Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43ÉtudesAu seuil de l’église : représente...

Études

Au seuil de l’église : représenter l’autorité ecclésiale par l’architecture sur les sceaux au Moyen Âge

On the threshold of the church: representing ecclesiastical authority through architecture on seals in the Middle Ages
Ambre Vilain

Résumés

Les sceaux sont apparus à la fin du XIe siècle dans les évêchés de Rhénanie et de Lotharingie, et leur usage se répand dans les couches supérieures de la noblesse et du clergé durant le XIIe siècle tandis que le siècle suivant voit l'expansion de son utilisation à l’ensemble de la société. L’usage repose sur un principe représentationnel faisant cohabiter sur un objet matériel une imago combinant une image placée au centre et un texte périphérique. A l’image est assigné le rôle d’exprimer l’appartenance de la personne à un groupe social, tandis que la légende nomme et qualifie cette même personne. Les sigillants qui se saisissent progressivement de ce nouvel outil de représentation sociale, le font principalement par l’intermédiaire de la figure. L’Église et ses membres qui figurent parmi les primo sigillants introduisent le répertoire architectural pour représenter la délégation de l’autorité judiciaire dans le cadre des sceaux d’officialité. La façade de la cathédrale figurant sur certaines marques des tribunaux ecclésiastiques renvoie alors à une autorité « désincarnée ». La représentation de l’église comme bâti marquant l’espace des hommes, comme espace d'accueil de l’assemblée des fidèles, n’est pas la voie empruntée par les membres du clergé jusqu’à ce que progressivement, dans le courant de la seconde moitié du XIIIe siècle, le répertoire architecturé fasse une entrée discrète comme cadre à la figure puisque l’on assiste à la prolifération de ce répertoire sur les sceaux des prélats des XIVe et XVe siècles. Cet article est l’occasion de revenir sur la relation qu’entretient la figure à l’architecture qui l’entoure et la magnifie.

Haut de page
  • 1 On verra ainsi l’abbé muni de sa crosse, la dame représentée un faucon au poing. Le souverain sera (...)
  • 2 Ambre Vilain, Imago urbis. Les sceaux de villes au Moyen Âge, Paris, INHA/CTHS, 2018, 357 p.
  • 3 Sur la question des sceaux d’officialité le lecteur pourra se reporter à l’article pionnier de Robe (...)

Les sigillants, qui à partir de la fin du XIIsiècle se saisissent progressivement de ce nouvel outil de représentation sociale, le font principalement par l’intermédiaire de la figure, d’une figure parée d’attributs fonctionnels1. Si le topos du château à trois tours permet de manifester clairement l’autorité seigneuriale, il n’existe pas d’image équivalente pour figurer l’autorité ecclésiale et on peut même aller jusqu’à dire que l’architecture est absente du corpus ecclésiastique pendant les deux premiers siècles de la pratique sigillaire. L’architecture n’entre sur la scène sigillaire que tardivement, dans le dernier quart du XIIe siècle, lorsque certaines villes font le choix de manifester leur réalité intrinsèque par le truchement de topoi architecturaux2. L’Église et ses membres qui adoptent quant à eux l’usage de sceller les premiers et par là influencent la pratique pour des siècles, introduisent le répertoire architectural pour représenter la délégation de l’autorité judiciaire dans le cadre des sceaux d’officialité3. La façade de la cathédrale figurant sur certaines marques des tribunaux ecclésiastiques renvoie alors à une autorité désincarnée, « dé-figurée ». La représentation de l’église comme bâti marquant l’espace des hommes, comme espace d'accueil de l’assemblée des fidèles, n’est pas la voie empruntée par les membres du clergé jusqu’à ce que progressivement, dans le courant de la seconde moitié du XIIIe siècle, le répertoire architecturé fasse une entrée discrète. Il sert alors de cadre à la figure par le truchement de socles et de couronnements puis, crescendo, la prolifération de ce répertoire inverse la proposition sur les sceaux des prélats des XIVe et XVe siècles, le discours architectural est si présent qu’il domine le discours figuré des derniers siècles de la pratique.

Cet article est pour nous l’occasion de montrer comment les images sigillaires ecclésiastiques passent progressivement d’un discours effigié à un discours architecturé pour mettre en image l’autorité de l’église au Moyen Âge. C’est bien la question du rapport entre la figure et l’architecture qui l’encadre qui sera au centre de notre étude.

Représenter l’église : une image qui ne va pas de soi

  • 4 Ambre Vilain, op. cit., 2018.
  • 5 Les études de cas des sceaux des villes de Cambrai et de Beauvais se trouvent respectivement aux pa (...)

L’iconographie sigillaire s’organise autour de quelques grands types correspondant aux grandes catégories de la société. Ce principe taxinomique met en évidence quelques images vedettes comme le chevalier enfourchant sa monture et galopant, la dame se tenant debout le faucon au poing ou bien encore le prélat paré des attributs de sa fonction. Dans ce panorama imagé, l’architecture ne tient qu’une place relativement mineure. Nous avons eu l’occasion d’étudier dans un ouvrage consacré aux sceaux urbains quels étaient les enjeux inhérents au choix du bâti pour les communes médiévales4. Il ressort de cette étude que les villes se tournent majoritairement et sans surprise vers des éléments défensifs de leur topographie, la muraille, la porte ou encore les tours crénelées. Au sein du petit groupe des villes primo sigillantes dans la première moitié du XIIsiècle on voit également apparaître une iconographie directement en lien avec le statut « épiscopal » de la cité qui fait alors le choix de faire apparaître la cathédrale dans le champ. En effet, dans un contexte politique où l’évêque se substitue au comte lui-même dans l’exercice des droits régaliens, l’Église apparaît comme le principal élément de structuration grâce auquel la plupart des civitas romaines se maintiennent. Ajoutons que la cathédrale est bien souvent l’un des premiers édifices construits à l’ombre desquels la ville vient s’épanouir et que par conséquent elle est d’un point de vue iconographique le moyen le plus efficace de mettre en image le pouvoir épiscopal comme le prouvent les sceaux de Cambrai ou de Beauvais pour ne prendre que ces exemples5. Sur ces images la tutelle épiscopale est donc proclamée à travers la cathédrale qui occupe la totalité de l’espace intra-muros formant ce que nous avons appelé le syntagme ville-cathédrale. L’absence de tout autre architecture se référant au pouvoir communal qui pourtant existe, nous conduit à voir dans ces images une représentation symbolique de la cité épiscopale, qui dans la réalité topographique de la ville, ne représente qu’une partie de celle-ci. La nature institutionnelle de la ville permet de désigner de manière aisée la nature du monument sigillaire, la ville épiscopale choisissant de se représenter par le lieu du pouvoir et d’une autorité tout en donnant par assimilation une image unitaire de la communauté des habitants, sujets d’un évêque unis au sein de l’Ecclesia.

  • 6 Corpus Sigillorum Neerlandicorum : de Nederlandsche zegels tot 1300, 3 vol., La Haye, M. Nijhoff, n (...)
  • 7 Pour une étude de cas du sceau de Groningue cf. Ambre Vilain, op. cit., p. 286-287. Arch. nat. sc/  (...)

Cette lecture immédiate ne perd pas de sa pertinence dès lors que la ville choisit dans le riche répertoire à sa disposition un édifice ecclésial et ce même s’il n’est pas le siège d’une autorité épiscopale. L’église est, quoi qu’il en soit, avant tout le lieu de la réunion de la communauté et le relais de l’autorité épiscopale et en l’absence de beffroi ou d’hôtel de ville elle est dans de nombreux cas le seul monument représentatif de la commune et de ses habitants. Plusieurs villes d’Europe septentrionale ont fait le choix de faire figurer une église paroissiale sur leur sceau : c’est le cas de Leuwarden6 ou Groningue7 (Ill. 1). À la différence des cathédrales qui sont figurées frontalement et surtout qui se présentent insérées dans une muraille massive, les églises paroissiales sont quant à elles représentées de manière latérale et surtout, elles ne sont circonscrites par aucun mur de fortification. L’église, montrée seule et formellement décontextualisée, semble alors traduire un sentiment d’immédiateté bienveillante. Le spectateur se situe face à elle, à l’intérieur de l’enceinte. Par ailleurs, le rejet des modèles superlatifs permet aux villes d’exploiter ce que les bâtiments peuvent avoir de plus identifiant, voire de plus local. Plus loin, le caractère mimétique de ces images permet aux habitants de se reconnaître davantage dans une image fédératrice, une image qui rassemble le plus grand nombre.

Ill. 1 : Sceau de la ville de Groningue

Image 1000000000000418000003DD885D725688C67B7C.jpg

1419, Arch. nat, sc/ Ut 186, moulage.

©Archives nationales.

  • 8 Jean-Luc Chassel, « Les sceaux de juridictions », cat. expo. Empreintes du passé, 6000 ans de sceau (...)
  • 9 La façade est en effet particulièrement importante pour l’édifice, elle est l’endroit du passage, l (...)
  • 10 Nous avons dédié une partie de notre thèse à l’étude des sceaux de Cambrai, cf. Ambre Vilain, Imago (...)
  • 11 Arch. nat., sc/ F 5971.

Au-delà de ce corpus urbain très spécifique dont il est facile de comprendre les motivations, il convient d’aborder aussi les sceaux d’officialité qui constituent des objets particuliers en ce qu’ils représentent une délégation de pouvoir8. Les architectures qui y sont figurées renvoient majoritairement à des édifices religieux et plus spécifiquement à des façades9. On pourra prendre comme exemple la série des sceaux de l’officialité de Cambrai10. La première empreinte connue est appendue à un acte de 121111. Au centre de la composition émerge un édifice constitué d’une façade. Le premier niveau est constitué d’un porche en saillie percé d’un arc en plein cintre tandis que le deuxième se compose de trois baies. Cette construction frontispice est complétée par deux tours latérales. Un troisième prend place à la croisée du transept tandis que l’arrière-plan est complété par deux tourelles également percées de larges baies. La comparaison du sceau de l’officialité avec celui de la ville sur lequel est figurée la cathédrale permet d’y voir le même édifice : la cathédrale aux formes idéalisées. Le second sceau de l’officialité reprend une iconographie qui, bien que partant d’un même motif, conduit à une lecture différente (Ill. 2). Au centre de la composition se dresse la façade d’un édifice à plusieurs niveaux dont la silhouette renvoie désormais à l’architecture gothique monumentale de la première moitié du XIIIe siècle. Nous sommes ici face à une métonymie de la cathédrale. Les deux sceaux de l’officialité de Cambrai, bien que stylistiquement très différents, l’un renvoyant au monde germanique et l’autre au gothique Ile-de-France, n’en sont pas moins toutes deux des images idéalisées. Ici, la figure humaine est totalement absente des compositions, c’est bien l’architecture qui domine le discours.

Ill. 2 : Second sceau de l’officialité de Cambrai

Image 100000000000012600000187E723AAF91BC9CD8F.jpg

1324, Lille archives départementales du Nord, 3H59/185, cire.

© cliché de l’auteure.

En dehors de ces sceaux au destin tout particulier, nous l’avons vu, les sceaux ecclésiastiques ne font dans les premiers temps de la pratique aucune place à l’architecture. Cette dernière va pourtant s'immiscer progressivement jusqu’à prendre le pas sur la figure.

Du discours effigié au discours architecturé : l’exemple des sceaux épiscopaux

  • 12 Clément Blanc-Riehl, « Le corps sigillaire des clercs », Le corps et ses représentations à l’époque (...)

Très bien datés, à l’année près de la consécration de leur sigillant, les sceaux des évêques se suivent de manière parfois très serrée et forment des séries très complètes. Ils permettent ainsi d’observer dans un foyer artistique donné l’évolution d’un type iconographique. En effet, dès le début du XIIe siècle, les évêques, d’abord ceux des régions septentrionales, vont définir pour leurs sceaux un prototype montrant la figure du prélat dans les habits de sa fonction et bénissant sur un champ lisse circonscrit par le texte de la légende. Cette image, définie dans le contexte de la période post-grégorienne, place la figure du clerc dans une position de supériorité sans commune mesure. Par le choix d’une forme en amande qui, visuellement, distingue d’emblée les clercs des laïcs qui eux ont recours à la forme circulaire, tout en renvoyant à la sphère du sacré. La navette est en fait une mandorle. Par ailleurs, le geste de la bénédiction qui est explicitement retranscrit sur les sceaux manifeste le pouvoir performatif du prêtre, celui de bénir à distance12. Ici, c’est bien sur la figure que repose l’ensemble de la charge symbolique : le corps de l’évêque est le seul support de l’autorité.

  • 13 Adelbert de Peyre, évêque de Viviers, appendu à une acte de 1305, Arch. nat. sc/D 6936.
  • 14 Arch. nat. sc/D 6622, appendu à un acte de 1296.
  • 15 Jean Wirth, L’image à l’époque gothique (1140-1280), Paris, 2008, p. 294-297. On retrouve particuli (...)

Progressivement au XIIIe siècle, les graveurs enrichissent cette image d’éléments architecturaux : une console mais surtout un dais. Ce dernier qui, dans un premier temps, repose sur le filet de la légende comme sur le sceau d’Adalbert de Peyre, évêque de Viviers13 (Ill. 3) va par la suite prendre appui sur des supports, colonnes, piliers etc. qui eux-mêmes viendront rejoindre la console considérablement élargie en partie basse. C’est ce que l’on voit sur le sceau de Jean de Rochefort, évêque de Langres de 1294 à 132914 (Ill. 4). Le tout aboutit à ce que nous qualifions de niche. Ces premières représentations sigillaires peuvent être rapprochées d’un modèle monumental, celui des dais architecturaux accueillant aux façades des églises les figures des saints. En cela, sur son sceau l’évêque se présente à nous à la manière des saints évêques tutélaires figurant aux façades des églises depuis la promotion de la figure épiscopale que Jean Wirth repère à partir du début du XIIsiècle15.

Ill. 3 : Sceau d’Adalbert de Peyre, évêque de Viviers de 1297 à 1306

Image 10000000000002D30000044BC8C09CD04EFA7600.jpg

Appendu à un acte de 1305, Arch. nat. sc/D 6936.

© Archives nationales.

Ill. 4 : Sceau de Jean de Rochefort, évêque de Langres de 1294 à 1329

Image 10000000000003400000047DEDFC6DAB3DDE35D3.jpg

Appendu à un acte de 1296, Arch. nat. sc/D 6622, moulage.

©Archives nationales.

  • 16 James Bugslag, « Entre espace pictural et architectural, la fenêtre est de la chapelle Saint-Piat à (...)

Au XIVe siècle, les représentations sigillaires s’émancipent du modèle monumental pour devenir des compositions sur lesquelles les artistes parviennent à rendre, par des procédés techniques que nous allons étudier, la volumétrie du bâti. Cette tendance à l’illusionnisme a par ailleurs pu être observée pour la production de vitrail à la même période comme l’a montré James Bugslag à propos des vitraux de la chapelle Saint-Piat de la cathédrale de Chartres16. Ce phénomène prend dans le cadre des sceaux une inflexion très particulière de l’art du relief.

Le corpus ecclésiastique n’est pas le seul à faire un usage profus de l’architecture. De manière plus précoce et sous une forme déjà très aboutie, on voit apparaître sur les sceaux des reines des structures architecturales. Sur le sceau de Marguerite de Provence, qui est le premier, en 1242, sur lequel on observe de l’architecture, ces dernières se présentent sous la forme d’un arc trilobé reposant sur de fines colonnettes à la manière des sceaux épiscopaux que nous avons évoqués il y a un instant pour la toute fin du XIIIe siècle (Ill. 5).

Ill. 5 : Sceau de Marguerite de Provence

Image 100000000000024C000002FCBB93A16A92A1F5AE.jpg

Appendu à un acte de 1295, Arch. Nat. Sc/ D 154, moulage.

©Archives nationales.

  • 17 On pense notamment au Psautier de Saint Louis, que Marguerite de Provence a pu voir réaliser (BnF L (...)
  • 18 Pour la production réginale plus tardive, quelle que soit la complexification de la formule de base (...)

Toutefois, si l'on regarde de plus près ces images, il apparaît que cette architecture n’a pas la même signification. Si sur les sceaux des évêques, c’est bien un dais, emprunté au vocabulaire du sacré, dans le cas des sceaux de reines cette architecture doit être considérée davantage comme un système d’encadrement que l’on retrouve largement dans le domaine de l’enluminure par exemple17. On notera au passage le léger retard du sceau qui n’adopte pas encore toutes les caractéristiques du gothique tel que l’on peut le voir à la cour de saint Louis au milieu du XIIIe siècle18.

  • 19 Comme sur le sceau de Liébaut de Cusance, évêque de Verdun de 1380 à 1403, Arch. nat. sc/D 6929, ap (...)

Si l’on revient à présent à la production épiscopale dont les types se suivent de manière plus serrée que pour les sceaux royaux ou réginaux, il est possible de déterminer les étapes d’un phénomène de conquête spatiale allant de manière schématique, pour la production sigillaire, de la conception de la niche à celle de l’édicule. Durant la première étape que nous avons repérée, lorsque les graveurs ajoutent au poncif épiscopal un dais et une console, ils ne parviennent pas encore à distinguer le plan de la figure de celui de son encadrement architecturé ce qui produit un « effet de niche ». Progressivement, ils s’affranchissent de cette conception en intégrant à leurs compositions des éléments permettant de donner l’illusion d’un espace en volume. Ces éléments sont les logettes qui flanquent la figure principale19 ou encore la présence d’une voûte quadripartite au-dessus de cette même figure. Désormais celle-ci ne flotte plus dans un espace abstrait mais s'ancre dans la matérialité d’une représentation sculpturale.

Selon un principe d’illusionnisme micro-sculptural la figure prend désormais place à l’intérieur d’un édicule traité à la manière d’une cage. Comme nous avons pu le souligner à propos du dais, cette cage architecturée possède, elle aussi, une profonde charge signifiante, celle de magnifier de manière paroxystique la figure épiscopale. Ces structures architecturales peuvent être considérées comme une hypertrophie du dais dont nous avons vu l’apparition timide sur les sceaux du XIIIe siècle. Se représenter dans un édicule de plan centré ne va pas de soi et c’est dans la production des monuments funéraires qu’il faut aller chercher des exemples comparables. Si l’on prend par exemple le tombeau d’Innocent VI à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon (Ill. 6) ou encore celui de Jean XXII à Notre-Dame-des-Doms et qu’on les compare à la production sigillaire de la même époque, on constate une même conception selon laquelle l’architecture, procédant de la figure et à la même échelle, forme avec elle un syntagme indissociable. Nous ne sommes donc pas dans une conception de la niche ou du champ mais dans celle d’un édicule avec ses proportions, son orientation spatiale. Le génie des graveurs de sceaux réside dans leur capacité à restituer de manière illusionniste cette conception d’une cage architecturée à l’intérieur de laquelle se meuvent des figures proportionnées.

Ill. 6 : Monument funéraire du Pape Innocent VI

Image 10000000000001EA0000037363C17508983B64F6.jpg

Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, troisième quart du XIVe siècle, calcaire.

© Creative Commons.

Si l’on prend à présent l’exemple de Richard de Bury, évêque de Durham de 1333 à 1345, le prélat se présente à nous à l’intérieur de l’un de ces édicules dont le volume est rendu par l’intermédiaire des pans des logettes latérales, des trois dais ou encore de la voûte d’ogives qui vient couvrir l’abside visible à l’arrière-plan de l’image (Ill. 7). Le tout accompagné de lignes verticales participant à cet élan propre à la conception gothique. Par ailleurs, afin de renforcer le caractère volumétrique les logettes sont traitées à la manière de cages diaphanes à l’intérieur desquelles des anges s’ébattent.

Ill. 7 : Second sceau de Richard de Bury, évêque de Durham de 1333 à 1345

Image 10000000000001F600000310F68D35E916CA2C12.jpg

Appendu à un acte de 1334, Durham, The Dean and Chapter of Durham, n° 3.9, cire.

© Marc Gil.

Il faut, face à ces images, garder une distance critique et réaffirmer qu’en aucun cas nous ne sommes devant la représentation d’une réalité architecturale. Toute l’ambiguïté du sceau de cet évêque consiste à jouer sur l’utilisation d’éléments empruntés au vocabulaire monumental dont la combinaison ne correspond à rien de structurellement viable. En somme, nous sommes face à une monstruosité architecturale. Quelle que soit la lecture que l’on a de cette image, la relation entre la figure monumentalisée de l’évêque, les figures miniaturisées des anges et ce cadre architectural n’est pas soumise à un principe de proportionnalité logique mais à un univers architectural illustrant l’idéologie ecclésiale. Ici, l’évêque est représenté comme un saint et peu importe si nous nous trouvons devant de l’architecture réduite, ce que nous pourrions appeler une micro-architecture, ce qui compte c’est le discours véhiculé. Dans ce principe combinatoire ces images sont définies aussi par un jeu ambigu sur l’espace, l’évêque se tenant à la fois dans l’église, dans le sanctuaire et se montrant également en « façade ». L’évêque est figuré au seuil de son église face aux fidèles qu’il bénit (Ill. 8). Ce jeu entre l’intérieur et l’extérieur trouve une référence monumentale dans les loges de bénédictions, notamment celle du Palais des Papes. Dans certains cas, ce jeu sur les espaces se complexifie par l’ajout de la figure d’un évêque en prière qui cette fois est situé devant l’église, au seuil de l’image selon un principe d’étagement en profondeur.

Ill. 8 : Sceau de Pierre Bertrand, cardinal de Saint Clément de 1327 à 1349

Image 100000000000029E000003A5EEBD78BA0527A72C.jpg

Appendu à un acte de 1341, moulage.

© Archives nationales.

  • 20 Notons au passage que les figures de l’évêque et du saint sont interchangeables.

L’art sigillaire est avant tout un art de l’image en relief. Les graveurs de sceaux disposent de plusieurs procédés techniques leur permettant de leur donner l’illusion du volume. Le graveur part d’une surface lisse dans laquelle il creuse une figure et un texte qui par estampage produisent une image en relief. Ainsi, a minima le graveur obtient-il deux plans : le champ et la figure. Or toute la spécificité de la production sigillaire passe par ce jeu entre creux et relief. Ce jeu d’étagement des plans réclame un savoir-faire qui impose de manière presque automatique le recours à des graveurs spécialistes. Certains d’entre eux produisent de véritables chefs-d'œuvre de miniaturisation et d’intelligence dans l’illusionnisme spatial. L’architecture domine alors littéralement le discours iconographique. Le dais qui couronnait timidement les figures épiscopales du XIIIe siècle se développe désormais de manière hypertrophiée. La figure du saint se tient à la manière de l’évêque de Durham au seuil de l’église20. D’un point de vue technique à présent, afin de rendre la profondeur de l’église le graveur reste sur le plan sur lequel il trace des lignes à la manière d’un enlumineur ou d’un peintre : pour rendre l’apparence de la saillie de l’édicule, il trace des obliques. En revanche, lorsqu’il souhaite représenter ce qui est projeté vers nous, comme le dais, il grave son support plus en profondeur, à la manière d’un sculpteur et crée physiquement du relief.

Le phénomène de contamination architecturale globale que l’on observe dans les arts à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle trouve avec le corpus sigillaire un support particulièrement intéressant dans la mesure où il est abondant et que les sceaux s’inscrivent dans une sérialité permettant d’observer de façon fine l’évolution d’un type iconographique. L’étude du corpus des sceaux ecclésiastiques permet de suivre l’apparition puis l’évolution du vocabulaire architectural mais surtout son intégration formelle à un cadre sigillaire défini par des règles strictes avec lesquelles les graveurs doivent composer. En corollaire à cette introduction du vocabulaire architectural, le corpus des sceaux se pose en véritable catalyseur des recherches formelles d’une époque. Il permet d’apprécier pleinement le passage d’une conception planimétrique de l’image à une conception volumétrique, c’est-à-dire le passage de la simple niche à l’édicule de plan centré. L’architecture offre également un cadre au sens premier comme au sens figuré à une conception intellectuelle du monde en ce qu’elle permet de distribuer et hiérarchiser des figures, figures qui auront par ailleurs tendance à se multiplier au cours de l’évolution de la pratique.

Notes

1 On verra ainsi l’abbé muni de sa crosse, la dame représentée un faucon au poing. Le souverain sera quant à lui figuré trônant et portant les insignes royaux.

2 Ambre Vilain, Imago urbis. Les sceaux de villes au Moyen Âge, Paris, INHA/CTHS, 2018, 357 p.

3 Sur la question des sceaux d’officialité le lecteur pourra se reporter à l’article pionnier de Robert Henri Bautier, « Origine et diffusion du sceau de juridiction », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1971, 115-2, p. 304-321.

4 Ambre Vilain, op. cit., 2018.

5 Les études de cas des sceaux des villes de Cambrai et de Beauvais se trouvent respectivement aux pages 210-216 et 273-275 de notre ouvrage (cf. note 2).

6 Corpus Sigillorum Neerlandicorum : de Nederlandsche zegels tot 1300, 3 vol., La Haye, M. Nijhoff, n° 603.

7 Pour une étude de cas du sceau de Groningue cf. Ambre Vilain, op. cit., p. 286-287. Arch. nat. sc/ D 10715.

8 Jean-Luc Chassel, « Les sceaux de juridictions », cat. expo. Empreintes du passé, 6000 ans de sceaux, (exposition Rouen, Musée départemental des antiquités, 11 sept.-5 déc. 2015), Rouen, Point de vues, 2015, p. 138-145 et Robert Henri Bautier, op. cit., 1971.

9 La façade est en effet particulièrement importante pour l’édifice, elle est l’endroit du passage, le seuil qui permet de pénétrer dans l’espace sacré. À ce sujet, nous renvoyons le lecteur à l’ouvrage de Dominique Iognat-Prat : La maison Dieu : une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge, Paris, Seuil, 2012, 720 p.

10 Nous avons dédié une partie de notre thèse à l’étude des sceaux de Cambrai, cf. Ambre Vilain, Imago urbis. Les sceaux de villes au Moyen Âge, Paris, INHA/CTHS, 2018, p. 211-215.

11 Arch. nat., sc/ F 5971.

12 Clément Blanc-Riehl, « Le corps sigillaire des clercs », Le corps et ses représentations à l’époque romane, 22e colloque international d’art roman d’Issoire (2012), Issoire, 2014, p. 15-29.

13 Adelbert de Peyre, évêque de Viviers, appendu à une acte de 1305, Arch. nat. sc/D 6936.

14 Arch. nat. sc/D 6622, appendu à un acte de 1296.

15 Jean Wirth, L’image à l’époque gothique (1140-1280), Paris, 2008, p. 294-297. On retrouve particulièrement ce phénomène sur le sceau de Jean de Meulan, évêque de Paris, 1353-1363, appendu à un acte de 1361, Arch. nat. sc/D 6798.

16 James Bugslag, « Entre espace pictural et architectural, la fenêtre est de la chapelle Saint-Piat à la cathédrale de Chartres », Représentations architecturales dans les vitraux, actes du XXIe colloque international du Corpus Vitrearum, Bruxelles, 22-27 août 2002, Bruxelles, 2002, p. 85-93. 

17 On pense notamment au Psautier de Saint Louis, que Marguerite de Provence a pu voir réaliser (BnF Latin 10525).

18 Pour la production réginale plus tardive, quelle que soit la complexification de la formule de base à savoir une arcature soutenue par des colonnes, il faut attendre le sceau de Jeanne d’Évreux vers 1320 pour voir apparaître pour la première fois un dais (Arch. nat. sc/ D161). De la même manière dans le corpus des sceaux des rois de France l’architecture s’immisce dans les compositions sous forme d’annotations signifiantes à partir du sceau de Louis X le Hutin dont la gravure remonte à 1314 (Arch. nat. sc/ D49). Le dais qui surmonte nos évêques et dont la fonction sacralisante va de soi est transféré dans un corpus qui n’y avait pas recours. Cette nouveauté est sans doute à mettre en relation avec le phénomène de sacralisation du pouvoir monarchique que l’on observe dans la première moitié du XIVe siècle et qui culmine avec l’extraordinaire grand sceau de Jeanne de Bourgogne daté de 1317 (Arch. nat. sc/D163), sans toutefois prendre sur les sceaux royaux une formule aussi aboutie.

19 Comme sur le sceau de Liébaut de Cusance, évêque de Verdun de 1380 à 1403, Arch. nat. sc/D 6929, appendu à un acte de 1394.

20 Notons au passage que les figures de l’évêque et du saint sont interchangeables.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search