Navigation – Plan du site
Hors dossier – Centenaire de Jean Rouch

Splendeur et misère de la ciné-transe

Jean Rouch et les adaptations successives d’un terme “mystérieux”
Splendor and Misery of “ciné-transe” : Jean Rouch’s Successive Adaptations of a “Mysterious” Notion
Baptiste Buob
p. 185-220

Résumés

Empreint de la pensée surréaliste, Jean Rouch avait pour désir de « mettre en circulation des objets inquiétants », il y est parfaitement parvenu avec la ciné-transe, néologisme qu’il qualifiera lui-même de « mystérieux ». La ciné-transe est aujourd’hui convoquée dans une multitude de textes académiques, dont aucun ne propose une même acception. Il faut dire que son « découvreur », Jean Rouch, ne l’évoque que très rarement et en donne des définitions qui se modifient à chaque nouvelle mention. Admettant qu’aucune exégèse de la ciné-transe ne la rendra totalement intelligible, la présente contribution n’espère donc pas dévoiler ses hypothétiques ressorts cachés, mais invite à une déambulation au fil des propos tenus par Jean Rouch, afin de retracer quelques-uns des délinéaments de son histoire intellectuelle et d’y débusquer certaines vertus passées pour partie inaperçues. Il s’agira d’abord de montrer que la ciné-transe peut être lue comme un palimpseste donnant accès à l’ensemble des préoccupations et des aspirations de Jean Rouch, et témoignant de l’abandon progressif d’une conception positiviste du film qu’il a pourtant longuement défendue. Il s’agira ensuite de souligner que cette notion porte en elle un ensemble de pistes de recherches quelque peu délaissées : la ciné-transe, loin d’être réductible à la seule anthropologie partagée – domaine où l’on cantonne habituellement les apports de Jean Rouch –, se révèle être un puissant embrayeur théorique invitant à considérer que l’expérience cinématographique peut conduire à une singulière rencontre avec soi-même, de part et d’autre d’une caméra.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les “multiples” de Jean Rouch
La caméra créatrice
Bifurcation d’un voyageur intersidéral
69, année théorique
Dans les pas de Dionysos
Et Jean Rouch se mit à parler “en langue”
La caméra “réflexe” d’un art du double
Pour ne pas en finir avec la ciné-transe

Aperçu du texte

« En examinant le contenu de la notion de cinétranse, la méthodologie cinématographique aborde un domaine dont rendent difficilement compte les catégories de l’épistémologie du sensible. Celle-ci porte en effet la marque du rationalisme et de l’intellectualisme étroits qui ont pendant longtemps présidé à son développement ; si bien que l’introduction de cette notion donne aux textes de méthode un caractère insolite et pour tout dire farfelu qui les rapproche des articles et des discours de Salvador Dali, lequel figure, comme Jean Vigo, parmi les surréalistes qui se rattachent à la tradition de l’esthétique baroque » Xavier de France (1985 : 22).

Les éléments saillants de la vie, de la pensée et de l’œuvre de Jean Rouch sont aujourd’hui rendus aisément accessibles non seulement par ses films et ses textes, mais aussi grâce à une multitude d’entretiens – retranscrits, filmés ou radiophoniques –, ainsi qu’à une abondante littérature le concernant. Cependant, l’ensemble de ces propos ne ...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Baptiste Buob, « Splendeur et misère de la ciné-transe », L’Homme, 223-224 | 2017, 185-220.

Référence électronique

Baptiste Buob, « Splendeur et misère de la ciné-transe », L’Homme [En ligne], 223-224 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 03 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/30697 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.30697

Haut de page

Auteur

Baptiste Buob

Centre national de la recherche scientifique, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Nanterre – baptiste.buob@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals