Navigation – Plan du site
Études & Essais

Savoir, dire et ne pas croire

L’“affaire Gouardo” : du commérage villageois à l’indignation médiatique
To Know, To Say And Not To Believe. The« Gouardo Affair » : From Gossip to Media Indignation
Léonore Le Caisne
p. 73-100

Résumés

Léonore Le Caisne, Savoir, dire et ne pas croire. L’« affaire Gouardo » : du commérage à l’indignation médiatique. — Au printemps 2007, la presse régionale et nationale révéla l’histoire de Lydia Gouardo, violée et torturée pendant vingt-huit ans par son père dont elle eut six enfants. Dans ce village de la région parisienne, cet inceste fut pratiqué au su de tous, dans le brouhaha du commérage, sans que personne n’intervienne. Les journalistes exprimèrent leur indignation contre ces habitants qui « savaient », mais n’ont rien « dit ». À partir d’un travail de terrain d’une année dans le village, cet article propose des observations sur l’inscription du commérage dans la vie locale et sur les effets de la rupture de cadre qu’entraînèrent la médiatisation nationale et l’indignation collective, sur la considération d’un inceste, les représentations de soi et de l’autre, ainsi que sur les modalités de la connaissance.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le village, l’ethnologue et l’“histoire du pays”
Un savoir différencié
Un savoir réservé aux élus et aux “anciens”
Il faut l’“avoir vécu”
Forme et construction du savoir
Un savoir progressif et collectif
Un savoir inscrit dans le tissu local
La médiatisation et l’indignation publique, et leur écho au village
De l’“histoire” locale au crime national
Des habitants dépossédés de leur “histoire”
“On n’était pas au courant !”
Une information confinée
L’“affaire” des journalistes
“On ne savait pas tout !”
“Je ne le crois pas !”
Une information peu crédible
Le “vrai viol” et la “vraie victime”

Aperçu du texte

Au printemps 2007, la presse régionale et nationale révélait l’histoire de Lydia Gouardo, violée et torturée durant vingt-huit ans par son père, qui lui fit six enfants. Objet du commérage villageois, ces faits ne furent jamais signalés à une institution. Les journalistes exprimèrent leur indignation contre ces habitants qui « savaient », mais qui n’ont rien « dit » :

« Lydia, enfant martyre, femme violée pendant vingt-sept ans, dans l’indifférence générale »
(La Marne, 21 février 2007) ;
« Le village savait » (Libération, 9 mai 2007) ;
« Le procès du silence coupable » (Libération, 22 mars 2008) ;
« Le silence d’un village » (« Sept à huit », TF1, 11 mai 2008).

Le livre de Lydia Gouardo, lui, s’intitule « Le Silence des autres ».

Afin de comprendre cette absence de signalement des faits, j’ai effectué, juste après la médiatisation de l’histoire de Lydia, un travail de terrain ethnographique d’une année (2008-2009), à la fois auprès des habitants et des élus du village où habitait la famil...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Léonore Le Caisne, « Savoir, dire et ne pas croire », L’Homme, 225 | 2018, 73-100.

Référence électronique

Léonore Le Caisne, « Savoir, dire et ne pas croire », L’Homme [En ligne], 225 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/30723 ; DOI : 10.4000/lhomme.30723

Haut de page

Auteur

Léonore Le Caisne

Centre national de la recherche scientifique – Institut Marcel Mauss, Centre d’étude des mouvements sociaux, Paris – lecaisne@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals