Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43ÉtudesMicroarchitectures et figures min...

Études

Microarchitectures et figures miniatures du bâti au Moyen Âge

Microarchitectures and Miniature Figures of the Built Environment in the Middle Ages
Jean-Marie Guillouët

Résumés

Depuis une génération, les historiens de l’art médiéval affirment que les profondes mutations politiques, culturelles et religieuses des sociétés européennes au cours de la période gothique se reflètent dans le langage de l’architecture. Du XIIIe au XVe siècle, le vocabulaire de l’architecture, dans ses formes réduites et miniatures, a envahi toutes sortes de matériaux et de supports, grâce aux échanges et aux transferts toujours plus nombreux entre les bâtiments, les décors monumentaux et les objets quotidiens ou de dévotion. Ce phénomène, que la recherche anglo-saxonne a d’abord qualifié d’ « architecturalisation », brouille progressivement les frontières entre l’architecture bâtie et les représentations qui en ont été faites, c’est-à-dire entre le bâtiment construit et les objets qui s’y réfèrent. Ainsi, le mode de surdimensionnement des bâtiments colossaux (celui qui s’attache d’abord aux cathédrales médiévales dans l’esprit de beaucoup) et celui des miniaturisations précieuses et savantes de la micro-architecture ne sont pas antithétiques. Au contraire, ils constituent deux aspects absolument interdépendants de toutes les « choses admirables » et partagent à ce titre le même destin.

Haut de page

Texte intégral

« La miniature est un des gîtes de la grandeur »
(Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, puf, 1957)

1Depuis une génération maintenant, les historiens de l’art du Moyen Âge ont avancé l’idée que la métamorphose des sociétés européennes durant la période de profondes restructurations politiques, culturelles et religieuses qu’a été l’époque gothique se traduit en partie dans le langage architectural. Du xiiie au xve siècle, le vocabulaire de l’architecture, sous ses formes réduites et miniatures, s’est propagé sur toutes sortes de matériaux et de supports, à la faveur d’échanges et de transferts toujours plus nombreux entre les édifices, les décors monumentaux et les objets usuels ou de dévotion. Ce phénomène que la recherche anglo-saxonne a d’abord qualifié d’« architecturization » brouille peu à peu les limites entre l’architecture bâtie et les représentations qui en sont faites, entre l’édifice construit et les objets qui y font référence. De la sorte, le mode du surdimensionnement colossal (celui d’abord attaché aux cathédrales médiévales dans l’esprit de beaucoup) et celui des miniaturisations précieuses et savantes de la microarchitecture ne sont pas antithétiques. Ils constituent au contraire deux aspects absolument interdépendants de toutes les « choses admirables » et partagent à ce titre un même destin.

  • 1 Eugène-Emmanuel Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe si (...)
  • 2 Ibid., p. 9.
  • 3 Jurgis Baltrušaitis, « Ville sur arcatures », dans Urbanisme et architecture. Études écrites et pub (...)

2C’est sous la plume de Viollet-le-Duc (1814-1879) que semble apparaître un premier intérêt savant pour la représentation réduite de l’architecture. Dans l’article « Dais » du cinquième tome du Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, paru en 1861, l’architecte reste fidèle à son esthétique fonctionnaliste en expliquant la présence de ces petits éléments de microarchitecture que sont les dais par la nécessité de protéger la tête des figures « des saints ou des personnages célèbres […] de la pluie ou de la poussière par une sorte de petit auvent tenant à la construction1 ». Ce faisant, il n’envisage qu’avec un clair dédain le cas des dais tardifs de Saint-Michel de Dijon et de la cathédrale Saint-Gatien de Tours qu’il juge « refouillés à l’excès2 » (Ill. 1). Il faut attendre un siècle pour retrouver dans la littérature un nouvel intérêt pour les représentations miniatures de l’architecture, dans un texte remarqué et fort important de Jurgis Baltrušaitis (1903-1988). En 1954, ce dernier forgea l’appellation de « villes sur arcature » pour désigner ces décors architecturaux réduits qui encadrent la plupart des représentations à partir du xiie siècle. Pour Baltrušaitis, ces microcosmes urbains fonctionnent « comme cadre architectural, [comme] une forme pure accompagnant l’image de l’homme3 » (Ill. 2). Ils possèdent en outre une dimension eschatologique sous-jacente en renvoyant à l’image rêvée de la Jérusalem céleste, telle qu’elle sera visible de tous après le Jugement dernier. Cette prise en compte de la portée symbolique et dévotionnelle de ces décors d’architecture intégrés à l’ornementation caractérise ce premier moment du regard porté par les historiens de l’art sur les figures miniaturisées de l’architecture au Moyen Âge.

Ill. 1 : Tours, cathédrale Saint-Gatien

Ill. 1 : Tours, cathédrale Saint-Gatien

Dais du trumeau du portail nord, vers 1480.

© Jean-Marie Guillouët

Ill. 2 : Bourges, cathédrale Saint-Étienne

Ill. 2 : Bourges, cathédrale Saint-Étienne

Portail nord, xiie siècle.

© Jean-Marie Guillouët

  • 4 Richard Krautheimer, « Introduction to an “Iconography of Medieval Architecture” », Journal of the (...)
  • 5 Richard Krautheimer, « Introduction to an “Iconography of Medieval Architecture” » (avec post-scrip (...)
  • 6 « Medieval pattern of “double-think”, or, better, “multi-think” … all “vibrated” simultaneously i (...)

3Au cœur de ce moment se trouvent les réflexions fondatrices de Richard Krautheimer (1897-1994) qui dans un article célèbre traitant pour l’essentiel des édifices à plan circulaire ou polygonal4, construisit au milieu du xxe siècle le projet d’une iconographie de l’architecture médiévale à propos de ces formes architecturales réduites et du réseau de références qu’elles dessinent vers le panorama bâti réel ou fantasmé des loca santa de Terre Sainte. On insistera toutefois davantage ici sur le post-scriptum ajouté par R. Krautheimer à son article à l’occasion de sa republication en 19695. Il y renforçait la légitimité de ses hypothèses à propos du souvenir rémanent des fondations constantiniennes de Terre Sainte en évoquant « le modèle médiéval de la “pensée double” ou, mieux, de la “pensée multiple” » par laquelle les connotations et les images multiples, portées par l’architecture et ses représentations, « “vibraient” simultanément dans l’esprit du spectateur averti du premier christianisme ou du Moyen Âge6 ».

  • 7 Marie-Thérèse Gousset, « Un aspect du symbolisme des encensoirs romans. La Jérusalem céleste », Cah (...)
  • 8 Marie-Madeleine Gauthier, « Images ou modèles d’architecture », dans L’architecture en représentati (...)
  • 9 Jacques Foucart-Borville, « Les repositoires et custodes eucharistiques du Moyen Âge à la Renaissan (...)

4Quinze à vingt ans plus tard, dans les années 1980, les travaux de Marie-Thérèse Gousset ou Marie-Madeleine Gauthier s’inscrivirent dans la continuité de ces propositions pour examiner des pièces d’orfèvrerie liturgique du Moyen Âge central, encensoirs ou reliquaires d’émaillerie qui révèlent un imaginaire médiéval de la Jérusalem céleste à travers ces microarchitectures de métal (Ill. 3). Marie-Thérèse Gousset étudia ainsi par exemple, dès 1982, une vingtaine d’encensoirs romans où la référence à la Jérusalem céleste est explicitement revendiquée par des inscriptions (« civitas hierusalem », « celestis hierusalem ») et dont elle retraça la généalogie jusqu’à des encensoirs immobiles ou des éléments du luminaire propres à la liturgie byzantine, documentés par des textes et des représentations peintes dès le xiie siècle7. Des questions voisines, portant sur la valeur symbolique et l’usage de ces décors d’architectures réduites, ont également été portées par Marie-Madeleine Gauthier, notamment à l’occasion d’une exposition tenue en 1985 à l’Hôtel de Vigny, mobilisant de nombreux reliquaires émaillés méridionaux8. Jacques Foucart-Borville retrouvait, pour sa part, les mêmes constellations de références à un au-delà architectural au sein du mobilier liturgique destiné à accueillir les Saintes Espèces au Moyen Âge et à la Renaissance, références conférant dès lors à ce vocabulaire architectural miniature topique une valeur déifiante9.

Ill. 3 : Encensoir de Gozbert

Ill. 3 : Encensoir de Gozbert

Cathédrale de Trèves, xie siècle.

© Holly Hayes

  • 10 François Bucher, « Micro-architecture as the “idea” of Gothic Theory and Style », Gesta, no 15, 197 (...)
  • 11 Dans son édition originale : Johan Huizinga, Herfsttij der middeleeuwen, studie over levens-en geda (...)
  • 12 François Bucher, « Micro-architecture as the “idea” of Gothic Theory… », op. cit., p. 72.

5En dépit de leur importance méthodologique et de l’ampleur de vue de leurs auteurs, il fallut un moment pour que les travaux de R. Krautheimer et J. Baltrušaitis évoqués plus haut parviennent à installer la question de la représentation miniature de l’architecture au cœur des préoccupations des historiens de l’art du Moyen Âge. C’est avec François Bucher (1927-1999), seulement une génération plus tard, que la microarchitecture acheva de se constituer comme un objet historique propre. Il est d’ailleurs possible que le terme même de microarchitecture n'apparaisse qu’à ce moment, lors de la conférence que Bucher livra en 1973 à l’occasion du 23e congrès du Comité international d’histoire de l’art (CIHA) de Grenade (mais publiée en 1978 seulement) mais, surtout, dans l’article qu’il en tira pour la revue Gesta en 197610. Bucher était alors prisonnier du regard fort dépréciatif qui était alors porté sur le dernier siècle du Moyen Âge. Il s’inscrivait dans le grand récit décliniste de Johan Huizinga (1872-1945) sur l’art flamboyant11 qui contribuait à faire de ces formes architecturales miniatures, répandues sur tous les supports de la création à partir de la fin du xiiie siècle mais plus encore à partir de la fin du xive siècle, le refuge d’une transcendance au caractère égotiste destinée à répondre à la demande des fidèles, soucieux de trouver de tels « petits espaces émotionnellement chargés12 ».

  • 13 Sur ce sujet, voir dernièrement : Frédéric Tixier, La monstrance eucharistique. Genèse, typologie e (...)

6Dans cette perspective et selon François Bucher, les œuvres de microarchitecture étaient d’abord le support d’expérimentations formelles mobilisant la syntaxe architecturale. Pour lui, cette relation symbiotique et stable entre l’architecture bâtie et la microarchitecture, basée sur la rotation prédictible de formules géométriques partagées par les charpentiers, les architectes ou les ouvriers du métal, conduisit, dans le courant du xive siècle, à un relatif épuisement syntaxique. Convoquant les éléments les plus saillants d’un contexte historique difficile (l’écroulement de Beauvais, l’exil de la papauté en Avignon, la guerre de Cent Ans, les dévaluations économiques et, bien sûr, la peste noire), Bucher suppose que la rétractation de la commande édilitaire conduisit dès lors à concentrer celle-ci sur les églises paroissiales et les bâtiments municipaux, c’est-à-dire des édifices sur lesquels pesaient de fortes contraintes en termes de moyens et d’environnement. Dans ce contexte, l’enrichissement décoratif des édifices, notamment à travers des structures microarchitecturales, aurait été la contrepartie de la réduction de la taille des constructions. Ces évolutions auraient par ailleurs été favorisées par la place grandissante de la dévotion eucharistique qui avait conduit à l’élaboration de nouvelles formules d’instruments et de mobiliers liturgiques, tels que les monstrances et custodes eucharistiques, reprenant presque invariablement des formes architecturales13.

7Toutefois, cette relation étroite qui unit les arts tridimensionnels de l’architecture de grande ou de petite dimension se défit pour Bucher dans le courant du xve siècle. La microarchitecture, affranchie des contraintes structurelles du bâtiment gothique, aurait commencé à élaborer sa propre syntaxe formelle et son propre répertoire stylistique, un répertoire toujours plus riche et complexe. Dès lors, c’est l’architecture bâtie qui aurait été en retour influencée par ces figures miniaturisées de l’architecture. Dans une sorte de mouvement retour, les édifices auraient alors été contaminés par les mouvements hectiques et dissolvants de la microarchitecture. L’auteur convoque ici les portails de Louviers (qu’il date de 1510) (Ill. 4) et d’Albi, où le prototype iconographique de la porte du Paradis disparaît derrière un exercice devenu artificiel et confus de virtuosité constructive.

Ill. 4 : Louviers (Eure), Notre-Dame

Ill. 4 : Louviers (Eure), Notre-Dame

Après 1506.

© Wikimedia commons

  • 14 Peter Kurmann, « Cathédrale miniature ou reliquaire monumental ? L’architecture de la châsse de sai (...)
  • 15 Sophie Cloart-Pawlak a exploré les différentes étapes de cette histoire au tournant des xiie et xii (...)
  • 16 Bruno Klein, « Druntergeschaut. Überlegungen beim Blick auf die Unterseiten der Baldachine über den (...)
  • 17 Sur les dais de Wimpfen, voir : Bruno Klein, « Architekturmodelle oder Modellarchitektur? Die Balda (...)

8Depuis ces travaux pionniers sur la microarchitecture, de nombreux auteurs se sont penchés sur toutes ces formes architecturales réduites et sur le lien qu’elles entretiennent avec l’architecture bâtie, que cette dernière ait été contemporaine ou antérieure, réelle ou réinventée. Les importants travaux de Peter Kurmann sur le Moyen Âge central ont ainsi contribué à établir des typologies et des chronologies généralement acceptées puis complétées, comme par Achim Timmermann dans la Grove Encyclopedia of Medieval Art and Architecture14. Une question concernant cette chronologie a ainsi concerné le tournant constitué par la période 1220-1240 dans cette histoire de l’actualité de la microarchitecture médiévale. Peut-être le débat n’est-il pas encore tranché qui permettrait de reconnaître dans les voussures des façades du transept de Notre-Dame de Paris avant 1250 ou bien plutôt dans celles des portails du transept de la cathédrale de Chartres, vers 1220, les premiers exemples d’une microarchitecture de dais directement en prise avec l’actualité architecturale, celle des grandes constructions gothiques du domaine royal (Ill. 5). Quoi qu’il en soit de ce débat d’érudition chronologique, il est assez aisément démontrable qu’un moment de « gothicisation » de la microarchitecture est intervenu à partir des années 1220 par l’introduction progressive de formes génériquement empruntées à l’architecture gothique contemporaine et utilisées comme motifs décoratifs. Ce mouvement signalait déjà un changement dans la conception même de la microarchitecture, dorénavant fondée sur une syntaxe monumentale proprement gothique bien que ne pouvant être reliée à aucune réalité construite15. Aux façades du transept de Notre-Dame de Paris, cette syntaxe gothique mais conventionnelle est abandonnée, en même temps que les constructeurs renoncent à la variété des formes, au profit de motifs davantage uniformes mais directement issus de l’architecture contemporaine, celle de l’édifice même dont ces dais font partie. Cette question de l’actualité formelle des œuvres de microarchitecture et du rôle que ces dernières jouèrent dans l’importation et l’acculturation du vocabulaire monumental gothique dans les différents espaces européens est ici centrale. Bruno Klein cherche ainsi à déceler une intention des acteurs à travers une analyse fort détaillée des magnifiques dais des colonnes du chœur de la cathédrale de Cologne, vraisemblablement dans la décennie 126016. Ici, les dais, les baldaquins et leur décor microarchitectural gothique ne doivent pas être regardés comme des simples témoins de cette « gothicisation », mais davantage comme de véritables prises de position au sein des débats sur les choix formels et stylistiques accompagnant la diffusion du gothique en Europe. Jouant de cette position intermédiaire entre l’architecture bâtie et la décoration sculptée, les dais microarchitecturés de l’église de Wimpfen-im-Tal (Bade-Wurtemberg) présentèrent ainsi aux fidèles des formes nouvelles dans lesquelles reconnaître la Jérusalem céleste, celles d’un gothique francilien et, cela, à un moment où la "victoire" de ces formes nouvelles n’était pourtant pas encore assurée17.

Ill. 5 : Paris, cathédrale Notre-Dame, portail Saint-Étienne

Ill. 5 : Paris, cathédrale Notre-Dame, portail Saint-Étienne

Milieu du XIIIe siècle.

© S. Cloart-Pawlak

  • 18 Représentations architecturales dans les vitraux, actes du XXIe colloque international du Corpus Vi (...)
  • 19 Ines Braun-Balzer, Mikro- und Makroarchitektur. Ein Vergleich am Niederrhein in der Zeit von 1394 b (...)
  • 20 Achim Timmermann, Real Presence. Sacrament Houses and the Body of Christ, c. 1270-1600, Turnhout, B (...)
  • 21 François Bucher, « Micro-architecture as the “idea” of Gothic Theory… », op. cit., p. 73.
  • 22 Ambre Vilain, Imago Urbis. Les représentations architecturales sur les sceaux de villes en Europe s (...)

9On comprend dès lors que l’examen rapproché des rapports entre la microarchitecture et l’architecture bâtie, les évocations de la seconde dans la première mais tout autant les effets produits par les constructions miniatures, notamment en métal ou en bois, chez les constructeurs médiévaux, ont été au cœur des recherches des historiens de l’art médiéval. Ce fut le cas des communications du colloque qui s’est tenu à Bruxelles en 2002 sur la représentation architecturale dans les vitraux18, de la thèse soutenue en 2005 par Ines Braun-Balzer à l’université de Fribourg (Suisse) à propos du Rhin inférieur entre l’extrême fin du xive siècle et le premier quart du xvie siècle ou du colloque qui s’est tenu cette même année à Nuremberg19. D’autres auteurs ont, dans ces mêmes années 2000, contribué à ce renouvellement historiographique en considérant les œuvres de microarchitecture dans leur contexte théologique et culturel élargi. C’est notamment le cas d’Achim Timmermann, dont les travaux ont conduit à l’écriture d’une vaste et belle synthèse consacrée aux tabernacles eucharistiques en Europe centrale et germanique entre les environs de 1270 et 160020. La borne haute de cette chronologie très large correspond à un moment identifié par François Bucher dès 1976 comme le véritable commencement du phénomène que les historiens de l’art ont désigné sous ce terme d’architecturation (architecturalization sous la plume de Bucher21), à savoir l’emploi toujours plus envahissant du décor architectural dans les arts et dans l’orfèvrerie en particulier. C’est au sein de ce même phénomène (qu’elle désigne par le terme de « microarchitecturalisation ») qu’Ambre Vilain, pour sa part, a dernièrement voulu inscrire ce dialogue au sein du phénomène de prolifération de la microarchitecture à partir des années 1230, en prenant pour objet d’étude le corpus original et spécifique des sceaux de villes septentrionales du Moyen Âge central et tardif22.

  • 23 Encore, tout récemment, à propos des noix de prières : Ethan Kavaler, « Prayer nuts and early moder (...)
  • 24 Sarah Guérin, « Meaningful Spectacles. Gothic Ivories staging the Divine », The Art Bulletin, vol.  (...)
  • 25 Ibid., p. 66-67.

10Par des chemins différents, ces auteurs ont mis en évidence le rôle de ces œuvres de microarchitecture dans la « gothicisation » de l’univers visuel des fidèles du Moyen Âge central et ont souligné les valeurs liturgiques, théologiques autant qu’ecclésiales, associées à ce phénomène. C’est aussi le cas de Matt Ethan Kavaler qui insiste sur la valeur déifiante de l’ornement microachitectural comme sur la place occupée par ces objets architecturaux dans l’affichage – et parfois la revendication – de l’inventivité et de l’intelligence constructive de leurs auteurs23 (Ill. 6). Dernièrement, Sarah Guérin a souligné le rôle des formes microarchitecturales des ivoires gothiques, de production essentiellement parisienne, dans lesquels elle reconnaît la double évocation de l’Arche d’alliance mosaïque et du Temple de Salomon24. Le rôle de l’encadrement microarchitecturé des polyptiques d’ivoire gothiques était, selon l’auteure, de manifester une modalité de la présence divine au spectateur (et au manipulateur) de ces objets ; celle justifiant la forme appropriée de vénération, la latrie. Les commanditaires de ces pièces d’architecture miniature en ivoire, telles que le tabernacle de la Sainte-Chapelle, celui de Sénanque ou le polyptique de Floreffe, étaient autant de participants aux débats scolastiques contemporains touchant aux formes adéquates du culte. Ce sont les traces de ce contexte théologique et ecclésial que Sarah Guérin propose de reconnaître dans les œuvres elles-mêmes. Rejoignant la chrono-typologie que nous avons rappelée plus haut, elle souligne que le milieu du xiiie siècle fut un moment de cristallisation de ces débats, autour notamment des dispositifs visuels permettant aux fidèles de bien prendre conscience de la nature de la sacralité de la représentation et d’être ainsi bien orientés vers le culte adéquat de ces objets25. Dire de la microarchitecture qu’elle joue le rôle d’un cadre pour les scènes de l’histoire sainte sculptées par les ivoiriers est dès lors insuffisant puisque, à ce cadre, est assignée la fonction de créer des conditions spectaculaires destinées à souligner la valeur de ce qui est ainsi délimité et contenu.

Ill. 6 : Chaire de vérité, Brabant, vers 1460-1470

Ill. 6 : Chaire de vérité, Brabant, vers 1460-1470

Provenant de l’église d’Alsemberg (Bruxelles, Musées Royaux d’Art et d’Histoire).

© Jean-Marie Guillouët

  • 26 Paul Binski, « The Heroic Age of Gothic and the Metaphors of Modernism », Gesta, vol. 52, no 1, 201 (...)
  • 27 Paul Binski, « The Heroic Age of Gothic… », op. cit., p. 10.
  • 28 Jean-Marie Guillouët et Ambre Vilain (dir.), Microarchitectures médiévales. L’échelle à l’épreuve d (...)
  • 29 Voir, à ce titre, le chapitre « Brevity as an ideal of style » dans Curtius 1990, p. 487-94. Sur la (...)
  • 30 Sur la question du rapport entre magnificence et sublime, voir dernièrement : Stephen Jaeger C. (di (...)
  • 31 Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957, p. 148.
  • 32 Ibid.

11Paul Binski a aussi dernièrement exploré, dans un livre remarquable consacré au Decorated Style anglais, les enjeux portés par ces productions microarchitecturales comme les effets de l’interdépendance du (très) grand et du (très) petit en art26. L’auteur revient à cette occasion sur les travaux de François Bucher, sur lesquels il fait porter une partie de sa critique, qu’il prolonge et approfondit. Celle-ci se fonde sur l’observation qu’une part des effets sublimes de l’architecture gothique repose sur le télescopage des échelles du bâti et que l’échelle gigantesque et celle du microscopique ne sont pas antithétiques, mais que leur confrontation contribue à susciter l’admiration du spectateur27. En ce sens, Paul Binski affirme que « l’art gothique n’a pas de notion naturelle des échelles » pour marquer la rupture qu’il instaure avec les positions de François Bucher. La critique de Binski est utile pour permettre d’opérer un déplacement de la problématique des études sur la microarchitecture, déplacement auquel le colloque organisé à l’INHA en 2014 invitait les contributeurs28. Paul Binski explore en effet ce qui, dans l’art médiéval, relève du merveilleux visionnaire et de la prouesse inventive. Il reconnaît dans ces catégories l’un des liens entretenus par le Moyen Âge avec la poétique et la rhétorique antiques. Des historiens et des philologues ont d’ailleurs déjà souligné combien, au sein de cet héritage rhétorique antique au Moyen Âge, la poétique comme la littérature latine ont réservé une place et une importance égales, à côté de l’amplificatio et de la dilatatio, aux mécanismes de l’abbreviatio, c’est-à-dire de la diminution et de la miniaturisation29. La miniaturisation est donc d’abord une porte d’entrée vers le sublime de l’œuvre et l’émerveillement qu’il suscite30. Gaston Bachelard ne disait rien d’autre lorsqu’il affirmait que « le minuscule, porte étroite s’il en est, ouvre sur un monde nouveau, un monde qui, comme tous les mondes, contient les attributs de la grandeur31 ». Le philosophe est plus explicite encore lorsqu’il ajoute que « la miniature est un des gîtes de la grandeur32 ». L’incommensurablement grand et le merveilleusement petit sont donc, au Moyen Âge, unis dans un même destin. Cela n’est nulle part aussi clair que dans les œuvres de microarchitecture qui exploitent le trouble illusionniste qu’engendre le passage d’une extrémité de l’échelle à l’autre.

  • 33 Alfred Gell, « The technology of enchantment and the enchantment of technology », dans Jeremy Coote (...)

12Enfin, la valeur accordée à cette micromonumentalité médiévale est aussi intimement liée aux savoir-faire de haute technicité impliqués par la procédure même de la miniaturisation. Les savoir-faire virtuoses déployés dans ces œuvres réduites les rattachent dès lors à cette catégorie des « technologies de l’enchantement » telles qu’Alfred Gell l’a conçue : l’œuvre miniature devient d’autant plus efficace que son agentivité repose alors sur ce que Gell appelait le « halo de la difficulté technique » (« the Halo-Effect of Technical ‘Difficulty’33 »). Ce n’est dès lors plus l’écho avec l’architecture bâtie qui joue un rôle dans ces édicules miniatures du gothique tardif mais la fantaisie des formes et leur profusion admirable, voir leur impossibilité constructive même ainsi que le relève Matt Ethan Kavaler pour une période encore ultérieure. Ce mouvement de déréalisation, d’éloignement progressif entre les formes de la microarchitecture et celles de l’architecture bâtie vient ainsi clore, à partir du milieu du xve siècle, la longue histoire de la micromonumentalité médiévale (Ill. 7).

Ill. 7 : Zaragoza, catedral del Salvador

Ill. 7 : Zaragoza, catedral del Salvador

Autel majeur, Pere Joan (actif 1394-1458), après 1435.

© Javier Ibàñez Fernandez

  • 34 « The Artist as Occult Technician », dans Alfred Gell, « The technology of enchantment… », op. cit.(...)

13Le pouvoir de fascination de ces architectures miniatures médiévales repose dès lors en partie sur l’opacité de la performance technique qui fait de l’artisan un « obscur technicien34 ». L’architecture miniature est alors moins conçue comme une fiction d’architecture que comme le marqueur d’un lieu remarquable du bâti, comme le signe d’une sacralité, en raison de son impossibilité constructive même. La dialectique entre bâti monumental et construction minuscule est au cœur de ces réalisations d’architectures réduites, dès lors investies des significations les plus diverses, qu’il s’agisse de marquer un rattachement institutionnel ou de manifester la suréminence sacrale de l’encensoir, du tabernacle ou de la châsse à reliques par la citation de formes monumentales miniatures porteuses d’un véritable discours ecclésiologique, c’est-à-dire sur l’Église en tant qu’institution de la communauté des fidèles.

Haut de page

Notes

1 Eugène-Emmanuel Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, t. 5, Paris, B. Bance, 1861, p. 1-9.

2 Ibid., p. 9.

3 Jurgis Baltrušaitis, « Ville sur arcatures », dans Urbanisme et architecture. Études écrites et publiées en l’honneur de Pierre Lavedan, Paris, H. Laurens, 1954, p. 31-40, p. 32.

4 Richard Krautheimer, « Introduction to an “Iconography of Medieval Architecture” », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, no 5, 1942, p. 1-33.

5 Richard Krautheimer, « Introduction to an “Iconography of Medieval Architecture” » (avec post-scriptum), dans Studies in Early Christian, Medieval and Renaissance Art, New York/Londres, New York University Press, 1969, p. 115-150.

6 « Medieval pattern of “double-think”, or, better, “multi-think” … all “vibrated” simultaneously in the mind of educated Early Christian and medieval men » (Ibid., p. 149). La discussion critique de l’article de Richard Krautheimer, publiée par Paul Crossley en 1988, s’avère aussi importante que le texte lui-même pour pleinement en saisir toute la portée, tout comme ses limites (Paul Crossley, « Medieval Architecture and Meaning. The Limits of Iconography », The Burlington Magazine, 130, no 1019, 1988, p. 116-121).

7 Marie-Thérèse Gousset, « Un aspect du symbolisme des encensoirs romans. La Jérusalem céleste », Cahiers archéologiques. Fin de l’Antiquité et Moyen Âge, no 30, 1982, p. 81-106, p. 92.

8 Marie-Madeleine Gauthier, « Images ou modèles d’architecture », dans L’architecture en représentation, cat. exp. (Paris, hôtel de Vigny, janvier-mars 1985), Paris, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, 1985, p. 199-205. Cette perspective iconographique des études sur la microarchitecture et cette attention portée aux modèles réels ou fantasmés des loca sancta a été prolongée durant la décennie suivante par Sara Lutan à propos des dais et des décors architecturés du porche du transept sud de la cathédrale de Chartres mais sans que l’auteure puisse ajouter un apport notable aux débats initiés précédemment (Sara Lutan, « The Heavenly Jerusalem. From architectural Canopies to Urban Landscape in the Southern Portals of Chartres Cathedral », Assaph. Studies in art history, no 3, 1998 : East meets west. Art in land of Israel, p. 149-162).

9 Jacques Foucart-Borville, « Les repositoires et custodes eucharistiques du Moyen Âge à la Renaissance », Bulletin monumental, no 155, 1997, p. 273-288.

10 François Bucher, « Micro-architecture as the “idea” of Gothic Theory and Style », Gesta, no 15, 1976, p. 71-89. François Bucher, « “Micro-architecture” as the idea of gothic theory and style », España entre el Mediterraneo y el Atlantico, actes du XXIIIe Congreso internacional de historia del arte (Grenade, 1973), p. 487-489.

11 Dans son édition originale : Johan Huizinga, Herfsttij der middeleeuwen, studie over levens-en gedachten-vormen der xivde en xvde eeuw in Frankrijk en de Nederlanden, Harlem, Tjeenk Willink, 1919. Les traductions, rendant enfin le texte néerlandais plus accessible se firent attendre : les premières éditions françaises sous le titre symptomatique de « Le déclin du Moyen Âge » parurent en 1938 et 1948 avant qu’une nouvelle traduction, en 1975, ne choisît un titre plus conforme au texte original (L’automne du Moyen Âge, trad. Julia Bastin, Paris, Payot, 1975). Entre-temps, l’édition anglaise de 1965 avait déjà pris ce parti : The Waning of the Middle Ages. A Study of the Forms of Life, thought, and Art in France and the Netherlands in the Fourteenth and Fifteenth Centuries, trad. Frederick Jan Hopman, Harmonsdworth, Penguin Books, 1965 (rééd. 1989).

12 François Bucher, « Micro-architecture as the “idea” of Gothic Theory… », op. cit., p. 72.

13 Sur ce sujet, voir dernièrement : Frédéric Tixier, La monstrance eucharistique. Genèse, typologie et fonctions d’un objet d’orfèvrerie, xiiie-xvie siècle, Rennes, PUR, 2014, qui renvoie notamment à la bibliographie antérieure.

14 Peter Kurmann, « Cathédrale miniature ou reliquaire monumental ? L’architecture de la châsse de sainte Gertrude », dans Un trésor gothique. La châsse de Nivelles, cat. exp. (Cologne, Schnütgen Museum, 24 novembre 1995 ‒ 11 février 1996 ; Paris, musée national du Moyen Âge ‒ thermes de Cluny, 12 mars ‒ 10 juin 1996), Paris, RMN, 1996, p. 135-153 (Version allemande : « Miniaturkathedrale oder monumentales Reliquiar? Zur Architektur des Gertrudenschreines », dans Hiltrud Westermann-Angerhausen (dir.), Schatz aus den Trümmern. Der Silberschrein von Nivelles und die europäische Hochgotik, Cologne, Locher, 1995, p. 135-153) ; Peter Kurmann, « Gigantomanie und Miniatur. Möglichkeiten gotischer Architektur zwischen Grossbau und Kleinkunst », Kölner Domblatt. Jahrbuch des Zentral-Dombau-Vereins, no 61, 1996, p. 123-146 ; Peter Kurmann, « “Architektur in Architektur”. Der gläserne Bauriss der Gotik », dans Hiltrud Westermann-Angerhausen (dir.), Himmelslicht. Europäische Glasmalerei im Jahrhundert des Kölner Dombaus (1248-1349), cat. exp. (Cologne, Schnütgen Museum, 1998), p. 35-43 ; Peter Kurmann, « Architecture, vitrail et orfèvrerie. À propos des premiers dessins d’édifices gothiques », dans Représentations architecturales dans les vitraux, actes du xxie colloque international du Corpus Vitrearum (Bruxelles, 22-27 août 2002), Bruxelles, Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles de la région wallonne, 2002 (« Dossier de la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles », 9), p. 32-41 ; Peter Kurmann, « Mikroarchitektur im 13 Jahrhundert. Zur Frage nach Architekturmodellen zur Zeit der Hochgotik », dans Christine Kratzke et Uwe Albrecht (dir.), Mikroarchitektur im Mittelalter. Ein gattungsübergreifendes Phänomen zwischen Realität und Imagination, actes de colloque (Nuremberg, 26-29 octobre 2005), Leipzig, Kratzke Verlag für Kunst- und Kulturgeschichte, 2008, p. 83-97. Achim Timmermann, « Micro-architecture », dans Hourihane Coulum (dir.), The Grove Encyclopedia of Medieval Art and Architecture, vol. 4, Oxford, Oxford Unicersity Press, 2012, p. 279-280.

15 Sophie Cloart-Pawlak a exploré les différentes étapes de cette histoire au tournant des xiie et xiiie siècles (Sophie Cloart-Pawlak, Au seuil de l’église. La micro-architecture au nord de la Loire. XIIe-XIIIe siècle, thèse de doctorat sous la direction d’Anne-Marie Legaré, université Lille-III, 2011).

16 Bruno Klein, « Druntergeschaut. Überlegungen beim Blick auf die Unterseiten der Baldachine über den Chorpfeilerfiguren des Kölner Dome », in Kölner Domblatt, 85/2020, pp. 258-275.

17 Sur les dais de Wimpfen, voir : Bruno Klein, « Architekturmodelle oder Modellarchitektur? Die Baldachine im Chor und am Südportal der Stiftskirche zu Wimpfen », in Günther Haberhauer (dir.),750 Jahre Gotik in Wimpfen: 1269-2019: die Ausstellung, Vorträge des Symposiums und des Begleitprogramms, Bad Wimpfen, 202, p. 98-117.

18 Représentations architecturales dans les vitraux, actes du XXIe colloque international du Corpus Vitrearum (Bruxelles, 22-27 août 2002), Bruxelles, Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles de la région wallonne, 2002 (« Dossier de la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles », 9).

19 Ines Braun-Balzer, Mikro- und Makroarchitektur. Ein Vergleich am Niederrhein in der Zeit von 1394 bis 1521, thèse de doctorat sous la direction de Peter Kurmann et Hiltrud Westermann-Angerhausen, univerité de Frigourg (Suisse), 2005. Christine Kratzke et Uwe Albrecht (dir.), Mikroarchitektur im Mittelalter... op. cit. Signalons également, dans les mêmes années : Pierre Anagnostopoulos, La microarchitecture en pierre dans les Pays-Bas méridionaux aux XVe et XVIe siècles. Les jubés gothiques brabançons (Bruxelles, Nivelle, Dixmunde), mémoire de DEA sous la direction d’Alain Dierkens, Université libre de Bruxelles, 2004.

20 Achim Timmermann, Real Presence. Sacrament Houses and the Body of Christ, c. 1270-1600, Turnhout, Brepols, 2010. Achim Timmermann, « Two Parlerian sacrament houses and their microarchitectural context », Umění, no 47, 1999, p. 400-412 ; « Microarchitecture and Mystical Death. The Font Ciborium of St Mary in Luton (circa 1330-1340) », dans Alexandra Gajewski et Zoe Opačić (dir.), The Year 1300 and the Creation of a New European Architecture, Turnhout, Brepols, 2007, p. 133-142. Achim Timmermann, « A promise of paradise. Microarchitecture, baptism and the font ciborium of St. Severus in Erfurt », Biuletyn historii sztuki (Bulletin d’histoire de l’art, Pologne), t. 69, no 3-4, 2007, p. 177-188.

21 François Bucher, « Micro-architecture as the “idea” of Gothic Theory… », op. cit., p. 73.

22 Ambre Vilain, Imago Urbis. Les représentations architecturales sur les sceaux de villes en Europe septentrionale (fin XIIe-fin XVe siècle), thèse de doctorat sous la direction de Christian Heck, université Lille-III, 2011, p. 492. Sur la question du rapport entretenu par ces microarchitectures avec la réalité bâtie dans les sceaux, voir p. 187-201.

23 Encore, tout récemment, à propos des noix de prières : Ethan Kavaler, « Prayer nuts and early modern sculpture in the Netherlands », dans Riggisberger Berichten, n°22, 2017, pp. 169-183.

24 Sarah Guérin, « Meaningful Spectacles. Gothic Ivories staging the Divine », The Art Bulletin, vol. 95, no 1, 2013, p. 53-77, par exemple p. 71-72.

25 Ibid., p. 66-67.

26 Paul Binski, « The Heroic Age of Gothic and the Metaphors of Modernism », Gesta, vol. 52, no 1, 2013, p. 3-19. Ce texte est une version revue de la conférence plénière que l’auteur a donnée lors de l’International Congress on Medieval Studies de Kalamazoo en mai 2012. Voir surtout de cet auteur : Gothic Wonder. Art, Artifice and the Decorated Style, 1290-1350, New Haven, Yale University Press, 2014.

27 Paul Binski, « The Heroic Age of Gothic… », op. cit., p. 10.

28 Jean-Marie Guillouët et Ambre Vilain (dir.), Microarchitectures médiévales. L’échelle à l’épreuve de la matière, actes du colloque Institut national d’histoire de l’art/université de Nantes / Archives nationales / Institut universitaire de France, Paris, Picard, 2018.

29 Voir, à ce titre, le chapitre « Brevity as an ideal of style » dans Curtius 1990, p. 487-94. Sur la question du « petit » en art du Moyen Âge, voir : Jean-Marie Guillouët, « Une perspective préalable depuis le Moyen Âge. La question des échelles de l’œuvre », dans Sophie Duhem, Estelle Galbois et Anne Perrin Khelissa (dir.), Penser le « Petit » de l’Antiquité au premier XXe siècle. Approches textuelles et pratiques de la miniaturisation artistique, actes de colloque (université Toulouse-Jean Jaurès, 1-2 octobre 2015), Toulouse, Fage Éditions, 2017, p. 16-23.

30 Sur la question du rapport entre magnificence et sublime, voir dernièrement : Stephen Jaeger C. (dir.), Magnificence and the Sublime in Medieval Aesthetics Art, Architecture, Literature, Music, New York, Palgrave Macmillan, 2010. Notamment l’introduction, très stimulante, du directeur du volume (p. 1-16) et la contribution d’Adam Cohen (« Magnificence in Miniature. The Case of Early Medieval Manuscripts », p. 79-101).

31 Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957, p. 148.

32 Ibid.

33 Alfred Gell, « The technology of enchantment and the enchantment of technology », dans Jeremy Coote et Anthony Shelton (dir.), Anthropology, art and aesthetics, Oxford, Clarendon Press, 1992, p. 40-63; p. 47.

34 « The Artist as Occult Technician », dans Alfred Gell, « The technology of enchantment… », op. cit., p. 49. L’anthropologue élabore d’ailleurs cette idée à partir du souvenir qu’il gardait d’une visite de la cathédrale de Salisbury alors qu’il était enfant. Le monument lui-même l’avait laissé indifférent, mais il avait été fasciné par une maquette miniature en allumettes de la même cathédrale alors présentée dans une chapelle latérale (« When I was about eleven, I was taken to visit Salisbury Cathedral. The building itself made no great impression on me, and I do not remember it at all. What I do remember though, very vividly, is a display which the cathedral authorities had placed in some dingy side-chapel, which consisted of a remakable model of Salisbury Cathedral, about two feet high and apparently complete in every detail, made entirely out of matchsticks glued together; certainly a virtuoso example of the matchsticks modeller’s art, if no great masterpiece according to the criteria of the salon, and calculated to strike a profound cord in the heart of any eleven-year-old. »).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Tours, cathédrale Saint-Gatien
Crédits Dais du trumeau du portail nord, vers 1480.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Ill. 2 : Bourges, cathédrale Saint-Étienne
Légende Portail nord, xiie siècle.
Crédits © Jean-Marie Guillouët
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Ill. 3 : Encensoir de Gozbert
Légende Cathédrale de Trèves, xie siècle.
Crédits © Holly Hayes
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Ill. 4 : Louviers (Eure), Notre-Dame
Légende Après 1506.
Crédits © Wikimedia commons
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Ill. 5 : Paris, cathédrale Notre-Dame, portail Saint-Étienne
Légende Milieu du XIIIe siècle.
Crédits © S. Cloart-Pawlak
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Ill. 6 : Chaire de vérité, Brabant, vers 1460-1470
Légende Provenant de l’église d’Alsemberg (Bruxelles, Musées Royaux d’Art et d’Histoire).
Crédits © Jean-Marie Guillouët
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4283/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Ill. 7 : Zaragoza, catedral del Salvador
Légende Autel majeur, Pere Joan (actif 1394-1458), après 1435.
Crédits © Javier Ibàñez Fernandez
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4283/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Guillouët, « Microarchitectures et figures miniatures du bâti au Moyen Âge »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 43 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lha/4283 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.4283

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Guillouët

Jean-Marie Guillouët enseigne l’histoire de l’art à l’université, depuis 2002 comme Maître de conférences à l’université de Nantes et, depuis 2020, comme Professeur à l’université de Bourgogne à Dijon. Il a été conseiller scientifique pour le Moyen Âge à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) entre 2008 et 2012. Il a été membre junior de l’Institut universitaire de France entre 2013 et 2018. En septembre 2016, il est devenu secrétaire scientifique du Comité international d’histoire de l’art (CIHA) et, à ce titre, est chargé de faciliter et de coordonner les discussions scientifiques entre les différents comités nationaux d’histoire de l’art. Il est chercheur au laboratoire ARTEHIS ainsi que chercheur associé au centre Transition de l’Université de Liège (où il est professeur invité en 2021-2022) et à l’Instituto de Estudos Medievais de l’université Nova de Lisbonne. Son travail a porté sur la sculpture et l’architecture des XIVe et XVsiècles en France et au Portugal ainsi que sur la question des échanges artistiques et culturels dans l’Europe gothique. Actuellement, il travaille sur l’histoire sociale et culturelle du geste technique dans l’artisanat du Moyen Âge tardif. Plus précisément, il a récemment écrit plusieurs études sur la micro-architecture du gothique flamboyant et la technicité constructive du Moyen Âge tardif. Il dirige la collection Histoire des arts. La Petite bibliothèque aux Presses universitaires de Rennes dans laquelle il a écrit le premier volume consacré à l’art du XVe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search