Navigation – Plan du site
Études & Essais

La mise en camp de la Guinée

Ebola et l’expérience postcoloniale
Encamping Guinea : Ebola and the Postcolonial Experience
Veronica Gomez-Temesio et Frédéric Le Marcis
p. 57-90

Résumés

En 2014, la première épidémie massive de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest fut un événement exceptionnel tant par son étendue et sa durée que par l’ampleur de l’engagement des organisations humanitaires, mais aussi du point de vue des populations guinéennes qui tentèrent de résister, parfois violemment, au dispositif de réponse à l’épidémie. À partir d’une ethnographie comparée de deux centres de traitement Ebola (Cte) mis en place par Médecins sans frontières, nous rendrons compte de l’organisation des soins à l’intérieur de ces centres et nous montrerons que les Cte partagent plusieurs points communs avec les multiples « formes-camp » qui peuplent le monde contemporain : la frontière, la logique épidémiologique, le triage des populations et, enfin, la suppression de l’éthique ordinaire. C’est pourquoi l’expérience d’Ebola révèle en fait l’avènement d’un régime global de gouvernance de la santé qui s’inscrit dans un contexte postcolonial et renvoie les populations guinéennes à l’histoire longue de leur relation au pouvoir caractérisée par la violence et l’extraction. Elle est aussi emblématique d’un gouvernement du monde qui conjugue biopolitique et nécropolitique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Ethnographier les centres de traitement Ebola
Être un patient dans un centre de traitement Ebola
Sortir d’un centre de traitement Ebola
Des logiques de camp
Matérialité de la frontière
La logique épidémiologique
Le tri
La suppression de l’éthique ordinaire
Le Centre de traitement Ebola en tant que camp
Un lieu de dépossession
Filiation historique entre les camps et les centres de traitement Ebola
De la biopolitique à la nécropolitique
Les logiques du camp en dehors du camp

Aperçu du texte

Au sommet d’une colline surplombant Guéckédou, ville du sud de la Guinée située aux frontières de la Sierra Leone et du Libéria, se trouve un Centre de traitement Ebola (Cte) géré par une équipe de Médecins sans frontières (Msf). Avant de devenir un Cte, le lieu était connu comme la Trypano, du nom du service qui, depuis l’époque coloniale jusqu’à la fin du régime de Sékou Touré (1958-1984), organisait dans la préfecture de Guéckédou, comme dans l’ensemble des territoires sous domination française, la lutte contre la trypanosomiase, ou « maladie du sommeil » (Dozon 1985 ; Lachenal 2014). De nos jours, ce lieu abrite la Direction préfectorale de la santé (Dps), une maternité et, depuis mars 2013, un Cte.

Chaque jour, une noria de 4 x 4 quitte le centre pour sillonner la région : des soignants sensibilisent les populations et les informent sur la maladie à virus Ebola. Si les signes d’une fièvre hémorragique sont identifiés chez une personne, celle-ci est ramenée vers le centre dans un...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Veronica Gomez-Temesio et Frédéric Le Marcis, « La mise en camp de la Guinée », L’Homme, 222 | 2017, 57-90.

Référence électronique

Veronica Gomez-Temesio et Frédéric Le Marcis, « La mise en camp de la Guinée », L’Homme [En ligne], 222 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/30147 ; DOI : 10.4000/lhomme.30147

Haut de page

Auteurs

Veronica Gomez-Temesio

École normale supérieure de Lyon – Laboratoire d'anthropologie des enjeux contemporains (LADEC, FRE 2002), Lyon –

Frédéric Le Marcis

École normale supérieure de Lyon – Laboratoire d'anthropologie des enjeux contemporains (LADEC, FRE 2002), Lyon – frederic.lemarcis@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals