Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42ÉtudesÉcrire-construire. Pour une compa...

Études

Écrire-construire. Pour une comparaison entre architecture, littérature et sciences sociales

Writing-constructing. For a comparison between architecture, literature and social sciences
Schreiben ‒ konstruieren. Für einen Vergleich zwischen Architektur, Literatur und Sozialwissenschaften
Ivan Jablonka

Résumés

Cet article s’efforce de resserrer le lien entre architecture et littérature. Il défend l’idée qu’un édifice s’écrit et que, à l’inverse, un texte se construit. La dimension grammaticale et linguistique de l’architecture a pour symétrique la dimension spatiale et structurale de la littérature. En rapprochant l’architecture moderne de la littérature d’enquête, on peut introduire un troisième terme à la comparaison : les sciences sociales. Finalement, toutes ces disciplines ont un noyau commun : l’art de la construction. Par conséquent, la vocation du chercheur-écrivain n’est pas de pratiquer une « déconstruction » sans fin, mais une construction, c’est-à-dire une activité de conception et de création. Dégageant les structures du réel, il pratique une architecture indissociablement cognitive et littéraire : le texte-recherche.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article s’efforce de resserrer le lien entre architecture et littérature, jusqu’à être capable de les penser ensemble. Pour ce faire, on doit opérer un double mouvement : comparer l’architecture à la littérature et la littérature à l’architecture. Je défendrai l’idée qu’un édifice s’écrit et que, à l’inverse, un texte se construit. La dimension grammaticale et linguistique de l’architecture a pour symétrique la dimension spatiale et structurale de la littérature. Enfin, rapprochant l’architecture moderne de la littérature d’enquête, j’introduirai un troisième terme à la comparaison : les sciences sociales.

Écrire l’architecture

  • 1 Erwin Panofsky, Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Minuit, 1967.

2Commençons par la thèse classique de Panofsky. On peut établir, à partir du XIIe siècle, une homologie entre l’architecture gothique et la pensée scolastique, entre la cathédrale et la somme thomiste. Avec son agencement formel, le portail clarifie un contenu narratif, le tympan étant divisé en trois registres dans certaines cathédrales1.

Ill. 1. Tympan du portail central de la cathédrale d’Amiens (XIIIe siècle)

Ill. 1. Tympan du portail central de la cathédrale d’Amiens (XIIIe siècle)

Lien : http://mondesetmerveilles.fr/​wp-content/​uploads/​2017/​08/​portail-cathedrale.jpg © wikipedia CC BY-SA3.0

  • 2 Jean-Nicolas-Louis Durand, Précis des leçons d’architecture données à l’École royale polytechnique, (...)
  • 3 Louis Sullivan, « The Tall Office Building Artistically Considered » (1896), consultable sur https: (...)

3Le rapport entre architecture et langage est développé par plusieurs théoriciens. Pour Jean-Nicolas-Louis Durand, professeur à l’École polytechnique au début du XIXe siècle, l’architecture se réduit à « quelques combinaisons simples et peu nombreuses, mais dont les résultats sont aussi riches et aussi variés que ceux de la combinaison des éléments du langage »2. En 1896, dans son article « The Tall Office Building », Sullivan revendique la liberté d’inventer un langage nouveau, simple et national, en rupture avec les académies européennes : « L’architecture pourrait devenir une forme vivante de langage (a living form of speech) »3.

  • 4 Jean-Louis Cohen, Architecture, modernité, modernisation, Paris, Fayard, 2017, p. 22.

4Cette thèse admet une variante originale : l’identification entre l’architecte et l’écrivain. Des architectes-écrivains comme Viollet-le-Duc, Wright, Le Corbusier et Perret manifestent une « pulsion scripturale »4 qui redouble leur effort créateur.

  • 5 Guillemette Morel Journel, Le Corbusier, l’écrivain. Arpenter « Sur les quatre routes », thèse d’ar (...)

5Le corpus des livres et articles de Le Corbusier représente une véritable œuvre. Non seulement ce dernier contrôle l’ensemble de la chaîne éditoriale, mais encore il revendique sa littérarité5. Son maître ouvrage, Vers une architecture (1923), regorge d’aphorismes, de sentences, de slogans, de prophéties, expressions d’un talent rhétorique vibrant au cœur d’une écriture. Sa revue L’Esprit nouveau emprunte son titre à Apollinaire, qui avait donné en 1917 une conférence sur « l’esprit nouveau et les poètes ».

  • 6 Cité par Joseph Abram, Perret et l’école du classicisme structurel (1910-1960), ENSA de Nancy, 1985 (...)

6L’admiration entre Auguste Perret et Paul Valéry s’explique par leur commune prédilection pour l’architecture classique, mais aussi par la volonté de recourir à la littérature comme un support théorique et pédagogique. Du reste, les conseils que Perret donne à ses élèves relient l’architecture au langage : « Parlez béton ou parlez pierre. […] Chaque matériau a son langage propre6. »

7S’il est donc vrai que l’architecture est un texte, alors l’architecte écrit au sens fort. Abordons maintenant la réciproque : l’écrivain construit.

De la littérature comme structure

  • 7 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

8La littérature peut être considérée comme un espace bâti. Elle repose sur trois structures : le milieu, le système et la règle. Le milieu correspond à la notion de « champ littéraire » élaborée par Bourdieu, univers social composé des institutions, académies, groupes de pairs, médias et récompenses qui assurent aux écrivains une reconnaissance financière ou symbolique7.

9On peut évoquer le système à travers la construction des mythes. De Moïse à Sémiramis, d’Œdipe à Rémus et Romulus, la plupart des grands récits politico-religieux mettent en scène un enfant né « de travers », recueilli par un couple pauvre, qui s’accomplit dans la révélation de sa destinée héroïque. Les textes sacrés du judaïsme sont bâtis comme un édifice à quatre étages – Bible, Michna, Talmud, exégèse –, bâtisse spirituelle grâce à laquelle l’âme peut s’élever.

  • 8 Roland Barthes, « Introduction à l’analyse structurale des récits », in Communications, 8. L’Analys (...)

10Au XXe siècle, Saussure, Propp et Lévi-Strauss ont montré que, par-delà leur variété, les mythes possédaient une structure commune. Dans les années 1960, Barthes identifie trois niveaux de description : la fonction, par laquelle tout ce qui est noté est notable ; l’action, qui classe les personnages par rapport à ce qu’ils font (donateur ou destinataire, adjuvant ou opposant) ; la narration, ensemble des points de vue et situations de récit. Dans Sur Racine (1963), il s’intéresse à l’« anthropologie racinienne, à la fois structurale et analytique », qui se diffracte en lieux et actions comme la Méditerranée, la Chambre, les relations d’amour, les techniques d’agression, etc8.

11Après le milieu social et le système des signes, un troisième élément fonde l’architecture littéraire : les règles du genre. À partir du XVIIe siècle, une pièce de théâtre est divisée en actes, scènes, entractes ; elle appartient à un sous-genre (comédie, tragédie, drame) et peut s’astreindre à la règle des trois unités.

Ill. 2. Racine, Iphigénie (1674)

Ill. 2. Racine, Iphigénie (1674)

© BNF - catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31169276w

12Le roman social du XIXe siècle raconte une histoire qui comprend une mise en intrigue, un état civil des personnages, un espace-temps diégétique, un certain rapport à la réalité. De la même manière, les séries télévisées du XXIe siècle reposent sur un scénario construit en quatre étapes : la « bible », document qui énumère les données techniques de la série ; les « arches », résumé de la série et du parcours des personnages sur une saison ; le « séquencier », qui fournit le contenu de chaque séquence, scène à scène, épisode par épisode ; la « version dialoguée » ou scénario complet.

13Quel que soit son genre, un texte se présente donc comme une architecture, avec ses structures sociales et narratives, ses règles de construction, son matériau, sa logique interne. On peut même envisager ce cas de figure : l’auteur-constructeur, symétrique de l’architecte-écrivain.

Les auteurs-constructeurs

  • 9 Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, Paris, Gallimard, « Folio », 1966 (1831), p. 237 sq.

14Il arrive que l’architecture soit l’héroïne du récit. Un monument, une ville inspirent les romanciers du XIXe siècle. Dans Notre-Dame de Paris, Hugo écrit que, « jusqu’à Gutenberg, l’architecture est l’écriture principale » : la pensée humaine s’exprime dans ces livres qu’on appelle temples ou cathédrales9. Dans Les Cinq Cents millions de la Bégum, Jules Verne oppose la ville parfaite du Dr Sarrasin à la menaçante Stahlstadt de l’Allemand. Au bonheur des dames de Zola introduit le lecteur sous la voûte des grands magasins.

15La littérature moderne intègre l’architecture comme une dimension à part entière de la création. Les calligrammes d’Apollinaire sont, au sens propre, construits. Une littérature de lieux et d’espaces urbains naît à la fin du XXe siècle : les « espèces d’espaces » de Georges Perec, l’autoroute A6 de Julio Cortázar et Carol Dunlop dans Les Autonautes de la cosmoroute, le RER B de François Maspero dans Les Passagers du Roissy-Express, le périphérique parisien d’Olivier Rolin dans Tigre en papier, la rue Férou de Lydia Flem dans Paris fantasme.

Ill. 3. Apollinaire, Calligramme de la tour Eiffel (1918)

Ill. 3. Apollinaire, Calligramme de la tour Eiffel (1918)

Lien : https://fr.wikipedia.org/​wiki/​Fichier:Guillaume_Apollinaire_Calligramme.JPG © Guillaume Apollinaire, domaine public, via Wikimedia Commons

16Mais c’est surtout la méthode qui importe : la composition de l’œuvre – son architecture – permet de concevoir la littérature comme un art de construire. Pour le XXe siècle, deux maîtres d’œuvre s’imposent : Proust et Borges.

  • 10 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, in À la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard, « Pléiade (...)

17Il a été dit que La Recherche avait été conçue comme une cathédrale, et l’on sait que Proust était un grand lecteur de Viollet-le-Duc et de Ruskin, également passionné par le livre d’Émile Mâle, L’Art religieux du XIIIe siècle en France. La madeleine de tante Léonie, portant l’« édifice immense du souvenir », déploie une architecture. Car, grâce à son odeur et à sa saveur, « tout Combray » apparaît. Le village revient d’abord sous la forme du chemin de fer, de l’église, des remparts, c’est-à-dire par sa géométrie horizontale, verticale ou circulaire ; puis c’est au tour des maisons et des rues ; enfin surgissent les pierres tombales, les vitraux, les murs, l’abside, la crypte de l’église10. La structure mémorielle correspond à une structure spatiale.

  • 11 Jorge Luis Borges, « La Bibliothèque de Babel » (1941), in Fictions, Paris, Gallimard, « Folio », 1 (...)

18La bibliothèque de Babel inventée par Borges, composée d’un nombre infini d’hexagones reliés entre eux, juxtapose plusieurs architectures matérielles et symboliques : la bibliothèque comme lieu (l’univers), l’ensemble des livres existants (les objets en papier) et leur contenu (une intertextualité incohérente). La nouvelle « L’Immortel » fournit un autre exemple : un palais qui serait chaos et folie, avec des couloirs sans issue, de hautes fenêtres inaccessibles, des portes colossales donnant sur une cellule ou un puits, des escaliers qui s’achèvent dans une coupole11. Dans les deux cas, le dédale est spatial autant que scriptural.

L’inspiration architectonique

19Si toute littérature est un espace construit, les écrivains sont des architectes et leurs œuvres, des édifices. En inversant cette relation, on s’aperçoit que l’architecture du XXe siècle aide à théoriser une nouvelle littérature : les écritures du réel.

  • 12 Je me permets de renvoyer à Ivan Jablonka, « La création en sciences sociales », Esprit, n° 439, no (...)

20Enquêtes, reportages, récits de vie, carnets de bord, relations de voyage, autobiographies composent une littérature qui permet de comprendre le monde. Les sciences sociales y ont toute leur place. En faisant le récit de son enquête, en incarnant une méthode dans un texte, le chercheur devient un « écrivain en sciences sociales »12. Comme l’architecture moderne, cette littérature du raisonnement a pour principe de révéler ses structures. Qu’on l’appelle « non-fiction », « journalisme littéraire » ou « littérature d’enquête », elle constitue une révolution intellectuelle symétrique de la révolution architecturale du XXe siècle. Elle apparaît comme une Baukunst, un art de construire qui obéit à cinq principes.

21Dans l’architecture moderne, la solidité renvoie autant à un mode de construction qu’à des matériaux (acier, béton armé). Pour assurer la stabilité de l’édifice, il faut une charpente, des piliers, des poutrelles, des échafaudages, des calculs assistés par ordinateur. Ces prouesses techniques permettent d’atteindre des hauteurs inconnues jusqu’alors : la tour Eiffel culminant à 312 mètres à la fin du XIXe siècle, l’Empire State Building à 443 mètres dans les années 1930, le Burj Khalifa à 828 mètres au début du XXIe siècle.

22De même, c’est la solidité du raisonnement qui permet à l’enquête de « tenir ». Les sources, transformées en preuves, assurent la robustesse de l’ensemble. Le rapprochement entre architecture et sciences sociales rappelle que ces dernières sont par nature structurales, indépendamment de la vogue « structuraliste » des années 1960. On peut dire la même chose de la littérature d’enquête, fût-elle écrite par des journalistes comme Emmanuel Carrère (dans L’Adversaire) ou Florence Aubenas (dans Le Quai de Ouistreham).

  • 13 Auguste Perret, « Contribution à une théorie de l’architecture » (1949), consultable sur https://ww (...)

23L’honnêteté s’entend de deux manières. La vérité du matériau consiste à proclamer la dignité de celui qu’on utilise, par exemple le béton, humble mélange d’éléments sans prestige. L’honnêteté de la structure est un idéal qui traverse toute l’architecture moderne. C’est le geste fondateur d’Eiffel jetant ses viaducs dans le vide et sa tour dans le ciel. Perret affirme que « celui qui dissimule une partie quelconque de la charpente se prive du seul légitime et plus bel ornement de l’architecture »13. Dans The Natural House (1954), Frank Lloyd Wright fait l’éloge de l’honnêteté (integrity), qui existe chez un individu autant que dans un bâtiment : cette qualité est nécessaire en architecture comme dans la vie.

Ill. 4. La construction de la tour Eiffel (1888)

Ill. 4. La construction de la tour Eiffel (1888)

Lien : https://gallica.bnf.fr/​anthologie/​notices/​01206.htm. Libre de droits by Wikipedia

  • 14 Charles Seignobos, « Séance du 30 mai 1907. Les conditions pratiques de la recherche des causes dan (...)

24La vérité architecturale suppose donc d’assumer des matériaux sans noblesse, tout en exprimant la structure du bâtiment, avec sa charpente d’acier ou ses poteaux-poutres en béton. On retrouve ce principe dans la littérature d’enquête et les sciences sociales. En premier lieu, il s’agit d’admettre qu’elles ne disposent que d’un matériau prosaïque : entretiens, citations, archives, paperasses, objets au rebut, tout un assortiment d’« aspect très répugnant »14. Il s’agit ensuite de montrer comment l’enquête est faite. En la racontant, le chercheur-écrivain révèle les structures de sa recherche, qui sont à la fois cognitives et littéraires. L’honnêteté consiste enfin à reconnaître, au sein du texte, ses doutes, les failles de l’enquête.

  • 15 Phyllis Lambert, Mies van der Rohe. L’art difficile d’être simple = the difficult art of the simple(...)

25La concision définit un style. La simplicité minimaliste, cet « art difficile d’être simple15 » qu’on retrouve chez Sullivan, Le Corbusier ou Mies, représente un effort pour aller à l’essentiel. Le Wainwright Building est un acte de foi. Le dépouillement du Seagram Building et la pureté de lignes de la maison Farnsworth correspondent, sur le plan littéraire, à la sobriété, à l’économie de moyens grâce à laquelle chaque mot compte.

  • 16 Le Corbusier, Vers une architecture, Paris, Flammarion, « Champs », 1995 (1923), p. 121.

26Ce style correspond à une manière d’écrire : la sobriété, rigorisme qu’on retrouve chez des auteurs aussi différents que Primo Levi, Annie Ernaux, Patrick Modiano et Svetlana Alexievitch. Leur phrase est une architecture moderne, avec ses formes rectilignes, sa simplicité radicale, son esthétique de la forme. Chez eux comme chez Mies, la rigueur ne signifie pas déperdition, mais exigence ; le dépouillement, richesse ; et l’expressivité provient de l’absence de superflu. Produite par le raisonnement, l’émotion a donc toute sa place dans les sciences sociales : c’est de la concision et de la pudeur que jaillit l’intensité. Quant à Le Corbusier, il définit l’architecture comme le fait d’« établir des rapports émouvants » à l’aide de matériaux bruts16.

27Le texte structural de l’enquête, recherche qui est aussi une recherche sur sa forme, parvient à un dépouillement qui est le contraire de l’art monumental. Car le style verbeux, le trop-plein d’adjectifs, la pléthore de détails érudits sont pareils à ces ornements en trop que Loos compare à un « crime ». Suivant ce principe, le chercheur-écrivain peut construire des édifices aussi laconiques et émouvants que les villas de Le Corbusier et les gratte-ciels de Mies. Lyrisme de la sobriété.

Ill. 5. Mies van der Rohe, Seagram Building (1958)

Ill. 5. Mies van der Rohe, Seagram Building (1958)

Ezra Stoller - https://www.amc-archi.com/​photos/​la-trajectoire-exceptionnelle-de-phyllis-lambert-exposition,6369/​ezra-stoller-seagram-building.2 © CCA

28La composition architecturale consiste à créer un rythme en combinant différents éléments. Marbres, verres, coloris, bassins mettent en mouvement le Pavillon allemand de Barcelone, tout comme la « promenade architecturale » de la maison La Roche travaille l’ombre et la lumière, les perspectives et les points de vue, pour faire voyager le visiteur. Dans la maison Schröder de Rietveld comme dans la cité Frugès de Le Corbusier, le jeu des couleurs, des formes et des lignes provoque une asymétrie polychromique, rythme qu’on peut définir comme l’équilibre d’un déséquilibre.

29De même, l’enquête entraîne le lecteur dans une « promenade architecturale », un chemin de découvertes, une circulation de savoirs. Ce que le Pavillon de Barcelone et la maison La Roche permettent dans l’espace, l’enquête le réussit à travers le temps et les sociétés. La dramaturgie des sciences sociales ne signifie pas mise en scène ni pathos, mais randonnée intellectuelle, mise en tension du temps, mise en mouvement des forces sociales à l’œuvre dans chacun de nos gestes.

Ill. 6. Le Corbusier, La maison La Roche (1925)

Ill. 6. Le Corbusier, La maison La Roche (1925)

Lien : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Rampa_Interior.jpg © Commons Wikimedia. CCA 3.0

30L’architecture permet de créer un volume. Grâce à sa méthode et à ses raisonnements pluridisciplinaires, l’enquête s’écrit elle aussi en plusieurs dimensions. Ainsi, une biographie – le parcours sociohistorique d’un individu – comporte une dimension horizontale (éducation, habitus, socialisation, genre, ethnicité), une dimension verticale (jeux d’échelles, circulations de sens entre les niveaux individuel, familial, social, étatique, mondial) et une dimension comparatiste (ressemblances et différences avec d’autres parcours). Si l’enquête ouvre un espace, produit du volume, c’est parce qu’elle pratique une écriture pluridisciplinaire et pluridimensionnelle. On aboutit à une « architexture », sorte d’axonométrie littéraire.

Ill. 7. Theo van Doesburg, Cornelis van Eesteren, Contra-Construction Project (1923)

Ill. 7. Theo van Doesburg, Cornelis van Eesteren, Contra-Construction Project (1923)

MoMA - Gift of Edgar Kaufmann, Jr. © Domaine public

  • 17 Auguste Perret, « Contribution à une théorie de l’architecture », art. cit.

31Cette méthode de construction est un modèle d’écriture : montrer comment « c’est fait », pourquoi « ça tient ». En d’autres termes, on construit un texte avec poutres apparentes, une écriture pan de fer, un livre Ironbridge, un récit viaduc de Garabit, une biographie Lake Shore Drive, une enquête tour Eiffel ou Notre-Dame du Raincy. Cet idéal définit tout à la fois une esthétique et une éthique, ce que Perret appelle la « splendeur du vrai »17.

Penser en construction

32Les architectes écrivent, les écrivains construisent : ils produisent deux sortes de bâti. Il en résulte tout un jeu de réciprocités : de même que l’architecture est une écriture (Sullivan, Viollet-le-Duc, Le Corbusier, Perret), de même le texte est un édifice (Proust, Borges, Ernaux, Perec). La dimension spatiale de la littérature répond à la dimension scripturaire de l’architecture. Construire, c’est écrire ; écrire, c’est construire.

  • 18 On doit cette notion à Gérard Genette, Introduction à l’architexte, Paris, Seuil, « Poétique, » 197 (...)

33Mais il y a davantage : l’architecture moderne aide à théoriser la littérature du réel – rencontre entre deux grandes révolutions du XXe siècle. L’inspiration architectonique permet de réconcilier la création littéraire et la recherche en sciences sociales. Elle caractérise une littérature fondée sur la solidité, l’honnêteté, la concision, le rythme et la pluridisciplinarité, capable de mettre au jour ses propres structures. L’« architexte »18 est un édifice écrit, une littérature pour habiter le monde.

34Le rapprochement entre architecture, littérature et sciences sociales permet de dégager leur noyau commun : l’art de la construction. Le chercheur-écrivain ne « sculpte » pas, ne « cisèle » pas, ne « polit » pas ; le chercheur-écrivain construit. Sa vocation n’est pas de pratiquer une « déconstruction » sans fin, mais une construction, c’est-à-dire une activité de conception et de création. Il est moins un narrateur qu’un « maître de la forme » au sens du Bauhaus. Dégageant les structures du réel, il pratique une architecture indissociablement cognitive et littéraire : le texte-recherche.

  • 19 Cité par Christophe Laurent, Guy Lambert et Joseph Abram (dir.), Auguste Perret. Anthologie des écr (...)

35En 1935, Perret proposait cette définition : « Qu’est-ce que l’architecte ? Un poète qui parle et pense en construction19. » J’aimerais demander, pour lui faire écho : qu’est-ce que le chercheur ? Un écrivain qui parle et pense en construction.

Haut de page

Notes

1 Erwin Panofsky, Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Minuit, 1967.

2 Jean-Nicolas-Louis Durand, Précis des leçons d’architecture données à l’École royale polytechnique, Paris, Didot, 1823, vol. 1, p. 30.

3 Louis Sullivan, « The Tall Office Building Artistically Considered » (1896), consultable sur https://www.pca-stream.com/fr/articles/de-la-tour-de-bureaux-artistiquement-consideree-48.

4 Jean-Louis Cohen, Architecture, modernité, modernisation, Paris, Fayard, 2017, p. 22.

5 Guillemette Morel Journel, Le Corbusier, l’écrivain. Arpenter « Sur les quatre routes », thèse d’architecture, EHESS, 2010.

6 Cité par Joseph Abram, Perret et l’école du classicisme structurel (1910-1960), ENSA de Nancy, 1985, vol. 1, p. 128. Voir aussi Patricia Signorile, La Philosophie de l’architecture chez Paul Valéry. Son architectonique à la lumière des "Cahiers", thèse de philosophie, université d’Aix-Marseille 1, 1987.

7 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

8 Roland Barthes, « Introduction à l’analyse structurale des récits », in Communications, 8. L’Analyse structurale du récit, Paris, Seuil, 1966 ; et Sur Racine, Paris, Seuil, 1963, notamment p. 9.

9 Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, Paris, Gallimard, « Folio », 1966 (1831), p. 237 sq.

10 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, in À la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1954, p. 47-48. Voir Luc Fraisse, L’Œuvre cathédrale. Proust et l’architecture médiévale, Paris, Classiques Garnier, 2014.

11 Jorge Luis Borges, « La Bibliothèque de Babel » (1941), in Fictions, Paris, Gallimard, « Folio », 1957, p. 71-81 ; et « L’Immortel », in L’Aleph, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1967, p. 13-36.

12 Je me permets de renvoyer à Ivan Jablonka, « La création en sciences sociales », Esprit, n° 439, novembre 2017, p. 92-105.

13 Auguste Perret, « Contribution à une théorie de l’architecture » (1949), consultable sur https://www.erudit.org/fr/revues/va/1956-n1-va1209720/55351ac.pdf

14 Charles Seignobos, « Séance du 30 mai 1907. Les conditions pratiques de la recherche des causes dans le travail historique », Bulletin de la Société française de philosophie, 1907, tome VII, p. 274.

15 Phyllis Lambert, Mies van der Rohe. L’art difficile d’être simple = the difficult art of the simple, Montréal, Canadian Centre for Architecture, 2001. Voir Jean-Louis Cohen, « Mies van der Rohe et la construction de la métropole, de Berlin à Chicago », cours au Collège de France, mai-juillet 2020, consultable sur https://www.college-de-france.fr/site/jean-louis-cohen/course-2019-2020.htm

16 Le Corbusier, Vers une architecture, Paris, Flammarion, « Champs », 1995 (1923), p. 121.

17 Auguste Perret, « Contribution à une théorie de l’architecture », art. cit.

18 On doit cette notion à Gérard Genette, Introduction à l’architexte, Paris, Seuil, « Poétique, » 1979. Je l’utilise ici dans un sens différent.

19 Cité par Christophe Laurent, Guy Lambert et Joseph Abram (dir.), Auguste Perret. Anthologie des écrits, conférences et entretiens, Paris, Le Moniteur, 2006, p. 327.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Tympan du portail central de la cathédrale d’Amiens (XIIIe siècle)
Crédits Lien : http://mondesetmerveilles.fr/​wp-content/​uploads/​2017/​08/​portail-cathedrale.jpg © wikipedia CC BY-SA3.0
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4040/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Titre Ill. 2. Racine, Iphigénie (1674)
Crédits © BNF - catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31169276w
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4040/img-2.png
Fichier image/png, 168k
Titre Ill. 3. Apollinaire, Calligramme de la tour Eiffel (1918)
Crédits Lien : https://fr.wikipedia.org/​wiki/​Fichier:Guillaume_Apollinaire_Calligramme.JPG © Guillaume Apollinaire, domaine public, via Wikimedia Commons
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4040/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Ill. 4. La construction de la tour Eiffel (1888)
Crédits Lien : https://gallica.bnf.fr/​anthologie/​notices/​01206.htm. Libre de droits by Wikipedia
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4040/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Ill. 5. Mies van der Rohe, Seagram Building (1958)
Crédits Ezra Stoller - https://www.amc-archi.com/​photos/​la-trajectoire-exceptionnelle-de-phyllis-lambert-exposition,6369/​ezra-stoller-seagram-building.2 © CCA
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4040/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Ill. 6. Le Corbusier, La maison La Roche (1925)
Crédits Lien : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Rampa_Interior.jpg © Commons Wikimedia. CCA 3.0
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4040/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Ill. 7. Theo van Doesburg, Cornelis van Eesteren, Contra-Construction Project (1923)
Crédits MoMA - Gift of Edgar Kaufmann, Jr. © Domaine public
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4040/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Jablonka, « Écrire-construire. Pour une comparaison entre architecture, littérature et sciences sociales »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 42 | 2021, mis en ligne le 11 décembre 2021, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lha/4040 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.4040

Haut de page

Auteur

Ivan Jablonka

Historien, écrivain et éditeur, Ivan Jablonka est professeur à l’université Sorbonne Paris Nord, membre de l’Institut universitaire de France. Il a notamment publié, aux Éditions du Seuil, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus (prix du Sénat du livre d’histoire 2012), Laëtitia ou la fin des hommes (prix Médicis 2016) et En camping-car (prix France Télévisions 2018). Ses livres sont traduits dans une quinzaine de langues.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search