Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43ÉtudesLa représentation de l’architectu...

Études

La représentation de l’architecture dans les cartes, XVe-XVIIIe siècles

The representation of architecture in maps, 15th-18th centuries
Nadine Gastaldi

Résumés

Les cartes produites du XVe au XVIIIsiècle sont de nature multiple, des figures au « vrai » aux cartes savantes à base mathématique. Elles font l’objet de nombreux débats relatifs à leur système de représentation : entre vérité et objectivité, entre géographie et chorographie, entre élévation et planimétrie. Ces débats affectent la nature de la figuration des éléments architecturaux au sein des cartes, notamment pour les plans judiciaires ou les plans domaniaux ainsi que pour les plans de villes. La richesse de cette figuration, néanmoins, doit être connue des historiens de l’architecture et mériterait d’être plus largement étudiée.

Cet article n’a pas pour ambition de dresser un tableau exhaustif des relations entre cartographie et architecture du XVe au XVIIIe siècle. Il s’agit ici, avant tout, d’inviter les historiens de l’architecture à connaître – à l’instar des archéologues qui les considèrent déjà – les documents cartographiques et, notamment les plans de villes, comme des sources utiles, pour une histoire directe du bâti mais, aussi, pour une histoire de « l’idée » d’architecture au cours de la période1.

Haut de page

Texte intégral

Vérité et objectivité

  • 2 Tel est le terme employé pour la réalisation d’une carte.
  • 3 Dont les portulans apparus au XIIIe siècle sont les précurseurs.

1Du XIIIe au XVIIIsiècle, les modes de construction2 des cartes et plans topographiques sont multiples : « figures », cartes marines3 (non étudiées ici) et cartes scientifiques se conjuguent pour offrir une représentation de l’espace qui soit pertinente pour leurs divers usagers, des autorités politiques et administratives, suprêmes ou locales, aux simples voyageurs (marchands, étudiants, pèlerins ou touristes), en passant par les divers adeptes du savoir.

Figures au « vrai »

  • 4 En première approche, voir le dossier pédagogique de la Bibliothèque nationale de France [En ligne] (...)
  • 5 La nécessité persistante de l’arpentage, qui remonte à la plus haute antiquité, implique, de fait, (...)
  • 6 Voir la notice due à Anthony Gerbino dans Quand les artistes dessinaient les cartes, op. cit., p. 1 (...)

2La production de cartes et de plans topographiques perdure au Moyen Âge, même si la pratique antique, surtout grecque, d’une cartographie à base mathématique s’efface. Ainsi, des mappemondes, cartes à très petite échelle et représentations plus ou moins symboliques de la Terre dans son ensemble, sont connues dès le VIIe siècle4. À partir du XIVe siècle, apparaissent aussi des cartes et plans à grande échelle. Plus proches du terrain, ils en offrent une vision réaliste. Il s’agit, le plus souvent, de documents produits pour définir des limites territoriales entre États ou entre particuliers ou bien encore, pour exploiter ou aménager un territoire. Liés à une action pratique, ces documents cartographiques, bien évidemment, « spatialisent » les objets qu’ils représentent. Ils n’ignorent pas, non plus, la notion de « mesure »5, mais, suivant leur but premier, qui est de faire comprendre l’espace aux utilisateurs, ils usent de méthodes qui, aujourd’hui, paraissent incohérentes à qui est habitué à la carte mathématique. Ils mêlent, en effet, dans un même document, les échelles (le plus souvent non indiquées), les points de référence (bien que privilégiant le point central), les projections et perspectives (planimétrique, à vol d’oiseau, linéaire, rabattue, cavalière, plongeante) et, quelquefois, les orientations comme dans la figure judiciaire de Picauville (Manche) de 1581 qui mêle point de vue zénithal pour les prairies au centre du plan, points de vue divers pour les zones les entourant et vue perspective pour le bourg (Ill. 1)6. Ils ont des auteurs divers : parfois des lettrés (clercs ou officiers seigneuriaux), puis, de plus en plus souvent aux XVe et XVIe siècles, des artistes (peintres ou autres « imagiers »), dont la maîtrise des techniques du dessin et de la perspective est censée assurer leur fiabilité. Intitulés « figure », « portrait » ou « vue », ils se relient à deux grands genres picturaux en germe, le paysage et la vue de ville. Quand, à partir du XVIe siècle, mais surtout aux XVIIe et XVIIIe siècles, la réalisation de ces plans revient à des arpenteurs, ingénieurs ou géographes, on constate néanmoins le maintien, pour les plans juridiques et pour certains plans domaniaux, de ce type de représentation « au vrai » dont le but est d’amener le regardeur à cheminer dans le territoire et à y repérer ce qui fait sens, plutôt qu’à connaître l’exactitude des surfaces et distances. Il en va ainsi, par exemple en 1756, pour le plan des villages de Grand-Paroisse et Vernou (Seine-et-Marne), en tant que biens du chapitre de Notre-Dame de Paris, qui dessine bâti et végétation en vue rabattue autour d’un axe médian (Ill. 2).

Ill. 1 : Jean Brouault et Paris Alexandre, peintres, plan de la seigneurie de Picauville (Manche)

Ill. 1 : Jean Brouault et Paris Alexandre, peintres, plan de la seigneurie de Picauville (Manche)

1581, manuscrit sur parchemin (encre, lavis, aquarelle et gouache), 110 × 182 cm, Archives nationales (France), CP/N/II/Manche/1.

© Cl. Archives nationales (France), Pôle Image

Ill. 2 : [François Le Coy, arpenteur royal], plan des villages de Grande-Paroisse et Vernou-la-Celle (Seine-et-Marne)

Ill. 2 : [François Le Coy, arpenteur royal], plan des villages de Grande-Paroisse et Vernou-la-Celle (Seine-et-Marne)

Vers 1756 ; 34 × 76 cm, manuscrit (encre, lavis et aquarelle), Archives nationales (France), CP/S//285, liasse 1.

© Cl. Archives nationales (France), Pôle Image

Cartes mathématiques « objectives »

  • 7 La Géographie, due à l’astronome grec du IIe siècle, établi à Alexandrie (Égypte), est connue en Eu (...)

3À partir du XVe siècle, un autre type de cartographie – savante, à base mathématique – se développe avec la redécouverte de la Géographie de Ptolémée et des Éléments d’Euclide, dont l’imprimerie diffuse largement les principes7. Au fondement de cette nouvelle cartographie, il y a le choix d’un repère unique, abstrait et reconnaissable par tous : une ligne de référence – méridien d’origine – posée dans l’espace et en fonction de laquelle est calculé le positionnement, exact en termes mathématiques, de tous les objets à placer sur la carte, celle-ci étant désormais pourvue de coordonnées de latitudes et longitudes. La construction d’une carte savante implique de prendre de nombreuses mesures de terrain et, pour la petite échelle, de s’appuyer sur les données de l’astronomie ou de la géodésie (étude des formes et dimensions terrestres), sciences alors en plein renouveau. Elle se perfectionne encore par l’emploi d’outils mathématiques et d’instruments de mesure, objets d’innovations multiples, qui permettent d’affiner calculs de position et de projection (soit le report de la surface courbe de la Terre sur le plan du papier). Elle se caractérise, enfin, par l’usage d’une échelle, d’une orientation et de signes conventionnels constants. La carte se veut ainsi une représentation du réel globalement « objectivée ». D’abord appliquée aux cartes à petite échelle (planisphères, cartes d’États ou de vastes régions), la cartographie à base mathématique s’étend peu à peu aux plans à grande échelle, comme ceux relatifs aux villes ou aux domaines seigneuriaux, parmi lesquels on trouve les « terriers », dont arpenteurs, ingénieurs, géographes deviennent progressivement les principaux constructeurs. La carte savante, cependant, n’atteint pas d’emblée au XVe siècle la forme aboutie qu’elle affiche au XVIIIe siècle. Sa progressive mise en œuvre et, aussi, les exigences de beauté de la carte ou du plan expliquent la persistance de modes cartographiques hybrides tout au long de la période, comme dans le beau plan des Andelys de 1781 qui associe rigueur géométrique et vue de bâtiments en élévation (Ill. 3). Bien que de plus en plus abstraits, cartes et plans, en effet, sont des images dont la valeur esthétique compte aussi. De ce fait, pour les plans urbains notamment, les modalités de représentation du bâti (élévation ou planimétrie ? Au sein du plan ou en quelques éléments à ses marges ?) demeurent longtemps ouvertes.

Ill. 3 : Anonyme, « Plan des Andelys et du fief du Viviers avec les prairies, jardins & masures située [sic] entre les deux villes & la M[a]gd[elei]ne », certifié par Barbay

Ill. 3 : Anonyme, « Plan des Andelys et du fief du Viviers avec les prairies, jardins & masures située [sic] entre les deux villes & la M[a]gd[elei]ne », certifié par Barbay

1781, 53 × 83 cm, manuscrit (encre, lavis et aquarelle), Archives nationales (France), CP/N/III/Eure, pièce 90bis.

© Cl. Archives nationales (France), Pôle Image

Géographie et chorographie

4Un débat témoigne, aux XVe et XVIe siècles, du problème que pose la représentation de la ville et, partant, des éléments architecturaux qui la composent : celui qui oppose géographie et chorographie, soit la carte plus générale à petite échelle versus la carte locale ou urbaine à grande échelle. En 1564, interprétant un passage de Ptolémée, le pasteur franc-comtois et humaniste Antoine du Pinet le reprend ainsi :

  • 8 Dans Plantz, pourtraitz et descriptions de plusieurs villes et forteresses, tant de l’Europe, Asie, (...)

« La chorographie sert à représenter au vif les lieux particuliers, sans s’amuser à mesures, proportions, longitudes, latitudes, ny autres distances cosmographiques : se contentant de monstrer seulement à l’œil, le plus près du vif qu’elle peut, la forme, l’assiette, et les dépendances du lieu qu’elle dépeint […]. Nul ne peut estre bon chorographe qui ne soit peintre. »8.

5Ce débat, cependant, est un peu vain car, si dans les figures judiciaires et dans certains plans domaniaux, le refus d’une mesure mathématisée reste légitimé, très tôt, en revanche, pour les plans de villes et pour certains plans domaniaux, la conjonction des moyens de représentation – ceux de la peinture et de la géométrie – s’affirme pour obtenir l’effet à la fois le plus parlant et le plus exact possible.

  • 9 Voir les cartes et plans de villes de J. de Beins, notamment ceux du volume conservé à la British L (...)
  • 10 Comprise dans Le Théâtre françois, atlas édité à Tours en 1594 par Maurice Bouguererau. [En ligne]. (...)

6Dans les mappemondes et dans les cartes à petite échelle, avant comme après le renouveau ptoléméen, la figuration des villes ne peut certes viser qu’à en restituer « l’importance » ou, dit autrement, à en donner une idée qui se veut vraie, sans être exacte au sens mathématique. Elles y sont restituées, en effet, le plus souvent par dessins conventionnels (ou « vignettes ») et, quand on tente d’en rendre plus finement la forme, on recourt à des dessins si petits que l’historien de l’architecture ne peut guère y trouver matière à étude. L’habitude apparaît, d’ailleurs, d’enrichir la carte d’une vue ou d’un plan spécifique de la ville, soit sur une feuille à part, comme les vues de villes qui, au début du XVIIe siècle, accompagnent les cartes de Jean de Beins9, soit mis en « carton », comme dans la carte du Limousin10 de Jean Fayen, gravée en 1594, et son plan de Limoges (Ill. 4).

Ill. 4 : Jean Fayen et, graveur, Tavernier, Carte du Limousin, « Totius lemovici et confinium […] fidissima descriptio »

Ill. 4 : Jean Fayen et, graveur, Tavernier, Carte du Limousin, « Totius lemovici et confinium […] fidissima descriptio »

1594, gravure sur cuivre, 35,5 × 50 cm, Archives nationales (France), CP/NN//194, pièce 6a.

© Cl. Archives nationales (France), Pôle Image

7Pour les plans de villes proprement dits, établis à grande échelle, qui se multiplient aux XVe et XVIe siècles, une forme normalisée se met en place d’après celui de Constantinople (Turquie) dû, vers 1410, au florentin Cristoforo Buondelmonti11 et dont les caractéristiques sont ensuite couramment appliquées : plan géométral au sol, vue perspective, dessin du bâti et du paysage en élévation (comme pour le plan de Limoges cité ci-dessus). Vers 1470-1480, un autre florentin, le miniaturiste Francesco Rosselli, aussi spécialiste du dessin de cartes géographiques, affine la méthode de la représentation urbaine en produisant pour Florence (Italie) la première vue de ville perspective mesurée, dite « à la chaîne »12. Ces deux exemples conjugués, qui incluent a minima la mesure, suffisent longtemps à la production de plans de villes dont la qualité ne sera vraiment contestée qu’à la fin du XVIIe siècle. Ce sont des plans de ce type qui ornent les divers ouvrages savants et atlas édités pour la connaissance du monde à partir des XVe et XVIe siècles, tels la Cosmographia universalis de Sebastian Münster en 1544 (Bâle, H. Petri)13, traduite en français, enrichie et publiée par François de Belleforest en 1575 sous le titre de la Cosmographie universelle de tout le monde (Paris, N. Chesneau et M. Sonnius)14, ou, déjà cités, les Plantz, pourtraitz et descriptions de plusieurs villes et forteresses d’Antoine du Pinet, ou, enfin le célèbre Civitates orbis terrarum, premier atlas entièrement consacré aux plans de villes, publié à Cologne (Allemagne) par Georg Braun et Frans Hogenberg en six volumes parus de 1572 à 161715.

Élévation et planimétrie

  • 16 Voir l’édition critique par Jean-Yves Boriaud et Francesco Furlan, Florence, Société internationale (...)
  • 17 Conservé dans les collections de la Couronne d’Angleterre. [En ligne]. Vinci_Imola_Royal-collection (...)

8Aux XVe et XVIe siècles, la représentation du bâti en élévation dans les plans à grande échelle, dont les plans de villes, apparaît, donc, comme un choix largement partagé. Dans les figures judiciaires ou domaniales où les enjeux « géométriques » sont inexistants, on comprend que les artefacts humains – du château à la croix de carrefour ou aux bois de justice, en passant par l’église, le moulin ou le pont – soient « figurés » ou « portraiturés » comme repères essentiels pour la spatialisation du discours et la prise de décision qui l’accompagne. Mais pour la cartographie ptoléméenne, l’élévation est une option qui, en réalité, ne va pas forcément de soi comme en témoigne la Descriptio Urbis Romae16, écrite vers 1449-1450, par le grand humaniste italien Leon Battista Alberti : il s’agit, en effet, d’un plan de Rome entièrement écrit et aucunement « dessiné », qui consiste en une aride liste de coordonnées et qui, néanmoins, servira lui aussi de référence aux cartographes… En 1502, le célèbre plan d’Imola (Italie)17, dressé par Léonard de Vinci après un levé détaillé de mesures, lui fait écho par sa planimétrie absolue.

  • 18 Voir ici aussi le volume de cartes et plans de J. de Beins de la British Library.
  • 19 D’auteur inconnu mais dessiné par Germain Hoyau et gravé par Olivier Truschet. Voir Quand les artis (...)
  • 20 [En ligne]. Corrozet_Fleur-Paris-1532_Gallica-BnF [consulté le 20 mars 2022].
  • 21 Aux XIXe et XXe siècles, ce type de représentation persiste comme en témoigne le « Plan de Paris à (...)

9Pourtant, bien que la pratique des mesures exactes apparaisse peu à peu au cours du XVIe siècle pour certains plans à grande échelle, notamment urbains, celle de la planimétrie ne se développe guère, sauf pour les plans à vocation militaire, tels ceux des places fortes18. Les plans de villes, en effet, ont avant tout pour but de faire connaître et comprendre aisément au plus large public intéressé possible – habitants permanents et hôtes de passage ou nouveaux venus – la disposition globale de la ville ainsi que ses beautés et atouts. C’est ainsi que le premier plan gravé conservé pour Paris, le plan dit « de Bâle », vers 1553, offre, en élévation, une vue détaillée et quasi complète du bâti parisien19. Construit à partir d’un plan antérieur levé géométriquement à la demande de la Ville (et aujourd’hui disparu), il accompagnait, de fait, un guide à succès dû à l’éditeur et auteur Gilles Corrozet, La Fleur des antiquitez, singularitez et excellences de la plus que noble et triomphante ville et cité de Paris qui connut dix éditions de 1532 à 155520. La même démarche est à l’origine du fameux plan de Paris, dit « de Turgot », qui reprend le vocabulaire graphique du plan de « Bâle », selon le vœu express du prévôt des marchands de Paris, Michel Étienne Turgot, lors de la commande passée à Louis Bretez, peintre spécialiste de la perspective (Ill. 5)21. Ce dernier explique clairement dans le cartouche de titre la visée de son œuvre :

« On s’est proposé en faisant graver ce plan de la Ville de Paris de faire voir d’un seul coup d’œil tous les édifices et toutes les rues qu’elle renferme, ce qui ne pouvoit s’exécuter qu’en prenant certaines licences que les règles austères de la géométrie et de la perspective condamnent, mais sans ces licences, on auroit perdu une partie des objets les plus intéressants qui se seroient trouvés cachés par d’autres ou entièrement défigurés. »

Ill. 5 : Louis Bretez et, graveurs, Claude Lucas et Aubin, « Plan de Paris commencé l’année 1734 […] achevé de graver en 1739 » (feuille 11)

Ill. 5 : Louis Bretez et, graveurs, Claude Lucas et Aubin, « Plan de Paris commencé l’année 1734 […] achevé de graver en 1739 » (feuille 11)

1739, 55,5 × 83,5 cm, gravure sur cuivre, Archives nationales (France), CP/N/IV/Seine/86, planche 12.

© Cl. Archives nationales (France), Pôle Image

10Un « esprit de géométrie », néanmoins, se développe à partir de la fin du XVIIe siècle, dont témoigne, en France, la création par Louis XIV et Colbert de l’Académie des sciences (1666) et de l’Observatoire de Paris (1667). L’une de leurs premières missions est d’élaborer une cartographie géométriquement exacte du royaume. À partir de ce moment, les cartographes professionnels vont se référer aux méthodes et aux travaux de l’Académie et de l’Observatoire pour construire leurs propres cartes ou plans, dont l’usage de la planimétrie pour la restitution des données est un signe patent. Le premier plan de Paris ainsi géométriquement restitué (et non seulement levé) est, en 1676, celui de Pierre Bullet et François Blondel, tous deux architectes et, aussi, pour le second, mathématicien (Ill. 6). Bien que principalement planimétrique, ce plan – qui présente une orientation Ouest traditionnelle, avec la Seine coulant de haut en bas – porte encore un grand nombre de bâtiments en élévation : palais royaux et hôtels princiers, bâtiments institutionnels, établissements ecclésiastiques. Il en va de même pour d’autres plans géométriques de Paris de la première moitié du XVIIIe siècle encore, tels ceux dus au grand cartographe Guillaume Delisle ou à la dynastie de cartographes des Jaillot. Au cours du siècle, cependant, une stricte planimétrie devient la règle, comme dans les plans de Paris d’Albert Jouvin de Rochefort, trésorier de France et cartographe, qui y recourt dès 1676 ou ceux, fameux, de l’abbé Jean Delagrive, géographe de la ville de Paris. L’aspect « d’agrément » ou de « prestige » des plans de villes se réfugie alors dans un « décor », plus ou moins développé. Dans le plan de Paris de Bullet et Blondel, on remarque déjà en pourtour de plan, en sus d’une carte des « environs de Paris », la présence de « vues » (portes, vue générale du cœur de la ville). Cette pratique s’accentue tout au long du XVIIIe siècle et se perpétue ensuite, pour les plans « géométriques » parisiens comme de villes de province qui, eux aussi, se multiplient, tel celui réalisé en 1759 pour Dijon (Ill. 7) par Mikel, ingénieur géographe du roi, et, pour les « vue et ornemens » par Le Jolivet, sous-ingénieur des Ponts et Chaussées de Bourgogne. Ce plan est édité par Jean Lattré, graveur ordinaire du roi, qui est alors un important éditeur et marchand de cartes et qui s’est fait une spécialité de ces plans ornés de villes dont la production reste à étudier.

Ill. 6 : Pierre Bullet et François Blondel, et graveur, La Boissière, « Plan de Paris, levé par les ordres du roy […] »

Ill. 6 : Pierre Bullet et François Blondel, et graveur, La Boissière, « Plan de Paris, levé par les ordres du roy […] »

1676, 220 × 190 cm, gravure sur cuivre (lavis et aquarelle), avec baguettes d’origine en bois doré sculpté, Archives nationales (France), CP/N/I/Seine/50.

© Cl. Archives nationales (France), Pôle Image

Ill. 7 : Mikel et Le Jolivet et, graveur, Jean Lattré « Plan géométral de la Ville de Dijon […] »

Ill. 7 : Mikel et Le Jolivet et, graveur, Jean Lattré « Plan géométral de la Ville de Dijon […] »

1761, 116 × 87,5 cm, gravure sur cuivre, Archives nationales (France), CP/F/21/3502, art. 9.

© Cl. Archives nationales (France), Pôle Image

  • 22 Voir la bibliographie donnée par le catalogue Quand les artistes dessinaient les cartes, op. cit., (...)
  • 23 Voir notamment pour le cas de la France, Jean Dérens, Le Plan de Paris, par Truschet et Hoyau, 1550 (...)

11Que peuvent apporter à l’historien de l’architecture ces documents cartographiques trop brièvement évoqués ? Pour les documents de nature judiciaire ou domaniale, il est établi que la représentation du bâti offre une certaine authenticité mais à quel niveau de détail ? Les châteaux, églises, maisons sont-ils précisément tels que figurés ou bien s’agit-il d’une « idée » de châteaux, d’églises, de maisons ? Ont-ils ce type de toiture, ce nombre de fenêtres ou de tours ? De fait, il semble qu’à un niveau générique de la figuration, une certaine confiance puisse leur être accordée, tandis qu’au niveau du détail (nombre de fenêtres ou de tours), il faille être plus prudent. Cependant, même ainsi, les cartes et plans relevant de cette typologie sont précieux pour l’historien de l’architecture. Pour les cartes et plans géométriques, la relation au figuré architectural est plus ambiguë. Si dans les plus anciens de ces documents, l’usage privilégié de l’élévation et de vues donnent à voir le bâti, celui-ci y est-il justement restitué ? De nombreux historiens de la carte ont étudié précisément ces documents et ont noté, sur ce point, ici encore, globalement un assez grand respect du réel22. La figuration de tel ou tel bâtiment (présence ou absence, aspect) leur sert même de moyen de datation. Cependant, là encore, s’agit-il d’un dessin suffisamment précis pour l’historien de l’architecture ? Ici, évidemment, la question de l’échelle et des objectifs de la carte ou du plan produit comptent. Au-delà de cette question, il serait, en revanche, des plus intéressants d’étudier, selon les périodes, ce qui est représenté dans ces cartes et plans gravés : comment s’y équilibrent les vues urbaines d’ensemble et les vignettes et, au sein de ces dernières, comment s’équilibrent les références au bâti ancien et au bâti immédiatement contemporain (voire en construction). Ce champ d’étude déjà ouvert par certains historiens de la carte ou de l’architecture mérite, de fait, d’être plus largement exploré23.

Haut de page

Notes

1 Cet article repose en partie sur les informations rassemblées pour une exposition des Archives nationales (France) en 2019-2020, « Quand les artistes dessinaient les cartes », accompagnée d’un catalogue qui aborde largement les questions de la représentation en cartographie et propose une vaste bibliographie.

2 Tel est le terme employé pour la réalisation d’une carte.

3 Dont les portulans apparus au XIIIe siècle sont les précurseurs.

4 En première approche, voir le dossier pédagogique de la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. mappemondes_BnF [consulté le 20 mars 2022].

5 La nécessité persistante de l’arpentage, qui remonte à la plus haute antiquité, implique, de fait, une forme minimale de mesure.

6 Voir la notice due à Anthony Gerbino dans Quand les artistes dessinaient les cartes, op. cit., p. 133

7 La Géographie, due à l’astronome grec du IIe siècle, établi à Alexandrie (Égypte), est connue en Europe occidentale, en manuscrit dès 1397 grâce à l’enseignement donné à Florence (Italie) par le byzantin Manuel Chrysoloras. Une traduction latine est réalisée au début du XVe siècle par son élève italien Jacopo d’Angelo de Scarperia. Cette traduction est imprimée en Italie, dès 1475 à Vicence (sans cartes) puis en 1477 à Bologne (avec 27 cartes : 1 pour le monde, 10 pour l’Europe, 4 pour l’Afrique, 12 pour l’Asie). Avant 1600, on dénombre 38 éditions de la Géographie. Voir, par ex., celle rimée et en toscan de Francesco Berlinghi (Florence, Nicolo Todescho, [1480]). [En ligne]. Ptolémée_Berlinghieri_Gallica-BnF [consulté le 20 mars 2022]. Les Éléments, dus au mathématicien grec du tournant des IVe-IIIe siècles avant J.-C., sont imprimés dès 1482 à Venise (Italie), avec plus de six cents gravures sur bois, dans la traduction latine du XIIIe siècle de l’ecclésiastique et érudit italien Giovanni Campano de Novare. Suivront jusqu’à nos jours, près de mille éditions, dont certaines en français dès 1563-1564. [En ligne]. Euclide_Eléments_Gallica-BnF [consulté le 20 mars 2022]. (Voir Marie Lacoarret, « Les traductions françaises des œuvres d’Euclide […] », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, Paris, Presses universitaires de France, t. 10, n° 1, 1957, p. 38-58).[En ligne]. MLacoarret_traductions-françaises-Euclide_Persée [consulté le 20 mars 2022].

8 Dans Plantz, pourtraitz et descriptions de plusieurs villes et forteresses, tant de l’Europe, Asie, Afrique que des Indes et des Terres Neuves, Lyon, 1564, XXXVI-308 p, p. XIV. [En ligne]. Du-Pinet_Plantz_Biblissima [consulté le 20 mars 2022].

9 Voir les cartes et plans de villes de J. de Beins, notamment ceux du volume conservé à la British Library, coté add ms 21117. [En ligne]. J-de-Beins_British-Library_ADD-MS-21117 [consulté le 20 mars 2022].

10 Comprise dans Le Théâtre françois, atlas édité à Tours en 1594 par Maurice Bouguererau. [En ligne]. Bouguereau_Théâtre-françois_Gallica_BnF [consulté le 20 mars 2022].

11 Ce plan est inclus dans son Liber Insularum Arcipelagi. [En ligne]. Buondelmonti_Insularum_Gallica_BnF et Buondelmonti_Constantinople_Gallica-BnF [consulté le 20 mars 2022].

12 Site du Museo storico topografico « Firenze com'era ». [En ligne]. Rosselli_Florence_musée de Florence [consulté le 20 mars 2022]

13 [En ligne]. Münster_Cosmographie-1544_Gallica-BnF [consulté le 20 mars 2022].

14 [En ligne]. Belleforest Cosmographie_Gallica-BnF [consulté le 20 mars 2022].

15 On y trouvera encore en 1645 dans la traduction française de Jérôme Van Belle un plan de Paris traditionnel. [en ligne] Paris_Braun-Hogenberg-1645_Gallica-BnF et Théâtre-des-cités-du-Monde_français-1645_Gallica-BnF [consulté le 20 mars 2022].

16 Voir l’édition critique par Jean-Yves Boriaud et Francesco Furlan, Florence, Société internationale Leon Battista Alberti / L. S. Olschki, 2005, 153 p.

17 Conservé dans les collections de la Couronne d’Angleterre. [En ligne]. Vinci_Imola_Royal-collection-trust [consulté le 20 mars 2022].

18 Voir ici aussi le volume de cartes et plans de J. de Beins de la British Library.

19 D’auteur inconnu mais dessiné par Germain Hoyau et gravé par Olivier Truschet. Voir Quand les artistes dessinaient les cartes…, p. 92-94. Conservé à la Bibliothèque publique et universitaire de Bâle-Ville (Suisse). [En ligne] plan de Paris-Bâle_image [consulté le 20 mars 2022].

20 [En ligne]. Corrozet_Fleur-Paris-1532_Gallica-BnF [consulté le 20 mars 2022].

21 Aux XIXe et XXe siècles, ce type de représentation persiste comme en témoigne le « Plan de Paris à vol d’oiseau, reproduction artistique en élévation de toutes les rues, maisons et richesses artistiques de Paris », actualisation du plan de Turgot, par le dessinateur Georges Peltier, réalisé de 1920 à 1940 et publié dès 1923.

22 Voir la bibliographie donnée par le catalogue Quand les artistes dessinaient les cartes, op. cit., p. 235-238.

23 Voir notamment pour le cas de la France, Jean Dérens, Le Plan de Paris, par Truschet et Hoyau, 1550, dit plan de Bâle, Zürich, Seefeld, 1980, 88 p. ; Jean Boutier, Les plans de Paris, des origines (1493) à la fin du XVIIIe siècle..., [Paris], Bibliothèque nationale de France, 2002, 430 p. et « Mesures et triangulation de l'espace urbain. Le lever des plans de Paris à l'époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle), dans Bulletin du Comité français de cartographie, n° 171, mars 2002, p. 6-17. [En ligne] Boutier_mesures-triangulation_Paris_CFC [consulté le 20 mars 2022] ; Jean-Yves Sarazin, Villes de France : cartes et plans historiques, Paris, Éd. Assouline, 2007, 175 p. ; Michael Wolfe, « Urban Design Traditions and Innovations in France, 1200-1600 », Histoire & mesure, vol. XXIV-1, 2009, p. 109-156. [En ligne] Wolfe_Urban-design_Histoire-mesure [consulté le 20 mars 2022].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Jean Brouault et Paris Alexandre, peintres, plan de la seigneurie de Picauville (Manche)
Légende 1581, manuscrit sur parchemin (encre, lavis, aquarelle et gouache), 110 × 182 cm, Archives nationales (France), CP/N/II/Manche/1.
Crédits © Cl. Archives nationales (France), Pôle Image
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Ill. 2 : [François Le Coy, arpenteur royal], plan des villages de Grande-Paroisse et Vernou-la-Celle (Seine-et-Marne)
Légende Vers 1756 ; 34 × 76 cm, manuscrit (encre, lavis et aquarelle), Archives nationales (France), CP/S//285, liasse 1.
Crédits © Cl. Archives nationales (France), Pôle Image
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4158/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Ill. 3 : Anonyme, « Plan des Andelys et du fief du Viviers avec les prairies, jardins & masures située [sic] entre les deux villes & la M[a]gd[elei]ne », certifié par Barbay
Légende 1781, 53 × 83 cm, manuscrit (encre, lavis et aquarelle), Archives nationales (France), CP/N/III/Eure, pièce 90bis.
Crédits © Cl. Archives nationales (France), Pôle Image
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4158/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Ill. 4 : Jean Fayen et, graveur, Tavernier, Carte du Limousin, « Totius lemovici et confinium […] fidissima descriptio »
Légende 1594, gravure sur cuivre, 35,5 × 50 cm, Archives nationales (France), CP/NN//194, pièce 6a.
Crédits © Cl. Archives nationales (France), Pôle Image
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4158/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Ill. 5 : Louis Bretez et, graveurs, Claude Lucas et Aubin, « Plan de Paris commencé l’année 1734 […] achevé de graver en 1739 » (feuille 11)
Légende 1739, 55,5 × 83,5 cm, gravure sur cuivre, Archives nationales (France), CP/N/IV/Seine/86, planche 12.
Crédits © Cl. Archives nationales (France), Pôle Image
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4158/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Ill. 6 : Pierre Bullet et François Blondel, et graveur, La Boissière, « Plan de Paris, levé par les ordres du roy […] »
Légende 1676, 220 × 190 cm, gravure sur cuivre (lavis et aquarelle), avec baguettes d’origine en bois doré sculpté, Archives nationales (France), CP/N/I/Seine/50.
Crédits © Cl. Archives nationales (France), Pôle Image
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4158/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Ill. 7 : Mikel et Le Jolivet et, graveur, Jean Lattré « Plan géométral de la Ville de Dijon […] »
Légende 1761, 116 × 87,5 cm, gravure sur cuivre, Archives nationales (France), CP/F/21/3502, art. 9.
Crédits © Cl. Archives nationales (France), Pôle Image
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4158/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Gastaldi, « La représentation de l’architecture dans les cartes, XVe-XVIIIe siècles »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 43 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 20 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lha/4158 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.4158

Haut de page

Auteur

Nadine Gastaldi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search