Navigation – Plan du site

La photographie, source pour l’étude du renouveau des charpentiers au XXe siècle

Photography as a source of inspiration for the study of the renewal of carpenters during the 20th century
Fotografie als Inspirationsquelle für die Studie des Wiederauflebens der Zimmermannshandwerks im 20. Jahrhunderts
Charles-Édouard Guilbert-Rœd
p. 65-80

Résumés

L’étude de l’iconographie de la charpente révèle que cette dernière a constitué une source de dépassement pour les compagnons charpentiers. Habitués à la photographie, ils vont utiliser cet outil comme un moyen de communication et de développement. À travers les illustrations, naît une corrélation entre les formes architecturales et les techniques de charpente, en particulier le lamellé-collé. Grâce aux capacités techniques et esthétiques qui lui sont propres, cette technique signe le renouveau de la construction en bois, de la charpente et de sa visibilité au cours du XXe siècle. La photographie du lamellé-collé constitue une source principale pour l’étude de la technique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, t. 2, Paris, Seuil, 1981, 653 p.

1L’usage du bois tient une place essentielle dans l’édification d’un bâtiment1. Ce matériau traditionnel renvoie à l’artisanat et à l’architecture domestique. Il est par ailleurs devenu, grâce à l’évolution de l’art de la charpente, un matériau industriel. En France, la technique de la lamellisation du bois, pensée par le colonel Armand Emy Rose, s’inspire ainsi de la charpente dite « à la Philibert de l’Orme ». Si ce matériau est encore utilisé aujourd’hui, c’est notamment pour ses caractéristiques de durabilité et de résistance, mais surtout parce qu’il fait preuve d’intelligence constructive.

  • 2 Technique et Architecture, n° 321, octobre 1978.

2En octobre 1978, Jean-Michel Hoyet préface un numéro spécial de la revue Technique et Architecture consacré au thème de l’« Architecture bois ». Il y affirme que : « L’apparition du lamellé-collé enrichira les possibilités d’emploi du bois dans la construction et sera […] un apport déterminant pour l’étude des structures continues, capables de couvrir de grands espaces2. » Les capacités techniques, formelles et esthétiques de ce matériau confèrent, en effet, aux constructions un profil architectural nouveau. Les formes paraboloïdes-hyperboliques, les prismes et les coques sont le vocabulaire de ce renouvellement formel de l’architecture (ill. 1).

Ill. 1 : Sainte-Jeanne-d’Arc de Rouen

Ill. 1 : Sainte-Jeanne-d’Arc de Rouen

© Cl. CEGR

  • 3 Élisabeth Flory, Guide des architectures religieuses contemporaines à Paris et en Île-de-France, Pa (...)

3À travers les illustrations est née l’hypothèse de l’existence d’une corrélation entre les formes architecturales et la technique du lamellé-collé. Grâce aux capacités techniques et esthétiques qui lui sont propres, cette technique initie le renouveau de la construction en bois, de la charpente ainsi que de la visibilité de cette dernière au cours du XXe siècle. Le corpus d’œuvre pour l’étude du lamellé-collé se compose d’illustrations de bâtiments construits avec cette technique de charpente aux formes architecturales spécifiques. En parcourant le Guide des architectures religieuses contemporaines à Paris et en Île-de-France est née l’hypothèse d’une corrélation entre certaines formes architecturales et la technique du lamellé-collé dans les édifices religieux en particulier3. Ainsi la visibilité extérieure des églises en lamellé-collé est-t-elle un paradoxe dans le contexte des années soixante, période habituellement liée à l’idée de l’enfouissement en architecture. La prospection autour de cette hypothèse a permis d’approfondir les origines et les influences de ces formes propres au lamellé-collé.

  • 4 Pierre Diaz Pedregal (1948-2012), docteur en physique, assurait les cours liés au climat dans le ca (...)
  • 5 Architecture d’Aujourd’hui, n°197, 1978.

4Cette nouveauté plastique n’est pas ignorée des théoriciens. Ainsi, en 1978, Pierre Diaz Pedregal soutenait4 : « Si la métamorphose du bois en lamellé-collé ouvre des voies nouvelles à l’architecture, elle n’est pas moins productive d’interrogations inédites pour la critique architecturale5. » Les éléments formels constatés et l’étude des réalisations architecturales contemporaines conduisent, en effet, à diverses réflexions sur l’architecture.

L’iconographie de la charpente, source de l’imaginaire et du dépassement de la technique

5La recherche sur le renouvellement formel de la charpente en lamellé-collé s’appuie principalement sur des illustrations. Mais, c’est au travers de l’iconographie plus ancienne que naît un imaginaire autour de la charpente et des bâtiments importants qu’elle couvre. Charpenter en bois de grands espaces est un défi lancé aux architectes et aux charpentiers, comme le révèle à la fin du XVIIIe siècle le projet d’Étienne-Louis Boullée pour la Bibliothèque royale, en 1785, et dont la solution du voûtement n’est pas vraiment résolue. Trente ans plus tard, en 1807, sera construite une œuvre qui propose une même géométrie : le manège Sénarmont au quartier de cavalerie du Carrousel de Fontainebleau, construit sous le règne de Napoléon Ier, est en tout point semblable au projet de Boullée, avec une grande nef voûtée et une lumière zénithale. Le manège, en particulier, présente une voûte d’une longueur de soixante-six mètres et d’une largeur de vingt mètres, couverte par une charpente à la Philibert Delorme, un procédé technique inventé par cet architecte en 1551. La charpente de ce manège est aujourd’hui classée monument historique. Comme le rappelle Viollet-le-Duc dans son Dictionnaire à l’entrée « charpente » :

  • 6 Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, t.  (...)

« Lorsque les architectes ne purent voûter les grands vaisseaux en pierre, en mœllon ou en brique, ils cherchèrent néanmoins à donner à leurs charpentes l’apparence d’une voûte en berceau ; et c’est dans ces charpentes, dont une partie était vue du dedans, que les constructeurs ont déployé toutes les ressources de leur art6. »

  • 7 Armand-Rose Emy, Traité de l’Art de la Charpenterie, 2 vol., Paris, 1837-41.

6La volonté de créer des voûtes pour couvrir de « grand’salles » fait ainsi s’exprimer le génie des charpentiers. Avant la technique du lamellé-collé telle qu’elle existe pendant les Trente glorieuses, on note à la fin du XIXe siècle la construction du manège de la cavalerie militaire par le colonel Armand Emy Rose7. Ce dernier propose une évolution de la technique de Philibert Delorme avec l’utilisation « des bois légers, longs et minces, dont la flexibilité permet une courbure facile et prompte, sans le secours du feu ». C’est ainsi qu’est créée une charpente lamellée qui permettra, par la suite, de réaliser, en 1821, le manège de Libourne et, en 1826, celui de Marac.

7L’iconographie qui découle de ces charpentes témoigne de la fascination que peut exercer la construction de larges voûtes ou de coupoles. Le Capitole de Washington fait partie de ces lieux importants, largement représentés, comme en témoigne la photographie en 1846 de John Plumbe. La volonté de construire un bâtiment symbolique pour les États-Unis s’est concrétisée dans la création d’une silhouette d’un bâtiment issue de la charpente. Cette photographie renvoie directement à un autre bâtiment : la Halle au blé de Paris. En effet, entre septembre 1782 et janvier 1783, les architectes Jacques-Guillaume Legrand et Jacques Molinos la couvrent d’une coupole en charpente de bois. Celle-ci est exécutée par le menuisier André-Jacob Roubo selon la technique de Philibert Delorme. Cette réalisation fut notamment admirée par Thomas Jefferson, alors ambassadeur des États-Unis à Paris. Arthur Young (1741-1820) dans Voyages en France le raconte ainsi :

  • 8 Arthur Young (1741-1820), dans Voyages en France, [1792 pour l’édition anglaise originale], Paris, (...)

« La plus belle chose que j’ai vue dans Paris c’est la halle aux blés […] [la coupole] est aussi légère que si elle avait été suspendue par la main des fées. Dans l’arène, que de pois, de fèves, de lentilles on y vend. Dans les divisions d’alentour il y a de la farine sur les bancs. On passe par des escaliers doubles tournant l’un sur l’autre dans des appartements spacieux pour mettre du seigle, de l’orge, de l’avoine, le tout si bien projeté et si bien exécuté que je ne connais aucun bâtiment public en France ou en Angleterre qui le surpasse8. »

8La coupole fut détruite par un incendie en 1802. Sa reconstruction, entre 1806 et 1811, fut confiée à l’architecte François-Joseph Bélanger et à l’ingénieur François Brunet, avec l’usage du fer et du cuivre qui en faisait alors un ouvrage « d’avant-garde ». Victor Hugo le comparait à une casquette de jockey ; cela montre comment la silhouette ne laissait pas indifférent. La couverture d’un volume bâtit permet de réaliser une géométrie du bâtiment.

9La technique de Philibert Delorme s’est donc développée aux États-Unis, au début du XIXe siècle. Le dessin de la charpente et de la couverture du dôme de l’église baptiste de Sansom Street, à Philadelphie, constitue un exemple emblématique. On y voit entre autres les nervures en lamellé constituées de planches courtes aisément façonnables. Thomas Jefferson, un ardent défenseur de ce procédé, poussa Benjamin-Henry Latrobe (1764-1820) à la mettre en œuvre pour le dôme de la Chambre des Représentants à Washington. L’architecte fit réaliser par Charles Bulfinch (1763-1844) le dôme en bois avec la technique de Philibert Delorme. Par la suite, la coupole du Capitole fut remplacée par un dôme de fonte dotée de la géométrie que nous connaissons.

10Ainsi, nous pouvons remarquer que l’iconographie de ces voûtes et de ces coupoles sont une source du renouvellement formel de l’architecture. La propagation et la mise en relation des illustrations participent à la création d’un imaginaire de l’architecture et tout particulièrement de la charpente.

Le compagnonnage, une origine de la pratique photographique chez les charpentiers ?

11La photographie chez les charpentiers comme chez nombre d’artisans n’est pas une pratique courante. Cependant, dans le cadre du Compagnonnage, l’illustration fait partie intégrante du mode de transmission. Peuvent être évoquées, dans ce cadre, les différentes gravures en couleur du journal Le Petit Parisien présentant les défilés des Compagnons charpentiers quittant l’Exposition universelle de Paris, ou encore celles présentant le chef-d’œuvre conçu par Viannay dit « Dauphiné l’Espérance », preuves que l’iconographique est bien une source pour le métier des charpentiers (ill. 2).

Ill. 2 : Chef-d’œuvre des Compagnons passants charpentiers de Tours, 1853

Ill. 2 : Chef-d’œuvre des Compagnons passants charpentiers de Tours, 1853

Musée du Compagnonnage, Tours.

© Musée du Compagnonnage, Tours

12En France, il existe trois mouvements compagnonniques (ill. 3). Le premier est l’Union compagnonnique des Compagnons du tour de France des devoirs unis, créée par Lucien Blanc en 1889 et regroupant des professionnels. Le deuxième est l’Association ouvrière des Compagnons du Devoir, plus connue sous le nom « Les Compagnons du Devoir », lancée par Jean Bernard en 1941, et regroupant des métiers. Enfin, en 1953, la Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment, troisième mouvement compagnonnique, voit le jour grâce au rassemblement des cinq sociétés compagnonniques n’ayant pas adhéré aux projets précédents de Lucien Blanc et de Jean Bernard. La constitution de ces trois structures permet le développement de la pratique photographique. Elles familiarisent les compagnons à cet usage qui vient enrichir considérablement le patrimoine de ces derniers. S’ajoutent à cette iconographie photographique : la pratique des dessins ou des épures exécutés par les compagnons au moment du tour de France, source de l’apprentissage du « trait », ainsi que les livres, les journaux et les souvenirs acquis par le compagnon durant son tour de France – et pour la plupart conservés, signés, datés et accompagnés de la mention du surnom du compagnon.

13Ill. 3 : École des Compagnons passants charpentiers du Devoir de Lyon, au début du XXe siècle.

© Collection privée, droits réservés.

14À partir de 1860, les compagnons prennent l’habitude d’utiliser la photographie (ill. 4). Dans les archives photographiques, les principales épreuves sont des prises de vue du jour de la réception du compagnon, alors vêtu des couleurs compagnonniques et tenant une canne. Ce type de mise en scène met en avant la temporalité extraordinaire de cet événement, déterminant dans la vie du compagnon, en l’immortalisant. En outre, il est intéressant de noter qu’elles sont largement reproduites. Les vues de groupes prises lors des fêtes patronales compagnonniques offrent une autre occasion d’immortaliser par la photo. De nombreuses photographies montrent la Fête de la Saint-Joseph lors de laquelle tous les compagnons posaient avec leurs attributs en présence de la « mère » et de son mari (ill. 5).

Ill. 4 : L’école de trait Houdebert, à Cloyes (Eure-et-Loir), vers 1930

Ill. 4 : L’école de trait Houdebert, à Cloyes (Eure-et-Loir), vers 1930

Musée du Compagnonnage, Tours.

© Musée du Compagnonnage, Tours

Ill. 5 : Fête de la Saint-Joseph 1962, Paris

Ill. 5 : Fête de la Saint-Joseph 1962, Paris

Archives privées, Claude Weisrock.

© Archives privées, Claude Weisrock

15Ensuite, cet usage de la photographie est également important pour les chefs-d’œuvre. En effet, de nombreuses photos illustrent les maquettes exposées lors des fêtes compagnonniques, lors des inaugurations des musées ou lors des processions, etc. Ces photographies sont commercialisées et diffusées sous la forme de cartes postales ou dans la presse compagnonnique – cette dernière apparaît vers 1880 avec le Ralliement des Compagnon du Devoir, la Fédération compagnonnique, l’Union compagnonnique, puis Le Compagnon du tour de France et Le Compagnonnage.

  • 9 « Le Compagnonnage », Métiers d’Art, n° 35, juillet 1988, p. 62-63. Métiers d’Art est publiée par l (...)
  • 10 « Le Compagnonnage », op. cit., p. 66-67.

16Les charpentiers compagnons perpétuent une tradition d’innovation où figure le lamellé-collé, malgré des réticences de quelques charpentiers voulant favoriser la charpente traditionnelle. Les compagnons cherchent à se « dépasser » dans leurs ouvrages. C’est ce que montrent les nombreux chefs-d’œuvre. Dans le numéro trente-cinq sur « Le Compagnonnage », la revue Métiers d’Art compare une chaire à prêcher des Compagnons menuisiers du Devoir de Liberté de 1803 avec le hall aux bestiaux de Saint-Gaudens et avec le tennis couvert d’Agen en lamellé-collé de l’entreprise Riviere9. Un peu plus loin dans le même numéro, la mise en parallèle est cette fois établie entre le baldaquin en lamellé-collé, chef-d’œuvre d’Albert Fisseau dit « Tourangeau l’Ami du Trait », et le centre équestre de Levier de 1971, en lamellé-collé de l’entreprise Louis Marguet10. Sur une double page de revue, format propice à la comparaison, la mise en relation d’images de chefs-d’œuvre et de charpente lamellée-collée transmets au lecteur l’idée que cette technique de charpente fait partie des réalisations majeures. Les photographies prouvent ainsi que certaines charpentes lamellées-collées s’inscrivent parmi les chefs-d’œuvre que les compagnons ont pour usage d’immortaliser. Pour approfondir la compréhension des illustrations du lamellé-collé, il faut aussi observer les évolutions iconographiques dont la valeur documentaire est indéniable.

Une source photographique pour la charpente lamellée-collée du XXe siècle

  • 11 En 1871, l'entreprise Weisrock est créé à Saint-Dié des Vosges, opérant dans le secteur scierie cha (...)
  • 12 En 1959, sous l’impulsion de Robert Weisrock, l'entreprise Weisrock s’ouvre au progrès et réalise s (...)

17Le patrimoine compagnonnique est riche en ce qui concerne les fonds photographiques sur la charpente lamellée-collée, cela devrait inciter les chercheurs à se tourner vers ces institutions (ill. 6). L’usage de la photographie étant courante chez les compagnons, c’est chez eux qu’aujourd’hui nous pouvons trouver des sources. Dans les archives privées du compagnon Claude Weisrock, dit « Vosgiens dit l’Ami du Progrès », acteur majeur de la période du développement du lamellé-collé en France11, on perçoit l’importance de la source photographique à la fois au travers de son usage et comme source du développement du lamellé-collé et de sa réception. En effet, dans ses archives, en plus de la photo de sa réception chez les compagnons le jour de la Saint-Joseph en 1962, se trouvent quatre photographies du chantier de l’Institut national du sport (INS) et des détails de charpente de bâtiment, particulièrement intéressante pour cette étude. Leur simple existence permet de comprendre la volonté du jeune compagnon Weisrock12 de vouloir assister au chantier de l’INS dont le caractère expérimental exerce une fascination sur lui. Dans sa volonté d’être acteur du progrès, ces photographies vont sans doute lui permettre de développer le lamellé-collé dans le cadre de l’entreprise de son père. Cet intérêt est confirmé par la découpe qu’il fit dans le Journal de l’Est du 24 octobre 1962 du commentaire suivant :

« Cette gigantesque courbe qui s’élance dans le ciel aboutit, à 84 mètres ! C’est la première charpente du stade couvert qui sera construit à l’INS à Vincennes et cette largeur constitue un record du monde. Ce sera en tout cas, un magnifique outil de travail pour les athlètes français. »

Ill. 6 : Extrait du Journal de l’Est du 24 octobre 1962

Ill. 6 : Extrait du Journal de l’Est du 24 octobre 1962

Archives privées, Claude Weisrock.

© Archives privées, Claude Weisrock

  • 13 Ce stade est inauguré par le général de Gaulle en présence de Robert Heraud et Maurice Herzog le 4 (...)
  • 14 La phase d'assemblage des fermes du stade couvert est terminée, 1962, tirage papier noir et blanc, (...)

18L’aspect spectaculaire de la phase d’assemblage des fermes de ce stade couvert13 en 1962 a été documenté par le Service photo-ciné de l’INS14. Ces prises de vue expriment bien à quel point cette construction est majeure dans le développement de la technique du lamellé-collé (ill. 7). Dans la constitution de cette iconographie du lamellé-collé des Trente Glorieuses, les photographies de l’INS et leurs commercialisations sont essentielles. Le photographe Jacques Pezé va réaliser deux clichés pour Real-Photo et les éditions Cicéro. Publiées sous forme de cartes postales présentant une vue intérieure de la charpente du bâtiment, ces photographies montrent pourquoi ce bâtiment marque ses contemporains. Le sujet principal de ces photos, mis en valeur par le cadrage, est la charpente. Le lamellé-collé est donc au centre du propos et constitue l’œuvre à contempler, tandis que le stade et la piste de sport sont relégués au second plan.

Ill. 7 : Phase d'assemblage des fermes du stade couvert, 1962

Ill. 7 : Phase d'assemblage des fermes du stade couvert, 1962

© Cl. Service photo-ciné de l'Institut national des sports

  • 15 François Loyer, Histoire de l’architecture française. De la Révolution à nos jours, Paris, Mengès/é (...)

19Concernant la connaissance de la technique du lamellé-collé, les premières sources sont les bâtiments eux-mêmes. L’étude des sources révèle le rapport entre la technique et l’esthétique, justifiée par l’intérêt que François Loyer y consacre dans son Histoire de l’Architecture : « Le lamellé-collé offrait une gamme inépuisable de formes plastiques15. » La charpente ne figure pas vraiment dans l’iconographie de l’architecture, surtout pendant la période de développement du béton. La photographie de charpente existe de façon minime. Celle-ci, souvent cachée par un comble, est généralement peu visible. Le lamellé-collé permet de faire disparaître les combles et de redécouvrir la charpente. Ainsi, une nouvelle iconographie va naître et ses formes visuelles inédites sont issues de cette nouvelle technique de charpente.

20Au XXe siècle, la charpente connaît une évolution décisive avec la technique du lamellé-collé. L’iconographie contemporaine du développement du lamellé-collé constitue une source principale pour l’étude de la technique (ill. 8). C’est essentiellement à travers les archives du Syndicat national du bois lamellé-collé, créé en 1974, que nous pouvons réunir un corpus complet et représentatif de la période. En effet, grâce aux compagnons, le corps des charpentiers dispose d’une pratique photographique. Un corpus complet de photographies contemporaines au développement du lamellé-collé est conservé par la photothèque de ce syndicat. Par conséquent, la constitution de ce corpus d’œuvres représente une source première évidente pour l’historien, qui peut se poser la question du rôle de cet album et de la photothèque au sein du syndicat.

Ill. 8 : Chef-d’œuvre en lamellé-collé de MOF 2004 de Francis Musseau, Tourangeau l’Ami du Trait, C. charpentier des Devoirs

Ill. 8 : Chef-d’œuvre en lamellé-collé de MOF 2004 de Francis Musseau, Tourangeau l’Ami du Trait, C. charpentier des Devoirs

Musée du Compagnonnage, Tours.

© Musée du Compagnonnage, Tours

  • 16 Procès-verbal d'assemblée générale de dissolution le 31 décembre 2003, nomination de liquidateur : (...)

21La création d’une telle photothèque est l’initiative du charpentier Robert, premier président et membre fondateur du syndicat. C’est, en tout cas, non officiellement que le studio photographique Candelier16, basé à Ézy-sur-Eure, immatriculé en 1970 au Tribunal de Commerce d’Évreux, devient le photographe du syndicat. À ce jour, les archives de la photothèque permettent d’identifier neuf autres photographes ayant travaillé pour les entreprises liées au syndicat. Un procédé de campagne photographique est organisé avec les différentes entreprises du syndicat lors de chaque nouvelle construction. Ainsi, aussi bien pendant le chantier qu’au moment de la livraison, de nombreuses photographies sont réalisées. Le studio photographique Candelier enregistre à lui seul près de six cents clichés de bâtiment en lamellé-collé.

22Les archives du Syndicat national du bois lamellé-collé tiennent leurs origines au fait que la photographie permet valoriser le travail des charpentiers et de communiquer avec ces images, poursuivant ainsi le principal but du syndicat qui est de faire connaître le travail des charpentiers. Ces photographies vont être utilisées dans des brochures, des publicités, des conférences et des expositions. Ces différents documents vont être distribués aux architectes, aux bureaux d’étude d’ingénieurs, aux professionnels du bâtiment et aux charpentiers afin de faire connaître les réalisations en lamellé-collé. L’aspect formel des monuments photographiés est essentiel : par ces photographies, le syndicat veut montrer que la technique répond aux exigences esthétiques du moment et qu’elle permet même de les devancer, affirmant ainsi le caractère « avant-gardiste » de cette technique.

23L’idée poursuivie par les entreprises de construction en bois-lamellé est de développer cette technique de façon industrielle. La création de ce syndicat va leur permettre de se rassembler au sein d’une organisation professionnelle afin de défendre, ensemble, leurs intérêts communs et de développer l’utilisation du bois-lamellé. Par son action, le syndicat va permettre l’expansion du matériau par la qualification, la création de normes et de règlements. Tout cela est rendu possible non seulement par le travail technique des charpentiers mais aussi grâce à des campagnes de communication reposant sur le fonds photographique.

24Ces photographies sont donc un outil nécessaire pour la communication mais aussi pour l’étude architecturale. En effet, la volonté des charpentiers, au cours de cette période des Trente Glorieuses, est d’immortaliser par ces photographies les réalisations qui leur ont demandé le dépassement technique. Les charpentiers veulent montrer à travers ces illustrations que leur création esthétique est réalisée grâce au lamellé-collé. Et, parce que ces chefs-d’œuvre de charpente ne peuvent être exposés dans un musée, la photographie est finalement un moyen de constituer un corpus de souvenirs de chantier et de les faire connaître. Ces illustrations vont permettre de développer l’image esthétique et technique du matériau.

  • 17 François Loyer, op. cit.
  • 18 Jean-Pierre Putelin dans la revue Wood.

25Les photographies vont donc permettre la création d’une architecture propre au lamellé-collé, qui ira jusqu’à supplanter d’autres techniques de construction (ill. 9). Ainsi, dans le projet des amphithéâtres de l’université de Reims réalisés entre 1967 et 1972, les architectes Dubard de Gaillarbois et Clauzier pensent d’abord construire une charpente en béton. Cependant, grâce au démarchage actif du Syndicat national du bois lamellé-collé, et tout particulièrement de Claude Weisrock, le lamellé-collé va finalement être choisi. Ces bâtiments sont des objets architecturaux très iconiques. Dans son Histoire de l’Architecture, François Loyer les qualifie de « réalisations extravagantes17 ». Réalisés en bois lamellé-collé, ces sept amphithéâtres de deux à sept cent places constituent un véritable symbole : « Lorsque la création architecturale s’unit aux ressources de l’ingénierie, le bois démontre toute ses potentialités18. » Cette photographie réalisée par le studio Candelier-Brumaire sera une des illustrations les plus reproduites dans la presse professionnelle. Le lamellé-collé bouscule alors, car sa technique et les formes en bois qu’elle permet de construire répondent aux attentes esthétiques architecturales adressées jusque-là au béton – et restées sans réponses pertinentes. L’autre illustration photographique emblématique du matériau est celle du Palais des expositions d’Avignon. À l’instar des amphithéâtres de Reims, la photographie des cent trois mètres de portée de cette ossature de bois lamellé-collé est reproduite quasiment partout dans le monde. Par ailleurs, c’est dans les salons professionnels, grâce à des agrandissements des photographies, que le syndicat et les charpentiers présentent leur savoir-faire. En 1987, le fonds photographique va s’enrichir grâce à la création d’un palmarès européen de la charpente en bois lamellé-collé et, toujours pour un meilleur développement, ces photographies vont faire le tour de l’Europe, relayées par la presse professionnelle et compagnonnique.

Ill. 9 : Palais des Congrès de Besançon

Ill. 9 : Palais des Congrès de Besançon

Archives Syndicat national du bois lamellé-collé.

© Cl. Candelier-Brumaire, octobre 1987

  • 19 François Loyer, ibid.

26La réception de ces nouvelles charpentes est marquée par la commercialisation de multiples photographies. En effet, dans la constitution d’un corpus photographique lié au lamellé-collé, il est essentiel de ne pas omettre les cartes postales. Ainsi, la chaufferie d’Alfortville, la chapelle d’Amphion, l’INSEP et le centre culturel de Bagnols-sur-Ceze sont des exemples de réalisations photographiées qui vont marquer l’histoire du lamellé-collé. Ajoutons encore, en 1966, la commande d’une chaufferie à Alfortville aux architectes P. Raymond et J. Robert, qualifiée par François Loyer de « réalisation extravagante […] de citrouille19 ».

27Quelle photographie pour quelle architecture ? Ces charpentes vertigineuses permettent la création de photographies caractéristiques et d’un imaginaire pour les bâtiments en charpente lamellé-collé. Ainsi, les photographies de ces ouvrages montrent systématiquement les charpentes. La diversité des agences photographiques laisse étonnamment apparaître une constante dans la composition des prises de vue. En effet, toutes ces illustrations signalent des bâtiments où la charpente couvre de grandes salles et n’est pas seulement un squelette. Le lamellé-collé est la source de ces silhouettes originales permettant le renouvellement des formes contemporaines.

28Cent années de construction en lamellé-collé prouvent l’importance de ce matériau. Les capacités techniques et esthétiques du lamellé-collé sont au service du renouvellement architectural proposant une grande diversité de formes, de matières, et de couleurs. Encore utilisé aujourd’hui, et d’avantage que pendant les années soixante, ce matériau durable et résistant fait preuve d’une intelligence constructive. Pour des projets iconiques et historiques non réalisés, nous pouvons voir des correspondances avec des réalisations contemporaines en lamellé-collé. Ainsi, l’illustration du projet d’Étienne-Louis Boullée pour le cénotaphe de Newton de 1784 est finalement réalisée en 2004 en lamellé-collé avec « Le Globe de la Science et de l’Innovation » à Meyrin en Suisse.

29En conclusion, les photographies constituent une source d’inspiration pour la création architecturale grâce à leur participation à la communication du projet, au renouveau du métier de charpentier qu’elles encouragent et à la compréhension de la construction qu’elles permettent. La commande de photographies lors des chantiers et lors de leur livraison permet de traiter les questions de nouveaux programmes comme la « Grande Salle », de la forme, de la structure en architecture et du design au travers de la problématique du rapport technique et esthétique. L’étude des archives photographiques permet de mieux comprendre le rôle des architectes, des ingénieurs, des administrations, des institutions et autres professionnels de l’architecture, permettant in fine de définir les principaux acteurs, et de déterminer les programmes ainsi que le rôle du lamellé-collé pendant les Trente Glorieuses.

Haut de page

Notes

1 Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, t. 2, Paris, Seuil, 1981, 653 p.

2 Technique et Architecture, n° 321, octobre 1978.

3 Élisabeth Flory, Guide des architectures religieuses contemporaines à Paris et en Île-de-France, Paris, Alternatives, 2009, 191 p.

4 Pierre Diaz Pedregal (1948-2012), docteur en physique, assurait les cours liés au climat dans le cadre du Master de conservation préventive à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne.

5 Architecture d’Aujourd’hui, n°197, 1978.

6 Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, t. 3, Paris, Bance, 1858, 512 p.

7 Armand-Rose Emy, Traité de l’Art de la Charpenterie, 2 vol., Paris, 1837-41.

8 Arthur Young (1741-1820), dans Voyages en France, [1792 pour l’édition anglaise originale], Paris, Armand Colin, 1976, 499-953 p.

9 « Le Compagnonnage », Métiers d’Art, n° 35, juillet 1988, p. 62-63. Métiers d’Art est publiée par la Société d’encouragement aux métiers d’art.

10 « Le Compagnonnage », op. cit., p. 66-67.

11 En 1871, l'entreprise Weisrock est créé à Saint-Dié des Vosges, opérant dans le secteur scierie charpente traditionnelle. Cette structure familiale connaît un essor après la Seconde Guerre avec, notamment, la nécessité de reconstruire la ville.

12 En 1959, sous l’impulsion de Robert Weisrock, l'entreprise Weisrock s’ouvre au progrès et réalise ses premiers essais de pièces en bois lamellé-collé. En 1963, la première ligne de fabrication est lancée. L'entreprise est ainsi l'un des précurseurs de la construction lamellée en France.

13 Ce stade est inauguré par le général de Gaulle en présence de Robert Heraud et Maurice Herzog le 4 octobre 1965.

14 La phase d'assemblage des fermes du stade couvert est terminée, 1962, tirage papier noir et blanc, 13 x 18 cm, cl. service photo-ciné de l'Institut national des sports

15 François Loyer, Histoire de l’architecture française. De la Révolution à nos jours, Paris, Mengès/éd. du Patrimoine, 1999.

16 Procès-verbal d'assemblée générale de dissolution le 31 décembre 2003, nomination de liquidateur : Chantal Braumaire, Dépôt numéro 2400080 du 9 janvier 2004

17 François Loyer, op. cit.

18 Jean-Pierre Putelin dans la revue Wood.

19 François Loyer, ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Sainte-Jeanne-d’Arc de Rouen
Crédits © Cl. CEGR
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/595/img-1.png
Fichier image/png, 8,5M
Titre Ill. 2 : Chef-d’œuvre des Compagnons passants charpentiers de Tours, 1853
Légende Musée du Compagnonnage, Tours.
Crédits © Musée du Compagnonnage, Tours
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Crédits © Collection privée, droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/595/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Ill. 4 : L’école de trait Houdebert, à Cloyes (Eure-et-Loir), vers 1930
Légende Musée du Compagnonnage, Tours.
Crédits © Musée du Compagnonnage, Tours
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/595/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Ill. 5 : Fête de la Saint-Joseph 1962, Paris
Légende Archives privées, Claude Weisrock.
Crédits © Archives privées, Claude Weisrock
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/595/img-5.png
Fichier image/png, 6,2M
Titre Ill. 6 : Extrait du Journal de l’Est du 24 octobre 1962
Légende Archives privées, Claude Weisrock.
Crédits © Archives privées, Claude Weisrock
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/595/img-6.png
Fichier image/png, 13M
Titre Ill. 7 : Phase d'assemblage des fermes du stade couvert, 1962
Crédits © Cl. Service photo-ciné de l'Institut national des sports
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/595/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Ill. 8 : Chef-d’œuvre en lamellé-collé de MOF 2004 de Francis Musseau, Tourangeau l’Ami du Trait, C. charpentier des Devoirs
Légende Musée du Compagnonnage, Tours.
Crédits © Musée du Compagnonnage, Tours
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/595/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Ill. 9 : Palais des Congrès de Besançon
Légende Archives Syndicat national du bois lamellé-collé.
Crédits © Cl. Candelier-Brumaire, octobre 1987
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/595/img-9.png
Fichier image/png, 6,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles-Édouard Guilbert-Rœd, « La photographie, source pour l’étude du renouveau des charpentiers au XXe siècle », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 31 | 2016, 65-80.

Référence électronique

Charles-Édouard Guilbert-Rœd, « La photographie, source pour l’étude du renouveau des charpentiers au XXe siècle », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 14 juillet 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lha/595 ; DOI : 10.4000/lha.595

Haut de page

Auteur

Charles-Édouard Guilbert-Rœd

Charles-Édouard Guilbert-Rœd est doctorant en histoire de l’architecture à l’École pratique des hautes études sous la direction de Jean-Michel Leniaud. Son sujet de thèse porte sur la question du renouvellement formel de l’architecture du XXe siècle avec l’utilisation du lamellé-collé au travers de ses capacités techniques, formelles et esthétiques. Ses recherches doctorales prolongent un travail amorcé dans son mémoire de maîtrise : « Le lamellé-collé au service d’un renouvellement formel de l’architecture religieuse, exemples de Saint-Thibault de Le Pecq-sur Seine, Stella Matutina de Saint-Cloud, et Notre-Dame-du-Chêne de Viroflay » (dir. Claude Massu, université Panthéon-Sorbonne). Il a en outre soutenu un mémoire de master II sur « Le rapport technique esthétique : le cas du lamellé-collé », également en histoire de l’architecture à l’université Panthéon-Sorbonne et sous la direction de Claude Massu. Adresse électronique : charlesedouard.guilbertroed@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • OpenEdition Journals