Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44ÉtudesJean-Jacques Lequeu : autonomie e...

Études

Jean-Jacques Lequeu : autonomie et hétéronomie de la couleur dans la représentation architecturale

Jean-Jacques Lequeu: autonomy and heteronomy of colour in architectural representation
Elisa Boeri

Résumés

L’art du dessin d’architecture, que Lequeu revendique comme genre autonome et personnel, avait ouvert au début du XIXe siècle d’importantes et nouvelles perspectives de travail. Mais le fonds Jean-Jacques Lequeu, qui contient des manuscrits d’intention didactique à des fins de dissémination, manque complètement de documentation pouvant faire penser à une tentative de commercialisation de son travail. La réinterprétation proposée ces dernières années est que Lequeu travaillait de manière autonome et très introspective sur ses dessins, qui sont très soignés tant dans le dessin que dans la maîtrise de la couleur. Tout comme les planches aquarellées de l’Architecture Civile, ces œuvres semblent avoir attendu leur redécouverte pendant près de deux siècles, restant des productions inédites. Même dans la coloration de ses dessins, Lequeu se démarque de ses contemporains, choisissant des couleurs discrètes et sans chromatisme excentrique, en laissant la couleur grise - avec des variations de lumière et peu d'ombres - prédominer dans la scène.

Haut de page

Texte intégral

Jean-Jacques Lequeu et son temps

  • 1 Parmi les nombreuses publications sur Lequeu, anciennes et récentes, on peut citer : Emil Kaufmann, (...)

1Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), architecte, dessinateur et artiste, à qui Emil Kaufmann reconnaît pour la première fois une place d’honneur dans le débat architectural post-révolutionnaire, a fait l’objet de plusieurs études qui, au fil des ans, ont tenté d’esquisser, au moins en partie, les motifs et les particularités qui accompagnent son œuvre graphique, très souvent considérée comme étrangère à son temps1.

2Les dessins de son œuvre dessinée la plus connue, l’Architecture Civile, rédigés avec une infinie minutie pendant près de cinquante ans, ne soutiennent cependant pas la comparaison avec les productions graphiques des « architectes révolutionnaires ».

  • 2 Il reste, sur ce thème, quelques lettres de 1788 adressées au comte d’Angiviller avec des demandes, (...)
  • 3 Voir Elisa Boeri, « Parigi. Il palazzo conteso: L’Hôtel de Montholon di Soufflot Le Romain e Jean-J (...)

3Étudiant de l’École gratuite de dessin de Rouen, il arrive à Paris en 1779 et devient élève de Jacques-Germain Soufflot ; Lequeu n’est pas un habitué des salons parisiens et encore moins de l’aristocratie versaillaise. Malgré quelques tentatives sporadiques de s’insérer dans le cercle royal2 et une activité méconnue d’architecte de la grande bourgeoisie française, initiée aux côtés de François Soufflot Le Romain3, Lequeu semble rester sur la touche. Ainsi, avant même que les acteurs de la Révolution française n’envahissent les rues de la capitale, l’architecte-dessinateur se réfugie dans son studio, un petit appartement sur un terrain en longueur au numéro 33 de la rue Saint-Sauveur où il composera ses dessins jusqu’à sa mort, le 28 mars 1826.

  • 4 Jean-Jacques Lequeu, Nouvelle méthode appliquée aux principes élémentaires du dessin, tendant à per (...)
  • 5 Jean-Jacques Lequeu, Précis méthodique pour apprendre à graver le lavis à l'eau-forte, 1 vol., 12 p (...)

4L’art du dessin devient bientôt sa principale occupation : employé comme dessinateur au cadastre parisien, il rentre chaque jour à la maison pour travailler sur ses planches illustrées. Mais ce n’est pas tout, parmi les documents qu’il a légués, conservés au Département des estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France, se trouvent également le célèbre manuscrit Nouvelle Méthode4 et un petit pamphlet moins connu sur la technique de l’aquatinte, intitulé Précis méthodique pour apprendre à graver le lavis à l’eau-forte5, dans lequel l’auteur dispense des conseils pratiques sur le choix et la rédaction de la teinte, l’ombrage, le choix du papier et des temps d’exposition et de séchage. Les deux manuscrits, presque une anomalie dans la collection graphique de Lequeu, suggèrent une intention éducative à propos du dessin géométrique du corps humain (Ill. 2) et de la coloration à l’aquatinte (Ill. 1), avec quelques notions historiographiques sur le dessin en général et une attention particulière pour les effets de lumière et d’ombre sur les architectures et le paysage environnant.

Ill. 1 : Jean-Jacques Lequeu, Gravure d’une maison de plaisance

Ill. 1 : Jean-Jacques Lequeu, Gravure d’une maison de plaisance

Dans Précis méthodique pour apprendre à graver le lavis à l'eau-forte, 1789.

Bibliothèque nationale de France, 8-YC-834.

Ill. 2 : Jean-Jacques Lequeu, Géométrisation des lèvres et du menton

Ill. 2 : Jean-Jacques Lequeu, Géométrisation des lèvres et du menton

Dans Nouvelle méthode appliquée aux principes élémentaires du dessin (...), 1792.

Bibliothèque nationale de France, KC-17-4.

  • 6 On pense par exemple aux travaux sur l’aquatinte de Louis Pierre Baltard (1764-1846) ou sur les gra (...)
  • 7 La seule indication parvenue jusqu’à nous est un document cité dans l’inventaire post-mortem de Leq (...)

5L’art du dessin d’architecture, que Lequeu revendique comme genre autonome et personnel, avait ouvert au début du XIXe siècle d’importantes et nouvelles perspectives de travail. C’est pourquoi il est surprenant que le fonds Lequeu, qui contient les deux manuscrits d’intention didactique à des fins de dissémination, manque complètement de documentation qui puisse faire penser à une tentative de commercialisation de son travail6. Tout comme les planches aquarellées de l’Architecture Civile, ces deux œuvres semblent avoir attendu leur redécouverte pendant près de deux siècles, restant des productions inédites en une décennie, celle comprise entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, où l’édition et l’autoproduction éditoriale deviennent le moyen le plus courant de diffusion des œuvres architecturales7.

L’Architecture Civile : technique, méthode et couleur

6En abordant l’œuvre graphique de Lequeu conservée à la BnF, on se rend immédiatement compte à quel point la couleur utilisée dans ses dessins, tracés à l’encre de Chine sur du papier coton épais et absorbant et finis au lavis, présente une palette de couleurs douces et claires. En effet, il est intéressant de constater, dans le travail de démythification de Lequeu entamé il y a quelques années, que les couleurs qu’il utilise, du moins dans la gamme des couleurs, ne présentent pas de tons fantaisistes ou particulièrement vifs.

  • 8 Voir les dessins contenus dans Philippe Duboÿ, Lequeu: an architectural enigma, MIT Press, Cambridg (...)
  • 9 À cet égard, la BnF a entamé et conclu un processus de reproduction de l’intégralité du fonds Leque (...)

7Au gris lavis tendant vers le gris tourterelle, qui accompagne toutes ses planches, quelques incursions de couleurs douces dictent le rythme visuel, parmi lesquelles émergent le rose, l’ocre bruni, le jaune paille et divers tons pastel. Les contrastes élevés que nous trouvons dans les dessins de Lequeu publiés dans la seconde moitié du XXe siècle8 résultent de techniques trompeuses : les technologies de reproduction des dessins, les calibrations utilisées dans les différents lieux d’impression et de publication ont créé une surcharge chromatique qui a conduit à une perception presque « hallucinée » de ces dessins9.

  • 10 Voir Elisa Boeri, « Les souterrains de l’Architecture Civile : Poliphile, la Maison gothique », dan (...)

8Tout comme les deux manuscrits cités, l’Architecture Civile s’ouvre également par une série de planches méthodologiques, de la no 5 à la no 13, qui proposent de rapprocher le spectateur de l’art du dessin géométrique. Les sphères, les cônes, les cubes, les demi-colonnes et les cylindres sont représentés avec un soin infini et une attention au détail qui se rapproche de l’obsession dans leurs gradations d’ombre et de lumière, tandis que les lignes de traçage émergent minces et très légères sous le lavis (Ill. 3). Pourtant, c’est précisément dans ce caractère exceptionnel du dessin que nous pouvons tracer l’hypothèse de l’échec de cette initiative éditoriale. Ces attentions, qui se maintiennent constamment dans les premières planches numérotées, sont encore plus anachroniques si nous pensons au fait que la transposition de ces dessins didactiques au moyen de l’incision ou des gravures, bien que développée et répandue à l’époque, aurait certainement causé une perte considérable dans leur puissance clair-obscur, en plus de la disparition de nombreux détails. Un compromis probablement inacceptable pour Lequeu, qui doit abandonner son projet de publication de l’Architecture Civile, dont les attentes de transposition dans une « méthodologie du dessin » doivent se heurter aux difficultés et aux obstacles dictés par le niveau des techniques contemporaines de reproduction graphique. Au-delà de ces planches, précédées de deux frontispices extrêmement différents les uns des autres (un autoportrait de style érudit à l’intérieur d’un kiosque et une planche qui raconte les effets de la lumière sur les corps solides (Ill. 4)), l’architecture de Lequeu explose en effet dans un univers très personnel de symboles, de formes et de significations, presque toujours accompagnés de notes manuscrites et très denses, souvent d’interprétation difficile et liés à un monde littéraire imprégné de culture de la Renaissance : il suffit de penser aux références continues, à l’intérieur de son œuvre, à l’Hypnerotomachia Poliphili ou « Rêve de Polyphile »10.

Ill. 3 : Jean-Jacques Lequeu, Sphère armillaire, globe terrestre, plans inclinés et réfraction de la lumière solaire sur leurs surfaces

Ill. 3 : Jean-Jacques Lequeu, Sphère armillaire, globe terrestre, plans inclinés et réfraction de la lumière solaire sur leurs surfaces

Dans Architecture Civile, planche 12, encre de Chine, lavis et aquarelle.

Bibliothèque nationale de France, HA-80 (1).

Ill. 4 : Jean-Jacques Lequeu, Principes et règles de la réflexion de la lumière du soleil

Ill. 4 : Jean-Jacques Lequeu, Principes et règles de la réflexion de la lumière du soleil

Dans Architecture Civile, planche 2a.

Bibliothèque nationale de France, HA-80 (1).

  • 11 Sur ce sujet en particulier, on peut consulter : Philippe Boudon, Jacques Guillerme, René Tabouret (...)
  • 12 Claude Perrault, Préface de Les dix livres d’architecture de Vitruve, Paris, J.-B. Coignard, 1673.
  • 13 Daniel Rabreau, Les dessins d’architecture au XVIIIe siècle, Bibliothèque de l’image, Paris, 2001, (...)
  • 14 Ibid., p. 12.

9Le lien avec un monde littéraire éloigné de la construction réelle est évident si l’on examine les moyens de représentation utilisés par Lequeu pour son architecture. Tout d’abord, Lequeu ne fait pas usage de ces moyens expressifs, planimétrie et perspective, perfectionnés pour le dessin architectural à partir du XVIIe siècle11. Si Perrault, dans son introduction à Vitruve, avait exposé des motivations sur ses choix graphiques qui allaient bientôt être réglés par les architectes, Lequeu semble prendre consciemment ses distances. En particulier, le dessin prospectif, si en vogue au XVIIIe siècle, est presque absent de la production de Lequeu, si bien que l’affirmation de Perrault selon laquelle « quelques-unes de ces figures ombrées ont été faites en perspective, lorsque l’on n’a pas eu l’intention de faire connaître ces proportions au compas, mais seulement au jugement de la vue »12 ne trouve pas de correspondance dans ses dessins. Si traditionnellement « la vue perspective, qui n’ignore pas le paysage, sollicite cette autre perception qui tient de l’art et que Perrault nomme le “Jugement de la vue” »13, Lequeu ne semble montrer aucune attirance pour ce type de dialogue entre spectateur et dessin. Si « L’illusion d’espace, montrée par le dessinateur, capte l’entendement et invite indubitablement le spectateur à s’inclure, ou à se projeter, dans l’image »14, au contraire les architectures de Lequeu, représentées presque toujours en élévation ou rarement en section, semblent délibérément repousser le spectateur en se posant comme des scènes bidimensionnelles, arrière-plans d’histoires qui n’appartiennent pas au sentiment ou à l’émotion de ceux qui les rencontrent.

La main du bon dessinateur

  • 15 Jean-Jacques Lequeu, Recueil. Architecture de Jean-Jacques Lequeu, planche no 4, plume, lavis, aqua (...)

10Le dessin, pour Lequeu, vit en autonomie et correspond au plus personnel des arts. Pour confirmer son choix, la planche no 4, l’une des plus connues, nous montre « la main du bon dessinateur »15, entourée de tout l’équipement technique et géométrique (équerres, règles, formes de différents types) et des couleurs naturelles utiles à l’obtention des couleurs parfaites. La planche présente au premier plan une table à dessin, sur laquelle est posée une feuille de papier entourée de crayons, de compas et de plumes (Ill. 5). Le caractère extraordinaire et le rendement des matériaux, des veinures du bois aux nuances de l’alun de roche, utilisé comme fixateur dans la préparation du support papier, suggèrent l’intérêt de Lequeu pour la matière de toutes sortes, et pour son rendement pictural, en équilibre entre réalité et représentation. Méticuleusement disposés dans cette composition au lavis brun et à l’ocre ponctué de gris, qui ne s’ouvre que dans le coin supérieur droit à la couleur scintillante des teintes primaires et du carmin, les outils de dessin suggèrent un rituel silencieux, que dirige la main du « bon dessinateur » Lequeu. Très vite, cet intérêt pour le dessin s’oriente vers la matière représentée (papiers peints, bois, briques, métaux, mais aussi plantes et éléments naturels tels que l’eau et le feu), différenciant ainsi la production graphique de Lequeu de celle des autres « Révolutionnaires », plus enclins à confier leur art de bâtir à des surfaces lisses et indéfinies, noyées dans les nuances de gris et d’ombre (Boullée) ou confiées aux lignes épurées de la gravure (Ledoux).

Ill. 5 : Jean-Jacques Lequeu, La main du « bon dessinateur »

Ill. 5 : Jean-Jacques Lequeu, La main du « bon dessinateur »

Dans Architecture Civile, planche 4.

Bibliothèque nationale de France, HA-80 (1).

  • 16 Jean-Jacques Lequeu, Recueil. Architecture de Jean-Jacques Lequeu, planche no 29, plume, lavis, aqu (...)
  • 17 Jean-Jacques Lequeu, Recueil. Architecture de Jean-Jacques Lequeu, planche no 28, plume, lavis, aqu (...)
  • 18 Jean-Jacques Lequeu, Recueil. Architecture de Jean-Jacques Lequeu, planche no 63, plume, lavis, aqu (...)
  • 19 Jean-Jacques Lequeu, Recueil. Architecture de Jean-Jacques Lequeu, planche no 43, plume, lavis, aqu (...)

11Dans plus d’une planche, la matière semble servir de centre autour duquel se meuvent les intérêts de Lequeu, au point de le pousser, à plusieurs reprises, à décrire dans ses notes manuscrites les saveurs, les odeurs et les sensations des matériaux et des éléments représentés : dans la figure 85 (planche 29), il décrit les eaux de la source comme « des acides froids, des acides chauds ou thermiques, des sulfures salés, salés muriatiques, ou sulfureux simples, sulfureux gazeux, ou ferrugineux, ferrugineux et acides, sulfureux ferrugineux »16 ; tandis que dans la figure 82, il avertit le lecteur des dommages causés par l’inhalation de poussières de plomb : « sa saveur, sa vapeur produisent des douleurs et des convulsions, et sa poussière est dangereuse pour les travailleurs qui la liment »17. Dans l’une des planches de l’Architecture Civile qui atteint le plus haut degré de détail de l’élément végétal, intitulée « Temple de la Divination » (planche 63), les eaux enflammées du lac sulfureux cachent un « revêtement d’un stuc impénétrable, composé de chaux vive diluée dans le sang de bœuf, mélangée à des tuiles concassées et tamisées jusqu’à la consistance du mortier »18 (Ill. 6 et 7) ; tandis que l’intérieur de sa « Pagode Indienne » (planche 43) est un composé de « chaux mélangée au sucre et au lait ; qui une fois nettoyée est extrêmement brillante »19 (Ill. 8). La déflagration du détail et de la matière devient, à la fin de sa carrière, quelque chose d’impalpable au point de ne plus pouvoir être représenté, se perdant dans des listes, des citations et des descriptions à la limite de l’encyclopédique.

Ill. 6 : Jean-Jacques Lequeu, Le temple de la divination

Ill. 6 : Jean-Jacques Lequeu, Le temple de la divination

Dans Architecture Civile, planche 63.

Bibliothèque nationale de France, HA-80 (2).

Ill. 7 : Jean-Jacques Lequeu, Détail de la végétation et note manuscrite du temple de la divination

Ill. 7 : Jean-Jacques Lequeu, Détail de la végétation et note manuscrite du temple de la divination

Dans Architecture Civile, planche 63.

Bibliothèque nationale de France, HA-80 (2).

Ill. 8 : Jean-Jacques Lequeu, La pagode indienne de l'intelligence

Ill. 8 : Jean-Jacques Lequeu, La pagode indienne de l'intelligence

Dans Architecture Civile, planche 43.

Bibliothèque nationale de France, HA-80 (2).

12Dans l’Architecture Civile, Lequeu tente donc de revendiquer le dessin d’architecture comme un genre artistique personnel et indépendant des aspects pratiques de la construction. Son intelligence curieuse, avide de connaissances et fascinée par des domaines extrêmement hétérogènes, a fait en sorte que son œuvre, inconnue à l’époque, puisse être lue aujourd’hui comme le personnage principal incontesté d’un monde imaginaire où se rencontrent et cohabitent art, architecture, technique, littérature, poésie, philosophie et science des lumières, synthèse temporelle parfaite entre les dernières tentatives de rappel à l’ordre du néoclassicisme et l’ouverture Beaux-arts du XIXe siècle français.

Haut de page

Notes

1 Parmi les nombreuses publications sur Lequeu, anciennes et récentes, on peut citer : Emil Kaufmann, Three Revolutionary Architects, Boullée, Ledoux, and Lequeu, Philadelphia, Transactions of the American Philosophical Society. New Series, vol. 42, part 3, 1952 ; Philippe Duboÿ, Jean-Jacques Lequeu. Une énigme, Paris, Hazan, 1987 ; Laurent Baridon, Jean-Philippe Garric, Martial Guédron (éd.), Jean-Jacques Lequeu, bâtisseur de fantasmes, Paris, BnF-Éditions Norma, 2018 ; Elisa Boeri, Jean-Jacques Lequeu : un atlas des mémoires, Paris, Éditions des Cendres, 2018 ; Elisa Boeri, L’utopia dell’antico. Il viaggio in Italia di Jean-Jacques Lequeu, Milano, Franco Angeli, 2019.

2 Il reste, sur ce thème, quelques lettres de 1788 adressées au comte d’Angiviller avec des demandes, restées sans suite, d’emploi comme dessinateur ou architecte auprès de la cour française. Cfr. Archives nationales de France, O/1/1267, feuillets 67, 98 et 99.

3 Voir Elisa Boeri, « Parigi. Il palazzo conteso: L’Hôtel de Montholon di Soufflot Le Romain e Jean-Jacques Lequeu », Ananke, Milan, no 92, 2021, pp. 68-75.

4 Jean-Jacques Lequeu, Nouvelle méthode appliquée aux principes élémentaires du dessin, tendant à perfectionner graphiquement le tracé de la tête de l'homme au moyen de diverses figures géométriques, 1792, (manoscritto), 33 p., 21 dessins, plume, lavis et aquarelle, Bibliothèque nationale de France, KC-17-4.

5 Jean-Jacques Lequeu, Précis méthodique pour apprendre à graver le lavis à l'eau-forte, 1 vol., 12 p., 1789, BnF, RÉSERVE 8-YC-834.

6 On pense par exemple aux travaux sur l’aquatinte de Louis Pierre Baltard (1764-1846) ou sur les gravures de Charles Normand (1765-1840), largement commercialisés et utilisés dans l’édition d’art et d’architecture.

7 La seule indication parvenue jusqu’à nous est un document cité dans l’inventaire post-mortem de Lequeu, comportant plusieurs cachets au dos « annonçant la publication de ses œuvres » sans autre spécification. Pour un examen de l’inventaire, voir Werner Szambien, « L’inventaire après décès de Jean Jacques Lequeu », Revue de l’art, 1990-91, p. 104-107.

8 Voir les dessins contenus dans Philippe Duboÿ, Lequeu: an architectural enigma, MIT Press, Cambridge, 1987 ou la couverture de A. Vidler, L’Espace des lumières, Picard, Paris, 1995, où la section du Temple de la Terre est d'une couleur beaucoup plus éclatante que le dessin original. De plus, pour des raisons d’économie d’impression, les dessins de Lequeu ont très souvent été publiés en noir et blanc, avec des contrastes très élevés et irréalistes.

9 À cet égard, la BnF a entamé et conclu un processus de reproduction de l’intégralité du fonds Lequeu. Sur la plateforme Gallica, il est aujourd’hui possible de comparer les nouveaux et les anciens scans, d’où une nette différence entre les couleurs des planches.

10 Voir Elisa Boeri, « Les souterrains de l’Architecture Civile : Poliphile, la Maison gothique », dans Jean-Jacques Lequeu. Un atlas des mémoires, op. cit., pp. 127-147.

11 Sur ce sujet en particulier, on peut consulter : Philippe Boudon, Jacques Guillerme, René Tabouret (éd.), Figuration graphique en Architecture, Atelier de Recherche et d'Études d'Aménagement, Paris, 1976 et Marianne Michel Roland, Le dessin français au XVIIIe siècle, Fribourg-Paris, Office du livre, 1987.

12 Claude Perrault, Préface de Les dix livres d’architecture de Vitruve, Paris, J.-B. Coignard, 1673.

13 Daniel Rabreau, Les dessins d’architecture au XVIIIe siècle, Bibliothèque de l’image, Paris, 2001, pp. 9-13.

14 Ibid., p. 12.

15 Jean-Jacques Lequeu, Recueil. Architecture de Jean-Jacques Lequeu, planche no 4, plume, lavis, aquarelle ; 51,7 x 36,3 cm (f.), dans Architecture Civile, BnF, EST RÉSERVE HA-80 (1).

16 Jean-Jacques Lequeu, Recueil. Architecture de Jean-Jacques Lequeu, planche no 29, plume, lavis, aquarelle ; 51,7 x 36,3 cm (f.), dans Architecture Civile, BnF, EST RESERVE HA-80 (1).

17 Jean-Jacques Lequeu, Recueil. Architecture de Jean-Jacques Lequeu, planche no 28, plume, lavis, aquarelle ; 51,7 x 36,3 cm (f.), dans Architecture Civile, BnF, EST RESERVE HA-80 (1).

18 Jean-Jacques Lequeu, Recueil. Architecture de Jean-Jacques Lequeu, planche no 63, plume, lavis, aquarelle ; 51,7 x 36,3 cm (f.), dans Architecture Civile, BnF, EST RESERVE HA-80 (2).

19 Jean-Jacques Lequeu, Recueil. Architecture de Jean-Jacques Lequeu, planche no 43, plume, lavis, aquarelle ; 51,7 x 36,3 cm (f.), dans Architecture Civile, BnF, EST RESERVE HA-80 (2).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Jean-Jacques Lequeu, Gravure d’une maison de plaisance
Légende Dans Précis méthodique pour apprendre à graver le lavis à l'eau-forte, 1789.
Crédits Bibliothèque nationale de France, 8-YC-834.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Ill. 2 : Jean-Jacques Lequeu, Géométrisation des lèvres et du menton
Légende Dans Nouvelle méthode appliquée aux principes élémentaires du dessin (...), 1792.
Crédits Bibliothèque nationale de France, KC-17-4.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Ill. 3 : Jean-Jacques Lequeu, Sphère armillaire, globe terrestre, plans inclinés et réfraction de la lumière solaire sur leurs surfaces
Légende Dans Architecture Civile, planche 12, encre de Chine, lavis et aquarelle.
Crédits Bibliothèque nationale de France, HA-80 (1).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4809/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Ill. 4 : Jean-Jacques Lequeu, Principes et règles de la réflexion de la lumière du soleil
Légende Dans Architecture Civile, planche 2a.
Crédits Bibliothèque nationale de France, HA-80 (1).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4809/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Ill. 5 : Jean-Jacques Lequeu, La main du « bon dessinateur »
Légende Dans Architecture Civile, planche 4.
Crédits Bibliothèque nationale de France, HA-80 (1).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4809/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Ill. 6 : Jean-Jacques Lequeu, Le temple de la divination
Légende Dans Architecture Civile, planche 63.
Crédits Bibliothèque nationale de France, HA-80 (2).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4809/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Titre Ill. 7 : Jean-Jacques Lequeu, Détail de la végétation et note manuscrite du temple de la divination
Légende Dans Architecture Civile, planche 63.
Crédits Bibliothèque nationale de France, HA-80 (2).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4809/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Ill. 8 : Jean-Jacques Lequeu, La pagode indienne de l'intelligence
Légende Dans Architecture Civile, planche 43.
Crédits Bibliothèque nationale de France, HA-80 (2).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4809/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 781k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa Boeri, « Jean-Jacques Lequeu : autonomie et hétéronomie de la couleur dans la représentation architecturale »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 31 janvier 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lha/4809 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.4809

Haut de page

Auteur

Elisa Boeri

Historienne de l’architecture, Elisa Boeri (1987) est chercheuse en histoire de l’architecture (Icar 18) au Politecnico di Milano- Dipartimento ABC. Après avoir obtenu le diplôme d’architecte, elle obtient son doctorat en histoire de l’art et de l’architecture en co-tutelle entre l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université IUAV de Venise (2016, sous la direction des Professeurs Jean-Philippe Garric et Federico Bucci). Elle étudie les transferts culturels entre la France et l’Italie aux XVIIIe et XXe siècles. Spécialiste de Jean-Jacques Lequeu, elle a notamment publié Jean-Jacques Lequeu. Un atlas des mémoires (Éditions des Cendres, 2018) et L’utopia dell’antico : Il viaggio in Italia di Jean-Jacques Lequeu (Franco Angeli, 2019). Elle est collaboratrice de la Chaire Unesco de Mantoue dans le cadre de la mise en valeur du patrimoine historique. Adresse électronique : elisa.boeri@polimi.it

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search