « avec élan » ;

  • des termes anglais dont les signifiés sont pris en charge par un terme polysémique en français : dans le cas de split jerk, split indique la position de réception en fin du mouvement, qui est une fente (le terme anglais pour dire fente est lunge, et il n’existe pas de mouvement *split lunge). En français, fente désigne aussi bien un nom de mouvement spécifique qu’une position des pieds, comme c’est le cas de jeté fente (il ne s’agit donc pas de faire un mouvement de jeté suivi d’un mouvement de fente, mais bien de faire un jeté qui se termine en position de fente).

3.1.3. Passation de l’enquête et pré-traitement des résultats

24La partie lexicale de notre enquête comporte les deux questions suivantes :

    • 16 Nous avons exclu le snatch et le pull-up non seulement pour ne pas alourdir davantage le sondage, m (...)

    « Est-ce que vous connaissez l’équivalent français du mouvement suivant ? »
    Une liste fermée de réponses est proposée pour certains16 termes de l’échantillon :
    [oui / non / pas sûr·e / je ne connais pas ce mouvement]

  • « Veuillez bien indiquer, pour chaque mouvement de la liste suivante, son équivalent français »
    La réponse est formulée en texte libre.

25Dans le cadre de cet article ne seront présentées que les réponses à la seconde question, mais notons que, d’une part, un petit nombre des interrogés disent ne pas connaître les termes français (moyenne de 6%), et que d’autre part, selon l’auto-évaluation des répondants, le terme qui pose le moins de difficultés est le deadlift (soulevé de terre), mouvement très populaire permettant de lever la charge la plus lourde.

26Les réponses à la deuxième question – la traduction de chaque Tmvt – ont bénéficié du pré-traitement suivant. La Figure 5 représente, pour un total de 1926 réponses, la proportion entre celles qui sont correctes (=OK) et celles que nous avons jugées erronées, pour chaque terme (=KO).

Figure 5. Proportion de traductions valides et erronées des Tmvt

Figure 5. Proportion de traductions valides et erronées des Tmvt

27Parmi les réponses erronées, nous avons distingué les cas de figures suivants, voir Figure 6 ci-dessous :

  • en rouge, les réponses erronées = FAUX ;

  • en violet, une réponse pertinente sur le plan référentiel mais pas sur le plan lexical (par exemple répondre par une description de ce qu’est un squat, au lieu de traduire le terme en français) = NA (réponse non adéquate sur le plan linguistique) ;

  • en gris, le répondant indique ne pas connaître la traduction en français = KO.

Figure 6. Trois types de réponses erronées

Figure 6. Trois types de réponses erronées

28En éliminant les réponses KO, nous obtenons les données ci-dessous (Figure 7). D’emblée, on note l’absence de réponse incorrecte pour le lexème squat, ce qui veut dire que l’ensemble des répondants qui ne donnent pas le terme approprié ont une connaissance du référent, qu’ils essaient de décrire d’une façon ou d’une autre (voir Section 4.). Puis, il est possible de faire deux regroupements selon la proportion de réponses inadéquates données : un premier groupe réunit push jerk, push press, split jerk et strict press et le second est formé par bench press, snatch, deadlift et pull-up.

Figure 7. Proportion de traductions erronées (Faux) vs inadéquates / approximatives (NA)

Figure 7. Proportion de traductions erronées (Faux) vs inadéquates / approximatives (NA)

29La section suivante sera consacrée à l’analyse de ces données, où nous prêterons une attention particulière à l’ensemble des réponses NA, qui témoignent d’une connaissance conceptuelle mais non lexicale.

4. Résultats et discussion

4.1. CAS 1 : squat / snatch

30Le premier cas de figure est illustré par les deux termes simples en anglais dans notre échantillon : le squat (fr. flexion des jambes) et le snatch (fr. l’arraché).

Figure 8. Traductions de squat et snatch

Figure 8. Traductions de squat et snatch

Squat

Terme simple

MVT

Flexion des jambes

Squat

Polylexème

Terme simple

MVT + NPC

MVT

Snatch

Terme simple

MVT

Arraché

Terme simple

MVT

31L’absence de traductions valides pour squat est remarquable : c’est le seul item pour lequel soit l’équivalent français n’est pas connu, soit la réponse donnée est jugée inadéquate (il est important de souligner que nous avons comptabilisé les réponses par l’anglicisme squat (9,5%) dans la catégorie NA). Par ailleurs, la catégorie NA couvre différentes réalités pour chacun des termes : alors que pour le snatch, il s’agit essentiellement de proposer une description du mouvement à faire, pour le squat, les répondants indiquent des éléments lexicaux :

32Snatch (NA= 2,5%)
- description conceptuelle (2,5%)

  • 17 Tous les exemples qui vont suivre sont reproduits tels quels.

arraché du sol direct au dessus de la tête bras tendu ! c’est long hein 😂 [sic]17

Prendre une charge et la levé [sic] au-dessus de la tête bras tendus en un seul mouvement

Amener la barre au dessus [sic] de la tête en un seul mouvement

33Squat (NA = 53%)
- nom d’action (31%) : accroupissement, flexion
dont 8% : flexion + MOD (flexion complète, flexion des genoux)
- squat (9,5%)
- transposition :
participe passé (7%) : accroupi, plié ;
verbe (6%) : (s)’accroupir, s’asseoir, se baisser
- description conceptuelle (5%) :
flexion membres inférieurs jusqu’à l’angle droit au niveau du genou

34Outre le fait que squat a le statut d’anglicisme (voir note 13), on peut expliquer cette différence de traitement pour les deux Tmvt par le caractère complexe du mouvement d’arraché qui peut être décomposé en plusieurs phases d’exécution qui constituent autant de mouvements à part entière. De ce fait, il est impossible de le « réduire » à un seul lexème (comme c’est le cas du squat = plié, s’accroupir).

4.2. CAS 2 : deadlift / pull-up

35En comparaison avec les termes simples, la situation avec les deux termes composés de notre échantillon – pull-up/traction et deadlift/soulevé de terre – est bien différente.

Figure 9. Traductions de pull-up et deadlift

Figure 9. Traductions de pull-up et deadlift

Pull-up

Terme composé

MVT

Traction

Terme simple

MVT

Deadlift

Terme composé

MVT

Soulevé de terre

Terme composé

MVT

36Premièrement, notons que les traductions incorrectes de pull-up comportent exclusivement des réponses erronées (confusion conceptuelle), et qu’aucune des réponses ne mobilise des tactiques de traduction telles que la reformulation ou l’expansion, qui visent à expliciter le sens (contrairement à ce que l’on vient de voir plus haut avec squat). Nous ne nous aventurons pas à expliquer pourquoi les répondants ne tentent pas des traductions en français, mais nous notons néanmoins que les moyens ne manquent pas : on peut facilement imaginer (se) tirer vers le haut, se tracter, se hisser au-dessous d’une barre, etc.

  • 18 Pour cette réponse, au vu de la qualité des éléments d’exécution technique, il n’y a aucun doute qu (...)

37Au contraire, pour le deadlift, 1,5% des répondants décrivent le bon mouvement au lieu de traduire le terme en français (remarquons que la réponse donnée en (1) est une suite d’instructions nécessaires pour l’exécution d’un soulevé de terre18) :

(1) Barre au sol, antéflexion du tronc pour attraper la barre, effectuer une extension de hanche pour lever la barre

(2) Levé une charge du sol à la taille fin de mouvement jambes et bras tendu

38Force est de constater que les deux termes composés de notre échantillon sont ceux pour lesquels nous avons enregistré le plus grand taux de réponses correctes (respectivement 89% avec traction et 85,5% avec soulevé de terre). Cette observation n’est pas très surprenante dans la mesure où les composés se caractérisent par une opacité sémantique qui demande un apprentissage et traduction « en bloc ».

4.3. CAS 3 : bench press / strict press / push press / push jerk / split jerk

39Il en va tout autrement pour le troisième cas de figure dans lequel sont regroupés des dénominations polylexicales : bench press, strict press, push press, push jerk et split jerk. Le tableau et la figure suivante rappellent la synthèse (voir Tableau 1) de leurs propriétés morphosémantiques et la proportion des traductions erronées ou inadéquates :

Figure 10. Traductions de bench press, strict press, split jerk, push press et push jerk

Figure 10. Traductions de bench press, strict press, split jerk, push press et push jerk

Bench press

Polylexème

MAT+MVT

Développé couché

Polylexème

MVT+MOD

Strict press

Polylexème

MOD+MVT

Développé épaules

Développé militaire

Polylexème

Polylexème

MVT+NPC

MVT+MOD méta

Push press

Polylexème

POSD+MVT

Développé avec élan

Polylexème

MVT+POSD

Push jerk

Polylexème

POSD+MVT

Jeté avec élan

Polylexème

MVT+POSD

Split jerk

Polylexème

POSA+MVT

Jeté fente

Polylexème

MVT+POSA

  • 19 La moyenne des réponses erronées est de 18,8% contre 2,25% pour le CAS-1 et 4,75% pour le CAS-2.

40Comme on le voit très clairement sur la Figure 10, cet ensemble d’unités polylexicales présente à la fois un taux de réussite moindre en ce qui concerne les termes français19 et une plus grande proportion de réponses approximatives ou inadéquates (moyenne de 12,5%). Le CAS-3 sera examiné en deux temps : d’abord strict press, push press et push jerk et, ensuite, strict press et bench press.

  • 20 Comme on va le voir, la précision qu’il s’agit d’une action lors de la phase finale du mouvement (a (...)

41Concernant le premier sous-groupe, et pour pouvoir apprécier les données quantitatives supra, il faut savoir que sur le plan référentiel, les deux lexèmes-bases – le press (fr. développé) et le jerk (fr. jeté) – dénotent le même mouvement qui consiste à amener un poids (haltère ou barre) au-dessus de la tête. Un seul détail permet de les différencier : contrairement au développé, le jeté implique une action motrice des jambes en fin de mouvement20. Autrement dit, si on souhaite amener un poids au-dessus de sa tête, il existe trois possibilités (les QR codes peuvent être utilisés pour visualiser une démonstration du mouvement,) :

  • le faire à la force seule de ses bras et épaules : c’est le développé épaules ou développé militaire (angl. (strict) press) ;

  • le faire en s’aidant d’une impulsion des jambes, le mouvement se terminant avec les jambes tendues : c’est le développé avec élan (ang. push press) ;

  • le faire en s’aidant d’une impulsion des jambes, le mouvement se terminant également sur des jambes fléchies (ang. push jerk)

42On comprend que le collocatif push (avec élan en français) apporte une précision sur l’action des jambes au début d’un mouvement exécuté par les membres supérieurs (dans notre tableau POSD = position de départ). Regardons de plus près les réponses suivantes, où nous soulignons les éléments discursifs qui correspondent respectivement à la base lexicale (en gras) ou au collocatif (en italiques) :

(3) Strict press
a) Levé la barre avec les bras sans l’aide du corps
b) Amener la barre des épaules au dessus de la tête sans s’aider des jambes
c) Passage de la barre des épaule au dessus de la tête en force
d) Poussez sans élan/sans aide des jambes/flexion
e) En position epaulé monter la barre au-dessus de la tête sans impulsion

(4) Push press
a) Développé épaule avec flexion jambe
b) Comme le strict press mais en s’aidant des jambes pour monter la charge au-dessus de la tête
c) Mettre la barre au dessus de la tête en s’aidant d’une légère flexion des jambes
d) Passage de la barre au dessus de la tête depuis les épaules avec un élan
e) Développé épaules avec flexion des jambes au départ

(5) Push jerk
a) Poids sur l’épaule on tente le bras au dessus de la tête avec flexion de jambes
b) Envoi de la barre au dessus de la tête avec une forte impulsion des jambes
c) Développé épaules avec 1/4 flexion jambes

43Il en ressort que les pratiquants de crossfit opposent clairement le strict press au push press grâce aux collocatifs (strict = « sans aide des jambes » / push = « avec aide des jambes ») d’une part, et qu’ils ne font pas vraiment la différence entre un push press et un push jerk d’autre part. Comme nous l’avons dit plus haut, le développé et le jeté ont ceci en commun : dénoter un mouvement consistant à amener une charge au-dessus de la tête à la force de ses bras/épaules en s’aidant d’une impulsion des jambes (c’est le sens du collocatif push « avec élan/impulsion »), le push press (développé) se terminant les jambes tendues, mais pas le push jerk (jeté). La différence entre ces deux termes, évidente pour l’expert, l’est beaucoup moins pour le pratiquant néophyte. La consultation des dictionnaires ou les bases de données terminologiques ne lui seront pas d’une grande aide à en juger par exemple les entrées dans Termium®PLUS.

Tableau 2. Entrées jeté et développé dans Termium®PLUS

Entrée

Domaine(s)

Définition

Jeté

Haltérophilie

Pour le jeté, l’athlète fléchit les jambes et effectue une poussée simultanément avec ces dernières et avec les bras afin d’amener la barre à bout de bras, tendus verticalement au-dessus de la tête. 

Développé

Haltérophilie

Mouvement d’haltérophilie à un ou à deux bras par lequel la barre est épaulée puis poussée (développée) à bout de bras, au-dessus de la tête, sans élan des jambes.

  • 21 Alors qu’il est par ailleurs impossible d’exécuter un *strict jerk.

44La différence entre les deux termes tient à la présence ou absence de la composante sémantique « avec élan/aide des jambes » en début de mouvement (action simultanée des jambes et des bras pour monter la charge). Par conséquent, on comprend mieux la difficulté pour le pratiquant néophyte d’intégrer le push jerk dans un réseau conceptuel déjà construit, où le collocatif push est identifié comme étant porteur du trait « avec élan/aide des jambes ». Il en résulte une catégorisation erronée de push jerk comme un synonyme de push press21 qui, à son tour, peut expliquer les difficultés des répondants à trouver une traduction en français (respectivement NA push jerk = 21,5%, push press = 12% et strict press = 15,5%). Toutefois, ajoutons qu’il est possible que le taux élevé de NA pour strict press soit dû à la présence d’une synonymie terminologique en français où le polylexème développé militaire est le résultat d’un procédé métaphorique sémantiquement opaque et nécessitant un apprentissage en tant que tel.

45Dans le second sous-groupe (split jerk et bench press) les collocatifs bench et split sont porteurs d’indices sémantiques sur le matériel nécessaire à l’exécution du mouvement (bench press, littéralement développé (couché) sur le banc) ou sur la position d’arrivée du mouvement (POSA) : le split renvoie à une « réception de fente » (split = litt. « jambes fendues » ou en position en fente). Encore une fois, même si le terme exact en français n’est pas connu a priori, on repère aisément ces composantes sémantiques centrales dans les réponses NA. Voici quelques exemples :

(6) Bench press
a) Presse sur un banc
b) Couché sur le dos, barre dans les mains flexion/extension de bras pour travailler les pecs
c) Soulevé de charges sur banc
d) Soulevé depuis le banc
e) Travail de presse sur banc

(7) Split jerk
a) Jeté jambe ecarté
b) Jeté décalé
c) Jeté arrivée pieds décalés
d) Jeté pieds écartés
e) Jeté jambe avant et arrière

  • 22 V. transitive. To cause to move in a particular direction, or into a certain position, by pressure (...)

46La série (6) montre que, pour ceux qui ne connaissent pas le terme français (développé), la difficulté vient surtout de la recherche de signification de press (Vtr.)22, le collocatif banc étant traduit par les compléments du nom. Un cas de figure intéressant est illustré par les exemples (6c) et (6d) où, vraisemblablement, les locuteurs ont isolé soulevé de soulevé de terre (alors qu’il s’agit d’un nom composé) pour l’utiliser comme base d’une collocation (soulevé de charges, soulevé depuis le banc), et cela même si on obtient une dénomination sémantiquement très éloignée et référentiellement fausse (il ne s’agit pas de « soulever » des charges). Un second cas de figure implique des gloses explicatives sur l’exécution du mouvement (6b). Enfin, et c’est ce qui est nouveau par rapport à ce que nous avons vu jusqu’à présent, les participants font appel au calque pour traduire la base press en effectuant une transposition du verbe anglais en un nom qui n’existe pas dans la terminologie française (travail de presse ou presse sur banc).

47Pour le dernier exemple (7), seul le collocatif split (adj.) mobilise différentes tactiques de traduction, l’équivalent terminologique de la base étant clairement identifié. Sans connaissance du terme français (jeté fente), la tentative de traduction passe nécessairement par une reformulation accompagnée d’une transposition grammaticale où l’on essaye de préserver le concept de façon plus ou moins précise (voir (7c) où il est spécifié qu’il s’agit d’une position d’arrivée avec les pieds décalés).

  • 23 Un ordre syntagmatique inversé par rapport à l’anglais (par exemple jeté fente [mouvement / positio (...)

48Enfin, un dernier point qui doit être souligné concerne le respect de la structuration syntagmatique des collocations. L’ensemble des réponses sont conformes au patron syntaxico-sémantique de construction des dénominations des mouvements, qui se caractérise par (i) l’absence de détermination des composants (presse sur banc, arrivée pieds décalés), (ii) l’utilisation privilégiée des participes passés substantivés (jeté, soulevé, arrivée) ainsi que (iii) l’ordre des composants sémantiques en français23.

Conclusions provisoires

  • 24 On pense au manque d’un contrôle du processus d’enquête à distance de la part du chercheur, à l’abs (...)

49Au terme de cette étude, et malgré les faiblesses intrinsèques à ce type de démarche d’investigation24, nous espérons avoir montré que même si, en travaillant sur les termes, il est d’usage de subordonner la logique des dénominations à une logique de connaissances du domaine spécialisé, la catégorisation linguistique des unités linguistiques est une étape essentielle vers leur compréhension et apprentissage. Le lexique est un point d’entrée dans la construction de la carte conceptuelle du domaine spécialisé et les nombreuses tentatives de traductions approximatives ou inadéquates que nous avons observées ont montré que, dans l’ensemble :

  • les pratiquants reconnaissent plus aisément les mouvements dont la désignation se fait par des termes simples / composés ;

  • l’accès au concept désigné par un Tmvt anglais mobilise les connaissances linguistiques des locuteurs dans cette langue (autrement dit, l’entrée et l’appropriation du domaine spécialisé par le néophyte ne se fait pas uniquement par la pratique du mouvement en question) ;

  • en absence de connaissances des Tmvt français équivalents, les réponses données témoignent de la mobilisation de compétences linguistiques diverses qui relèvent aussi bien du fonctionnement général de la langue (respect de la formation morphologique, de l’ordre syntagmatique et des choix lexicaux) que de ce qui apparaît comme une spécificité de la langue du sport (dénominations polylexicales qui obéissent à des patrons syntaxico-sémantiques particuliers ; transposition respectant les catégories grammaticales pertinentes, cf. l’emploi des participes substantivés, etc.).

50Dans la mesure où les erreurs de traduction par les non-experts ne résultent pas d’une mauvaise restitution des connaissances (elles ne sont pas le produit d’une recherche documentaire infructueuse ou de sources terminologiques peu fiables), les différentes tactiques de traduction (le calque, la transposition, la traduction littérale, la description) fournissent des indices linguistiques sur l’organisation du réseau conceptuel et la délimitation référentielle de chaque unité lexicale (Sager [1990 : 19]). Nous l’avons observé avec les termes polylexicaux où le locuteur catégorise chaque unité lexicale aussi bien sur le plan grammatical – en faisant les transpositions grammaticales nécessaires – que syntaxico-sémantique (tentatives d’identification de ce qui tient lieu d’une base, des collocatifs et de la nature des liens sémantiques sous-jacents). Les investigations futures, notamment sur un échantillon plus important de Tmvt simples (crunch, run) et de Tmvt composés (DU, wall-walk, lunge-to-squat), qui nécessitent de la part des locuteurs une réflexion linguistique tout autre que celle déployée sur des dénominations polylexicales, devraient compléter et affiner les observations exposées ici.

Top of page

Bibliography

Aleksandrova Angelina, 2023, « Dénominations polylexicales et polysémie : l’exemple des mouvements de fitness fonctionnel », Colloque International En termes de polysémie, Sens et polysémie dans les domaines de spécialité, Vérone – Italie, 25-26 mai 2023.

Croft William & Cruse D. A., 2004, Cognitive linguistics, Cambridge : Cambridge University Press.

Dauzat Albert, 1909, « La langue des sports », Revue de philologie française et de littérature 23, 107‑119.

Depecker Loïc, 2019, Entre signe et concept : Éléments de terminologie générale, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle.

Faber Pamela, 2012, A Cognitive Linguistics View of Terminology and Specialized Language, Berlin : De Gruyter Mouton: https://doi.org/10.1515/9783110277203 [Consulté le 10 août 2023].

Faber Pamela, 2015, « Frames as a framework for terminology », in Kockaert H.J. & Steurs F. (Eds.), Handbook of Terminology: Volume 1, Amsterdam : John Benjamins Publishing Company, 14‑33.

Gile Daniel, 2005, Un modèle séquentiel de la traduction, La traduction. La comprendre, l’apprendre, Paris : Presses Universitaires de France, 101‑135 : https://www.cairn.info/la-traduction-la-comprendre-l-apprendre--9782130525004-p-101.htm [Consulté le 8 mai 2023].

Huteau Michel, 1991, « Organisation catégorielle des objets sociaux, Portée et limites des conceptualisations de E. Rosch », in Dubois D. (Ed.), Sémantique et cognition : catégories, prototypes, typicalité, Paris : CNRS, 71‑89.

Kleiber Georges, 1990, La sémantique du prototype, Paris : PUF.

Kleiber Georges, 1991, « Prototype et prototypes : encore une affaire de famille », Sémantique et cognition : catégories, prototypes et typicalité, Paris : CNRS, 103‑131.

Lakoff George, 1986, « Classifiers as a Reflection of Mind », in Craig C. (Ed.), Noun classes and categorization, Amsterdam : John Benjamins Publishing Company, 13‑53.

Lakoff George, 1987, Women, fire and dangerous things, Chicago : Chicago University Press.

Landry Fernand & Landry Marc, 1991, Sport… the third millennium proceedings of the international symposium, Quebec City, Canada, May 21-25, Sainte-Foy : Presses de l’Université Laval.

Langacker R.W., 1991, Foundations of cognitive grammar, Stanford : Stanford University Press.

Lerat Pierre, 1990, « L’Hypéronymie dans la structuration des terminologies », Langages 98, 79‑86.

L’Homme Marie-Claude, 2018, La terminologie : principes et techniques, Montréal : Presses de l’Université de Montréal.

L’Homme Marie-Claude, 2020, Lexical semantics for terminology, Amsterdam : John Benjamins Publishing Company.

Maurais Jacques, 1993, « Terminology and Language Planning », in Sonneveld H.B. & Loening K.L. (Eds.), Terminology. Applications in interdisciplinary communication, Amsterdam : John Benjamins Publishing Company, 111‑127.

Mervis Carolyn B. & Rosch Eleanor, 1981, « Categorization of natural objects », Annual Review of Psychology 32, 89‑115.

Petiot Georges, 1990, Dictionnaire de la langue des sports, Paris : Le Robert.

Putnam Hillary, 1975, « Is semantics possible? », in Putnam H. (Ed.), Mind, Language and Reality, Cambridge : Cambridge University Press, 139‑152.

Quirion Jean, 2014, « La mesure de la variation terminologique comme indice de l’évolution des connaissances dans un environnement bilingue », in Temmerman R. & Van Campenhoudt M. (Eds.), Dynamics and terminology, Amsterdam : John Benjamins Publishing Company, 281‑302.

Rastier François, 1991, Sémantique et recherches cognitives, Paris : PUF.

Rosch Eleanor, 1975a, « Cognitive reference points », Cognitive Psychology 7, 532‑547.

Rosch Eleanor, 1975b, « Cognitive representations of semantic categories », Journal of experimental psychology 3, 192‑233.

Rosch Eleanor & Mervis Carolyn B. 1975, « Family resemblances: studies in the internal structure of categories », Cognitive Psychology 5, 573‑605.

Sager Juan C., 1990, A practical course in terminology processing, Amsterdam : John Benjamins Publishing Company.

Temmerman Rita, 2000, Une théorie réaliste de la terminologie : le sociocognitivisme : https://api.semanticscholar.org/CorpusID:172990224.

Thelen Marcel & Steurs Frieda, 2010, Terminology in Everyday Life, Amstedam : John Benjamins Publishing Company.

Thoiron Philippe & Béjoint Henri, 2010, « La terminologie, une question de termes ? », Meta : journal des traducteurs / Meta: Translators’ Journal 1, 105‑118 : https://www.erudit.org/fr/revues/meta/2010-v55-n1-meta3696/039605ar/ [Consulté le 15 mars 2023].

Vandaele Sylvie & Lubin Leslie, 2005, « Approche cognitive de la traduction dans les langues de spécialité : vers une systématisation de la description de la conceptualisation métaphorique », Meta : journal des traducteurs / Meta: Translators’ Journal 2, 415‑431 : https://www.erudit.org/fr/revues/meta/2005-v50-n2-meta881/010991ar/ [Consulté le : 11 juillet 2023].

Vanhoudheusden Romain, 2018, « Étude parallèle de deux terminologies spécialisées dans le sport », Terminologie & Ontologie : théories et applications, TOTh2012, Chambéry, 141‑163.

Wierzbicka Anna, 1985, Lexicography and conceptual analysis, Ann Arbor : Karoma.

Wierzbicka Anna, 1996, Semantics: Primes and Universals, Oxford : Oxford University Press.

OED : Oxford English Dictionary : https://www-oed-com

Termium®PLUS : https://www.btb.termiumplus.gc.ca/

Top of page

Notes

1 Voir parmi tant d’autres Kleiber [1991 ; 1990], Rastier [1991], Rosch [1975a ; 1975b], Rosch & Mervis [1975], Huteau [1991], Putnam [1975], Croft & Cruse [2004], Mervis & Rosch [1981], Langacker [1991], Lakoff [1986, 1987].

2 C’est du moins l’idéal poursuivi dans la version classique de la théorie générale de la terminologie (GTT). De façon analogue aux travaux en linguistique, la terminologie connaît des changements profonds avec l’accès, entre autres, aux corpus spécialisés, corpus multilingues, nouvelles méthodologies pour l’élaboration des ontologies de connaissances, etc. (Thoiron & Béjoint [2010], L’Homme [2018 ; 2020]) et qui montrent, entre autres, que les langues spécialisées ne sont pas exemptes de variation sémantique.

3 Comme nous le verrons plus loin, en l’absence de connaissances expertes, les locuteurs cherchent avant tout à établir une correspondance et non pas à fournir une équivalence des dénominations entre L1 et L2.

4 En donner un aperçu nous éloignera beaucoup trop loin de notre propos ici, voir par exemple Depecker [2019].

5 En devenant ainsi le vrai défi de modélisation.

6 Sans oublier les différences d’objectifs : la terminologie ayant pour but la création, la standardisation et le contrôle des systèmes terminologiques structurées qui capturent avec précision les concepts spécialisés d’un domaine.

7 On peut par exemple apprécier l’importance et la place qu’occupe un lexique spécialisé au nombre de locutions qui pénètrent l’usage quotidien (Petiot [1990]) : au tapis (judo), atteindre le point de non-retour (aviation), faire faux bond, renvoyer la balle (tennis), faire cavalier seul, cravacher (équitation), avoir une puissance de frappe, encaisser un coup (boxe), rester sur la touche (football), dans la foulée (course à pied), partir gagnant, le revers de la médaille, être champion, etc.

8 Sans pouvoir développer ici, nous pensons qu’il est nécessaire de nuancer le propos de ces auteurs : ce qui paraît universel c’est l’activité ludique, le jeu.

9 Sous dynamique terminologique il faut entendre l’« ensemble des forces orientées vers la transformation du lexique spécialisé » (Quirion [2014 : 281]) et dont la mutation est l’objet de la terminométrie. Notons que, l’apparition de nouvelles disciplines sportives n’est pas nécessairement accompagnée par une création lexicale, le vocabulaire sportif étant très polyvalent (c’est-à-dire commun à plusieurs sports, par exemple point, but, ligne, flexion, etc., Petiot [1990]).

10 Crossfit® est le nom d’une entreprise qui est actuellement le leader mondial dans l’industrie privée du sport (la France occupe la deuxième place par le nombre d’adhérents et de salles de sport affiliées après les États-Unis). Depuis 2011, année de la première box (salle de CrossFit), la pratique ne cesse de gagner en popularité. Dans l’usage courant, crossfit désigne une méthode d’entraînement sportif et fonctionne comme n’importe quel autre nom d’activité donnant lieu à des dérivés agentifs : faire du crossfit, compétition de crossfit, être un crossfiteur/crossfiteuse, etc.

11 D’ailleurs, l’examen écrit pour la certification CrossFit® se déroule exclusivement en français, et même si dans les faits l’anglais est prédominant, il n’y a pas de formation, ni d’exigence concernant sa maîtrise. Précisons que, contrairement à d’autres pays, un coach de crossfit en France doit être détenteur d’un diplôme d’état (BPJEPS, Licence STAPS, etc.).

12 L’intégralité de l’enquête est construite autour de trois problématiques : une partie, centrée sur le lexique, porte sur les dénominations des mouvements de crossfit et deux autres parties portent, respectivement, sur les aspects perlocutoires et planificateurs d’une séance d’entraînement.

13 C’est-à-dire comme un mot anglais employé en français, un « emprunt abusif ou inutile » (explication de la marque lexicographique anglic. dans le GRE).

14 Il s’agit d’une annotation sémantique qui permet de mettre en évidence les patrons de structuration sémantique des unités polylexicales (Aleksandrova [2023]). Les tags utilisés sont : MVT = « mouvement », NPC = « nom de partie du corps », MAT = « matériel », MOD = « modalité d’exécution », POSD = « position de départ », POSA = « position d’arrivée ».

15 Le squat, le deadlift (soulevé de terre) et le bench press (développé couché) sont les trois mouvements d’une discipline à part entière consacrée au développement de la force – le powerlifting. L’arraché et le jerk sont des mouvements olympiques d’haltérophilie.

16 Nous avons exclu le snatch et le pull-up non seulement pour ne pas alourdir davantage le sondage, mais aussi parce que ce sont des termes qui n’ont pas de lien formel avec le reste de l’échantillon et ne dénotent pas des mouvements qui en composent d’autres.

17 Tous les exemples qui vont suivre sont reproduits tels quels.

18 Pour cette réponse, au vu de la qualité des éléments d’exécution technique, il n’y a aucun doute que la personne en question a une bonne connaissance terminologique également.

19 La moyenne des réponses erronées est de 18,8% contre 2,25% pour le CAS-1 et 4,75% pour le CAS-2.

20 Comme on va le voir, la précision qu’il s’agit d’une action lors de la phase finale du mouvement (appelé encore réception) est fondamentale et pourtant souvent omise, même par des dictionnaires d’une rigueur remarquable par ailleurs (cf. les entrées développé et jeté du Dictionnaire de la langue des sports (Petiot [1990])).

21 Alors qu’il est par ailleurs impossible d’exécuter un *strict jerk.

22 V. transitive. To cause to move in a particular direction, or into a certain position, by pressure of contact; to push, drive, or thrust down, forward, into, etc. (OED)

23 Un ordre syntagmatique inversé par rapport à l’anglais (par exemple jeté fente [mouvement / position d’arrivée] vs split jerk [position d’arrivée / mouvement].

24 On pense au manque d’un contrôle du processus d’enquête à distance de la part du chercheur, à l’absence préalable d’un test du niveau des compétences des répondants ou, plus généralement, au défi technologique ou linguistique qu’une enquête lexicale en ligne peut représenter pour certaines personnes.

Top of page

List of illustrations

URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-1.png
File image/png, 50k
Title Image 1. Séance du jour (wod) inscrite au tableau blanc de la salle Crossfit-Strasbourg®
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-2.png
File image/png, 557k
Title Figure 2. Niveau d’anglais des répondants (T=214)
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-3.png
File image/png, 31k
Title Figure 3. Ancienneté dans la pratique de crossfit
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-4.png
File image/png, 54k
Title Figure 4. Nombre de séances de crossfit par semaine
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-5.png
File image/png, 37k
Title Figure 5. Proportion de traductions valides et erronées des Tmvt
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-6.png
File image/png, 27k
Title Figure 6. Trois types de réponses erronées
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-7.png
File image/png, 25k
Title Figure 7. Proportion de traductions erronées (Faux) vs inadéquates / approximatives (NA)
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-8.png
File image/png, 22k
Title Figure 8. Traductions de squat et snatch
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-9.png
File image/png, 9.7k
Title Figure 9. Traductions de pull-up et deadlift
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-10.png
File image/png, 8.9k
Title Figure 10. Traductions de bench press, strict press, split jerk, push press et push jerk
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-11.png
File image/png, 21k
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-12.png
File image/png, 1.6k
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-13.png
File image/png, 1.1k
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7366/img-14.png
File image/png, 1.1k
Top of page

References

Electronic reference

Angelina Aleksandrova, “Catégorisation et vocabulaire spécialisé : enquête sur les dénominations de mouvements sportifs”Lexis [Online], 22 | 2023, Online since 29 December 2023, connection on 25 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/lexis/7366; DOI: https://doi.org/10.4000/lexis.7366

Top of page

About the author

Angelina Aleksandrova

Université Paris Cité - EDA 4071, France
angelina.aleksandrova@parisdescartes.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search