Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43CauseriesBulletin bibliographiqueAmandine Diener, Enseigner l’arch...

Causeries
Bulletin bibliographique

Amandine Diener, Enseigner l’architecture aux Beaux-Arts (1863-1968) : entre réformes et traditions, préface de Anne-Marie Châtelet, PUR, coll. « Art et société », 2022, 420 p.

Clothilde Roullier

Texte intégral

  • 1 Programme soutenu par le Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, ainsi que par (...)
  • 2 Nina Mansion-Prud’homme, « Amandine Diener, L’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-ar (...)

1Dans le prolongement des travaux du programme de recherche « Pour une histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle » (HEnsA20)1, auquel elle a contribué, Amandine Diener livre une somme consacrée à l’enseignement de l’architecture aux Beaux-Arts – pas seulement à l’École nationale supérieure des beaux-arts mais aussi dans les écoles en région – entre 1863 et 1968. L’ouvrage est issu en grande partie de sa thèse de doctorat, intitulée L’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle. Une lecture des règlements et de la pédagogie (1863-1968), sous la direction d’Anne-Marie Châtelet, soutenue en 20172. Tandis que la thèse comportait seulement deux parties – la première, consacrée à l’histoire réglementaire de la section architecture de l’École des beaux-arts, et la seconde, à une analyse de l’histoire de la pédagogie –, le présent ouvrage s’organise en quatre parties, qui mêlent systématiquement ces deux aspects de la recherche.

2Ces quatre parties suivent l’évolution chronologique, avec un découpage 1863-1902, 1903-1939, 1940-1944, 1945-1968. Le parcours va de la réforme inspirée de Viollet-le-Duc (1863), soubassement de l’hégémonie du système d’enseignement de l’architecture en France, à l’éclatement dudit système, victime de son académisme. Il est scandé par l’institution des écoles régionales d’architecture en 1903, par les réformes actées durant le régime de Vichy qui, concrétisant des réflexions déjà engagées, fondent l’Ordre des architectes, réglementent l’accès à la profession et calquent le cursus de l’enseignement aux Beaux-Arts sur celui de l’enseignement supérieur. À la Libération, finalement, les décisions prises dans la période antérieure sont abolies.

3Au-delà de ces séquences temporelles qui structurent le propos, la période sur laquelle l’auteur focalise son attention est comprise entre les années 1883 et 1962. La première date correspond à l’instauration d’un règlement qui fixe durablement, dans la continuité de la réforme de 1863, les structures administratives et pédagogiques de l’École. Celle-ci prend le parti d’afficher son originalité par rapport au système universitaire, en préférant pratiquer l’émulation au moyen d’un arsenal de concours. La seconde date renvoie à un décret de février 1962, dit décret-cadre Debré (Michel Debré, beau-frère de Charles Lemaresquier, est alors Premier ministre), aux contours relativement flous, qui porte néanmoins en germe les prémices de l’éclatement de 1968, en particulier avec une nouvelle répartition de l’enseignement sur le territoire, où les établissements de Paris et de la province sont mis sur un pied d’égalité et où les relations avec les autres établissements d’enseignement supérieur sont repensées. Cette période, contrairement à celles situées entre 1863 et 1883 d’une part, et 1962 à 1968 d’autre part, n’avait, jusqu’à présent, jamais été au cœur de l’attention de l’historiographie, dont les premiers travaux remontent aux années 1970. Sont ici examinées finement les évolutions de la section d’architecture de l’École des beaux-arts et des écoles régionales du point de vue de la structure des études et des programmes d’enseignement, mises en perspective avec le contexte politique, les événements historiques et les grandes tendances de la profession.

4L’ouvrage dans son ensemble, au moyen d’une approche à la fois extrêmement rigoureuse et large du sujet, est un outil de référence sans pareil. Il combine un volume considérable de matériau inédit avec une somme de documentation administrative notamment, visant à éclairer les mécanismes à l’œuvre dans chaque transformation. Au-delà d’une riche bibliographie qui distingue les écrits des acteurs des ouvrages plus généraux, les sources mobilisées relèvent des services d’archives institutionnels (fonds publics conservés aux Archives nationales, fonds d’architectes enseignants conservés au Centre d’archives d’architecture contemporaine et aux Archives de l’Académie d’architecture), des archives conservées sur site pour l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, des imprimés (Journal officiel pour l’ensemble des décrets et arrêtés, recueils de concours, revues d’architecture et d’écoles) et d’enquêtes effectuées directement auprès de témoins de cette histoire (dessins et photographies d’anciens élèves, association de la Grande Masse et association Quat’z’Arts).

5Parmi les sources d’archives, une large place est donnée au fonds de l’École nationale supérieure des beaux-arts, que l’auteur a intensément dépouillé aux Archives nationales. Cette approche l’a nécessairement conduite à appréhender son sujet dans le contexte plus général de la vie de l’École, où, depuis les origines en 1807 et jusqu’en 1968, les architectes côtoyaient les élèves peintres et sculpteurs, et où ils recevaient, par moment, des enseignements communs. Les premiers ont néanmoins toujours été largement plus nombreux que les autres, dans une proportion de deux à six fois plus selon les époques. Au fil de l’ouvrage, la condition des élèves architectes – généralement mieux dotés en capital économique et social que les autres – est régulièrement mise en perspective par rapport aux autres élèves de l’École, ce qui permet de mesurer l’évolution de leur place et de leur singularité dans le système des beaux-arts. Au sein de la population des élèves architectes, les informations disponibles relatives aux nombres d’hommes et de femmes, ainsi qu’aux élèves étrangers (les Américains, puis les Suisses arrivant en tête) ont en outre été exploitées pour tirer le meilleur parti des sources.

6De l’abondant matériau rassemblé, aussi bien en termes de sources originales que d’imprimés, l’auteur a produit, en compilant les données, nombre de tableaux, de graphiques et de schémas qui rendent facilement accessibles des informations jusque-là jamais exploitées auparavant, et encore moins de façon aussi systématique. Sont ainsi par exemple restitués les organigrammes, les emplois du temps des élèves, les contenus pédagogiques ou les récompenses obtenues par les élèves aux concours mettant en balance Paris avec les écoles régionales, et les élèves français avec les élèves étrangers. À ces formalisations s’ajoutent de belles illustrations insérées dans le texte et donnant à voir aussi bien l’ambiance dans les ateliers que des projets primés à l’occasion des différents concours.

7Pour finir, l’auteur regrette le manque de sources relatives aux relations entretenues entre l’école mère parisienne et les écoles régionales, en particulier sur les questions de pédagogie. La consultation des archives de l’école régionale d’architecture de Strasbourg a essentiellement permis de documenter les aspects administratifs mais les enseignements demeurent un angle mort de la recherche. Sur ce point, on peut espérer que les archives du bureau de l’Enseignement de l’administration des Beaux-Arts, récemment classées et mises à disposition des chercheurs par les Archives nationales3, viendront utilement compléter les fonds des écoles elles-mêmes et apporteront, pour de futur travaux, du grain à moudre.

Haut de page

Notes

1 Programme soutenu par le Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, ainsi que par le comité d’histoire du ministère de la Culture (2016-2021). https://chmcc.hypotheses.org/2544.

2 Nina Mansion-Prud’homme, « Amandine Diener, L’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle. Une lecture des règlements et de la pédagogie (1863-1968) », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], Actualités de la recherche, mis en ligne le 27 mars 2018, consulté le 17 avril 2022. URL : http://journals.openedition.org/craup/1249 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.1249.

3 Voir l’instrument de recherche https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_057923.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clothilde Roullier, « Amandine Diener, Enseigner l’architecture aux Beaux-Arts (1863-1968) : entre réformes et traditions, préface de Anne-Marie Châtelet, PUR, coll. « Art et société », 2022, 420 p. »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 43 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lha/4274 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.4274

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search