Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45CauseriesBulletin bibliographiqueIsabelle Conte, Quat’z’arts. L’ar...

Causeries
Bulletin bibliographique

Isabelle Conte, Quat’z’arts. L’art en fête à l’École des Beaux-Arts, Bruxelles, AAM éditions, 2023, 303 p.

Christian Hottin

Texte intégral

  • 1 Isabelle Conte, Le Bal des Quat'z'Arts (1892-1966). Quand la célébration de l'esprit d'atelier devi (...)

1Le temps est long souvent de la thèse au livre, et l’on se désespère parfois de devoir attendre des années avant de tenir entre ses mains l’ouvrage qui prolonge une brillante soutenance. Raison de plus pour saluer comme un événement la parution en 2023 du livre d’Isabelle Conte, qui découle d’une thèse de l’Université PSL préparée à l’École pratique des hautes études sous la direction de Jean-Michel Leniaud et soutenue en 20211. Dans le cas présent, on peut véritablement parler d’un livre composé à partir d’une thèse et non d’une thèse publiée, puisque le texte proprement dit ne compte que 137 pages (préface de Jean-Michel Leniaud incluse), la suite de l’ouvrage consistant en un catalogue des « reliques de la fête », année par année, de 1892 à 1966. Le travail de reprise a donc débouché sur une réécriture drastique.

  • 2 S’il est sans doute l’un des bals les plus célèbres du siècle dernier, la Quat’z’Arts est sans dout (...)

2À la fin du XIXe siècle, constatant que leur école est l’une des rares à Paris à ne pas organiser de bal, les étudiants des Beaux-Arts mettent en place, à partir de 1892, une manifestation annuelle qui célèbre l’union des arts enseignés dans l’établissement (peinture, sculpture, gravure et architecture – les étudiants de cette dernière étant en règle générale à la manœuvre pour concevoir l’organisation générale de l’événement) à travers des réalisations issues des différents ateliers. D’abord simple bal costumé, la fête s’organise rapidement autour d’un thème (« Carthage à son apogée ou Salammbô », « Les bars-bars »), puis devient, dans l’Entre-deux-guerres, l’évocation d’un événement unique et circonstancié (« Le retour des Phéniciens à Tyr après la conquête des colonnes d’Hercule » en 1924, « Les armées d’Aragon pillent les palais maures » en 1930). Précédée et suivie d’un cortège qui parcourt la capitale entre l’école et le lieu du bal, la fête est quant à elle un événement clos sur lui-même, interdit à ceux qui n’ont pas le précieux carton d’invitation. Salle Wagram ou au Moulin Rouge, des loges somptueusement décorées par les ateliers accueillent réjouissances, festins, libations et rapprochements entre les sexes, tandis que la foule des participants se livre à des rondes endiablées au son d’un orchestre qui joue face aux murs de la salle2. Si les étudiants parviennent à lui redonner vie à l’issue des deux guerres mondiales, leurs successeurs assistent dans les années soixante à l’étiolement de la fête, entre tensions liées à la guerre d’Algérie et contestations politiques au sein de l’école, sur fond d’évolution des mœurs et de transformation de sociabilités juvéniles.

3Dans un style clair et avec rigueur, Isabelle Conte donne à comprendre l’essentiel du caractère de cette fête, en déroulant trois chapitres qui sont autant d’essais pouvant se lire de manière presque indépendante : une histoire du bal – des origines au déclin en passant par le temps de sa splendeur, la description d’un bal-type – entre « montée » et « descente », avec une évocation de la fête mobilisant toutes les sources disponibles pour rendre compte d’un rituel interdit au profane, et enfin une analyse de « l’art quat’z’arts » – processus collectif d’élaboration d’œuvres dont les thèmes centraux sont l’union des arts, la représentation du bal lui-même, la figuration de l’homme dominant la femme et l’érotisme. « L’ailleurs », dans le temps ou l’espace, et si possible dans le temps et l’espace, est la matrice de toutes ces représentations nourries de culture classique et d’imaginaire colonial, dont la figure de Salammbô constitue la cristallisation la plus parfaite.

  • 3 Jörn Garleff, Die Ecole des Beaux-Arts in Paris. Ein gebautes Architekturtraktat des 19.
  • 4 Voir, par exemple, la thèse de Laure Chabanne, soutenue presque en même temps que celle d’Isabelle (...)

4L’histoire de l’École des Beaux-Arts est désormais bien connue, et par de multiples portes d’entrée : son architecture3, l’organisation des études4, les concours qui rythmaient celles-ci, ses maîtres, leurs ateliers et leurs enseignements, les riches collections qui en sont issues. À toute cette histoire, essentielle pour la compréhension de ce que fut l’art au XIXe et dans la première moitié du XXe siècle, Isabelle Conte vient ajouter un chapitre d’une importance égale aux autres. Tout au long de ces études, s’organisait aussi, intimement lié à la vie des ateliers, un événement dont la préparation occupait l’année entière et nécessitait une organisation complexe, hiérarchisée, qui associait anciens et nouveaux élèves, et supposait la mise en place de concours (pour les affiches, les cartons d’invitation, etc.) qui n’avaient sans doute rien à envier, dans l’âpreté de la concurrence, à ceux, officiels, qui scandaient la formation. Ce travail continu, astreignant, aboutissait à un accomplissement d’une perfection toute classique – unité de lieu, de temps et d’action – marqué par un ultime concours et un déchainement des sens, et dont il ne restait pour ainsi dire rien le lendemain. Si rien ne nous a été transmis des chars, des costumes ou des décors des loges qui contribuaient à constituer un cadre aussi grandiose qu’éphémère, le patient travail d’Isabelle Conte pour réunir ces fameuses « reliques de la fête » permet de saisir par l’image ce qu’était l’essence de cette fête et en quoi consistait l’esprit quat’z’arts, mélange de culture savante, de bouffonnerie estudiantine, d’érotisme et de multiples stéréotypes – notamment de genre et de race. Il faut saluer ici autant l’importance de la collecte effectuée, qui n’aurait pu se faire sans une immersion en profondeur dans ce qui constitue un véritable terrain ethnographique, que la qualité du travail éditorial réalisé par AAM éditions.

  • 5 Emmanuelle Godeau, L’Esprit de corps. Sexe et mort dans la formation des Internes en médecine, Pari (...)
  • 6 Christian Hottin, « Gilles Tondini, L’image obscène (The obscene image). Parisian hospital break ro (...)

5Tout aussi significatif est l’apport de la recherche d’Isabelle Conte à l’histoire de l’enseignement supérieur, à celle des formes de sociabilité des élites ou encore à l’anthropologie de la fête. On pourra rapprocher ses analyses de celles produites sur les rituels du monde carabin, qu’Emmanuelle Godeau a étudiés pour la période contemporaine dans une perspective ethnologique5 et qui continuent à fasciner photographes et essayistes6. On sait combien le monde des salles de garde a été – et est encore, dans une certaine mesure – nourri d’une relation féconde avec celui des étudiants des Beaux-Arts, ces derniers venant décorer de fresques les murs des salles en échange de l’accueil et du couvert. On admirera aussi, à la lecture des pages d’Isabelle Conte, la capacité des étudiants de l’école à jouer avec les contenus et les codes de la culture classique. Rome, Athènes et Carthage sont les lieux et les époques privilégiés de leur inspiration. Si celle-ci voyage volontiers en Afrique, en Extrême-Orient, dans l’Amérique précolombienne ou encore dans le Moyen-Âge occidental, elle revient inlassablement vers la culture classique (celle des grands romans du XIXe siècle, des auteurs grecs et latins), pour proposer aux participants des thèmes dont les intitulés n’ont rien à envier en précision à des sujets de Grand Prix.

  • 7 Frédéric Saumade, Des sauvages en Occident. Les cultures tauromachiques en Camargue et en Andalousi (...)

6Pour autant, le livre d’Isabelle Conte ne manque pas de nous poser des questions très actuelles. De la « garde noire » aux multiples images de l’homme, (nécessairement dominant et pénétrant) et de la femme (évidemment offerte et consentante), nombreuses sont les pratiques et les représentations liées au bal des Quat’z’arts qui viennent heurter frontalement des débats de société très contemporains. On aurait tort cependant de se lancer dans une stigmatisation anachronique, aussi bien que de célébrer un certain « bon vieux temps » où n’aurait pas régné la « pensée unique ». Le travail rigoureux d’Isabelle Conte ne manque pas d’empathie intellectuelle pour son sujet – et il en faut à tout chercheur pour construire son objet – mais il est d’une stricte neutralité axiologique et nous rappelle fort à propos que dans l’exercice de la science il n’y pas d’objets illégitimes a priori, mais seulement des objets bien ou mal traités. On peut penser ce que l’on veut des tauromachies, reste que Des sauvages en Occident est un maître livre sur le sujet7. De même, L’art en fête à l’École des Beaux-Arts sera une référence obligée pour qui s’intéresse à l’histoire de l’enseignement des arts ou aux sociabilités estudiantines du siècle passé.

7On ne passe pas d’une thèse copieuse à un livre abondamment illustré sans laisser de côté de nombreuses analyses qui mériteraient d’être partagées. Le travail d’Isabelle Conte appelle plusieurs prolongements, qu’elle aura à cœur, on l’espère, de donner : une exposition (pourquoi pas à l’École des Beaux-Arts ?), une étude comparable sur le Rougevin, né et mort pour ainsi dire en même temps que le Quat‘z’Arts, et dont il constitue le pendant en place publique, et surtout, une série d’articles qui viendraient compléter les analyses seulement esquissées dans le format contraint de ce bel ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Isabelle Conte, Le Bal des Quat'z'Arts (1892-1966). Quand la célébration de l'esprit d'atelier devient œuvre d'art, thèse de doctorat en Histoire de l’art de l’Université PSL préparée à l’École pratique des hautes études et soutenue publiquement le 18 mars 2021, 1296 p. Voir : https://www.theses.fr/s205626

2 S’il est sans doute l’un des bals les plus célèbres du siècle dernier, la Quat’z’Arts est sans doute d’un intérêt assez limité pour qui s’intéresse à l’histoire de la danse ou de la musique : on y dansait surtout des rondes et des farandoles peu codifiées, et les airs de musique se limitaient à cinq ou six, dont le fameux Pompier, véritablement hymne des Beaux-Arts, que l’orchestre reprenait inlassablement, contribuant pas sa répétition à entretenir la transe des danseurs.

3 Jörn Garleff, Die Ecole des Beaux-Arts in Paris. Ein gebautes Architekturtraktat des 19.

Jahrhunderts, Tübingen et Berlin, Ernst Wasmuth Verlag, 2003, 582 p.

4 Voir, par exemple, la thèse de Laure Chabanne, soutenue presque en même temps que celle d’Isabelle Conte : Cohabitation, union, divorce : architecture, peinture et sculpture à l'École des Beaux-Arts de Paris (fin du XVIIIe siècle-1968) : https://www.theses.fr/2021UPSLP015

5 Emmanuelle Godeau, L’Esprit de corps. Sexe et mort dans la formation des Internes en médecine, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’Homme, 2007, 304 p. (Collection « Ethnologie de la France », 29) ; Emmanuelle Godeau, « Les manières de salle de garde, un patrimoine menacé », In Situ, n°17, 2011, [en ligne], http://journals.openedition.org/insitu/971 [lien valide en novembre 2023].

6 Christian Hottin, « Gilles Tondini, L’image obscène (The obscene image). Parisian hospital break room Graffitti, New York et Londres, Mark Batty publisher et Thames & Hudson, 2010, 159 p. », In Situ, n°17, 2011, [en ligne], http://journals.openedition.org/insitu/1080 [lien valide en novembre 2023].

7 Frédéric Saumade, Des sauvages en Occident. Les cultures tauromachiques en Camargue et en Andalousie, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 1994, VI-275 p. (Collection « Ethnologie de la France », 14).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/9965/img-1.png
Fichier image/png, 855k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Hottin, « Isabelle Conte, Quat’z’arts. L’art en fête à l’École des Beaux-Arts, Bruxelles, AAM éditions, 2023, 303 p. »Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 45 | 2023, mis en ligne le 18 mars 2024, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lha/9965 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.9965

Haut de page

Auteur

Christian Hottin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search