Navigation – Plan du site
Études & Essais

“Fabriquer” la musique contemporaine à Tachkent

“Producing” Contemporary Music in Tashkent
Lucille Lisack
p. 115-146

Résumés

L’observation d’un ensemble de musique « contemporaine » qui interprète en Ouzbékistan un répertoire vingtiémiste en grande partie occidental, mais aussi chinois et coréen, ouvre une perspective privilégiée sur un phénomène de globalisation musicale. L’ethnographie à petite échelle permet d’observer les enjeux locaux aux niveaux politique, historique et identitaire de cette circulation de la musique. Il apparaît ainsi qu’Omnibus, ce petit groupe de musiciens d’Ouzbékistan qui interprète des compositeurs étrangers ne procède pas à une simple importation de musique étrangère. À travers leurs pratiques, leurs goûts, leur engagement pour former un public, ils sont pleinement acteurs de projets par lesquels ils renégocient en permanence une identité musicale en dialogue constant avec des références extérieures.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

S’approprier la musique contemporaine
Des répétitions à l’européenne ?
Routines et attachements : le travail d’appropriation
Le public présent
Public futur, public lointain

Aperçu du texte

Depuis 2004, dans la capitale ouzbèke, un ensemble dirigé par le compositeur et chef d’orchestre Artyom Kim interprète sous l’appellation « musique contemporaine » des œuvres musicales des xxe et xxie siècles écrites pour l’essentiel par des Européens et Américains, ainsi que par quelques compositeurs de l’Asie orientale. Cet ensemble nommé « Omnibus » – nom qui lui a été donné pour suggérer l’éclectisme des styles musicaux représentés – est, selon ses fondateurs, le premier et seul ensemble de musique contemporaine d’Ouzbékistan. Représentant un répertoire largement importé de l’étranger, en particulier des régions considérées depuis Tachkent comme l’« Occident », l’ensemble Omnibus revendique sa situation d’exception dans le paysage musical de Tachkent, tout en travaillant à créer un ancrage local de la musique contemporaine, une musique contemporaine made in Uzbekistan.

Ce projet semble cependant paradoxal si l’on observe les emplois et les acceptions de l’expression « musique con...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Lucille Lisack, « “Fabriquer” la musique contemporaine à Tachkent », L’Homme, 221 | 2017, 115-146.

Référence électronique

Lucille Lisack, « “Fabriquer” la musique contemporaine à Tachkent », L’Homme [En ligne], 221 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/30092 ; DOI : 10.4000/lhomme.30092

Haut de page

Auteur

Lucille Lisack

Centre Georg Simmel, Paris – lucille@lisack.eu

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals