Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43VariaLes miroirs de la grandeur : Char...

Varia

Les miroirs de la grandeur : Charles De Wailly décorateur chez Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes, secrétaire d’État à la Marine

Mirrors of greatness: Charles De Wailly decorator for Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes, Secrétaire d’État à la Marine
Alexia Lebeurre

Résumés

En 1772, un an après sa nomination au secrétariat d’État à la Marine, Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes acquiert l’hôtel de Valcourt, vaste demeure située au faubourg Saint-Martin. De noblesse récente, le ministre entend par une rénovation ambitieuse manifester sa nouvelle appartenance au premier cercle du pouvoir. Comme le roi et comme de grands seigneurs et ministres dans la décennie précédente, Bourgeois de Boynes tourne le dos au goût rocaille, jugé trop frivole pour un homme de son rang. Ces embellissements, restés jusqu’alors inédits, sont confiés à Charles De Wailly, l’architecte le plus en vue du moment, auréolé du succès de l’hôtel de Voyer d’Argenson. À l’hôtel de Boynes, De Wailly se distingue à nouveau par son faste et son originalité : dans le salon d’été, les murs recouverts de glaces font voler en éclat la perception de l’espace tandis qu’émergent sur les cheminées et les consoles de puissantes sphinges, souvenirs des créations de Jean Le Pautre. Si les glaces, très coûteuses, traduisent la magnificence du ministre, elles offrent aussi des effets fascinants qui révèlent l’attrait des élites pour un habitat sensible. Grâce à ces perspectives infinies qui concrétisent l’imaginaire piranésien et renvoient à l’expérience du sublime, l’architecte réussit à se démarquer des formes sévères de la grande manière tout en renouant avec une forme de solennité qui sied à la position éminente de son commanditaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J’ai plaisir à remercier pour leur aide Megan Boldison, Monique Mosser, Emmanuel Pénicaut, Thierry  (...)
  • 2 Le fonds de la Chambre et greffiers des bâtiments est conservé aux Archives Nationales, sous-série (...)
  • 3 Alastair Laing, Martin Meade, Drawings for Architecture, Design and Ornament. The James A. de Roths (...)

1« On a bâti six cents hôtels, dont le dedans semble l’ouvrage des fées ; car l’imagination ne va guère au-delà d’un luxe aussi recherché1 » : à la veille de la Révolution, le formidable développement de l’habitat des élites parisiennes n’échappe pas au polygraphe Sébastien Mercier, qui s’en fait l’écho dans son fameux Tableau de Paris. De ce faste, il est aujourd’hui bien difficile de se faire une idée, spécialement sur la rive droite parisienne où les très nombreuses destructions opérées au xixe siècle ont bouleversé le visage des quartiers situés au-delà des boulevards. Néanmoins, nous disposons d’une source précieuse avec les procès-verbaux de la Chambre des Bâtiments qui, au gré des litiges et des successions, décrivent précisément certaines demeures2. Parmi celles-ci, l’hôtel du secrétaire d’État à la Marine, Pierre Bourgeois de Boynes, rue du Faubourg Saint-Martin, retient toute l’attention tandis qu’un projet de Charles De Wailly, dont on n’avait pu jusqu’à présent établir la destination, révèle le caractère exceptionnel de son décor, aujourd’hui disparu (Ill. 1)3. Confiée à l’un des architectes les plus en vue du moment, cette réalisation montre la volonté du commanditaire, peu de temps après son accession à la fonction ministérielle, de s’affirmer sur la scène parisienne. Cette pièce étonnante est donc l’occasion de revenir sur les mécanismes d’une commande et d’éclaircir les stratégies de distinction du maître d’ouvrage dans un contexte où les élites contribuent à la régénération du goût.

Ill. 1 : Charles De Wailly, Projet pour le salon d’été de l’hôtel Bourgeois de Boynes

Ill. 1 : Charles De Wailly, Projet pour le salon d’été de l’hôtel Bourgeois de Boynes

Vers 1772-1773, plume, encres noire et brune, lavis brun, 474 × 784 mm. Aylesbury, Waddesdon Manor, inv n° 2147.

© Cl. Waddesdon Image Library, Jérôme Letellier.

La grande manière retrouvée

  • 4 Selon les expressions respectives de Jacques-François Blondel, Charles de Saint-Yves et Étienne La  (...)
  • 5 Charles-Nicolas Cochin, Recueil de quelques pièces concernant les arts, Paris, Ch.-A. Jombert, 1757 (...)
  • 6 Termes employés par Jean-Charles Garnier d’Isle, Marc-Antoine Laugier et Jean-Bernard Le Blanc.
  • 7 Emmanuel de Croÿ-Solre, Mémoires du duc de Croÿ sur les cours de Louis XV et Louis XVI, publiés par (...)
  • 8 Jacques-François Blondel, « Architecture et parties qui en dépendent », Recueil de planches, sur le (...)
  • 9 Ibid., p. 12.
  • 10 Hôtels de Voyer par De Wailly (1766-1770), de Luynes par Moreau (1766-1767), d’Uzès et de Montmoren (...)

2Après deux décennies de règne sans partage, la mode rocaille est devenue, au milieu du siècle, l’objet d’une véritable campagne de dénigrement. Ce ne sont pas seulement les « ornements chimériques » que l’on condamne, mais aussi le goût de ceux qui les apprécient, qualifié de « pervers » ou encore de « dépravé4 » : en sacrifiant au goût rocaille – ces « bizarreries monstrueuses et frivoles » – les élites négligent un élément fondamental, le décorum et, à travers ce dernier, la représentation du vieil ordre social. « Nous avons sapé l’ancien préjugé, qui voulait que les personnes distinguées par leur état eussent un appartement de représentation grand & magnifique », s’indigne ainsi le secrétaire de l’Académie royale de peinture5. Face à ce « dérèglement » et à cette prétendue « décadence », les partisans du retour à l’ordre invoquent la grandeur du règne de Louis XIV, qualifié de véritable « âge d’or6 ». Dans ce contexte, le roi ne peut pas rester inactif. Conscient que son prestige est affaibli, le souverain relance une énergique politique des arts visant à restaurer l’image de l’ordre social dont il est la clé de voûte. Dès 1748, on prévoit l’aménagement d’une nouvelle place royale puis, en 1751 et 1754, la construction de l’École militaire et de l’église Sainte-Geneviève, deux majestueux édifices au service de l’Armée et de l’Église, piliers de la Couronne. En attendant que ces ambitieux projets voient le jour, les demeures royales affichent également une nouvelle orientation, plus digne, de l’architecture. En 1749, par exemple, le pavillon de la Nouvelle Ménagerie à Trianon, par Ange-Jacques Gabriel, avec ses ordres d’architecture et ses formes rectilignes, est un manifeste du retour à l’ordre : le souverain affirme que « c’était dans ce goût-là qu’il fallait bâtir7 ». Autour du roi, on se met vite au diapason. Les réaménagements auxquels procède le duc d’Orléans dès 1752 au Palais-Royal recueilleront ainsi la totale bénédiction de Jacques-François Blondel, professeur de l’Académie royale d’architecture, et comme tel garant de l’orthodoxie. Dix ans plus tard, dans l’Encyclopédie, il saluera les majestueux pilastres corinthiens du salon « qui l’ont empêché de devenir frivole, comme cela se pratiquait précédemment ; en sorte que toute cette ordonnance d’un bon style paraît convenable à la dignité du prince qui habite ce palais ; considération plus intéressante qu’on ne s’imagine, & qui devrait être la première règle de toutes les productions des artistes8 ». À ce « genre mâle9 », tout droit hérité du Grand Siècle, la haute aristocratie ne tarde pas à souscrire, manifestant sa fierté retrouvée. En effet, avec la guerre de Sept ans, la vieille noblesse d’épée a renoué avec les valeurs chevaleresques qui fondaient sa primauté et elle a le sentiment d’avoir reconquis une légitimité que le phénomène de curialisation et la concurrence de nouvelles fractions des élites (comme les robins ou les financiers) avaient entamée. À la fin des années 1760, le marquis de Voyer, le duc de Chevreuse, le duc d’Uzès, le prince de Montmorency, le marquis de La Vaupalière ou encore le duc du Châtelet tournent ainsi le dos à la manière rocaille en confiant à de jeunes architectes le soin de construire ou de rénover leurs demeures avec toute la solennité qui sied à ces représentants d’une antique lignée10.

  • 11 Antoine-Nicolas Dezallier d’Argenville, Voyage pittoresque de Paris…, Paris, de Bure, 1778 [6e éd.] (...)
  • 12 Cité par Michel Gallet, Soufflot et son temps, 1780-1980, Paris, CNMHS, 1980, p. 52.

3Naturellement, la haute noblesse d’épée n’est pas la seule à vouloir rehausser son image à travers une architecture majestueuse. Au sommet de l’État, les ministres entendent eux aussi manifester la dignité de leur position. Dès 1758, à peine nommé à son premier poste ministériel, le duc de Choiseul confie les embellissements de son hôtel rue de Richelieu à Blondel, militant vigoureux de la rénovation du goût et ardent défenseur de la convenance. La galerie est ainsi décorée « d’une architecture d’un très bon genre11 », tandis que le premier cabinet, avec son décor de faisceaux d’armes, sied à celui qui est devenu ministre de la Guerre en 1761. Quelques années après, le duc de Choiseul-Praslin, récemment promu secrétaire d’État aux Affaires étrangères, choisit de se distinguer par une demeure particulièrement imposante. En effet, ce cousin du duc de Choiseul acquiert en 1764 le château de Vaux, véritable icône de l’art louis-quatorzien où se sont illustrées les gloires de l’école française, Louis Le Vau et Charles Le Brun. À la fin de la décennie, c’est au tour du secrétaire d’État de la Maison du roi de s’engager dans la régénération du goût.  Le comte de Saint-Florentin n’entend pas se limiter à des embellissements intérieurs ou à l’acquisition d’un prestigieux mais lointain château ; il confie à Jean-François Chalgrin la construction d’un hôtel monumental à l’emplacement le plus en vue de la capitale, en bordure de la nouvelle place royale : inspiré par l’architecture palladienne, l’architecte livre une façade austère, relevée seulement d’une serlienne qui en magnifie l’entrée (1767-1769). Au même moment, le directeur des Bâtiments du roi poursuit le parti de son ministre de tutelle, non pour sa résidence parisienne – il bénéficie d’un logement de fonction – mais pour sa petite maison au faubourg du Roule, confiée à Jacques-Germain Soufflot (1768-1771). Le marquis de Marigny privilégie ainsi une baie palladienne pour marquer la travée centrale de la demeure et il demande pour la façade sur rue « une porte mâle et carrée à la Michel-Ange12 ». En congédiant le genre « agréable » pourtant toléré pour les maisons de plaisance, le « ministre des arts » manifeste ostensiblement son encouragement au nouveau goût et, en bon courtisan, il suit l’exemple du roi pour qui Gabriel vient d’achever un pavillon d’agrément dans le style sévère, le Petit Trianon (1761-1764).

Un ministre en quête d’une fastueuse demeure

  • 13 Sur Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes, voir Antoine Boulant, Arnaud de Maurepas, Les ministres et (...)
  • 14 Robert Gaumont, « Le château de Mousseaux à Boynes (Loiret) détruit depuis deux siècles et demi et (...)
  • 15 Louis de Lavallée Poussin, Les vieux murs d’une grande banque, Paris, Vieillemard, 1924, p. 47, 52.

4C’est dans ce contexte que Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes (1718-1783) accède à la fonction ministérielle en 1771, devenant alors l’un des dignitaires les plus importants de la monarchie13. Jusqu’alors, il n’a guère eu à se préoccuper de son logement, sa famille puis ses fonctions y ayant pourvu : en 1720, son père, Étienne Bourgeois, trésorier général de la Banque royale et anobli l’année précédente grâce à l’achat d’une charge de secrétaire du roi, avait acheté la terre seigneuriale de Boynes sur laquelle il avait fait édifier un imposant château, tout en prenant soin de conserver le donjon féodal, élément éminemment symbolique manifestant son appartenance à l’aristocratie14. Dans la capitale, Étienne Bourgeois avait également fait bâtir un bel hôtel particulier rue d’Antin, à proximité de la place Vendôme, dans le quartier des financiers ; la demeure, dans le goût rocaille, avait été confiée à l’architecte à la mode Jean-Baptiste Leroux, assisté pour la décoration du sculpteur ornemaniste Nicolas Pineau (1729)15. Au début de sa carrière dans la magistrature, son fils Pierre-Étienne réside logiquement dans la belle demeure familiale, mais en 1754, sa nomination comme intendant de Franche-Comté et la mort de son père le conduisent à vendre cette dernière et à s’installer à Besançon, dans l’hôtel de l’Intendance. Devenu premier président du Parlement de Besançon trois ans après, il doit faire face à une violente opposition des parlementaires qui le contraint à démissionner en 1761. De retour à Paris, il prend ses distances avec ses origines en délaissant les quartiers prisés par les financiers – place Vendôme, Palais-Royal, rue Montmartre – pour s’installer dans le Marais où domine la noblesse de robe. Ce choix illustre bien l’évolution de sa situation : le provincial est maintenant conseiller d’État, considéré comme le « meilleur légiste du royaume » par le chancelier Maupéou qui lui fait préparer sa réforme des Parlements. En 1771, Bourgeois de Boynes est récompensé pour son rôle auprès de Maupéou par la charge éminente de secrétaire d’État à la Marine qu’il conserve jusqu’en 1774.

  • 16 Sur l’hôtel de Valcourt devenu hôtel de Boynes, cf. A.N., M.C.N., LXXXVIII 732, 30 juin 1772, Contr (...)
  • 17 Jean-Christophe Molinier, Jardins de ville privés 1890-1930, Paris, Ramsay/De Cortanze, 1991, p. 36 (...)
  • 18 Le plan reproduit est établi en 1785 pour la mise en vente de l’hôtel après la mort de Bourgeois de (...)

5Une telle réussite incite évidemment à un renouvellement de son habitat ; un an après sa nomination, le nouveau secrétaire d’État achète donc l’hôtel de Valcourt rue du Faubourg Saint-Martin16. Contrairement aux quartiers à la mode comme le faubourg Saint-Honoré ou les boulevards, la rue du Faubourg Saint-Martin n’a rien d’un quartier chic – la demeure du ministre est située à proximité de la foire Saint-Laurent et de l’hôpital Saint-Louis, dans un secteur excentré encore peu construit. En revanche, elle se trouve au cœur de vastes réserves foncières. De fait, le secrétaire d’État acquiert très rapidement quantité de terrains autour de sa demeure qui lui permettent de disposer d’un jardin beaucoup plus vaste que ceux des autres hôtels parisiens, comme en témoigne une superbe vue panoramique de 1776 (Ill. 2)17. Après des agrandissements successifs, l’hôtel de Valcourt a des allures imposantes – il est composé d’un corps de logis double et dispose de quatorze travées sur le jardin –, tout en offrant l’agrément d’une maison de plaisance... en ville18 ! (Ill. 3)

Ill. 2 : Bizee, Vue du jardin de l’hôtel de Boynes, Paris

Ill. 2 : Bizee, Vue du jardin de l’hôtel de Boynes, Paris

1776, aquarelle et gouache, 358 × 174 mm. Collection privée.

© Cl. Les Plaisirs du jardinage. French Garden Design 1680-1860, 1993.

Ill. 3 : Demay, Plan des hôtel, maisons et jardins à Paris appartenant à la succession de Mr de Boynes, Ministre et Conseiller d’État, à vendre

Ill. 3 : Demay, Plan des hôtel, maisons et jardins à Paris appartenant à la succession de Mr de Boynes, Ministre et Conseiller d’État, à vendre

1785, planche gravée et aquarellée. Paris, Archives nationales, V7 45, pièce 87.

© Cl. Archives nationales.

  • 19 Sur De Wailly : Monique Mosser, Daniel Rabreau, Charles De Wailly, peintre et architecte dans l’Eur (...)

6Pour mettre sa demeure au goût du jour, Bourgeois de Boynes fait appel à Charles De Wailly, un des architectes les plus en vue et qui bénéficie de la protection du marquis de Marigny. Ce dernier l’a imposé en 1767 dans la première classe de l’Académie royale d’architecture et il lui a permis d’accéder aux chantiers royaux, d’abord comme contrôleur adjoint à Versailles (1767), puis comme chargé du foyer du nouvel Opéra au château de Versailles (1768-1770), de la chapelle du Reposoir à Versailles (1769) et enfin du nouveau Théâtre français aux côtés de Marie-Joseph Peyre (1767)19. Ce choix d’un artiste déjà distingué par l’administration royale n’est évidemment pas neutre : il manifeste l’appartenance du nouveau secrétaire d’État au premier cercle du pouvoir. Son confrère au gouvernement, le duc d’Aiguillon, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, a fait travailler De Wailly dans son château de Véretz, près de Tours (avant 1771). Auparavant, l’architecte s’est fait remarquer par la construction de l’extraordinaire château de Montmusard pour le premier président au Parlement de Bourgogne où une colonnade circulaire (nommée poétiquement temple d’Apollon) sert d’entrée à la demeure, nouveau temple des Muses (1763-1769). À Paris, il a été le premier à réaliser une véritable façade « à la grecque » en employant l’ordre ionique de l’Érechthéion pour l’hôtel de Voyer d’Argenson (1764-1767). L’architecte se distingue aussi par ses décors intérieurs étonnants où il donne corps aux fictions architecturales de Piranèse, comme dans la salle à manger (1766-1769) et le vestibule (1768-1770) de l’hôtel de Voyer, où miroirs et ordres d’architecture sont associés pour créer d’immenses perspectives monumentales. L’architecte jouit alors d’une réputation qui va bien au-delà des frontières : en 1771, le marquis de Spinola, ambassadeur de la République de Gênes à la cour de Versailles, lui confie la décoration du grand salon de son palais, et l’année suivante, Catherine II de Russie accueille avec admiration ses projets pour un « Pavillon des sciences et des arts ».

Une pièce unique et spectaculaire : le salon d’été

  • 20 Cité par Monique Mosser, Daniel Rabreau, Charles De Wailly…, op. cit., p. 44-45.
  • 21 Le précédent propriétaire, Adrien-David Gohier de Valcourt, avait fait « construire à neuf » le gra (...)
  • 22 A.N., Z1j 1131, 7 mars 1785.
  • 23 Termes employés par Fréron et Blondel. Les deux salons, l’un au-dessus de l’autre, étaient situés d (...)
  • 24 La description du salon en 1785 confirme la réalisation telle quelle de ce projet (cf. A.N., Z1j 11 (...)
  • 25 La situation des glaces dans les angles de la pièce constitue un dispositif original observé seulem (...)

7En la personne de Charles De Wailly, Bourgeois de Boynes s’assure donc le concours d’un praticien expérimenté, remarqué par ses créations aussi innovantes que fastueuses : « Il n’y a qu’un propos unanimement tenu : j’ai des talents, je fais du beau mais je ruine ! », rapporte l’architecte lui-même20. Cela ne refroidit nullement le nouveau secrétaire d’État, qui compte bien, par le luxe de sa demeure, manifester son appartenance aux élites. Les contours précis de l’intervention de Charles De Wailly sont mal connus, sauf pour la salle à manger et les deux salons d’été dans lesquels il déploie tout son talent21. Dans la salle à manger, il contrebalance la solennelle ordonnance architecturale par deux belles fontaines richement ornées et des tableaux de paysages et de fleurs22, manifestant de la sorte un sens de la mise en scène qui est plus patent encore dans les deux salons d’été dans lesquels Charles De Wailly, donnant libre cours à son imagination, emploie à profusion « la magie des glaces » : avec leurs murs presque entièrement recouverts de miroirs (deux trumeaux et six fausses-fenêtres garnies de glaces), ces deux pièces, situées au rez-de-chaussée et au premier étage, semblent ainsi « percée[s] à jour »23. Le deuxième salon, tout particulièrement, se distingue par son originalité, comme il ressort du spectaculaire dessin de présentation (Ill. 1)24. Pour instruire son commanditaire de l’aspect final du décor, De Wailly a pris soin d’y représenter avec précision « la répétition des glaces », comme l’indique la légende manuscrite de ce projet dans lequel le lavis de couleur verte – une convention du dessin d’architecture pour mentionner la présence de miroirs – est abandonné afin de mieux figurer la saisissante perspective de cet ingénieux dispositif. Car, non seulement les murs sont habillés de glaces, mais aussi les angles qui se trouvent ainsi comme « gommés »25. Dans cette « vaste cage de glaces », comme aurait pu la qualifier Vivant Denon, la pièce se reflète à l’infini sur un axe, tandis que sur l’autre axe, ce sont les jardins qui se trouvent dédoublés. Étonnant procédé qui consacre De Wailly comme un décorateur hors pair, véritable metteur en scène d’effets destinés à « faire frémir l’âme ».

  • 26 Le globe de gauche porte la mention « Asie » et celui de droite « Europe ». Les globes et les plafo (...)
  • 27 Voir notamment le Livre de miroirs, tables et guéridons, inventé et gravé par Jean Le Pautre, Paris (...)
  • 28 Cité par Monique Mosser, op. cit., p. 66.
  • 29 Pajou a déjà fourni plusieurs œuvres pour les précédents décors privés de De Wailly : des plafonds (...)
  • 30 Dans ces trois cheminées, les sphinges se distinguent du modèle de Bourgeois de Boynes par leurs ai (...)

8L’architecte, en outre, est attentif aux moindres détails. De l’ornementation du lambris et du mobilier d’architecture (sièges, consoles) jusqu’aux éléments mobiliers tels que draperies, lustres, candélabres, chenets ou encore garniture de cheminée, tout est indiqué avec un soin minutieux. Enfin, De Wailly n’oublie pas d’évoquer la fonction de son commanditaire : en plaçant aux angles de la pièce des globes terrestres symbolisant les quatre continents26, il suggère astucieusement l’action internationale du ministre, chargé rien moins que de la flotte militaire, du commerce extérieur et de l’administration des colonies. Dès lors, l’ornementation « mâle », chassée des murs par les glaces, se réfugie sur les piédroits des deux cheminées et sur les quatre consoles d’encoignure : posées, tels des chapiteaux, sur des fûts de colonnes cannelées, huit sphinges puissantes aux ailes déployées attirent l’attention. On ne manquera pas de voir dans ces créatures hybrides, déjà employées par De Wailly chez le fastueux marquis de Voyer d’Argenson (Ill. 4), un souvenir des créations de Jean Le Pautre, le célèbre ornemaniste du règne de Louis XIV27. Cette référence se mêle au souvenir de Piranèse, le génial artiste vénitien qui étonne son monde avec ses projets débordants d’inventivité. Piranèse, en effet, vient de publier un surprenant recueil de projets de cheminées, toutes plus extravagantes les unes que les autres, dans lesquelles les créatures fantastiques se taillent la part belle (Diverse maniere d’ardornare i cammini, 1769). À l’évidence, De Wailly est très sensible à cette veine, comme en témoignent les consoles et les deux cheminées du salon d’été qui semblent venues « des régions de la lune », comme dirait William Chambers28. Ces éléments du décor d’architecture sont aussi de véritables morceaux de sculpture, et l’exécution en a vraisemblablement été confiée à l’académicien Augustin Pajou plutôt qu’à un quelconque sculpteur ornemaniste29 ; d’ailleurs ce dernier réalisera quelques années après un modèle de sphinge semblable que De Wailly utilisera pour le château des Ormes (1775 ; Ill. 5), le palais Spinola (vers 1777) et sa propre maison (après 1777 ; Ill. 6)30. En somme, sans congédier les marques de grandeur – le « style noble » de l’ornementation classique –, De Wailly a créé un décor très original dans lequel le spectaculaire le dispute au luxe, décor qui constitue sans conteste le clou de cette demeure.

Ill. 4 : D’après les dessins de Charles De Wailly, console du vestibule de l’hôtel de Voyer, Paris

Ill. 4 : D’après les dessins de Charles De Wailly, console du vestibule de l’hôtel de Voyer, Paris

Vers 1769. Chêne peint et doré, table de marbre. 85 × 85 × 45 cm. Ville de Courbevoie, musée Roybet-Fould inv. 90.8.16, dépôt aux Archives nationales, 2016.

© Cl. Archives nationales.

Ill. 5 : Augustin Pajou et Jean-Baptiste Boiston d’après les dessins de Charles De Wailly, cheminée pour le château des Ormes (détail)

Ill. 5 : Augustin Pajou et Jean-Baptiste Boiston d’après les dessins de Charles De Wailly, cheminée pour le château des Ormes (détail)

1775, marbre, bronze doré et patine noire. Collection privée.

© Cl. Alexia Lebeurre.

Ill. 6 : D’après les dessins de Charles De Wailly, cheminée pour la maison de l’architecte, rue de la Pépinière à Paris

Ill. 6 : D’après les dessins de Charles De Wailly, cheminée pour la maison de l’architecte, rue de la Pépinière à Paris

Après 1777, marbres vert, bleu turquin et jaune de Sienne. Paris, palais du Luxembourg.

© Cl. Sénat.

  • 31 A.N., M.C.N., LV 55, 6 octobre 1783 ; A.N., Z1j 1131, 7 mars 1785.
  • 32 Yves Durand. Les fermiers généraux au XVIIIe siècle, Paris, Maisonneuve et Larose, 1996 [1ère éd. 1 (...)
  • 33 Catalogue d’une collection de tableaux des meilleurs maîtres des trois écoles […] qui composent le (...)
  • 34 A.N., M.C.N., LV 55, 6 octobre 1783 ; A.N., Z1j 1131, 7 mars 1785.
  • 35 Ibid.

9De Wailly a-t-il conçu le décor des autres pièces ? Rien n’est moins sûr. Quoiqu’il en soit, la décoration du grand cabinet du rez-de-chaussée se développe sur un autre registre, mezzo voce celui-là ; elle se limite à un bas lambris surmonté d’une tenture de damas afin de ne pas éclipser les tableaux de maîtres et le portrait de Louis XV qui y sont accrochés31. Car le secrétaire d’État est aussi collectionneur ; de noblesse récente, Bourgeois de Boynes sait tout ce que les œuvres d’art peuvent apporter de reconnaissance à leur propriétaire. En effet, comme l’explique Yves Durand, elles « purifient la richesse, transmutent l’argent sans honneur en moyen de prestige, de considération et de réussite »32. Soucieux de s’afficher comme un homme de goût et de culture, il rassemble patiemment de nombreux tableaux des écoles italienne, nordique et française, pour certains acquis aux ventes des principaux collectionneurs de son temps, Choiseul, Blondel de Gagny, Conti et Randon de Boisset33... Dans le salon d’hiver du rez-de-chaussée, ce sont « quatre tableaux de paysage formant tenture » qui composent l’essentiel du décor34, tandis que dans le salon d’hiver du premier étage, l’intervention de l’architecte se limite à la portion congrue pour mieux mettre en valeur trois tapisseries des Gobelins35. Un simple décor d’accompagnement s’impose en effet pour ces prestigieuses tentures, exécutées par la manufacture royale et très parcimonieusement offertes à quelques-uns des plus grands seigneurs ou à quelques ministres tels que le comte de Saint-Florentin ou le duc de Choiseul-Praslin.

Visions spéculaires et expérience du sublime

  • 36 Cité par Robert Mauzi, L’Idée du bonheur dans la littérature et la pensée française au XVIIIe siècl (...)
  • 37 Voir notamment les chapitres VIII (sur l’infini), IX (succession et uniformité) et surtout le chapi (...)
  • 38 Nicolas Le Camus de Mézières, Le Génie de l’architecture ou l’analogie de cet art avec nos sensatio (...)
  • 39 Jean Starobinski, L’Invention de la liberté, Paris, Gallimard, 2006 [1ère éd. 1987], p. 71.
  • 40 Aux petits appartements du prince de Condé (1774-1775), aux hôtels de Monaco (1774-1775), du bailli (...)
  • 41 M. de Saint-Haippy, Discours contre le luxe : il corrompt les Mœurs & détruit les Empires, Paris, V (...)

10À l’hôtel de la rue du Faubourg Saint-Martin, le génie de De Wailly est de parvenir à évoquer à la fois le rang, la richesse et le goût de son commanditaire, tout en se dégageant des austères formules dites « à la grecque » auxquelles la haute aristocratie, attentive à recouvrer son prestige, s’était ralliée dans la décennie précédente. Car si le ministre est tenu par sa fonction d’avoir une demeure prestigieuse, il ne peut pas pour autant se permettre d’arborer ostensiblement des signes par trop majestueux, ceux-là que seul un duc ou un prince peut afficher sans paraître ridicule. Bourgeois de Boynes reste un robin et sa fonction est par définition temporaire (un ministre est révocable à tout moment). En revanche, rien ne lui interdit de recourir aux formules neuves dont un De Wailly est le génial inventeur. L’élément marquant de l’hôtel Bourgeois de Boynes est donc bien l’original salon d’été, tout de miroirs garni, révélateur de l’attrait des élites pour un habitat sensible. L’époque est en effet au sensualisme : à Helvétius qui proclame que « penser, c’est sentir » (1758), Bernardin de Saint-Pierre répond plus nettement encore en livrant la preuve par « je » : « Je sens, donc j’existe » (1784)36. En apportant la preuve de l’existence, les sensations contribuent au bonheur ; aussi convient-il de les cultiver. À cet égard, le spectaculaire salon conçu par De Wailly est une sorte de machine à provoquer des sensations. En introduisant l’illusion d’une certaine immensité dans cet espace restreint, l’architecte a donné forme aux réflexions développées quelques années plus tôt par Edmund Burke (Philosophical Enquiry into the Origin of our Ideas of the Sublime and Beautiful, 1757, traduit en français dès 1765), pour qui l’infini constitue la principale « source du sublime », pointant notamment le « mouvement continuel » produit sur l’imagination par toutes les formes monumentales de successions ou de répétitions (allées d’arbres, colonnades, enfilades, etc.)37. Bientôt, dans un ouvrage au titre éloquent, Le Génie de l’architecture, ou l’analogie de cet art avec nos sensations (1780), l’architecte Le Camus de Mézières reprendra ces considérations en les transposant au décor intérieur des demeures : « Quelles heureuses répétitions par le moyen des glaces ! Quel mouvement dans tout l’ensemble38 ! » On voit bien tout ce qui se profile derrière de tels partis pris décoratifs : « l’illusion d’une autorité » cède peu à peu devant « l’autorité de l’illusion »39. Au moment où Bourgeois de Boynes emploie De Wailly, cette tendance n’en est certes qu’à ses prémices, mais rapidement, les plus fortunés se laissent séduire par la métamorphose de leur salon ou de leur salle à manger ; dès le milieu des années 1770, les architectes Claude Billard de Bélisard, Alexandre Brongniart, Étienne-François Legrand et François-Joseph Bélanger exploiteront à leur tour les possibilités illusionnistes des glaces associées aux ordres d’architecture40. Désormais, les intérieurs à la mode rivaliseront de luxe et de dispositifs aussi plaisants qu’ingénieux. Une telle évolution, tout sauf anodine, se retrouvera sous le feu croisé des tenants d’un ordre social inchangé d’un côté et des partisans d’une morale civique de l’autre. Pour les premiers, le luxe confond les rangs : en estompant les marques de distinction issues de la naissance ou acquises par la fonction, il efface les hiérarchies sociales et remet donc en cause la société d’ordres. Pour les moralistes, cette mode dispendieuse trahit surtout l’abandon des valeurs civiques au profit des valeurs de l’argent : « Entrez chez le Ministre ou chez le Magistrat ; & au lieu de trouver dans la demeure de ces dieux de la terre, quelque chose qui en impose, & qui vous annonce la noblesse & la gravité de leur état ; vous n’y verrez que le séjour de la volupté recherchée & financière ; & rien de cette simplicité antique, qui avait quelque chose de plus auguste41 ». En cela, l’habitat et son décor sont de précieux révélateurs des tensions de la société française avant 1789.

Haut de page

Notes

1 J’ai plaisir à remercier pour leur aide Megan Boldison, Monique Mosser, Emmanuel Pénicaut, Thierry Pin et la direction de l’architecture et du patrimoine du Sénat.

Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris. Nouvelle édition, publié par Jean-Claude Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994 [1ère éd. 1783-1789], t. I, p. 228.

2 Le fonds de la Chambre et greffiers des bâtiments est conservé aux Archives Nationales, sous-série z1j.

3 Alastair Laing, Martin Meade, Drawings for Architecture, Design and Ornament. The James A. de Rothschild bequest at Waddesdon Manor, Aylesbury, The Alice Trust, 2006, p. 211-212, n° 154. L’hôtel Bourgeois de Boynes est détruit vers 1820.

4 Selon les expressions respectives de Jacques-François Blondel, Charles de Saint-Yves et Étienne La Font de Saint-Yenne.

5 Charles-Nicolas Cochin, Recueil de quelques pièces concernant les arts, Paris, Ch.-A. Jombert, 1757, p. 36.

6 Termes employés par Jean-Charles Garnier d’Isle, Marc-Antoine Laugier et Jean-Bernard Le Blanc.

7 Emmanuel de Croÿ-Solre, Mémoires du duc de Croÿ sur les cours de Louis XV et Louis XVI, publiés par E.-H. de Grouchy, Paris, 1897, p. 75.

8 Jacques-François Blondel, « Architecture et parties qui en dépendent », Recueil de planches, sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques, Paris, Briasson, 1762, t. I, p. 12.

9 Ibid., p. 12.

10 Hôtels de Voyer par De Wailly (1766-1770), de Luynes par Moreau (1766-1767), d’Uzès et de Montmorency par Ledoux (1767-1769 ; 1769-1773), de La Vaupalière par Colignon (1768-1769) et du Châtelet par Cherpitel (1770-1772).

11 Antoine-Nicolas Dezallier d’Argenville, Voyage pittoresque de Paris…, Paris, de Bure, 1778 [6e éd.], p. 161.

12 Cité par Michel Gallet, Soufflot et son temps, 1780-1980, Paris, CNMHS, 1980, p. 52.

13 Sur Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes, voir Antoine Boulant, Arnaud de Maurepas, Les ministres et les ministères du siècle des Lumières (1715-1789), Paris, Christian, 1996, p. 242-245 ; Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes, Journal inédit 1765-1766, édition établie par Marion Godfroy, Paris, H. Champion, 2008, p. 13-34 ; Régis de Belenet, Itinéraire d’un grand commis sous Louis XV. Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes (1718-1783), Feuillage, 2016.

14 Robert Gaumont, « Le château de Mousseaux à Boynes (Loiret) détruit depuis deux siècles et demi et enfin retrouvé », Bulletin de la société archéologique et historique de l’Orléanais, t. XI, n° 87, janvier 1990, p. 33-44.

15 Louis de Lavallée Poussin, Les vieux murs d’une grande banque, Paris, Vieillemard, 1924, p. 47, 52.

16 Sur l’hôtel de Valcourt devenu hôtel de Boynes, cf. A.N., M.C.N., LXXXVIII 732, 30 juin 1772, Contrat de vente d’une maison grande rue du Faubourg Saint-Laurent ; A.N., S 221, Pièces relatives à la censive sur l’hôtel de Boynes rue du Faubourg Saint-Laurent ; A.N., Z1j 1131, 7 mars 1785, Visite et estimation des biens dépendant de la succession de Mr de Boynes.

17 Jean-Christophe Molinier, Jardins de ville privés 1890-1930, Paris, Ramsay/De Cortanze, 1991, p. 36-37 ; Les Plaisirs du jardinage. French Garden Design 1680-1860, Londres, Hazlitt, Gooden & Fox, 1993, p. 21. Je remercie Monique Mosser de m’avoir signalé cette œuvre. Voir aussi l’ampleur du jardin sur le plan de Jaillot (1775).

18 Le plan reproduit est établi en 1785 pour la mise en vente de l’hôtel après la mort de Bourgeois de Boynes (A.N., V7 45, pièce 87) ; un plan identique est conservé à la BnF. (cartes et plans, GE D-3228).

19 Sur De Wailly : Monique Mosser, Daniel Rabreau, Charles De Wailly, peintre et architecte dans l’Europe des Lumières, Paris, CNMHS, 1979. Sur De Wailly décorateur, voir aussi : Anne Perrin Khelissa, « Cristoforo Spinola, un aristocrate génois à Paris de la fin du règne de Louis XV à la Terreur. Relations artistiques, diplomatie et brassage d’affaires entres Gênes et la France », Studiolo, 2008, n° 6, p. 119-138 ; Alexia Lebeurre, « "Tout est de son ressort" : Charles De Wailly et la décoration intérieure », Matthieu Lett, Carl Magnusson, Léonie Marquaille (dir.), Décor et architecture (XVIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts, Berne, Peter Lang, 2020, p. 129-142 ; Monique Mosser, « ‘‘La nouveauté au-delà des bornes de la raison et du bon goût’’ : Charles De Wailly ornemaniste » et Bertrand Rondot, « Le décor et l’ameublement de l’hôtel », Emmanuel Pénicaut et Arnaud Manas (dir.), La Chancellerie d’Orléans. Renaissance d’un chef-d’œuvre XVIIIe-XXIe siècles, Dijon, Faton, 2022, p 56-69, 74-97.

20 Cité par Monique Mosser, Daniel Rabreau, Charles De Wailly…, op. cit., p. 44-45.

21 Le précédent propriétaire, Adrien-David Gohier de Valcourt, avait fait « construire à neuf » le grand corps de logis entre 1760 et 1772 aussi est-il probable que Bourgeois de Boynes n’ait guère modifié l’extérieur de son hôtel ; la façade, très sobre, ne présentait pas d’ordres d’architecture (A.N., Z1j 1131, 7 mars 1785). Les embellissements devaient donc porter principalement sur les intérieurs comme le suggèrent les sommes élevées des mémoires de travaux de menuiserie ; l’essentiel de ces dépenses concerne l’année 1773 ce qui date le chantier de rénovation (A.N., V7 45, pièces 8, 48-49, Mémoires d’ouvrages de menuiserie faits et fournis pour monseigneur de Boynes). Nous n’avons pas retrouvé de plan montrant la distribution du XVIIIe siècle ; les plans cadastraux présentent un état déjà largement transformé qui ne correspond plus à la description de 1785 (A.N., F31 55, pièce 293 et F31 81, pièce 13).

22 A.N., Z1j 1131, 7 mars 1785.

23 Termes employés par Fréron et Blondel. Les deux salons, l’un au-dessus de l’autre, étaient situés dans l’angle orienté nord-est du bâtiment sur jardin (cf. Ill. 3).

24 La description du salon en 1785 confirme la réalisation telle quelle de ce projet (cf. A.N., Z1j 1131).

25 La situation des glaces dans les angles de la pièce constitue un dispositif original observé seulement dans un autre décor, plus tardif, le salon du Cercle des Étrangers, rue de Richelieu : des consoles d’encoignure et des vases tronqués y retrouvaient leur intégrité grâce au reflet (Londres, R.I.B.A., SD 10/9 (2)).

26 Le globe de gauche porte la mention « Asie » et celui de droite « Europe ». Les globes et les plafonds qui les couronnent sont tronqués mais ils retrouvent une forme entière grâce à l’image spéculaire.

27 Voir notamment le Livre de miroirs, tables et guéridons, inventé et gravé par Jean Le Pautre, Paris, Gantrel, [v. 1660-1670].

28 Cité par Monique Mosser, op. cit., p. 66.

29 Pajou a déjà fourni plusieurs œuvres pour les précédents décors privés de De Wailly : des plafonds pour l’hôtel de Villette, des dessus-de-porte pour l’hôtel de Voyer (cf. James Draper, Guilhem Scherf, Pajou, Sculpteur du Roi, 1730-1809, Paris, RMN, 1998, p. 80-81, 93-99, 164-165).

30 Dans ces trois cheminées, les sphinges se distinguent du modèle de Bourgeois de Boynes par leurs ailes rabattues vers l’arrière et non plus déployées. Sur l’identification des cheminées des Ormes et de la maison de l’architecte cf. Alexia Lebeurre, op. cit., p. 140-142, notes 57-58.

31 A.N., M.C.N., LV 55, 6 octobre 1783 ; A.N., Z1j 1131, 7 mars 1785.

32 Yves Durand. Les fermiers généraux au XVIIIe siècle, Paris, Maisonneuve et Larose, 1996 [1ère éd. 1971], p. 528.

33 Catalogue d’une collection de tableaux des meilleurs maîtres des trois écoles […] qui composent le cabinet de M.  B. de B*** […] le mardi 15 mars 1785, Paris, [De Prault], 1785.

34 A.N., M.C.N., LV 55, 6 octobre 1783 ; A.N., Z1j 1131, 7 mars 1785.

35 Ibid.

36 Cité par Robert Mauzi, L’Idée du bonheur dans la littérature et la pensée française au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, [1ère éd. 1979], p. 315, 318.

37 Voir notamment les chapitres VIII (sur l’infini), IX (succession et uniformité) et surtout le chapitre X (des dimensions architecturales).

38 Nicolas Le Camus de Mézières, Le Génie de l’architecture ou l’analogie de cet art avec nos sensations, Paris, l’auteur, 1780, p. 177. Nous soulignons.

39 Jean Starobinski, L’Invention de la liberté, Paris, Gallimard, 2006 [1ère éd. 1987], p. 71.

40 Aux petits appartements du prince de Condé (1774-1775), aux hôtels de Monaco (1774-1775), du bailli de Breteuil (1778) et Baudard de Sainte-James (1779) : cf. Alexia Lebeurre, Le décor intérieur des demeures à la mode dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Paris et Île-de-France, thèse de doctorat sous la direction de Daniel Rabreau, Université de Paris I, 2006, t. I, p. 296-301.

41 M. de Saint-Haippy, Discours contre le luxe : il corrompt les Mœurs & détruit les Empires, Paris, Veuve Hérissant, 1783, p. 34. M. de Saint-Haippy est le pseudonyme d’Antoine-Prosper Lottin, un libraire proche des physiocrates.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Charles De Wailly, Projet pour le salon d’été de l’hôtel Bourgeois de Boynes
Légende Vers 1772-1773, plume, encres noire et brune, lavis brun, 474 × 784 mm. Aylesbury, Waddesdon Manor, inv n° 2147.
Crédits © Cl. Waddesdon Image Library, Jérôme Letellier.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Ill. 2 : Bizee, Vue du jardin de l’hôtel de Boynes, Paris
Légende 1776, aquarelle et gouache, 358 × 174 mm. Collection privée.
Crédits © Cl. Les Plaisirs du jardinage. French Garden Design 1680-1860, 1993.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Ill. 3 : Demay, Plan des hôtel, maisons et jardins à Paris appartenant à la succession de Mr de Boynes, Ministre et Conseiller d’État, à vendre
Légende 1785, planche gravée et aquarellée. Paris, Archives nationales, V7 45, pièce 87.
Crédits © Cl. Archives nationales.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Ill. 4 : D’après les dessins de Charles De Wailly, console du vestibule de l’hôtel de Voyer, Paris
Légende Vers 1769. Chêne peint et doré, table de marbre. 85 × 85 × 45 cm. Ville de Courbevoie, musée Roybet-Fould inv. 90.8.16, dépôt aux Archives nationales, 2016.
Crédits © Cl. Archives nationales.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4138/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Ill. 5 : Augustin Pajou et Jean-Baptiste Boiston d’après les dessins de Charles De Wailly, cheminée pour le château des Ormes (détail)
Légende 1775, marbre, bronze doré et patine noire. Collection privée.
Crédits © Cl. Alexia Lebeurre.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4138/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Ill. 6 : D’après les dessins de Charles De Wailly, cheminée pour la maison de l’architecte, rue de la Pépinière à Paris
Légende Après 1777, marbres vert, bleu turquin et jaune de Sienne. Paris, palais du Luxembourg.
Crédits © Cl. Sénat.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4138/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexia Lebeurre, « Les miroirs de la grandeur : Charles De Wailly décorateur chez Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes, secrétaire d’État à la Marine »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 43 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lha/4138 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.4138

Haut de page

Auteur

Alexia Lebeurre

Alexia Lebeurre est maître de conférences en histoire de l’art à l’Université Bordeaux Montaigne et membre du centre de recherches François-Georges Pariset (histoire de l’art) - UR 538. Ses recherches sont consacrées à l’habitat des élites au XVIIIe siècle et elle est l’auteur de plusieurs études sur les phénomènes de mode (arabesques, exotisme, nature), les stratégies de distinction des commanditaires, les architectes décorateurs et la réception des décors intérieurs. Elle a récemment codirigé avec Claire Ollagnier François-Joseph Bélanger, artiste architecte (1744-1818) aux éditions Picard (2021). Adresse électronique : alexia.lebeurre@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search