Navigation – Plan du site

Les savoirs des « bois debout » : le trait et l’orient

Ways of Knowing among ‘Bois Debout’: Trait and Orient
Das Wissen um das ‚Stehende Holz‘ : der Abbund und das Richten
Nicolas Adell
p. 71-78

Résumés

Les compagnons charpentiers (les « Bois Debout » dans le compagnonnage) ont élaboré depuis le XIXe siècle une division de leurs savoirs en deux catégories : le Trait, géométrie descriptive qui signifie en même temps le versant théorique et intellectuel du savoir, et l’Orient, qui est la dimension irréductiblement pratique de tout savoir-faire. Cet article vise à montrer les façons dont ces catégories sont mobilisées par les compagnons charpentiers, les modes de transmission des connaissances qu’elles impliquent, et la culture de métier qu’elles révèlent.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Introduction
Le Trait : la science et l’art
L’Orient : l’expérience et l’initiation
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

« Pot-à-colle », « targettes », « casse-cailloux », « vasous », « tape-clous », « bouts-de-miche », « tartes-aux-flancs »… Une curieuse et amusante présentation des différents corps de métier m’avait été faite à l’occasion de l’une de mes premières visites d’un groupement compagnonnique à Toulouse à la fin des années 1990. Quelques jeunes apprentis me menaient d’un atelier à l’autre pour illustrer la diversité des savoir-faire en présence et dans le voisinage, dans l’ordre, des menuisiers, des serruriers, des tailleurs de pierre, des plâtriers, des tapissiers, des boulangers et des pâtissiers. « Et vous, comment on vous appelle ? demandai-je dans le courant de la visite, à l’un de mes guides, apprenti charpentier. – Les bois-debout ! », me répondit-il avec une fierté aucunement dissimulée.

C’est dans la connaissance et la maîtrise de ce lexique interne, les « mots de la tribu » pour détourner l’expression de Mallarmé, que se manifestent d’abord l’entre-soi et le fait que ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Adell, « Les savoirs des « bois debout » : le trait et l’orient », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 34 | 2017, 71-78.

Référence électronique

Nicolas Adell, « Les savoirs des « bois debout » : le trait et l’orient », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lha/848 ; DOI : 10.4000/lha.848

Haut de page

Auteur

Nicolas Adell

Nicolas Adell est anthropologue, maître de conférences en anthropologie à l’université de Toulouse-Jean Jaurès et directeur de la revue Ethnologie française. Après avoir conduit plusieurs travaux portant sur le compagnonnage et la place de la formule initiatique dans les sociétés contemporaines (Des hommes de Devoir, Éditions de la MSH, 2008), il a orienté ses recherches dans deux directions : la notion de patrimoine culturel immatériel (Transmettre, quel(s) patrimoine(s) ?, Michel Houdiard Éditeur, 2011) d’une part, et l’anthropologie des savoirs d’autre part (Anthropologie des savoirs, Armand Colin, 2011). Il se consacre aujourd’hui à une anthropologie de la vie savante. Une première synthèse des travaux qu’il a conduits sur ce thème vient de paraître sous le titre Ce que la science fait à la vie (Éditions du CTHS, 2016). Adresse électronique : nicolasadell@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • OpenEdition Journals