Navigation – Plan du site

AccueilNuméros215-216DébatRéponse à Jean-François Baré

Débat

Réponse à Jean-François Baré

Bernard Traimond
p. 329-330

Texte intégral

1Le compte rendu de mon livre L’économie n’existe pas (Lormont, Le Bord de l’eau, 2011) m’apparaît si étranger à mon propos que je me sens obligé de solliciter un bref “droit de réponse”.

2Pour l’essentiel, mon essai est consacré à la critique des catégories utilisées par l’économie politique (dite aussi “science économique”, “économie”, “économique”), selon deux points de vue. En premier lieu, je dénonce la polysémie des termes qu’elle utilise. Or, loin de rappeler cet état et de nécessairement le réprouver, le compte rendu l’ignore et même le perpétue en amalgamant les termes de comptabilité et d’économie. Comme mon éditeur attendait un bénéfice comptable de la vente d’un livre sur l’économie dit-il, celle-ci existe. Or, si je nie la réalité de cette dernière, c’est justement que sa désignation ne renvoie à aucun référent explicite, à la différence de l’éventuel bénéfice comptable de mon éditeur. L’économie est identifiée à la comptabilité, aux théories économiques ou à un des treize sens que j’ai trouvés dans le seul numéro du Monde du 17 octobre 2008, sans oublier tous les autres. En second lieu, dans mon essai, je m’étonne que les catégories conçues au xviiie siècle – capital, travail, production… – puissent encore servir aujourd’hui à la compréhension du monde. Aucune autre science ne les a gardées aussi longtemps. Au contraire, elles s’escriment toutes à les changer avec une volonté que soulignent à chaque occasion leurs historiens.

3Cela, et c’est l’essentiel de mon propos, le compte rendu le cache aux lecteurs qui ne peuvent par conséquent accéder à ma démonstration.

4Pour ne pas expliciter l’objectif et la démarche de mon bref essai (“ouvrages dans lesquels l’auteur traite d’un sujet particulier, mais sans prétendre l’approfondir, ni l’épuiser, ni enfin le traiter en forme et avec tout le détail et toute la discussion que la matière peut exiger”, comme le définit L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert que j’invoque en exergue), le compte rendu commence par présenter une juxtaposition de phrases isolées, égrenées hors de tout contexte, afin de les rendre ridicules et de déconsidérer la démonstration sans évidemment la présenter. Les lecteurs de L’Homme ne peuvent ainsi avoir la moindre idée du contenu du livre car celui-ci n’est pas critiqué, comme le compte rendu affirme implicitement le faire, mais occulté, entre autres, par les procédés que je viens de dénoncer. C’est pour cela que j’ai été obligé, dans cette réponse, de reprendre les raisonnements que le recenseur a soigneusement dissimulés alors qu’il aurait pu ou dû les contester.

5Il reste à s’interroger sur les motivations qui ont amené mon détracteur à utiliser des procédés aussi grossiers. Outre d’éventuelles raisons personnelles, j’y vois aussi la recherche de conformité aux discours dominants, à l’académisme (“reproduction pompeuse de maître reconnu”, disait Geertz). Première forme des sciences sociales telles qu’elles sont apparues par la suite, l’économie politique, qui est une discipline puissante en prestige, moyens humains et comptables, dispose d’une autorité sociale considérable qui affirme ainsi la légitimité de ses productions. C’est d’ailleurs ce qui m’a conduit à sortir de mes occupations habituelles pour rappeler les illusions qu’elle perpétue et auxquelles j’avais succombé, il y a maintenant plusieurs décennies. Tous n’ont pas encore pris conscience des exigences que présente de son côté l’anthropologie et dont ne profitent pas suffisamment d’autres disciplines, en particulier grâce à l’omniprésence des “enquêtes”.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Bernard Traimond, « Réponse à Jean-François Baré », L’Homme, 215-216 | 2015, 329-330.

Référence électronique

Bernard Traimond, « Réponse à Jean-François Baré », L’Homme [En ligne], 215-216 | 2015, mis en ligne le 12 novembre 2017, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/24009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.24009

Haut de page

Auteur

Bernard Traimond

Université Victor Segalen Bordeaux 2, Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search