Navigation – Plan du site
Études & Essais

“D’où vient le mal”

Divination et dévotion des fontaines en Limousin
“Where Does Evil Come From” : Divination and Devotion at Limousin’s Holy Wells
Jean-Pierre Cavaillé
p. 31-66

Résumés

Jean-Pierre Cavaillé, “D’où vient le mal” : divination et dévotion des fontaines en Limousin. — En Limousin, on dit de la « recommandeuse » qu’elle « met de part ». Elle recherche par le rituel des charbons, « d’où vient le mal », à quelle fontaine il faut se rendre pour s’en délivrer, en invoquant, ou non, le saint qui lui est associé. C’est à cette figure de femme, qui devine et qui guérit, que la présente étude est consacrée. Elle s’appuie sur les échanges que nous avons pu avoir avec l’une d’entre elles, Raymonde, ainsi que sur la documentation fournie, depuis la fin du xviiie siècle, par les folkloristes et, depuis les années 1960, par quelques travaux ethnographiques qui, les premiers, se sont intéressés non seulement aux pratiques, mais aussi au discours des « recommandeuses ». Nous analysons ainsi ce que ces femmes nous disent de la transmission, souvent de mère en fille, du secret et du « don », l’ambivalence radicale de celui-ci à propos de la relation indéterminée qui unit le don, la fontaine et le saint, de la notion de service et du principe de gratuité (un « don » avec contre-don, mais qui ne se monnaie pas), ou encore de l’absence de toute forme de doctrine et d’orthodoxie au profit de pratiques caractérisées par leur plasticité et leur adaptabilité. Ancrée dans le présent et le passé proche, notre réflexion s’inscrit dans une perspective d’anthropologie historique et esquisse des conjectures sur la longue durée.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une pratique souple et discrète
Transmission, secret et don
Service et gratuité
Ambivalence
Topographie
Prescriptions et improvisation
Saints guérisseurs et mauvais saints
Une “praxie” sans orthodoxie

Aperçu du texte

Dans la présente étude, nous nous intéresserons à la fréquentation des fontaines guérisseuses ou « bonnes fontaines » en Limousin et, plus encore, à la figure de la « recommandeuse » ou « metteuse de part », la femme qui procède au rituel de divination permettant d’identifier les fontaines à l’origine d’un mal et où il faut se rendre pour accomplir les gestes de la « dévotion » thérapeutique. Ce texte n’aurait pas été envisageable sans la rencontre de l’une d’entre elles, Raymonde, qui « met de part » à Cussac, bourg de l’ouest de la Haute-Vienne connu dans la région pour ses « bonnes fontaines ». La fonction de recommandeuse et les pratiques qui lui sont attachées sont en effet toujours présentes en Limousin, même si elles semblent en forte récession. Il est très difficile d’évaluer le nombre de personnes qui accomplissent aujourd’hui encore ces rituels, du fait de l’extrême discrétion à la fois de la plupart des praticiennes et de leurs consultants : à en juger par les information...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Jean-Pierre Cavaillé, « “D’où vient le mal” », L’Homme, 226 | 2018, 31-66.

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « “D’où vient le mal” », L’Homme [En ligne], 226 | 2018, mis en ligne le 20 juin 2020, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/31543 ; DOI : 10.4000/lhomme.31543

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

École des hautes études en sciences sociales – Laboratoire interdisciplinaire Solidarités, sociétés, territoires (LISST-CAS), Toulouse – jean-pierre.cavaille@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals