Skip to navigation – Site map
Études & essais

Énoncer une “identité” pour sortir de l’invisibilité

La circulation des populations entre les catégories légales (Brésil)
Announcing an “Identity” to Escape Invisibility. The Flow of Populations Between Legal Categories (Brazil)
Véronique Boyer
p. 7-36

Abstracts

Announcing an “Identity” to Escape Invisibility
Based on a case study in Brazilian Amazonia, this article is about a process of identity bifurcation within rural populations who, ten years ago, perceived themselves to be alike. An examination of the construction and categorizations of the proclaimed « Indians » and quilombolas serves to highlight their shared logics of adjustment to the legal categories, as well as their common values, references and expectations. Dominant in what can therefore be considered as a sole social formation is a conception of ethnicity as the exercise of a constitutional law, and as a personal choice that sanctions the repositionings and flow between ethnic categories, even while this movement is limited by local power relations, on the one hand, and by the state-imposed juridical framework, on the other.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2019.
Read it

Outline

Énoncer son indianité pour “s’assumer”
Indiens et indigènes : penser la différence
La “revitalisation” de la culture : une démarche nécessaire
Se déclarer quilombola en donnant des preuves de la généalogie africaine
Normes ethniques, pratiques flexibles
La volonté de s’assumer ou se déclarer : un choix personnel et un droit constitutionnel
L’ethnicité pour sortir d’un état d’indifférenciation
La disqualification réciproque des “identités”

First lines

En Amazonie brésilienne, des populations rurales reçoivent, comprennent, réinterprètent et s’emparent des diverses catégories identitaires aujourd’hui légalement reconnues. La conception binaire de la période de la conquête, où l’Indien était opposé au Blanc, a en effet progressivement cédé la place à une autre, multi-catégorielle, permettant de nommer les formations sociales issues de la colonisation et de la traite négrière. Au cours des deux dernières décennies du xxe siècle, l’institutionnalisation de certains termes classificatoires (outre les Indiens, les quilombolas comme descendants des esclaves fugitifs et les « populations traditionnelles » comme paysannat, mais aussi les Tsiganes et les Poméraniens, des groupes numériquement moins importants) s’est accompagnée de l’attribution de droits territoriaux, ainsi que du développement de programmes de santé et d’éducation spécifiques. Depuis lors, les émergences ou résurgences ethniques ne cessent de se multiplier comme si, encou...

Top of page

References

Bibliographical reference

Véronique Boyer, « Énoncer une “identité” pour sortir de l’invisibilité », L’Homme, 214 | 2015, 7-36.

Electronic reference

Véronique Boyer, « Énoncer une “identité” pour sortir de l’invisibilité », L’Homme [Online], 214 | 2015, Online since 18 May 2017, connection on 20 October 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/23792 ; DOI : 10.4000/lhomme.23792

Top of page

About the author

Véronique Boyer

Centre national de la recherche scientifiqueCentre de recherches sur les mondes américains (Umr 8168/EhessCerma), Paris

Top of page

Copyright

© École des hautes études en sciences sociales

Top of page
  • OpenEdition Journals