Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44ÉtudesLe Cabanon de Le Corbusier au Cap...

Études

Le Cabanon de Le Corbusier au Cap-Martin : une petite cellule à l'échelle humaine

Le Corbusier’s Cabanon at Cap-Martin: a little cell in the realm of human existence
Barbara Klinkhammer

Résumés

Alors que l’Unité d’Habitation de Marseille est en construction, Le Corbusier se lance dans un projet personnel, une petite cabane conçue comme une retraite d’été, pour lui et sa femme Yvonne, surplombant la mer Méditerranée à Cap-Martin dans le sud de la France, près de Roquebrune. Ce lieu « magique », comme il l’appelle, est un résumé de ses idées et de ses théories qui prennent vie dans ce petit ermitage et reflètent sa personnalité comme aucun autre projet. Axé sur les nécessités de la vie, le Cabanon résulte de la standardisation et de la typification de l’habitation humaine tout en montrant qu’à l’époque de la machine, une vie en harmonie avec la nature est possible. Ici, condensé dans un petit espace, « le logis », préoccupation constante et permanente de Le Corbusier quant à l’habitation humaine, se révèle dans l’arrangement magistral des matériaux, de la forme, des détails, de la lumière et de la couleur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Corbusier, citation publiée au dos de l'ouvrage : Bruno Chiambretto, Le Corbusier à Cap-Martin, (...)

« J'adore ce coin. Et j'ai toujours voulu y construire une petite maison. L'idée m'est venue pendant un voyage de quinze jours en paquebot. Ma cabine mesurait trois mètres sur trois, avec le cabinet et la salle de bain, quinze mètres carrés en tout. Pas un centimètre carré de perdu. Une petite cellule à l'échelle humaine, où pourtant toutes les fonctions étaient prévues. Ma cabane du Cap-Martin est même un peu plus petite que le fut ma cabine de luxe. Ce qui scandalise surtout mes visiteurs, c'est la cuvette de WC au milieu de la pièce. C'est pourtant un des plus beaux objets que l'industrie ait fabriqué [...] »1

  • 2 FLC G3-07 197, Le Corbusier dans une lettre au professeur Renato Gambier, Venise, 16 juin 1965, cit (...)

1Compte tenu de l'achèvement simultané de l'Unité à Marseille et du petit Cabanon au Cap-Martin, on serait tenté de considérer cette coïncidence temporelle comme symptomatique de la préoccupation constante, tout au long de sa vie, de Le Corbusier pour le thème de l'habitat humain, le « logis » - qui se révèle dans ces deux projets à des échelles et avec des exigences différentes. D'un côté, il met en œuvre, avec l'Unité, les idées utopiques de Fourier et réalise une expérience à la fois spatiale et sociale à grande échelle, avec plusieurs centaines de logements, tout en planifiant un appartement d'une pièce, réduit au strict nécessaire. C'est ainsi que naît, entre les grands chantiers de Marseille et de l'Inde, le « petit Cabanon », un ermitage (pour deux) pour les vacances d'été, où Le Corbusier se retire pendant les étés de 1952 à 1965 pour s'y soumettre, dans un isolement presque monastique, « à un traitement de silence et de solitude ».2 (Ill. 1)

Ill. 1 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), vue de l’extérieur

Ill. 1 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), vue de l’extérieur

Cl. Barbara Klinkhammer (1998).

  • 3 R. Rebutato, « Après-midi tranquille au Cabanon, Témoinage », Le Corbusier, moments biographiques, (...)
  • 4 Kenneth Farmpton, Le Corbusier, Londres, Thames and Hudson, 2001, p. 124-127.

2Ce « lieu magique »3, comme il appelle ce lieu à l’écart de l'agitation parisienne, incarne un microcosme de ses idées et théories, étudiées et vécues ici à travers ce qui est probablement son plus petit projet. On pourrait penser qu'il s'agissait d'une sorte d'expérimentation sur soi-même, afin de tester dans sa propre chair les concepts développés jusqu'alors sur le « logis ». Malgré sa prétendue insignifiance, le Cabanon, en tant que miroir de la personnalité de Le Corbusier, offre un aperçu de ses pensées et de ses théories comme peu d'autres projets. Frampton voit même dans le Cabanon l'un de ses bâtiments les plus importants de l'après-guerre : « [...] étant donné qu’aucune autre œuvre de sa carrière d'après-guerre ne représente une condensation aussi simple de sa pensée ».4 Ainsi, le Cabanon incarne non seulement la recherche de solutions pour la standardisation et la typisation du « logis » en mettant l'accent sur le minimum vital, mais aussi la réalisation d'un mode de vie qui montre l'homme moderne de l'âge des machines en harmonie avec la nature. Cette compatibilité démontrée entre la forme d'habitat moderne et la vie en harmonie avec la nature peut être considérée comme l'un des messages essentiels du Cabanon, comme le résume Tzonis dans son livre The Poetics of Machine and Metaphor :

  • 5 Alexander Tzonis, Le Corbusier : The Poetics of Machine and Metaphor, New York, Universe Publishing (...)

« Il a montré que les idées modernes sur l'habitat collectif, la haute densité, l'industrialisation et la standardisation n'étaient pas incompatibles avec la vie en contact avec la nature et avec l'idée du sentier, du « rustique », de la cour ombragée, du caractère du site, et de la topographie de la région ».5

  • 6 Arthur Rüegg, Autobiographical Interiors : Le Corbusier at home, dans le catalogue d'exposition « L (...)
  • 7 Bruno Chiambretto, Le Corbusier à Cap-Martin, op. cit.

3Ce lieu isolé au Cap-Martin, non loin de la ville de Roquebrune, avec ses rochers pierreux plongeant dans la Méditerranée, était familier à Le Corbusier en raison de ses nombreuses visites depuis les années 1930. C'est ici qu'il a passé, entre 1938 et 1950, nombre de ses étés dans la « Villa Blanche », en tant qu'hôte de Jean Badovici, éditeur de L'Architecture vivante. Badovici vivait seul depuis 1932 dans la villa E 1027, qu'il avait construite en 1927 comme maison expérimentale, avec Eileen Gray, sur un terrain spectaculaire donnant sur la baie de Monaco. L'amitié avec « l'ami Bado » s'est refroidie vers 19496 et Le Corbusier s'est vu contraint de chercher un nouveau domicile pour sa villégiature estivale annuelle dans ce paysage grandiose. C'est à cette époque, alors qu'il travaillait, dans la maison de Badovici, avec Jean Luis Sert et une équipe de dessinateurs et de collaborateurs sur la planification urbaine de Bogota, qu'il fit la connaissance de Thomas (Roberto) Rebutato, le futur propriétaire d'un petit bar de jardin au Cap-Martin. Éloigné de tout service (le village le plus proche était difficilement accessible après une heure de marche), Le Corbusier devait trouver des solutions pour ravitailler son équipe. Rebutato venait de construire une petite auberge de jardin juste au-dessus de l'E 1027, et c'est ainsi que Le Corbusier et le nouveau propriétaire du restaurant se mirent d'accord pour nourrir l'équipe de travail pendant le séjour d'été. Cette rencontre initiale a débouché sur une longue amitié entre le plombier niçois et l'architecte le plus célèbre de l'époque. Sans vouloir approfondir ce sujet, et comme Bruno Chiambretto l'a expliqué en détail dans son livre Le Corbusier à Cap-Martin7, Le Corbusier et Rebutato ont développé en commun des plans pour l'extension de la « guinguette » L'Étoile de Mer, en tant que lieu de villégiature pour les estivants, et de manière pas tout à fait désintéressée, probablement aussi pour l'hébergement et l'approvisionnement des collaborateurs de l'atelier, afin de travailler avec Le Corbusier sur des projets architecturaux pendant les mois d'été. C'est par ce biais que le Cabanon voit le jour, d'abord en tant que logement provisoire pour Le Corbusier, c’est du moins le prétexte qu'il a utilisé pour convaincre Rebutato d'ajouter une petite cabane à sa maison, en attendant que le complexe de vacances avec six appartements et douze pièces pour les campeurs soit achevé.

  • 8 Le Corbusier - œuvre complète 1946-1952 - volume 5, publié par W. Boesiger, 5e éd., 1966, p. 54-62.

4En même temps que le projet Rob, du nom de son maître d'ouvrage « Roberto », le Corbusier planifiait un petit hôtel de campagne avec auberge et chambres pour une maîtresse d'ouvrage sur un versant de montagne derrière la ville de Rocquebrune. Les projets Rob et Roq, ce dernier nom renvoyant au lieu, se sont basés conceptuellement sur le brevet 2,26 x 2,26 x 2,26, un module spatial fait d’un fer cornière.8 Pour des raisons financières, les projets sont finalement abandonnés, mais une grande partie des réflexions conceptuelles et spatiales pour les « unités de vacances » se retrouvent dans le Cabanon et les cinq « unités de camping » construites en 1957 sur le terrain de Rebutato. Ces unités de camping à petite cellule d'habitation équipée de deux lits, d'une table, d'un lavabo et d'une petite armoire sur une surface totale de 3,66 m x 2,26 m sont des variations sur le thème du Cabanon, et on y retrouve, bien que de manière simplifiée, les éléments spatiaux de base pour une cellule d'habitation temporaire.

  • 9 Cabanon, Le Corbusier 1951-52, « Chambre de Villégiature », demande de permis de construire, FLC 24 (...)
  • 10 Yvonne Gallis, qui a épousé Le Corbusier en 1930, était une Monégasque originaire de la ville de Me (...)

5Peu après Noël 1951, l'idée d'une extension de l'Étoile de Mer mûrit et Le Corbusier conçoit la « chambre de villégiature »9 comme cadeau d'anniversaire pour sa femme gravement malade, Yvonne10 (Ill. 2) :

  • 11 Extrait de « Modulor II, la parole est aux usagers (1955) », Architecture d'Aujourd’hui, Paris, 198 (...)

« Le 30 décembre 1951, sur un coin de table, dans un petit « casse-croûte » de la Côte d'Azur, j'ai dessiné, pour en faire cadeau à ma femme pour son anniversaire, les plans d'un cabanon que je construis l'année suivante sur un bout de rocher battu par les flots. Ces plans (les miens) ont été faits en trois quarts d'heure ».11

Ill. 2 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), « Chambre de villégiature »

Ill. 2 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), « Chambre de villégiature »

FLC 24334, ©FLC/ADAGP.

  • 12 Kenneth Farmpton, Le Corbusier, op. cit., p. 124-127.
  • 13 Ivan Žaknić, The Final Testament of Père Corbu, op. cit., p 64.

6Même si les premières esquisses portent les grandes lignes du Cabanon et que Le Corbusier minimise, par coquetterie, la recherche d'idées à trois quarts d'heure, une équipe de cinq collaborateurs travaille pendant les six mois suivants à la planification détaillée de l'exécution de son projet peut-être le plus personnel. Comme souvent, la planification révèle la dualité entre les exigences personnelles et globales. Le soin apporté à la planification montre que, comme dans tant de ses projets, la standardisation et la typification du « logis », dans ce cas en tant qu'unité de vacances, étaient au premier plan. Ainsi, le Cabanon représente un microcosme de l'unité d'habitation qui vient d'être développée, où Le Corbuiser étudie et planifie thématiquement une unité d'habitation pour le minimum vital, en se basant sur l'idée de la cabane originelle. D'autre part, le Cabanon représente la réalisation d'un rêve de vie que Le Corbusier a réalisé grâce à des négociations habiles avec Rebutato. Ainsi, en échange de prestations d'architecte et en tant que financier pour les unités de camping construites en 1957, il devient finalement propriétaire de la parcelle de 250 m² avec cabanon12. Conçu comme une cellule (pour deux) avec le minimum vital, le Cabanon représente, tant du point de vue spatial que social, l'équivalent profane de la cellule monastique qui le préoccupait en tant que type d'espace et d'organisation depuis ses premiers voyages en 1907 et 1922, comme prototype d'une forme de vie à la fois spatiale et sociale. Ainsi, nous voyons dans l’association cabanon/paysage/mer le souvenir des installations monastiques de la Charteuse d'Ema à Galuzzo et du monastère du Mont Athos, une sorte de paradis terrestre sur lequel il médite à la fin de sa vie : « Des cellules de moines [...] des jardins secrets [...] une infinité de paysages [...] un tête-à-tête avec soi-même. Une sensation d'harmonie extraordinaire m'envahit. »13

7À l'instar de la minuscule chambre à coucher et de la salle de travail situées au-dessus de la maison de ses parents au bord du lac Léman, qu'il a construites en 1931 à l'arrière de la maison pour y poursuivre ses études en toute tranquillité, avec vue sur le lac et les Alpes suisses, le Cabanon est une cellule d'habitation à l'équipement réduit, qui n'est pas habitable sans les fonctions de la maison principale. Ainsi, la petite cabane en bois se blottit contre l'Étoile de Mer et est alimentée en eau et en électricité par celle-ci, tandis que Le Corbusier et sa femme Yvonne, puisqu’aucune cuisine n'était prévue dans le Cabanon, sont nourris pas les Rebutato. Une légère cloison en bois sépare la terrasse animée de l'Étoile de Mer de l'espace privé d'où tous deux pouvaient prendre leurs repas en toute tranquillité, sous un grand figuier, devant leur Cabanon. Ainsi culmine, peut-être pour des raisons circonstancielles, car il n'était pas possible de la réaliser autrement ici, une idée longuement mûrie chez Le Corbusier de séparation entre vie individuelle et vie commune, dans le microcosme du Cabanon et sa liaison avec l'Étoile de Mer, qui s'exprime parallèlement dans les arrangements spatiaux de l'Unité à Marseille et de toutes les Unités suivantes, et qui trouve plus tard son équivalent construit dans le couvent Sainte-Marie de la Tourette.

Visite du Cabanon

8L'accès au Cabanon se faisait par un petit chemin douanier le long du Cap-Martin, qui n'est, aujourd'hui encore, accessible qu'aux piétons. Le terrain avec le Cabanon et la « baraque de travail » est situé entre la mer et la ligne de chemin de fer Nice-Vintimille, avec une vue magnifique sur la baie de Monaco et la Méditerranée, au milieu de l'ensemble E 1027 (Eileen Gray, 1927), « guinguette » Étoile de Mer et cinq unités de camping (Le Corbusier 1957), aujourd'hui classés monuments historiques.

9De l'extérieur, la petite cabane en rondins se présente comme une simple annexe de la « guinguette » Étoile de Mer. Les deux bâtiments partagent le mur extérieur de l'Étoile de Mer, le Cabanon étant relié à la maison principale grâce à une porte camouflée et intégrée dans une fresque murale qui, curieusement, menait directement à la chambre des Rebutato (Ill. 3). La façade extérieure du Cabanon a été réalisée en rondins de bois à moitié coupés et rabotés sur une face (« prototype blockhouse ») et rappelle les cabanes en rondins canadiennes pour les vacances d'été. Les premiers dessins prévoyaient initialement une façade en aluminium, qui a ensuite, dans la demande de permis de construire, été remplacée par un bardage horizontal en bois (non réalisé). De la planification initiale d'une « villa de vacances » au « prototype blockhouse », il apparaît clairement que le Cabanon se rapproche de plus en plus de l'image de la cabane originelle comme protection contre les forces primaires de la nature. Cela s'explique par le choix de matériaux de plus en plus simples et « primitifs », ce qui se remarque également dans l'exécution des détails, souvent résolus de manière étonnamment simple et éprouvée par des siècles d'utilisation.

Ill. 3 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), peinture murale de l'entrée, L-C 31.7.1956

Ill. 3 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), peinture murale de l'entrée, L-C 31.7.1956

Cl. Barbara Klinkhammer (1998).

  • 14 Le Corbusier - œuvre complète 1946-1952 - volume 5, Zurich, éd. Girsberger, 1953, 10e édition, 1995 (...)

10Contrairement à la rugosité des dosses de pins de la façade extérieure, l'aménagement intérieur du Cabanon est d'une précision et d'une minutie surprenantes : les murs intérieurs sont constitués de panneaux de contreplaqué, avec des joints soulignés par des lamelles de bois, le sol est constitué de planches de bois peintes en jaune et le plafond de panneaux de fibres peints en couleur avec des champs peints en blanc, rouge, vert et bleu (Ill. 4). Un renfoncement dans le plafond permet d'augmenter le volume de la pièce et d'accéder à un espace de rangement supplémentaire. Il s'agit là d'une nécessité, permettant de respecter les lois de la construction14, mais aussi de la seule expression plastique de l'espace carré, par ailleurs simple. Le carré est complété par une petite entrée de 70 cm de large et un cabinet de toilette qui n'est séparé de la cellule d'habitation que par un rideau rouge. La pièce est équipée de deux lits (après la mort d'Yvonne en 1957, Le Corbusier enlève son propre lit et dort dans celui de sa femme), de quelques étagères le long du côté tourné vers la mer, d'une table de travail et d'une armoire. Une colonne sanitaire placée dans la pièce avec un petit lave-mains semi-circulaire et un élément de rangement pour les ustensiles de toilette sert de séparation et définit la zone de sommeil et de séjour (Ill. 5).

Ill. 4 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), vue de l’intérieur

Ill. 4 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), vue de l’intérieur

Cl. Barbara Klinkhammer (1998).

Ill. 5 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), colonne sanitaire avec lave-mains

Ill. 5 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), colonne sanitaire avec lave-mains

Cl. Barbara Klinkhammer (1998).

11Trois ouvertures de fenêtre, ainsi que deux volets d'aération, assurent la lumière et l'air : une ouverture horizontale placée à hauteur de tête au-dessus du lit de Le Corbusier, avec vue sur la verdure ; une fenêtre s'ouvrant vers l'extérieur dans la zone de lavage, avec vue transversale sur le paysage environnant et plus tard sur la « baraque de travail » ; et une fenêtre avec vue directe sur la Méditerranée depuis la table. Les deux fenêtres de 70 x 70 cm s'ouvrent vers l'extérieur et sont munies à l'intérieur de volets qui peuvent être pliés en deux. Sur chaque côté du volet, Le Corbusier a peint des fresques représentant des femmes, tandis que sur l'autre côté un miroir a été installé, qui, lorsque les deux volets sont ouverts, apporte habilement le reflet bleu-vert de la Méditerranée, profondément à l'intérieur du Cabanon (Ill. 6). Alternativement, le miroir pouvait être réglé de manière à ne montrer que le visage de l’architecte lors du rasage matinal. Rüegg y voit une sorte d'autoréflexion de Le Corbusier vieillissant :

  • 15 Arthur Rüegg, Autobiographical Interiors : Le Corbusier at home, op. cit., p. 143.

« L'exploration de son propre visage dans un miroir était un signe d'auto-réflexion omniprésente, tout comme les autoportraits déguisés dans ses tableaux (si vivement décrits par Kustrup) et dans la collection particulière du maître vieillissant ». 15

Ill. 6 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), volet avec figure féminine et miroir

Ill. 6 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), volet avec figure féminine et miroir

Cl. Barbara Klinkhammer (1998).

12Lorsque les volets étaient fermés, le cadre de la fenêtre servait de cadre à la fresque ou à l'autoréflexion de Le Corbusier, tandis que lorsque les volets étaient ouverts, le cadre de la fenêtre encadrait et mettait en scène le paysage.

13En plus des ouvertures de fenêtres, Le Corbusier a placé deux ailes d'aération verticales le long de la diagonale de la pièce dans les angles nord-ouest et sud-est afin d'assurer une meilleure circulation de l'air. Ce système inédit, qu'il expérimente ici pour la première fois, sera repris dans nombre de ses constructions et, en tant que système de ventilation naturelle intégré, il deviendra la marque de fabrique de ses constructions :

  • 16 Le Corbusier, Mon œuvre, Stutgart, Hatje, 1960, réimpression en fac-similé, Paris, Ostfildern-Ruit, (...)

« Cette cabane de 3,66 m sur 3,66 m’a été le lieu d'invention des ouvertures de ventilation, qui font désormais partie intégrante du « mur de verre modulé ». 1. contrôle du soleil, 2. air frais respirable, 3. ventilation automatique par gravité, de jour comme de nuit, 4. fermeture totale contre les moustiques et autres insectes ».16

  • 17 FLC M2-9, 1-15, 353, Travaux : Correspondance et Devis. Les travaux de menuiserie ont été réalisés (...)
  • 18 Ces cinq huiles ne sont conservées que sous forme de tirages dans la collection de Lucien Hervé, qu (...)

14Avec l'élaboration des fresques et des peintures à l'huile, Le Corbusier prend possession de son Cabanon début août 1952. Outre les éléments d'aménagement tels que les lits, la table de nuit, la table de travail, l'armoire et les étagères, que Le Corbusier a conçus et fait retravailler par son collaborateur André Wogensky17 , les fresques murales dans l'entrée et sur les volets, ainsi que la composition de cinq peintures à l'huile au-dessus de son lit18 témoignent de son engagement personnel et intime avec le lieu. La pièce simple et carrée a servi de galerie d'exposition personnelle, et les murs en contreplaqué ciré, de toile de fond pour ses tableaux. Chaque tableau a sa place précise dans la constellation de l'espace, et les tableaux tournent autour du centre de la pièce comme une bande horizontale. L'absence de toute couleur sur les murs en contreplaqué souligne les couleurs vives des tableaux, qui se répètent dans la conception abstraite du plafond coloré.

  • 19 Naîma Jornod, Jean-Pierre Jornod, Le Corbusier, op. cit., p. 868.
  • 20 FLC 266 (1 à 5), tableau 387, Suite Cap-Martin (I à V), reproduit dans le catalogue raisonné de l'œ (...)
  • 21 Naîma Jornod, Jean-Pierre Jornod, Le Corbusier (Charles-Édouard Jeanneret), op. cit., p. 866.

15Du point de vue du contenu, les cinq peintures à l'huile, aujourd'hui perdues, représentaient la « vision d'un couple »19, probablement Le Corbusier lui-même avec sa femme Yvonne, qui animaient l'espace comme un reflet constant de soi.20 La série de tableaux commence par la représentation d'une tête de femme au-dessus d'une tête d'homme, et se termine par la représentation d'un couple intimement enlacé. Les trois tableaux intermédiaires montrent une femme retournée en bouquetin, probablement Yvonne, suivie d'une représentation iconique d'une femme. À côté, on trouve la représentation d'un homme en musicien. On peut supposer qu'il s'agit là d'une autoreprésentation de Le Corbusier. Comme dans les peintures à l'huile, Le Corbusier thématise également dans les fresques sur les volets la relation avec sa femme, qui se présente ici comme un personnage affichant aussi bien des symboles féminins prononcés que des attributs de bouquetin (ou capricorne), sous la forme de cornes prononcées. Le Capricorne était le signe du zodiaque sous lequel sa femme Yvonne Gallis était née le 1er janvier 1892, et comme le démontrent Naîma Jornod et Jean-Pierre Jornod, ce motif apparaît avec des variations dans nombre de ses dessins et peintures.21

  • 22 Ivan Žaknić, The Final Testament of Père Corbu, op. cit., p. 60-76
  • 23 La fresque a probablement été réalisée peu après l'emménagement de Le Corbusier et d'Yvonne, début (...)

16Dans la fresque de l'entrée, qui représente peut-être Yvonne sur un fond noir et blanc en tant que maîtresse de maison, les couleurs du plafond annoncent l'intérieur du cabanon. En regardant de plus près le tableau, les couleurs prennent une double signification, symbolique. En l'occurrence, le vert de la robe, le paysage, le bleu de la tête et des oreilles, les nuages, et comme souvent, le bleu est associé au ciel. Le fond noir et blanc laisse supposer qu'il représente symboliquement la dualité entre le jour et la nuit, tandis que le champ vert derrière la tête de la femme devient la « troisième fenêtre » du cabanon (avec des allusions à un rideau tiré en arrière), à travers laquelle Yvonne regarde le paysage depuis son domicile. Une lune orange semble se lever à l'horizon, dont la couleur se répète dans la broche de cheveux. La couleur du sol se répète dans le jaune de ses cheveux, tandis que le blanc, le vert, le bleu et le noir se reflètent dans les couleurs du plafond. Les initiales de la féminité sont le point focal de la fresque : deux seins circulaires, représentés dans le contraste de couleurs complémentaires du rouge et du vert, que l'on rencontre si souvent chez Le Corbusier. Ce contraste se retrouve dans la décoration murale verte des toilettes, séparées par un rideau rouge, ainsi que dans la décoration du plafond juste au-dessus des lits. Comme nous pouvons le voir dans une première esquisse de Le Corbusier, le rouge est réservé à la zone située directement au-dessus de son lit et relie symboliquement cette zone à la représentation de sa femme. La représentation de la fresque met en évidence non seulement sa relation intime avec Yvonne, qui était gravement malade au moment de la réalisation de la fresque et devait être transportée dans une brouette sur le chemin impraticable menant de la gare au Cabanon22, mais aussi le pressentiment de la mort imminente de sa femme, dont il fixe l'image dans la fresque.23

Concept d'espace et de couleurs

17La stratégie principale de la conception de l'espace de 3,66 m x 3,66 m, avec une hauteur de 2,26 m, est une organisation de l'espace en spirale autour du centre, composée de quatre rectangles qui s'imbriquent les uns dans les autres en forme de moulin à vent. Ce ne sont pas les murs ou les éléments architecturaux qui forment l'organisation de l'espace, mais les éléments d'équipement placés dans la pièce, comme la table, les lits et les armoires, dont la disposition, les proportions et les dimensions précises organisent l'espace. Les esquisses témoignent d'une observation d'abord focalisée sur la fonction et les dimensions des éléments de la pièce, qui sont ensuite individualisés dans la planification par un travail plastique et des couleurs. Toutes les mesures sont soumises au modulor, qui dicte aussi bien les proportions et les dimensions des éléments eux-mêmes que leur relation entre eux. Dans son étude de la genèse du projet, Chiambretto constate que l'organisation spatiale « héliocoïdale » est le résultat de plusieurs étapes de conception au cours desquelles Le Corbusier adapte de plus en plus la disposition des éléments spatiaux à l'organisation spatiale interne. Dans la superposition de l'organisation interne de l'espace avec le plan définitif, la disposition des éléments de l'espace comme la table et la colonne sanitaire, qui est détachée du mur dans la version définitive et poussée dans l'espace, montre clairement l'élaboration et l'adaptation des éléments de l'espace à une organisation héliocoïdale de l'espace. Celle-ci est renforcée par un mouvement en spirale de la pièce carrée autour d'un centre imaginaire (Ill. 7).

Ill. 7 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), organisation spatiale en spirale

Ill. 7 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), organisation spatiale en spirale

Dessin Barbara Klinkhammer.

  • 24 FLC E22-954, daté du 22.6.1952.

18Une esquisse du 22 juin 1952 montre la confrontation de Le Corbusier avec la forme colorée de l'espace24 et prévoit dans un premier temps encore plusieurs panneaux de plafond noirs qui seront abandonnés au cours du projet (Ill. 8). Le projet de couleur du plafond se superpose à l'organisation en spirale des éléments de la pièce et rappelle les peintures abstraites de Piet Mondrian, ce qui n'est pas sans rappeler la confrontation de Le Corbusier avec le mouvement De Stijl au début des années 1920. Des champs de couleurs rectangulaires juxtaposés, dans les couleurs primaires rouge et vert, alternent avec des surfaces blanches. La surface du plafond, dans la surélévation de la pièce au-dessus de l'espace de travail et de la table à manger, est peinte en bleu et s'associe visuellement à la couleur de la Méditerranée, tandis que le plafond au-dessus du couloir d'entrée est d'un noir profond, afin de réduire visuellement la hauteur de la pièce. Seul un pan de mur est traité en couleur et apparaît derrière le rideau rouge qui sépare la zone des toilettes dans la couleur complémentaire verte et forme un contrepoint vertical au plafond coloré. Toutes les autres surfaces sont constituées de panneaux de contreplaqué ciré transparent en bois, tandis que le plancher en bois a été peint en jaune pur. En outre, Le Corbusier a décidé de colorer deux petites portes de la colonne sanitaire en jaune et en brun (Ill. 9).

Ill. 8 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), esquisse avec couleurs, datée du 22 juin 1952

Ill. 8 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), esquisse avec couleurs, datée du 22 juin 1952

Le Corbusier, FLC CA E22 47, ©FLC/ADAGP.

Ill. 9 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), axonométrie avec couleur

Ill. 9 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), axonométrie avec couleur

Dessin Barbara Klinkhammer.

  • 25 Barbara Klinkhammer, “After Purism : Le Corbusier and Color”, Preservation Education & Research, Vo (...)
  • 26 FLC M2-9, 16-18.
  • 27 FLC M2-9, 45, lettre de Le Corbusier à M. Hary, Peintures Berger, datée du 11 mai 1956.
  • 28 FLC M2-9, 46, lettre Peintures Berger et Le Corbusier, datée du 16 mai 1956.

19Comme je l'ai expliqué dans mon article After Purism : Le Corbusier and Color25, le Corbusier utilisait depuis les années 40, au lieu de peintures en poudre mélangées sur place, des peintures du fabricant de peinture Berger de la Courneuve, qui produisait les qualités de peinture Matroil et Matone selon un brevet britannique. Les factures et la correspondance relatives aux travaux de peinture du cabanon réalisés par la société Spartacus Beacci de Roquebrune-Cap-Martin en août et novembre 195226 mentionnent les peintures pour les murs et les plafonds de la qualité Matroil dans les tons noir, bleu, vert, rouge et blanc. Pour le sol, une couleur de peinture jaune non spécifiée est indiquée. Les peintures pour le plafond ont été appliquées directement sur des panneaux de fibres durs (plaques Isorel). Les factures de l'entreprise de peinture et la correspondance avec Berger au cours des années suivantes montrent que le cabanon a été repeint à plusieurs reprises avec les mêmes couleurs, à intervalles rapprochés. Une infestation de vers du bois incite Le Corbusier à contacter Berger en 1956 pour s'enquérir de mesures correctives appropriées.27 Berger recommande de traiter le bois avec un fongicide qui doit être appliqué à l'aide d'une brosse sous la nouvelle couche de peinture.28

Ill. 10 : « Teintes fondamentales pour Marseille »

Ill. 10 : « Teintes fondamentales pour Marseille »

Le Corbusier, FLC O5-10-245-001, ©FLC/ADAGP.

Ill. 11 : Esquisse de l'intérieur avec indication de couleurs : « mer et lumière = parfaits »

Ill. 11 : Esquisse de l'intérieur avec indication de couleurs : « mer et lumière = parfaits »

Le Corbusier (1960), FLC W1-4 594, ©FLC/ADAGP.

  • 29 FLC O5-10 245, Teintes fondamentales pour Marseille.
  • 30 Barbara Klinkhammer, “After Purism : Le Corbusier and Color”, op. cit.
  • 31 Ibid.
  • 32 FLC Carnet P61, W1-4 594.

20La conception des couleurs du Cabanon repose sur la synthèse de deux projets d'envergure réalisés en même temps que le Cabanon. Le choix des couleurs est basé sur les « teintes fondamentales pour Marseille »29 (Ill. 10), que l'on retrouve dans les loggias de l'Unité d'Habitation à Marseille. On les retrouve sur un nuancier conservé à la Fondation Le Corbusier, qui a probablement servi à développer les couleurs de base pour les loggias avec l'entreprise Peintures Berger.30 La conception du plafond lui-même présente des réminiscences avec la conception des plafonds de l'Usine Duval à Saint-Dié et utilise une disposition juxtaposée des couleurs que l'on ne retrouve dans l'œuvre de Le Corbusier que dans ses bâtiments d'après-guerre.31 Sur un croquis de l'intérieur, Le Corbusier consigne en 1960 les couleurs de la pièce avec la mention : « mer et lumière = parfaits »32 (Ill. 11). C'est ici, à Roquebrune, qu'est née, à la suite de sa « Recherche Patiente », la retraite parfaite pour sans doute l'un des architectes les plus occupés de son temps. La petite cellule à l'échelle humaine devient la synthèse construite de ses idées pour la standardisation et la typification de l'habitat humain, où la recherche de la forme idéale du « logis » comme expression de l'interaction entre l'espace, la couleur et la lumière, atteint son apogée personnelle.

Haut de page

Notes

1 Le Corbusier, citation publiée au dos de l'ouvrage : Bruno Chiambretto, Le Corbusier à Cap-Martin, Marseille, Parenthèses, 1987, sans indication de citation.

2 FLC G3-07 197, Le Corbusier dans une lettre au professeur Renato Gambier, Venise, 16 juin 1965, citation publiée dans Ivan Žaknić, The Final Testament of Père Corbu, New Haven, Londres, Yale University Press, 1997, p. 63.

3 R. Rebutato, « Après-midi tranquille au Cabanon, Témoinage », Le Corbusier, moments biographiques, FLC, Paris, 8-9 déc. 2006.

4 Kenneth Farmpton, Le Corbusier, Londres, Thames and Hudson, 2001, p. 124-127.

5 Alexander Tzonis, Le Corbusier : The Poetics of Machine and Metaphor, New York, Universe Publishing, 2001, p. 170-172.

6 Arthur Rüegg, Autobiographical Interiors : Le Corbusier at home, dans le catalogue d'exposition « Le Corbusier - The Art of Architecture » [Nederlands Architectuurinstituut, Rotterdam : 26 mai - 2 septembre 2007, Royal Institute of British Architects : 19 février - 24 mai 2009], Weil am Rhein, Vitra Design Museum, Alexander von Vegesack éd., 2007, p. 118-145. Rüegg suppose que le refroidissement de l'amitié entre Jean Badovici et Le Corbusier est lié aux peintures non autorisées de Le Corbusier dans la villa E 1027.

7 Bruno Chiambretto, Le Corbusier à Cap-Martin, op. cit.

8 Le Corbusier - œuvre complète 1946-1952 - volume 5, publié par W. Boesiger, 5e éd., 1966, p. 54-62.

9 Cabanon, Le Corbusier 1951-52, « Chambre de Villégiature », demande de permis de construire, FLC 24334.

10 Yvonne Gallis, qui a épousé Le Corbusier en 1930, était une Monégasque originaire de la ville de Menton. Les voyages d'été annuels qu'ils faisaient ensemble au Cap-Martin les ramenaient à un endroit situé non loin de la ville où elle avait passé son enfance.

11 Extrait de « Modulor II, la parole est aux usagers (1955) », Architecture d'Aujourd’hui, Paris, 1983, p. 252.

12 Kenneth Farmpton, Le Corbusier, op. cit., p. 124-127.

13 Ivan Žaknić, The Final Testament of Père Corbu, op. cit., p 64.

14 Le Corbusier - œuvre complète 1946-1952 - volume 5, Zurich, éd. Girsberger, 1953, 10e édition, 1995, p. 54-63, « Application révélatrice. Il s'agit ici d'une chambre de 366 x 366 cm et de 226 cm de haut (à l'exception d'un défoncement localisé pour satisfaire au règlement) ».

15 Arthur Rüegg, Autobiographical Interiors : Le Corbusier at home, op. cit., p. 143.

16 Le Corbusier, Mon œuvre, Stutgart, Hatje, 1960, réimpression en fac-similé, Paris, Ostfildern-Ruit, FLC et Htaje, 2011, p. 156-157.

17 FLC M2-9, 1-15, 353, Travaux : Correspondance et Devis. Les travaux de menuiserie ont été réalisés par l'entreprise Menuiseries Modernes Charles Barberis.

18 Ces cinq huiles ne sont conservées que sous forme de tirages dans la collection de Lucien Hervé, qui a rendu visite à Le Corbusier au Cap-Martin le 31 août 1952 et a photographié le Cabanon à cette occasion. Le lieu de séjour et les dimensions des cinq huiles sont inconnus. Voir à ce sujet : Naîma Jornod, Jean-Pierre Jornod, Le Corbusier (Charles-Édouard Jeanneret), catalogue raisonné de l'œuvre peint, Tome II, Milan, Skira, 2005, p. 868.

19 Naîma Jornod, Jean-Pierre Jornod, Le Corbusier, op. cit., p. 868.

20 FLC 266 (1 à 5), tableau 387, Suite Cap-Martin (I à V), reproduit dans le catalogue raisonné de l'œuvre peint, Tome II, p. 868-871 : Cap-Martin 2 (387- I), La Licorne (387-II), Par-dessus tout (387-III), Le Musicien (387-IV), Fusion (387-V).

21 Naîma Jornod, Jean-Pierre Jornod, Le Corbusier (Charles-Édouard Jeanneret), op. cit., p. 866.

22 Ivan Žaknić, The Final Testament of Père Corbu, op. cit., p. 60-76

23 La fresque a probablement été réalisée peu après l'emménagement de Le Corbusier et d'Yvonne, début août 1952, ce que confirment les photos prises par Lucien Hervé fin août 1952. Celles-ci ont été publiées dans le numéro de juillet 1953 de la revue Domus. Des détails de la fresque ont été retravaillés par Le Corbusier en juillet 1956, comme le confirme sa signature (L-C 31.7.1956). En comparant les prises de vue de 1952 avec la fresque encore existante, on constate qu'il s'agissait surtout de modifications du visage et du corps du personnage. Le Corbusier « humanise » le personnage représenté à l'origine de manière abstraite et lui donne le visage de sa femme.

24 FLC E22-954, daté du 22.6.1952.

25 Barbara Klinkhammer, “After Purism : Le Corbusier and Color”, Preservation Education & Research, Vol. 4, 2011.

26 FLC M2-9, 16-18.

27 FLC M2-9, 45, lettre de Le Corbusier à M. Hary, Peintures Berger, datée du 11 mai 1956.

28 FLC M2-9, 46, lettre Peintures Berger et Le Corbusier, datée du 16 mai 1956.

29 FLC O5-10 245, Teintes fondamentales pour Marseille.

30 Barbara Klinkhammer, “After Purism : Le Corbusier and Color”, op. cit.

31 Ibid.

32 FLC Carnet P61, W1-4 594.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), vue de l’extérieur
Crédits Cl. Barbara Klinkhammer (1998).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Ill. 2 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), « Chambre de villégiature »
Crédits FLC 24334, ©FLC/ADAGP.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4916/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Ill. 3 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), peinture murale de l'entrée, L-C 31.7.1956
Crédits Cl. Barbara Klinkhammer (1998).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4916/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Ill. 4 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), vue de l’intérieur
Crédits Cl. Barbara Klinkhammer (1998).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4916/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Ill. 5 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), colonne sanitaire avec lave-mains
Crédits Cl. Barbara Klinkhammer (1998).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4916/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Ill. 6 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), volet avec figure féminine et miroir
Crédits Cl. Barbara Klinkhammer (1998).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4916/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Ill. 7 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), organisation spatiale en spirale
Crédits Dessin Barbara Klinkhammer.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4916/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Ill. 8 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), esquisse avec couleurs, datée du 22 juin 1952
Crédits Le Corbusier, FLC CA E22 47, ©FLC/ADAGP.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4916/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Titre Ill. 9 : Cabanon, Le Corbusier (1951-52), axonométrie avec couleur
Crédits Dessin Barbara Klinkhammer.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4916/img-9.png
Fichier image/png, 68k
Titre Ill. 10 : « Teintes fondamentales pour Marseille »
Crédits Le Corbusier, FLC O5-10-245-001, ©FLC/ADAGP.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4916/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Ill. 11 : Esquisse de l'intérieur avec indication de couleurs : « mer et lumière = parfaits »
Crédits Le Corbusier (1960), FLC W1-4 594, ©FLC/ADAGP.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/4916/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barbara Klinkhammer, « Le Cabanon de Le Corbusier au Cap-Martin : une petite cellule à l'échelle humaine »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 31 janvier 2023, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lha/4916 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.4916

Haut de page

Auteur

Barbara Klinkhammer

Chercheuse, éducatrice en design et architecte, Barbara Klinkhammer est professeure à l’Université Thomas Jefferson, où elle est doyenne du College of Architecture and the Built Environment. Auparavant, elle a occupé des postes de direction professorale et administrative à l’Université du Tennessee et à l’Université Bauhaus de Weimar. Elle a cofondé le Jefferson Institute for Smart and Healthy Cities et a encadré le discours de l’architecture contemporaine par le biais de recherches, publications, de pratiques et participation à des concours internationaux de design. Ses recherches portent sur l’architecte du 20e siècle Le Corbusier et sur la couleur dans l’environnement bâti, comme en témoignent de nombreuses publications et présentations. Actuellement, elle travaille sur son prochain livre After Purism: Le Corbusier and Color. Elle a occupé des postes de direction et de conseil d’administration d’organisations professionnelles et universitaires, notamment l’ACSA, l’ARCC, l’ACE et la SESAH, et a été corédactrice en chef d’ARRIS, la revue du chapitre sud-est de la Society of Architectural Historians. Adresse électronique : Barbara.Klinkhammer@jefferson.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search