Navigation – Plan du site

Jules Février (1842-1937), architecte méconnu à l’origine de l’hôtel Gaillard

Jules Février (1842-1937), the unknown architect behind the hôtel Gaillard
Jules Février (1842-1937), verkannter Architekt des Hôtel Gaillard“
Cécile Gastaldo
p. 97-109

Résumés

Jules Février (1842-1937) a fait l’objet d’une étude monographique à l’École Pratique des Hautes Études sous la direction de Jean-Michel Leniaud (mémoire de Cécile Gastaldo). Il semble judicieux de s’intéresser à cet architecte méconnu et à l’œuvre phare de sa carrière : l’hôtel Gaillard (Paris 17e), édifice néo-Renaissance évoquant l’aile Louis XII du château de Blois. Propriété de la banque de France depuis 1919, celui-ci s’apprête à devenir Cité de l’économie et de la monnaie en 2018. Qui est donc l’architecte de l’hôtel Gaillard ? Formé à l’École des Beaux-Arts auprès de Constant-Dufeux, Jules Février collabore aux côtés d’Alfred Pierre Hubert Decloux en 1872, avant d’acheter sa clientèle. Ses commanditaires sont des personnalités en vue : le banquier Émile Gaillard, les peintres Baugnies, le porcelainier Haviland, la courtisane Valtesse de la Bigne et le docteur américain Evans. Pour eux, Février réalisera des hôtels particuliers, situés principalement dans le quartier de la plaine Monceau. Bien que privée, sa production architecturale demeure très variée. Le programme de l’hôtel particulier parisien fait écho à la villa ou au château de province (celui des Civet à Saint-Maximin dans l’Oise). Loin de se limiter au statut de pasticheur du passé, Jules Février est un architecte de son temps, acteur du Paris moderne. De 1881 à 1910, il travaille pour le compte de la Société Générale et de la compagnie d’assurances L’Urbaine-Vie, pour laquelle il construit de nombreux immeubles de rapport (occupés par des locataires de toutes classes sociales) dans différents arrondissements de la capitale. Citons parmi les principaux, ceux de la rue de l’Université (7e) et l’avenue des Champs-Élysées (8e). Fruit d’une collaboration avec son fils Raymond, le palace Métropolis achevé en 1911 à Madrid pour la compagnie d’assurances L’Union et le Phénix espagnol, vient habilement couronner sa carrière d’architecte, par un rayonnement à l’étranger.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 François-Jules Février, Livre généalogique et historique de la famille Février et de ses alliances, (...)

« Au cas où le nom de Février viendrait à disparaître1. »

  • 2 Alice Thomine, Émile Vaudremer 1829-1914 : la rigueur de l’architecture publique, Paris, Picard, 20 (...)
  • 3 Manolita Fréret-Filippi, Camille Albert, une architecture entre éclectisme, historicisme et régiona (...)
  • 4 Renzo Dubbini, Henri Labrouste : 1801-1875, Milan, Electa, 2001, 300 p.
  • 5 Jean-Michel Leniaud, Jean-Baptiste Lassus, 1807-1857 : ou le temps retrouvé des cathédrales, Paris, (...)

1Dans sa vocation la plus noble, l’étude monographique met en lumière l’œuvre et la vie d’un personnage historique. Dès 1990, on constate un vif regain d’intérêt pour ce genre d’écriture. D’Émile Vaudremer2 à Camille Albert3 en passant par Henri Labrouste4, les architectes du XIXe siècle font l’objet d’ouvrages monographiques approfondis, retrouvant peu à peu, leurs lettres de noblesse. Dix ans plus tôt, Jean‑Michel Leniaud consacrait déjà sa thèse de l’École des chartes à Jean-Baptiste Lassus5. La démarche biographique, chère à l’historien de l’architecture, tente de réparer une paternité perdue, la figure de l’architecte étant, à l’inverse de celle du peintre ou de l’écrivain, moins répandue dans l’imaginaire collectif. Jules Février n’échappe pas à cette règle. Il demeure largement méconnu, bien qu’étant à l’origine de l’un des hôtels particuliers les plus extravagants de Paris. L’œuvre surpasserait donc son maître d’œuvre, en termes de postérité ?

  • 6 Anne-Marie Romeo, « Une protection pour l’hôtel Gaillard ? », Le Figaro, Paris, 1er novembre 1997.

« Tous les Parisiens ont son image en tête : l’hôtel Gaillard est cet étonnant castelet de style troubadour en brique rouge qui ferme l’horizon de la place du Général-Catroux6. »

  • 7 Étude privée Grahal, Bilan historique et archéologique de l’hôtel Gaillard, Paris, Banque de France (...)
  • 8 Site officiel du projet Citéco, Cité de l’Économie et de la Monnaie : www.citeco.fr

2Transformé une première fois en succursale de la banque de France par l’architecte Alphonse Defrasse en 19197, l’hôtel Gaillard (ill. 1) suscita bien des combats patrimoniaux, avant son classement définitif au titre des Monuments historiques en 1998. Après un sommeil long de vingt ans, un grand projet de réhabilitation est annoncé pour 2018. Actuellement en pleine campagne de travaux, l’hôtel Gaillard se prépare à devenir Cité de l’économie et de la monnaie8, dans un nouvel écrin hautement contemporain. En parallèle, un contre-projet envisage un tout autre avenir pour l’édifice. L’hôtel Gaillard deviendrait le centre Dumas, un lieu d’histoire et de mémoire abritant un musée de l’esclavage. Dans les deux cas, le bâtiment sera désormais ouvert au public. Durant cette période transitoire, il semblerait judicieux d’amorcer un travail de réhabilitation.

Ill. 1 : Vue générale de la façade principale de l’hôtel Gaillard

Ill. 1 : Vue générale de la façade principale de l’hôtel Gaillard

Jules Février, 1882, brique, pierre de taille et ardoise, 1 place du Général-Catroux, Paris (17e).

© Cl. Cécile Gastaldo.

3Prendre soin de se souvenir d’un homme, Jules Février, de l’architecte qu’il était à travers les principales réalisations de sa production architecturale, et de mettre en lumière l’œuvre phare de sa carrière : l’hôtel Gaillard, aujourd’hui à l’aube d’une vie nouvelle.

Jules Février à ses débuts : de l’École des Beaux-Arts à l’achat d’une clientèle privée

  • 9 Arch. de l’École des Beaux-Arts, AJ52 365, Acte de naissance de Pierre Barthélémy Victor Jules Févr (...)
  • 10 Edmond Delaire, Les Architectes élèves de l’École des Beaux-Arts, 1793-1907, Paris, Librairie de la (...)
  • 11 Arch. dép. de la Haute-Saône, 34 J 377, Lettre de François-Jules Février à Monsieur le curé au suje (...)
  • 12 Op. cit., Livre généalogique, collection particulière.
  • 13 Arch. privées, Lettre du ministre des Travaux publics à Jules Février au sujet de sa nomination en (...)

4Né le 4 septembre 1842 dans le village de Membrey9, Pierre Barthélémy Victor Jules Février passa son enfance à Vesoul. Un an avant sa naissance, son père, François-Jules Février, fut nommé architecte départemental de la Haute-Saône. Formé à l’École des Beaux-Arts à Paris10, dans les ateliers de Léon Vaudoyer et d’Henri Labrouste, il mena une longue carrière publique. On lui doit notamment la réalisation de la chapelle Notre-Dame-de-la-Motte11, surplombant encore de nos jours, la colline de Vesoul. De 1862 à 1867, Jules Février fut formé à l’École des Beaux-Arts, auprès de l’architecte Simon Claude Constant-Dufeux12, ami de son père. Malgré une première expérience en tant que sous-inspecteur des travaux de reconstruction de l’ancienne bibliothèque du Louvre, aux côtés d’Hector Lefuel13, le jeune architecte s’éloigne rapidement des commandes publiques pour s’orienter vers l’architecture privée.

  • 14 Op. cit., Livre généalogique, collection particulière.
  • 15 Dans le 1er arrondissement parisien.
  • 16 Alfred Pierre Hubert Decloux, Doury, Histoire archéologique, descriptive et graphique de la Sainte- (...)
  • 17 Arch. privées, Acte notarié de la vente du cabinet d’architecture de Monsieur Decloux à Jules Févri (...)
  • 18 Ibid., Acte de mariage de Jules Février, 5 janvier 1875, Paris.

5Dès 1872, il travaille en tant que commis principal pour le compte d’Alfred Pierre Hubert Decloux14, dans un cabinet d’architecture situé 40, rue du Mont-Thabor15. Élève de Félix Duban, ce fervent admirateur de Jean-Baptiste Lassus édite à l’aide du lithographe Doury, un ouvrage sur la Sainte-Chapelle en 185716. En 1874, Decloux vend à Jules Février, l’intégralité de sa clientèle17. Cet acte constitue véritablement le point de départ de la carrière privée du jeune Février. Au même moment, il concrétise son mariage avec Anaïs Despaulx18, surnommée « Mouchette ». Le couple Février aura deux fils : Henri, l’aîné, élève d’André Messager et compositeur de musique classique, et Raymond, le cadet, architecte comme son père.

Jules Février, architecte de la bourgeoisie de la Plaine Monceau

  • 19 Arch. privées, Jules Février, Fiche de renseignements au sujet du 3, rue de la Terrasse, 17e arrond (...)
  • 20 Ernest Babize, « La place Malesherbes et l’hôtel Gaillard », Bulletin de la société historique et a (...)

6En 1875, Jules Février s’installe avec son épouse au 3, rue de la Terrasse19, au cœur de la plaine Monceau. Le quartier, autrefois composé de vastes terrains de culture maraîchère, fait l’objet d’une restructuration complète sous la houlette du préfet Haussmann et des frères Pereire20. Paris se transforme et change de visage. La nouvelle plaine Monceau se pare d’axes rectilignes, de boulevards et de grandes avenues nommés Villiers, Courcelles ou Malesherbes. Une population mondaine (banquiers, artistes et hommes d’affaires) décident d’ériger à proximité du parc Monceau, des hôtels particuliers à leur image.

  • 21 Arch. dép. de Paris, D.1 P4 729, 8e arrondissement, cadastre de 1876.
  • 22 Ibid., D.1 P4 975, 8e arrondissement, cadastre de 1862.
  • 23 Situé dans le 17e arrondissement de Paris. La signature « J. Février » est nettement lisible en faç (...)
  • 24 Arch. dép. de Paris, D.1 P4 25, 17e arrondissement, cadastre de 1876.
  • 25 Myriam Chimènes, Journal 1894-1927 de Margherite de Saint-Marceaux, Paris, Fayard, 2007, 1 467 p.
  • 26 Abel Hermant, Souvenirs de la vie mondaine, Paris, Plon, 1935, 248 p.
  • 27 Odile Nouvel-Kammerer, « Le lit d’une lione : Valtesse de la Bigne », Rêves d’alcôves : la chambre (...)
  • 28 Émile Zola, Nana, Paris, Le Livre de Poche, 1967, 440 p.

7De 1875 à 1885, Jules Février réalise plusieurs hôtels particuliers de style néoclassique pour le compte de particuliers fortunés. Celui du vicomte Bernard de Gironde se situe 29, avenue de Messine21, à l’arrière du parc Monceau. On y relève des éléments de style rocaille en façade (parement en bossages à refends au rez-de-chaussée, cuirs, volutes) ainsi qu’à l’intérieur (grand salon néo-Louis XV). Une floraison de coquilles et de mascarons ornent la façade du 11 bis, rue Roquépine22, propriété du député Louis-Auguste Broët. Même veine néo-classique aux 100, boulevard Malesherbes23 et 30, rue Ampère24, demeures des peintres Eugène (père) et Jacques (fils) Baugnies. À la mort d’Eugène, Margherite de Saint-Marceaux25 (dite « Meg »), épouse en secondes noces le sculpteur René de Saint-Marceaux. Voisine et fidèle amie de Mouchette, Meg accueille dans son salon parisien du boulevard Malesherbes des personnalités du Tout-Paris. Les familles Février, Baugnies et Saint-Marceaux, poursuivront ces réunions mondaines jusqu’en Normandie, dans la villa Les Rochers de Montivilliers, appartenant aux Février. En 1876, Jules Février se lance dans la réalisation de l’hôtel néo-Renaissance de Valtesse de la Bigne, situé 98, boulevard Malesherbes (ill. 2). La propriétaire, célèbre pour sa réputation de courtisane sulfureuse, fut maintes fois portraiturée par Édouard Detaille, Henri Gervex et Édouard Manet. Surnommée « L’Union des peintres26 », elle incarne parfaitement l’univers mondain de la Plaine Monceau. Son hôtel, détruit en 1902, abritait autrefois un lit de parade monumental signé Édouard Lièvre27 ainsi qu’un intérieur éclectique, qui inspira à Émile Zola la description de la demeure de Nana, héroïne de son roman28 :

  • 29 Ibid., p. 287.

« Il était de style Renaissance, avec un air de palais, une fantaisie de distribution intérieure, des commodités modernes dans un cadre d’une originalité voulue29. »

Ill. 2 : Élévation sur cour de l’hôtel de Mme Valtesse de la Bigne

Ill. 2 : Élévation sur cour de l’hôtel de Mme Valtesse de la Bigne

Jules Février, 1877, planche gravée dans Le Moniteur des architectes, H. 17,5 ; L. 25, vol. 11, pl. 17, 98 boulevard Malesherbes, Paris.

© D.R.

  • 30 Siège actuel de la banque EFG International.
  • 31 Disparu de nos jours.

8De 1890 à 1901, Jules Février accompagne Valtesse dans ses projets de résidences secondaires éclectiques, de Monte-Carlo (villa Les Aigles30) au château de la chapelle du Roy31 et son mobilier Art Nouveau, situé à Ville-d’Avray.

L’hôtel Gaillard : rêve d’un architecte pour un collectionneur

  • 32 Étude privée Grahal, Bilan historique et archéologique de l’hôtel Gaillard, Paris, Banque de France (...)
  • 33 Jean-Jacques Eigeldinger, Chopin vu par ses élèves, Paris, Fayard, 2006, 454 p.
  • 34 Émile Molinier, Catalogue des objets d’art et de Haute Curiosité de la Renaissance, tapisseries, ta (...)
  • 35 Ibid. La collection d’Émile Gaillard, d’une grande richesse (mobilier Renaissance en bois, porcelai (...)
  • 36 Actuelle place du Général-Catroux (17e arrondissement).
  • 37 Actuelle rue Georges-Berger (17e arrondissement).
  • 38 Ernest Le Nail, Le Château de Blois, Paris, Ducher & Cie, 1875, 13 p., p. 9.-Jacques Eigeldinger, C (...)

9La clientèle de Decloux constitue pour Jules Février une opportunité inouïe, l’aubaine d’accéder à un carnet d’adresses bien fourni, constitué de personnalités aisées. Jules Février noue avec Émile Gaillard une relation privilégiée. Banquier du comte de Chambord, ce légitimiste accompli naît à Grenoble en 1821 dans un milieu bourgeois32. Pianiste mélancolique, élève favori de Frédéric Chopin33, il met en musique le poème Aubade, œuvre de jeunesse de Victor Hugo. Amateur d’art éclairé, il souhaite réunir en un seul lieu, l’ensemble de sa collection de Haute Curiosité34 composée d’objets d’art du Moyen Âge et de la Renaissance35. De 1878 à 1883, Jules Février s’adonne à la réalisation de ce véritable écrin. De tous les hôtels particuliers du quartier, l’hôtel Gaillard règne en maître, sur une superficie d’environ 1 300 m2. Situé sur l’ancienne place Malesherbes36, il adopte un plan en forme de « U » (ill. 3), soit un corps de logis principal flanqué de deux ailes (l’une située 16 rue de Thann ; l’autre 11 bis rue Legendre37). Sa façade monumentale s’inspire directement de l’aile Louis XII du château de Blois en adoptant les mêmes dimensions (soit 55 mètres de long). Le choix de Blois n’est pas anodin puisqu’il s’agit du « monument français par excellence [...] dont l’origine se confond avec les origines de la nation38 ». Jules Février s’inscrit pleinement dans la mouvance de l’historicisme, courant architectural puisant dans les styles du passé.

Ill. 3 : Hôtel E. Gaillard : plan du premier étage signé

Ill. 3 : Hôtel E. Gaillard : plan du premier étage signé

Jules Février, vers 1878, encre noire sur papier cartonné, H. 52,5 ; L. 68,5, Paris.

© Banque de France, collection particulière.

10Le parement en brique rouge aux motifs en forme de losange, les gouttières Dauphin en fonte, et les épis de faîtages ornant la toiture d’ardoise, sont des éléments caractéristiques de l’architecture ligérienne de Blois, Gien et Fontainebleau. Jules Février y multiplia les séjours, pour relever les détails servant à la confection des moulages.

11À l’image du puissant souverain Louis XII, Émile Gaillard règne en maître sur son château de la place Malesherbes. S’empressant de faire sculpter de grands « G » aux lucarnes de ses combles, il se plaît à convier le Tout-Paris (plus de 2 000 personnes) au bal costumé Renaissance de son hôtel, dans la nuit du 10 au 11 avril 1885. Jules Février, alors en charge des invitations, s’exclame :

  • 39 Arch. privées, lettre de Jules Février à Émile Gaillard proposant une liste d’invités supplémentair (...)

« Personne autour de moi n’a jamais vu un tel désir d’assister à une fête !
C’est extraordinaire39 ! »

  • 40 « Il faut bien donner de l’argent aux pauvres avec le bal de l’hôtel de Ville, et du plaisir au hig (...)
  • 41 Attribut de la profession d’architecte. Symbole d’appartenance à la franc-maçonnerie, au même titre (...)

12La démesure d’un tel évènement fera néanmoins grand bruit dans la presse40, peu de temps après l’affaire du Tonkin. En dépit des critiques, les relations amicales du propriétaire et de l’architecte sont dévoilées au grand jour à travers deux culots de pierre en façade principale. Jules Février est représenté en costume médiéval, compas41 à la main, pendant qu’Émile Gaillard plonge sa main dans une escarcelle remplie de pièces de monnaie (ill. 4). Bon nombre d’éléments architecturaux sont empruntés au répertoire du Moyen Âge et de la Renaissance : tourelles d’angles, fenêtres à meneaux, gargouilles fantastiques, pinacles à fleurons, gouttières Dauphin... (ill. 5) Soulignons également l’abondance de l’iconographie animale et végétale :

  • 42 Alexandre Gady, Les Hôtels particuliers de Paris, du Moyen Âge à la Belle Époque, Paris, Parigramme (...)

« Jules Février a poussé le soin du détail dans la sculpture décorative où pinacle et frise végétale couronnent l’accolade au-dessus de l’arc en anse de panier du portail42. »

Ill. 4 : Portrait du banquier Émile Gaillard avec ses attributs

Ill. 4 : Portrait du banquier Émile Gaillard avec ses attributs

1882, culot sculpté en pierre, hôtel Gaillard, Paris (17e).

© Cl. Cécile Gastaldo.

Ill. 5 : De la gouttière Dauphin aux pinacles à fleurons

Ill. 5 : De la gouttière Dauphin aux pinacles à fleurons

Décor extérieur de l’hôtel Gaillard, 1882, brique, pierre de taille et fonte, Paris (17e).

© Cl. Cécile Gastaldo.

  • 43 Op. cit., Ernest Babize, p. 304-306.

13Le faste extérieur se prolonge à l’intérieur. Le vestibule accueille un escalier d’honneur à double volée de style Renaissance43, dont la rampe abrite un curieux sphinx à l’effigie d’Émile Gaillard. Les étages desservent les différentes pièces de réception, habillées de cheminées monumentales, d’élégantes tapisseries et de boiseries en noyer. Citons parmi elles : le fumoir, la chambre d’Émile Gaillard, la salle à manger (reconnaissable par sa tenture bleue murale à l’iconographie royale d’hermines et fleurs de lys), le petit salon et la salle de bal, où la tribune d’angle est réservée aux musiciens. L’élément le plus singulier de l’hôtel Gaillard est sans nul doute l’escalier du puits desservant l’aile de la rue de Thann. Hautement pittoresque, cet escalier à vis en pierre est surmonté d’un puits profond orné d’une pièce de ferronnerie à motifs de fleurs de lys.

  • 44 Arch. privées, lettre de Jules Février au président de la Commission des récompenses à décerner à l (...)
  • 45 Arch. privées, Jules Février, fiche de renseignements au sujet du 29, avenue de Villiers, 17e arron (...)

14Si les architectes partisans des théories modernes perçoivent ce pastiche néo-Renaissance comme une farce architecturale de mauvais goût, ce curieux château de Blois en plein Paris, est rapidement reconnu à sa juste valeur. 1889 voit la double consécration pour Jules Février qui reçoit pour l’hôtel Gaillard, la médaille d’or de l’Exposition universelle couplée au grand prix de la Société centrale des architectes, soit la grande médaille de l’architecture privée44. Le rayonnement de l’hôtel Gaillard est tel que Charles Edward Haviland, riche porcelainier américain et collectionneur d’art asiatique, s’adresse en 1880 à Jules Février pour la réalisation de son hôtel particulier néo-Renaissance du 29, avenue de Villiers45. Les analogies architecturales sont nombreuses entre les deux édifices (parements en brique, balcons en pierre ouvragés, gouttières Dauphin, toitures d’ardoise...), qui répondent tous deux à la physionomie architecturale de la plaine Monceau, véritable berceau de l’éclectisme.

  • 46 Ibid., 75, rue Maubeuge, 10e arrondissement.

15Si ses constructions font écho à l’ancien d’un point de vue stylistique, elles disposent de tout le confort moderne (électricité, gaz, eau courante), à l’image du château Civet de Saint-Maximin (ill. 6). En 1887, Jules Février réalise cet édifice pour le compte de Léon-Gustave Civet, maire de la commune. Érigé en pierre blanche de Saint-Maximin, le château revêt des similitudes avec l’hôtel Gaillard, aussi bien extérieures (lucarnes, tourelles, épis de faîtage, toitures d’ardoise...) qu’intérieures, comme en témoignent le pavement d’inspiration médiévale en carreaux de faïences, et les boiseries ornées du motif néo-Renaissance de serviette pliée. Riches exploitants de carrières, les Civet, à la fois propriétaires d’un château dans l’Oise et d’une maison à loyers à la capitale46, incarnent l’exemple type de la réussite industrielle.

Ill. 6 : Vue de la façade principale du château Civet

Ill. 6 : Vue de la façade principale du château Civet

Jules Février, 1888, pierre de Saint-Maximin, ardoise, Saint-Maximin, Oise.

© Cl. Cécile Gastaldo.

Jules Février : architecte de son temps, acteur du Paris moderne

  • 47 Jean-Michel Leniaud, Les Bâtisseurs d’avenir : portraits d’architectes : XIXe-XXe siècle, Paris, Fa (...)

« S’adapter, c’est comprendre que l’architecture n’est pas fondée sur l’individualisme créateur, mais sur la compréhension d’un siècle qui offre un redoutable défi de modernité47. »

De la Société Générale à L’Urbaine-Vie

  • 48 Op. cit., livre généalogique, collection particulière.
  • 49 Hubert Bonin, Histoire de la Société générale, 1864-1890, la naissance d’une banque, Genève, Droz, (...)
  • 50 Arch. dép. de Paris, V.O11 552, 160, rue Championnet, 18e arrondissement, cadastre de 1900.
  • 51 Arch. privées, Jules Février, fiche de renseignements au sujet des 191-193-195, rue de l’Université (...)
  • 52 Ibid., 144-146, avenue des Champs-Élysées, 8e arrondissement.
  • 53 Le cinéma UGC-Georges V.
  • 54 Arch. dép. de Paris, V.O11 569, 8e arrondissement, cadastre de 1876.

16Il fait preuve d’une excellente capacité d’adaptation. De 1881 à 1910, Jules Février travaille pour le compte de la Société Générale, grâce à l’appui de Guillaume Denière48, oncle de Mouchette et brillant financier pleinement investi dans le projet de création de la Société Générale49 en 1864. L’architecte de l’hôtel Gaillard réalise des constructions utilitaires dans les 9e et 18e arrondissements. Qu’il s’agisse d’immeubles de bureaux ou de locaux destinés aux archives bancaires (160, rue Championnet50), on ne peut que souligner le caractère purement fonctionnel de ces bâtiments, disparus de nos jours. Le monde bancaire étant fortement lié à celui des assurances, Jules Février collabore avec la compagnie d’assurances L’Urbaine-Vie de 1884 à 1889. Aux antipodes des fastes historiques de l’hôtel Gaillard, il adopte une écriture architecturale très neutre, en se consacrant à la production d’immeubles de rapport destinés à la location. À commencer par le bloc d’immeubles de la rue de l’Université51, où prédominent monumentalité architectonique et monotonie décorative. À l’inverse, l’immeuble de rapport des 144-146, avenue des Champs-Élysées52 se distingue par son ornementation. Depuis 1983, il abrite en son rez-de-chaussée un cinéma encore en activité aujourd’hui53. Ses façades majestueuses (ill. 7) multiplient les citations néo-classique : pilastres à chapiteaux corinthiens, frontons triangulaires, corniches... La décoration intérieure, de style rocaille (lambris, colonnes doriques, cheminées en marbre54), convient parfaitement aux locataires fortunés, qu’ils soient médecins, officiers, industriels ou hommes d’affaires...

Ill. 7 : Détails de l’ornementation de style classique (frontons triangulaires, ordre corinthien colossal)

Ill. 7 : Détails de l’ornementation de style classique (frontons triangulaires, ordre corinthien colossal)

Jules Février, 1889, pierre de taille, 144-146 avenue des Champs-Élysées, Paris (8e).

© Cl. Cécile Gastaldo.

Du Docteur Evans à Métropolis : une brillante fin de carrière

  • 55 Arch. dép. de Paris, V.O11 2780, 187 rue de la Pompe, 16e arrondissement, cadastre de 1876.
  • 56 Neuilly-sur-Seine, Le Pecq, Le Vésinet, etc.
  • 57 Arch. privées, Jules Février, fiche de renseignements au sujet des 63-65-67-69, rue Manin, 19e arro (...)

17Autre personnalité d’envergure, le docteur américain Thomas Wiltberger Evans, dentiste personnel de Napoléon III qui s’adresse à Jules Février en 1890, pour l’édification de Bella Rosa, luxueuse propriété privée située 43, avenue du Bois-de-Boulogne (16e arrondissement). À l’image de l’hôtel Gaillard, ce palais néo-classique (aujourd’hui disparu) a pour vocation première d’abriter une collection de peintures dont les œuvres d’Édouard Manet. Quant au décor Art Nouveau des salles à manger signé Jacques Galland, il témoigne de l’avancée des innovations stylistiques à la Belle Époque. Jusqu’à la fin de sa carrière, Jules Février fait du programme de l’immeuble de rapport, son principal fonds de commerce, en exploitant ses nombreuses variantes : luxueuses maisons à loyers (dont la pension philanthropique « The Lafayette Home55 » du docteur Evans, proposant des chambres meublées de qualité) ; appartements cossus en banlieue56 et logements en série pour la classe moyenne (du bloc d’immeubles de la rue l’Université à celui situé rue Manin57, ayant vue sur le parc des Buttes-Chaumont).

18Destinées aux ouvriers et aux marchands, d’autres constructions plus modestes sont réalisées avec des matériaux peu coûteux (bois, moellons, pierre de Paris). Durant cette même période, Jules Février revêt tous les traits de l’homme moderne. Il joue en bourse, multiplie les investissements et jouit du statut de propriétaire. Il est également à l’origine des usines Février du Pont-la-Dame (ensemble de constructions industrielles à Aspres-sur-Buëch dans les Hautes-Alpes) et d’exploitations viticoles en Gironde.

  • 58 Arch. nat., LH968 16, Procès-verbal de réception de M. Février, 22 août 1905, Paris.
  • 59 Louis Farge, « Hôtels d’administration, résultats des concours et projets primés : Jules & Raymond (...)
  • 60 Remplacé en 1975 par l’actuelle victoire ailée.

19L’année 1905 couronne officiellement la carrière de Février. À commencer par sa nomination au grade de chevalier de la Légion d’honneur58, suivie de près par sa collaboration avec son fils Raymond, pour la réalisation du grand hôtel d’administration de la compagnie d’assurances L’Union et le Phénix espagnol à Madrid59. Achevé en 1911, ce palace monumental haut de 45 mètres (ill. 8) domine aujourd’hui sous le nom de Métropolis, l’artère commerçante de la Gran Vía. Sa façade, richement décorée, abrite des colonnes corinthiennes et plusieurs groupes de sculptures dont six statues réalisées par René de Saint-Marceaux. Ce dernier est à l’origine du Génie et du phénix en bronze60, surplombant le dôme d’ardoise. Orné de dorures, il évoque le style parisien de la Belle Époque. À l’aube du XXe siècle, Métropolis incarne le symbole du rayonnement des Février à l’étranger.

  • 61 François Loyer, Paris XIXe siècle : l’immeuble et la rue, Paris, Hazan, 1987, 478 p., p. 167.

« L’analyse de la production révèle parfois quelques surprises, quand un architecte de château bâtit au passage une usine ou une villa de bord de mer pour l’un de ses fidèles clients61. »

Ill. 8 : Vue latérale de la façade de l’édifice Métropolis

Ill. 8 : Vue latérale de la façade de l’édifice Métropolis

Jules Février & Raymond Février, 1911, pierre de taille et ardoise, 39 rue d’Alcalá, Madrid, Espagne.

© Cl. Cécile Gastaldo.

20Jules Février s’éteint en 1937, à l’âge avancé de quatre-vingt-quinze ans. Sa dernière réalisation fut son propre tombeau situé au cimetière du Père-Lachaise, dont la forme rectangulaire aux lignes classiques, semble faire écho aux monuments funéraires d’Henri Labrouste, architecte tant admiré par son père. Loin de se limiter au statut d’architecte historiciste de la plaine Monceau, Jules Février est à l’image de l’ambivalence de son époque, sans cesse tiraillée entre la nostalgie d’un passé révolu et les innovations constantes du monde moderne. Plurielle, sa production architecturale est d’un éclectisme sans limite. En résulte une grande variété de programmes architecturaux (hôtel particulier, villa, château, immeuble de rapport) ; de styles « néo » (gothique, Renaissance, classique) annonciateurs de l’Art nouveau et de multiples lieux. De la Gran Vía aux Champs-Élysées, de l’hôtel Gaillard au château de Saint-Maximin, il semblerait que ces édifices, une fois la postérité de leur maître d’œuvre retrouvée, acquièrent aujourd’hui une légitimité nouvelle.

Haut de page

Notes

1 François-Jules Février, Livre généalogique et historique de la famille Février et de ses alliances, collection particulière, 176 p.

2 Alice Thomine, Émile Vaudremer 1829-1914 : la rigueur de l’architecture publique, Paris, Picard, 2004, 382 p.

3 Manolita Fréret-Filippi, Camille Albert, une architecture entre éclectisme, historicisme et régionalisme, Saint-Quentin-en-Yvelines, Créaphis, 2009, 239 p.

4 Renzo Dubbini, Henri Labrouste : 1801-1875, Milan, Electa, 2001, 300 p.

5 Jean-Michel Leniaud, Jean-Baptiste Lassus, 1807-1857 : ou le temps retrouvé des cathédrales, Paris, Arts et métiers graphiques, 1980, 296 p.

6 Anne-Marie Romeo, « Une protection pour l’hôtel Gaillard ? », Le Figaro, Paris, 1er novembre 1997.

7 Étude privée Grahal, Bilan historique et archéologique de l’hôtel Gaillard, Paris, Banque de France, 2011, 298 p.

8 Site officiel du projet Citéco, Cité de l’Économie et de la Monnaie : www.citeco.fr

9 Arch. de l’École des Beaux-Arts, AJ52 365, Acte de naissance de Pierre Barthélémy Victor Jules Février, 3 avril 1845, Membrey.

10 Edmond Delaire, Les Architectes élèves de l’École des Beaux-Arts, 1793-1907, Paris, Librairie de la Construction moderne, 1907, 480 p.

11 Arch. dép. de la Haute-Saône, 34 J 377, Lettre de François-Jules Février à Monsieur le curé au sujet de l’érection d’une chapelle au sommet de la Motte, 4 octobre 1854, Vesoul.

12 Op. cit., Livre généalogique, collection particulière.

13 Arch. privées, Lettre du ministre des Travaux publics à Jules Février au sujet de sa nomination en qualité de sous-inspecteur aux travaux de réfection de l’ancienne bibliothèque du palais du Louvre, 10 mai 1873, Paris.

14 Op. cit., Livre généalogique, collection particulière.

15 Dans le 1er arrondissement parisien.

16 Alfred Pierre Hubert Decloux, Doury, Histoire archéologique, descriptive et graphique de la Sainte-Chapelle, Paris, Félix Malteste, 1857, 88 p.

17 Arch. privées, Acte notarié de la vente du cabinet d’architecture de Monsieur Decloux à Jules Février, 27 février 1874, Paris.

18 Ibid., Acte de mariage de Jules Février, 5 janvier 1875, Paris.

19 Arch. privées, Jules Février, Fiche de renseignements au sujet du 3, rue de la Terrasse, 17e arrondissement, Paris.

20 Ernest Babize, « La place Malesherbes et l’hôtel Gaillard », Bulletin de la société historique et archéologique des 8e et 17e arrondissements de Paris, Paris, 1928-1939, 312 p.

21 Arch. dép. de Paris, D.1 P4 729, 8e arrondissement, cadastre de 1876.

22 Ibid., D.1 P4 975, 8e arrondissement, cadastre de 1862.

23 Situé dans le 17e arrondissement de Paris. La signature « J. Février » est nettement lisible en façade.

24 Arch. dép. de Paris, D.1 P4 25, 17e arrondissement, cadastre de 1876.

25 Myriam Chimènes, Journal 1894-1927 de Margherite de Saint-Marceaux, Paris, Fayard, 2007, 1 467 p.

26 Abel Hermant, Souvenirs de la vie mondaine, Paris, Plon, 1935, 248 p.

27 Odile Nouvel-Kammerer, « Le lit d’une lione : Valtesse de la Bigne », Rêves d’alcôves : la chambre au cours des siècles, catalogue d’exposition, Paris, Union Centrale des Arts Décoratifs-RMN, 1995, 230 p.

28 Émile Zola, Nana, Paris, Le Livre de Poche, 1967, 440 p.

29 Ibid., p. 287.

30 Siège actuel de la banque EFG International.

31 Disparu de nos jours.

32 Étude privée Grahal, Bilan historique et archéologique de l’hôtel Gaillard, Paris, Banque de France, 2011, 298 p., p. 211-213.

33 Jean-Jacques Eigeldinger, Chopin vu par ses élèves, Paris, Fayard, 2006, 454 p.

34 Émile Molinier, Catalogue des objets d’art et de Haute Curiosité de la Renaissance, tapisseries, tableaux anciens composant la collection d’Émile Gaillard..., Paris, Georges Petit, 1904, 205 p.

35 Ibid. La collection d’Émile Gaillard, d’une grande richesse (mobilier Renaissance en bois, porcelaines de Chine et du Japon, faïences hispano-mauresques, verreries de Bohême, peintures des Écoles flamandes et vénitiennes), comprend plusieurs œuvres remarquables : un plat ovale du XVIe siècle de Bernard Palissy, des peintures anciennes (Véronèse, Murillo), et d’autres plus récentes signées Isabey, Decamps, Diaz, Dupré, etc.

36 Actuelle place du Général-Catroux (17e arrondissement).

37 Actuelle rue Georges-Berger (17e arrondissement).

38 Ernest Le Nail, Le Château de Blois, Paris, Ducher & Cie, 1875, 13 p., p. 9.-Jacques Eigeldinger, Chopin vu par ses élèves, Paris, Fayard, 2006, 454 p.

39 Arch. privées, lettre de Jules Février à Émile Gaillard proposant une liste d’invités supplémentaires pour le bal costumé, 14 mars 1885, Paris.

40 « Il faut bien donner de l’argent aux pauvres avec le bal de l’hôtel de Ville, et du plaisir au highlife avec le bal de Monsieur Gaillard » (Perdican, L’Illustration, Courrier de Paris, no 2197, 4 avril 1885, p. 222).

41 Attribut de la profession d’architecte. Symbole d’appartenance à la franc-maçonnerie, au même titre que l’équerre.

42 Alexandre Gady, Les Hôtels particuliers de Paris, du Moyen Âge à la Belle Époque, Paris, Parigramme, 2008, 327 p., p. 224.

43 Op. cit., Ernest Babize, p. 304-306.

44 Arch. privées, lettre de Jules Février au président de la Commission des récompenses à décerner à l’Architecture privée, 3 avril 1899, Paris.

45 Arch. privées, Jules Février, fiche de renseignements au sujet du 29, avenue de Villiers, 17e arrondissement, Paris.

46 Ibid., 75, rue Maubeuge, 10e arrondissement.

47 Jean-Michel Leniaud, Les Bâtisseurs d’avenir : portraits d’architectes : XIXe-XXe siècle, Paris, Fayard, 1998, 503 p., p. 101.

48 Op. cit., livre généalogique, collection particulière.

49 Hubert Bonin, Histoire de la Société générale, 1864-1890, la naissance d’une banque, Genève, Droz, 2006, 723 p.

50 Arch. dép. de Paris, V.O11 552, 160, rue Championnet, 18e arrondissement, cadastre de 1900.

51 Arch. privées, Jules Février, fiche de renseignements au sujet des 191-193-195, rue de l’Université, 7e arrondissement, Paris.

52 Ibid., 144-146, avenue des Champs-Élysées, 8e arrondissement.

53 Le cinéma UGC-Georges V.

54 Arch. dép. de Paris, V.O11 569, 8e arrondissement, cadastre de 1876.

55 Arch. dép. de Paris, V.O11 2780, 187 rue de la Pompe, 16e arrondissement, cadastre de 1876.

56 Neuilly-sur-Seine, Le Pecq, Le Vésinet, etc.

57 Arch. privées, Jules Février, fiche de renseignements au sujet des 63-65-67-69, rue Manin, 19e arrondissement, Paris.

58 Arch. nat., LH968 16, Procès-verbal de réception de M. Février, 22 août 1905, Paris.

59 Louis Farge, « Hôtels d’administration, résultats des concours et projets primés : Jules & Raymond Février pour l’hôtel de la Cie d’assurances L’Union et le Phénix espagnol », Les Concours publics d’architecture, 10e année, Paris, 1905, 60 p.

60 Remplacé en 1975 par l’actuelle victoire ailée.

61 François Loyer, Paris XIXe siècle : l’immeuble et la rue, Paris, Hazan, 1987, 478 p., p. 167.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Vue générale de la façade principale de l’hôtel Gaillard
Légende Jules Février, 1882, brique, pierre de taille et ardoise, 1 place du Général-Catroux, Paris (17e).
Crédits © Cl. Cécile Gastaldo.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/761/img-1.png
Fichier image/png, 777k
Titre Ill. 2 : Élévation sur cour de l’hôtel de Mme Valtesse de la Bigne
Légende Jules Février, 1877, planche gravée dans Le Moniteur des architectes, H. 17,5 ; L. 25, vol. 11, pl. 17, 98 boulevard Malesherbes, Paris.
Crédits © D.R.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/761/img-2.png
Fichier image/png, 569k
Titre Ill. 3 : Hôtel E. Gaillard : plan du premier étage signé
Légende Jules Février, vers 1878, encre noire sur papier cartonné, H. 52,5 ; L. 68,5, Paris.
Crédits © Banque de France, collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/761/img-3.png
Fichier image/png, 309k
Titre Ill. 4 : Portrait du banquier Émile Gaillard avec ses attributs
Crédits 1882, culot sculpté en pierre, hôtel Gaillard, Paris (17e).
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/761/img-4.png
Fichier image/png, 517k
Titre Ill. 5 : De la gouttière Dauphin aux pinacles à fleurons
Légende Décor extérieur de l’hôtel Gaillard, 1882, brique, pierre de taille et fonte, Paris (17e).
Crédits © Cl. Cécile Gastaldo.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/761/img-5.png
Fichier image/png, 669k
Titre Ill. 6 : Vue de la façade principale du château Civet
Légende Jules Février, 1888, pierre de Saint-Maximin, ardoise, Saint-Maximin, Oise.
Crédits © Cl. Cécile Gastaldo.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/761/img-6.png
Fichier image/png, 785k
Titre Ill. 7 : Détails de l’ornementation de style classique (frontons triangulaires, ordre corinthien colossal)
Légende Jules Février, 1889, pierre de taille, 144-146 avenue des Champs-Élysées, Paris (8e).
Crédits © Cl. Cécile Gastaldo.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/761/img-7.png
Fichier image/png, 659k
Titre Ill. 8 : Vue latérale de la façade de l’édifice Métropolis
Légende Jules Février & Raymond Février, 1911, pierre de taille et ardoise, 39 rue d’Alcalá, Madrid, Espagne.
Crédits © Cl. Cécile Gastaldo.
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/761/img-8.png
Fichier image/png, 740k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Gastaldo, « Jules Février (1842-1937), architecte méconnu à l’origine de l’hôtel Gaillard »Livraisons de l'histoire de l'architecture, 33 | 2017, 97-109.

Référence électronique

Cécile Gastaldo, « Jules Février (1842-1937), architecte méconnu à l’origine de l’hôtel Gaillard »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 33 | 2017, mis en ligne le 16 juin 2019, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lha/761 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.761

Haut de page

Auteur

Cécile Gastaldo

Cécile Gastaldo, diplômée d’une licence d’histoire de l’art et d’archéologie à Paris-IV Sorbonne, amorce une spécialisation en histoire de l’architecture du XIXe siècle à l’École pratique des hautes études. Sous la direction de Jean-Michel Leniaud, elle consacre son sujet de master à Jules Février (1842-1937), architecte méconnu à l’origine de l’hôtel Gaillard, édifice singulier du 17e arrondissement parisien. Au cours de ses recherches, elle retrouve un fonds d’archives privées, mises en valeur par l’aboutissement de son étude inédite. Titulaire de la carte professionnelle de guide-conférencière, après un séjour de six mois à Rome à l’Università di Roma La Sapienza, Cécile Gastaldo travaille en tant qu’auteur pour des guides touristiques et plusieurs revues. Adresse électronique : cecilegastaldo@outlook.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • OpenEdition Journals