Skip to navigation – Site map

HomeIssues22PapersComment ne pas être très intrigué...

Papers

Comment ne pas être très intrigué par ce phénomène ? Réexamen de la porosité entre participe passé verbal et adjectival

Vincent Hugou and Mathilde Pinson

Abstracts

In this paper, we reconsider the boundary between verbal and adjectival past participles. The sequence very Xed by (he was very moved by the tone of her voice) seems to be situated halfway between the adjectival end (very) and the verbal end (by) of the spectrum, which raises several questions which traditional approaches cannot always address in a satisfactory manner. The present study lies within the framework of Construction Grammars and is an attempt at solving some of these issues, especially those pertaining to the categorial flexibility of the constituents which instantiate very Xed by. A diachronic perspective, which deals with the development of the construction, suggests that the construction under study has progressively opened to the semantic class that might be called “affectoids”, i.e. affects per se, as well as the processes underlying affects. As a result, it licensed more and more verbal past participles. In line with the coercion principle, this study shows therefore how the construction very Xed by transcends traditional syntactic categories, which cannot always reflect how speakers’ internal grammar works.

Top of page

Full text

Introduction

1Dans de nombreux cas, la catégorisation grammaticale fait débat. Il existe des cas tangents entre deux catégories grammaticales, notamment pour des raisons de changement linguistique ou de flou catégoriel inhérent (entre adverbe et adjectif dans les langues germaniques par exemple). Le cas des participes passés, qui peuvent être soit adjectivaux soit verbaux, est un exemple bien connu de catégorie parfois difficile à démêler.

2Comme nous le rappellerons, la littérature fait état d’indices bien attestés qui permettent de trancher entre participe passé verbal et participe passé adjectival. Que penser cependant quand deux indices a priori contradictoires sont co-présents ? Est-il possible, voire pertinent, de chercher à catégoriser les participes passés dans ces cas particuliers ?

3Après un panorama de la littérature sur la distinction entre participe passé verbal et adjectival et des difficultés que cette distinction soulève (1), nous verrons en quoi une perspective constructionnelle offre d’autres éclairages. Nous nous intéresserons essentiellement à la dimension diachronique et au processus de constructionnalisation de la suite very Xed by en une véritable construction (2), à laquelle est associé un sens stable, indépendamment des Xed instanciés (3).

1. Les données du problème

1.1. Des faits bien connus

1.1.1. Le flou catégoriel

4Les frontières entre les diverses catégories grammaticales d’une langue sont parfois poreuses. Cette porosité est d’ailleurs inhérente au changement linguistique, qui implique des états de transition, intermédiaires entre deux catégorisations.

5Les catégories adjectivale, nominale et verbale n’échappent pas à ces considérations. On pourrait mentionner entre autres le cas des structures à verbe support de type have a drink, où le statut verbal ou nominal de drink pose question. De même, en anglais, comme dans beaucoup d’autres langues (voir Lyons [1977 : 82]), il est difficile de tracer une ligne de partage entre l’adjectif et le nom : le nom a parfois un rôle proche de l’adjectif dans certaines compositions nominales, et il va même parfois jusqu’à devenir un adjectif de plein droit, comme key, average, genius ou encore fun (phénomène appelé debonding par Van Goethem & De Smet [2014]). L’adjectif est aussi suffisamment proche du nom pour se substantiver lorsqu’il est précédé du déterminant the. Le problème se pose également entre l’adjectif et le verbe. Par exemple, dans la tradition transformationnelle, Lakoff [1970 : 115-133] a insisté sur la proximité entre adjectifs et verbes au motif que les adjectifs et les verbes admettent des compléments. Verbes et adjectifs sont alors réunis en une seule catégorie prédicative.

L’intrication des natures verbales et adjectivales du participe, qui « participe » des deux catégories, est un phénomène bien connu (Blevins [2006 : 524]).

1.1.2. Proximité catégorielle entre adjectifs et participes

6Afin de rendre compte des proximités catégorielles entre adjectifs et participes, un continuum d’emplois est souvent invoqué (par exemple Albrespit [2011 : 33-34], De Mattia-Viviès [2019 : 307-308]). Ainsi, à un extrême du gradient verbo-adjectival, l’on trouve d’anciens participes passés devenus de véritables adjectifs que De Mattia-Viviès appelle « adjectifs déverbaux ». D’une lointaine origine verbale, ces adjectifs déverbaux, comme tired ou worried, dénotent un état stable, un acquis. Le processus d’adjectivation est alors abouti. À l’autre extrême du pôle se trouvent des participes passés qui conservent une forte dimension verbale (par exemple, loved). Il existe aussi toute une série de cas intermédiaires, dont ce que l’on appelle communément des participes adjectivaux. Le recours au continuum s’avère également une position séduisante, puisqu’il permet de rendre compte de changements statutaires dans le temps (par exemple, un participe adjectival peut, à terme, basculer complètement dans la classe des adjectifs déverbaux, comme c’est le cas de tired ou worried).

  • 1 Nous nommerons ce suffixe -ed, et non -en, en connaissance de cause, afin de ne pas trancher a prio (...)

7Rien ne permet cependant de distinguer morphologiquement un participe passé verbal d’un participe passé adjectival, voire d’un adjectif déverbal, puisque ces trois types sont formés à l’aide du même suffixe1, à part quelques cas isolés où participe passé verbal et participe passé adjectival ou adjectif déverbal sont morphologiquement différenciés (par exemple shrunk/shrunken, drunk/drunken, opened/open). Du reste, la prononciation du morphème -ed est identique quel que soit le type, exception faite de quelques adjectifs comme beloved, jagged, blessed, naked, etc., mais dont l’origine verbale est parfois discutable (voir infra 1.2.2.). Le critère de la fonction syntaxique n’est pas non plus discriminant, puisque les participes adjectivaux, comme la plupart des adjectifs, peuvent être en fonction épithète (fonction largement définitoire de la classe des adjectifs) ou attribut.

1.1.3. Les tests discriminants

8Seuls des tests proposés dans la littérature (par exemple Quirk et al. [1985 : 413-416], Huddleston & Pullum [2002 : 1436-1440]) permettraient alors de trancher entre participes adjectivaux et participes verbaux. Les participes adjectivaux manifestent les propriétés syntaxiques considérées comme caractéristiques des adjectifs, notamment la modification apportée par certains adverbes de degré, comme very.

(1) I was very moved, because I’ve seen violence in my own family. (COCA, NEWS, 2019)

9On mentionnera aussi la possibilité de combiner le participe passé adjectival avec un verbe attributif comme become, stay, remain et seem.

(2) You became interested in sharks because of the movie “Jaws.” (COCA, SPOK, 2018)

10À l’inverse, la difficulté qu’il y a à utiliser l’adverbe very ou l’un des verbes copules cités précédemment, ainsi que la possibilité d’ajouter un syntagme prépositionnel introduit par la préposition by constituent une preuve d’un participe passé qui a conservé ses caractéristiques verbales. La modification se fait alors en théorie à l’aide de l’adverbe (very) much :

(3) Actually, Vatican II was very much dominated by Europeans and some Latin Americans, but few Asians. (COCA, MAG, 2004)

11En l’absence de tout indice explicite, Quirk et al. [1985 : 415] parlent d’« indétermination ». Dans he was offended, la construction de la phrase peut laisser apparaître deux interprétations différentes et seul le contexte permet de sélectionner ou du moins de favoriser une interprétation plutôt qu’une autre. Albrespit [2011 : 35] rappelle d’ailleurs qu’« un verbe au participe passé n’est jamais totalement l’équivalent d’un adjectif » et qu’« il y a construction d’une stabilité plus ou moins grande dans la stativité ». Le « point de bascule » [2011 : 35] peut être vite franchi en fonction d’éléments cotextuels divers. Ci-après quelques exemples extraits du COCA avec quelques indices soulignés (marqueurs de temps, d’aspect, etc.).

12En (4), l’emploi de at plutôt que by nous oriente vers une interprétation adjectivale de offended :

(4) He was offended at the sex and violence of most novels […]. (COCA, FIC, 2013)

13En (5), la valeur sécante de be+-ing suggère que offended est un processus. De plus, la juxtaposition avec attacked, qui est strictement verbal, confirme cette lecture :

(5) Stop the rhetoric that’s out there where people are being offended, attacked, or whatever the case may be because they’re minorities, they have a different look to them, a different name to them, they practice a different religion. (COCA, SPOK, 2016)

14En (6), c’est l’interprétation verbale qui prévaut également en raison de la présence d’un complément d’agent classique et la possibilité d’inverser la diathèse :

(6) He tried to explain to students why he was offended by the mascot painted on the gym floor. (COCA, SPOK, 2018)

15Que penser cependant quand les deux indices (very et un syntagme prépositionnel en by) sont explicitement co-présents, comme en (7) ?

(7) OK, but a lot of people were very offended by his comments. (COCA, SPOK, 2007)

  • 2 Ce n’est pas la position de Huddleston & Pullum [2002 : 1436], qui considèrent que la phrase he was (...)

On est alors face à une structure construite avec ce qui est perçu comme une forme de complément d’agent, qui est caractéristique de la diathèse passive (la contrepartie active peut d’ailleurs être récupérée) et, dans le même temps, une modification par l’adverbe very de ce qui devrait être perçu comme adjectival. Ce cas de figure pourrait ainsi être qualifié d’« extragrammatical », dans le sens de Fillmore et al. [1988], c’est-à-dire qu’il n’obéit pas aux règles canoniques de la syntaxe. Quirk et al. [1985 : 415] le font même précéder d’un point d’interrogation2. En effet, en combinant deux marqueurs a priori incompatibles, le schéma qui associe very à un syntagme prépositionnel en by dévie du canon syntaxique, qui distingue normalement le comportement des adjectifs de celui des verbes. Cet écart par rapport à la norme lui confère, incidemment, une certaine saillance qui rend la structure plus expressive.

16La co-occurrence d’autres indices ne permet même pas de trancher, puisque les conclusions restent contradictoires. En (8), la coordination avec un adjectif fait pencher la structure vers le pôle adjectival :

(8) I am [very sad] and [very shocked by this awful and terrible crime]. (COCA, SPOK, 1995)

17À l’inverse, comme dit précédemment, la présence de be+-ing suggère une interprétation plus verbale en (9) :

(9) Therefore, I think it’s very misleading to have that on the cover of the book, because a lot of people are taking it for that, and they’re being very disappointed by it. (COCA, SPOK, 1995)

18Il est à noter que la séquence, que nous appellerons désormais par commodité very Xed by, est systématiquement répertoriée dans les ouvrages de grammaire. Les auteurs invoquent essentiellement des évolutions de l’usage, voire des différences registrales ou des variations personnelles (par exemple De Mattia-Viviès [2019 : 343]). On trouve aussi des remarques couchées ici et là dans des ouvrages prescriptivistes (par exemple Fowler [1926 : 690-691]). Cette séquence n’a donc pas vraiment fait, à notre connaissance, l’objet de développements conséquents dans la littérature, bien qu’elle fasse forcément partie des modélisations proposées pour rendre compte de la complexité du passif en anglais, et sous des habillages différents (semi-passive chez Svartvik [1966] et mixed be Ved combinations chez Granger [1983], par exemple). Or, l’étude de la séquence very Xed by est intéressante d’au moins trois points de vue.

1.2. Des questions en suspens

1.2.1. Place de very Xed by sur un continuum 

19Dans la mesure où la séquence very Xed by semble bénéficier à la fois de la dimension adjectivale (very) et de la dimension verbale (by), on est tenté de la placer au point mort, à équidistance des deux pôles.

Figure 1. Localisation de very Xed by sur le continuum verbo-adjectival

Figure 1. Localisation de very Xed by sur le continuum verbo-adjectival

20A-t-on alors affaire à une forme qui aurait un double statut à parts égales ? Doit-on plutôt penser que ce paradoxe n’est qu’apparence et que telle forme est en réalité plus adjectivale et telle autre forme plus verbale ? Ou bien peut-on aller jusqu’à risquer à dire, à défaut d’une solution claire, que les traits catégoriels sont suspendus ici ?

1.2.2. Genèse des participes passés adjectivaux 

21Au sujet des participes passés adjectivaux, Blevins [2006 : 524] fait état de deux courants majeurs. D’une part, l’approche qu’il qualifie de « traditionnelle » considère que l’on a des « emplois », des « usages », des « utilisations ad hoc » de participes passés en tant qu’adjectifs (« adjectival or attributive ‘uses’ of verbal participles’ »). Il convient alors de distinguer la nature (un participe passé) de l’emploi (un participe passé occupe un rôle d’adjectif). Ce sont des situations de « distorsion catégorielle », dans les termes de Kerleroux [1996], c’est-à-dire qu’un terme est amené à occuper une position qui ne lui était pas normalement dévolue. D’autre part, dans des approches plus « contemporaines », selon Blevins [2006], on parle plus volontiers d’adjectivation, ce qui présuppose un processus de conversion (Haspelmath [1996]) d’une classe vers une autre, qui est plus ou moins durable et abouti dans les cas de lexicalisation avancée. À y regarder de plus près, il paraît possible de postuler une continuité entre ces deux approches, c’est-à-dire entre distorsion catégorielle (phénomène occasionnel) et conversion (phénomène susceptible de donner lieu à une lexicalisation).

22L’idée qu’un participe passé devienne à terme plus adjectival, quelle que soit l’approche théorique retenue, est-elle cependant tenable si ledit « participe passé » n’est pas issu d’un verbe ou si le lien avec le verbe a complètement disparu ? Certains adjectifs peuvent en effet être rapprochés, voire confondus avec un participe passé, alors que morphologiquement ils dériveraient peut-être d’un nom. Ainsi, dans rusted, plastered ou dogged, Schuwer [1998-1999] pose la question de savoir si le suffixe -ed est dérivationnel, c’est-à-dire un suffixe permettant la formation d’adjectifs dénominaux, au sens de « pourvu de », ou signalant la ressemblance avec un élément (dogged : like a dog), ou s’il s’agit du suffixe flexionnel du participe passé. Nous citerons, pour le français, moussu (*moussir) et velu (*velir) (Picabia [1978 : 24-26] ; Goes [1999 : 203-04]). D’autres fois, un verbe existe, mais son participe passé est tel que l’adjectif ne peut lui être directement relié, parce que le verbe a aujourd’hui complètement disparu (par exemple le terme jagged est issu de jaggen, aujourd’hui disparu, voir Online Etymology Dictionary). Dans d’autres cas encore, l’adjectif comporte un préfixe négatif (uninvited, unsuspected, unlimited, unexpected), ou entre dans une composition (well-received), et il est impossible de récupérer le processus correspondant (*to uninvite, *to well-receive). On aurait alors d’emblée des adjectifs de plein droit (Quirk et al. [1985 : 413]).

23La séquence à l’étude n’échappe pas à toutes ces considérations :

(10) In fact, she is very creeped out by the sudden reappearance of the diary. (COCA, FIC, 2011)

On peut se demander si creeped est construit à partir d’un verbe (celui-ci étant normalement « irrégulier », crept), ou du nom creep (« individu bizarre ») ou de the creeps (« sentiment de malaise, de dégoût »). La présence de creeped plutôt que crept pose la question de l’appartenance au domaine de la dérivation et / ou de la flexion.

(11) Feeling very zonked by vaccine side effects. (Twitter)

24Zonked n’est pas rattaché à un verbe existant ou en tout cas celui-ci serait second (voir Jackendoff [2002 : 84]), c’est-à-dire que les locuteurs auraient réanalysé l’adjectif comme un verbe. Ceci fait écho à ce qu’écrit Picabia [1978], citée plus haut, pour le français : cette promenade m’a flapi, alors que *flapir n’est pas un verbe attesté.

25Il en va de même dans les exemples (12) et (13), qui rentrent dans la suite very Xed by malgré le statut indéniablement adjectival de Xed :

(12a) [T]hey seem very unimpressed by the whole thing, and they’re very modest. (COCA, SPOK, 2001)
(12b) *The whole thing seems to
unimpress them.

(13a) I have a feeling he’s very well-respected by students and teachers alike in the school. (COCA, WEB, 2012)
(13b) *Students and teachers alike in the school
well-respect him.

1.2.3. Questions de dénomination

  • 3 Terme utilisé par Bolinger [1971] pour rendre compte du statut hybride de certaines « particules », (...)

26Dans la séquence very Xed by, be est-il copule, auxiliaire ou bien les deux à la fois ? Faudrait-il utiliser des dénominations hybrides, comme « cop-aux », à l’instar de « adprep3 » ? Le syntagme prépositionnel remplit-il la fonction d’un complément d’agent prototypique ? Que dire de Xed ? L’étiquette « participe adjectif », ou son converse, « adjectif participe », utilisée par De Mattia-Viviès [2019 : 308], paraît judicieuse, car elle met, par le biais de la juxtaposition, les deux dimensions sur le même plan. L’auteur précise [2019 : 343] qu’elle utilise « adjectifs participes lorsque le pôle adjectival domine » et « participes adjectifs lorsque le pôle verbal domine ». Cette étiquette ne règle pas cependant la question des formes qui ne sont pas rattachées à des verbes, et donc qui ne sont pas des « participes ». Elles en ont juste l’allure.

1.3. Hypothèse et méthodologie employée

1.3.1. Hypothèse

27On pourrait faire l’hypothèse que la catégorie n’est pas donnée a priori, mais qu’elle est fonction du contexte linguistique. Cette hypothèse est adossée à une formule de Kerleroux [1996 : 9] : « comment la catégorie vient-elle aux termes ? L’appartenance catégorielle fait-elle partie de l’identité d’un terme linguistique ? La catégorisation est-elle liée à l’insertion du mot dans la phrase ? ». Cependant, les exemples (8) et (9) mentionnés plus haut suggèrent qu’il faut peut-être aller plus loin et s’affranchir de cette distinction catégorielle entre les deux types de Xed, qui perd sa pertinence dès lors que Xed est employé dans la suite very Xed by. C’est donc le cadre des Grammaires de construction qui nous semble le plus adapté pour mener cette recherche (Goldberg [2006], Hilpert [2014]). Une construction est, dans ces théories, considérée comme un appariement forme-sens, qui peut être compositionnel ou non, mais qui doit être suffisamment fréquent pour être implanté dans la grammaire mentale des locuteurs. Les tenants de ces approches reconnaissent également aux constructions un pouvoir coercitif, en ce qu’elles ont la possibilité, dans la limite de certaines contraintes, d’absorber des candidats a priori non préposés à occuper leur site. C’est donc la sémantique de la construction qui prime sur celle des composants qui l’instancient (cf. le « override principle », Michaelis ([2003 : 9]). La question, entre autres, de l’appartenance catégorielle des candidats qui intègrent une construction n’est donc plus prépondérante.

1.3.2. Méthodologie 

28C’est évidemment la position prédicative qui nous occupe ici. Le cadre d’analyse est la phrase élémentaire, constituée d’un prédicat et de ses éventuels arguments. Nous étendrons toutefois certaines analyses au cotexte immédiat. Faute de place, on n’étudiera pas les autres modifieurs, comme ceux qui marquent un degré élevé (completely, par exemple), ou un degré intermédiaire, voire faible (comme a little). Par ailleurs, very est l’« intensif prototypique » de l’anglais, comme le souligne Guimier [1996 : 30, note 11], et contrairement à d’autres adverbes de degré, il est surtout compatible avec les adjectifs et les adverbes. Il constitue en cela un très bon test d’adjectivité. On verra cependant que le modifieur so, en diachronie, ouvre des pistes intéressantes.

29Notre recherche s’est effectuée à partir du Corpus of Contemporary American English (COCA ; Davies [2008]) et du Corpus of Historical American English (COHA ; Davies [2010]), ainsi que quelques exemples extraits du Early English Books Online (EEBO ; Davies [2017]), pour y étudier respectivement des données en synchronie et en diachronie.

  • 4 Pour des raisons de simplicité de recherche, nos études quantitatives se limitent aux participes pa (...)

30Dans un premier temps, des recherches à l’aide de la requête very _v ?n by ont été effectuées, afin de ne pas laisser de côté des formes construites avec un participe passé d’un verbe dit « irrégulier » (par exemple very taken by). Cependant, il s’est avéré que l’étiquetage morpho-syntaxique utilisé par le corpus n’est pas neutre. Par exemple, la requête very _v ?n by ne ramène pas d’occurrence de disturbed ou challenged, alors que les suites very disturbed by et very challenged by sont bien attestées dans le corpus. Elles apparaissent en revanche avec la requête very ADJ by. Cela signifie donc que l’étiquetage automatique des données du COCA considère que ces deux cas de figure ne sont pas des participes passés, mais des adjectifs. Face à ces résultats inattendus, qui orienteraient à tort, à notre sens, nos réflexions, nous avons décidé de ne pas nous fier aveuglément à l’étiquetage proposé par le COCA et d’inclure également la requête very *ed by.4

  • 5 Nous ne dénombrons qu’un seul faux positif, où Very est un prénom et by the bedside un complément d (...)

31Le COCA livre près de 1660 occurrences au total, dont 226 types et le COHA donne 180 résultats, dont 67 types5.

2. Constructionnalisation de very Xed by

32Le concept de constructionnalisation (Hilpert [2013], Traugott & Trousdale [2013]) renvoie à l’émergence d’un nouvel appariement forme-sens. C’est dans cette optique que nous proposons d’observer les données du COHA.

2.1. Description sémantique des candidats qui instancient la construction

  • 6 La requête very _v?n by n’ajoute en fait que taken et struck.
  • 7 Nous ne faisons pas nôtres les discussions autour des termes « affect », « sentiment », « humeur » (...)

33La construction very Xed by est d’apparition récente et est en augmentation, comme en témoigne l’étude des données du COHA, qui combine les résultats pour very *ed by et very _v?n by6. On remarque que jusqu’à la première moitié du XXe siècle (environ 1940), la construction reste très rare (hapax ou quasi-hapax). Dans la deuxième partie du XXe siècle, en revanche, elle commence à s’implanter, même si elle reste assez rare statistiquement dans le COHA. Les dix termes qui rassemblent le plus d’occurrences sont par ordre décroissant : impressed > moved > touched > excited > pleased > encouraged > disturbed > amused > intrigued > influenced (soit huit termes d’affect7 et deux termes avec un sens plus causatif (encouraged et influenced)).

Tableau 1. Fréquence de type et d’occurrence dans le COHA, à partir des requêtes very *ed by et very v?n by

Nombre d’items différents (fréquence de type)

Total d’occurrences

(fréquence d’occurrence)

1820s

1

1

1830s

0

0

1840s

0

0

1850s

0

0

1860s

0

0

1870s

1

1

1880s

0

0

1890s

1

1

1900s

1

1

1910s

1

1

1920s

3

3

1930s

2

2

1940s

7

9

1950s

10

12

1960s

11

14

1970s

16

25

1980s

15

23

1990s

19

29

2000s

20

31

2010s

19

27

34La prédominance des termes d’affect persiste dans le COCA (*ed et _v?n combinés). Dans ce corpus, les dix items les plus propices à l’emploi de cette structure sont les suivants : impressed (N = 196 occurrences) > moved (N = 96) > encouraged (N = 78) > surprised (N = 74) > excited (N = 69) > disturbed (N = 67) > troubled (N = 61) > influenced (N = 55) > touched (N = 54) > disappointed (N = 47). L’ordre est légèrement différent par rapport aux résultats du COHA, mais on retrouve le même ratio : huit termes sur dix exprimant l’affect et deux cas sur dix ayant un sens plus causatif.

35Le tableau suivant présente les premières attestations du schéma dans le COHA, en combinant les requêtes very v?n by et very *ed by.

Tableau 2. Date des premières attestations de chaque type dans le schéma very Xed by dans le COHA

very _v?n / *ed by

1820s

ill-treated

1830s

1840s

1850s

1860s

1870s

ill-used

1880s

1890s

tired

1900s

1910s

frightened

1920s

bored, humiliated, undeceived

1930s

impressed, touched

1940s

disturbed, engaged, moved, worried

1950s

abstracted, amused, annoyed, excited, pleased, puzzled, tempted

1960s

bothered, embarrassed, flattered, interested, shocked, stirred

1970s

astonished, disappointed, discouraged, distressed, encouraged, fascinated, irritated, obsessed, saddened

1980s

affected, confused, distracted, flustered, humbled, spoiled, surprised

1990s

agitated, astounded, cheered, influenced, intrigued, perturbed, struck, supported, taken, wounded

2000s

challenged, honoured, offended, provoked, threatened

2010s

blessed, comforted, disfavoured, inconvenienced, inspired, intimidated, loved, persuaded, well-attended

36Il est intéressant de noter que parmi les premières occurrences relevées dans le COHA se trouve l’adjectif composé ill-used. Ce cas de figure clairement adjectival sous-tend pour autant un procès, ainsi qu’une manière (ill). En tant qu’adjectif gradable, il est compatible avec very, mais en tant que composé sous-tendant un procès, il est compatible avec un complément d’agent. C’est peut-être ce genre de statut hybride qui a permis l’introduction de la construction very Xed by dans la langue.

37Le Tableau 2 permet de classer les champs sémantiques des candidats qui instancient la construction, ce qui suggère l’évolution suivante. Les tout premiers cas relevés dans le COHA évoquent un mauvais traitement (par exemple ill-used), puis viennent les émotions négatives (frightened), auxquelles s’ajoutent par la suite les émotions positives (impressed) ou ambiguës (touched). Sont ensuite ajoutés les termes exprimant l’influence (influenced) et finalement ceux encodant un traitement positif (loved).

38On comprend que c’est sans doute le caractère négatif du procès qui a initialement permis le passage des termes de mauvais traitements aux affects, puis le paradigme des affects s’est ouvert par analogie en jouant sur des relations lexicales de parasynonymie : moved / touched / affected ; impressed / awed / struck ; intrigued / puzzled ; saddened / pained / upset ; irritated / irked / incensed / outraged, etc. On assisterait donc à un effet d’entraînement, sous la pression du paradigme.

39Le patron a ensuite encore gagné en productivité par l’ajout des participes exprimant un traitement positif. Il s’agit de cas comme flattered, cheered, ou loved, qui dénotent chaque fois un processus ayant pour résultat un état émotionnel. Cela explique sans doute la proximité avec les termes d’affect.

40Comme le présente le Tableau 2, c’est uniquement une fois que la construction est bien implantée qu’elle s’ouvre également aux items qui ont trait à l’idée d’influence, comme threatened, influenced, inspired. Cette évolution semble compréhensible si l’on s’appuie sur le sens littéral du terme « affect ». Être affecté, c’est avoir subi une transformation, une modification, sous l’influence d’un élément extérieur. En d’autres termes, la notion d’influence décrit le processus qui cause et précède l’affect. Par ailleurs, on note également que le lien intime qui unit les affects et les processus transparaît dans le sens littéral de nombreux termes d’affect métaphoriques. Par exemple, les termes moved, stirred, struck, agitated, etc. sont des termes d’affect qui résultent tous de la métaphorisation d’un mouvement.

41Le patron very Xed by est donc productif, comme en témoigne la variété des formes générées (type frequency), mais restreint à une classe en particulier, puisqu’il accueille des candidats qui restent proches sémantiquement. On pourrait alors les regrouper sous l’étiquette d’« affectoïdes », c’est-à-dire les termes d’affect à proprement parler (par exemple, moved), ainsi que les termes n’exprimant pas explicitement un affect, mais plutôt un processus pouvant impliquer un affect (par exemple, flattered).

42Cette ouverture du paradigme des affects vers des processus suggère que ce sont principalement des participes passés strictement adjectivaux qui ont d’abord été employés dans la construction, avant d’être rejoints par des formes plus verbales, comme influenced ou loved. Ainsi, la séquence very Xed by s’est constructionnalisée pour devenir un « moule » pouvant accueillir toutes sortes d’affectoïdes en Xed, indépendamment de leur place sur le continuum adjectivo-verbal.

2.2. Le cas de impressed : un exemplaire à la charnière de l’influence et de l’affect

43Impressed est le terme le plus fréquemment utilisé dans la construction, à la fois dans le COHA et dans le COCA. On pourrait alors le qualifier d’« exemplaire », à savoir un modèle productif et interprétatif (voir Bybee [2013]). Il mérite donc d’être analysé plus en détail.

  • 8 Comme il s’agit du cas spécifique de very impressed by, le nombre d’occurrences relevées dans le CO (...)

44Le graphique suivant suggère que very impressed by est représentatif de la classe, en ce qu’il est d’apparition récente (1920) et est en augmentation depuis8.

Figure 2. Répartition de very impressed by dans le COHA (fréquence par million de mots)

Figure 2. Répartition de very impressed by dans le COHA (fréquence par million de mots)
  • 9 Dans le Oxford English Dictionary, impressed, dans le sens de amazed, n’est pas attesté comme adjec (...)

45On pourrait penser de prime abord que c’est la compatibilité entre very et by qui est récente. Cependant, même la suite very impressed (avec ou sans by) constitue une innovation du XXe siècle, comme le montre la figure suivante. Plusieurs questions se posent. Impressed est-il tout juste en train de devenir un adjectif9 ? L’autre explication possible serait que impressed n’était à l’origine pas gradable et donc pas compatible avec very.

Figure 3. Répartition de la suite very impressed dans le COHA (fréquence par million de mots)

Figure 3. Répartition de la suite very impressed dans le COHA (fréquence par million de mots)

46En réalité, un examen plus précis des données, comme le montre la Figure 4 ci-après, suggère que plusieurs changements concomitants ont eu lieu. La préposition qui suit impressed a changé, ainsi que son sens, son statut grammatical et sa gradabilité.

Figure 4. Répartition de impressed by (en rouge) et impressed with (en bleu) dans le COHA (fréquence par million de mots)

Figure 4. Répartition de impressed by (en rouge) et impressed with (en bleu) dans le COHA (fréquence par million de mots)

47En effet, le changement de préposition a accompagné le changement sémantique qu’a subi impress. À l’origine, le verbe signifiait ‘marquer d’une empreinte, d’une estampille’, au moyen d’un cachet ou d’un sceau, par exemple. Le sens de son participe passé s’est ensuite métaphorisé vers celui de ‘empreint de’, où il est également suivi prototypiquement de with, comme en (14) ou (15) :

(14) It is much more likely that […] physicians, strongly impressed with a belief that such an occurrence was almost impossible, admitted only the few severe cases to be truly variolous, whilst all the remainder were attributed to chicken-pox or classed together as spurious diseases under the names of horn-pox, swine-pox, sheep-pox, stone-pox […]. (COHA, MAG, 1821)

(15) If they were influenced by proper principles, and were impressed with a love of liberty and a dread of slavery, they would not shrink at difficulties. (COHA, NF/ACAD, 1821)

48On est passé par la suite à un sens strictement adjectival et gradable, désignant une vive impression sur quelqu’un (proche de amazed). Dans ce sens, la préposition by semble être préférée, peut-être pour désambiguïser les deux sens :

(16) He isn’t insulted so much as impressed by/?with the skill and speed with which she catalogs the good and bad. (COCA, FIC, 2017)

49On constate donc que le verbe d’action littéral suggérant une influence a évolué vers un sens plus psychologique, avant de devenir un véritable adjectif dénotant un affect. En cela, il illustre le glissement sémantique de l’influence vers l’affect, que l’on a observé plus généralement pour la séquence à l’étude.

2.3. Aux origines de very Xed by

2.3.1. Very et very much

50Comme il a été rappelé en 1.1.3., un participe passé qui a conservé ses origines verbales devrait en théorie être modifié par very much ou much (exemple 3), mais ce n’est pas toujours le cas, comme le montre l’étude de la structure very Xed by.

51Les données diachroniques récoltées dans le COHA apportent un éclairage intéressant, puisque l’on peut observer que l’augmentation de very Xed by se fait progressivement aux dépens de very much Xed by.

Figure 5. Répartition de very *ed by (en rouge) et de very much *ed by (en bleu) dans le COHA (fréquence par million de mots)

Figure 5. Répartition de very *ed by (en rouge) et de very much *ed by (en bleu) dans le COHA (fréquence par million de mots)

52Les lignes qui suivent proposent alors quelques pistes de réflexion pour tenter de comprendre ces évolutions. Il se pourrait que la suite very much n’ait pas été perçue comme suffisamment pertinente, ce qui aurait expliqué sa diminution progressive au profit de very employé tout seul.

53Tout d’abord, il semblerait que much ne renferme pas nécessairement une idée de grande quantité, puisqu’il peut s’employer également dans les interrogatives qui restent neutres en termes de quantité. Ce serait surtout parce qu’il est accompagné de very, adverbe intensif, que very much prend l’idée de haut degré. C’est donc very qui ferait le travail et qui, dans la structure qui nous occupe, a été conservé. On voit d’ailleurs que, en l’absence de very, much tend à être rédupliqué pour exprimer l’intensité (much, much more).

54De plus, la position la plus fréquente de very much est postverbale (I like him very much) ; very much est plus rarement enclavé entre le sujet et le verbe à part dans quelques cas figés : I very much like him, ?I very much talked about him. La suite very much + Xed + by semble donc peut-être plus inhabituelle au locuteur, qui étend en conséquence l’emploi de very sans much indistinctement à tous les cas de figure.

55Cette situation n’est pas sans rappeler ce qui s’est passé en français courant avec certains adverbes, comme très justement, qui ne s’emploient normalement qu’avec un adjectif ou un autre adverbe, et qui pourtant modifient un nom dans des locutions verbales, comme avoir très faim, très envie, très hâte, très besoin, ainsi que c’est très dommage, je suis très ami avec, par exemple. Il est d’usage d’employer, par exemple, avoir grand faim, grand pouvant normalement modifier un nom, mais le locuteur a pu éprouver le besoin d’étendre le schéma le plus fréquent et économique cognitivement parlant, « très + terme », à toutes les formes, que le terme modifié soit un adjectif, un adverbe ou un nom. Wagner & Pichon [1962 : 386] précisent d’ailleurs qu’affirmer que très détermine un nom serait une erreur d’analyse, puisque « dans ces locutions, faim, peur, mal perdent leur statut de terme indépendant ». Ce raisonnement n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui adopté dans une perspective constructionnelle, où la question du statut catégoriel perd de sa pertinence.

2.3.2. So Xed by : un précédent ?

56Outre le cas de very much qui devient very par la suite de la chute de much, on peut signaler que very Xed by est calqué sur l’emploi de so, qui le précède chronologiquement :

Figure 6. Répartition de very Xed by (en rouge) et de so Xed by (en bleu) dans le COHA (fréquence par million de mots)

Figure 6. Répartition de very Xed by (en rouge) et de so Xed by (en bleu) dans le COHA (fréquence par million de mots)

57Certes, very Xed by reste très minoritaire vis-à-vis de so ; il ne s’agit pas de dire que very remplace so, plutôt de voir que so constitue un précédent. So est bien plus polyvalent que very (voir Boulonnais [2006]). Il est même aujourd’hui compatible avec des prédicats non gradables :

(17) We are feeling the NEED; the NEED for TWEED. Seriously, we’re so getting tweed suits before Fashion Week in February. (COCA, BLOG, 2012)

58Et bien sûr, le so du haut degré est compatible avec des verbes depuis longtemps dans le schéma consécutif sothat.

(18) The popes esteem’d themselfs as gods, and were so corrupted by flattery, that’t was no marvail they could give no ear to any reason (EEBO, A survay of the signorie of Venice, James Howell, 1651)

59Ceci explique que so soit compatible avec by depuis longtemps. Comme so et very sont souvent interchangeables, certains emplois de so se sont peut-être vus étendus à very par analogie.

3. Sémantisme de la construction : des relations d’héritage

60Selon Goldberg [1995], les constructions forment un ensemble hautement organisé et sont liées entre elles par des relations d’héritage. La construction very Xed by, qui est compositionnelle dans la mesure où il est tout à fait possible de démêler la contribution sémantique de chacun des trois termes, hérite son sémantisme d’une part de la construction adjectivale avec very et d’autre part de la construction passive.

3.1. La contribution de very

61Les affects sont gradables, c’est-à-dire qu’ils évoquent une propriété susceptible d’une variation en degrés. C’est cette propriété qui expliquerait la difficulté de dire ?the house was very damaged by the tornado, alors même que l’étendue des dégâts peut être plus ou moins importante ; c’est sans doute que le sens est trop littéral. On en veut pour preuve la plus grande facilité à dire my sister was very damaged by her messy divorce, où damage perd son sens littéral et se rapproche d’un verbe d’affect du type devastated, troubled, qui, dans le corpus, instancient volontiers cette structure.

62On constate donc que c’est la présence de very qui oriente le lecteur vers une interprétation métaphorique des occurrences examinées.

3.2. La contribution du syntagme prépositionnel en by (plutôt qu’une autre préposition)

63Anscombre [1995] distingue plus précisément les noms d’affect exogènes, qui renvoient à des sentiments causés par un événement extérieur au lieu psychologique (la tristesse, le chagrin, la peine, le désespoir) des noms d’affect endogènes pour lesquels le sentiment naît de l’individu lui-même, bien qu’ils puissent être en réaction à un événement externe. Ainsi, pitié est un nom d’affect endogène, mais l’on peut éprouver de la pitié pour Y à la vue de Z.

64À la lumière de ce raisonnement, on peut penser que la construction permet, grâce à la présence de by, d’externaliser la source du procès, ou du moins le déclencheur de l’état psychologique. Ainsi, impressed with (comme dans impressed with a love of liberty, plus haut) s’interprèterait comme « empreint d’un amour de la liberté », mais dès lors que l’on a voulu parler d’une cause extérieure qui affecte le référent du sujet, une autre préposition a été requise, à savoir by. Dans le cas de impressed, comme on l’a vu plus haut, la préposition by a permis de créer une différence de sens perceptible avec l’emploi de la préposition with. Avec d’autres occurrences, la différence entre by et une autre préposition est parfois plus ténue, mais elle existe tout de même.

  • 10 Les prépositions introduisant un complément d’agent étaient variées dans un état plus ancien de l’a (...)

65Nous avançons que le syntagme prépositionnel en by est une forme de complément d’agent10. En effet, d’une part, les données observées permettent de se rendre compte que ce à quoi renvoie le syntagme prépositionnel en by est typiquement inanimé, mais que l’inanimé est le plus souvent directement ou indirectement rattaché à l’action d’un humain :

(19a) And the Germans walked away saying they felt like this was a window into Trump’s mind, and they were very surprised by his tone. (COCA, SPOK, 2018)
(19b) We are all very impressed by
your alleged escape from the Red Devil. (COCA, TV, 2015)
(19c) Despite being a Catholic, I am very troubled by
Santorum’s theocratic approach. (COCA, WEB, 2012)

66D’autre part, même si la source agentive n’est pas agentive au plus haut degré, comme peuvent être les agents renvoyant à des animés (humains), elle crée tout de même un effet de réel, de tangible, comme si, par exemple, le ton de Donald Trump en (19a) avait la capacité de surprendre en lui-même. On réintroduit ainsi, par le biais du syntagme prépositionnel en by, une « téléonomie, une intentionnalité » (Albrespit [2011 : 37]). La préposition by traduit alors le caractère effectif de l’action accomplie par l’agent.

67Le référent du sujet de la structure, quant à lui, est le plus souvent animé (humain ou assimilable), et les données du corpus montrent que la première personne est employée dans plus de la moitié des occurrences. Ceci est compatible avec le caractère affectoïde de la classe des termes utilisés prototypiquement dans la structure, étant donné que le sujet parlant est le plus à même d’évoquer ses propres émotions.

68En résumé, nous avançons alors que le syntagme prépositionnel introduit par by est présenté comme plus agentif qu’un simple stimulus, qui, lui, serait préférentiellement introduit par une autre préposition (I was surprised at/by [what she said]). Dès lors, l’emploi de by suggère que le référent du sujet est perçu davantage comme en proie à une émotion plutôt que simple expérient d’une émotion qui l’affecte.

Conclusion

69Les problèmes de catégorisation posés par l’étude d’une structure extragrammaticale, dans laquelle Xed est difficilement classable, nous ont amenés à nous interroger sur l’émergence, la productivité et la fonction communicative de very Xed by.

70Le choix de la construction, dont le caractère atypique lui confère une certaine expressivité, est dû à une volonté de présenter le référent du sujet davantage comme un patient que comme un simple expérient, et d’ajouter ce faisant une certaine agentivité au stimulus introduit par by.

71La séquence very Xed by s’est constructionnalisée. Elle est devenue suffisamment fréquente pour être visiblement bien implantée (entrenched) dans la grammaire mentale des locuteurs qui l’emploient. Elle présente des préférences lexico-sémantiques : le sémantisme des termes en Xed accueillis au sein de la construction s’est étendu ainsi : « mauvais traitement » > « émotion négative » > « émotion positive ou ambiguë » > « influence » > « traitement positif ». Toutes ces notions sémantiques peuvent être regroupées sous le terme d’« affectoïdes », à savoir, pour rappel, les termes d’affect à proprement parler, ainsi que les termes exprimant un processus pouvant impliquer un affect. La construction va même jusqu’à conférer un sens d’affectoïde au mot en Xed inséré en son sein. Ainsi, des termes polysémiques comme damaged acquièrent automatiquement une lecture métaphorique, dès lors qu’ils sont employés entre very et by. Parallèlement, la structure a de prime abord accepté des Xed plutôt adjectivaux et s’est ouverte graduellement à des membres plus proches du pôle verbal, comme influenced ou loved. Ainsi, very Xed by n’est finalement qu’un réceptacle qui peut accueillir toutes sortes d’affectoïdes en Xed, quel que soit leur statut. C’est pourquoi il nous semble en résumé que la catégorisation n’a pas lieu d’être dans cette construction hybride.

72Plus généralement, notre étude suggère que, bien que la catégorisation soit un processus cognitif fondamental, la catégorisation grammaticale se révèle bien souvent non pertinente aux yeux des locuteurs, qui ont recours à un répertoire de schémas plus ou moins préfabriqués, dans lesquels entre une série de lexèmes sélectionnés plus pour leur sens que pour leur statut.

Top of page

Bibliography

Albrespit Jean, 2011, Construire l’énoncé en anglais. Voix, négation, exclamation, interrogation, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

Anscombre Jean-Claude, 1995, « Morphologie et représentation événementielle : le cas des noms de sentiment et d’attitude », Langue française 105, 40-54.

Blevins James, 2006, “English inflection and derivation”, in Aarts Bas & McMahon April (Eds.), The Handbook of English Linguistics, Malden, MA: Blackwell, 507-536.

Bolinger Dwight, 1971, The Phrasal Verb in English, Cambridge, MA: Harvard University Press.

Boulonnais Dominique, 2006, « So et les phénomènes d’expansion contextuelle », Aux Marges du texte : texte et co-texte, CIEREC Travaux 128, Presses de l’Université de Saint Etienne, 49-69.

Bybee Joan, 2013, “Usage-based Theory and Exemplar Representations of Constructions”, in Hoffmann Thomas & Trousdale Graeme (Eds.), The Oxford Handbook of Construction Grammar, Section 4, Oxford: Oxford University Press.

Davies Mark, 2008, The Corpus of Contemporary American English (COCA): One billion words, 1990-2019. https://www.english-corpora.org/coca/

Davies Mark, 2010, The Corpus of Historical American English: 400 million words, 1810-2009. https://corpus.byu.edu/coha/

Davies Mark, 2017, Early English Books Online corpus. https://www.english-corpora.org/eebo/

De Mattia-Vivies Monique, 2019, Leçons de grammaire anglaise. De la recherche à l’enseignement (groupe nominal), Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence.

Fillmore Charles, Kay Paul & O’Connor Mary Catherine, 1988, “Regularity and idiomaticity in grammatical constructions: the case of let alone”, Language 64.3, 501-538.

Fowler Henry Watson, 1926, A Dictionary of Modern English Usage, Oxford : Oxford University Press.

Goes Jan, 1999, L’Adjectif. Entre nom et verbe, Paris : Duculot.

Goldberg Adele, 1995, Constructions. A Construction Grammar Approach to Argument Structure, Chicago : Chicago University Press.

Goldberg Adele, 2006, Constructions at Work: The Nature of Generalization in Language, Oxford : Oxford University Press.

Granger Sylviane, 1983, The ‘Be + Past Participle Construction’ in Spoken English, with Special Emphasis on the Passive, Amsterdam : North Holland.

Guimier Claude, 1996, Les Adverbes du français, Paris : Ophrys.

Haspelmath Martin, 1996, “Word-class-changing inflection and morphological theory”, in Booij Geert & van Marle Jaap (Eds.), Yearbook of Morphology, Dordrecht : Kluwer, 43-66.

Hilpert Martin, 2013, Constructional change in English: Developments in allomorphy, word formation, and syntax, Cambridge : Cambridge University Press.

Hilpert Martin, 2014, Construction Grammar and its Application to English, Edinburgh : Edinburgh University Press.

Huddleston Rodney & Pullum Geoffrey (Eds.), 2002, The Cambridge Grammar of the English Language, Cambridge : Cambridge University Press.

Jackendoff Ray, 2002, “English particle constructions, the lexicon, and the autonomy of syntax”, in Dehé Nicole, Jackendoff Ray, McIntyre Andrew & Urban Silke (Eds.), Verb-Particle Explorations, Berlin : Mouton de Gruyter, 67-94.

Kerleroux Françoise, 1996, La Coupure invisible. Études de syntaxe et de morphologie, Lille : Presses Universitaires du Septentrion.

Lakoff George, 1970, Irregularity in Syntax, New York : Holt Rinehart & Winston.

Lyons John, 1977, Semantics, Cambridge : Cambridge University Press.

Michaelis Laura, 2003, “Word meaning, sentence meaning and constructional meaning”, in Cuyckens Hubert, Dirven René & Taylor John (Eds.), Cognitive Perspectives on Lexical Semantics, Amsterdam : De Gruyter, 163-210.

Novakova Iva & Tutin Agnès (Eds.), 2009, Le Lexique des émotions, Grenoble : Ellug.

Online Etymology Dictionary. Consultable en ligne : https://www.etymonline.com/

Oxford English Dictionary, Online edition, Oxford : Oxford University Press.

Picabia Lélia, 1978, Les Constructions adjectivales en français. Systématique transformationnelle, Genève : Librairie Droz.

Quirk Randolph, Greenbaum Sidney, Leech Geoffrey & Svartvik Jan, 1985, A Comprehensive Grammar of the English Language, Londres : Longman.

Schuwer Martine, 1998-1999, « Étude sur les contraintes syntaxiques des adjectifs en -ed en anglais », Cahier du C.I.E.L, 109-151.

Svartvik Jan, 1966, On Voice in the English Verb, La Haye : Mouton de Gruyter.

Traugott Elizabeth Closs & Trousdale Graeme, 2013, Constructionalization and constructional changes, Oxford : Oxford University Press.

Van Goethem Kristel & De Smet Hendrik, 2014, “How nouns turn into adjectives: The emergence of new adjectives in French, English and Dutch through debonding processes”, Languages in Contrast 14.2, 251-277.

Wagner Robert-Léon & Pichon Jacqueline, 1962, Grammaire du français classique et moderne, Paris : Hachette Université.

Top of page

Notes

1 Nous nommerons ce suffixe -ed, et non -en, en connaissance de cause, afin de ne pas trancher a priori sur le statut flexionnel ou dérivationnel de ce morphème.

2 Ce n’est pas la position de Huddleston & Pullum [2002 : 1436], qui considèrent que la phrase he was too embarrassed by their behaviour to acknowledge that he was their son est parfaitement grammaticale et que embarrassed y est nécessairement un adjectif au motif que la version active correspondante ne fonctionne pas.

3 Terme utilisé par Bolinger [1971] pour rendre compte du statut hybride de certaines « particules », qui se situent à mi-chemin entre l’adverbe et la préposition.

4 Pour des raisons de simplicité de recherche, nos études quantitatives se limitent aux participes passés simplex et laissent de côté les formes issues de verbes à particule.

5 Nous ne dénombrons qu’un seul faux positif, où Very est un prénom et by the bedside un complément de lieu : Very sat by the bedside, holding the thin white hand (COHA, FIC, 1922).

6 La requête very _v?n by n’ajoute en fait que taken et struck.

7 Nous ne faisons pas nôtres les discussions autour des termes « affect », « sentiment », « humeur » ou « émotion ». Novakova et Tutin [2009 : 5] soulignent d’ailleurs, dès l’introduction d’un ouvrage collectif intitulé Le Lexique des émotions, que même les spécialistes ne sont pas toujours d’accord sur le terme à retenir.

8 Comme il s’agit du cas spécifique de very impressed by, le nombre d’occurrences relevées dans le COHA est assez limité (environ une trentaine), ce qui explique l’augmentation irrégulière que l’on observe dans le graphique.

9 Dans le Oxford English Dictionary, impressed, dans le sens de amazed, n’est pas attesté comme adjectif. Paradoxalement, dans le COHA, impressed n’est considéré que comme un adjectif et n’apparaît pas quand on fait la requête very V?n by. Cela confirme incidemment le flou catégoriel entre participe verbal et adjectival.

10 Les prépositions introduisant un complément d’agent étaient variées dans un état plus ancien de l’anglais (Albrespit [2011 : 21-22]) : ainsi, en vieil anglais, be (l’ancêtre de by) n’était pas encore la préposition de choix pour introduire l’agent, car elle était en concurrence avec mid et fram, par exemple.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Localisation de very Xed by sur le continuum verbo-adjectival
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7481/img-1.png
File image/png, 14k
Title Figure 2. Répartition de very impressed by dans le COHA (fréquence par million de mots)
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7481/img-2.png
File image/png, 29k
Title Figure 3. Répartition de la suite very impressed dans le COHA (fréquence par million de mots)
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7481/img-3.png
File image/png, 22k
Title Figure 4. Répartition de impressed by (en rouge) et impressed with (en bleu) dans le COHA (fréquence par million de mots)
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7481/img-4.png
File image/png, 31k
Title Figure 5. Répartition de very *ed by (en rouge) et de very much *ed by (en bleu) dans le COHA (fréquence par million de mots)
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7481/img-5.png
File image/png, 31k
Title Figure 6. Répartition de very Xed by (en rouge) et de so Xed by (en bleu) dans le COHA (fréquence par million de mots)
URL http://journals.openedition.org/lexis/docannexe/image/7481/img-6.png
File image/png, 21k
Top of page

References

Electronic reference

Vincent Hugou and Mathilde Pinson, “Comment ne pas être très intrigué par ce phénomène ? Réexamen de la porosité entre participe passé verbal et adjectival”Lexis [Online], 22 | 2023, Online since 29 December 2023, connection on 25 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/lexis/7481; DOI: https://doi.org/10.4000/lexis.7481

Top of page

About the authors

Vincent Hugou

Sorbonne Université
vincent.hugou@sorbonne-universite.fr

By this author

Mathilde Pinson

Université Sorbonne Nouvelle
mathilde.pinson@sorbonne-nouvelle.fr

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search