Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44ÉtudesHittorff, évolution d’une polychr...

Études

Hittorff, évolution d’une polychromie savante

Hittorff, evolution of a learned polychromy
Michael Kiene

Résumés

L’article se propose de suivre les aventures – et méandres – de la conception et de la réception de l’ouvrage, « Architecture polychrome chez les Grecs » (1851) par Hittorff, personnage-clé de l’architecture et de l’archéologie en France dans la première moitié du XIXe siècle. L'accent est mis sur l'analyse de son réseau au sein de l'Académie des beaux-arts de Paris pendant un demi-siècle d'appartenance. C’était un homme de réseau avant la lettre qui, polyglotte, sut mettre en contact les milieux académiques occidentaux.

Haut de page

Texte intégral

1La polychromie de l’architecture antique et moderne fut l’objet de polémiques pendant tout le XIXe siècle, polémiques qui reprirent à nouveau de l’intensité dans l’architecture postmoderne. Écrire une histoire de la polychromie dans les différentes cultures européennes, serait une tâche herculéenne et excéderait la longueur de cette étude.

2Un personnage clé de ces discussions enflammées, durant ces polémiques sur la polychromie, vers la fin des années 1830, fut Jacques Ignace Hittorff (1792-1867). Si le fil conducteur de son œuvre architecturale est l’utilisation de la couleur, c’est parce qu’il avait démontré par ses fouilles et ses sondages en Sicile effectués en 1823-1824, que de tous temps la peinture avait été appliquée pour colorer les édifices.

  • 1 Originaire de Cologne, Hittorff était de nationalité française, la Province de Rhénanie appartenant (...)

3C’est à Cologne en Allemagne, alors française sous le Premier Empire1, qu’Hittorff fait son apprentissage dans le métier du bâtiment. Plus tard, à Paris, grâce aux encouragements de ses maîtres, il évoluera vers un statut d’« architecte savant ». La tentative de rassembler les sources et de retracer les étapes de son enquête concernant la polychromie est le but de notre communication. Leur signalement et leur étude présentent un apport essentiel à la connaissance de l’archéologie et de l’histoire de l’architecture au XIXe siècle – singulièrement la question de la polychromie en architecture – ainsi qu’à celle de la construction et de la diffusion de la culture architecturale parmi les artistes et pour un public éclairé.

4Au sein de l’Empire français, aucune ville ne disputait alors à Paris le titre de capitale des arts, tandis qu’au Musée du Louvre étaient présentés les chefs-d’œuvre de la peinture et de la sculpture de toutes époques. L’architecture ne demeurait pas en reste : en fait foi la Notice des chefs-d’œuvre de l’architecture des différents peuples dont les modèles sont exposés dans la galerie de M. Cassas au 46, rue de Seine, soit à quelques pas du collège des Quatre-Nations, plus tard siège de l’Institut. Ainsi, tout ressortissant de l’Empire, tels qu’Hittorff, désireux de se perfectionner dans les arts, devait-il se rendre tôt ou tard à Paris. Assez fortuné, Hittorff put ainsi acquérir un bon nombre de dessins dus à Louis-François Cassas (1756-1827) afin de les intégrer dans sa collection de 11 000 dessins d’architecture.

  • 2 Journal des Beaux-Arts no 9, 1867, p. 61-82 (correspondance particulière).

5Hittorff était à la fois archéologue et architecte, réalisant des fouilles en Sicile ainsi que quelques-uns des projets architecturaux les plus célèbres de son temps. On lui doit, en particulier, le renouvellement du plan de Paris, avec l’axe urbanistique qui, partant de la place de la Concorde, rejoint le bois de Boulogne en passant par l’avenue des Champs-Élysées et la place de l’Étoile, et la réalisation d’ouvrages imprimés in-folio d’un millier et demi de pages de texte et d’innombrables illustrations. Pour la fécondité de son esprit ainsi que pour la poursuite de ses recherches, les nécrologies parlent d’une « célébrité » de son siècle, tant pour « ses ouvrages […qui] donnent une empreinte à l’époque »2 que pour ses constructions.

  • 3 Éric Garberson, « Architectural history in the architecture academy. Wilhelm Stier (1799-1856) at t (...)

6Hittorff dirigeait les relevés et les sondages d’une équipe à laquelle participaient Louis de Zanth (Ludwig von Zanth, 1796-1857), son élève et collaborateur à l’édition de l’Architecture de la Sicile, plus tard architecte du roi de Wurtemberg et correspondant de l’Académie des beaux-arts de Paris. C’est avec ses propres deniers qu’Hittorff engagea Wilhelm Stier (1799-1856), architecte et plus tard professeur de la Bauakademie à Berlin, pour étudier l’architecture dorique grecque en Sicile. C’est à ce dernier que l’on doit l’expression qui révèle l’esprit d’équipe des trois explorateurs : « notre union trinitaire »3 (unsere Dreieinigkeit). L’expression est un manifeste et s’ancre dans la mission de ces artistes allemands à Rome, visant à une modernisation des arts en Allemagne. Malgré leurs différences, leur désir était de revenir aux sources de l’art.

7Hittorff, Zanth et Stier se rendirent de Rome à Pompéi, puis en Sicile pour y effectuer des relevés et prélever des échantillons de pierres et de stucs peints. Ils partageaient l’idée ou le projet d’une histoire de l’architecture : Hittorff, son histoire générale, de Zanth, son histoire de la maison pompéienne, Stier, sa Geschichte der Baukunst (littéralement : histoire de l’art de la construction).

Changements de la polychromie architecturale au cours d’un demi-siècle

  • 4 Soit environ 500 dessins à la Bibliothèque de l’Institut de France, 2 500 à l’Universitäts- und Sta (...)

8Un demi-siècle d’érudition de Jacques Ignace Hittorff a permis de laisser à la postérité une collection d’au moins de 11 000 dessins d’architecture4, mise à disposition, suivant les dates, par les institutions de France ou d’Allemagne dans lesquelles sont conservés les documents. C’est un nombre remarquable – y compris rapporté à l’aune des grandes collections publiques – qui illustre la fécondité de l’artiste.

9Les relevés d’Hittorff pouvaient évoluer, quant au témoignage de la polychromie, comme le démontrent ses gravures d’un détail de la frise de l’entablement du temple dorique, une dalle de terre cuite ou de pierre presque carrée, peinte ou décorée en relief, alternant avec des triglyphes (Ill. 1 et 2). Elles sont tirées des deux éditions de son histoire de l’architecture grecque (de la Grande Grèce) en Sicile. Il ne s’agit certainement ni de variantes ni de liberté des illustrateurs.

Ill. 1 : Triglyphe de l’entablement dorique

Ill. 1 : Triglyphe de l’entablement dorique

Jacques Ignace Hittorff, Architecture antique de la Sicile, Paris, 1827-1830

Photo Universitäts- und Stadtbibliothek de Cologne, Allemagne

Ill. 2 : Triglyphe de l’entablement dorique

Ill. 2 : Triglyphe de l’entablement dorique

Jacques Ignace Hittorff, Architecture antique de la Sicile, Paris, seconde édition, 1870

Photo Universitäts- und Stadtbibliothek de Cologne, Allemagne.

  • 5 J.-I. Hittorff et L. Zanth, Architecture antique de la Sicile. Recueil des monuments de Ségeste et (...)

10Le rapprochement des éditions principales de l’Architecture antique de la Sicile, dans des collections publiques en France, Italie et Allemagne, montre qu’Hittorff doit avoir surveillé les illustrateurs chargés de ses publications, pour éliminer des variations dans la coloration. L’ouvrage est le résultat d’une collaboration d’Hittorff et de son co-auteur Louis de Zanth. Il y a d’abord l’édition publiée à Paris par la maison d’édition artistique Renouard, en livraisons de 1827 à 1830, sous le titre Architecture antique de la Sicile, ou Recueil des plus intéressants monuments d’architecture des villes et des lieux les plus remarquables de la Sicile ancienne (Ill. 1). Sous le coup de la mémoire vive de leur voyage en Sicile qui dura environ six mois, de l’automne 1823 au printemps 1824, les auteurs ont reproduit des couleurs semblant refléter l’ardeur du soleil méditerranéen. La seconde édition datée 1870, fut imprimée par Donnaud, le directeur renommé d’une autre maison d’éditions artistiques à Paris (Ill. 2) sous le titre : Architecture antique de la Sicile. Recueil des monuments de Ségeste et de Sélinonte, mesurés et dessinés par J.-I. Hittorff et L. Zanth, suivi de recherches sur l’origine et le développement de l’architecture religieuse chez les Grecs5 (le dernier chapitre étant de Charles-Joseph Hittorff), avec un atlas de 89 planches, dont deux en couleurs. Il fut achevé après le décès de ses deux auteurs. Cette édition est due au fils d’Hittorff, Charles-Joseph (1825-1898), architecte et candidat au grand prix en 1851. À près d’un demi-siècle de distance de la première édition, le même triglyphe dorique change de couleurs. L’ardeur initiale, due à un arrangement dominant d’ocre et de marron, est remplacée par une palette dans les bleus.

Un architecte confirmé et un homme de réseau

  • 6 Voir note 1.
  • 7 Hittorff écrivit le 10 août 1822 une demande de congé au Ministre secrétaire d’État de la Maison du (...)

11En 1815, Hittorff rencontra des problèmes dans sa scolarité. Il ne pouvait concourir pour le grand prix de Rome, étant devenu étranger6 ; il risquait alors d’être exclu de l’École des beaux-arts et voyait la poursuite de sa formation compromise. Or en 1818, devenu « architecte du Roy » sous Louis XVIII, celui-ci lui concéda un congé exceptionnel pour effectuer ses études en Italie : en 1822, au lieu de devenir pensionnaire de l’Académie de France à Rome, et donc être soumis à l’obligation d’envoyer chaque année des dessins à Paris afin de rendre compte de la progression de ses études et de soumettre son travail à l’examen d’un jury, il lui fut accordé de consacrer dix-huit mois à un voyage d’étude en Italie, à sa convenance, voyage qualifié par Hittorff dans sa demande, de congé d’« utile pèlerinage »7.

  • 8 Ce dernier fonds n’est pas encore bien étudié.
  • 9 Il y a une série d’inventaires des dessins d’Hittorff publiée par l’Universitäts- und Stadtbiblioth (...)

12Une année avant d’arriver en Sicile, Hittorff reçut (suivant les étiquettes collées sur les versos) des échantillons de mosaïques, de pierres et de stucs provenant de sites archéologiques en Sicile. Suite à son legs testamentaire, l’ensemble de ses collections archéologiques et artistiques arrivèrent au musée de sa ville natale, Cologne, en 1898. Après plusieurs péripéties, un bon nombre de ces témoignages archéologiques atterrirent, d’une part à l’institut d’archéologie de l’université de Cologne en Allemagne, et d’autre part au musée Romain-Germanique8. Une sélection de pièces est d’autre part publiée dans les inventaires des dessins d’Hittorff, les étiquettes des pièces indiquant soit « 1822 / DE TINDARE » soit « DE TINDARE / 1822 »9. Les étiquettes indiquent qu’ils ont été « pris pour M. Hittorff », sans qu’on sache qui l’a aidé à les obtenir. Un dessin conservé à la bibliothèque de l’Institut de France sous la côte Ms 4642, fol. 94, montrant un vase de la collection de Domenico Lo Faso Pietrasanta, duc de Serradifalco (1783-1863), homme politique et archéologue, porte l’inscription « Ce vase a été découvert en Sicile ; il faisait partie de la collection de M. le duc de Serradifalco, qui nous [à Hittorff] le communiqua à Palerme, en 1822 ». De plus, Hittorff emportait évidemment avec lui des échantillons d’autres sites encore, afin de se documenter d’exemples irrécusables de la polychromie des temples de filiation de l’art grec en Sicile.

  • 10 Les candidatures à la succession de Charles Percier en 1838, de Jean Nicolas Huyot en 1840 et d’Ant (...)

13Durant son retour, il mit les relevés au net afin de les exposer trois fois en 1824, d’abord à Rome, puis à Milan et enfin à l’Académie des beaux-arts à Paris, pendant une présentation organisée grâce à l’appui de son maître vénéré Charles Percier (1764-1838). La pièce 1 du manuscrit 4641 de la Bibliothèque de l’Institut de France est intitulée Mémoire sur mon voyage en Sicile, lu à la séance du 24 Juillet 1824. Évènement solennel qu’il rappela lui-même à l’occasion de chacune de ses candidatures pour obtenir un fauteuil à l’Académie10 : sa présentation était accompagnée d’une exposition d’échantillons choisis dans sa collection tout-à-fait spéciale.

14Il tira fierté de cette expérience : seul un architecte du roi et non un humble étudiant pouvait ainsi donner une conférence à l’Académie, accompagné d’une exposition d’échantillons pris sur les sites archéologiques. Ces derniers furent également le sujet de publications dans des journaux spécialisés comme le Kunstblatt en 1824. Hittorff entreprenait en même temps sa publication sur l’architecture antique de la Sicile. Ces succès lui valurent sa nomination comme membre de l’Académie des beaux-arts de Milan, où il s’arrêta quelques jours sur le chemin du retour en France, pour y donner une présentation semblable à celle faite à Paris.

  • 11 Annales de l’Institut de correspondance archéologique / Annali dell’istituto di corrispondenza arch (...)

15En 1830, il publiait pour les Annales de l’institut de correspondance archéologique de Rome la première version de son histoire De l’architecture polychrôme chez les Grecs, ou restitution complète du temple d’Empédocles, dans l’Acropolis de Sélinunte11. Cette édition sans aucune illustration rendait compte de sa présentation lue deux fois à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en mars-avril 1830.

  • 12 Jacques Ignace Hittorff, « Lettre de M. Hittorff aux Auteurs du Journal des Savants », Journal des (...)
  • 13 Hittorff appelait le roi Frédéric-Guillaume IV : « mon royal confrère ».
  • 14 Dans le carton des dessins de la Sicile sous la côte Wallraf Richartz Museum / Hittorff, Sic [Sicil (...)

16Les choses se compliquèrent en 1835 à la suite de la publication d’un article par Hittorff dans le Journal des Savants12. Désiré Raoul-Rochette (1790-1854), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, fit une série de réponses dans le même journal prestigieux. Elles constituent le vrai cœur de la « lutte sur la polychromie ». Ce débat ne fut pas mené à son terme car il s’arrêta après la nomination de Raoul-Rochette en tant que secrétaire perpétuel de l’Académie en 1839. Hittorff, pour sa part, intensifiait ses investigations afin d’arriver à publier une sorte de livre de référence concernant la polychromie. L’étape suivante, documentée, eut lieu en 1845 : Alexandre de Humboldt emporta personnellement à Berlin un groupe de sept dessins pour le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume IV13 (roi de 1840 à 1861). Le transport de ces sept dessins, par Alexandre de Humboldt lui-même, occasionna une notice dans la Gazette nationale ou le Moniteur universel le 3 juin 1845. Et de fait, ces dessins exquis, d’une finition exceptionnelle, jamais répétée chez Hittorff, sont conservés à la Kunstbibliothek de Berlin sous la côte Hdz 6627. Le coloris de ces dessins apparaît simultanément dans les projets de la page de titre d’une histoire de l’architecture polychrome, conservés au musée Wallraf Richartz à Cologne14. Dix ans après les débats houleux sur la polychromie, Hittorff prenait son temps pour mener à bien son Histoire de la polychromie d’autant plus que son carnet de commandes d’œuvres importantes était rempli. Il est étonnant d’ailleurs de voir comme il ne ménageait pas ses efforts et était sur tous les fronts en même temps. Le porche de l’église Saint-Vincent-de-Paul à Paris, avec les dalles en lave émaillée d’après des cartons commandés en 1844 à Pierre-Jules Jollivet (1803-1870) représentent la même évolution du coloris chez Hittorff, on pourrait parler d’une « polychromie de style mature » (Ill. 3). La dernière dalle de lave émaillée fut fixée en 1860, puis toute la décoration disparut dans les dépôts d’art de la Ville de Paris et ne fut replacée qu’en 2011.

Ill. 3 : Coloris des peintures sur lave émaillée commandés à Pierre-Jules Jollivet en 1844, pour le porche de l’église Saint-Vincent-de-Paul à Paris, architecte Jacques Ignace Hittorff.

Ill. 3 : Coloris des peintures sur lave émaillée commandés à Pierre-Jules Jollivet en 1844, pour le porche de l’église Saint-Vincent-de-Paul à Paris, architecte Jacques Ignace Hittorff.

Cl. auteur.

17En 1851 parut le grand ouvrage d’Hittorff de 845 pages de texte (sans compter l’avant-propos et les apparats scientifiques) sous le titre : Restitution du temple d’Empédocle à Sélinonte ; ou, L’architecture polychrôme chez les Grecs par J.J. [sic] Hittorff, architecte. Un volume in-quarto, accompagné d’un atlas de 24 planches, dont plusieurs chromolithographies en couleur, imprimé à Paris par Firmin Didot. Ambroise Firmin-Didot (1790-1876) était imprimeur – tout spécialement de l’Institut – éditeur, helléniste, collectionneur et membre de l’Académie des beaux-arts.

18Désiré Raoul-Rochette, faisant fonction de secrétaire perpétuel à l’Académie, demanda un rapport verbal sur l’important ouvrage de Hittorff, rapport lu le 12 juin 1852 par M. Guillaume-Abel Blouet (1795-1853), professeur d’architecture à l’École des beaux-arts. Il est conservé aux archives de l’Académie et est signé par les académiciens chargés du rapport, soit Pierre François Léonard Fontaine (1762-1853), Louis Hippolyte Lebas (1782-18677), Achille René François Leclère (1785-1853), Jacques Marie Huvé (1783-1852), Auguste Nicolas Caristie (1783-1862), Jean-Baptiste Cicéron Lesueur (1794-1883) et Martin Pierre Gauthier (1790-1855). Ils réussirent la mission diplomatique de contenter les deux adversaires de la « lutte sur la polychromie » en déclarant avec un courage certain :

  • 15 Procès-verbaux de l’Académie des beaux-arts, publiés sous la direction de Jean-Michel Leniaud par I (...)

« Citer les titres des chapitres qui composent cet ouvrage serait déjà plus que ne pourraient nous permettre les limites de ce rapport. Nous nous contenterons donc de dire quelques mots à l’Académie sur l’objet principal de cette restauration : l’application de la couleur sur les édifices dans l’Antiquité. […] Au point de vue des faits, l’auteur démontre par des preuves irrécusables que de tous temps la peinture a été appliquée à la coloration des édifices. Nous sommes d’accord avec lui sur ce point en ce qui concerne les monuments grecs ou égyptiens, mais, tout en reconnaissant l’exactitude des faits qu’il rapporte, nous ferons remarquer, quant à la généralité de celle pratiquée en Grèce, que, si beaucoup d’édifices étaient peints, il y en avait aussi beaucoup et d’importants, qui ne l’étaient pas. »15

19En France la réception fut caractérisée par ces anciennes réticences qui n’étaient pas si fortes à l’étranger ; en Angleterre il y eut trois journées d’études, le 12 et 26 janvier ainsi que le 9 février 1852, annoncées ainsi : « On polychromatic embellishments in Greek architecture. Being an explanation of the system, as illustrated in the recent work on the polychromy of the ancients, by M. Hittorff, Honorary and Corresponding Member. Given by T. L. Donaldson, Honorary Secretary for Foreign Correspondence, at the ordinary general meeting of the Royal Institute of British Architects. » Le compte-rendu des présentations à Londres ainsi que les discussions furent tout de suite imprimés dans les Proceedings du Royal Institute of British Architects, juste à temps pour en faire cadeau à Hittorff à l’occasion de son 60e anniversaire.

  • 16 Il avait été naturalisé français en 1842.

20Trois années plus tard suivait la décoration de la Royal Gold Medal décernée à Hittorff à l’institut des architectes britanniques. Hittorff fut le premier architecte français16 à avoir obtenu cette prestigieuse distinction anglaise, réception qui coïncida avec la visite d’état en Angleterre du couple impérial français, Napoléon Bonaparte et « son Auguste Compagne Eugénie », qui furent reçus le même jour par la reine Victoria et le prince Albert.

  • 17 Musée Wallraf Richartz Museum / Hittorff, Do [document] 89, 95, 100, 106 et 120.

21Hittorff avait été décoré avant tous les autres architectes, par les différents membres de la confédération allemande, à l’hiver 1851 : par les rois de Prusse, de Bavière, de Saxe et par le roi Othon de Grèce (de la maison de Wittelsbach)17.

Une recherche qui se poursuivit

  • 18 Le Musée d’Orsay conserve un dessin étonnant d’Hittorff, de grand format, représentant l’intérieur (...)
  • 19 Tels deux échantillons qui portent les numéros d’inventaire Glas 806 et 807.
  • 20 Les vitraux ont été réalisés par Nicolas Laurent Charles Maréchal.

22Lors des trois journées d’études, les 12, 26 janvier et 9 février 1852, qui se déroulèrent à Londres à l’Institut des architectes britanniques, un architecte berlinois du nom de « Herr Licht » (« Monsieur Lumière ») aborda la question de l’illumination (monochrome ou polychrome) à l’intérieur des temples grecs18. Plusieurs tirés-à-part sur ce sujet se trouvent dans la bibliothèque privée d’Hittorff, conservée à la Universitäts- und Stadtbibliothek de Cologne. Hittorff s’aida pour ses recherches de sa collection de verres rapportés d’Italie et actuellement conservés au musée Romain-Germanique de Cologne19. Avec Nicolas Laurent Charles Maréchal (1801-1887), peintre-verrier de Metz, candidat à une place de correspondant de l’Académie, Hittorff entreprit la restitution d’une telle illumination : à la chapelle de l’Orphelinat Eugène-Napoléon au faubourg Saint-Antoine (1856), lorsque le soleil joue à travers les vitraux20, la chapelle, animée de taches colorées, s’apparente à une œuvre impressionniste – avant la lettre – en architecture (Ill. 4).

Ill. 4 : Coloris d’un entablement dans le style tardif de Jacques Ignace Hittorff

Ill. 4 : Coloris d’un entablement dans le style tardif de Jacques Ignace Hittorff

Chapelle de la Fondation Eugène Napoléon, 254 rue du Faubourg Saint-Antoine, Paris 12e, 1853-1856.

Cl. auteur.

Haut de page

Notes

1 Originaire de Cologne, Hittorff était de nationalité française, la Province de Rhénanie appartenant officiellement depuis 1801 à la France du Premier Empire en tant que Département de la Roër. Le 5 avril 1815, à la suite du Congrès de Vienne, Cologne sera toutefois rattachée au Royaume de Prusse (en conséquence la ville conservera du reste le nom de « Cöln » jusqu’à la fin de la période prussienne). L’une des conséquences de la Restauration fut qu’Hittorff, arrivé à Paris en 1810, devenait « allemand », mais un ordre de cabinet autorisa les Français ainsi déchus de leur nationalité à rester en France et à bénéficier des droits des citoyens français.

2 Journal des Beaux-Arts no 9, 1867, p. 61-82 (correspondance particulière).

3 Éric Garberson, « Architectural history in the architecture academy. Wilhelm Stier (1799-1856) at the Bauakademie and Allgemeine Bauschule in Berlin » Journal of Art Historiography, no 21, p. 1-181, p. 64 (d’après TUB II.M.59.C, Biography A, 8-9). M. le professeur Garberson a également découvert au musée d’architecture de l’université technique à Berlin un rapport du voyage en Sicile de Stier.

4 Soit environ 500 dessins à la Bibliothèque de l’Institut de France, 2 500 à l’Universitäts- und Stadtbibliothek de Cologne, 2 000 à l’École des beaux-arts et plus de 6 000 au musée d’art antique de Cologne. Mais le total est encore loin d’être connu définitivement : des estimations récentes du musée Wallraf Richartz Museum dans le web font mention de 8 700 dessins d’Hittorff.

5 J.-I. Hittorff et L. Zanth, Architecture antique de la Sicile. Recueil des monuments de Ségeste et de Sélinonte, mesurés et dessinés par J.-I. Hittorff et L. Zanth, suivi de recherches sur l’origine et le développement de l’architecture religieuse chez les Grecs, Paris, Donnaud, 1870, Gr. in-fol., 1 vol. in-4° (xxx p. avant-propos, 684 p.).

6 Voir note 1.

7 Hittorff écrivit le 10 août 1822 une demande de congé au Ministre secrétaire d’État de la Maison du Roi Jacques Alexandre Bernard Law, Marquis de Lauriston (1768-1828). Ce texte se trouve au folio 1 de son recueil de Lettres d’Italie et de Sicile, 1822-1824, manuscrit dans la bibliothèque privée d’Hittorff, puis transmis aux Archives historiques dans un bâtiment qui s’est effondré à Cologne. Best. 1053, A 8, fol. 1ro-21vo ; cfr. inv. iv : 46.

8 Ce dernier fonds n’est pas encore bien étudié.

9 Il y a une série d’inventaires des dessins d’Hittorff publiée par l’Universitäts- und Stadtbibliothek à Cologne. Dans le 6e vol., p. 61-62.

10 Les candidatures à la succession de Charles Percier en 1838, de Jean Nicolas Huyot en 1840 et d’Antoine Vaudoyer en 1846.

11 Annales de l’Institut de correspondance archéologique / Annali dell’istituto di corrispondenza archeologica, 1830, p. 263-284. Il y a un tiré-à-part dans sa bibliothèque privée, intégrée à l’Universitäts- und Stadtbibliothek. En 1830, Hittorff put rendre compte de ses découvertes par deux lectures, le vendredi, jour fixe des réunions hebdomadaires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Sur le plan politique, c’est la dernière communication qu’il fit sous Charles X de Bourbon, dernier Roi de France et de Navarre. Le couronnement de Louis-Philippe, roi des Français, eut lieu le 9 août 1830. Pour être entendu, Hittorff avait sollicité, par écrit du 31 mars 1830, les deux académies. C’est ainsi qu’un mois plus tard, Hittorff « est admis à communiquer un mémoire sur l’architecture polychrome dont le bureau a pris connaissance » (Archives de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, E80, le 30 avril 1830). Parmi l’assemblée étaient présents, notamment Raoul-Rochette, Hase, Quatremère de Quincy, Letronne, Jomard.

12 Jacques Ignace Hittorff, « Lettre de M. Hittorff aux Auteurs du Journal des Savants », Journal des Savants, mai 1835, p. 296-306 (avec annotations imprimées de Raoul-Rochette, co-éditeur, contredisant Hittorff) ; Désiré-Raoul Rochette (pseud., forme internationale : Raoul-Rochette), [recension de Angell and Evans 1826, Hittorff et Zanth 1827-1829 et Pisani 1823], Journal des Savants, 1829, p. 387-401 ; Raoul-Rochette, [réponse à Hittorff] « J’aurais beaucoup d’observations à faire sur ce qu’on vient de lire », Journal des Savants, 1835, p. 306-314 ; Raoul-Rochette, « Réponse à une Note sur cette question : les Grecs ont-ils peint l’extérieur des monuments en marbre blanc ? », Journal des Savants, 1837, p. 17-35 et p. 588-601 ; Raoul-Rochette, [recension à Serradifalco 1834 suiv.] Journal des Savants, 1838, p. 257-275 et Domenico Lo Faso Pietrasanta, Duca di Serradifalco, « Lettre adressée à Messieurs les rédacteurs du Journal des Savants, par M. le duc de Serradifalco », Journal des Savants, 1836, p. 576-592 (également distribuée en forme de tiré-à-part).

13 Hittorff appelait le roi Frédéric-Guillaume IV : « mon royal confrère ».

14 Dans le carton des dessins de la Sicile sous la côte Wallraf Richartz Museum / Hittorff, Sic [Sicile] 316 (suivi des planches de ce volume jusqu’au numéro Sic 351).

15 Procès-verbaux de l’Académie des beaux-arts, publiés sous la direction de Jean-Michel Leniaud par Isabelle Chave, tome 9, 1850-1854, Paris, École des Chartes, 2015, p. 272-276.

16 Il avait été naturalisé français en 1842.

17 Musée Wallraf Richartz Museum / Hittorff, Do [document] 89, 95, 100, 106 et 120.

18 Le Musée d’Orsay conserve un dessin étonnant d’Hittorff, de grand format, représentant l’intérieur coloré d’un temple antique, daté de 1831, no inv. RF 2150 bis.

19 Tels deux échantillons qui portent les numéros d’inventaire Glas 806 et 807.

20 Les vitraux ont été réalisés par Nicolas Laurent Charles Maréchal.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Triglyphe de l’entablement dorique
Légende Jacques Ignace Hittorff, Architecture antique de la Sicile, Paris, 1827-1830
Crédits Photo Universitäts- und Stadtbibliothek de Cologne, Allemagne
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4778/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Ill. 2 : Triglyphe de l’entablement dorique
Légende Jacques Ignace Hittorff, Architecture antique de la Sicile, Paris, seconde édition, 1870
Crédits Photo Universitäts- und Stadtbibliothek de Cologne, Allemagne.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4778/img-2.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Ill. 3 : Coloris des peintures sur lave émaillée commandés à Pierre-Jules Jollivet en 1844, pour le porche de l’église Saint-Vincent-de-Paul à Paris, architecte Jacques Ignace Hittorff.
Crédits Cl. auteur.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Ill. 4 : Coloris d’un entablement dans le style tardif de Jacques Ignace Hittorff
Légende Chapelle de la Fondation Eugène Napoléon, 254 rue du Faubourg Saint-Antoine, Paris 12e, 1853-1856.
Crédits Cl. auteur.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4778/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Kiene, « Hittorff, évolution d’une polychromie savante »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 31 janvier 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lha/4778 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.4778

Haut de page

Auteur

Michael Kiene

Directeur d’études émérite de l’université de Cologne en Allemagne, Michael Keine s’occupe du centre de recherche d’Hittorff à l’Universitäts- und Stadtbibliothek. Il est éditeur de la série des sept volumes issus de l’inventaire des dessins d’Hittorff, conservés dans la bibliothèque privée d’Hittorff en dépôt à la même bibliothèque. Le prochain volume devrait inventorier les 500 dessins de l’architecte conservés à Bibliothèque de l’Institut de France, complémentaires des collections de l’Universitäts- und Stadtbibliothek. Adresse électronique : kiene@ub.uni-koeln.de

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search