Navigation – Plan du site
Études & Essais

De l’honneur à la responsabilité

Les métamorphoses du sujet mafieux
From Honour to Responsibility : Metamorphoses of the Mafioso Subject
Deborah Puccio-Den
p. 63-99

Résumés

Que se passa-t-il lorsque les « hommes d’honneur », comme se nomment les membres de l’association mafieuse Cosa Nostra, furent appelés à répondre des crimes qui leur étaient imputés devant les cours de l’État italien, et lorsqu’ils durent, tant bien que mal, substituer à l’honneur comme fondement normatif de leur groupe le principe de responsabilité propre à la justice libérale ? Quelles transformations des rapports entre sujet et corps social se sont produites dans le passage de certains membres d’une organisation comme Cosa nostra – qui jusque dans son nom, signifiant littéralement notre chose, subsume le « je » dans le « nous » – à la justice étatique, fondée sur l’individualité de la faute et de la peine ? À travers quelles modifications des régimes d’action et de langage la loi du silence – l’omerta – a-t-elle cédé le pas au contrat de parole stipulé par les « collaborateurs de justice » avec l’État italien ? Une ethnographie des pratiques criminelles mafieuses, des extraits du Maxi-procès intenté à l’association mafieuse Cosa nostra en 1986 et des interviews effectuées avec les « repentis » de la mafia sicilienne permettront d’aborder ces questions, montrant les jeux d’échanges et les similitudes entre mafia et institution judiciaire, magistrats et « hommes d’honneur », plutôt que de les opposer frontalement. L’anthropologie de la justice et du droit, de ses concepts et de ses pratiques peut-elle contribuer à renouveler une notion « classique » comme l’honneur ?

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Que fait l’honneur et de quoi est-il fait ?
D’encre et de sang
Honneur brisé, honneur recomposé
L’honneur à la barre
Responsabilité et repentir
Quatre figures de la responsabilité

Aperçu du texte

« J’ai collaboré avec Giovanni Falcone parce que c’est un homme d’honneur ! ». Cette déclaration surprenante que le « repenti » (pentito), Antonino Calderone (cité in Falcone & Padovani 1993 : 17), fit aux journalistes peu de temps après avoir livré ses secrets au magistrat anti-mafia, reconnaissant ainsi sa propre implication dans des dizaines d’homicides perpétrés au sein et au nom de l’association mafieuse Cosa Nostra, inscrit ce qui avait été décrit par la presse et par la magistrature comme un geste historique de « rupture » (Falcone 1994 : 51), dans la continuité d’une vie vouée à défendre cette « valeur traditionnelle ». Que se passa-t-il lorsque les « hommes d’honneur » furent appelés à répondre des crimes qui leur étaient imputés devant les cours italiennes, et lorsqu’ils durent, tant bien que mal, substituer à l’honneur comme fondement normatif de leur groupe le principe de responsabilité propre à la justice libérale ? Quelles transformations des rapports entre sujet et co...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Deborah Puccio-Den, « De l’honneur à la responsabilité », L’Homme, 223-224 | 2017, 63-99.

Référence électronique

Deborah Puccio-Den, « De l’honneur à la responsabilité », L’Homme [En ligne], 223-224 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/30689 ; DOI : 10.4000/lhomme.30689

Haut de page

Auteur

Deborah Puccio-Den

Centre national de la recherche scientifique, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales, Paris – deborah.puccio-den@ehess.fr

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals