Navigation – Plan du site
Études & Essais

Sélectionner des embryons humains

Une relation opératoire au sein de laboratoires
de biologie de la reproduction en Inde et en France
Selecting Human Embryos : Operational Relations within Laboratories of Reproductive Biology in India and France
Noémie Merleau-Ponty
p. 101-124

Résumés

Noémie Merleau-Ponty, Sélectionner des embryons humains : une relation opératoire au sein de laboratoires de biologie de la reproduction en Inde et en France. — Cet article décrit la technique de sélection des embryons humains dans deux laboratoires de fécondation in vitro situés en Inde et en France. Il est fondé sur des observations participantes et sur une ethnographie comparative. Il montre comment le naturalisme de la biologie de la reproduction est déployé globalement, puis comment les biologistes entrent en relation avec les patients animés par un projet parental. Dans le laboratoire français, deux définitions des embryons, comme ensembles cellulaires ou enfants potentiels, sont mises en tension dans un contexte où le vocabulaire scientifique est considéré comme limité ou négatif quand il s’agit de communiquer avec les patients. Dans le laboratoire indien, il n’y a pas de débat à propos du statut des embryons. C’est plutôt la communication des « faits » et de la « vérité » scientifiques aux patients qui est valorisée, dans un contexte d’échanges frauduleux de cellules. En recourant à la notion de chaîne opératoire, cette ethnographie comparative permet de caractériser la sélection comme une relation opératoire, à travers laquelle les contextes locaux déterminent le sens et l’évaluation du naturalisme scientifique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à exprimer ma profonde gratitude à Enric Porqueres i Gené pour ses précieux conseils tout au long de l’élaboration de cet article.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Sélectionner un “potentiel de développement et d’implantation” : une étape d’une chaîne opératoire
L’évaluation différentielle d’une science globalisée
Quand une biotechnologie reproductive ne conçoit pas d’enfants
Être au service de ses patients dans une économie privée et concurrentielle à Bangalore

Aperçu du texte

Depuis 1978, plus de 6,5 millions d’enfants sont nés dans le monde à la suite d’une fécondation in vitro (Fiv). Cette biotechnologie reproductive consiste à concevoir des embryons en laboratoire à partir des gamètes d’un homme et d’une femme, pour ensuite en transférer certains dans l’utérus d’une personne.

Les sciences sociales ont décrit comment la globalisation de cette biotechnologie s’inscrit dans des contextes variés qui définissent à chaque fois les termes de ses enjeux socioculturels (Edwards 2000 ; Kahn 2000 ; Inhorn 2003 ; Gürtin 2012 ; Hörbst 2012 ; Mathieu 2013 ; Courduriès & Herbrand 2014 ; Bonnet & Duchesne 2016 ; Bharadwaj 2016 ; Dow 2016 ; Wahlberg 2018). Les conceptions et les usages multiples de la nature et de la biologie de la reproduction ont notamment fait l’objet d’une attention importante. Au Royaume-Uni, la Fiv a été pensée comme ce qui permet de « donner un coup de main à la nature » (Strathern 1992a et b) et la biologie, comme un savoir-faire associé aux « ...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Noémie Merleau-Ponty, « Sélectionner des embryons humains », L’Homme, 225 | 2018, 101-124.

Référence électronique

Noémie Merleau-Ponty, « Sélectionner des embryons humains », L’Homme [En ligne], 225 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/30724 ; DOI : 10.4000/lhomme.30724

Haut de page

Auteur

Noémie Merleau-Ponty

University of Cambridge – Reproductive Sociology Research Group (ReproSoc), Cambridge (Angleterre) – nm631@cam.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals