Navigation – Plan du site
Hommages

Ode au colibri

Micro-traité d’ethno-ornithologie amazoniste en hommage à Dimitri Karadimas
In Praise of Hummingbirds: Minute Amazonist Ethno-Ornithology in Tribute to Dimitri Karadimas
Philippe Erikson
p. 5-18

Résumés

Philippe Erikson, Ode au colibri : micro-traité d’ethno-ornithologie amazoniste en hommage à Dimitri Karadimas. — L’œuvre de Dimitri Karadimas a attiré l’attention de la communauté scientifique sur l’omniprésence des micro-prédateurs (notamment les insectes) dans l’imaginaire, l’iconographie et la vie rituelle des Amérindiens. Conçu comme un hommage à sa mémoire, ce texte se propose d’explorer brièvement le symbolisme associé à un autre être de taille réduite : le colibri. Sans doute d’autant plus injustement négligée que peu portée sur la prédation, cette gracile et furtive créature n’en incarne pas moins, aux yeux de bon nombre d’Amérindiens, ces valeurs cardinales que sont le sens de l’hospitalité, la générosité, l’efficience, la résistance et, plus généralement, tout ce qui relève de la promptitude, de l’empressement et de la mobilité. Héraut des esprits et parangon de la beauté chatoyante, le colibri apparaît aussi bien souvent comme symbole du leadership, de la vie et de la fertilité.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Os beija-flores servirão no tsau’u (tempo da seca)
Cantarão no tsau’u porque, no tempo da seca, fica bonito […]
Foram cantando para o jacaré
O beija-flor preto, assim nasceu o beija-flor preto
(Jerônimo Xavante, cité in Giaccaria & Heide 1975 : 109).

Paradoxalement pour un homme d’une telle prestance et à la stature aussi imposante que la sienne, une des contributions majeures de Dimitri Karadimas aux études américanistes aura été la mise en relief des plus petits des prédateurs dans l’iconographie, la mythologie et le symbolisme des Amérindiens. Obsédés par les grands félins, les oiseaux de proie et les redoutables caïmans, plusieurs générations d’archéologues, d’épigraphistes, d’anthropologues et d’historiens de l’art avaient non seulement négligé le potentiel sémiologique des larves parasitaires, mais encore poussé l’aveuglement jusqu’à prendre des guêpes pour des jaguars volants, des chenilles pour des serpents, ou des mandibules d’hyménoptères pour des becs de condor (Karadimas 2003...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Philippe Erikson, « Ode au colibri », L’Homme, 226 | 2018, 5-18.

Référence électronique

Philippe Erikson, « Ode au colibri », L’Homme [En ligne], 226 | 2018, mis en ligne le 20 juin 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/31499

Haut de page

Auteur

Philippe Erikson

Université Paris-Nanterre – Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC – UMR 7186), Nanterre – philippe.erikson@parisnanterre.fr

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals