Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Les immeubles

Les immeubles

The buildings
Wohngebäude
Anne Richard-Bazire
p. 103-121

Résumés

Pascal réalise sa première œuvre assez vite après l’obtention de son grand prix : la maison-atelier que son maître et ami William Bouguereau lui demande d’élever au no 75 de la rue Notre-Dame-des-Champs à Paris en 1868. On y note la sobriété du classicisme du jeune architecte. Lorsque douze ans plus tard il élève, un peu plus haut dans la même rue, un immeuble de rapport pour M. Lopineau, la façade est plus animée, les refends et les balcons ouvragés ont désormais envahi celle-ci. Le champ des références stylistiques de Pascal s’est enrichi, ce qu’illustre magnifiquement l’hôtel de la rue de Prony, bâti en 1882 pour le banquier Antoine Königswarter. Selon Louis Hautecœur, la fièvre constructive avait fait disparaître la science des plans derrière la recherche du profit. Il appartiendra à la génération des élèves de Charles Garnier de relever le défi. Charles Garnier avait imaginé pour les appartements une disposition nouvelle qui devait avoir une grande fortune : il créa la galerie antichambre, éclairée aux deux bouts par des courettes et desservant les pièces de façade. Pascal saura s’en souvenir pour les immeubles et hôtels qu’il réalise à partir du début des années quatre-vingt.

Haut de page

Texte intégral

1La décennie quatre-vingt connaît de nombreuses réalisations : hôtels particuliers, immeubles, monuments funéraires et le grand chantier de la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, dont la construction s'étale pratiquement sur trois décennies, avec un arrêt entre 1888 et 1902. C’est l’époque où le champ des références stylistiques, ou du moins l’usage que Pascal en fait, s’accroît ; on a pu appeler ce phénomène « éclectisme » de Pascal, phénomène largement relativisé par le rationalisme dont l'architecte fait preuve par exemple dans la construction de la faculté de médecine de Bordeaux. Cela n’empêche pas Pascal d'y réaliser une composition typiquement « Beaux-Arts », en architecte formé à l’École classique, tendance que l’on retrouve encore sur les immeubles et hôtels particuliers réalisés pendant cette période.

L’immeuble haussmannien

  • 1 Monique Eleb, « L’appartement de l’immeuble haussmannien », dans Jean des Cars et Pierre Pinon, Par (...)

« La petite maison urbaine de rapport est organisée jusqu’au XVIIIe siècle de façon verticale […] L’immeuble de ville du début du XIXe siècle va, au contraire imposer le découpage horizontal des appartements qui nous semble naturel aujourd’hui. Cependant, l’habitation urbaine parisienne, […] tend à se rapprocher, en ce qui concerne la distribution des pièces, d’un modèle hégémonique, celui de l’hôtel particulier »1.

Immeuble au n° 105 de la rue Notre-Dame-des-Champs (1880)

  • 2 L’entrepreneur était M. Bord, 59 boulevard d’Enfer à Paris. La Semaine des constructeurs, 1879-1880 (...)

2C’est au numéro 105 de la rue Notre-Dame-des-Champs à Paris (6e) que Jean-Louis Pascal réalise en 1880 pour Monsieur Lopineau un immeuble de rapport à cinq étages et entresol2 (ill. 1). L’appareil à refends orne toute la façade, mais entresol et rez-de-chaussée sont séparés du premier étage par un motif à la grecque orné de rosaces, réminiscence du palais Marino à Milan, surmonté d’une frise denticulée, et des balcons filants ajourés ornent désormais – nous sommes en 1880 – le deuxième et le quatrième étages. Les portes fenêtres du troisième étage jouissent, elles, de petits balcons particuliers supportés par des consoles carrées. Les garde-corps des fenêtres du rez-de-chaussée et du premier étage sont de simples grilles insérées entre les chambranles. Les encadrements des fenêtres du deuxième et troisième étage sont à moulures ; au dernier étage, ce sont des pilastres engagés, soutenant une table rectangulaire. Le travail de décor de la façade se situe dans les consoles : grandes consoles à coquilles et enroulements soutenant le balcon du deuxième étage alternant avec de plus petites consoles jouant le rôle de clefs pour les fenêtres de l’étage inférieur, doubles consoles soutenant le balcon du quatrième étage, souligné d’une petite frise denticulée à modillons. Chaque paire de consoles y encadre un motif floral, et s’appuie sur une table moulurée ornée de rosaces. De hautes lucarnes à frontons triangulaires s’ouvrent dans les toits carénés, lointains souvenirs de la basilique de Vicence. La Renaissance italienne reste un des modèles préférés pour les immeubles et hôtels parisiens.

Ill. 1 : Immeuble au no 105 de la rue Notre-Dame-des-Champs à Paris (6e)

Ill. 1 : Immeuble au no 105 de la rue Notre-Dame-des-Champs à Paris (6e)

Architecte : Jean-Louis Pascal. 1880. Propriétaire : Lopineau.

© Cl. auteur

  • 3 Louis Hautecœur, Histoire de l’Architecture classique en France, la fin de l’architecture classique (...)

3Peu à peu les façades des immeubles à loyers changent : durant la première moitié du XIXe siècle, poursuivant la tradition des XVIIe et XVIIIe siècles, les architectes avaient tenté de leur conférer un aspect monumental en utilisant le rez-de-chaussée et l’entresol comme une sorte de socle sur lequel s’élevaient deux ou trois étages de hauteur décroissante, constituant un ensemble rythmé ou non par des pilastres et couronné par un fort entablement soutenant le plafond du dernier étage. Parfois cette partie de la maison était traitée comme un attique ou comprise dans la frise, au-dessus d’un bandeau simulant l’architrave3.

4Les transformations sociales et les nécessités économiques déterminèrent un changement dans la répartition des étages et les dimensions des pièces. Du jour où l’immeuble fut tout entier réservé à la bourgeoisie aisée ou à la petite bourgeoisie, les différences entre chaque étage ne furent plus aussi accentuées. Les architectes en diminuèrent la hauteur ; le premier étage, sauf dans les immeubles de grand luxe, ne dépassa plus guère trois mètres et les autres étages mesurèrent de trois mètres à deux mètres soixante, limite inférieure autorisée.

5Les architectes ne procédèrent plus par ordonnances verticales, enserrant des baies variées, mais par divisions horizontales. Les étages se superposent et chacun est parfois traité de manière spéciale. Le besoin d’utiliser au maximum un terrain dont le prix s’accroît incite à diminuer la superficie des pièces et par suite l’écartement des fenêtres. Faute de pouvoir réaliser un parti monumental, les architectes se contentent de décorer les cadres extérieurs des baies.

  • 4 Encyclopédie d’architecture, 1885, p. 57.

6Les règlements administratifs qui interdisaient les saillies accentuèrent encore la monotonie de ces immeubles dans lesquels de maison à maison se succédaient les ouvertures répétées et les étages entassés. Quelques architectes protestaient contre « les règlements de M. Haussmann qui ont paralysé les artistes, étouffé l’imagination et réduit à l'impuissance les hommes les mieux doués »4. Certains architectes tentent, tel Charles Garnier au no 195 du boulevard Saint Germain, de revenir aux ordonnances monumentales avec un immeuble élevé pour la famille Hachette en 1882.

Immeuble au n° 197 du boulevard Saint Germain (1882)

7La même année, Jean-Louis Pascal élève un immeuble de rapport pour la famille Lefebvre au numéro 197 du boulevard Saint Germain (Paris 7e) (ill. 2). Il est, lui, tout à fait typique de ce que l’architecture réglementaire a pu produire à Paris durant les années quatre-vingt. L’immeuble a pris de la hauteur : il affiche désormais six niveaux principaux : rez-de-chaussée et cinq étages carrés de 2,92 m., le sixième étant situé dans les combles. La masse du couronnement se développe :

  • 5 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, Paris, Fernand Hazan, 1987, p. 209.

« En autorisant un cinquième étage carré sur les voies larges de plus de vingt mètres, le règlement de 1859 va définir le gabarit classique de l’immeuble haussmannien, avec son soubassement, ses cinq étages principaux et son couronnement en comble brisé. Mais ce n’est là qu’une étape : à l’avenir, les règlements successifs de 1884 et 1902 provoqueront le gonflement des étages de couronnement – on pourra en trouver deux voire trois, inscrits dans le généreux rayon de courbure autorisé pour le volume du comble »5.

Ill. 2 : Immeuble au no 197 du boulevard Saint-Germain à Paris (6e).

Ill. 2 : Immeuble au no 197 du boulevard Saint-Germain à Paris (6e).

Architecte Jean-Louis Pascal. 1882. Propriétaire : Lefebvre.

© Cl auteur

8On note l’importance des percements, la réapparition de l’écriture verticale : dais de chambranle et appuis saillants se confondent, seuls la corniche et le balcon du cinquième étage soulignent encore l’horizontalité de la façade. L’espace entre les fenêtres a diminué :

  • 6 Ibid., p. 250.

« La similitude des immeubles est telle qu’ils peuvent se superposer sur une même grille : nombre identique des percements […], réduction des pleins à des trumeaux étroits dont la largeur est inférieure à celle des vides, recours systématique au compartimentage décoratif – composition par travées avec chambranles et motifs de liaison verticale associant le linteau d’étage à la tablette d’appui supérieur »6.

  • 7 Ibid., p. 136.

9La verticalité est ici accentuée par de grandes tables en creux, unissant deuxième, troisième et quatrième étages en façade et donnant l’illusion de pilastres colossaux. Le retiré est à présent un étage bourgeois et le comble est récupéré comme étage de service ; la pente du brisis se relève7. Le gabarit dans lequel s’insèrent les combles du sixième étage de cet immeuble présente un rayon supérieur à celui de l’immeuble du no 105 rue Notre‑Dame‑des‑Champs. L’entresol a disparu, le rez-de-chaussée est dédié au commerce : de part et d’autre de la porte d’entrée s’ouvrent une galerie et une librairie artistiques. Les balcons ont désormais pris possession de la façade, même si le balcon filant ne concerne plus que le cinquième étage. On assiste à une démultiplication des balcons (balcon continu, balcon partiel, balconnet d’ouverture) à tous les étages. Ici aussi, l’architecte réalise tout un travail sur les consoles sculptées soutenant les balcons. Celui du cinquième étage, souligné d’une frise denticulée, s’appuie sur de grandes paires de consoles posées sur des tables horizontales ornées dans leur partie inférieure de petits denticules.

  • 8 Ibid., p. 378 et note 4 p. 466.

« Les constructeurs qui avaient été les plus austères au début des années soixante (Viollet-le-Duc, A. de Baudot) deviendront vingt ans plus tard les zélateurs d’un style décoratif animé, dans le langage si particulier de la série industrielle. […] À l’inverse, des architectes de tradition académique comme Guadet (240 bis, boulevard Saint Germain) ou Victor Laloux (64, rue des Petits-Champs, 1889 ; 81 avenue Bosquet, 1892) finissent par intégrer totalement le discours rationaliste de la génération de 1830 »8.

10C’est le cas de Jean-Louis Pascal quand il construit l’immeuble du no 197 du boulevard Saint Germain ; il est plus éclectique dans le choix des modèles dont il s’inspire pour le n° 105 de la rue Notre‑Dame‑des‑Champs ou pour l’hôtel Königswarter de la rue de Prony.

  • 9 Louis Hautecœur, Histoire de l’Architecture classique en France, la Restauration et le Gouvernement (...)
  • 10 Louis Hautecœur, Histoire de l’Architecture classique en France, la fin de l’architecture classique (...)

11Depuis le début du XIXe siècle, le classicisme a évolué : les partisans de la « stricte observance » ont disparu sous la monarchie de Juillet. Lorsqu’en 1856, Henri Labrouste avait abandonné le professorat, il était fier de dire : « C’est de cet atelier que sont parties, en 1830, les premières protestations contre un enseignement officiel, devenu exclusif, aveugle, funeste »9. La génération suivante, composée d’Hector Lefuel, Charles Garnier, Théodore Ballu, Honoré Daumet, Gabriel Davioud, qui ont fait leurs études sous la monarchie de Juillet, se dit « éclectique ». Elle a été imprégnée par les idées romantiques ; « Ils unissent dans leur admiration les édifices antiques vantés par leurs maîtres, levés à Rome, ceux de la Renaissance, chers aux disciples de Percier qui dirigeaient les ateliers […] ils s’éprennent du XVIIe et du XVIIIe siècle »10. Jean-Louis Pascal est issu de ce courant :

  • 11 Ibid., p. 433.

« Le style un peu ronflant et théâtral, que Garnier et Lefuel avaient mis à la mode, mais que certains architectes formés à l’école de Gilbert et de Labrouste, tel Pascal, traitaient sur un mode mineur, va s’imposer à la génération née entre 1840-1850 »11.

  • 12 La bibliothèque Sainte-Geneviève, à Paris, construite entre 1843 et 1851, par Henri Labrouste, est (...)
  • 13 Louis Hautecœur, Histoire de l’Architecture classique en France, la fin de l’architecture classique (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., note 12, p. 466.

12On assiste, à partir des années 1860, à un curieux retournement de situation que Louis Hautecœur décrit dans son Histoire de l’Architecture classique. Désormais l’opposition entre architectes ne porte plus sur les formes, mais sur l’esprit de l’architecture. Viollet‑le‑Duc n’a plus besoin de défendre le gothique mais de faire revivre la doctrine rationaliste de Durand, qui avait été celle de Gilbert, Vaudoyer, Labrouste, en la confirmant par des exemples empruntés à l’histoire mieux connue des édifices. Aussi, par un singulier retournement, ce diocésain invoque-t-il, contre les « faux » classiques, non seulement les leçons des maîtres médiévaux mais encore celles des Grecs et c’est en leur nom qu’il condamne les pastiches. Le changement de position est très net après 1860 et le conflit durera jusqu’au début du XXe siècle. Inversement, l’école classique se transformera de plus en plus en une école éclectique dont les emprunts, favorisés par le nombre grandissant des publications et par les reconstitutions présentées aux Salons et aux expositions universelles, s’étendent à tous les temps et à tous les continents, tandis que les programmes nouveaux, imposés par les transformations de la société et les matériaux fournis par l’industrie12, incitent les rationalistes à chercher des formes inconnues et à préparer l’architecture de l’avenir13. Toutefois, la séparation entre les deux écoles n’est pas aussi tranchée : il est des éclectiques tels Garnier dont les plans sont des modèles de logique, dont la construction répond à un souci d’économie et de solidité, d’autres tels Baltard, qui sont parmi les premiers à utiliser le fer, comme il existe des amis de Viollet‑le‑Duc qui pastichent le Moyen Âge14. Quant à Jean-Louis Pascal, on peut dire que, dans ses immeubles des années quatre-vingt, il use d’un éclectisme modéré : « [Dans les années 1880] l’architecture des immeubles parisiens ne cherche ni l’originalité ni la nouveauté, elle suit dans toute la seconde moitié du siècle les tendances définies par l’esthétique académique. Même la révolution ornementale de Garnier et de ses élèves reste inscrite dans l’académisme »15.

13Pour lutter contre les règles qui brimaient leur imagination, les architectes obtinrent une modification des règlements et le décret du 22 juillet 1882 fut promulgué mais la ville demeurait hostile aux saillies qu’elle considérait – le rapport Rivière en fait foi – comme « un abandon, fait aux besoins d’art quelquefois et de lucre souvent, d’une portion d’un domaine si précieux de l’hygiène ». Elle autorisa néanmoins une saillie uniforme de 0,80 mètre pour le balcon, de 0,50 mètre pour les saillies et fixa à 5,75 mètres la hauteur minima au-dessus du sol à partir de laquelle les balcons seraient autorisés. L’uniformité de la saillie rétablit la monotonie des ensembles. Le décret de 1902, tenant compte de ces inconvénients, aura pour effet de rendre les saillies proportionnelles à la largeur des voies, de les enfermer dans des gabarits enfermant la façade, de modifier l'importance possible des combles, de réglementer les constructions en encorbellement, interdites par le décret de 1882 « afin de contribuer au décor de la voie publique ». Ce décret permit toutes les protubérances des maisons modernes.

14Pour compenser, sous le Second Empire et au début de la IIIe République, le relief qu’ils ne pouvaient donner à leur façade, les architectes eurent donc recours aux appareils et aux décrochements. Cariatides, consoles de porte, bandeaux ornés de grecques, de rinceaux de fleurs, pilastres à arabesques : l’architecture cessant d’être un jeu de volumes, devint une planche gravée.

Hôtel particulier au n° 12 de la rue de Prony (1882)

  • 16 Celui-ci habitait alors au no 60, rue de la Chaussée d’Antin ; l’entrepreneur est Henri Durand sis (...)
  • 17 « Il ne se distingue de l’immeuble bourgeois que par sa distribution intérieure, invisible de la ru (...)

15C’est ce que réalise Jean-Louis Pascal en 1881-1882 au numéro 12 de la rue de Prony (Paris 17e), (ill. 3) pour Jonas Abraham Antoine Königswarter, riche banquier autrichien16. La rue de Prony, une rue calme qui donne sur le parc Monceau, présente un caractère résidentiel caractérisé par un alignement de constructions plus basses : hôtels particuliers ou « hôtels-immeubles »17.

  • 18 Ibid., p. 337.

« Groupés en ensemble, ces alignements d’hôtels – souvent très éloignés par la date de réalisation (entre 1850 et 1910) – forment néanmoins un paysage cohérent dont l’unité repose sur un consensus minimum de gabarit et d’ordonnancement. L’élément le plus significatif de cet accord implicite est de ne pas rompre l’alignement – fût-il celui de retrait derrière l’alignement réglementaire »18.

Ill. 3 : Hôtel particulier au no 12 de la rue de Prony à Paris (17e)

Ill. 3 : Hôtel particulier au no 12 de la rue de Prony à Paris (17e)

Architecte Jean-Louis Pascal. 1882. Façade avant. Consoles sculptées par Gustave Germain. Propriétaire : Antoine Königswarter.

© Cl. auteur

  • 19 Ce chantier figure sur la liste des chantiers à terminer, cités dans l’acte de dissolution de la «  (...)

16L’hôtel que Jean-Louis Pascal construit rue de Prony est un hôtel cossu, présentant un étage carré et un comble. Sur la façade de 19,40 m. de long, l’architecte mêle les motifs des Renaissances italienne (les relevés que cet excellent aquarelliste avait exécutés en Italie lui fournissent de nombreux motifs) et française : bossages, refends, entrelacs, guirlandes florales, masques, frontons interrompus, cuirs découpés. Il n’hésite pas à mêler les bossages du palais florentin Strozzi à des consoles Louis XV. Toute la sculpture ornementale est réalisée par Gustave Germain19, sur des dessins de Jean-Louis Pascal. Soutenant le balcon du premier étage, quatre consoles très ouvragées reliées par une guirlande de fleurs et de fruits s’achèvent par une tête de lion, tenant dans sa gueule un anneau, auquel est suspendue une grappe de raisin. Entre les consoles, les guirlandes florales s’accrochent à des têtes d’homme et de femmes ornant les clefs des fenêtres du rez-de-chaussée.

  • 20 Voir Jean-Michel Leniaud, Charles Garnier, Paris, éd. du Patrimoine, 2003, p. 83-85.
  • 21 No 117 construit entre 1878 et 1880. À l’immeuble Hachette, au no 195 du boulevard Saint Germain, C (...)

17Tout un groupe d’artistes sacrifie à ce goût du décor et emprunte ses motifs à la Renaissance italienne ou française, au XVIIe ou XVIIIe siècle ; il s’y joint souvent l’amour de la polychromie, du relief, du mouvement dont Lefuel et Garnier avaient donné l’exemple. Ici, une discrète polychromie égaie la façade : des tables rectangulaires, de marbre rouge veiné de blanc, ornent la corniche surplombant le premier étage, entre les fenêtres. Des tables circulaires d’un rouge plus pâle ornent les frontons semi-circulaires interrompus des fenêtres mansardées. Charles Garnier avait donné l’exemple de ces façades colorées au Cercle de la Librairie20, boulevard Saint Germain21. Pour François Loyer, toute la construction de la fin du siècle a subi l’empreinte de ce « chef de file de la tendance moderne de l’académisme », la renaissance de la polychromie, par le biais de celle du matériau, étant un de ses apports majeurs à l’architecture parisienne. Jean-Louis Pascal en propose ici une version plus édulcorée.

  • 22 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., p. 361.

« Cette réaction architecturale, néanmoins, est restée longtemps soumise au poids de l’administration centrale, hostile à toute fantaisie extérieure […] La valorisation des angles, l’utilisation discrète de mosaïques décoratives (principalement dans les remplissages de linteaux ou dans les allèges), et le recours à des éléments de sculpture figurée, paraissent les seuls moyens consentis aux architectes pour l’individualisation de leurs façades »22.

18Tous les murs du sous-sol sont en pierre meulière. Les piles et les socles, en pierre de Saint‑Maximin. La hauteur du rez-de-chaussée est en roche de Pargny, le reste en roche d’Abbaye‑du‑Val. Les marches du grand escalier intérieur sont en marbre rouge de Flandre. La couverture est en zinc sur la partie la plus élevée des combles, en ardoise sur le reste.

19En 1883, Antoine Königswarter décède, ses biens sont légués aux enfants de sa nièce : Saraline Königswarter, épouse Kahn. Une partie de sa fortune ira à l’État français, pour la création « d’un asile où seront accueillis et élevés sans distinction de culte, des enfants des deux sexes, orphelins ou abandonnés, âgés de moins de treize ans ». En 1885, Luis Teresio Doredo, sujet bolivien et rentier, achète l’hôtel pour 462 000 francs. Ces deux propriétaires successifs nous expliquent les initiales gravées sur la façade arrière du bâtiment, dans un médaillon circulaire surmontant la travée centrale (ill. 4) : la R.G.A.T.P. de 1883 nous y montre les deux initiales A et K entrelacées (Antoine Königswarter) ; sur le bâtiment actuel ce sont les initiales L et D qui sont entrelacées (Luis Doredo). Le 22 avril 1889, Luis Doredo décède, laissant pour épouse survivante Mme Julie Hay, née à Tacna (Pérou) et mariée sous le régime de la séparation de biens. Sa seule héritière est Melle Maria Luisa Carlota Doredo, mineure, née le 14 août 1889. En 1893, Mme Julie Hay, veuve Doredo, rachète le bâtiment et, en 1902, elle épouse en secondes noces Maurice Lannes, comte de Montebello.

Ill. 4 : Hôtel particulier au no 12 de la rue de Prony à Paris (17e)

Ill. 4 : Hôtel particulier au no 12 de la rue de Prony à Paris (17e)

Façade arrière. Architecte Jean-Louis Pascal. 1882. Le propriétaire est à partir de 1885 Luis Doredo, ce qui explique les initiales « L » et « D » qui ornent le médaillon central.

© Cl. auteur

Hôtel Bureau (1890)

  • 23 Anne Dugast et Isabelle Pariset, Dictionnaire par noms d’architectes des constructions élevées à Pa (...)
  • 24 A. Cary, Détails d’architecture contemporaine, 2e série. Cent vingt consoles photographiées à grand (...)

20En 1890, Pascal démolit plusieurs bâtiments et reconstruit un hôtel particulier (c’est actuellement un immeuble divisé en appartements sur cinq étages plus un étage de combles) en face du parc Monceau pour la famille Bureau, aux nos 76-78 du boulevard de Courcelles, à Paris dans le 17e arrondissement23 (ill. 5). Des refends ornent l’ensemble de la façade dont l’horizontalité est accentuée par des balcons, filants aux 2e et 5e étages, et isolés aux autres étages. Pascal réalise à nouveau tout un travail décoratif sur les consoles, notamment celles soutenant le balcon du second étage qui domine la belle porte d’entrée qui a été gravée24. Elles sont décorées de rosaces, enroulements et chutes de fruits que l’on retrouve de part et d’autre du cintre de la grande porte d’entrée surmontée d’une riche guirlande florale et d’un médaillon ovale perlé à la clef.

Ill. 5 : Hôtel au no 76-78 du bd de Courcelles à Paris (17e)

Ill. 5 : Hôtel au no 76-78 du bd de Courcelles à Paris (17e)

Architecte Jean-Louis Pascal. 1890. Propriétaire : Bureau.

© Cl. auteur

  • 25 Bibliothèque de l’École des Beaux-arts (B.E.B.A)., Ms 745, Lettres de l’architecte Jean-Louis Pasca (...)

21Georges Bureau était le petit cousin et l’élève de Jean-Louis Pascal ; il jouissait d'une belle aisance financière comme Pascal l'explique à Louise Garnier : « La femme de mon petit cousin Georges Bureau, mon élève, trop favorisé de la fortune pour travailler, appartient à la famille des de Ridder, les notaires et le pensionnaire de l’École d’Athènes, maintenant professeur au Louvre »25.

L’immeuble de la famille Perrault (1893)

  • 26 Un an plus tôt, en 1892, il avait réalisé une autre construction pour la famille Perrault au no 13 (...)
  • 27 Léon Perrault (1832-1908) avait deux fils : Henri (1867-1932), portraitiste, peintre d’histoire et (...)

22Dès 1876, Jean-Louis Pascal avait réalisé à Paris, pour le peintre Léon Perrault, une maison-atelier à la façade de briques colorées agrémentée de faïences, 43 boulevard Lannes (16e). Dans la rue du Général Appert à Paris (16e), au no 2526, il réalise en 1893 pour la famille du peintre27 un immeuble de cinq étages (plus un étage de combles), au socle (comprenant l’entresol et le rez-de-chaussée) de pierres de taille blanche et assises de briques rouges alternées et au corps de briques jaunes rehaussées de frises de briques rouge foncé (ill. 6). Sur la rue du Général-Appert, un atelier d’artiste s’élève sur la hauteur de deux étages. La partie supérieure des deux fenêtres est soulignée par des bandeaux métalliques ornés de discrètes rosaces, que l’on retrouve au-dessus de la porte du garage et des fenêtres du cinquième étage. Marquant nettement la séparation entre le socle et le corps de l’immeuble, une frise prise dans la pierre est décorée de médaillons circulaires. Des fenêtres en forme d’œils-de-bœuf au cinquième étage de la rue du Général-Appert et une travée de bow-windows sur le boulevard Flandrin (au n° 72, l’immeuble étant situé à l’angle des deux rues) égayent la façade. Usage de briques colorées, frises métalliques, hublots, bow-windows, Pascal est ici un architecte « bien de son temps », rationaliste et moderne.

Ill. 6 : Immeuble au no 25 de la rue du général Appert et no 72 du boulevard Flandrin à Paris (16e)

Ill. 6 : Immeuble au no 25 de la rue du général Appert et no 72 du boulevard Flandrin à Paris (16e)

Architecte Jean-Louis Pascal. 1893. Propriétaire : Perrault.

© Cl. auteur

Les plans

23Selon Louis Hautecœur, la fièvre constructive avait fait disparaître la science des plans derrière la recherche du profit :

  • 28 Victor Calliat, Parallèle des maisons de Paris construites depuis 1830 jusqu’à nos jours, Paris, B. (...)
  • 29 Louis Hautecœur, Histoire de l’architecture classique en France, la Restauration et le Gouvernement (...)

« La distribution [dans les immeubles à loyer] n’est pas toujours fort heureuse ; il suffit de feuilleter le recueil de Calliat28 pour constater bien des maladresses, qui ne choquaient pas les contemporains : la salle à manger commande le salon et les chambres à coucher ; les chambres sont éclairées et aérées par de minuscules courettes ; les w.c. sont en seconde lumière ou donnent sur la cuisine. Cependant en quelques cas un effort est accompli pour éloigner de l’habitation la cuisine qui ouvre sur un escalier de service, mais que souvent aussi un long couloir obscur lie à la salle à manger […] On y constate encore toutefois bien des recoins et places perdues. On croirait que les architectes n’ont conservé la science des plans léguée par les maîtres du XVIIIe siècle que dans les hôtels particuliers ou les maisons luxueuses et qu’ils ont, dans les appartements plus simples, sacrifié la distribution au désir de multiplier les pièces et d’accroître le rendement »29.

  • 30 Jean-Louis Pascal, « M. Duc et son influence sur le mouvement architectural contemporain », Gazette (...)
  • 31 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., p. 213.
  • 32 Monique Eleb, « L’appartement de l’immeuble haussmannien », dans Jean des Cars et Pierre Pinon, Par (...)

24En 1879, Pascal écrit : « Ce n’est sans doute pas dans l’hôtel privé, dans la monotone maison où les locataires se rangent comme dans un meuble, qu’il faut chercher l’expression d’un art bien arrêté mais [...] les habiletés des arrangements des intérieurs et des combinaisons des plans y seront certainement la marque des recherches de notre génération en architecture »30. Le plan des appartements est désormais plus clair, plus simple ; on s’efforce de grouper les pièces de réception, d’isoler les pièces d’habitation et de les desservir plus commodément : « À la fin du XIXe siècle, on observera une tendance générale au regroupement de la réception en façade sur rue, et à celui des chambres ainsi que du service en façade intérieure : le développement de la circulation explique le repli sur l’intérieur de la parcelle »31. C’est surtout après 1880 que des progrès furent accomplis dans les plans. Charles Garnier, en 1882, imagina pour les appartements une disposition nouvelle qui devait avoir une grande fortune : dans la maison Hachette, 195 boulevard Saint Germain, il créa la galerie antichambre, éclairée aux deux bouts par des courettes et desservant les pièces de façade. L’immeuble à cour et à courettes éclairant les pièces secondaires et de service se diffuse. La courette d’éclairage permet aussi l’aération des pièces situées dans le noyau de la construction (escaliers, vestibules, sanitaires, garde-robes). Jean-Louis Pascal utilisera désormais ce procédé pour éclairer ses appartements. Au no 105 de la rue Notre-Dame-des-Champs, salle à manger et salon au rez-de-chaussée et chambres au premier étage, dont une d’enfants, donnent sur la rue (ill. 7). « La chambre d’enfant comme pièce spécifique apparaît, c’est une pièce de petite taille à la forme souvent irrégulière, proche d’une chambre à coucher »32. Deux petites courettes intérieures, de part et d’autre de l’escalier, éclairent l’immeuble. La cuisine attenante à la salle à manger prend jour sur l’une d’entre elles ; puis atelier et logement du concierge au rez-de-chaussée, et d’autres chambres au premier étage, donnent sur l’arrière.

Ill. 7 : Immeuble au no 105 de la rue Notre-Dame-des-Champs à Paris (6e)

Ill. 7 : Immeuble au no 105 de la rue Notre-Dame-des-Champs à Paris (6e)

Détails. Architecte Jean-Louis Pascal. 1880. Propriétaire : Lopineau. La construction privée à la fin du XIXe siècle : hôtels et maisons de Paris, Paris, Didot, 1893, p. 78.

© D.R.

  • 33 Ibid., p. 285.
  • 34 Ibid.
  • 35 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., p. 217.
  • 36 Monique Eleb, « L’appartement de l’immeuble haussmannien », dans Jean des Cars et Pierre Pinon, Par (...)
  • 37 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., p. 217.

25Au no 197 du boulevard Saint Germain, salons et chambres sont situés en façade (ill. 8). Un vestibule-galerie les dessert, prenant le jour sur des courettes situées aux deux bouts. Elle ouvre de l’autre côté sur la salle à manger et une chambre donnant, elles, sur la cour intérieure. Puis salle de bain, d’autres chambres et cuisine se succèdent le long d’un plan en L qui, de manière générale, se banalise : « Ces appartements ont leur suite de salons-chambres à coucher sur rue, tandis que les chambres et les cuisines se situent dans les ailes »33. La liaison entre le salon et la salle à manger commence à être recherchée, même si cette dernière reste toujours côté cour. « La salle à manger, quand elle existe, s’éclaire sur la cour, elle n’est pas une pièce principale et une, au moins, des chambres à coucher doit s’ouvrir sur l’enfilade des pièces de réception »34. Ici, deux chambres en façade s’ouvrent sur le grand et le petit salon. La famille se replie vers la salle à manger qui devient une pièce à vivre, le salon ne sert qu’en de rares occasions : « La disposition du plan s’adapte à ce mode de vie : dans les années quatre-vingt, salon et salle à manger se font face de part et d’autre de l’entrée – le salon sur la rue, la salle à manger sur la cour »35. La cuisine est en retour d’aile, au fond d’un long couloir qui passe derrière l’escalier de l’immeuble : « La cuisine, considérée comme une pièce insalubre et comme le lieu des domestiques, doit être éloignée le plus possible des pièces de réception et l’on ne recherche pas encore sa proximité avec la salle à manger ou l’antichambre qui en tient lieu »36. Puis, terme ultime de l’évolution, la salle à manger quittera la cour pour revenir en façade : « Salon et salle à manger communiquent alors directement : ils constituent une réception de petite surface […], isolée du groupe des chambres et de la cuisine »37.

Ill. 8 : Immeuble au no 197 boulevard Saint-Germain à Paris (6e)

Ill. 8 : Immeuble au no 197 boulevard Saint-Germain à Paris (6e)

Détails. Architecte Jean-Louis Pascal. 1882. La construction privée à la fin du XIXe siècle : hôtels et maisons de Paris, Paris, Didot, 1893, p. 76.

© D.R.

  • 38 « Hôtel, rue de Prony, no 12 », R.G.A.T.P., nXL, 1883, p. 207-210.

26Rue de Prony, le niveau du terrain était en contrebas du sol de la rue établie en remblai, comme beaucoup de voies tracées dans la plaine Monceau38. Dans la différence de niveau, l’architecte installa le sous-sol avec cuisine, office et dépôt de combustibles (ill. 9). Un monte-plats entre cuisine et office était contigu à la salle à manger. Une circulation d’eau chaude partait du fourneau de la cuisine, desservant la salle de bain du premier étage, lavabos et cabinets de toilette. Le portail d’entrée, situé sur la partie droite de l’hôtel, donne accès au passage allant de la rue à la cour. Celui-ci est divisé en trois parties par deux groupes de colonnes ioniques cannelées, portant consoles et gros soffites. Ces trois parties sont sculptées de grandes tables rectangulaires :

  • 39 Louis Hautecœur, Histoire de l’architecture classique en France, la fin de l’architecture classique(...)

« Cette fois encore, les architectes compensaient le confort par le décor. Ils ornaient les passages d’entrée, les couvraient de voûtes à caissons, les rythmaient par des pilastres ou des colonnes, les garnissaient de marbres »39.

Ill. 9 : Hôtel particulier au no 12 de la rue de Prony à Paris (17e).

Ill. 9 : Hôtel particulier au no 12 de la rue de Prony à Paris (17e).

Plans du rez-de-chaussée et de l’étage au 0,04 m p.m. Architecte Jean-Louis Pascal. 1882. Propriétaire : Antoine Königswarter

© R.G.A.T.P., 1883, pl. 39.

27Une belle statue de femme en bronze, tenant un flambeau, sorte de torchère destinée à éclairer les visiteurs, est posée sur un haut socle scellé à même le sol ; il semble réalisé dans le même matériau que l’escalier d’apparat, en marbre rouge des Flandres. À l’intérieur de l’hôtel de la rue de Prony, le vestibule sur lequel donne le grand escalier à rampe ajourée, couleur ébène et or, au limon sculpté d’une frise de postes, d’un effet décoratif sévère et riche à la fois, donne accès aux grand et petit salons dont les quatre hautes fenêtres prennent jour sur la rue. Les murs du grand salon sont ornés de pilastres encadrant des panneaux, sur lesquels, autrefois, des figures colorées en bas-reliefs se détachaient sur un fond de mosaïque d’or. On accédait à l’arrière de cette pièce dans la salle à manger, à travers un petit office. Puis venait un salon ovale prenant jour sur la cour, ancienne salle de billard à la belle cheminée agrémentée d’un bas-relief de bronze à l’Apollon musicien.

28Le petit salon, d’une coloration générale plus sombre, avait une cheminée en bois noir avec un lambris de même couleur et une tenture de velours frappé marron violacé. Son plafond s’harmonisait bien par sa tonalité, à l’ornementation des murs.

  • 40 Monique Eleb, « L’appartement de l’immeuble haussmannien », dans Jean des Cars et Pierre Pinon, Par (...)

« Toutes ces pièces sont traitées différemment suivant leur destination et des principes, soigneusement décrits dans les traités ou montrés dans les recueils, guident les architectes : forme idéale de la pièce (le salon doit être carré et la salle à manger plus longue que large), éclairement, revêtement des murs, décors des plafonds seront très étudiés et orienteront explicitement ou non les pratiques des habitants »40.

  • 41 Outre un souci croissant pour l’hygiène, l’ampleur du budget dévolu à l’architecte y était aussi ce (...)

29Le grand escalier permet d’accéder au premier étage qui alignait chambres à coucher et cabinet de travail sur la rue. Une antichambre les desservant à l’arrière donnait accès à des water-closets, un point d’eau, une salle de bain de belle taille et des cabinets de toilette, pièces beaucoup plus nombreuses que dans les réalisations précédentes de l’architecte41. Deux belles chambres à coucher prenaient jour à l’arrière de ce « bloc-avant », sur la cour intérieure de l’hôtel particulier.

  • 42 Depuis le 22 février 1939, l’immeuble est la propriété de l’Office International des Épizooties. L’ (...)

30Le deuxième étage est la répétition du premier et on accède aux combles réservés autrefois aux domestiques par l’escalier de service. Une cour spacieuse séparait alors l’hôtel de ses dépendances : au rez-de-chaussée se trouvaient une remise, une écurie pour quatre chevaux, une sellerie ; à l’étage, des greniers et des chambres de domestiques ; derrière les communs, une petite cour avec trou à fumier et cabinet d’aisance. Une grande marquise-abri permettait le stationnement des voitures à couvert dans la cour42.

31La difficulté était d’éclairer ce grand hôtel compris entre deux murs mitoyens sur la profondeur des dix-huit mètres qu’il occupait. On ne pouvait prendre jour que sur les façades antérieure et postérieure. Pascal aménagea deux courettes éclairant les pièces du rez-de-chaussée et de l’étage. Il couvrit aussi le billard en terrasse pour laisser passer le jour nécessaire aux révolutions du grand escalier aux premier et deuxième étages (ill. 4).

Maison à l’arrière du no 14 de la rue de l’Université (1883)

  • 43 Paul Planat, « Hôtel, rue de l’Université », Habitations particulières, première série : hôtels pri (...)
  • 44 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., p. 406.

32Jean-Louis Pascal déploie la même ingéniosité dans la conception du plan de la maison réalisée en 1883 pour la famille Lefebvre, à l’arrière du no 14 de la rue de l’Université (Paris 7e)43. Désormais l’immeuble en fond de cour n’est plus le domaine réservé du personnel et des communs. « [Dans les années 1880] la hiérarchie du dedans et du dehors, […] celle des cours et des rues va s’effacer : c’est la systématisation de la “seconde façade” qui donne à la cour ou à l’impasse un statut urbain. Certes, la hiérarchie des matériaux et des décors est bien respectée »44. Ici, Jean-Louis Pascal a créé une décoration simple et harmonieuse que viennent égayer des faïences colorées.

33Le terrain, extrêmement restreint, ne donnait jour que sur une de ses faces ; il fallait néanmoins établir une habitation confortable avec écuries, remises aménagées avec la plus grande recherche, trouver l’emplacement de salons, salle à manger, chambre à coucher suffisamment vastes.

34Dans ces conditions, il était indispensable de créer malgré l’exiguïté du terrain, des jours intérieurs en prélevant encore une courette ; il fallait rejeter au dehors l’escalier et cependant lui donner une communication facile et commode avec les appartements. La présence d’écuries placées au rez-de-chaussée, sous l’habitation même, au lieu d’être rejetées dans des dépendances isolées, exigeait les précautions les plus minutieuses pour que les habitants n’en fussent pas incommodés.

  • 45 C’est le règlement du 22 juillet 1882 sur les saillies permises dans la ville de Paris (40 cm. max. (...)
  • 46 Le bâtiment de Pascal a disparu en 2004 au profit d'un « pastiche à l'identique » ; cet immeuble su (...)

35Le programme était d’avoir peu de points d’appui au rez-de-chaussée : aussi dans le plan de cet étage ne voit-on que des colonnes de fonte laissant la place pour remiser cinq voitures, une cour de pansage, des écuries, une sellerie et un accès pour un grenier en sous-sol avec les calorifères et les caves. L’escalier exigu a été décoré pour tâcher de masquer son insuffisante dimension. Le premier étage aligne ses pièces en profondeur et celles situées à la partie postérieure du plan s’éclairent sur une courette qui, au rez-de-chaussée, verse la lumière dans le fond de la cour de pansage. Sur la façade avant, deux bow-windows45 éclairent le grand salon et la salle à manger agrandissant autant que possible ces pièces de dimensions modestes, le programme demandant quand même une salle à manger pour vingt-cinq couverts46.

  • 47 Exposition : L’Architecture à l’École des Beaux-Arts, Galerie Nationale du Canada, Ottawa, Museum o (...)
  • 48 Premier grand prix de Rome d’architecture de 1866. Une des difficultés du plan provenait du fait qu (...)
  • 49 Nathaniel Cortlandt Curtis, Architectural composition, Cleveland, J.H. Jansen, 1923, p. 81.

36« L’Opéra de Charles Garnier a remis en valeur le concept de la structure complexe recouvrant des espaces magnifiquement orchestrés, conçus en fonction des déplacements des hommes et intégrés à la ville ; ses employés étudiants [dont Pascal] mettent à l’honneur cette notion de la composition à l’École47. » C’est cette « science du plan » qui va caractériser la génération des élèves de Garnier. Le plan du grand prix de Rome de Pascal : Un hôtel à Paris pour un riche banquier et ses deux fils, l’un marié, l’autre célibataire48, sera donné en exemple comme modèle de composition architecturale aux étudiants américains, par Nathaniel Cortlandt Curtis, enseignant l’architecture dans les années 1920 à l’Université Tulane de Louisiane, qui le publie dans son livre Architectural Composition49.

Haut de page

Notes

1 Monique Eleb, « L’appartement de l’immeuble haussmannien », dans Jean des Cars et Pierre Pinon, Paris Haussmann, le pari d’Haussmann, Paris, éd. du Pavillon de l’Arsenal, 1991, p. 285-295.

2 L’entrepreneur était M. Bord, 59 boulevard d’Enfer à Paris. La Semaine des constructeurs, 1879-1880, p. 370 : demande en autorisation de construire, p. 417 : travaux commencés.

3 Louis Hautecœur, Histoire de l’Architecture classique en France, la fin de l’architecture classique (1848-1900), t. VII, Paris, Picard, 1957, p. 249.

4 Encyclopédie d’architecture, 1885, p. 57.

5 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, Paris, Fernand Hazan, 1987, p. 209.

6 Ibid., p. 250.

7 Ibid., p. 136.

8 Ibid., p. 378 et note 4 p. 466.

9 Louis Hautecœur, Histoire de l’Architecture classique en France, la Restauration et le Gouvernement de Juillet, t. VI, Paris, Picard, 1955, p. 244.

10 Louis Hautecœur, Histoire de l’Architecture classique en France, la fin de l’architecture classique (1848-1900), op. cit., p. 119.

11 Ibid., p. 433.

12 La bibliothèque Sainte-Geneviève, à Paris, construite entre 1843 et 1851, par Henri Labrouste, est un édifice dont le décor est emprunté à l’antique et dont les éléments métalliques utilisés dans la construction prouvent le désir d’utiliser des ressources nouvelles. À la Bibliothèque nationale, dont il est l’architecte, de 1854 à 1875, « Labrouste manifesta plus encore qu’à Sainte-Geneviève son sens pratique, son goût pour les matériaux modernes en même temps que sa fidélité à certaines formes classiques ». Louis Hautecœur, Histoire de l’Architecture classique en France, la Restauration et le Gouvernement de Juillet, op. cit., p. 247.

13 Louis Hautecœur, Histoire de l’Architecture classique en France, la fin de l’architecture classique (1848-1900), op. cit., p. 120.

14 Ibid.

15 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., note 12, p. 466.

16 Celui-ci habitait alors au no 60, rue de la Chaussée d’Antin ; l’entrepreneur est Henri Durand sis 46 rue de Miromesnil à Paris. La Semaine des constructeurs, 1879-1880, p. 335, samedi 10 janvier 1880.

17 « Il ne se distingue de l’immeuble bourgeois que par sa distribution intérieure, invisible de la rue, et par quelques détails comme la diminution de gabarit – deux niveaux de moins – et l’enrichissement souvent exubérant de la façade ». François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., p. 334.

18 Ibid., p. 337.

19 Ce chantier figure sur la liste des chantiers à terminer, cités dans l’acte de dissolution de la « S.N.C. Watrinelle et Germain », société créée par deux sculpteurs ornemanistes : Antoine Watrinelle et Gustave Germain. Ils avaient travaillé tous les deux avec Jean-Louis Pascal pour la section portugaise de l’exposition universelle de 1878.

20 Voir Jean-Michel Leniaud, Charles Garnier, Paris, éd. du Patrimoine, 2003, p. 83-85.

21 No 117 construit entre 1878 et 1880. À l’immeuble Hachette, au no 195 du boulevard Saint Germain, Charles Garnier emploie un matériau nouveau, le mortier coloré imitant la pierre, le porphyre.

22 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., p. 361.

23 Anne Dugast et Isabelle Pariset, Dictionnaire par noms d’architectes des constructions élevées à Paris aux XIXe et XXe siècles, période 1876-1899, Paris, 1990, vol. IV, p. 22.

24 A. Cary, Détails d’architecture contemporaine, 2e série. Cent vingt consoles photographiées à grande échelle d’après nature, Paris, éd. photographiques d’architecture, 1903, 120 pl.

25 Bibliothèque de l’École des Beaux-arts (B.E.B.A)., Ms 745, Lettres de l’architecte Jean-Louis Pascal à Louise Garnier, lettre no 36, 23 mars 1911.

26 Un an plus tôt, en 1892, il avait réalisé une autre construction pour la famille Perrault au no 13 de la rue du Général Appert. Cette construction a été détruite et remplacée par un groupe d'immeubles réalisé par les architectes Charles Henri Nicot (1878-1967), Émile Molinié (1877-1964) et l’entrepreneur Félix Audoin, correspondant aux nos 46 de la rue de la Faisanderie (16e) et aux nos 13 à 21 de la rue du Général Appert (16e).

27 Léon Perrault (1832-1908) avait deux fils : Henri (1867-1932), portraitiste, peintre d’histoire et de scènes de genre, Émile (1878-1938), sculpteur animalier, et quatre filles.

28 Victor Calliat, Parallèle des maisons de Paris construites depuis 1830 jusqu’à nos jours, Paris, B. Bance, 1876, 2 vol.

29 Louis Hautecœur, Histoire de l’architecture classique en France, la Restauration et le Gouvernement de Juillet, op. cit., p. 126-127.

30 Jean-Louis Pascal, « M. Duc et son influence sur le mouvement architectural contemporain », Gazette des beaux-arts, 1879, I, p. 431.

31 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., p. 213.

32 Monique Eleb, « L’appartement de l’immeuble haussmannien », dans Jean des Cars et Pierre Pinon, Paris Haussmann, le pari d’Haussmann, op. cit., p. 286.

33 Ibid., p. 285.

34 Ibid.

35 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., p. 217.

36 Monique Eleb, « L’appartement de l’immeuble haussmannien », dans Jean des Cars et Pierre Pinon, Paris Haussmann, le pari d’Haussmann, op. cit., p. 285.

37 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., p. 217.

38 « Hôtel, rue de Prony, no 12 », R.G.A.T.P., nXL, 1883, p. 207-210.

39 Louis Hautecœur, Histoire de l’architecture classique en France, la fin de l’architecture classique (1848-1900), op. cit., p. 255.

40 Monique Eleb, « L’appartement de l’immeuble haussmannien », dans Jean des Cars et Pierre Pinon, Paris Haussmann, le pari d’Haussmann, op. cit., p. 285.

41 Outre un souci croissant pour l’hygiène, l’ampleur du budget dévolu à l’architecte y était aussi certainement pour quelque chose.

42 Depuis le 22 février 1939, l’immeuble est la propriété de l’Office International des Épizooties. L’O.I.E., créée en 1924, est une organisation internationale qui regroupe 152 pays membres. Elle tente de lutter contre les pandémies d’origine animale. Les chambres des deux étages de l’hôtel ont été transformées en bureaux à la fin des années cinquante et les combles aménagés en appartement, puis transformés aussi en bureaux en 1981. Les communs ont été démolis et remplacés par un bâtiment en 1990, agrandi en 2001. Ces renseignements m’ont été communiqués par Michel-Gasse (†) et le Dr Jean-Luc Angot, directeur général adjoint de l’Organisation mondiale de la santé animale entre 2001 et 2009.

43 Paul Planat, « Hôtel, rue de l’Université », Habitations particulières, première série : hôtels privés, Paris, p. 51‑52.

44 François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., p. 406.

45 C’est le règlement du 22 juillet 1882 sur les saillies permises dans la ville de Paris (40 cm. max. sur un quart de la surface de la façade) qui a autorisé les bow-windows métalliques. « Remis à l’honneur par l’architecture pittoresque, il apparaît assez timidement autour des années 1885-1890 ». D’origine anglaise, la « fenêtre en arc » est un capteur de chaleur – et de lumière – dans les pays au climat humide. De tradition rurale, sa transposition à l’architecture immobilière se fait par le biais du balnéaire. « Au bout de cette longue mutation, le bow-window est devenu une cage de verre dont le châssis métallique vient s’intégrer sur le balcon devant les pièces de séjour ». François Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, op. cit., p. 389.

46 Le bâtiment de Pascal a disparu en 2004 au profit d'un « pastiche à l'identique » ; cet immeuble sur cour ainsi que l'hôtel particulier du XVIIe siècle sur rue, sis au 14 rue de l'Université, a fait l'objet d'un procès de l'État contre le propriétaire de l'hôtel particulier du XVIIe siècle en partie démoli et reconstruit au lieu d'être réhabilité, comme il était prévu. Stéphanie Celle, architecte des bâtiments de France du 7e arrondissement constatait, lors d'une visite impromptue sur le chantier le 14 octobre 2004, huit mois après l'obtention du permis de construire, des dégâts irréversibles et signait le procès-verbal avec arrêt immédiat des travaux. « Était constaté aussi la disparition du bâtiment sur cour, datant du XIXe siècle, au profit d'un pastiche à l'identique, à la manière de “Disneyland”. » Florence Evin, « “Disneyland” dans un hôtel du XVIIe siècle », Le Monde, dimanche 23, lundi 24 novembre 2008, p. 19.

47 Exposition : L’Architecture à l’École des Beaux-Arts, Galerie Nationale du Canada, Ottawa, Museum of modern art, New York, 1976, 40 p.

48 Premier grand prix de Rome d’architecture de 1866. Une des difficultés du plan provenait du fait que l’un des fils soit marié et l’autre pas, entraînant une dissymétrie des espaces secondaires.

49 Nathaniel Cortlandt Curtis, Architectural composition, Cleveland, J.H. Jansen, 1923, p. 81.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Immeuble au no 105 de la rue Notre-Dame-des-Champs à Paris (6e)
Légende Architecte : Jean-Louis Pascal. 1880. Propriétaire : Lopineau.
Crédits © Cl. auteur
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1036/img-1.png
Fichier image/png, 643k
Titre Ill. 2 : Immeuble au no 197 du boulevard Saint-Germain à Paris (6e).
Légende Architecte Jean-Louis Pascal. 1882. Propriétaire : Lefebvre.
Crédits © Cl auteur
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1036/img-2.png
Fichier image/png, 550k
Titre Ill. 3 : Hôtel particulier au no 12 de la rue de Prony à Paris (17e)
Légende Architecte Jean-Louis Pascal. 1882. Façade avant. Consoles sculptées par Gustave Germain. Propriétaire : Antoine Königswarter.
Crédits © Cl. auteur
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1036/img-3.png
Fichier image/png, 141k
Titre Ill. 4 : Hôtel particulier au no 12 de la rue de Prony à Paris (17e)
Légende Façade arrière. Architecte Jean-Louis Pascal. 1882. Le propriétaire est à partir de 1885 Luis Doredo, ce qui explique les initiales « L » et « D » qui ornent le médaillon central.
Crédits © Cl. auteur
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1036/img-4.png
Fichier image/png, 243k
Titre Ill. 5 : Hôtel au no 76-78 du bd de Courcelles à Paris (17e)
Légende Architecte Jean-Louis Pascal. 1890. Propriétaire : Bureau.
Crédits © Cl. auteur
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1036/img-5.png
Fichier image/png, 412k
Titre Ill. 6 : Immeuble au no 25 de la rue du général Appert et no 72 du boulevard Flandrin à Paris (16e)
Légende Architecte Jean-Louis Pascal. 1893. Propriétaire : Perrault.
Crédits © Cl. auteur
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1036/img-6.png
Fichier image/png, 570k
Titre Ill. 7 : Immeuble au no 105 de la rue Notre-Dame-des-Champs à Paris (6e)
Légende Détails. Architecte Jean-Louis Pascal. 1880. Propriétaire : Lopineau. La construction privée à la fin du XIXe siècle : hôtels et maisons de Paris, Paris, Didot, 1893, p. 78.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1036/img-7.png
Fichier image/png, 630k
Titre Ill. 8 : Immeuble au no 197 boulevard Saint-Germain à Paris (6e)
Légende Détails. Architecte Jean-Louis Pascal. 1882. La construction privée à la fin du XIXe siècle : hôtels et maisons de Paris, Paris, Didot, 1893, p. 76.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1036/img-8.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Ill. 9 : Hôtel particulier au no 12 de la rue de Prony à Paris (17e).
Légende Plans du rez-de-chaussée et de l’étage au 0,04 m p.m. Architecte Jean-Louis Pascal. 1882. Propriétaire : Antoine Königswarter
Crédits © R.G.A.T.P., 1883, pl. 39.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1036/img-9.png
Fichier image/png, 481k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Richard-Bazire, « Les immeubles »Livraisons de l'histoire de l'architecture, 36 | 2018, 103-121.

Référence électronique

Anne Richard-Bazire, « Les immeubles »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 36 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 20 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lha/1036 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.1036

Haut de page

Auteur

Anne Richard-Bazire

Anne Richard-Bazire est docteur de l’École pratique des hautes études (section des sciences historiques et philosophiques), diplômée en histoire de l’art contemporain et en archéologie égyptienne. Elle a été chargée du cours de synthèse de l’Histoire de l’architecture occidentale, XIXe-XXe siècles, à l’École du Louvre entre 2009 et 2016. Elle a rédigé différents articles : « Jean-Louis Pascal et Alfred Recoura, un duo de grands constructeurs », Richelieu. Quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris, Aurélien Conraux, Anne-Sophie Haquin (†) et Christine Mengin (dir.), Paris, BNF/INHA, 2017, p. 126-149, 293 p. ; « Victor Laloux et Jean-Louis Pascal, deux grands chefs d’atelier à l’École des Beaux-Arts sous la Troisième République », Victor Laloux, Tours, un architecte dans sa ville, Guy Bertaud du Chazaud (dir.), Tours, Conseil départemental d’Indre-et-Loire, 2015, p. 175-195, 226 p. Elle a réalisé le no 28 de Livraisons d’histoire de l’architecture : Jean-Louis Pascal, Paris, Chirat, 2014, 226 p. Elle a rédigé également : « L’habitat néo-gothique à Paris au XIXe siècle », La demeure médiévale à Paris, Étienne Hamon et Valentine Weiss (dir.), Paris, Archives Nationales, 2012, p. 250-257 ; « La salle Ovale ou l’histoire des dysfonctionnements dans les chantiers parisiens du XIXe siècle à travers l’exemple de la Bibliothèque nationale », La Collégialité et les dysfonctionnements dans la décision administrative, Jean‑Michel Leniaud et François Monnier (dir.), Paris, École Pratique des Hautes Études, 2011, p. 103-112 ; « Jean-Louis Pascal ou le respect du patrimoine », article mis en ligne sur le site « Archicab », le 4 décembre 2011, http://www.jeanfrancoiscabestan.com/bnfrichelieu.html ; « Le concours pour la reconstruction de l’Hôtel de Ville de Paris (1872-1873), un échec pour l’architecte Jean-Louis Pascal », Livraisons d’histoire de l’architecture, Paris, Chirat, 2010, no 19, p. 111-134 ; « L’escalier d’honneur de la Bibliothèque nationale de la rue de Richelieu », Sites et Monuments, no 207, oct.-nov.-déc. 2009, p. 22-24 ; « La salle Ovale », Revue de la Bibliothèque nationale de France, no 30, 2008, 96 p., p. 32-39 ; « La faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux par Jean‑Louis Pascal (1876-1888 et 1902-1922) », Livraisons d’histoire de l’architecture, Paris, Chirat, 2007, no 13, p. 105‑120 ; « Le ministère de l’agriculture de la rue de Varenne par Emmanuel Brune, l’alliance de la science et de l’art », Livraisons d’histoire de l’architecture, Paris, Chirat, 2004, no 8, p. 81-94 ; « Le parvis de Notre-Dame » et « Le square Jean XXIII », Autour de Notre-Dame, Alain Erlande-Brandeburg, Jean‑Michel Leniaud, François Loyer et Christian Michel (dir.), Paris, D.A.A.V.P., 2003, 269 p., p. 240-242 et 243-245 ; « Les réalisations de Pascal », et « L’École des Beaux-Arts » avec Fabienne Doulat, Les bibliothèques parisiennes, architecture et décor, Myriam Bacha et Christian Hottin (dir.), Paris, D.A.A.V.P., 2002, 272 p., p. 115-117 et 132-134 ; « Un siècle de réflexion sur la construction des bibliothèques », Des palais pour les livres, Labrouste, Sainte-Geneviève et les bibliothèques, Jean-Michel Leniaud (dir.), Paris, éd. Maisonneuve & Larose, 2002, 189 p., p. 58-69 ; « Jean-Louis Pascal et la création de la salle des périodiques de la Bibliothèque nationale (1883-1936) », Livraisons d’histoire de l’architecture, Paris, Chirat, 2001, no 1, p. 105‑125. Elle a dirigé avec Martin Drouin : La Sélection patrimoniale, Québec, Éditions MultiMondes, coll. Cahiers de l’Institut du patrimoine de l’UQAM, no 13, 2011, 388 p. Elle a participé en octobre 2001 au colloque international organisé par la Bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris : « Henri Labrouste et la Bibliothèque Sainte-Geneviève, Histoire et actualité », en octobre 2009 au colloque : « Victor Laloux, un architecte dans sa ville » organisé à Tours par le Conseil général d’Indre-et-Loire, en juillet 2010 aux journées d’études organisées par le Centre-Ledoux-Université Paris I, la Commission du Vieux Paris et l’Association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Paris Historique, sur le thème : « BNF Richelieu : un projet en questions » ; en octobre 2010, elle a été la coordinatrice scientifique avec Martin Drouin de la Sixième Rencontre internationale des jeunes chercheurs en patrimoine sur le thème de la « Sélection patrimoniale », organisée conjointement par l’Université du Québec à Montréal et l’École des Chartes à Paris, sous la direction de Luc Noppen, Lucie K. Morisset (UQAM) et Jean‑Michel Leniaud (École des Chartes). Elle a participé en janvier 2011 aux Journées annuelles de l’équipe Histoire du droit public et de l’administration, EPHE, sous la direction de François Monnier, directeur de l’UR, Jean-Michel Leniaud et Jean-Miguel Pire sur le thème : « Les dysfonctionnements dans la décision administrative », en novembre 2011 à la journée d’études de l’équipe Histara de l’EPHE, organisée à l’INHA par Jean-François Belhoste, directeur d’études à l’EPHE, et Isabelle Parizet, maître de conférences à l’EPHE, sur le thème : « Architectures bancaires : entre le Beau et l’Utile », en décembre 2012 au colloque international organisé par l’INHA, Le musée d’Orsay et la Maison des centraliens : « William Le Baron Jenney (1832-1907). De l’École centrale de Paris aux gratte-ciels de Chicago ». Elle a réalisé de mars 2012 à janvier 2013 pour le compte de l’OPPIC les recherches historiques préalables à la restauration des galeries Mansart, Mazarine et de la « chambre de Mazarin » à la Bibliothèque nationale Richelieu sous la direction de l’architecte en chef des monuments historiques A. de Saint‑Jouan. De janvier à septembre 2017, elle a travaillé sur quinze églises parisiennes du XIXe siècle pour un ouvrage à paraître sur l’architecture religieuse parisienne du XIXe siècle aux éditions Picard. Elle a donné à la mairie du IXe arrondissement, le 23 novembre 2017, pour Drouot Formation, une conférence sur le thème : « L’Architecture religieuse parisienne du XIXe siècle et l’exemple de la Trinité ». Adresse électronique : annerichardbazire@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search