Navigation – Plan du site
Études & Essais

Comment pensent les drones

La détection et l’identification de cibles invisibles
How Drones Think : Detecting and Identifying Invisible Targets
Grégory Delaplace
p. 91-118

Résumés

Les débats éthiques liés à l’usage de drones de combat par les États-Unis, dans le cadre d’opérations militaires au Pakistan, en Afghanistan, en Somalie et au Yémen, se sont principalement concentrés sur le cas des frappes dites de « personnalité », dont le propos affiché est d’éliminer à distance des hauts responsables d’organisations « terroristes ». La majorité des frappes menées par les drones américains, pourtant, ne vise pas des personnes préalablement connues des services secrets, mais des individus anonymes « identifiés » sur la base de leur comportement, observé depuis le ciel, perçu comme présentant une menace. Les cibles de ces frappes, dites de « signature », n’apparaissent donc aux opérateurs des drones qu’à travers certains signes qu’il s’agit non seulement de détecter, mais aussi d’interpréter collectivement. En tirant parti des données disponibles sur le sujet, et notamment de la transcription intégrale d’une attaque menée en Afghanistan par l’armée américaine en février 2010, cet article tente d’examiner dans le détail par quel processus des cibles invisibles en viennent à être identifiées comme telles par les drones de combats américains.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier chaleureusement les étudiants de Master 2 du séminaire « Anthropologie de l’invisible » (Université Paris Nanterre, 2015-2016) de m’avoir encouragé à travailler sur ce thème et de m’avoir aidé à développer et affiner l’argument de cet article, dont une version a également été présentée le 23 février 2016 au séminaire « Anthropologie à Nanterre ». Une reconnaissance toute particulière va à Laure Assaf, Sophie Houdart et Pierre Lemonnier, ainsi qu’au comité de rédaction de la revue L’Homme, pour leurs commentaires stimulants à différents moments de son élaboration. Rémi Hadad, enfin, a non seulement relu attentivement plusieurs versions de cet article et grandement contribué à l’améliorer, mais il a aussi eu la patience et la générosité de transformer en véritables schémas les croquis bancals qui l’illustraient au départ ; ce travail lui doit donc beaucoup.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Deux régimes d’identification des cibles
Ce que cherchent et ce que voient les drones
Milieu technique et régime de communication des drones
Le processus d’identification d’une cible

Aperçu du texte

« Ensuite, je m’installe avec Abu Annas devant chez lui,
comme nous l’avons fait des milliers de fois déjà.
C’est seulement la guerre qui a rendu ce rituel dangereux.
Nous échangeons nos inquiétudes sur la situation. Abu Annas demande à son autre fils Mohamed
de préparer la shisha. Mais alors que je commence à la fumer Zohdi s’écrie
qu’il est trop dangereux de fumer la shisha dans la rue. “Le drone pourrait interpréter
le signal de chaleur comme une arme”, explique-t-il.
“Quelle arme ? C’est une shisha !”, raille Abu Annas.
“Le drone est aveugle”, dit Zohdi.
“C’est un signal de chaleur – il n’a pas besoin de plus” »
Atef Abu Saif (2015 : 65).« Nous voyons des silhouettes, des ombres de personnes… et nous tuons ces ombres »
Brandon Bryant.

Que voit un opérateur de drone ? Comment choisit-il sa cible et à quoi pense-t-il en appuyant sur la gâchette, lorsqu’il décide d’envoyer l’un de ses missiles sur un véhicule, une maison, un groupe de personnes – lorsqu’il décide unilatéralement, et à distance...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Grégory Delaplace, « Comment pensent les drones », L’Homme, 222 | 2017, 91-118.

Référence électronique

Grégory Delaplace, « Comment pensent les drones », L’Homme [En ligne], 222 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/30152 ; DOI : 10.4000/lhomme.30152

Haut de page

Auteur

Grégory Delaplace

Université Paris Nanterre, Département d’anthropologie –

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals