Navigation – Plan du site

Un inventaire, combien d’usages ? Le cas du casier archéologique et artistique de Paris et du département de la Seine durant l’entre-deux-guerres

“One inventory for many purposes”
Ein Inventar, wie viele Verwendungen ? Das ‘Casier archéologique et artistique de Paris et du département de la Seine’ in der Zwischenkriegszeit“
Laurence Bassières
p. 33-44

Résumés

À l’inverse d’autres inventaires à visée patrimoniale constitués en France au XXe siècle selon un objectif précis, le « Casier archéologique et artistique de Paris et du département de la Seine » avait été pensé comme un instrument pouvant servir de multiples ambitions. Cet inventaire architectural et urbain, réalisé entre 1916 et 1928 à Paris et en banlieue, avait été imaginé par l’architecte-voyer Louis Bonnier, qui dirigea toute sa constitution, avec l’aide de l’archiviste-paléographe Marcel Poëte et la collaboration d’une instance de protection patrimoniale parisienne, la Commission du Vieux Paris. Constitué selon des méthodes originales et selon une définition large et novatrice du patrimoine, il avait été conçu à la fois comme un instrument d’urbanisme, qui devait permettre d’intégrer au Grand Paris alors en préparation la prise en considération de la ville existante ; comme une base documentaire, dans l’objectif notamment de servir à l’élaboration de l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques ; enfin comme une œuvre en soi, susceptible d’être l’objet d’exposition et de publication.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Michel Leniaud, L’Utopie française, essai sur le patrimoine, Marc Fumaroli (préf.), Paris, Men (...)

1Deux inventaires bornent les politiques patrimoniales conduites par l’administration française au XXe siècle : l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, voté en 1913 et constitué à partir des années 1920, et l’Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France créé par décret en 1964. Le premier était destiné, du moins au départ, à constituer une réserve d’édifices pour un classement éventuel ; le second avait été lancé pour le recensement et l’étude du patrimoine français, pris au sens large. Si ces inventaires résultaient tous deux d’une volonté nationale, leurs ambitions ne se recoupaient donc pas, confirmant une séparation introduite en France, dès le milieu du XIXe siècle, entre protection et étude1.

2Un troisième inventaire patrimonial constitué au XXe siècle, resté longtemps méconnu, avait à l’inverse été pensé, dès sa création, pour des ambitions multiples. Ce n’était là que l’une de ses nombreuses particularités : le Casier archéologique et artistique, constitué entre 1916 et 1928 pour Paris et le département de la Seine, avait été conçu par l’architecte-voyer Louis Bonnier (1856-1946) selon un principe d’urbanisme patrimonial alors inconnu en France et intégrait des éléments encore largement ignorés par la Commission des monuments historiques : édifices récents, ensembles urbains. Entreprise sans attache administrative claire, mais constituée avec l’aide de plusieurs institutions, le Casier avait de surcroît été pensé pour répondre à différents usages, a priori peu conciliables. Il s’agissait à travers sa constitution non seulement de donner une dimension patrimoniale au futur Grand Paris, mais aussi d’offrir une base documentaire à l’Inventaire supplémentaire en voie de constitution, et enfin de servir à la publication d’un « beau livre » de photographies tel que la Ville en publiait à l’époque, sans compter d’autres usages plus ponctuels.

L’invention d’un nouvel outil patrimonial

  • 2 Marcel Smets, Charles Buls, Les Principes de l’art urbain, Liège, Mardaga, 1995, p. 153.

3La constitution du Casier archéologique et artistique de Paris et du département de la Seine résulta à la fois d’une entreprise commune, mobilisant en tout premier lieu la Commission du Vieux Paris, mais aussi la Bibliothèque historique de Paris et son conservateur en chef Marcel Poëte (1866-1950), des architectes et géomètres des services d’architecture et de voirie du département, des photographes... et de l’engagement personnel du seul Louis Bonnier, à qui l’on doit non seulement le principe fondateur et inédit du Casier, mais également sa conduite durant les douze années de sa constitution. Son intérêt pour les expérimentations étrangères, à l’heure où l’urbanisme français portait des « œillères2 », comme sa profonde connaissance de l’administration et de la législation françaises sur les questions urbaines lui offraient une place de choix pour imaginer des solutions innovantes. Mais c’est une demande de la Commission du Vieux Paris qui lui permit de concrétiser ses projets en matière d’aménagement urbain.

  • 3 « Arrêté préfectoral instituant la Commission du vieux Paris et désignant les membres de ladite Com (...)

4La Commission du Vieux Paris avait été créée en 1898 à l’initiative du conseiller municipal Alfred Lamouroux (1840-1900), afin de « de rechercher les vestiges du vieux Paris, de constater leur état actuel, de veiller, dans la mesure du possible, à leur conservation, de suivre, au jour le jour, les fouilles qui pourront être entreprises et les transformations jugées indispensables, et d’en conserver des preuves authentiques3 ». Présidée de droit par le préfet du département de la Seine, alors Justin de Selves (1848-1934), la Commission du Vieux Paris était composée à la fois d’élus, de chefs de service de l’administration et d’« experts », architectes, historiens. Comité consultatif, elle ne disposait pour se faire entendre que de sa force de persuasion et des « vœux » émis en séance, publiés ensuite au Bulletin municipal officiel. La révision des plans d’alignement de Paris en 1910 incita la Commission à demander que lui fût transmise la liste des voies concernées. Louis Bonnier, qui n’était pas encore membre de la Commission du Vieux Paris – il le devint quelques mois plus tard – fut chargé de répondre à cette demande en tant qu’architecte-voyer en chef de la Ville de Paris. Il proposa une alternative qui revenait à inverser complètement la perspective habituelle : il suggérait que la Commission établisse en amont un inventaire des monuments qu’elle souhaitait voir conservés, dont il serait tenu compte lors de l’établissement des nouveaux plans d’alignement. Le projet fit long feu : en deux ans, seuls sept arrondissements furent inventoriés par les membres, selon des critères et des méthodes que Louis Bonnier estima insatisfaisants.

  • 4 « Loi sur les monuments historiques », 31 décembre 1913, Journal officiel du 4 janvier 1914, p. 129 (...)
  • 5 « Loi concernant les plans d’extension et d’aménagement des villes », Journal officiel du 15 mars 1 (...)

5En intégrant une dimension patrimoniale au projet urbain, Louis Bonnier instaurait cependant une démarche inédite : les politiques patrimoniales et urbaines françaises, pourtant en pleine évolution, continuaient à être pensées séparément. Deux lois fondamentales se trouvaient alors en préparation : la loi sur les monuments historiques, votée le 31 décembre 19134, qui constitue encore aujourd’hui le socle de la législation française sur le patrimoine, et la première loi sur l’urbanisme en France, loi sur les plans d’aménagement, d’embellissement et d’extension des villes, dite loi Cornudet, votée après l’armistice5 mais dont le contenu était déjà en discussion au début des années 1910.

  • 6 « Arrêté préfectoral instituant une Commission chargée d’étudier les questions que soulève l’extens (...)
  • 7 Commission d’extension de Paris. Préfecture du Département de la Seine, Paris, imprimerie Chaix, 19 (...)

6C’est dans la perspective du vote de cette loi que fut créée en 1911 une « Commission d’Extension de Paris ». Chargée d’étudier « les questions que soulève l’extension de Paris6 », elle offrit à Louis Bonnier l’occasion de publier en 1913, en tandem avec Marcel Poëte, alors conservateur en chef de la Bibliothèque historique de Paris, un rapport en deux volumes, Aperçu historique et Considérations techniques préliminaires7, qui constitua la base théorique et documentaire de référence sur la question de l’extension de Paris. Ce rapport n’abordait qu’à la marge les questions d’esthétique et de préservation de la ville existante, les réflexions étant largement tournées vers les problématiques d’hygiène et de circulation. Mais ce fut peut-être la conjonction chez Louis Bonnier de l’échec relatif de l’inventaire lancé à la Commission du Vieux Paris et des perspectives ouvertes par la volonté de créer un Grand Paris qui l’engagea à proposer de relancer un inventaire, cette fois-ci clairement lié au Grand Paris à venir.

  • 8 « Examen d’un plan de travail pour la poursuite de l’œuvre de la Commission », Procès-verbaux de la (...)

7Il proposa ainsi en 1916, avec l’appui du préfet de la Seine et président de la Commission du Vieux Paris Marcel Delanney (1863-1944) et la collaboration de Marcel Poëte, nommé entre temps secrétaire de cette même Commission, la création d’un inventaire8, en y intégrant une modification de taille : sa constitution serait confiée aux services d’architecture de la ville, la Commission du Vieux Paris ne jouant plus qu’un rôle d’expert, chargée de donner son avis sur les dossiers proposés. Cet inventaire fut constitué en douze ans, entre 1916 et 1928. Résultat de quatre cent vingt visites, il donna lieu à la création de presque deux mille dossiers, un par parcelle à Paris, un par commune en banlieue, contenant plus de six mille clichés photographiques (ill. 1).

Ill. 1 : Exemple de bordereau d’un dossier du Casier archéologique et artistique

Ill. 1 : Exemple de bordereau d’un dossier du Casier archéologique et artistique

Ici le dossier numéroté 5e-10, pour un immeuble situé au no 41, rue Broca, 5e arr., Paris.

© Archives de la Commission du Vieux Paris, Département Histoire de l’architecture et Archéologie de Paris (DHAAP).

Un instrument pour le Grand Paris ?

8L’objectif premier du Casier archéologique, son utilisation dans les plans d’extension, n’aboutit que de manière toute relative. Malgré la loi sur les plans d’extension votée en 1919, le lancement la même année d’un concours pour l’extension de Paris et la mise en place d’une direction de l’Extension à la préfecture de la Seine l’année suivante, aucun plan d’extension ne fut produit pour Paris durant l’entre-deux-guerres et la partie parisienne du Casier archéologique, la plus importante, resta inemployée. En revanche, les plans d’extension des communes suburbaines commencèrent à être produits à la fin des années 1920 et dans ce cadre, le mécanisme imaginé par Louis Bonnier fut, au moins partiellement, exécuté.

  • 9 Louis Bonnier, « Je signale, à toutes fins utiles et notamment en vue de l’établissement du plan co (...)

9Si chaque commune concernée par la loi de 1919 était censée produire un plan d’extension, la direction de l’Extension proposa aux soixante-dix-neuf communes suburbaines du département de la Seine de prendre en charge elle-même la confection de leurs plans : il s’agissait de donner une cohérence au Grand Paris à venir, autant que d’aider des communes démunies face à ces nouvelles demandes. Une grosse majorité d’entre elles accepta et les dossiers du Casier archéologique, pour sa partie banlieue, furent dans cette perspective, envoyés au Bureau d’études de la Direction de l’extension ; les maires des communes reçurent par ailleurs le « signalement » des sites et immeubles dont la conservation serait à envisager dans le cadre de la constitution des plans d’extension9.

  • 10 Louis Bonnier précise dans ses « Notes biographiques » que le rapport de la Commission d’Extension (...)
  • 11 Ces rapports se trouvent, avec les dossiers des plans d’extension des communes du département de la (...)

10Si l’on peut raisonnablement estimer que les données du Casier furent prises en considération pour la constitution des plans d’extension, ne serait-ce qu’en raison de la proximité entre le chef du Bureau d’études, le géomètre Auguste François (1873- ?), et Louis Bonnier10, aucune documentation écrite qui viendrait le confirmer n’a été retrouvée. En revanche, les rapports de Louis Bonnier, au nom de la « Commission Supérieure d’aménagement et d’extension des villes », instance chargée d’émettre un avis sur les plans d’extension produits par les communes, ne mentionnent que rarement la nécessité d’intégrer dans les plans la protection d’un édifice ou d’un site, pourtant repéré pour le Casier archéologique : les servitudes d’ordre archéologique avaient été prévues par la loi mais ne disposaient d’aucune base juridique et il fut estimé plus prudent de s’abstenir11.

  • 12 « Le VIe Salon des Urbanistes au Grand Palais », La Construction moderne, 6-13 août 1939, n° 35 et (...)
  • 13 Gaston Bardet, Pierre sur pierre, construction du nouvel urbanisme, Paris, éditions L.C.B., 1945, 2 (...)

11Louis Bonnier chercha par ailleurs à faire connaître le principe du Casier à tous les acteurs et protagonistes de la ville, au-delà des services directement concernés, à travers des conférences mais aussi dans le cadre de ses cours d’Art urbain à l’Institut d’urbanisme. Peu de traces de la réception de cet inventaire dans le milieu professionnel nous sont parvenues, mais un architecte-urbaniste au moins en montra une pleine compréhension. Robert Auzelle (1913-1983) utilisa en 1938 les dossiers du Casier archéologique pour une étude du quartier du Marais : à partir d’un plan mentionnant à la fois les immeubles classés et inscrits au titre des Monuments historiques et ceux figurant au Casier archéologique, il élabora un plan de curetage du quartier, qui fut exposé au VIe Salon des Urbanistes – La Construction moderne en fit une critique élogieuse12 – et publié par l’urbaniste Gaston Bardet dans son ouvrage paru en 1945, Pierre sur pierre, construction d’un nouvel urbanisme13 (ill. 2).

Ill. 2 : « Plan archéologique du Marais »

Ill. 2 : « Plan archéologique du Marais »

Par l’architecte et urbaniste Robert Auzelle (1913-1983) en 1938. Rouleau de plan, fonds Robert Auzelle, 242 IFA.

© SIAF / Cité de l’Architecture et du Patrimoine / Centre d’Archives d’architecture du XXe siècle.

  • 14 André Lapeyre, « René Planchenault (1897-1976) », Bibliothèque de l'École des chartes, 1977, t. 135 (...)
  • 15 Xavier Laurent, Grandeur et misère du patrimoine d'André Malraux à Jacques Duhamel, Jean‑Michel Len (...)
  • 16 Jean-Michel Leniaud, « Inventaire général et classement », Chroniques patrimoniales, Paris, Norma é (...)

12Deux villes – Bourges et Rouen – constituèrent par ailleurs dans les années 1920 un « Casier archéologique » et quelques autres – Bordeaux et Vincennes, Autun un peu plus tard – en envisagèrent la création. Mais le Casier inspira surtout la mise en place d’une entreprise d’une autre envergure : un Casier archéologique à l’échelle nationale, décidée par la Commission des monuments historiques en 1944. « Recensement méthodique des monuments de la France susceptibles d’être classés ou inscrits à l’Inventaire supplémentaire14 », l’entreprise ne fut pas achevée – douze mille dossiers furent constitués sur les cinquante mille prévus – mais elle permit la constitution dans les années 1960 d’une centaine de « plans archéologiques15 » et servit par ailleurs à l’élaboration de l’Inventaire général16. C’est donc après plus de quatre décennies que le principe premier du Casier archéologique fut intégré de manière institutionnelle dans les procédures d’élaboration des plans d’urbanisme. À l’inverse, son utilisation pour la constitution de l’Inventaire supplémentaire se trouva rapidement mise en œuvre, avant même son achèvement.

Une base documentaire pour la constitution de l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques

  • 17 « Loi sur les monuments historiques », Journal officiel du 4 janvier 1914, p.130.
  • 18 L’Instruction fut envoyée « aux présidents des sociétés savantes des départements, aux architectes (...)

13La loi du 31 décembre 1913 prévoyait dans le quatrième paragraphe de son article 2 la constitution d’un Inventaire supplémentaire de « tous les édifices ou parties d’édifices publics ou privés qui, sans justifier une demande de classement immédiat, présentent cependant un intérêt archéologique suffisant pour en rendre désirable la préservation17 ». Le déclenchement des hostilités retarda le lancement de cet inventaire, qui ne fut à nouveau envisagé qu’après l’armistice : le Service des monuments historiques, dont les effectifs se trouvaient trop réduits pour mener à bien, seul, une telle entreprise, rédigea en 1920 une « Instruction pour la constitution de l’Inventaire supplémentaire prévu par l’article 2 de la loi du 31 décembre 1913 sur les monuments historiques », envoyée à tous ceux susceptibles d’y contribuer18.

  • 19 Le Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts à Monsieur le Préfet de la Seine, Président (...)

14C’est dans ce cadre que la Commission du Vieux Paris fut sollicitée19. Plus de trois cent soixante-dix inscriptions à Paris et en banlieue furent ainsi décidées à partir des propositions de la Commission du Vieux Paris, sur la base des dossiers du Casier archéologique. Ces inscriptions ne furent pas publiées au Journal officiel – elles faisaient certes l’objet d’un arrêté ministériel mais étaient simplement diffusées auprès des personnes intéressées, dont le propriétaire ; nous en retrouvons cependant la trace dans les procès-verbaux de la Commission du Vieux Paris, qui les publia en annexe des séances, entre avril 1925 et novembre 1928, puis en octobre 1933.

15Les procès-verbaux de la Commission du Vieux Paris montrent également le suivi attentif dont bénéficiaient les édifices inscrits. Le remplaçant de Marcel Poëte au secrétariat de la Commission du Vieux Paris, Élie Debidour (1887-1965), tenait régulièrement informés les membres des transformations et démolitions prévues sur des immeubles inscrits, ainsi que des « radiations » éventuelles. Ces radiations n’étaient pas rares : l’inscription d’un édifice obligeait simplement le propriétaire à avertir la préfecture des travaux envisagés, quinze jours à l’avance. L’Administration pouvait alors choisir de classer, d’office ou avec l’accord du propriétaire, ou de radier si le propriétaire refusait tout arrangement.

Une difficile intégration dans les procédures d’autorisation de travaux

16Parallèlement à la constitution de l’Inventaire supplémentaire, Louis Bonnier avait prévu d’intégrer la consultation du Casier archéologique aux procédures administratives d’autorisation de travaux. La liste des immeubles figurant au Casier avait ainsi été communiquée aux architectes-voyers chargés de l’instruction des permis de construire et de démolir et ces derniers étaient censés alerter Louis Bonnier à chaque fois qu’une demande concernait l’un de ces édifices. Les procès-verbaux de la Commission du Vieux Paris ne portent presque aucune trace de cette entreprise, mais d’autres sources retrouvées aux archives de la Commission indiquent que de tels documents lui furent effectivement transmis entre le milieu des années 1920 et la fin des années 1930.

  • 20 D’après le tableau établi par Jean Bastié, « Activité du bâtiment à Paris (1914-1939) », Jean Basti (...)

17À l’inverse de l’inscription à l’Inventaire supplémentaire, la consultation du Casier pour l’instruction des autorisations de travaux ne s’inscrivait dans aucune législation : elle dépendait avant tout du bon vouloir de l’architecte-voyer chargé du dossier et même alors le fait pour un édifice de figurer au Casier ne pouvait suffire à en obtenir la préservation. Aussi cette procédure semble avoir été laborieuse et peu satisfaisante : Louis Bonnier déplorait régulièrement que les documents reçus fussent incomplets, imprécis ou envoyés tardivement. L’examen de ces documents indique par ailleurs qu’il s’agissait essentiellement de travaux de faible importance, ravalement de façade ou changement de menuiserie, alors que sur cette période, plusieurs centaines d’édifices étaient démolis annuellement à Paris20.

  • 21 Louis Bonnier, note du 3 avril 1931, CA 9e – 74, « Immeuble », 34, rue Henri Monnier, angle 27, rue (...)

18Le Casier n’avait de toute façon pas été créé pour conserver à tout prix les édifices qu’on y faisait figurer. Louis Bonnier avait participé à la révision des plans d’alignement de Paris, qu’il avait publiés dans le rapport de la Commission d’extension en 1913 et qu’il ne remit que rarement en question, précisant par exemple, pour un immeuble situé rue Henri Monnier : « L’immeuble est condamné par un alignement de 1912. Le Casier archéologique ne peut l’y soustraire21 » (ill. 3). La consultation de la Commission du Vieux Paris sur l’élargissement prévu de la rue Étienne-Marcel, unique exemple retrouvé de consultation urbaine du Casier, fut l’occasion d’inscrire de nouveaux édifices au Casier, plus que de chercher à préserver l’existant. Ouverte en 1858, pour relier la place des Victoires et le boulevard Sébastopol, la rue Étienne-Marcel devait être prolongée au début du XXe siècle jusqu’au boulevard Beaumarchais, en procédant à l’élargissement des voies existantes ou à des percées. Seize immeubles figurant au Casier se trouvaient concernés : un tracé alternatif (non retrouvé) fut imaginé pour la seule conservation des hôtels de Bonneval et de Boudeville, et il fut proposé que la fontaine des Haudriettes soit déplacée – ce qui fut fait en 1933 – mais surtout, onze nouveaux édifices furent retenus pour figurer au Casier : devant un tracé qui était compris comme inéluctable, il s’agissait avant tout de conserver le souvenir de ce qui allait être démoli.

Ill. 3 : Cet immeuble de la première moitié du XIXe siècle, ici photographié par Charles Lansiaux, photographe pour le Casier archéologique, en mai 1919, existe toujours.

Ill. 3 : Cet immeuble de la première moitié du XIXe siècle, ici photographié par Charles Lansiaux, photographe pour le Casier archéologique, en mai 1919, existe toujours.

Ses façades et toitures sur rue ont été inscrites à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 30 décembre 1977. Dossier no 9-74, 34, rue Henri-Monnier, Paris, 9e arr.

© Casier archéologique et artistique de Paris, Archives de la Commission du Vieux Paris, Département Histoire de l’architecture et Archéologie de Paris (DHAAP).

Un objet de publication et d’exposition

  • 22 Charles Imbert, « Le Casier archéologique, artistique et pittoresque de la Ville de Paris et du dép (...)

19Louis Bonnier réserva à la sphère professionnelle la présentation du fonctionnement du Casier archéologique et ne publia aucun article, aucun texte, à ce sujet, pas plus que Marcel Poëte, ou son remplaçant au secrétariat de la Commission du Vieux Paris Élie Debidour, ou encore les membres de la Commission du Vieux Paris. Seul l’architecte Charles Imbert (1864-1942), qui fut employé au Bureau du Casier archéologique durant toute la constitution du Casier, en publia une courte présentation dans L’Architecture, revue à laquelle il collaborait régulièrement22.

  • 23 Louis Bonnier, « Communication de M. Léandre Vaillat sur la continuation et l’achèvement du Casier (...)

20Louis Bonnier avait en revanche prévu dès la création de cet inventaire la diffusion auprès du grand public des clichés photographiques du Casier. La publication n’eut jamais lieu : régulièrement discutée entre 1916 et 1921 – une introduction avait été rédigée et la tranche du premier volume, sur les dix prévus, avait même été réalisée – elle fut ensuite abandonnée, mais pas oubliée : Louis Bonnier continuait de la réclamer en 193823.

  • 24 Marcel Poëte, Une Vie de cité. Paris de sa naissance à nos jours, Paris, A. Picard, 1924-1931, 4 to (...)
  • 25 Léandre Vaillat, Seine, chef-lieu Paris, Paris, Arts et métiers graphiques, 1937, 347 p.

21Une petite partie de ces clichés fut cependant publiée, par ceux qui avaient connaissance de leur existence. Marcel Poëte, tout d’abord, eut recours aux clichés du Casier pour le volume d’illustrations de son grand œuvre sur Paris, Une Vie de cité : Paris de sa naissance à nos jours24. Sur les cinquante-cinq photographies que compte l’ouvrage, intitulé « Album. Six cents illustrations d’après les documents accompagnées de légendes et d’un exposé historique », publié en 1925, quinze provenaient du Casier archéologique. Le critique d’art Léandre Vaillat (1878-1952), qui devint membre de la Commission du Vieux Paris en 1928, eut de son côté largement recours aux clichés du Casier archéologique lorsqu’il publia en 1937 une étude des communes de la banlieue parisienne, Seine, chef-lieu Paris25.

  • 26 Chemise « Exposition de Monaco », carton « Formation du Casier », archives CVP-DHAAP.
  • 27 « Rapport présenté par M. Mario Roques, au nom de la 1ère Sous-commission, sur une proposition d’in (...)

22Il avait en outre été prévu que ces clichés fussent exposés : ils furent ainsi montrés à l’occasion de l’exposition internationale de Monaco qui eut lieu en 1920-192126 et il fut sans doute envisagé de les montrer au « musée historique, archéologique et artistique du département de la Seine »27. Futur musée de l’Île-de-France, qui ouvrira ses portes en 1937, ce musée devait être installé au château de Sceaux, acquis avec le domaine alentour par le Conseil général du département de la Seine en 1923. La Commission du Vieux Paris s’en était vue confier l’installation et envisagea à la fin des années 1920 d’y exposer l’ensemble du Casier archéologique, dont elle avait la responsabilité depuis 1924. Ce projet n’eut pas de suite mais il montre à la fois les compréhensions différentes qui pouvaient être faites de cet inventaire et ses limites : comment concilier un instrument de travail, qui doit pouvoir être consulté à tout moment, et un objet de représentation, immobilisé par les impératifs d’une exposition ?

23La création du Casier archéologique reposait sur une coordination inédite entre modernisation urbaine et protection patrimoniale. Fruit de la collaboration entre la Commission du Vieux Paris, instance patrimoniale prestigieuse mais dépourvue de moyens d’actions et un architecte visionnaire, Louis Bonnier, le Casier archéologique et artistique – et c’est peut-être là l’explication de ce nom si particulier – se voulait plus qu’un inventaire : une base, une documentation grise à exploiter, qu’on qualifierait aujourd’hui de base de données, susceptible d’être mobilisée selon des perspectives très variées.

Haut de page

Notes

1 Jean-Michel Leniaud, L’Utopie française, essai sur le patrimoine, Marc Fumaroli (préf.), Paris, Mengès, 1992, 180 p.

2 Marcel Smets, Charles Buls, Les Principes de l’art urbain, Liège, Mardaga, 1995, p. 153.

3 « Arrêté préfectoral instituant la Commission du vieux Paris et désignant les membres de ladite Commission », BMOVP du 19 décembre 1897, p. 3729.

4 « Loi sur les monuments historiques », 31 décembre 1913, Journal officiel du 4 janvier 1914, p. 129-132.

5 « Loi concernant les plans d’extension et d’aménagement des villes », Journal officiel du 15 mars 1919, p. 2726-2727.

6 « Arrêté préfectoral instituant une Commission chargée d’étudier les questions que soulève l’extension de Paris », BMOVP du 1er juillet 1911.

7 Commission d’extension de Paris. Préfecture du Département de la Seine, Paris, imprimerie Chaix, 1913, 2 t.

8 « Examen d’un plan de travail pour la poursuite de l’œuvre de la Commission », Procès-verbaux de la Commission du Vieux Paris (PV CVP), séance du 8 avril 1916, p. 3.

9 Louis Bonnier, « Je signale, à toutes fins utiles et notamment en vue de l’établissement du plan communal d’extension et d’aménagement prévus par les lois du 14 mars 1919 et 10 juillet 1924 que les sites, immeubles (en tout ou en partie) et dont l’énumération suit ont été jugés comme devant être retenus au point de vue artistique, archéologique et pittoresque », « Notes envoyées à M. le Directeur de l’Extension de Paris relatives aux visites de la Commission du Vieux Paris aux communes de : Antony, Arcueil, Bourg-la-Reine, Cachan, Nogent-sur-Marne, Pantin, Champigny », « Notes pour M. Le Directeur de l’Extension de Paris – 1927 », le 25 septembre 1927, carton « Séances plénières – banlieue », archives de la Commission du Vieux Paris – DHAAP (CVP-DHAAP).

10 Louis Bonnier précise dans ses « Notes biographiques » que le rapport de la Commission d’Extension avait été rédigé avec l’aide d’Auguste François, Louis Bonnier, « Notes biographiques », avril 1919, Centre d’archives d’architecture du XXe siècle, 035 Ifa 301 / 4, p. 26.

11 Ces rapports se trouvent, avec les dossiers des plans d’extension des communes du département de la Seine, aux Archives nationales, cote Arch. nat. F² 4214 à 4225.

12 « Le VIe Salon des Urbanistes au Grand Palais », La Construction moderne, 6-13 août 1939, n° 35 et n° 36, p. XXVI-XXVII.

13 Gaston Bardet, Pierre sur pierre, construction du nouvel urbanisme, Paris, éditions L.C.B., 1945, 291 p.

14 André Lapeyre, « René Planchenault (1897-1976) », Bibliothèque de l'École des chartes, 1977, t. 135, p. 419.

15 Xavier Laurent, Grandeur et misère du patrimoine d'André Malraux à Jacques Duhamel, Jean‑Michel Leniaud (préf.), Paris, École nationale des chartes, Comité d’histoire du Ministère de la culture, 2003, p. 168.

16 Jean-Michel Leniaud, « Inventaire général et classement », Chroniques patrimoniales, Paris, Norma éditions, 2001, p. 333.

17 « Loi sur les monuments historiques », Journal officiel du 4 janvier 1914, p.130.

18 L’Instruction fut envoyée « aux présidents des sociétés savantes des départements, aux architectes en chef des monuments historiques et aux architectes ordinaires », Quand les monuments construisaient la nation, le service des monuments historiques de 1830 à 1940, Arlette Auduc, Jean-Michel Leniaud (préf.), Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, 2008, p. 423.

19 Le Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts à Monsieur le Préfet de la Seine, Président de la Commission du Vieux Paris, « Inventaire supplémentaire prévu par l’article 2 de la loi du 31 décembre 1913 sur les monuments historiques », 2 novembre 1921, chemise « ISMH », carton « Papiers Imbert – façades – préparation à l’ISMH », archives CVP-DHAAP.

20 D’après le tableau établi par Jean Bastié, « Activité du bâtiment à Paris (1914-1939) », Jean Bastié, René Pillorget, Paris de 1914 à 1940, Hachette, 1997, p. 227.

21 Louis Bonnier, note du 3 avril 1931, CA 9e – 74, « Immeuble », 34, rue Henri Monnier, angle 27, rue Victor-Massé, 9e arrondissement, Casier archéologique de Paris, archives CVP-DHAAP.

22 Charles Imbert, « Le Casier archéologique, artistique et pittoresque de la Ville de Paris et du département de la Seine », L’Architecture, vol. XLII, n° 5, 1929, p. 163-166.

23 Louis Bonnier, « Communication de M. Léandre Vaillat sur la continuation et l’achèvement du Casier archéologique du département de la Seine », séance de la Commission du Vieux Paris du 26 juin 1937, supplément du BMOVP du 30 mai 1938, p. 35.

24 Marcel Poëte, Une Vie de cité. Paris de sa naissance à nos jours, Paris, A. Picard, 1924-1931, 4 tomes.

25 Léandre Vaillat, Seine, chef-lieu Paris, Paris, Arts et métiers graphiques, 1937, 347 p.

26 Chemise « Exposition de Monaco », carton « Formation du Casier », archives CVP-DHAAP.

27 « Rapport présenté par M. Mario Roques, au nom de la 1ère Sous-commission, sur une proposition d’installation d’un musée historique du département au château de Sceaux, renvoyée par le Conseil général », PV CVP, séance du 31 janvier 1925, p. 5-7.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Exemple de bordereau d’un dossier du Casier archéologique et artistique
Légende Ici le dossier numéroté 5e-10, pour un immeuble situé au no 41, rue Broca, 5e arr., Paris.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Ill. 2 : « Plan archéologique du Marais »
Légende Par l’architecte et urbaniste Robert Auzelle (1913-1983) en 1938. Rouleau de plan, fonds Robert Auzelle, 242 IFA.
Crédits © SIAF / Cité de l’Architecture et du Patrimoine / Centre d’Archives d’architecture du XXe siècle.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Ill. 3 : Cet immeuble de la première moitié du XIXe siècle, ici photographié par Charles Lansiaux, photographe pour le Casier archéologique, en mai 1919, existe toujours.
Légende Ses façades et toitures sur rue ont été inscrites à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 30 décembre 1977. Dossier no 9-74, 34, rue Henri-Monnier, Paris, 9e arr.
Crédits © Casier archéologique et artistique de Paris, Archives de la Commission du Vieux Paris, Département Histoire de l’architecture et Archéologie de Paris (DHAAP).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/721/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Bassières, « Un inventaire, combien d’usages ? Le cas du casier archéologique et artistique de Paris et du département de la Seine durant l’entre-deux-guerres »Livraisons de l'histoire de l'architecture, 33 | 2017, 33-44.

Référence électronique

Laurence Bassières, « Un inventaire, combien d’usages ? Le cas du casier archéologique et artistique de Paris et du département de la Seine durant l’entre-deux-guerres »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 33 | 2017, mis en ligne le 16 juin 2019, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lha/721 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.721

Haut de page

Auteur

Laurence Bassières

Laurence Bassières, née en 1981, est architecte et docteur en histoire de l’architecture. Sa thèse, dirigée par le professeur Anne-Marie Châtelet et intitulée Un inventaire architectural et urbain pour le premier Grand Paris : le Casier archéologique et artistique de Paris et du département de la Seine, 1916-1928, a été financée par la région Île-de-France et soutenue en mai 2016 à l’université de Strasbourg. Chargée de recherche à la Commission du Vieux Paris – DHAAP entre 2008 et 2009, enseignante en école d’architecture depuis 2011, elle est aujourd’hui maître-assistante associée à l’ENSA de Paris-La Villette et à l’ENSAP de Bordeaux, et membre du laboratoire AHTTEP (ENSA Paris La Villette, UMR AUSser 3329). Ses thèmes de recherche portent sur les politiques patrimoniales en France et en Europe dans la première moitié du XXe siècle. Adresse électronique : laurence.bassieres@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • OpenEdition Journals