Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Varia150 ans plus tard, 150 mètres plu...

Varia

150 ans plus tard, 150 mètres plus loin, la chapelle Saint-Ferdinand de Neuilly, un patrimoine déplacé

150 ans plus tard, 150 mètres plus loin, la chapelle Saint-Ferdinand de Neuilly, un patrimoine déplacé 
150 years later, 150 meters further, the chapel of Saint-Ferdinand de Neuilly, a displaced heritage
Fünfzig Jahre später, fünfzig Meter weiter ‒ die Umsetzung der Chapelle Saint-Ferdinand de Neuilly
Justine Gain
p. 99-111

Résumés

En 1842, Louis-Philippe, roi des Français, perd son fils ainé, Ferdinand-Philippe d’Orléans. Victime d’un terrible accident Porte Maillot, l’héritier du trône décède dans une modeste demeure, route de la Révolte. En l’honneur du prince, le roi et la reine érigent une chapelle commémorative en lieu et place de l’accident. Les meilleurs artistes sont convoqués pour célébrer la mémoire du prince. La chapelle Saint-Ferdinanrd résiste au temps, à la guerre de 1870 et même aux établissements de divertissement qui pullulent, à la Belle Époque, sur la zone de non aedificandi. Au début du XXe siècle, les héritiers des Orléans décident de protéger la chapelle au titre des Monuments historiques, en raison de son emplacement stratégique, aux portes de la capitale. Pourtant, dans les années 1970, alors que le projet du palais des Congrès de la porte Maillot voit le jour, la chapelle est déplacée, en surplomb du périphérique parisien. Dégradée, elle passe aujourd’hui presque inaperçue derrière l’œuvre monumentale de Guillaume Gillet. La plaque commémorative de l’accident, témoignage négocié lors du déplacement de la chapelle, autrefois lieu de mémoire, est désormais recouvert par l’enseigne Mayo du restaurant de l’hôtel Hyatt.

Haut de page

Texte intégral

1Enclavée entre le périphérique parisien et la place du Général Kœnig, la chapelle Notre-Dame-de-la-Compassion contraste quelque peu dans un environnement caractéristique de la seconde moitié du XXe siècle. Vestige d’une monarchie oubliée devenu paroisse ordinaire de quartier, quelle est l’histoire de cette chapelle à l’allure si singulière ? (ill. 1)

Ill. 1 : Vue de la chapelle Notre-Dame de la Compassion depuis Neuilly-sur-Seine

Ill. 1 : Vue de la chapelle Notre-Dame de la Compassion depuis Neuilly-sur-Seine

2019

© Grégoire Lubineau

La mort du prince Ferdinand

  • 1 Victor Hugo, Choses vues, Paris, A. Michel, 1913, p. 70.

Hier, 13 juillet 1842, M. le duc d’Orléans est mort par accident1.

2Le 13 juillet, vers 11 heures, Ferdinand‑Philippe, héritier du trône échu à son père quelques années auparavant, quitte le palais des Tuileries, épicentre de la monarchie de Juillet. Il monte dans la voiture à la Daumont qui l’attend pavillon de Marsan et ordonne à son cocher de prendre la direction du château de Neuilly. Le prince désire faire ses adieux à la famille royale avant de se rendre au camp de Saint-Omer où il doit passer en revue plusieurs régiments ; destination finale : les eaux de Plombières où séjourne la duchesse Hélène, son épouse. À la hauteur de la porte Maillot, les chevaux du duc s’emballent à la vue d’un amoncellement de pierres destinées à l’érection de fortifications voisines. Le postillon est impuissant à retenir la voiture qui se précipite route de la Révolte. Le duc d’Orléans est violemment projeté au sol et le voici inconscient, agonisant sur le pavé. Il est rapidement transporté dans une habitation voisine pour recevoir les premiers soins. C’est là, dans l’arrière-boutique d’un certain Louis Lecordier, simple épicier et marchand de vin, que le prince décède quelques heures plus tard, à 4 heures de l’après-midi, au 4 route de la Révolte.

  • 2 À la mémoire de Ferdinand Philippe d’Orléans, estampe, Paris, vers 1842, BNF, Paris.

France, c’était ton bien c’était ton espérance :
Mais tout s’éclipse hélas ! quand la mort a parlé ! …
Il a contre une pierre heurté son existence,
Et son âme aussitôt vers les cieux a volé 2!!

3Après une brève annonce à la foule, Louis-Philippe ordonne le transfert du défunt au château de Neuilly. Le 30 juillet, un somptueux convoi emmène le corps à Notre-Dame de Paris pompeusement tendue de noir pour l’occasion. Officielles, les funérailles réunissent les personnages les plus importants du royaume. Le 4 août 1842, la dépouille du prince rejoint finalement le caveau familial à la chapelle de Dreux.

  • 3 Victor Hugo, op. cit., p. 70.
  • 4 La Phalange, dimanche 7 août 1842.
  • 5 Henri Poncan, Maison où est mort le duc d’Orléans, le 13 Juillet 1842, maquette, après 1842, PM37 (...)

4Au lendemain de la mort de l’héritier, d’autres dispositions sont prises route de la Révolte. Les pavés du chemin, maculés de sang, sont immédiatement remplacés sur ordres du roi3. Un mois plus tard, la maison de l’épicier est littéralement transportée dans le parc du château de Neuilly que feu M. le duc affectionnait particulièrement4. Aujourd’hui conservée au musée Carnavalet, une maquette reconstituant les lieux de l’accident est même réalisée, peut-être à l’initiative des souverains5. Enfin, Louis‑Philippe et Marie‑Amélie, terrassés par le chagrin, décident d’ériger une chapelle en mémoire de leur fils. Le souvenir du prince héritier de la Couronne s’incarnera en un lieu, en un monument matérialisant à jamais le drame royal.

Sur les terres des Orléans

  • 6 Description exacte de l’extérieur et de l’intérieur de la chapelle Saint-Ferdinand et de la chape (...)

Ainsi ces lieux, qui, par un cas fortuit, ont appartenu à S. M. Louis‑Philippe, ont vu la mort de son fils aîné, et maintenant la reine des Français y fait élever une chapelle sous l'invocation du patron de son auguste fils : noble pensée d'une mère vertueuse6 !

5À la fin du XVIIIe siècle, Paris est prise en tenaille entre les murs des fermiers généraux. À l’ouest, la sortie de la ville s’effectue par la barrière de l’Étoile, l’actuelle porte Maillot, essentiellement constituée de terres en friche vaguement cultivées. En 1815, Louis-Philippe acquiert le château de Neuilly qu’il ambitionne d’agrandir par l’achat de terrains alentour. Propriétaire d’une parcelle route de la Révolte – le futur numéro 4 –, il l’échange de bonne grâce contre un terrain agricole de taille équivalente près du château. La transaction effectuée, l’emplacement change une nouvelle fois de mains pour être cédé à un entrepreneur en maçonnerie, M. Parmentier. En 1812, le maçon demeurait sur la colline de Passy et y serait sans doute resté sans le projet avorté de Napoléon d’y faire construire le palais du Roi de Rome. En 1814, Parmentier s’installe 2 chemin de la Révolte dans une maison qu’il vient d’achever. La même année, à la chute de l’empereur, les soldats Alliées pillent et dévastent sur leur passage la modeste demeure. L’homme fait alors l’acquisition du terrain voisin, le 4 chemin de la Révolte, où son fils érige une maison occupée en 1842 par l’épicier Lecordier.

Sauvegarder la mémoire royale

  • 7 Description exacte […], op. cit., p. 6.
  • 8 Pierre Fontaine, Journal : 1799-1853, Paris, Imprimerie alençonnaise, 1987, Paris, 1987, t. 2, p. (...)

6Cette terre, autrefois propriété des Orléans, est de nouveau acquise pour le compte de la Couronne à la mort du prince Ferdinand‑Philippe. Le comte de Montalivet, intendant de la Liste civile, est chargé de la transaction et le terrain est obtenu pour 110 000 francs7. C’est à Pierre Fontaine8, architecte du roi, que la conception des plans de la chapelle incombe. Après de dispendieuses premières esquisses, le projet se veut plus sobre. La première pierre est posée le 21 août 1842, un mois à peine après la mort du prince (ill. 2).

Ill. 2 : J. B. Arnont, Vue de la chapelle Saint-Ferdinand à Neuilly

Ill. 2 : J. B. Arnont, Vue de la chapelle Saint-Ferdinand à Neuilly

Gravure, Paris, publié par F. Sinneltt, 10 Rotonde, Passage Colbert, collection privée.

© D.R.

  • 9 Léon Charvet, Lyon artistique. Architectes : notices biographiques et bibliographiques avec une t (...)
  • 10 Pierre Fontaine, op. cit, t. 2, p. 1076.
  • 11 Justine Gain, Jean-Baptiste Plantar, le sculpteur ornemaniste de la Monarchie de Juillet, thèse d (...)

7Les travaux, dans leurs aspects plus pratiques, sont confiés à Pierre‑Bernard Lefranc9, ancien élève de Percier et Fontaine. Il est alors architecte du domaine privé du roi et contribue à l’édification de la chapelle en croix grecque, dans un style que l’on disait alors byzantin. Souhait ardent de la Reine, l’autel de la Vierge est disposé à l’endroit exact où son fils vient de mourir10. La sélection des artistes œuvrant sur le chantier est opérée avec la même attention, parmi les collaborateurs assidus de la famille royale. L’architecte Fontaine s’impose alors, de même que Lefranc, également concepteur de la chapelle des Orléans à Dreux. La décoration sculptée est confiée à Jean-Baptiste Plantar11, sculpteur des Bâtiments du roi, auteur de nombreux décors au château de Neuilly, au Louvre ou aux Tuileries. La maçonnerie est l’œuvre d’un certain Parmentier fils, qui sut savamment négocier l’obtention du chantier lors de la vente de sa parcelle. Ary Scheffer, professeur de dessin de la princesse Marie, esquisse les traits du monument funéraire dédié au prince dont Henri de Triqueti, familier du clan royal, sculpte le marbre ainsi que la Pieta, installée derrière l’autel principal. Le cénotaphe présente le prince allongé ; un ange, dessiné par Marie d’Orléans, s’agenouille au-dessus de son visage sans vie mais baigné de lumière. Celle-ci pénètre l’édifice à travers de somptueux vitraux manufacturés à Sèvres, d’après les dessins de Jean-Dominique Ingres, dont on connaît le célèbre portrait peint du prince Ferdinand.

8À l’extérieur, la chapelle est flanquée de bâtiments annexes, lieux du service religieux, qui servent également d’appartements d’appoint à l’officiant et à la famille royale. Parés de noir, leurs intérieurs sont soigneusement aménagés et deux pendules rappellent à jamais les dernières heures du prince : 11h50, l’heure de son accident et 16 h, celle de sa mort. Devant la chapelle, un espace est ménagé aux voitures arrivant de la route de la Révolte. Plantée de quelques arbres préservant son intimité, le jardin est clos par deux grilles, jalousement gardées par l’ancien épicier Lecordier, désormais gardien du cénotaphe royal.

9Un an après les faits, le 11 juillet 1843, à quelques jours de l’anniversaire de la mort du duc, la chapelle est inaugurée. La Reine s’y recueillera dorénavant chaque mercredi, preuve supplémentaire de la préoccupation toute personnelle qui préside à l’aménagement de ce lieu, à la dimension tant géographique qu’émotionnelle.

Un territoire fortifié

10Désormais empreinte d’une importante charge mémorielle, la route de la Révolte est aussi partie prenante d’un ensemble urbain stratégique, aux portes de Paris. L’amas de pierres, à l’origine supposée de l’accident du duc d’Orléans, était en réalité destiné à l’érection de la nouvelle « enceinte Thiers » appelée à se dresser autour de la capitale.

  • 12 Marie-France Sardain, « Les servitudes militaires autour des fortifications au XIXe siècle », Rev (...)
  • 13 Les fortifications en Ile-de-France 1792-1844, étude de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d (...)
  • 14 Chabaud-Latour (1804-1885) a été l’aide de camp du duc d’Orléans jusqu’à sa mort en 1842.
  • 15 Jean-Louis Cohen, Des fortifs au périph. Paris, les seuils de la ville, Paris, Picard éditeur, 19 (...)

11Au fil des siècles, se sont succédés à Paris plusieurs dispositifs défensifs, depuis les enceintes gallo-romaines du IVe siècle jusqu’au mur des fermiers généraux12. Par crainte de nouvelles exactions alliées, le projet d’une nouvelle enceinte émerge progressivement. En 1839, une pétition est présentée en ce sens au gouvernement, ardemment défendue par le duc d’Orléans13 et son aide de camp François de Chabaud-Latour14. L’idée est alors portée par Adolphe Thiers, éphémère président du Conseil, et la loi promulguée le 3 avril 1841. Les travaux s’échelonnent entre septembre 1841 et 184515. Chabaud-Latour est d’ailleurs chargé de veiller à l’édification est de l’enceinte qui doit prévenir de l’arrivée d’ennemis extérieurs mais se targue aussi de pouvoir museler d’éventuels soulèvements populaires, si récurrents depuis 1789.

12Les fortifs comme on les appelle alors, enserrent Paris. Une large route, la rue militaire, est doublée d’un épais mur ponctué de bastions et de portes. Construite au-delà des limites administratives de 1841, l’enceinte s’étend sur les communes limitrophes. Les faubourgs de la ville – alors situés en dehors de celle-ci – sont donc protégés avant d’être officiellement annexés à la capitale en 1860. Un glacis délimite une zone de servitude, dite de non aedificandi, sur laquelle aucune construction durable ne doit, en théorie, être édifiée. En cas de conflit, la zone peut être arasée dans un rayon de 250 m. Seules les structures légères pouvant être facilement démolies sont permises, exception faite de la chapelle dont la parcelle est directement bornée par l’enceinte. Lorsque Paris s’agrandit en 1860, les rues militaires deviennent les boulevards des maréchaux enveloppant la ville redessinée. Ainsi, se cristallisent autour des fortifications Thiers d’importants enjeux stratégiques et militaires dont la chapelle devra largement pâtir.

  • 16 Il s’agit de la loi du 12 août 1870 par laquelle le général Trochu, gouverneur de Paris et présid (...)

13Le 29 juillet 1870, la France déclare la guerre à la Prusse. Le siège de la capitale menace et le 12 août16, les mesures d’urgence concernant l’enceinte sont mises en œuvre par le Général Trochu, gouverneur de Paris. Les habitants de la zone militaire sont sommés de quitter les lieux.

  • 17 Théophile Gautier, Tableaux de Siège 1870-1871, Paris, Charpentier et Cie, 1871, p. 97.

La zone militaire des fortifications, entièrement démolie et rasée offre des perspectives toutes nouvelles. On aperçoit sur la droite, en sortant, la chapelle commémorative construite à la place où est mort le duc d’Orléans, sur le chemin de la Révolte. Sans doute elle a obtenu grâce comme monument historique ; d’ailleurs sa forme basse se rapprochant de celle d’un tombeau n’exigeait pas impérieusement qu’on la sacrifiât […]17.

  • 18 Pierre Wachenheim, Le 17e arrondissement, itinéraires d’histoire et d’architecture, Paris, Action (...)

14Tout ce qui encombre la zone militaire et compromet la bonne défense de la capitale est abattu, exception faite une nouvelle fois de la chapelle heureusement épargnée par l’intervention du général de Chabaud-Latour18. Compagnon d’armes du duc d’Orléans, il participe au projet des fortifs comme député du Gard. Rappelé aux responsabilités militaires pour contribuer à la défense de Paris en 1870, il prend la présidence du comité des fortifications, position dont il use pour protéger la chapelle honorant la mort de son vieil ami.

  • 19 L’Illustration, 18 novembre 1871, p. 336.
  • 20 Monde illustré, 24 septembre 1870.

15Si la bâtisse principale est sauvée, les appartements19 attenants, l’entrée ainsi que le jardin, sont détruits courant septembre 187020 sur décision du génie militaire français. La chapelle est sommairement entourée de palissades de fortune ; les arbres et autres habitations environnants sont systématiquement abattus (ill. 3). Durant le siège, notamment en janvier 1871, l’entrée ouest de Paris est sévèrement bombardée par les forces prussiennes. Lorsque la guerre s’achève la chapelle est toujours debout, à son emplacement d’origine, mais sa disposition initiale a amplement souffert des combats et la Porte Maillot n’est plus qu’un champ de ruines à l’ouest de Paris.

Ill. 3 : L’Illustration, 18 novembre 1871

Ill. 3 : L’Illustration, 18 novembre 1871

L’Illustration, 18 novembre 1871, p. 336.

De 1870 à 1950, entre pauvreté et divertissements

  • 21 Les fortifications en Ile-de-France 1792-1844, étude de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d (...)
  • 22 Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, Paris,
  • 23 Dans son court métrage éponyme, George Lacombe illustre ce dénuement des faubourgs en 1928.

16Dans les années 1870, les remparts de la Porte Maillot sont partiellement détruits et deviennent peu à peu le lieu de constructions éphémères. Certains témoignent d’une pauvreté parisienne rejetée aux portes de la ville et auparavant concentrée dans les faubourgs extérieurs du mur des fermiers généraux21. La Zone, cet « espèce de village qui n'arrive jamais à se dégager tout à fait de la boue, coincé dans les ordures et bordé de sentiers où les petites filles trop éveillées et morveuses, le long des palissades, fuient l'école pour attraper, d'un satyre à l'autre, vingt sous, des frites et la blennorragie »22, est occupée par une population indigente pour qui Paris intra-muros reste inaccessible et les bâtisses insalubres l’unique logement envisageable23.

17Dans un contraste saisissant de proximité, les entrées de la ville se parent bientôt de tous les atours du divertissement. Hors de Paris, exemptés de l’octroi, bals, cinémas, foires, expositions et autres buvettes saisonnières s’établissent temporairement sur les zones de non aedificandi. La Porte Maillot n’échappe pas à la règle et autour de la chapelle du duc d’Orléans se succèdent plusieurs établissements.

  • 24 Théatre géant « Columbia » à la Porte Maillot, affiche, Paris, Imprimerie Chardin, 1890, BNF, Par (...)
  • 25 « À la Porte Maillot », Le Monde Illustrée, 22 juillet 1899, p. 78.
  • 26 Pierre Wachenheim, op. cit., p. 45.
  • 27 « Réouverture du Printania », Comoedia, 31 mai 1908, p. 3.
  • 28 « Printania », Revue illustrée, 15 juin 1904.

18À l’angle de la route de la Révolte et de l’avenue de la Grande Armée, l’aérodrome de la Porte Maillot voit le jour dans les années 1890. Un théâtre géant, le Columbia24, élit également domicile sur l’un des terrains vagues jouxtant le cénotaphe. Le directeur, Bolossy Kiralfi est l’un des grands personnages du monde du spectacle de la Belle Époque. L’Exposition Universelle de 190025 est l’occasion de promouvoir cet espace installé sur plus de 10 000 m2 et abritant un cirque aquatique, un hippodrome et pouvant accueillir jusqu’à 6 000 spectateurs. Finalement détruit, le théâtre laisse place au Printania26, lieu pour « tous les vrais Parisiens en quête de plaisir »27, qui ouvre ses portes le 10 juin 190428. Ce « jardin concert-music-hall » offre tout un panel de spectacles, bars, toboggans et autres plaisirs en vogue. Paul Ruez, son directeur, est également propriétaire du Parisiana, haut lieu du divertissement des années 1900.

  • 29 Ibid.

Tout ce que Paris compte de notabilités mondaines, artistiques, littéraires, etc, ect, tout ce que Paris compte d’étrangers (demandez aux agents polyglottes) était à la réouverture de Printania29.

19Sur ce même emplacement, le Luna Park, inauguré le 29 mai 1909, succède au Printania. Inspiré de son homologue new-yorkais de Coney Island, le parc offre de nouveaux divertissements. Quant à la chapelle, elle est désormais ceinturée de montagnes russes et autres attractions, pour le plus grand amusement des parisiens en goguette.

  • 30 Raymond Queneau, Pierrot mon ami, Paris, Gallimard, 1842, p. 79. Le roman se déroule dans un déco (...)

Puis, tout à coup, naquit l’Uni-Park [Luna Park], avec la violence de ses bruits, l’insolence de ses clameurs. C’était une honte, me disais-je, d’installer un lieu de plaisir aussi près d’une tombe30.

20Le parc est finalement détruit en 1948 et le site dévoué aux nouveaux aménagements urbains qu’exige une quête soudaine et effrénée de modernité, au commencement des Trente Glorieuses.

La Porte Maillot, cœur de la modernité

  • 31 Les fortifications de Paris en Ile-de-France, op. cit., p. 99.

21L’aménagement de la Porte Maillot et le sort de la chapelle qui lui est associé ne s’appréhende qu’à travers une considération élargie d’un Paris en perpétuelle évolution au cours du XXe siècle. Déjà jugée obsolète par certains lors de sa construction, l’enceinte est l’objet d’un vif débat autour du bien-fondé de sa conservation à l’heure d’une mutation drastique de l’équipement et des techniques militaires et alors même que la défense de Paris a été entièrement repensée en 1874 par le général Séré de Rivière31. Les nouvelles formes de combat de la guerre 1914-1918 abondent dans le sens d’un déclassement de l’enceinte Thiers, confirmé par la loi du 19 avril 1919. Progressivement détruits jusqu’en 1929, les remparts rendent disponible une immense friche que l’on propose de couvrir d’infrastructures, d’espaces verts et de logements bon marché, solutions adaptées aux besoins d’une ville alors en pleine croissance.

  • 32 Jean-Louis Cohen, op. cit., p. 218.

22Dans cette optique, est lancé en 1931 le concours Rosenthal. Inspirés par un américanisme latent, les architectes les plus réputés – Le Corbusier, Henri Sauvage ou Auguste Perret – proposent une porte Maillot radicalement moderne32. En avril 1933, un avant-projet d’aménagement est même discuté au Conseil municipal de Paris sans qu’aucune suite ne lui soit donnée. En 1928, le bail du Luna Park est même reconduit pour 30 ans.

  • 33 MAP, D/1/75/231-2, Arrêté inscrivant la chapelle Notre-Dame-de-la Compassion sur l’inventaire sup (...)

23Pourtant, la porte Maillot est bien un carrefour crucial de la capitale notamment en ce qui concerne la circulation automobile : elle constitue le point d’entrée majeur dans la ville par l’ouest. Alors que les constructions haussmanniennes de l’avenue de la Grande Armée se heurtent aux fantômes des remparts et à l’orée verte du bois de Boulogne, la nécessité de nouvelles installations fonctionnelles se fait sentir. Dans les années 1930, les propriétaires de la chapelle Sainte-Ferdinand de Neuilly apprécient parfaitement la situation et prennent, en conséquence, les dispositions nécessaires. Déjà inscrite sur l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis le 5 juin 192833, la chapelle réclame, selon eux, davantage de protection.

  • 34 MAP, Charenton, D/1/75/231-2, lettre du directeur de la Société civile du domaine de Dreux au dir (...)

[…] la Société civile du Domaine de Dreux souhaiterait que cette protection fût plus effective et plus durable ; la Chapelle est, en effet, située sur la zone « non aedificandi » et, pour ce motif, exposée à être démolie si la Ville de Paris, en raison d’un objectif que l’on peut prévoir, prenait cette décision.34

  • 35 MAP, Charenton, D/1/75/231-2, arrêté de classement de la chapelle Notre-Dame de la Compassion, 15 (...)
  • 36 MAP, Charenton, D/1/75/231-2, rapport de Paul Boeswillwald sur la demande de classement de la cha (...)

24Elle est définitivement classée le 15 décembre 192835 afin que la « protection de l’État s’exerce »36 de manière optimale. Cette demande avisée sauvera, pensent-ils, la chapelle d’une destruction programmée mais ne préservera malheureusement pas son agencement initial, déjà largement mutilé en 1870.

« Paris, Porte Maillot, ce qui fut autrefois Lunapark n’est plus » 37

  • 37 « La Porte Maillot tournera le dos à Lunapark », Le Journal de Paris, 4 mai 1971.
  • 38 Jean-Louis Cohen, op. cit., p. 256. Bernard Lafay, « La circulation », Solutions aux problèmes de (...)
  • 39 Nathalie Roseau, « L’infrastructure sismographe. Temps, échelles et récits du boulevard périphéri (...)
  • 40 MAP, Charenton, 2001/23/26, lettre d’André Jean Donzet à l’ingénieur général du service des parcs (...)
  • 41 MAP, Charenton, 1991/025/004, lettre de l’adjoint à l’Inspection générale des Monuments historiqu (...)
  • 42 Arch. Nat., Pierrefitte, 19960493/69.

25Après les affres de la Seconde guerre mondiale, Paris s’imagine en cité ultra moderne. En 1954, les préconisations de Bernard Lafay38 sont adoptées au Conseil municipal de Paris39. L’objectif est simple : une politique de circulation marquée grâce à des aménagements urbains conséquents tels que la construction du périphérique. À la fin des années 1960, la question de l’aménagement de la Porte Maillot est à nouveau posée. Le projet d’un « Hôtel-Palais des Congrès » voit le jour et s’accompagne d’une nouvelle conception de la mobilité automobile. Initié par la Chambre d’Industrie et de Commerce de Paris, ce nouveau projet s’étendra sur le terrain jadis occupé par le Luna Park et depuis employé comme parc automobile par le Ministère de l’Intérieur40. Il se conçoit d’abord sans se soucier de l’existence presque oubliée de la chapelle de la Compassion. L’érection d’une tour devant abriter près d’un millier de chambres d’hôtel fait d’ailleurs l’objet d’un débat esthétique. Celle-ci ne devra pas obstruer la perspective de l’axe Arc de Triomphe-Louvre – « On ne peut que craindre la perte d’un effet mondialement connu41 » – et donc prendre place sur les lieux de l’accident du duc d’Orléans42. Les déplacements routiers et piétons préoccupent également ; les autorités et les concepteurs du projet s’y prennent à plusieurs reprises avant de statuer sur le tracé final. Le sort de la chapelle ne semble pas inquiéter outre mesure malgré les nombreuses commissions – urbanisme, monuments historiques, permis de construire – qui statuent sur le projet entre 1965 et 1972. Lors de la Conférence Permanente du Permis de construire du 22 novembre 1968, le « problème » de la chapelle, sise sur le terrain destiné au projet, est enfin soulevé :

  • 43 MAP, Charenton, 1991/025/004, lettre de l’adjoint à l’Inspection générale des Monuments historiqu (...)

Le Ministère des Affaires culturelles a émis un avis défavorable en raison de la suppression de la chapelle de la Compassion Boulevard Pershing. Mais celle-ci serait reportée à l’angle de la Porte des Ternes et du boulevard Aurelle de Paladines. Dans ces conditions, il semble que satisfaction soit donnée au Service des Monuments Historiques43.

  • 44 MAP, Charenton, 2001/023/0026, lettre de Bazelaire de Rupierre, architecte du Comte de Paris, à B (...)
  • 45 MAP, Charenton, 2001/023/0026, rapport de Bazelaire de Rupierre sur la chapelle Notre-Dame de la (...)

26Impossible de rayer de la carte la chapelle classée Monument historique, l’édifice sera donc délogé44. L’aval de la Société Civile du Domaine de Dreux, propriétaire effectif, est indispensable mais s’obtient aisément en échange de l’installation d’une plaque commémorative à l’endroit même de l’accident, au sein du futur hôtel45.

  • 46 Article 9 de la loi du 31 décembre 1913 dans sa version en vigueur du 4 janvier 1914 au 13 juille (...)

L'immeuble classé ne peut être détruit ou déplacé, même en partie, ni être l'objet d'un travail de restauration, de réparation ou de modification quelconque, si le ministre chargé des affaires culturelles n'y a donné son consentement46.

  • 47 MAP, Charenton, 2001/023/0026, compte-rendu de la réunion à propos du transfert de la chapelle Sa (...)
  • 48 MAP, Charenton, 1991/025/0004, lettre du Ministre d’État chargé des affaires Culturelles au Préfe (...)
  • 49 MAP, Charenton, 1991/025/004, lettre du Ministre d’État chargé des Affaires culturelles au Préfet (...)
  • 50 MAP, Charenton, 2001/023/0026, notice descriptive des travaux à exécuter à la chapelle Notre-Dame (...)
  • 51 « Paris – district – Boulevard Pershing 200 mètres pour une chapelle », La Croix, 23 septembre 19 (...)

27Après l’accord des différentes parties47 et malgré le « mauvais état » de conservation de l’édifice48, le déplacement de la chapelle est finalement acté le 11 décembre 1968 par André Malraux, alors ministre des Affaires Culturelles49. Entre 1970 et début 1971, la chapelle est de ce fait déplacée, « pierre par pierre »50, à 150 mètres du lieu de sa création, sur un terrain gracieusement offert par la ville de Paris à l’angle du boulevard Aurelle-de-Paladine et de la Porte-des-Ternes, en surplomb du futur périphérique51.

  • 52 Arch. nat, 19960493/69, lettre de Jean-Pierre Paquet, adjoint à l’Inspection Générale des Monumen (...)

À tous les égards, l’intérêt de la chapelle Notre-Dame de la Compassion n’est pas d’une importance suffisante pour justifier son maintien sur place et son incorporation dans la nouvelle composition, serait-ce en invoquant l’illustre exemple de Manhattan52.

  • 53 « Une chapelle parisienne déplacée pierre par pierre », Le Figaro, 9 octobre 1970.
  • 54 « Reconstruit pierre par pierre », L’Aurore, 6 mai 1971.
  • 55 MAP, Charenton, 2001/023/0026, convention pour le transfert de la chapelle Notre-Dame de la Compa (...)
  • 56 « Paris – district – Boulevard Pershing 200 mètres pour une chapelle », op. cit.
  • 57 MAP, Charenton, 1991/025/0004, rapport présenté par l’architecte en chef des Monuments historique (...)

28Olivier‑Pomponne Bazelaire de Rupierre, architecte du Comte de Paris, est chargé du transfert53. À cette occasion, un sous-sol flambant neuf est aménagé afin d’accueillir célébrations et activités paroissiales en tout genre54. Le coût de l’opération, avoisinant le million de francs, est soutenu par la Chambre de Commerce55 et, dans une moindre mesure, par l’Archevêché de Paris s’agissant des salles souterraines. La presse se fait d’ailleurs l’écho de la prouesse technique que représente alors le déplacement de la chapelle : « Comme quoi le Paris d’hier et celui de demain peuvent cohabiter pour peu qu’on le veuille »56 ! En 1972, André Jean Donzet, architecte en chef des Monuments historiques, alerte57 sur l’état critique de la chapelle ainsi que sur l’urgence d’une restauration, notamment extérieure.

  • 58 Ibid.

Cependant, il y a lieu de noter que l’importance des travaux de sculpture est sans commune mesure avec la vétusté du monument, et que les travaux auraient été bien moindres (à supposer qu’ils aient été nécessaires) si les opérations de démontage et remontage n’avaient pas eu lieu58.

  • 59 MAP, Charenton, 2001/23/026, lettre d’André Jean Donzet au conservateur régional des Bâtiments de (...)

29Malgré sa restauration durant l’année 197459, la chapelle reste aujourd’hui dans un état de conservation préoccupant dans un environnement urbain peu propice à l’amélioration de son état (ill. 4 et 5). Témoignage unique d’un lieu pensé par une famille endeuillée, la plaque commémorative exigée par les héritiers en échange du déplacement de la chapelle est désormais dissimulée sous l’immense autocollant vert pomme – parés des quelques lettres Mayo – invitant les clients de l’hôtel Hyatt à se rassasier à la table d’un restaurant contemporain (ill. 6).

Ill. 4 : Vue de la chapelle Notre-Dame de la Compassion à Paris

Ill. 4 : Vue de la chapelle Notre-Dame de la Compassion à Paris

2020

© Justine Gain

Ill. 5 : Vue du côté ouest de la chapelle Notre-Dame de la Compassion à Paris

Ill. 5 : Vue du côté ouest de la chapelle Notre-Dame de la Compassion à Paris

2020

© Justine Gain

Ill. 6 : Vue du Hall de l’hôtel Hyatt

Ill. 6 : Vue du Hall de l’hôtel Hyatt

2019

© Justine Gain

30Porte Maillot, de nouvelles transformations sont prévues par la ville de Paris autour de la chapelle de la Compassion60. Une extension du bois de Boulogne ainsi que de nouveaux immeubles végétalisés entoureront bientôt le cénotaphe du XIXe siècle, l’enserrant dans un étau urbain toujours plus anachronique et questionnant encore la préservation des monuments historiques et de leurs abords.

Haut de page

Notes

1 Victor Hugo, Choses vues, Paris, A. Michel, 1913, p. 70.

2 À la mémoire de Ferdinand Philippe d’Orléans, estampe, Paris, vers 1842, BNF, Paris.

3 Victor Hugo, op. cit., p. 70.

4 La Phalange, dimanche 7 août 1842.

5 Henri Poncan, Maison où est mort le duc d’Orléans, le 13 Juillet 1842, maquette, après 1842, PM37, Musée Carnavalet, Paris.

6 Description exacte de l’extérieur et de l’intérieur de la chapelle Saint-Ferdinand et de la chapelle de Dreux, Paris, Derche, [s.d.], p. 6.

7 Description exacte […], op. cit., p. 6.

8 Pierre Fontaine, Journal : 1799-1853, Paris, Imprimerie alençonnaise, 1987, Paris, 1987, t. 2, p. 1076.

9 Léon Charvet, Lyon artistique. Architectes : notices biographiques et bibliographiques avec une table des édifices et la liste chronologique des noms, Lyon, Bernoux et Cumin, 1899, p. 215.

10 Pierre Fontaine, op. cit, t. 2, p. 1076.

11 Justine Gain, Jean-Baptiste Plantar, le sculpteur ornemaniste de la Monarchie de Juillet, thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Michel Leniaud et de Lionel Arsac, Paris, École du Louvre et École Pratique des Hautes Études, [en cours].

12 Marie-France Sardain, « Les servitudes militaires autour des fortifications au XIXe siècle », Revue historique des armées, 2014, 274, [En ligne] http://journals.openedition.org/rha/7940 (consulté le 11 août 2020).

13 Les fortifications en Ile-de-France 1792-1844, étude de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région d’Ile-de-France et de l’Association Vauban, juin 2005, p. 36.

14 Chabaud-Latour (1804-1885) a été l’aide de camp du duc d’Orléans jusqu’à sa mort en 1842.

15 Jean-Louis Cohen, Des fortifs au périph. Paris, les seuils de la ville, Paris, Picard éditeur, 1991, p. 31-33.

16 Il s’agit de la loi du 12 août 1870 par laquelle le général Trochu, gouverneur de Paris et président de la Défense nationale, ordonne l’évacuation de la zone de non aedificandi autour des remparts.

17 Théophile Gautier, Tableaux de Siège 1870-1871, Paris, Charpentier et Cie, 1871, p. 97.

18 Pierre Wachenheim, Le 17e arrondissement, itinéraires d’histoire et d’architecture, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 2000, p. 62. Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAP), Charenton, 1995/025/0893.

19 L’Illustration, 18 novembre 1871, p. 336.

20 Monde illustré, 24 septembre 1870.

21 Les fortifications en Ile-de-France 1792-1844, étude de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région d’Ile-de-France et de l’Association Vauban, Juin 2005, p. 78.

22 Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, Paris,

23 Dans son court métrage éponyme, George Lacombe illustre ce dénuement des faubourgs en 1928.

24 Théatre géant « Columbia » à la Porte Maillot, affiche, Paris, Imprimerie Chardin, 1890, BNF, Paris.

25 « À la Porte Maillot », Le Monde Illustrée, 22 juillet 1899, p. 78.

26 Pierre Wachenheim, op. cit., p. 45.

27 « Réouverture du Printania », Comoedia, 31 mai 1908, p. 3.

28 « Printania », Revue illustrée, 15 juin 1904.

29 Ibid.

30 Raymond Queneau, Pierrot mon ami, Paris, Gallimard, 1842, p. 79. Le roman se déroule dans un décor largement inspiré de celui de la Porte Maillot dans les années 1930.

31 Les fortifications de Paris en Ile-de-France, op. cit., p. 99.

32 Jean-Louis Cohen, op. cit., p. 218.

33 MAP, D/1/75/231-2, Arrêté inscrivant la chapelle Notre-Dame-de-la Compassion sur l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques, 5 juin 1928.

34 MAP, Charenton, D/1/75/231-2, lettre du directeur de la Société civile du domaine de Dreux au directeur général des Beaux-Arts, 12 juillet 1928.

35 MAP, Charenton, D/1/75/231-2, arrêté de classement de la chapelle Notre-Dame de la Compassion, 15 décembre 1928.

36 MAP, Charenton, D/1/75/231-2, rapport de Paul Boeswillwald sur la demande de classement de la chapelle Notre-Dame de la Compassion, 15 décembre 1928.

37 « La Porte Maillot tournera le dos à Lunapark », Le Journal de Paris, 4 mai 1971.

38 Jean-Louis Cohen, op. cit., p. 256. Bernard Lafay, « La circulation », Solutions aux problèmes de Paris, Paris, Imprimerie de Desfossés, 1954.

39 Nathalie Roseau, « L’infrastructure sismographe. Temps, échelles et récits du boulevard périphérique parisien », Tracés. Revue de Sciences humaines, 35, 2018, [En ligne] http://journals.openedition.org/traces/8207 (consulté le 10 août 2020).

40 MAP, Charenton, 2001/23/26, lettre d’André Jean Donzet à l’ingénieur général du service des parcs et jardins, 1er décembre 1966.

41 MAP, Charenton, 1991/025/004, lettre de l’adjoint à l’Inspection générale des Monuments historiques au Ministre des Affaires culturelles, 25 novembre 1968.

42 Arch. Nat., Pierrefitte, 19960493/69.

43 MAP, Charenton, 1991/025/004, lettre de l’adjoint à l’Inspection générale des Monuments historiques au Ministre des Affaires culturelles, 25 novembre 1968.

44 MAP, Charenton, 2001/023/0026, lettre de Bazelaire de Rupierre, architecte du Comte de Paris, à Bernard Vitru, architecte en chef des Monuments Historiques, 13 octobre 1966.

45 MAP, Charenton, 2001/023/0026, rapport de Bazelaire de Rupierre sur la chapelle Notre-Dame de la Compassion, 15 juin 1968.

46 Article 9 de la loi du 31 décembre 1913 dans sa version en vigueur du 4 janvier 1914 au 13 juillet 1985.

47 MAP, Charenton, 2001/023/0026, compte-rendu de la réunion à propos du transfert de la chapelle Saint-Ferdinand, 23 avril 1968.

48 MAP, Charenton, 1991/025/0004, lettre du Ministre d’État chargé des affaires Culturelles au Préfet de Paris, 27 septembre 1967.

49 MAP, Charenton, 1991/025/004, lettre du Ministre d’État chargé des Affaires culturelles au Préfet de Paris, 15 janvier 1969.

50 MAP, Charenton, 2001/023/0026, notice descriptive des travaux à exécuter à la chapelle Notre-Dame de la Compassion, 17 juin 1968.

51 « Paris – district – Boulevard Pershing 200 mètres pour une chapelle », La Croix, 23 septembre 1970.

52 Arch. nat, 19960493/69, lettre de Jean-Pierre Paquet, adjoint à l’Inspection Générale des Monuments historiques, au Ministre des Affaires culturelles, 15 novembre 1968.

53 « Une chapelle parisienne déplacée pierre par pierre », Le Figaro, 9 octobre 1970.

54 « Reconstruit pierre par pierre », L’Aurore, 6 mai 1971.

55 MAP, Charenton, 2001/023/0026, convention pour le transfert de la chapelle Notre-Dame de la Compassion entre la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Paris et la Société Civile du Domaine de Dreux.

56 « Paris – district – Boulevard Pershing 200 mètres pour une chapelle », op. cit.

57 MAP, Charenton, 1991/025/0004, rapport présenté par l’architecte en chef des Monuments historiques à l’appui d’un projet de travaux ayant pour objet la remise en état du décor extérieur.

58 Ibid.

59 MAP, Charenton, 2001/23/026, lettre d’André Jean Donzet au conservateur régional des Bâtiments de France, 21 mai 1974.

60 https://www.paris.fr/pages/la-concertation-porte-maillot-4365

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Vue de la chapelle Notre-Dame de la Compassion depuis Neuilly-sur-Seine
Légende 2019
Crédits © Grégoire Lubineau
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Ill. 2 : J. B. Arnont, Vue de la chapelle Saint-Ferdinand à Neuilly
Légende Gravure, Paris, publié par F. Sinneltt, 10 Rotonde, Passage Colbert, collection privée.
Crédits © D.R.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1336/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Ill. 3 : L’Illustration, 18 novembre 1871
Légende L’Illustration, 18 novembre 1871, p. 336.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1336/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 702k
Titre Ill. 4 : Vue de la chapelle Notre-Dame de la Compassion à Paris
Légende 2020
Crédits © Justine Gain
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1336/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Titre Ill. 5 : Vue du côté ouest de la chapelle Notre-Dame de la Compassion à Paris
Légende 2020
Crédits © Justine Gain
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1336/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Ill. 6 : Vue du Hall de l’hôtel Hyatt
Légende 2019
Crédits © Justine Gain
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/1336/img-6.png
Fichier image/png, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Gain, « 150 ans plus tard, 150 mètres plus loin, la chapelle Saint-Ferdinand de Neuilly, un patrimoine déplacé »Livraisons de l'histoire de l'architecture, 40 | 2020, 99-111.

Référence électronique

Justine Gain, « 150 ans plus tard, 150 mètres plus loin, la chapelle Saint-Ferdinand de Neuilly, un patrimoine déplacé »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 40 | 2020, mis en ligne le 28 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lha/1336 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.1336

Haut de page

Auteur

Justine Gain

Après une licence à l’École du Louvre où elle se spécialise en histoire de la peinture française Justine Gain y poursuit son cursus en master en intégrant le Centre de Recherche du château Versailles. Ses premiers travaux portent alors sur Les collections d’Alexandre Lenoir dans les Galeries historiques de Versailles avant de s’intéresser à l’œuvre sculptée de Jean-Baptiste Plantar (1790-1879) dans ces mêmes galeries, parallèlement à de nombreuses expériences dans différentes institutions culturelles de la région parisienne – au Louvre, au musée d’Orsay ou au château de Versailles. Elle contribue également au French Sculpture Census, un programme de recherche transatlantique dirigé par Laure de Margerie. De même, elle effectue le Ayesha Bulchandani Curatorial Internship le temps d’un été à la Frick Collection à New York. À l’École du Louvre et l’École Pratique des Hautes Études, elle poursuit aujourd’hui sa thèse intitulée Jean-Baptiste Plantar (1790-1879), le sculpteur ornemaniste de la Monarchie de Juillet sous la direction de Jean-Michel Leniaud, spécialiste de l’architecture du XIXe siècle et de Lionel Arsac, conservateur au château de Versailles. Adresse électronique : justine.gain@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search