Navigation – Plan du site

La place de la charpente de bois lamellée dans les expositions universelles et internationales depuis 1990

The place of the glulam frame in the Universal and International Exhibitions since 1990
Die Stellung der Brettschichtholzkonstruktion in den Internationalen- und den Weltausstellungen seit 1990
Charles-Edouard Guilbert-Røed
p. 61-70

Résumés

L’étude de la charpente des pavillons des Expositions universelles et internationales révèle que cette dernière a constitué une source de renouvellement de l’architecture. Lieux de recherche architecturale, les expositions permettent le développement du matériau. À travers ces pavillons naît une corrélation entre les formes architecturales et les techniques de charpente, en particulier le lamellé-collé. Grâce aux capacités techniques et esthétiques qui lui sont propres, cette technique signe le renouveau de la construction en bois, de la charpente et de sa visibilité au cours des XXe et XXIe siècles. La charpente lamellée-collée constitue une source principale pour l’étude des pavillons des Expositions universelles et internationales.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

La charpente lamellée collée, structure représentative de l’écologie
La charpente lamellée au service d’un vocabulaire symbolique
Lamellé collé, source de l’imaginaire et du dépassement de la technique

Aperçu du texte

L’histoire de la charpente lamellée ne saurait être détachée de celle des Expositions internationales ou universelles. Dès 1931 à l’Exposition coloniale internationale de Paris, la Belgique construit des pavillons couvrant près de 10 000 m2 avec une charpente lamellée alors appelé lamellaire. Le Pavillon d’honneur est ainsi composé de trois coupoles monumentales, dont la plus importante est de 28 mètres de hauteur. Cette technique, magistralement exposée par ce pavillon, est issue des recherches du maître charpentier allemand Karl-Friedrich-Otto Hetzer, connu pour avoir construit à Bruxelles en 1910 les hangars de 43 mètres de portées destinés aux dirigeables Zeppelin.

L’enjeu des charpentiers est de montrer au cours de ces expositions « la revanche de la matière vivante sur le béton et le métal, le cri d’orgueil et de défi du bois ». Pour la plupart d’entre eux, cette technique du lamellé, dont le principe consiste à laméliser une poutre avant d’assembler les planches au moyen d’étr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles-Edouard Guilbert-Røed, « La place de la charpente de bois lamellée dans les expositions universelles et internationales depuis 1990 », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 34 | 2017, 61-70.

Référence électronique

Charles-Edouard Guilbert-Røed, « La place de la charpente de bois lamellée dans les expositions universelles et internationales depuis 1990 », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lha/838 ; DOI : 10.4000/lha.838

Haut de page

Auteur

Charles-Edouard Guilbert-Røed

Charles-Édouard Guilbert-Røed est doctorant en histoire de l’architecture à l’École pratique des hautes études sous la direction de Jean-Michel Leniaud. Son sujet de thèse porte sur la question du renouvellement formel de l’architecture du XXe siècle avec l’utilisation du lamellé-collé au travers de ses capacités techniques, formelles et esthétiques. Adresse électronique : charlesedouard.guilbertroed@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • OpenEdition Journals