Navigation – Plan du site
Études & Essais

Que font les scientifiques lorsqu’ils ne sont pas naturalistes ?

Le cas des levuristes
What Do Scientists Do When They Are Not Naturalists ? The Case of “Levurists”
Charlotte Brives
p. 35-56

Résumés

Dans Par-delà nature et culture, Philippe Descola définit, à partir d’une dualité intériorité/physicalité qui serait universelle, quatre schèmes de pensée permettant de rendre compte de l’ensemble des cosmologies des sociétés passées et présentes : le naturalisme, l’animisme, le totémisme et l’analogisme, le naturalisme étant le schème propre aux Modernes et donc aux scientifiques occidentaux. Cet article, fondé sur une observation de plusieurs années des relations entre biologistes et leur objet d’étude, la levure Saccharomyces cerevisiae, au sein d’un laboratoire de génétique et de biologie cellulaire, a pour vocation de questionner la pertinence des catégories descoliennes pour décrire les pratiques scientifiques. En analysant le type de relations instaurées entre humains et non-humains dans l’espace du laboratoire, il est en effet possible de montrer que les biologistes usent en fait d’analogismes pour établir des continuités, là où le naturalisme pose la continuité comme préalable à toute connaissance sur le vivant. Mais ce passage du naturalisme à l’analogisme est-il pleinement satisfaisant ? Nous faisons alors l’hypothèse de penser les scientifiques comme étant relationnistes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Vivre ensemble : de l’enchevêtrement des Umwelt de deux espèces
De la discontinuité des physicalités entre humains et levures : l’importance de quelques règles
De la discontinuité des intériorités entre humains et levures : produire des connaissances
Mais alors, que font les levuristes ?

Aperçu du texte

Dans Par-delà nature et culture, Philippe Descola propose de revenir sur une dichotomie largement utilisée en anthropologie pour tenter de la dépasser. S’appuyant sur une littérature ethnographique très vaste, il montre comment ce que nous considérons en tant qu’Occidentaux comme une bipartition évidente, l’opposition entre nature et culture, n’est en fait qu’une façon parmi d’autres de construire un rapport au monde. Ce faisant, il en vient à définir quatre grands schèmes de pensée, le naturalisme, l’animisme, le totémisme et l’analogisme, qui permettent de comprendre l’ensemble des cosmologies des sociétés passées et présentes.

La mise en évidence de ces schèmes repose sur l’articulation de deux modalités, considérées comme fondamentales, de structuration de l’expérience individuelle et collective – l’identification et la relation –, ainsi que sur une dualité physicalité/intériorité qui serait universelle. Ainsi, pour résumer assez sommairement les conclusions de Philippe Descola, ...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Charlotte Brives, « Que font les scientifiques lorsqu’ils ne sont pas naturalistes ? », L’Homme, 222 | 2017, 35-56.

Référence électronique

Charlotte Brives, « Que font les scientifiques lorsqu’ils ne sont pas naturalistes ? », L’Homme [En ligne], 222 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/30143 ; DOI : 10.4000/lhomme.30143

Haut de page

Auteur

Charlotte Brives

Centre national de la recherche scientifique – Centre Émile Durkheim (UMR 5116), Bordeaux – charlottebrives@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals