Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43ÉtudesLe dessus-de-porte en tapisserie ...

Études

Le dessus-de-porte en tapisserie : un ornement rare

Tapestry overdoor: a rare ornament
Pascal-François Bertrand

Résumés

Le dessus-de-porte est un mot à double sens. Il désigne à la fois un lieu et une représentation, l’espace au-dessus d’une porte et le décor figuré dans cet emplacement. Il relève tout autant de l’architecture, qui est l’art de concevoir des espaces et de bâtir des édifices, que de la peinture ou de la sculpture, si l’on s’arrête sur le médium et sur son rôle dans la décoration intérieure. L’emplacement du dessus-de-porte est enrichi par l’ornement qu’il reçoit. Le dessus de porte tissé a été particulièrement prisé dans la seconde moitié du XVIIIsiècle. Il a été essentiellement exécuté et commercialisé à la manufacture de Beauvais. Cet article s’appuie principalement sur deux exemples significatifs de cette production, les Enfants de Boucher et les Conquêtes de l’Inde de Lavallée-Poussin, pour mieux en cerner la spécificité.

Haut de page

Texte intégral

« On enrichit aussi le dessus des Portes avec des Tableaux, & l’on y peint quelquefois des Ornemens grotesques, & souvent pour une plus grande variété, on y place un Tableau au milieu de ces sortes d’Ornemens. »

Charles-Augustin D’Aviler, Cours d’architecture…, Paris, Langlois, 1691. t. 1, p. 340.

Le dessus-de-porte est un mot à double sens. Il désigne à la fois un lieu et une représentation, l’espace au-dessus d’une porte et le décor qui est figuré dans cet emplacement. Il relève tout autant de l’architecture, qui est l’art de concevoir des espaces et de bâtir des édifices, que de la peinture ou de la sculpture, qui ont comme lui une fonction dans la décoration intérieure. L’ambigüité touche aussi l’art de la tapisserie, qui joue un rôle de premier plan dans la théorie de l’architecture et dépend des autres arts, de la peinture et de la sculpture en raison des motifs qu’il représente. L’équivoque est aussi entretenue par le fait que l’on discute essentiellement des grandes pièces de tapisserie qui recouvrent le mur, au détriment des meubles garnis de tapisserie largement utilisés au XVIIIsiècle dans l’ameublement, et des nombreuses pièces complémentaires, cantonnières – bandes d’étoffe masquant le haut et les côtés de fenêtres –, panneaux, dessus-de-porte et de glace.

  • 1 Gottfried Semper, Der Stil in den technischen und tektonischen Künsten oder Praktische Ästhetik, Fr (...)
  • 2 Carl Magnusson, « Vicissitudes des rapports entre décor et architecture : théorie, épistémologie, h (...)

1Le lieu du dessus-de-porte renvoie à la définition de l’architecture et au rôle fondamental qu’y joue le textile, théorisé au milieu du XIXsiècle par l’architecte Gottfried Semper. S’appuyant sur la fonction et les propriétés techniques du médium, Semper développe sa conception de l’architecture à partir de l’exemple des tentes de nomades richement ornées. Les tapis, les tissages et les tressages y sont assemblés pour répondre à deux besoins essentiels de l’homme : d’une part la nécessité de s’abriter, de clore un espace pour se protéger, de le diviser pour répondre aux exigences de la vie quotidienne ; d’autre part le plaisir d’être dans un lieu orné. Les éléments porteurs de la tente sont cachés par les textiles, mais ces parties structurelles ne peuvent être dissociées de celles qui sont décoratives. Cette « théorie de l’habillage » (Bekleidungstheorie) signifie que les murs de la maison recouverts de textiles en garantissent les fonctions à la fois structurelles et esthétiques1. L’architecture était auparavant comprise à la fois comme la science de bâtir et l’union des arts, l’expression de l’invention d’une forme ou d’un profil plastique et l’intention du projet, son dessein bien souvent élaboré sur les conseils de lettrés. Sous Louis XIV, Charles Perrault, premier commis de Jean-Baptiste Colbert, contrôleur général des Bâtiments du roi et secrétaire de la Petite Académie, entendait l’architecture comme une encyclopédie des arts2.

  • 3 Charles-François Roland Le Virloys, Dictionnaire d’architecture civile, militaire, navale, antique (...)
  • 4 C’est le cas pour la deuxième édition de La Conquête des Indes tissée à la manufacture de Beauvais (...)
  • 5 David DuBon, Tapestries from the Samuel H. Kress Collection at the Philadelphia Museum of Art: The (...)
  • 6 Sur les Tentures de Boucher, voir Anika Reineke, Der Stoff der Räume. Textile Raumkonzepte im Franz (...)

2L’emplacement du dessus-de-porte est enrichi par un ornement, qui peut être de nature diverse. C’est « en général tout ce qui sert de revêtement au-dessus du chambranle d’une porte, soit panneau de lambris, soit cadre, soit tableau, soit bas-relief » selon la définition du Dictionnaire d’architecture de Roland Le Virloys (1770-71)3. C’est le souci d’unité décorative de l’aménagement intérieur qui justifie le développement du dessus-de-porte, que celui-ci soit intégré ou non dans des boiseries, peint, sculpté ou éventuellement tissé. Le recours à cette dernière technique s’inscrit dans une longue tradition, mais semble plus rare que pour les autres. L’objet pouvait être constitué d’un remploi de tapisserie ancienne4. D’autres au contraire ont aussi été tissés en accompagnement d’ensembles exceptionnels. Ainsi sept dessus-de-porte avaient été fabriqués au XVIIsiècle dans la manufacture Barberini à Rome en complément des grandes tapisseries de l’Histoire de Constantin. Ils représentent des monuments érigés à Rome sous le règne de l’empereur Constantin5. Le dessus-de-porte tissé a été particulièrement prisé dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il a été intégré dans un projet de grande ampleur entrepris à la manufacture des Gobelins dans les années 1760 où le trompe-l’œil a été utilisé comme jamais il ne l’avait été auparavant : les fameuses Tentures de Boucher (Ill. 1). Ce grand décor tissé, engagé à l’initiative de l’architecte Jacques Germain Soufflot qui dirigeait alors la manufacture, est le fruit de la collaboration de François Boucher avec l’un de ses fidèles collaborateurs, le peintre Maurice Jacques6. Dans cette tenture, tout est feint : les tableaux mythologiques avec leur cadre, tenus par des rubans ; le tissu damassé qui recouvre toute la surface des murs ; les vases et les guirlandes de fleurs dans les grandes pièces et les dessus-de-porte ; les oiseaux et les petits animaux ; le riche encadrement architectural. Entre le lambris bas et la corniche du plafond, il n’y a pas le moindre espace non recouvert de tapisserie.

Ill. 1 : Salon des tapisseries de Croome Court, Worchestershire

Ill. 1 : Salon des tapisseries de Croome Court, Worchestershire

Vers 1763-71. New York, The Metropolitan Museum of Art.

© The Metropolitan Museum of Art

3Dans le même temps, la manufacture de Beauvais a elle aussi produit et commercialisé des dessus-de-porte tissés. Une soixantaine d’exemplaires ont été dénombrés dans les registres de fabrication de cet établissement, parmi lesquels deux exemples, les Enfants jouant de Boucher et les Conquêtes de l’Inde de Lavallée-Poussin, seront plus particulièrement étudiés dans cet article afin de mieux cerner la spécificité de ce genre d’objets d’ameublement.

Tromper les yeux

  • 7 Denis Diderot, Salon de 1765, Else Marie Buldahl et Annette Laurenceau eds., Paris, 1984, p. 327.

4Pourquoi choisir la tapisserie au lieu de la peinture comme médium du dessus-de-porte ? Peut-on distinguer nettement la tapisserie de la peinture et apprécier la beauté du dessin tout comme la finesse du tissage et la prouesse technique de l’ouvrier une fois le dessus-de-porte en place, accroché très haut ? On se souvient de l’anecdote rapportée par Diderot et les critiques des Salons du Louvre à propos de portraits en tapisserie, pris pour des peintures par des visiteurs. Une chronique devenue, depuis, l’un des lieux communs sur l’art de l’illusion7. Peinture et tapisserie ont pourtant des caractéristiques différentes. La tapisserie a un aspect moins brillant que la peinture, même si elle contient des fils de soie en grand nombre. La peinture renvoie la lumière, alors que la tapisserie l’absorbe. Un des avantages de la tapisserie n’est-il pas d’éviter les reflets de la peinture et ainsi d’avoir une meilleure visibilité de la scène figurée ? Si cela constitue un argument en faveur de la première, la réponse n’est pas pleinement satisfaisante car il n’existe pas de témoignage écrit sur ce point.

  • 8 Le prix de vente du dessus-de-porte en tapisserie de Beauvais est calculé sur la base du coût de la (...)

5Faut-il invoquer le luxe et le début de la société de consommation pour justifier l’intérêt particulier pour le dessus-de-porte en tapisserie dans la deuxième moitié du XVIIIsiècle ? Les tentures étaient généralement commandées avec un ensemble de garnitures de meubles, un ou deux canapés, six à huit fauteuils, plus exceptionnellement un dais ou un lit, et aussi des cantonnières, des panneaux décoratifs, des dessus-de-porte et des dessus-de-glace. La tapisserie était un signe de distinction sociale. La clientèle de la manufacture de Beauvais était ainsi composée de riches financiers, des fermiers généraux et des grands serviteurs de l’État qui déboursaient d’importantes sommes d’argent pour acquérir des tapisseries et des meubles précieux afin de répondre aux exigences de paraître dues à leur rang. Des dessus-de-porte ont, par exemple, été tissés pour les fermiers généraux qui soutenaient la manufacture de Beauvais, François Baudon, Philippe de Cuisy, Nicolas Delay de La Garde, François Balthazar Dangé, et le banquier Jean Cottin. Le roi en a lui-même offert plusieurs ensembles à ses ministres et hauts fonctionnaires, le secrétaire de la Maison du roi le comte de Saint-Florentin, l’intendant des finances Trudaine de Montigny, les contrôleurs généraux des finances Henri Léonard Bertin, l’abbé Joseph Marie Terray et Étienne Maynon d’Invault, ainsi que le diplomate François de Bussy. Le dessus-de-porte en tapisserie de Beauvais restait moins cher que la peinture. Il fallait compter entre 210 et 370 livres par dessus-de-porte tissé, alors qu’un dessus-de-porte peint par un grand maître pouvait coûter jusqu’à 600 ou 700 livres8.

Le refuge de la peinture

  • 9 « La science du Pinceau a donc été forcée de céder à l’éclat du verre ; la facilité mécanique de sa (...)
  • 10 Sur l’hôtel de Rohan-Soubise, voir principalement : Mimi Hellman, The Hôtel de Soubise and the Roha (...)
  • 11 Akiko Kobayashi, François Boucher et l’art de la tapisserie des lumières, thèse de doctorat, Univer (...)

6Au milieu du XVIIIsiècle, selon le critique La Font de Saint-Yenne, qui place la peinture au sommet de tous les arts, le peintre ne pouvait guère exercer son talent que dans des tableaux d’autels et des cartons de tapisseries, l’aménagement intérieur des appartements qui privilégiait l’usage des miroirs ayant relégué la peinture dans les dessus-de-porte et de trumeau, des espaces réduits qui bridaient l’expression des grandes idées9. Des dessus-de-porte peints ornaient tous les appartements des résidences royales, de la cour et des élites de la société parisienne, de la chambre du roi à Versailles, à celle de la comtesse de Mailly à Choisy. La chambre du prince de Rohan au Palais Soubise, dont l’aménagement avait été confié à l’architecte Germain Boffrand (Ill. 2), est l’un des exemples les plus significatifs de ce goût. Il en va de même pour le salon ovale de l’appartement de parade de la princesse de Rohan dans le même palais, où des épisodes de l’histoire de Psyché peints par Charles Natoire se logent, entre les fenêtres et les miroirs, dans les dessus-de-porte aux formes chantournées, surmontant les panneaux de boiserie blanc et or. L’unité décorative était aussi recherchée dans les salons qui étaient tendus de tapisseries10. Les grandes pièces tissées d’après des dessins de François Boucher recouvraient les murs de plusieurs épisodes, pour chacune des trois tentures que constituent l’Histoire de Psyché, les Amours des Dieux ou les Fragments d’Opéra. Des dessus-de-porte peints ou en tapisserie complétaient la décoration textile. Akiko Kobayashi a dernièrement analysé le souci d’harmonie des scènes figurées dans les vastes tapisseries du grand cabinet de l’Hôtel de Soubise et les dessus-de-porte peints de ce même salon11.

Ill. 2 : Germain Boffrand, Élévation de la chambre du prince de Rohan

Ill. 2 : Germain Boffrand, Élévation de la chambre du prince de Rohan

1735-36. Plume et encre noire, encre grise, pinceau et lavis gris, gouache, graphite, sur trois feuilles jointes de papier. New York, The Cooper-Hewitt Museum (1911-28-5).

© The Cooper-Hewitt Museum

  • 12 Sur la catégorisation de la peinture mythologique de Boucher en peinture de genre, voir Susanna Cav (...)
  • 13 Sur les peintures pour Derbais, voir : Alastair Laing, J. Patrice Marandel et Pierre Rosenberg eds. (...)
  • 14 Sur les gravures des Amours Saisons, voir Alexandre Ananoff et Daniel Wildenstein, François Boucher (...)
  • 15 Avant les années 1770, la Couronne payait uniquement les grands cartons. Voir Jules Badin, La Manuf (...)

7La plupart des dessus-de-porte tissés à la manufacture de Beauvais avaient pour sujets des enfants jouant. Ce thème conventionnel des amours, compris comme celui des saisons, était pour Boucher tout aussi élevé que des sujets d’histoire, une conception loin d’être partagée par tous les critiques12. Il reste que la genèse de ces dessus-de-porte tissés est très peu documentée, de même que le rôle joué par le peintre dans cette entreprise (voir Tableau récapitulatif en fin d’article). On ne connaît pas l’identité du premier destinataire de ces pièces de tapisserie. On sait qu’il s’agit de la traduction en tapisserie des dessus-de-porte peints par Boucher au début des années 1730 pour la maison de l’avocat François Derbais, qui servait de lieu de promotion de sa peinture, où ils étaient exposés avec huit grands tableaux13. Deux de ces dessus-de-porte ont été gravés avant 1734, les deux autres en 174114. C’est peu avant cette dernière date que le premier ensemble de quatre dessus-de-porte a été tissé. Boucher a-t-il fourni lui-même un ensemble de cartons ou n’a-t-il donné qu’un accord verbal pour que ce jeu soit peint dans son atelier ou dans celui de peinture de la manufacture ? Le coût des cartons pour les dessus-de-porte, comme ceux de toutes les pièces servant de garnitures de meuble, était à la charge des directeurs de la manufacture, qui regardaient de près à la dépense, car c’était au final autant de manque à gagner15. Les cartons restaient toutefois leur propriété, ils n’apparaissent jamais dans les inventaires de la manufacture.

  • 16 Ibid., p. 75. Le tissage a été effectué entre décembre 1738 et juillet 1740 par le tapissier Bréan. (...)
  • 17 Les titres des dessus-de-porte tissés ont pour correspondance les légendes des gravures suivantes : (...)

8Un premier ensemble de quatre dessus-de-porte a été exécuté à la fin des années 1730, sans que l’on sache pour qui il a été fait. Il ne s’agit pas comme cela a été écrit de l’intendant des Finances Louis Fagon (1680-1744), qui a fermement soutenu les manufactures de tapisserie, et celle de Beauvais en particulier16. Le titre de ces dessus-de-porte est très succinct, « Dessus de Portes avec figures et Sans Bordures », mais la description du premier permet de reconnaître celui intitulé par la suite le « Bain des Enfans » (correspondant à la gravure de l’Amour nageur), en raison du nombre d’enfants indiqués et de l’urne, en bas à droite dans le dessus-de-porte peint, à gauche dans les transpositions gravées et tissées : « Teste et charnure [mot désignant les carnations] pour les 2 premiers enfans et l’urne […] Pour les 3 autres enfans […] Ciel […] »17 (Ill. 3-4).

Ill. 3 : Dominique Sornique, L’Amour nageur, vers 1741

Ill. 3 : Dominique Sornique, L’Amour nageur, vers 1741

Gravure d’après François Boucher, 30,4 × 22,6 cm, 59.570.551, New York, The Metropolitan Museum of Art.

© The Metropolitan Museum of Art, The Elisha Whittelsey Collection, The Elisha Whittelsey Fund, 1959

Ill. 4 : Le Bain des enfants

Ill. 4 : Le Bain des enfants

Dessus de porte en tapisserie de la Manufacture royale de Beauvais. Collection particulière.

© Galerie Chevalier, Paris

  • 18 Quinze éditions de dessus-de-porte ont été tissées : neuf de quatre dessus de porte ; un de trois ( (...)

9Diffusés par la gravure, et par un certain nombre de copies peintes, ces dessus-de-porte sont devenus caractéristiques de l’art de Boucher. C’est la raison qui a motivé leur tissage, une vingtaine d'années après la première édition. Quinze reprises ont été faites entre 1759 et 1780, dont sept ont été exécutées après la mort du peintre18.

  • 19 Quatre dessus-de-porte ont été tissés à la manufacture de Beauvais en 1786 (ordre n° 161). Archives (...)
  • 20 Pascal-François Bertrand, Aubusson. Tapisseries des Lumières, Snoeck, 2013, p. 95 et 102.
  • 21 Ibid., p. 183-184, fig. 246-249

10Le format de ces dessus-de-porte est généralement rectangulaire, de 96 cm de hauteur sur 120 de large. Ces dimensions étaient selon les cas, soit agrandies, soit diminuées, de manière à ce que les tapisseries emplissent parfaitement la surface au-dessus des portes. Certains de ces dessus-de-porte étaient insérés dans des cadres chantournés, à l’exubérance décorative typique de l’art rocaille (Ill. 5). La comparaison avec la peinture était poussée à son maximum. Ce principe a été prolongé dans les années 1780, et en usage à la manufacture d’Aubusson, qui a produit des dessus-de-porte d’après Francesco Casanova, peintre de batailles et frère de l’aventurier19 (Ill. 6). D’autres dessus-de-porte encore représentant des scènes chinoises et complètent des éditions de la Tenture Chinoise tissées sur des dessins de Jean-Joseph Dumons, dérivés de ceux de Boucher20. Un ensemble de quatre sujets de paysages et jeux champêtres d’après Jacques-Nicolas Julliard, commandé par le baron Ferdinand Balthasar von Geyr zu Schweppenburg pour sa maison de Cologne, était complété de deux panneaux étroits et de quatre dessus-de-porte aux larges encadrements simulant un fond losangé et bordé de baguettes dorées (Cologne, Museum für angewandte Künst)21. L’effet de compétition avec la peinture était ici combiné à la comparaison avec la sculpture. C’est cette dernière confrontation qu’il convient d’analyser à partir d’un autre exemple tissé à la manufacture de Beauvais.

Ill. 5 : La Volée aux oiseaux

Ill. 5 : La Volée aux oiseaux

Dessus de porte en tapisserie de la Manufacture royale de Beauvais. Vente Christie’s Londres 14 mars 2018, lot 95.

© Christie’s

Ill. 6 : Francesco Casanova, Cavalier demandant son chemin

Ill. 6 : Francesco Casanova, Cavalier demandant son chemin

Carton pour un dessus-de-porte, huile sur toile. Paris, Mobilier national (BEAUVAIS-35).

© Mobilier national

L’illusion de la sculpture

  • 22 La tenture n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie. Sur Lavallée-Poussin, voir Ludovic de La V (...)
  • 23 Les sujets des tapisseries prêtent à confusion. La tapisserie de Vasco de Gama est intitulée Le Ret (...)

11Dans les années 1780, la manufacture de Beauvais a entrepris le tissage de tentures allégoriques sur le thème des Arts et Sciences (1780), des Quatre Parties du Monde (1787) et des Conquêtes de l’Inde par les Européens (1785). Cette dernière tenture, ou plus exactement la moitié de celle-ci car elle n’était composée que de trois pièces au lieu de six dessinées par le peintre néo-classique Étienne Lavallée-Poussin, loue l’expansion coloniale des Portugais à la fin du XVsiècle22. Elle représente des épisodes de la vie de Vasco de Gama élevé au rang de héros mythologique par le poème de Camoens, Les Lusiades, dont une traduction française avait été éditée en 1776. Une première tapisserie, très large, dite Vasco de Gama dans les registres, montre le découvreur de la route des Indes agenouillé devant le roi de Portugal ; à ses côtés, un assistant présente une carte au roi ; une autre carte est posée sur le sol devant Vasco de Gama. La scène se passe sur la côte près du rivage ; à droite au premier plan des captifs et un trésor, des bateaux au mouillage à l’arrière-plan ; à gauche, la reine et au loin un carrosse et des bâtiments (Ill. 7). Les deux autres tapisseries sont plus étroites. L’une représente Jean II, roi de Portugal, tenant son Conseil. Au retour de cette expédition, qui est un échec commercial et politique, Vasco de Gama est couvert d’honneur et fait amiral de l’Océan indien. L’autre tapisserie est dite Le Départ pour l’isle de Porto Sancto dans les registres. L’île de Porto Santo à Madère avait été attribuée au Portugal, avec le Cap Vert et les Açores, par le traité d'Alcáçovas en 1479-80 qui marquait la fin de la guerre de succession de la Castille et donnait aux Portugais les coudées franches pour poursuivre leur exploration le long des côtes africaines23.

Ill. 7 : Vasco de Gama. Tapisserie de la tenture des Conquêtes de l’Inde

Ill. 7 : Vasco de Gama. Tapisserie de la tenture des Conquêtes de l’Inde

Manufacture de Beauvais, juillet 1785-mars 1787. Localisation actuelle inconnue.

© Getty Research Institute, Photo Archive

  • 24 Le tissage de la première tenture (ordre n° 198) court de février 1785 à novembre 1787. Il a commen (...)
  • 25 Hunter, Tapestries of Clarence H. Mackay, op. cit. 1925. Les tapisseries ont ensuite été dans le st (...)

12La tenture a été tissée deux fois, en 1785 sans qu’on en connaissance le commanditaire, et en 1788 pour le roi de France. La première édition était complétée par quatre dessus-de-porte, six panneaux d’arabesques et six cantonnières24. Les trois grandes pièces, non localisées aujourd’hui, étaient autrefois dans la collection du financier américain Clarence Mackay (1876-1938)25.

  • 26 Deux des quatre dessus-de-porte qui étaient dans la vente J. Bardac, 9 décembre 1922, n° 137-138 (d (...)
  • 27 On a déjà cité l’exemple des dessus-de-porte de l’Histoire de Constantin.
  • 28 Sur le salon de l’Hôtel de Tessé, voir Harold Koda and Andrew Bolton eds. Dangerous Liaisons: Fashi (...)

13Les dessus-de-porte représentent des scènes de soumission et d’allégeance enrichissant la symbolique des histoires figurées typique des grandes tapisseries26. Le procédé n’est pas nouveau27. Sept dessus-de-porte, représentant des monuments érigés à Rome sous le règne de l’empereur Constantin, avaient été fabriqués au XVIIe siècle dans la manufacture Barberini à Rome en complément des grandes tapisseries de l’Histoire de Constantin. Les scènes sont figurées dans des médaillons imitant le bronze doré, la simulation du matériau précieux permettant de souligner l’importance des actions figurées (Ill. 8-9). Ces médaillons, placés au centre des dessus-de-porte, sont flanqués d’amours traités au naturel, tenant l’extrémité de gros festons au-dessus de deux sphinges de marbre blanc, allongées sur une plinthe de marbre rose, le tout étant compris dans un cadre imitant la sculpture de feuilles de laurier dorées. Les dessus-de-porte tissés fournissent l’équivalent visuel d’un riche décor sculpté et doré, comme on pouvait en voir à Paris. Ils constituent une transposition enrichie de dessus-de-porte en plâtre comme ceux de la salle du dais de l’Hôtel de Tessé (vers 1768-72) aujourd’hui au Metropolitan Museum of Art de New York28 (Ill. 10).

Ill. 8 : Dessus-de-porte en tapisserie de la première édition de la tenture des Conquêtes de l’Inde

Ill. 8 : Dessus-de-porte en tapisserie de la première édition de la tenture des Conquêtes de l’Inde

D’après Lavallée-Poussin. 1785-86. Paris, Musée Nissim de Camondo.

© Les Arts Décoratifs

Ill. 9 : Dessus-de-porte en tapisserie de la première édition de la tenture des Conquêtes de l’Inde

Ill. 9 : Dessus-de-porte en tapisserie de la première édition de la tenture des Conquêtes de l’Inde

D’après Lavallée-Poussin. 1785-86. Localisation inconnue.

© Getty Research Institute, Photo Archive

Ill. 10 : Grand Salon de l’Hôtel de Tessé

Ill. 10 : Grand Salon de l’Hôtel de Tessé

Vers 1768-72. New York, The Metropolitan Museum of Art.

© The Metropolitan Museum of Art

  • 29 Sur la tenture d’Arabesques avec tableaux à figures dans le milieu, voir Florence Patrizi, « Tapiss (...)

14Les deux dessus de glace de la manufacture de Beauvais ne sont pas directement connus, ni les panneaux d’arabesques dont le dessin était tiré des décors peints et stuqués du Vatican largement diffusés par la gravure. Ce sont des éditions plus tardives de la tenture d’Arabesques avec tableaux à figures dans le milieu par Lavallée-Poussin, Monsiau et Désoria29 qui permettent d’en connaître le dessin : ils comprenaient des figures, des mascarons, des bas-reliefs. Ils étaient caractérisés par des motifs spécifiques, des aigles, des boucs et des attributs militaires.

15Rappeler brièvement l’histoire de ces dessus-de-porte en tapisserie de Beauvais, les circonstances de leur fabrication, leur usage par le biais de la question du parallèle entre les arts, des corrélations entre architecture, peinture et sculpture et tapisserie, a permis d’évoquer tous ces textiles d’ameublement, garnitures de sièges, écran de cheminée, dessus-de-porte et de miroir qui nécessitent être pris en compte dans l’étude des intérieurs domestiques.

Tableau récapitulatif

La Moisson des enfants

La Volée aux oiseaux

Le Bain des enfants

La Vendange

1. 1739

X 39 ¾ bâtons*

X

X

X

2. Baudon

1759

X 48 bât

X

3. Cuissy 1760

X 46 bât

X

X

X

4. De La Garde

X 75 ¼ bât

X

5. Cottin

1761-62

X 46 bât

X

6. Bertin

1762

X 54 ½ bât

X

7. Bussy 1766

X 39 ¼ bât

X

X

8. Saint-Florentin

1767

X 40 bât

X

X

X

9. Trudaine de Montigny 1768

X 40 bât

X

x

x

11. Le roi 1770-

1771 pour Terray

X 43 ¾ bât

X

X

X

10. Danger 1771

X 26 ¾ bât

12. Magasin 1772

X 41 ¾ bât

X

X

x

13. D’Invault 1774

X 33 ¾ bât

X

X

x

14. Le roi ou le magasin 1776

X 42 ½ bât

X 41 ¾

X 41 ¾

x41 ¾

15. Magasin 1777 **

X 42 ½ bât

X et 41 ¾

X 41 ¾

X 41 ¾

16. Magasin 1780 **

X 42 ½ bât

X 41 ¾

X 41 ¾

X 41 ¾

Tableau récapitulatif des dessus-de-porte des Enfants de Boucher tissés à la Manufacture de tapisserie de Beauvais.

Les titres dans la première ligne sont ceux des dessus-de-porte. Les noms dans la première colonne sont ceux des destinataires des dessus-de-porte 

* Un bâton est une surface équivalent à 304 cm2.

** les deux dernières éditions pour le magasin (n° 15 et 16) étaient dans l’inventaire de la manufacture dressé en 1784 (Badin, 1909, p. 90).

Haut de page

Notes

1 Gottfried Semper, Der Stil in den technischen und tektonischen Künsten oder Praktische Ästhetik, Francfort, Verlag für Kunst un Wissenschaft; Munich, F. Bruckmann’s Verlag, 1860-63. 3 vol. Trad. anglaise par Harris Francis Mallgrave et Michael Robinson, Los Angeles, Getty Research Institute, 2004. Trad. française partielle dans Jacques Soulilou et Nathalie Neumann eds., Du style et de l’architecture : écrits 1834-1869, Marseille, Parenthèses, 2007.

2 Carl Magnusson, « Vicissitudes des rapports entre décor et architecture : théorie, épistémologie, historiographie », dans Matthieu Lett, C. Magnusson et Léonie Marquaille, Décor et architecture (XVIe-XVIIIsiècle) entre union et séparation des arts, Berne, Peter Lang, 2020, p. 13-28. Marianne Cojanot-Le Blanc, « Les artistes privés de l'invention ? Réflexions sur les « desseins » de Charles et Claude Perrault pour les Bâtiments du roi dans les années 1660 », Dix-Septième Siècle 264 (2014/3), p. 467-79.

3 Charles-François Roland Le Virloys, Dictionnaire d’architecture civile, militaire, navale, antique et moderne et de tous les arts et métiers qui en dépendent…, Paris, chez les Libraires associés, 1770-1771, vol.  1, entrée Dessus-de-porte.

4 C’est le cas pour la deuxième édition de La Conquête des Indes tissée à la manufacture de Beauvais (1788) qui a été découpée en plusieurs morceaux autrefois utilisés comme dessus-de-porte au château de Compiègne. George Leland Hunter, The Practical Book of Tapestry, Philadelphie et Londres, J. P. Lippincott, 1925, p. 177.

5 David DuBon, Tapestries from the Samuel H. Kress Collection at the Philadelphia Museum of Art: The History of Constantine the Great designed by Peter Paul Rubens and Pietro da Cortona, Londres, Phaidon, 1964, p. 20-21.

6 Sur les Tentures de Boucher, voir Anika Reineke, Der Stoff der Räume. Textile Raumkonzepte im Französischen Interieur des 18. Jaharhunderts, Emsdetten/Berlin, Edition Imorde, 2020 (Textile Studies 10), p. 45-123.

7 Denis Diderot, Salon de 1765, Else Marie Buldahl et Annette Laurenceau eds., Paris, 1984, p. 327.

8 Le prix de vente du dessus-de-porte en tapisserie de Beauvais est calculé sur la base du coût de la main-d’œuvre qui varie entre 86 et 151 livres et qui est de l’ordre d’un peu moins de 50 % du prix de revient.

9 « La science du Pinceau a donc été forcée de céder à l’éclat du verre ; la facilité mécanique de sa perfection, et son abondance ont exilé des appartements le plus beau des Arts, à qui l’on n’a laissé pour asile que quelques misérables places à remplir, des dessus de portes, des couronnements de cheminées et ceux de quelques trumeaux de Glace raccourcis par économie. Là resserrée par le défaut d’espace à de petits sujets mesquins hors de la portée de l’œil, la Peinture est réduite dans ces grandes Pièces à des représentations froides, insipides et nullement intéressantes : les quatre Éléments, les Saisons, les Sens, les Arts, les Muses, et autres lieux communs triomphes du Peintre plagiaire, et ouvrier, qui n’exigent ni génie, ni invention, et pitoyablement tournés et retournés depuis plus de vingt ans en cent mille manières. » Étienne La Font de Saint-Yenne, Réflexions sur quelques causes de l’État présent de la peinture en France…, dans Étienne Jollet ed., La Font de Saint-Yenne. Œuvre critique, Paris, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, 2001, p. 50.

10 Sur l’hôtel de Rohan-Soubise, voir principalement : Mimi Hellman, The Hôtel de Soubise and the Rohan-Soubise Family: Architecture, Interior Decoration, and the Art of Ambition in Eighteenth-Century France, PhD, Princeton University, 2000 ; Marianne Le Blanc, « Ordre Social et architecture privée : les stratégies de la représentation au palais Soubise », dans Thomas W. Gaehtgens, Christian Michel, Daniel Rabreau et Martin Schieder eds., L’Art et les normes sociales au XVIIIe siècle, Paris, 2001, p. 63-77 ; et aussi Philippe Bechu et Christian Taillard, Les hôtels de Soubise et de Rohan-Strasbourg. Marchés de construction et de décor, Paris, 2005.

11 Akiko Kobayashi, François Boucher et l’art de la tapisserie des lumières, thèse de doctorat, Université de Lausanne, préparée sous la direction du Professeur Christian Michel et soutenue le 11 janvier 2022, p. 55-70.

12 Sur la catégorisation de la peinture mythologique de Boucher en peinture de genre, voir Susanna Caviglia, History, painting, and the seriousness of pleasure in the age of Louis XV. Oxford University Studies in the Enlightenment (Liverpool, Liverpool University Press, 2020, p. 83-85.

13 Sur les peintures pour Derbais, voir : Alastair Laing, J. Patrice Marandel et Pierre Rosenberg eds., François Boucher, cat. d’expo., Paris, Grand-Palais, 1986, cat. n° 15, 17-18 ; Jo Hedley, François Boucher. Seductive Visions, cat. expo., Londres, Wallace Collection, 2004.

14 Sur les gravures des Amours Saisons, voir Alexandre Ananoff et Daniel Wildenstein, François Boucher. Peinture, Paris et Lausanne, La Bibliothèque des Arts, 1976, t. 1, cat. 62-65.

15 Avant les années 1770, la Couronne payait uniquement les grands cartons. Voir Jules Badin, La Manufacture de Tapisseries de Beauvais, Paris, Société de Propagation des livres d’art, 1909, p. 55-63. Les entrepreneurs devaient donc déduire le coût des cartons des bénéfices de la manufacture.

16 Ibid., p. 75. Le tissage a été effectué entre décembre 1738 et juillet 1740 par le tapissier Bréan. La description des dessus de porte est placée entre la deuxième et la troisième pièce de la première édition des Fêtes italiennes dont on sait par ailleurs qu’elle a été tissée pour Hercule-Mériadec de Rohan, prince de Soubise (Archives du Mobilier national, B 164, fol. 16-17). Dans la table du registre, la mention des dessus-de-porte vient après celle d’un écran pour Fagon. C’est probablement de là que vient l’erreur.

17 Les titres des dessus-de-porte tissés ont pour correspondance les légendes des gravures suivantes : La Moisson des enfants (ddp) = L’Amour moissonneur (gr.) ; La Volée aux oiseaux (ddp) = L’Amour oiseleur (gr.) ; Le Bain des enfants : L’Amour nageur (gr.) ; La Vendange (ddp) : L’Amour vendangeur (gr.).

18 Quinze éditions de dessus-de-porte ont été tissées : neuf de quatre dessus de porte ; un de trois (sans La Vendange) ; quatre paires (La Moisson et La Volée aux oiseaux) ; et un tissage isolé de La Moisson ; c’est-à-dire un total de 48 pièces. - Un ou deux ensembles de quatre dessus-de-porte, cinq ou six paires et trois ou quatre panneaux isolés ont été répertoriés. Leur provenance ne remonte guère au-delà de la fin du XIXe siècle. Un ensemble de quatre pièces vendu par Christie's, 18 juin 1913, n° 141, probablement le même dans la collection J. Widener en 1918, est vraisemblablement celui pour d’Invault en raison de ses dimensions restreintes (voir B 170, fol. 200). - Les paires de dessus-de-porte sont : - 1) La Volée aux oiseaux et La Vendange (d’un groupe de quatre dessus-de-porte) de la vente Lelong, galerie Georges Petit, Paris, 27 avril-1er mai 1903, n° 488. - 2) La Moisson et La Volée aux oiseaux, qui étaient dans le stock de l’antiquaire French & Co. (reçue de Mrs Grace B. Everett, en 1936-42) GCPA 0241316 et GCPA 0241322. - 3) La Moisson des enfants et La Vendange, deux panneaux (d’un groupe de quatre) transformés en écran ; n° 226-227 de la collection Pannwitz, Münich, 1926 (cat. par O. Von Falke). Vente Aurora Trust, Sotheby’s London, July 1, 1966, lot 13 ; vente comtesse Vigier, Paris, Palais Galliera, 2-3 juin 1970, n° 153-154 ; Coll. part. Genève (en 1976). - 4) La Volée aux oiseaux et La Vendange (d’un groupe de quatre également) de la vente Christie’s London, 14 mars 2018, lot 95 (dans un cadre identique aux dessus-de-porte de la coll. Pannwitz). - 5) La Volée aux Oiseaux et Le Bain des Enfants (d’un groupe de trois ou de quatre), autrefois à la Galerie Chevalier ; coll. part. américaine. La Volée aux Oiseaux est vraisemblablement l'exemplaire publié par Badin 1909, p. 76 (alors dans la coll. Maurice Fenaille). Tapisseries françaises des XVIIe et XVIIIsiècles, cat. expo. Brive (Galerie du Théâtre municipal, 30 juin- 8 septembre 1989), n° 15-16. - 6) Une paire, La Moisson et La Vendange (d’un groupe de quatre), au Salon des Antiquaires de Naples en 1989. Les exemplaires isolés sont : 1) La Vendange de la Huntington Gallery provenant de la vente d’Yvon (1892) qui est dit peut-être pour Fagon ou Saint-Florentin (voir B 164, fol. 16 et B 169, fol. 198). - 2) La Vendange, vente Ernest Cronier, Paris, Galerie G. Petit, 4-5 décembre 1905, n° 174 (dite des Gobelins), acquise par Guéraut. - 3) Le Bain des enfants, Jacques Seligmann & Co ; French & Co, 1918-1925 (GCPA 0241320) ; M. Bartos ; French & Co, 1925 ; John Long Severance, qui l’a légué au Cleveland Museum of Art (Acc. Nr. 1942.819).

19 Quatre dessus-de-porte ont été tissés à la manufacture de Beauvais en 1786 (ordre n° 161). Archives Mobilier national, B 171, fol. 260. Badin 1909, p. 75. Sur les tableaux de Casanova, voir Brigitte Kuhn, « Der Landschafts- und Schlachtenmaler Francesco Casanova (1727-1803) », Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte 37 (1984), 89-118, 223-236 ; Roland Kanz, Die Brüder Casanova. Künstler und Abenteurer. Deutscher Kunstverlag, München und Berlin, 2013. Sur les cartons de garnitures de meubles de Casanova, voir Thomas Bohl, « Du Modèle au tissage. Les cartons peints pour tapisseries de sièges des manufactures des Gobelins et de Beauvais au XVIIIsiècle », dans Jean-Jacques Gautier ed., Sièges en Société. Histoire du siège du Roi-Soleil à Marianne, Mobilier National, Éditions Gourguff Gradenigo, 2017 : 54-63.

20 Pascal-François Bertrand, Aubusson. Tapisseries des Lumières, Snoeck, 2013, p. 95 et 102.

21 Ibid., p. 183-184, fig. 246-249

22 La tenture n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie. Sur Lavallée-Poussin, voir Ludovic de La Vallée PoussinÉtienne de La Vallée Poussin, peintre d’histoire et décorateur (1735-1802), Rouen, Cagniard, 1927 ; Anne-Marie Mourer, Étienne de la Vallée-Poussin. Mémoire de maîtrise, Université Paris IV, 1974.

23 Les sujets des tapisseries prêtent à confusion. La tapisserie de Vasco de Gama est intitulée Le Retour de Vasco de Gama par Hunter qui classe les tapisseries selon l’ordre chronologique des évènements ; la pièce de Jean II tenant son Conseil est dite Vasco de Gama nommé Amiral des Indes, et Le Départ pour l’île de Porto Santo est simplement dit Le Départ de Vasco de Gama. George L. Hunter, Tapestries of Clarence H. Mackay, New York, 1925, p. 94-97 ; Hunter, The Practical book of Tapestry, Philadelphie et Londres, J. B. Lippincott, 1925, p. 177.

24 Le tissage de la première tenture (ordre n° 198) court de février 1785 à novembre 1787. Il a commencé par les dessus-de-porte (fév. 1785-juin 1786), puis les panneaux d’arabesques (juin 1785-mai 1786), la première pièce (juillet 1785-mars 1787), les cantonnières (juillet 1785-juillet 1786), la deuxième grande tapisserie (janv.-avril 1786) et la troisième (janv.-nov. 1787). Arch. Mobilier national, B 171, fol. 226-235.

25 Hunter, Tapestries of Clarence H. Mackay, op. cit. 1925. Les tapisseries ont ensuite été dans le stock du marchand new-yorkais French & Company, qui les a vendues en 1955 à la Banco nacional ultramarino. Des vestiges de la deuxième édition pour le roi sont conservés au Mobilier national : Vasco de Gama dit Le Retour de Vasco de Gama (C 105 et C 135) ; Jean II tenant son Conseil dit Vasco de Gama fait amiral des Indes (C 121 et C 122) ; Le Départ pour l’île de Porto Santo dit Le Départ de Vasco de Gama (C 137 et C 184).

26 Deux des quatre dessus-de-porte qui étaient dans la vente J. Bardac, 9 décembre 1922, n° 137-138 (dits Gobelins ou Beauvais) ont été acquis par Nissim de Camondo et ont été légués en 1938 au Musée Nissim de Camondo (CAM 333.1-2). – Les deux autres, dont des photographies anciennes sont dans les archives du marchand new-yorkais French & Co (GCPA 0243574 et GCPA 0184484) étaient dans la collection d’Alice Tully, vendue par Christie’s New York, 26-28 octobre 1994, lot 14 ; puis vente Christie’s New York, 21 octobre 2005, lot 207 (dit probablement Gobelins).

27 On a déjà cité l’exemple des dessus-de-porte de l’Histoire de Constantin.

28 Sur le salon de l’Hôtel de Tessé, voir Harold Koda and Andrew Bolton eds. Dangerous Liaisons: Fashion and Furniture in the 18th century. Exhibition Catalogue April 27-September 6, 2004. New York, The Metropolitan Museum of Art, New Haven and London, Yale University Press, 2004, 117.

29 Sur la tenture d’Arabesques avec tableaux à figures dans le milieu, voir Florence Patrizi, « Tapisseries néoclassiques : la tenture de Beauvais à bordures de grotesques », dans P.-F. Bertrand et Audrey Nassieu Maupas eds., Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017, p. 229-247.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Salon des tapisseries de Croome Court, Worchestershire
Légende Vers 1763-71. New York, The Metropolitan Museum of Art.
Crédits © The Metropolitan Museum of Art
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Ill. 2 : Germain Boffrand, Élévation de la chambre du prince de Rohan
Légende 1735-36. Plume et encre noire, encre grise, pinceau et lavis gris, gouache, graphite, sur trois feuilles jointes de papier. New York, The Cooper-Hewitt Museum (1911-28-5).
Crédits © The Cooper-Hewitt Museum
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4163/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Ill. 3 : Dominique Sornique, L’Amour nageur, vers 1741
Légende Gravure d’après François Boucher, 30,4 × 22,6 cm, 59.570.551, New York, The Metropolitan Museum of Art.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4163/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Ill. 4 : Le Bain des enfants
Légende Dessus de porte en tapisserie de la Manufacture royale de Beauvais. Collection particulière.
Crédits © Galerie Chevalier, Paris
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4163/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Ill. 5 : La Volée aux oiseaux
Légende Dessus de porte en tapisserie de la Manufacture royale de Beauvais. Vente Christie’s Londres 14 mars 2018, lot 95.
Crédits © Christie’s
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4163/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Ill. 6 : Francesco Casanova, Cavalier demandant son chemin
Légende Carton pour un dessus-de-porte, huile sur toile. Paris, Mobilier national (BEAUVAIS-35).
Crédits © Mobilier national
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4163/img-6.png
Fichier image/png, 900k
Titre Ill. 7 : Vasco de Gama. Tapisserie de la tenture des Conquêtes de l’Inde
Légende Manufacture de Beauvais, juillet 1785-mars 1787. Localisation actuelle inconnue.
Crédits © Getty Research Institute, Photo Archive
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4163/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Ill. 8 : Dessus-de-porte en tapisserie de la première édition de la tenture des Conquêtes de l’Inde
Légende D’après Lavallée-Poussin. 1785-86. Paris, Musée Nissim de Camondo.
Crédits © Les Arts Décoratifs
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4163/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Titre Ill. 9 : Dessus-de-porte en tapisserie de la première édition de la tenture des Conquêtes de l’Inde
Légende D’après Lavallée-Poussin. 1785-86. Localisation inconnue.
Crédits © Getty Research Institute, Photo Archive
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4163/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Ill. 10 : Grand Salon de l’Hôtel de Tessé
Légende Vers 1768-72. New York, The Metropolitan Museum of Art.
Crédits © The Metropolitan Museum of Art
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4163/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal-François Bertrand, « Le dessus-de-porte en tapisserie : un ornement rare »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 43 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lha/4163 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.4163

Haut de page

Auteur

Pascal-François Bertrand

Pascal-François Bertrand est Professeur d’Histoire de l’art à l’Université Bordeaux-Montaigne. Il a dernièrement préparé avec Charissa Bremer-David du J. Paul Getty Museum une Édition annotée des Registres de fabrication de la Manufacture de tapisserie de Beauvais (1724-1793) conservés au Mobilier national (à paraître en ligne). Il est associé au programme de recherche pluridisciplinaire sur « Les Couleurs retrouvées des Tapisseries d’Aubusson » dirigé par le laboratoire Archéosciences-Bordeaux (UMR 6034) et financé par la Région Nouvelle-Aquitaine (2019-2022).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search