Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Noir sur blanc

Texte intégral

À l’université et dans le monde intellectuel, le déconstructionnisme occupe passablement les esprits. Les thèses qu’il soutient ne sont pas récentes mais elles passaient souvent pour des paradoxes ou des jeux de l’esprit : elles ne peuvent plus être considérées comme telles aujourd’hui. Ce qui n’était que passes d’armes a atteint un niveau de violence surprenant. Le déconstructionnisme s’attaque à toutes les conventions sans exception qui fondent les sociétés et l’ordre politique : les rapports de l’homme et de la nature, les relations entre sexes, les structures familiales, le catholicisme romain, l’influence de l’Occident sur les pays moins avancés, la colonisation etc. Quelques événements spectaculaires ont attiré l’attention sur les thèses et les actes qu’il conduit sous les étiquettes de « décolonialisme » et de « wokisme », en particulier contre des monuments de l’art urbain, portraits sculptés d’hommes célèbres et contestés au nom même des nouvelles dénonciations : par exemple, les tags sanglants sur l’effigie de Jean-Baptiste Colbert que la Restauration avait placée devant l’Assemblée nationale entendaient récemment dénoncer la « négrophobie d’État ». Observons d’ailleurs que nul parmi les historiens de l’art ne s’est alarmé quand l’INHA a débaptisé l’amphithéâtre qui portait le nom du grand ministre.

1Le déconstructionnisme et ses versions idéologiques, le décolonialisme et le wokisme, ne visent pas seulement l’écologie, le religieux, le sociétal ou le politique : l’histoire de l’art est concernée elle aussi. Et pas seulement sous l’angle des « études genrées » : l’histoire de l’art et, a fortiori, l’architecture, s’interprètent comme systèmes de hiérarchisation des formes et des images et, donc, comme des instruments de pouvoir et de domination dont il est loisible de dénoncer les jugements. Les habitués des usages de l’Unesco et du Patrimoine mondial savent combien la valorisation parfois artificielle du patrimoine des pays défavorisés n’a pas pour seul but de déclencher des argumentaires de financement en leur faveur, mais de permettre la revanche de ces pays culturellement dominés par l’Occident avant, pendant et depuis l’époque coloniale, et d’instrumentaliser cette revanche pour justifier le relativisme culturel.

2Énonçons que ce type de problématique gagnera bientôt, si ce n’est pas déjà fait, le domaine des études architecturales. Les constructions architecturales pourraient subir le poids de dénonciations comme outils de domination sur l’écosystème, sur les genres, sur les races (« racisation ») etc. Or, il est incontestable que l’architecture produit des instruments de pouvoir au détriment et au bénéfice des dominés : le gothique a affirmé la mission centralisatrice des Capétiens autour du domaine royal, facilité la christianisation des peuples slaves par les Franciscains, permis de prétendre à la supériorité de l’Occident sur l’Orient. On peut de même énoncer qu’au XIXe siècle, l’architecture publique a contribué à l’uniformisation du pays et que les programmes de logements collectifs ont eu pour ambition d’astreindre les ruraux transplantés aux modes de vie urbains. Qu’au XXe siècle, l’architecture internationale concoctée par les États-Unis, l’Europe et le Japon a assujetti les pays colonisés aux mœurs des colonisateurs.

  • 1 Voir LHA 30/2015, p. 117-129.

3Tenons-nous en à ce dernier cas. Le système colonial n’existe plus mais les architectures qu’il a conçues restent présentes et bien visibles. Les pays émancipés en ont diversement accepté l’héritage : pour les constructions récentes, certains ont mis en cause les architectes, les entreprises, les programmes ainsi que les formes proposées et financées par l’Occident au nom des accords de coopération1. Au Niger, le ciment a rapidement remplacé la terre crue des constructions « traditionnelles », contribuant à ruiner l’identité du pays. L’uniformisation de la construction et de l’urbanisme, forme concrète et visible de la mondialisation, ne pourrait-elle pas être dénoncée sous l’angle du décolonialisme ?

4Pour être cohérent, il faudrait agir comme l’ont fait le 26 juin 1978 les membres du Front de libération de la Bretagne (FLB) dont la bombe avait porté atteinte à l’aile gauche du château de Versailles : ce geste indépendantiste ne préfigurait-il pas le décolonialisme ? Les deux auteurs ont été condamnés à quinze ans de prison pour être amnistiés l’année suivante. Les responsables des incendies qui ont frappé le palais du Bardo au parc Montsouris et du casino mauresque d’Arcachon, l’un et l’autre « scandaleux » héritages de l’exotisme colonial, courent toujours. Quant aux incendiaires de la Commune qui ont anéanti par le feu une partie importante de ce qui était alors la plus belle cité du monde dans le dessein de détruire l’État et de lui substituer l’anarchie, ils ont été rapidement amnistiés par la République.

5Un billet de blog de Pierre Grandperrin sur le site de Médiapart (23 février 2022) caractérise la « déconstruction » comme une « théorie destructrice ». L’abattage de la statue du général confédéré Albert Pike à Washington, le 20 juin 2020, a montré que la fabrication de l’idéologie conduit de la censure à la destruction. L’historien de l’art et de l’architecture et, plus encore, le conservateur du patrimoine ne peuvent pas s’en tenir au rôle de comparse : ils savent que le vandalisme est la conséquence violente de l’idéologie de la Révolution. Que le mot « déconstruction » doit être pris au sens plein du terme.

6Les présentes Livraisons se sont fixées comme axe conceptuel la notion de représentation. Représentation de l’architecture, représentation de l’architecte, représentation par l’architecture : diverses pistes y sont tracées. Ce rassemblement d’études s’est placé sous la houlette de Pauline Chougnet et convoque des spécialistes de plusieurs disciplines : sculpture, arts décoratifs, cartographie, photographie. Il fait suite aux Livraisons 32, « Les représentations de l’architecture » en en élargissant le tableau par une approche chronologiquement plus large et diversifiée sous l’angle des productions artistiques étudiées. Il resterait encore beaucoup à dire, pour le bonheur des chercheurs.

Haut de page

Notes

1 Voir LHA 30/2015, p. 117-129.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Leniaud, « Noir sur blanc »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 43 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 20 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lha/4260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.4260

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Leniaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search