Navigation – Plan du site

AccueilNuméros222Études & EssaisL’anthropologie et le concept de ...

Études & Essais

L’anthropologie et le concept de “parentalité” chez Elsie Clews Parsons

Anthropology and the Concept of Parenthood in Elsie Clews Parsons’ Works
Yazid Ben Hounet
p. 5-34

Résumés

Les travaux actuels sur la parentalité s’accordent pour penser la famille à partir de l’enfant, et non plus à partir de la filiation et de l’alliance (matrimoniale). Cette idée, on la retrouve déjà chez l’anthropologue Elsie Clews Parsons, et ce, dès le début du xxe siècle. Elle a développé, par le biais de sa proposition de contrat parental, une théorie de la responsabilité parentale laissant l’homme et la femme libres (ou non) de coopérer au sein de la famille, de définir les rôles par eux-mêmes et pour eux-mêmes, pour peu que les enfants soient élevés selon des exigences minimales normalisées par l’État. Ses textes avant-gardistes sont, hélas, tombés dans l’oubli. Ils restent cependant d’une grande actualité et nous permettent de repenser avec un siècle de recul les avancées, mais également les récurrences des débats contemporains sur la famille. Outre ses idées sur la parentalité, cet article vise à présenter Elsie Clews Parsons elle-même, ainsi que le rôle qu’elle a joué dans l’histoire de l’anthropologie américaine et dans celle des études féministes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette recherche a été effectuée avec l’appui du Center for International Research in the Humanities and Social Sciences (Cirhus), du Département d’anthropologie de l’Université de New York (Nyu) et du programme de soutien à la mobilité internationale du Cnrs. Je tiens en particulier à remercier Susan Rogers, Louise Lamphere, Randy White, Nicolas Guilhot, Fred Meyer, Valérie Dubois, ainsi qu’Agnès Fine et Enric Porqueres i Gené.

Texte intégral

1Les débats sur les conditions pour être parent et sur les qualités qui définissent un « bon parent » ont été, ces dernières années, remis à l’ordre du jour en raison des changements induits par le développement des techniques de procréation médicalement assistée et à la suite des mobilisations sur la question du droit au mariage pour tous. Ceux-ci ont souvent mis en exergue la centralité de la parentalité – la relation parent-enfant – dans la vie familiale.

2Dans un précédent article, j’ai discuté du concept de parentalité et des notions, connexes, de mono-homo-pluri-parentalité (Ben Hounet 2014). Leur histoire inclut un certain nombre d’emprunts transatlantiques : par exemple, le mot « parentalité », néologisme rendu officiel dans la langue française dans les années 1980 (Le Petit Robert), a été inventé par le psychiatre et psychanalyste Paul-Claude Racamier en 1961, dans une tentative de traduction du mot anglais parenthood, et en référence aux travaux de la psychanalyste américano-hongroise Therese Benedek (1959).

  • 1 Revue qui deviendra le Journal of Marriage and Family en 1964.

3Le concept de parentalité a, en effet, tout au moins aux États-Unis, une histoire plus longue. Il apparaît à la fin du xixe siècle dans le milieu académique anglo-saxon, américain en particulier, au cours de la première moitié du xxe siècle. Les publications sur ce sujet se sont multipliées en sciences sociales à partir de la fin des années 1950 avec, notamment, une série d’articles parus dans la revue Marriage and Family Living1. Au début du xxe siècle, le concept de parentalité est lié aux idées de progrès social portées par les projets eugénistes, libertaires ou féministes. Quelques anthropologues, parmi lesquels Elsie Clews Parsons et, un peu plus tard, Bronislaw Malinowski (1930), participent aux premières discussions (dans le domaine des sciences sociales) sur ce concept, et aident à l’élaboration d’une réflexion sur la relation parent-enfant. Dans ces premiers écrits anglo-saxons apparaît déjà l’opposition contrôle/émancipation qui marquera par la suite les débats sur la parentalité (Ben Hounet 2014).

4Malheureusement, ces travaux ont été oubliés et ne sont pas du tout cités ou utilisés par les chercheurs en sciences sociales s’intéressant aujourd’hui à la notion de parentalité. C’est en particulier le cas des propositions avant-gardistes de l’anthropologue américaine Elsie Clews Parsons (1875-1941).

5Cet article porte plus précisément sur une série de courts textes publiés entre 1914 et 1917, dans lesquels Elsie Clews Parsons développe l’idée, innovante pour l’époque, selon laquelle l’institution de la famille devrait être repensée en se centrant sur l’enfant et son bien-être, plutôt que sur le mariage et la filiation. Ses raisonnements font écho à de nombreux débats actuels à propos de la famille (familles monoparentales, homoparentales, parentalité adoptive, etc.). Au cours de cette période, Elsie Clews Parsons, formée initialement à la sociologie, se tourne vers l’anthropologie et se rapproche de Franz Boas et des anthropologues de l’Université Columbia (New York). Elle participe, financièrement et intellectuellement, au développement d’institutions académiques en anthropologie (American Ethnological Society, American Folklore Society), avant de devenir la première femme élue présidente de l’American Anthropological Association en 1941. La personnalité de Elsie Clews Parsons est tout aussi intéressante que son œuvre. Pour mieux la saisir, il faut la resituer dans le contexte social qui était le sien : une féministe de gauche, anthropologue de terrain, fortunée, ayant promu une variété d’idées avant-gardistes, notamment au sein du milieu radical de Greenwich Village au début du xxe siècle. Outre ses essais sur la parentalité, le présent article vise donc à présenter l’auteure elle-même, tout en contribuant à l’histoire des idées scientifiques, en montrant que certaines des conceptions actuelles sur la parentalité sont présentes dès le début du xxe siècle dans des travaux qui ont été malheureusement ignorés ou oubliés. L’examen des débats qui se sont déroulés à cette époque offre enfin un aperçu du contexte intellectuel d’alors (les années 1910) et du rôle que Elsie Clews Parsons a joué dans l’histoire de l’anthropologie américaine, mais également et plus largement, dans celle des études féministes.

Elsie Clews Parsons (1875-1941)

Figure 1.

Figure 1.

Illusration en médaillon, « Parsons seated outside » (© American Philosophical Society).

6Elsie Clews Parsons demeure presque inconnue dans le monde francophone. Aucun de ses ouvrages n’y a fait, jusqu’à présent, l’objet de traduction. Cela est, disons-le, quelque peu regrettable, sachant qu’elle était francophone, et qu’elle fit connaître les recherches du sociologue français Gabriel Tarde en effectuant la traduction de son ouvrage Les Lois de l’imitation (1895 [1890], 1903) et qu’elle fut, entre autres, auteure de travaux sur les Antilles françaises et anglaises. Surtout, cette anthropologue, première femme élue présidente de l’American Anthropological Association en 1941, a produit une réflexion fort stimulante sur les conventions sociales, en particulier celles qui régissent la famille américaine, avant d’entreprendre l’ethnographie des Indiens d’Amérique, notamment les Pueblo.

7Née en 1875 à New York, Elsie Clews Parsons grandit au sein d’une riche famille new-yorkaise. Son père, Henry Clews travaille dans la finance à Wall Street ; sa mère est une cousine éloignée du président James Madison (Lamphere 1989 : 519). Étudiante au prestigieux Barnard College (Université Columbia, New York), elle obtient un MA en 1897, puis un PhD sous la direction du sociologue Franklin Henry Giddings. Elle est fellow (1899-1902), puis lecturer (1902-1905) dans le même collège. Outre sa thèse intitulée Educational Legislation and Administration of the Colonial Government, Elsie Clews Parsons rédige une série d’articles sur les thèmes de l’éducation et de la famille, ainsi qu’un ouvrage remarqué, The Family, en 1906. En 1900, elle épouse Herbert Parsons, avocat de profession, membre républicain du Congrès de 1905 à 1911. Elsie Clews Parsons suit son époux à Washington D.C. et se consacre essentiellement à sa famille. Elle retourne à New York en 1911 et renoue progressivement avec le monde académique et intellectuel new-yorkais. Elle publie entre 1913 et 1916 plusieurs ouvrages portant sur les conventions et les contraintes sociales, la famille et la religion : Religious Chastity (1913a), The Old-Fashioned Woman (1913b), Fear and Conventionality (1914b), Social Freedom (1915c), Social Rule (1916b). Elle effectue ses premiers séjours dans le Southwest, entre 1910 et 1913.

  • 2 Cf. leur abondante correspondance, entretenue de 1915 à 1941 (Aps, E. C. Parsons Papers n°29, seri (...)

8C’est à cette époque qu’elle se tourne vers les anthropologues de l’Université Columbia. À partir de 1913, elle devient intellectuellement très proche de Franz Boas qu’elle avait déjà rencontré en 1907 (Lamphere 1989), comme en témoignent la régularité et la densité de leurs échanges épistolaires de 1913 jusqu’à son décès en 1941, disponibles aux archives de l’American Philosophical Society (Aps), à Philadelphie. C’est en octobre 1913 que débute également sa correspondance avec Pliny Goddard, membre de l’équipe de Franz Boas à Columbia et conservateur au Département d’ethnologie à l’American Museum of Natural History de New York, et qu’elle se lie d’amitié avec Alfred Kroeber2, disciple de Franz Boas.

  • 3 Les publications de Elsie Clews Parsons dans The Masses sont les suivantes : « Engagements », nov. (...)
  • 4 Cf. la correspondance avec le journaliste Herbert Croly, l’économiste Alvin S. Johnson, les journa (...)
  • 5 Elle a été très proche de Clarence Day, avec lequel elle a entretenu une longue correspondance de (...)

9Entre 1911 et 1920, période qui nous intéresse dans le cadre de cet article et durant laquelle elle publie ses textes les plus théoriquement aboutis sur la parentalité, Elsie Clews Parsons fréquente trois cercles d’intellectuels (Lamphere 1989). Le premier est constitué par Franz Boas et ses collègues et disciples masculins, tels que Pliny Goddard, Alfred Kroeber et Robert Lowie. Le deuxième est composé des « radicaux » (radicals) et intellectuels de Greenwich Village. Collaboratrice au mensuel socialiste The Masses3, édité par Floyd Dell, Crystal et Max Eastman, elle côtoie aussi l’équipe de The New Republic4, mouvement intellectuel de gauche qui lance, en 1914, le magazine éponyme, avant de fonder, en 1919, The New School for Social Research. Elsie Clews Parsons y donne un cours intitulé « Sex in Ethnology » l’année de sa création. C’est à cette occasion qu’elle rencontre Ruth Benedict, alors jeune étudiante qu’elle introduit auprès de Franz Boas, contribuant ainsi à promouvoir la relève féminine en anthropologie à Columbia – jusqu’alors principalement masculine –, mais aussi l’école « culture et personnalité » au sein de laquelle Ruth Benedict jouera un rôle central. Le club Heterodoxy représente le troisième cercle. Créé en 1912 par Marie Jenney Howe, il est composé de soixante-cinq féministes radicales. Ces militantes, impliquées dans la vie active (journalistes, avocates, écrivaines, sociologues, etc.) et attachées à leur liberté sexuelle (hétérosexuelles, lesbiennes), se réunissaient chaque samedi à Greenwich Village pour discuter des droits de femmes, des problèmes liés à la condition féminine (Lamphere 1989 : 520-521). À ces trois cercles, peut-être pourrions-nous en ajouter un quatrième : celui formé par des auteurs new-yorkais indépendants, comme l’écrivain et caricaturiste Clarence Day ou l’essayiste Randolphe Bourne5.

10Les premiers travaux de Elsie Clews Parsons, parmi lesquels The Family (1906), Religious Chastity (1913a), The Old-Fashioned Woman (1913b), s’appuient en grande partie sur des matériaux ethnographiques, mais c’est surtout à partir de 1915-1916 qu’elle s’oriente véritablement vers l’ethnologie et les études folkloriques et s’engage dans des sociétés académiques. Elle devient trésorière (1916-1922), puis présidente (1923-1925) de l’American Ethnological Society, ensuite de l’American Folklore Society (1932-1934), avant de présider l’American Anthropological Association en 1941 (Spier & Kroeber 1943 : 244). Le « tournant anthropologique » chez Elsie Clews Parsons se produit donc entre 1915 et 1920, comme le souligne Louise Lamphere : « Dans les années 1920, quand Parsons était présidente de l’American Ethnological Society, ses publications étaient essentiellement ethnologiques » (1989 : 519, ma traduction). Ses derniers textes théoriques sur la parentalité dont il est question dans cet article datent de cette période.

11Elsie Clews Parsons consacre par la suite ses recherches aux populations indiennes du Southwest, ainsi qu’aux folklores caribéens et afro-américains. Son œuvre maîtresse, en deux volumes, Pueblo Indian Religion, est publiée en 1939. Par ailleurs, grâce à la Southwest Society qu’elle a créée en 1918, Elsie Clews Parsons subventionne les recherches et les publications de plusieurs générations de femmes et d’hommes anthropologues du Southwest américain, et établit, selon Barbara Babcock, « un modèle anti-autoritaire de recherches anthropologiques et folkloriques dans une perspective collaborative » (1987 : 396, ma traduction).

  • 6 Cf. la lettre de Franz Boas, 28 novembre 1917 (Aps, E. C. Parsons Papers, n°29, series I). Le 7 ma (...)
  • 7 Cf. la correspondance Parsons-Boas (1919-1920) (Aps, E. C. Parsons Papers, n°29, series I).

12Elle soutient financièrement et moralement plusieurs étudiants en anthropologie, particulièrement ceux de Franz Boas, comme Leo Frachtenberg, renvoyé de la Smithsonian Institution (probablement parce qu’il était d’origine autrichienne – et que les États-Unis avaient déclaré la guerre à l’Allemagne le 6 avril 1917, officialisant ainsi leur entrée dans la Première Guerre mondiale)6. Les terrains financés ne concernent pas uniquement le Southwest américain, à l’instar de ceux menés en Oregon par Leo Frachtenberg, ou en Espagne par Aurelio Espinosa7.

13Les travaux de Elsie Clews Parsons, son dévouement et son soutien pour la relève académique expliquent pourquoi elle est élue présidente de l’American Anthropological Association en 1941, à l’âge de 73 ans – et ce, bien qu’elle n’ait pas eu de poste à l’université (à l’exception de son enseignement donné à la New School). Première femme ayant accédé à cette fonction, Elsie Clews Parsons décède avant de pouvoir donner sa conférence présidentielle – laquelle fut prononcée par Gladys Reichard (Lamphere 2004 : 131).

14Plusieurs hommages sont publiés par ses collègues et amis au début des années 1940 (Boas 1942 ; Reichard 1943a et b ; Spier & Kroeber 1943). Son œuvre est redécouverte à partir des années 1970, en particulier dans les années 1980-1990, grâce à des articles qui lui sont consacrés dans des revues d’études folkloriques (Chambers 1973 ; Dorson 1974 ; Babcock 1987), puis dans des revues anthropologiques (Lamphere 1989 ; Babcock 1993), ou grâce à des ouvrages biographiques (Hare 1985 ; Zumwalt 1992 ; Deacon 1999).

Penser la famille et la parentalité

15Dans ses textes sur le thème de la famille, en particulier ceux publiés il y a près d’un siècle, entre 1914 et 1917, Elsie Clews Parsons développe des approches sur le féminisme, l’anthropologie du proche, ainsi qu’une critique de l’eugénisme, qui éclairent la manière elle aborde la question de la parentalité. Il s’agit de l’une des premières anthropologues – l’une des premières socio-anthropologues, sans faire d’anachronisme –, à se pencher sur le thème de la parentalité d’une façon à la fois originale et avant-gardiste.

Du féminisme

16Comme le souligne Barbara Babcock : « Because her male colleagues insisted on the opposition between feminism and anthropology, between “propaganda” and “science” in Parsons’ work, the feminist theory that precedes and informs her anthropological discourse is unread if not unknown » (1993 : 62). Il était, en effet, peu aisé à cette époque de promouvoir des idées féministes dans un milieu académique exclusivement masculin. La première génération des élèves et collègues de Franz Boas était essentiellement masculine et c’est en partie grâce à Elsie Clews Parsons que la relève féminine fut encouragée au sein de cette école. Bien qu’anthropologues ouverts aux autres cultures et aux idées nouvelles, les collègues masculins de Elsie Clews Parsons et de Franz Boas n’en étaient pas moins des hommes de leur époque, imprégnés des idées dominantes. Peter Hare, son petit-neveu, auteur de l’une de ses biographies, rapporte ainsi ce propos de Pliny Goddard à l’égard de Elsie Clews Parsons : « Your winter activities are propaganda and your summer ones research » (1985 : 135), opposant ses travaux ethnographiques dans le Southwest à ses écrits théoriques sur la famille, la parentalité, le féminisme et les conventions sociales.

  • 8 The New Woman a constitué, au tournant du xxe siècle, un idéal de la pensée féministe. L’expressio (...)
  • 9 Le lecteur pourra se référer à l’ouvrage de Nancy Cott (1987) pour une vue d’ensemble du mouvement (...)

17Elsie Clews Parsons était avant tout contre ce principe de catégorisation et de classement assignant aux femmes statuts, rôles, comportements attendus : « The more thoroughly a woman is classified the more easily she is controlled » (1916b : 55). Elle réfléchissait alors aux conditions d’émergence de la figure de la nouvelle femme, the New Woman8 : « A woman not yet classified, perhaps not classifiable ». Les contributions de Elsie Clews Parsons au développement des idées féministes ont fait l’objet de travaux à partir des années 1970 (voir supra). Effectuant une comparaison entre les apports de Elsie Clews Parsons et ceux de l’anthropologie féministe qui émerge dans les années 1970-1980, Louise Lamphere écrit : « The first two decades of the 20th century were years of social ferment and protest, when socialist, feminist, and other radical ideas were common in New York City, especially among the middle-class and upper-class avant-garde in Greenwich Village » (1989 : 520). Selon elle, l’idée centrale du mouvement féministe, au début du xxe siècle, était de détruire les catégories dichotomiques de « l’Homme » et de « la Femme »9.

  • 10 The Family suscita de nombreuses réactions, principalement dans des revues de sciences politiques (...)

18L’un des concepts révolutionnaires de Elsie Clews Parsons, promu dans son ouvrage The Family (1906), est celui du « mariage d’essai » (trial marriage) qu’elle préconisait à l’appui d’une analyse anthropologique des formes d’unions maritales à travers le monde et des évolutions de la société américaine. Cela lui valut de nombreuses critiques10, mais elle choisit alors de ne pas y répondre pour ne pas nuire à la carrière de son mari. Elle redéveloppa cette idée et d’autres thèmes féministes à son retour à New York. Elle s’intéressa et participa aux mouvements des suffragettes, quoique de manière un peu distanciée, préférant défendre ses positions par écrit, et promouvoir, dans la sphère académique mais aussi journalistique, de nouvelles perspectives sur les rapports sociaux de sexe, la famille et la sexualité.

  • 11 Selon Nancy Lutkehaus, « In many ways, Parsons was a precursor of Mead, leading the way as a femin (...)

19Elle ne reprend cependant pas réellement ses idées dans ses travaux plus anthropologiques, bien que sa bibliographie témoigne de son intérêt récurrent pour le sujet – comme le montre la publication de quelques articles et comptes rendus, après 1920, sur la famille et les relations mère-enfant –, préférant (par choix ou contrainte ?) élargir ses domaines d’intérêts anthropologiques. De ce constat, Louise Lamphere en déduit que : « Not only did Parsons not bring her feminism to anthropology in an intellectual way, but the marginalization of women in anthropology in the 1920s and 1930s limited their impact on the next generation of anthropologists » (1989 : 525). Elle influença néanmoins les travaux de femmes anthropologues, à l’instar de Ruth Benedict, Ruth Bunzel et Gladys Reichard, et moins directement ceux de Margaret Mead11, plus connus dans les études féministes et de genre.

20Je ne m’attarderai pas ici davantage sur la dimension féministe des travaux de Elsie Clews Parsons, laquelle a déjà fait l’objet d’une attention particulière, notamment dans les ouvrages de Barbara Babcock et de Louise Lamphere déjà cités. D’autres aspects de son œuvre, peu évoqués, méritent quelques développements, en particulier ses idées sur l’anthropologie du proche et sa critique de l’eugénisme.

De l’anthropologie du proche

  • 12 Cf. la correspondance avec Franz Boas en 1913 (Aps, E. C. Parsons Papers, n°29, series I).

21Dès ses premiers ouvrages –The Family (1906), Religious Chastity (1913a), The Old-Fashioned Woman (1913b), Fear and Conventionality (1914b), Social Freedom (1915c), Social Rule (1916b) –, Elsie Clews Parsons utilise des données ethnographiques recueillies de par le monde pour mettre en lumière les spécificités, mais aussi le caractère arbitraire des « conventions sociales modernes » – celles de sa société –, pour démontrer comment celles-ci pèsent sur la vie des femmes. Des exemples pris parmi des peuples soi-disant civilisés et d’autres chez des peuples aussi divers que les Aborigènes d’Australie, les Indiens d’Amérique et les Samoans (Lamphere 1989 : 522) sont juxtaposés. Il s’agit là de l’une des constantes du travail mené par Elsie Clews Parsons, comme le soulignait déjà son amie et collègue Gladys Reichard, dans son hommage posthume : « But with all the added interests which an inquiring mind, extensive travel and keen observation brought into her life, she never lost sight of the original problem which was to interpret our own way of life » (1943a : 46). Dès ses premiers échanges avec Franz Boas, en 1913, elle s’oppose au « grand partage » assignant à l’anthropologie l’étude exclusive des sociétés « exotiques » ou « primitives ». Elle souhaite rapprocher l’anthropologie, les études du folklore et celles de la société occidentale moderne. Elle critique ainsi le fait que l’ethnologie soit consacrée à ce que l’on appelait à l’époque les « sociétés primitives » comme « a purely artificial separation and a remarkable, if unremarked, instance of folklore »12.

22Il est possible que son intérêt critique pour les conventions sociales ait été influencé par la lecture de l’ouvrage de Gabriel Tarde, Les Lois de l’imitation (1895 [1890]). Mais cela n’est pas tout à fait sûr, contrairement à ce qu’affirme Desley Deacon dans son introduction à la réédition de l’ouvrage Fear and Conventionality (1997 : 10-13). Dans ses textes, Elsie Clews Parsons ne le cite que très peu et s’appuie sur des auteurs très variés, qu’ils soient anglophones, francophones ou germanophones. Mais il est vrai qu’en filigrane elle partage la même conviction que Gabriel Tarde, à savoir que « dans le domaine physique et le domaine vivant, comme dans le monde social, le réalisé semble n’être qu’un fragment du réalisable » (1895 [1890] : 24-25).

23L’anthropologie est pour elle un moyen de réfléchir sur sa propre société en vue de l’améliorer, comme en atteste sa correspondance avec Franz Boas, à propos de sa communication « Preserving our Ideals – Thoughts at the Critical Times of one Who Subordinates Patriotism to his Conception of Mankind as a Whole – an Anthropological View », donnée à l’Université Columbia, le 7 mars 1917 (voir supra). Les leçons de l’anthropologie doivent permettre de porter un regard critique sur les problèmes observés dans leur propre société, en l’occurrence le statut de la femme, et la montée du nationalisme et du patriotisme.

24Le 11 juin 1916, Alfred Kroeber écrivait, à ce propos, ces quelques lignes à Elsie Clews Parsons :

  • 13 Cf. Aps, E. C. Parsons Papers, n°29, series I.

« We are all one on the evolution superstition. But is it more profitable to smash the dear old idols or to look for new beliefs ? I think we are agreed on that too. Of course, it is easier to talk of new headway than to gain it. But you are the last one to be afraid to try »13.

  • 14 Margaret Mead ne cite pas Elsie Clews Parsons dans Coming of Age in Samoa (1928). L’influence de E (...)

25D’autres collègues comme Margaret Mead (1928), Franz Boas (1928) et Ruth Benedict (1934) s’engageront également par la suite, et plus explicitement, dans cette perspective (Gilkeson 2010). Dans quelle mesure Elsie Clews Parsons a-t-elle influencé ce mouvement ? La question reste ouverte14. Toutefois, comme le souligne Desley Deacon :

  • 15 Cf. également Rosemary Zumwalt (1992 : x)

« The movement of this new generation of Boas students in the direction of what came to be called applied anthropology had much to do with the influence of Elsie Clews Parsons and her vision of the anthropologist as responsible public intellectual » (1999 : 246)15.

Critique de l’eugénisme

26Alfred Kroeber notait dans sa correspondance, avec ironie, combien la nouvelle croyance en l’évolutionnisme avait, au début du xxe siècle, très largement conquis le monde académique et, en particulier, celui des sciences sociales naissantes. Elsie Clews Parsons pouvait-elle y échapper ?

27Dans son article sur l’histoire de l’ethnographie féministe, Kamala Visweswaran observe que :

« Parsons’s [1906] first major work, “An Ethnographical and Historical Outline of the Family”, is usually forgiven its apparent evolutionism and is more often remembered for her controversial advocacy of trial marriage, whereas her problematic advocacy of birth control for classes “the least culturally developed, and therefore the least self-controlled”, (p. 351) has been overlooked. As a solution to reducing the cost to the state of such criminal reproduction by its “diseased or vicious subjects”, Parsons had advocated use of Galton’s “eugenics certificates” (p. 344) » (1997 : 600).

  • 16 Pour une discussion sur les débats autour de la parentalité au début du xxe siècle, cf. Yazid Ben (...)
  • 17 Cf. aussi Elsie Clews Parsons (1914a : 840).

28Une lecture plus minutieuse des textes de Elsie Clews Parsons conduit à penser que l’interprétation de Kamala Visweswaran, est quelque peu hâtive, comme le laisse entendre notamment l’extrait de la lettre du 11 juin 1916 d’Alfred Kroeber à Elsie Clews Parsons cité plus haut. L’eugénisme et le darwinisme social étaient, à cette époque, des doctrines très répandues, promues de manières certes différentes par des auteurs tels que Francis Galton et Herbert Spencer, et il était alors difficile de les ignorer. Les publications sur la famille puisaient, pour une bonne partie, dans ces théories (Saleeby 1909 ; Wilkin 1910)16. Elsie Clews Parsons ne soutenait pas les idées de Francis Galton, pas plus que l’eugénisme ou, plus largement, le darwinisme social. Bien au contraire : elle contournait les conceptions eugénistes en cours (notamment le contrôle des mariages à risques par la pression morale), afin de promouvoir ses propres idées, en particulier la réciprocité conjugale, l’émancipation sociale de la femme, l’adaptation des conditions de travail aux femmes, le choix en matière de sexualité, le « mariage d’essai », la responsabilité sociale pour le bien de l’enfant, l’éducation des jeunes gens des deux sexes sur les questions de sexualité et de reproduction. Ce n’est pas le certificat eugéniste, mais bien plutôt le certificat parental conçu dans une perspective libertaire (cf. infra) que défendait Elsie Clews Parsons. Son analyse critique de l’eugénisme et du darwinisme social est plus convaincante dans son article « Circumventing Darwinism », paru en 1915, pourtant passé inaperçu. Elle y avance, entre autres arguments, que « most of all the theory of evolution is used as an argument for working upon people rather than upon conditions, encouraging the will to power over fellow creatures rather than over the conditions they live under » (1915a : 611), avant de poursuivre « We shall stop clamoring for the assurance of progress from our social philosophy as we have stopped clamoring for the promise of heaven » (Ibid. : 612)17. Les anthropologues de Columbia, à l’instar d’Alfred Kroeber avec son article « The Superorganic » (1917), développèrent également des critiques appuyées contre les théories eugénistes et les approches évolutionnistes.

29C’est dans ce contexte, marqué à la fois par l’émergence des idées féministes et l’ampleur des débats eugénistes, que s’inscrivent les travaux d’Elsie Clews Parsons sur la famille et la parentalité.

De la parentalité

  • 18 Une traduction de ces articles effectuée par mes soins est disponible sur le site Academia [https: (...)
  • 19 On renverra le lecteur aux ouvrages suivants : The Family (1906) ; Religious Chastity (1913a) ; Th (...)
  • 20 Elsie Clews Parsons commence à débattre des questions de parenté avec Alfred Kroeber à partir de s (...)

30Visionnaire, Elsie Clews Parsons développe l’idée novatrice selon laquelle l’institution de la famille devrait être repensée en se centrant sur l’enfant, et donc sur la parentalité, et non plus sur le mariage et la filiation. Cette proposition est exposée dans trois articles : « Marriage and Parenthood – A Distinction » (1915b), « When Mating and Parenthood are Theoretically Distinguished » (1916a), « Feminism and the Family » (1917a)18. Dans ces textes synthétiques, épurés des nombreux matériaux ethnographiques et historiques qu’elle a mobilisés dans ses précédents ouvrages19, elle utilise le concept de parenthood dans le cadre d’une réévaluation de la question de l’union sexuelle (mating) et du mariage, réévaluation rendue possible grâce aux méthodes contraceptives. Ses réflexions s’appuient en partie sur des travaux anthropologiques de la période évolutionniste portant sur les groupes de parenté, le totémisme, le clan, la horde, la tribu, le matriarcat, les pratiques matrimoniales, etc. Il s’agit notamment des recherches d’Alfred Howitt, Edward Westermarck, John McLennan, Edward Tylor, Lewis Morgan ou James Frazer. En revanche, elle ne s’inspire pas de celles, plus contemporaines, de William Rivers sur la méthode généalogique, ou d’Alfred Kroeber, dont elle devient proche, sur le système classificatoire20.

  • 21 On retrouve cette idée sous des formes quelque peu différentes dans les propositions de Paul Lacom (...)

31Prédisant à terme la séparation conceptuelle du mariage et de la parentalité, pensés à l’époque comme des équivalents stricts, Elsie Clews Parsons conçoit le mariage, et plus largement les relations sexuelles, comme une affaire privée ne devant pas intéresser l’État, contrairement à la parentalité, qui serait un sujet d’intérêt public21. Dans ses écrits, elle esquisse les contours d’une théorie de la responsabilité parentale qui amènerait à libérer les individus, la mère et l’enfant en particulier, des contraintes morales, sociales et économiques de leur époque ; à ne plus pénaliser les mères non mariées et leurs enfants, ni les « passions », pour reprendre le terme employé par l’auteure, sexuelles. Cette distinction juridique entre mariage (et sexualité) et parentalité est effectivement advenue lorsque l’on voit la place qu’occupe la thématique de la parentalité dans les débats publics et scientifiques sur la famille au cours du xxe siècle.

32Elsie Clews Parsons propose ainsi de remplacer le « registre de mariage » et le « tribunal de divorce » par un « registre de parent » et un « tribunal de parent » ; de remplacer le certificat de mariage par un « certificat de parent » (déjà embryonnaire dans l’idée du certificat eugéniste) et de substituer « un contrat de parent » au contrat matrimonial (1915b : 515).

  • 22 Et poursuit : « [Dans le registre de parents], [j]e vois aussi une disposition instaurée dans le c (...)

33Elle avance l’idée selon laquelle « les futurs parents (les deux ou l’un d’eux – qu’il y ait les deux ou un seul, et si un seul lequel, est de peu d’importance en droit) [seraient] légalement tenus de conclure un contrat avec l’État leur imposant d’élever l’enfant selon les exigences minimales normalisées par l’État pour le bien de son futur citoyen » 22. Contrairement à l’approche eugéniste, le certificat et le contrat parentaux sont conçus dans une perspective libertaire puisque, dans la pensée de Elsie Clews Parsons, ces documents procèderaient d’une démarche volontaire des parents à être parents et à assumer, à l’amiable et pour le bien de l’enfant, leurs responsabilités. Elle propose ainsi une théorie de la parentalité qui succèderait à la « théorie des relations de sexes », introduisant le principe de réciprocité entre les sexes et la question du point de vue de l’enfant :

« Débarrassée des questions de descendance, et ainsi plus facilement détachée des tentacules de la théorie de la propriété, la théorie des relations sexuelles pourrait bien engendrer sa propre solution, en présentant le principe de réciprocité entre les sexes, et en établissant de nouveaux critères de sincérité, d’honneur et de responsabilité pour les hommes comme pour les femmes. Ces critères seront également établis dans la théorie de la parentalité. Le concept d’illégitimité sera redéfini, c’est-à-dire défini du point de vue de l’enfant plutôt que de l’idée de relation sexuelle illicite. Le déshonneur de l’irresponsabilité parentale sera jeté sur les parents d’enfants ayant été conçus dans des circonstances défavorables aux enfants eux-mêmes. Les femmes auront une plus grande responsabilité économique, et auront une liberté de maternité proportionnellement plus importante. Pour les hommes comme pour les femmes, être parent deviendra un projet plus intentionnel, et donc plus marquant » (1916a : 215, ma traduction ).

  • 23 Cf. Aps, Elsie Clews Parsons Papers n°29, series I.

34Promouvoir de telles idées à cette époque n’était pas chose aisée, même pour une femme fortunée. L’article « Marriage and Parenthood – A Distinction » avait été initialement soumis au magazine mensuel Atlantic Monthly (Boston), sous le titre « The Future of the Family », avant d’être refusé. Dans une lettre datant du 2 mars 1914, Ellery Sedgwick, l’éditeur d’alors, s’en était expliqué de la sorte : « and, to tell the truth, I think that we have gone far enough in the discussion of feminism for the present ». Cet article fut ensuite proposé au journal The New Republic (New York), mais à nouveau refusé le 3 mai 1915, au motif qu’il constituerait « a liberal propaganda about matters of sex… ». L’Atlantic Monthly et The New Republic avaient pourtant à l’époque la réputation d’être des publications progressistes. Le texte parut finalement en 1915, dans The International Journal of Ethics (Chicago), avec l’appui de James Tufts, alors rédacteur en chef de la revue23.

35Elsie Clews Parsons précise, dans « When Mating and Parenthood are Theoretically Distinguished », les contours de cette parentalité à venir, débarrassée de la propriété parentale et maritale, ramenant la question de la légitimité – adossée traditionnellement à l’enfant (enfant illégitime) – à celle des parents : la parentalité illégitime serait, ainsi, rapportée aux conditions de santé dans lesquelles l’enfant a été conçu, à l’abandon des responsabilités des parents envers l’État ; en somme, une (il)légitimité totalement rattachée aux parents et non aux enfants.

36Cette idée de maternité libre est davantage discutée dans son texte « Feminism and the Family », paru en 1917, dans lequel elle analyse les contradictions du féminisme à l’aune de la question des responsabilités parentales, en particulier à partir de l’exemple de l’enfant illégitime. Elle explique comment une assurance maternité, garantie par une variété de méthodes, pourrait constituer une solution alliant maternité et indépendance économique des mères, des femmes. Cette théorie de la responsabilité parentale, qu’elle défend contre les conventions de son temps, mais également contre ce qu’elle appelle le « féminisme avide » (par opposition au « féminisme humaniste ») constitue la pierre angulaire de ses analyses sur la famille et la vie familiale. Comme Elsie Clews Parsons l’explique :

« Jusqu’à ce que cette théorie de la responsabilité soit une théorie sociale franchement acceptée, je ne vois pas de réelle solution aux problèmes logiques soulevés par les questions d’illégitimité, de liberté de la maternité ou d’indépendance économique dans le mariage » (1917a : 58, ma traduction).

37Les travaux sur la parentalité – thème qui rend compte de la pluralité des formes familiales (famille recomposée, monoparentalité, homoparentalité, parentalité adoptive, etc.), du contrôle et du soutien apportés aux parents dans nos sociétés contemporaines – s’accordent pour penser la famille à partir de l’enfant, et non plus à partir de la filiation et de l’alliance (matrimoniale). Cette idée était déjà présente chez Elsie Clews Parsons, et ce, dès le début du xxe siècle. Elle y développe, par le biais de sa proposition de contrat parental, une théorie de la responsabilité parentale laissant l’homme et la femme libres de coopérer (ou non) au sein de la famille, de définir les rôles par eux-mêmes et pour eux-mêmes, pour peu que les enfants soient élevés selon des exigences minimales normalisées par l’État. Ses textes avant-gardistes et visionnaires sont, hélas, tombés dans l’oubli. Ils restent cependant d’une grande actualité et nous permettent de repenser, avec un siècle de recul, les avancées, mais également les récurrences des débats sur la famille.

  • 24 On rappellera, ici, que l’homosexualité était considérée comme une pathologie psychiatrique aux Ét (...)
  • 25 La monoparentalité concerne aussi les situations où les enfants ne sont pas « illégitimes » (notam (...)

38Certes, la parentalité, telle qu’on la connaît de nos jours, renvoie aux liens pluriels, et non aux liens nécessairement ancrés dans une relation procréative, unissant l’enfant à ses proches – et, par-delà, aux multiples manières de « faire famille ». De cela, il n’en est pas directement question chez Elsie Clews Parsons. Elle n’aborde pas non plus le sujet du point de vue des formes familiales – la monoparentalité, les familles recomposées, l’homoparentalité. Mais pouvait-il en être autrement à cette époque ?24 Ses réflexions, on l’a vu, concernent beaucoup les « enfants illégitimes » et leurs mères – une forme de famille « monoparentale »25 – , et plus largement, la maternité. Rappelons ici que c’est par ces thèmes que se sont développés en France les premiers débats publics et travaux sociologiques sur la parentalité (Ben Hounet 2014 : 124-126).

  • 26 On renverra le lecteur à la note 23.

39Mais ses propos sur le contrat parental et la responsabilité parentale sont en soi une réponse à l’un des problèmes posés par les évolutions des formes familiales : qu’est-ce qu’un parent ? Elle amorce, ainsi, deux propositions centrales s’agissant de la parentalité. D’une part, elle aborde l’idée de la parentalité en tant que lien contractuel – son fameux contrat parental – et non comme seul lien biologique. Elle propose, d’autre part, des solutions pragmatiques concernant la question de l’autorité parentale – une parentalité négociée qui ouvre la voie à la monoparentalité comme à la coparentalité26.

Fig1p1

Fig1p1

Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,

Fig2p2

Fig2p2

Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,

Fig3p3

Fig3p3

Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,

Fig4p4

Fig4p4

Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,

Fig5p5

Fig5p5

Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,

Fig6p6

Fig6p6

Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,

Fig7p7

Fig7p7

Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,

Fig8p8

Fig8p8

Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,

Fig9p9

Fig9p9

Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,

Fig10p10

Fig10p10

Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,

Haut de page

Bibliographie

Babcock, Barbara, 1987 « Taking Liberties, Writing from the Margins, and Doing it with a Difference », The Journal of American Folklore 100 (398) : Folkore and Feminism : 390-411.

Babcock, Barbara, 1993 « Feminisms/Pretexts : Fragments, Questions, and Reflections », Anthropological Quaterly 66 (2) : 59-66.

Benedek, Therese, 1959 « Parenthood as a Developmental Phase : A Contribution to the Libido Theory », Journal of the American Psychanalytic Association 7 (3) : 389-417.

Benedict, Ruth, 1934 Patterns of Culture. Boston-New York, Houghton Mifflin.

Ben Hounet, Yazid, 2014 « La parentalité des uns... et celle des autres », L’Homme 209 : 121-141.

Boas, Franz, 1928 Anthropology and Modern Life. New York, W. W. Norton & Company.

Boas, Franz, 1942 « Elsie Clews Parsons », Science 95 (2456) : 89-90.

Chambers, Keith, S., 1973 « The Indefatigable Elsie Clews Parsons, Folklorist », Western Folklore 32 (3) : 180-198.

Cott, Nancy, 1987 The Grounding of Modern Feminism. New Haven, Yale University Press.

Deacon, Desley, 1997 « Introduction », in Elsie Clews Parsons, Fear and Conventionality.Chicago, University of Chicago : 1-37.

Deacon, Desley, 1999 Elsie Clews Parsons. Inventing Modern Life. Chicago, University of Chicago Press (« Women in Culture and Society »).

Dorsons, Richard, 1974 « Elsie Clews Parsons : Feminist and Folklorist », Folklore Feminist Communications 2 (4) : 22-25.

Fine, Agnès & Nicolas Adell, eds, 2012 Histoire et anthropologie de la parenté. Autour de Paul Lacombe (1834-1919). Paris, Comité des Travaux historiques et scientifiques (« Orientations et méthodes » 20).

Gilkeson, John, 2010 Anthropologists and the Rediscovery of America, 1886-1965. Cambridge-New York, Cambridge University Press.

Grand, Sarah, 1894 « The New Aspect of the Woman Question », The North American Review 158 (448) : 270-276.

Hare, Peter, 1985 A Woman’s Quest for Science. A Portrait of Anthropologist Elsie Clews Parsons. Buffalo, Prometheus Books.

Kelsey, Carl, 1907 « Review of The Family by Elsie Clews Parsons », The Annals of the American Academy of Political and Social Science 30 : 185-186.

Kroeber, Alfred, 1917 « The Superorganic », American Anthropologist new series 19 (2) : 163-213.

Lacombe, Paul, 1867 Le Mariage libre. Paris, Librairie des auteurs.

Lamphere, Louise, 1989 « Feminist Anthropology : The Legacy of Elsie Clews Parsons », American Ethnologist 16 (3) : 518-533.

Lamphere, Louise, 1995 « Feminist Anthropology : The Legacy of Elsie Clews Parsons », in Ruth Behar & Deborah A. Gordon, Women Writing Culture. Berkeley, University of California Press : 85-103.

Behar & Deborah A. Gordon, 2004 « Unofficial Histories : A Vision of Anthropology from the Margins », American Antropologist 106 (1) : 126-139.

Lutkehaus, Nancy, 2008 Margaret Mead. The Making of an American Icon. Princeton, Princeton University Press.

Malinowski, Bronislaw, 1930 « Kinship », Man 30 : 19-29.

Martial, Agnès, 2012 « La paternité chez Paul Lacombe », in Agnès Fine & Nicolas Adell, eds, Histoire et anthropologie de la parenté… : 323-333.

Mead, Margaret, 1928 Coming of Age in Samoa. A Psychological Study of Primitive Youth for Western Civilisation. Foreword by Franz Boas. New York, William Morrow & Company.

Parsons, Elsie Clews, 1906 The Family. New York, Putman.

Parsons, Elsie Clews, 1913a Religious Chastity. An Ethnological Study. New York, Macauley Compagy.

Parsons, Elsie Clews, 1913b The Old-Fashioned Woman. Primitive Fancies About the Sex. New York-London, G. P. Putnam’s Sons.

Parsons, Elsie Clews, 1914a « Vitalism versus Mechanism », Science new series 40 : 840.

Parsons, Elsie Clews, 1914b Fear and Conventionality. New York-London, G. P. Putnam’s Sons.

Parsons, Elsie Clews, 1915a « Circumventing Darwinism », The Journal of Philosophy, Psychology and Scientific Methods 12 (22) : 610-612.

Parsons, Elsie Clews, 1915b « Marriage and Parenthood – A Distinction », International Journal of Ethics 25 (4) : 514-517.

Parsons, Elsie Clews, 1915c Social Freedom. A Study of the Conflicts Between Social Classifications and Personality. New York-London, G. P. Putnam’s Sons.

Parsons, Elsie Clews, 1916a « When Mating and Parenthood are Theoretically Distinguished », International Journal of Ethics 26 (2) : 207-216.

Parsons, Elsie Clews, 1916b Social Rule. A Study of the Will to Power. New York-London, G. P. Putnam’s Sons.

Parsons, Elsie Clews, 1917a « Feminism and the Family », International Journal of Ethics 28 (1) : 52-58.

Parsons, Elsie Clews, 1917b « Review of Zuñi Kin and Clan, by A. L. Kroeber », American Anthropologist new series 20 (1) : 98-104.

Parsons, Elsie Clews, 1939 Pueblo Indian Religion. Chicago, University of Chicago Press, 2 vol.

Reichard, Gladys, 1943a « Elsie Clews Parsons », The Journal of American Folklore 56 (219) : Elsie Clews Parsons Memorial Number : 45-48.

Reichard, Gladys, 1943b « Bibliography of Elsie Clews Parsons », The Journal of American Folklore 56 (219) : Elsie Clews Parsons Memorial Number : 48-56.

Saleeby, Caleb, 1909 Parenthood and Race Culture. An Outline of Eugenics. New York, Moffat, Yard & Co.

Spier, Leslie & Alfred Kroeber, 1943 « Elsie Clews Parsons », American Anthropologist new series 45 (2) : Centenary of the American Ethnological Society : 244-255.

Tarde, Gabriel, 1895 [1890] Les Lois de l’imitation. Études sociologiques.Paris, Félix Alcan.

Tarde, Gabriel, 1903 Laws of Imitation. Translated from the 2nd French ed. by Elsie Clews Parsons. With an introd. by Franklin H. Giddings. Gloucester, P. Smith.

Visweswaran, Kamala, 1997 « Histories of Feminist Ethnography », Annual Review of Anthropology 26 : 591-621.

Wilkin, Robert, 1910 « The Responsibility of Parenthood », Annals of The American Academy of Political Science 36 (1) : 64-70.

Zumwalt, Rosemary Lévy, 1992 Wealth and Rebellion. Elsie Clews Parsons, Anthropologists and Folklorist. Urbana, University of Illinois Press (« Publication of the American Folklore Society. New Series »).

Haut de page

Notes

1 Revue qui deviendra le Journal of Marriage and Family en 1964.

2 Cf. leur abondante correspondance, entretenue de 1915 à 1941 (Aps, E. C. Parsons Papers n°29, series I).

3 Les publications de Elsie Clews Parsons dans The Masses sont les suivantes : « Engagements », nov. 1916 : 14 ; « Meetings », apr. 1915 : 11 ; « Facing Race Suicide », june 1915 : 15 ; « Privacy in Love Affairs », july 1915 : 12 ; « Strawberry Patch », sept. 1915 : 8 ; « Marriage : A New Life », sept. 1916 : 27 ; « Religion of Middle : A Review of God the Invisible King by H. G. Wells », sept. 1917 : 29 ;  « It Costs », oct. 1917 : 35.  On peut les consulter sur le site Marxists Internet Archive [https://www.marxists.org/history/usa/pubs/masses/index.htm].

4 Cf. la correspondance avec le journaliste Herbert Croly, l’économiste Alvin S. Johnson, les journalistes Philip et Robert Littell, Walter Lippmann, entre 1915 et 1920 (Aps, E. C. Parsons Papers n°29, series I).

5 Elle a été très proche de Clarence Day, avec lequel elle a entretenu une longue correspondance de 1911 jusqu’à son décès. Les échanges avec Randolph Bourne débutent en 1915 et se terminent avec la disparition prématurée de ce dernier, en 1918 (Aps, E. C. Parsons Papers n°29, series I).

6 Cf. la lettre de Franz Boas, 28 novembre 1917 (Aps, E. C. Parsons Papers, n°29, series I). Le 7 mars 1917, Franz Boas avait donné une conférence à l’Université Columbia intitulée « Preserving our Ideals – Thoughts at the Critical Times of One Who Subordinates Patriotism to his Conception of Mankind as a Whole – An Anthropological View » (Aps, E. C. Parsons Papers, n°29, series III) dans laquelle il tentait de dépasser les idées nationalistes alors exacerbées par la Première Guerre mondiale, y compris aux États-Unis. Le sujet fit l’objet d’échanges épistolaires entre Boas et Parsons qui partageaient la même inquiétude devant cette montée du nationalisme et du patriotisme.

7 Cf. la correspondance Parsons-Boas (1919-1920) (Aps, E. C. Parsons Papers, n°29, series I).

8 The New Woman a constitué, au tournant du xxe siècle, un idéal de la pensée féministe. L’expression aurait été forgée par la féministe irlandaise Sarah Grand dans son article « The New Aspect of the Woman Question », publié en 1894.

9 Le lecteur pourra se référer à l’ouvrage de Nancy Cott (1987) pour une vue d’ensemble du mouvement féministe au début du xxe siècle aux États-Unis.

10 The Family suscita de nombreuses réactions, principalement dans des revues de sciences politiques ou de sociologie. Cf. le commentaire de Carl Kelsey (1907) qui commence par une critique des lectures partiales de cet ouvrage. The Family, bien que reposant sur de nombreux travaux ethnographiques – concernant des populations aussi diverses que les Yagans, les Aborigènes d’Australie, les Eskimo, les Kabyles, entre autres –, ne semble pas avoir fait l’objet de débats parmi les anthropologues.

11 Selon Nancy Lutkehaus, « In many ways, Parsons was a precursor of Mead, leading the way as a feminist, anthropologist, and public intellectual » (2008 : 302, note 19). Si Margaret Mead connaissait Elsie Clews Parsons du fait qu’elles étaient toutes deux associées au Département d’anthropologie de l’Université Columbia (Ibid. : 154), on ne trouve cependant pas de trace d’échanges entre ces deux auteures dans les archives de l’American Philosophical Society (Aps), ni dans la biographie de Peter Hare (1985) fondée, en bonne partie, sur la correspondance privée de Elsie Clews Parsons. L’éloignement des terrains de Maragaret Mead (Océanie) peut contribuer à expliquer pourquoi elles n’ont pas été plus proches.

12 Cf. la correspondance avec Franz Boas en 1913 (Aps, E. C. Parsons Papers, n°29, series I).

13 Cf. Aps, E. C. Parsons Papers, n°29, series I.

14 Margaret Mead ne cite pas Elsie Clews Parsons dans Coming of Age in Samoa (1928). L’influence de Elsie Clews Parsons sur l’œuvre de Mead est davantage implicite qu’explicite.

15 Cf. également Rosemary Zumwalt (1992 : x)

16 Pour une discussion sur les débats autour de la parentalité au début du xxe siècle, cf. Yazid Ben Hounet (2014).

17 Cf. aussi Elsie Clews Parsons (1914a : 840).

18 Une traduction de ces articles effectuée par mes soins est disponible sur le site Academia [https://www.academia.edu/25651609/Annexes_traduction_dune_sélection_de_textes_dElsie_Clews_Parsons].

19 On renverra le lecteur aux ouvrages suivants : The Family (1906) ; Religious Chastity (1913a) ; The Old-Fashioned Woman (1913b) ; Fear and Conventionality (1914b) ; Social Freedom (1915c) ; Social Rule (1916b).

20 Elsie Clews Parsons commence à débattre des questions de parenté avec Alfred Kroeber à partir de ses travaux sur le Southwest, notamment avec la recension de son ouvrage Zuñi Kin and Clan (Parsons 1917b).

21 On retrouve cette idée sous des formes quelque peu différentes dans les propositions de Paul Lacombe, notamment dans son ouvrage Le Mariage libre (1867), paru près de quarante ans avant The Family (1906). Comme l’écrit Agnès Martial : « L’objectif de Paul Lacombe est clairement énoncé : donner aux femmes les moyens de “se protéger elles-mêmes” de l’inconséquence masculine et assurer aux enfants l’égalité devant la loi, quelles que soient les conditions de leur naissance. Pour ce faire, Lacombe suggère de redéfinir entièrement l’institution du mariage, en y introduisant une nouvelle conception des relations conjugales, et en y articulant de manière inédite les relations d’alliance et de filiation. Cela le conduit à reformuler les conditions d’éclosion et de reconnaissance de la paternité » (2012 : 327). Les travaux de Paul Lacombe sur la parenté et la famille qui ont été redécouverts récemment (Fine & Adell 2012) ne semblent pas, toutefois, avoir été connus dans le milieu intellectuel new-yorkais de l’époque, quoique des idées semblables sur le couple et la femme se soient diffusées à la fin du xixe siècle en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

22 Et poursuit : « [Dans le registre de parents], [j]e vois aussi une disposition instaurée dans le contrat de parent pour soutenir la mère pendant la grossesse et pendant une période donnée après l’accouchement. Cette disposition peut être instaurée par la future mère elle-même, par le futur père, ou par l’État. Les questions de résidence et d’autorité sur l’enfant feront également partie du contrat. En bref, il s’agit des mêmes dispositions, prises à l’amiable et avec prévoyance avant la naissance de l’enfant, que celles mises en œuvre dans les cours de justice, durant les nombreux cas de divorce – et ce dans le conflit et la douleur […]. Cependant, j’aimerais souligner en conclusion que le mécanisme de registre de parent et d’une cour de justice de parent est moins contraignant et, d’une certaine manière, bien moins radical qu’il n’apparaît en premier lieu. Il laisse l’homme et la femme libres de coopérer au sein d’une vie familiale. Il laisse également l’homme et la femme libres de ne pas coopérer. Ces deux possibilités existent aujourd’hui. Tout ce que ce nouveau mécanisme ferait, c’est aider l’individu à prendre conscience de ses actes, et aider le public à placer les responsabilités là où elles doivent être placées. Mais c’est déjà quelque chose » (Parsons 1915b : 516-517, ma traduction).

23 Cf. Aps, Elsie Clews Parsons Papers n°29, series I.

24 On rappellera, ici, que l’homosexualité était considérée comme une pathologie psychiatrique aux États-Unis jusqu’en 1973 (1992 pour l’Oms) et que la thématique de l’homoparentalité n’est, apparue que par la suite dans les débats scientifiques.

25 La monoparentalité concerne aussi les situations où les enfants ne sont pas « illégitimes » (notamment dans le cas des veuvages). Rappelons que le néologisme « monoparental » n’apparaît en France que dans les années 1970 (Ben Hounet 2014).

26 On renverra le lecteur à la note 23.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Illusration en médaillon, « Parsons seated outside » (© American Philosophical Society).
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/30140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 950k
Titre Fig1p1
Légende Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/30140/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig2p2
Légende Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/30140/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig3p3
Légende Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/30140/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig4p4
Légende Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/30140/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig5p5
Légende Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/30140/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig6p6
Légende Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/30140/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig7p7
Légende Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/30140/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig8p8
Légende Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/30140/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig9p9
Légende Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/30140/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig10p10
Légende Fac-similé de l’article de Elsie Clews Parsons,
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/30140/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Yazid Ben Hounet, « L’anthropologie et le concept de “parentalité” chez Elsie Clews Parsons », L’Homme, 222 | 2017, 5-34.

Référence électronique

Yazid Ben Hounet, « L’anthropologie et le concept de “parentalité” chez Elsie Clews Parsons », L’Homme [En ligne], 222 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/30140 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.30140

Haut de page

Auteur

Yazid Ben Hounet

Centre national de la recherche scientifique, Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris – Centre Jacques-Berque, Rabat (Maroc) – yazid.ben-hounet@ehess.fr

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search