Navigation – Plan du site
Études & Essais

Penser l’anthropologie de la Baltique

Rethinking Anthropology of the Baltics
Émir Mahieddin
p. 67-102

Résumés

Émir Mahieddin, Penser l’anthropologie de la Baltique. — Depuis le tournant des années 2000, on voit se développer en Scandinavie comme dans les pays baltes, une anthropologie de la Baltique. Cet article, envisagé comme une synthèse de la manière dont a été pensé cet espace, revient sur sa genèse en tant que spécialisation géographique pour les anthropologues tout en proposant des pistes de recherches pour son développement. L’auteur décrit l’existence d’un système de différenciation baltique qu’il considère comparable au système méditerranéen, articulant des imaginaires à la fois spatiaux et temporels, encourageant à regarder la Baltique comme un « chronotope ». Il plaide pour une conception des aires culturelles basée des divisions géographiques souples, et appelle au renforcement de l’anthropologie de l’Europe par la cristallisation d’un champ septentrional d’études ethnographiques structuré autour de la mer Baltique. Ce dernier servira de contrepoint comparatif à l’anthropologie de la Méditerranée.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Des aires culturelles revisitées
La “Méditerranée du Nord”
De Norden à la Baltique : vers un optimum de diversité
La Baltique : une mer “entre les terres”
Le précédent méditerranéiste : l’aire comme système schismogénique
L’invention d’une Baltique des ethnologues
Les conditions d’émergence de la Baltique des ethnologues
Les obstacles disciplinaires : une Baltique morcelée
La Baltique : une aire entre les aires
Un système chronotopique
Géographies morales de la mer
L’aire comme terrain : ethnographie multisituée et polytopographie
Réflexivité territoriale

Aperçu du texte

6 septembre 2003. Je suis arrivé il y a deux jours à Stockholm. Ove, un ami qui m’accueille chez lui, me fait visiter le centre-ville. Nous descendons du métro à la Gare centrale et marchons vers le quartier de Gamla Stan, la vieille ville. Après avoir arpenté ses rues pavées, parsemées de boutiques et d’échoppes pour touristes où s’achètent les souvenirs de Stockholm, nous arrivons sur l’avenue de Söder Mälarstrand, qui donne sur le Riddarfjärd, baie lacustre qui irrigue la capitale. Nous sommes à quelques encablures de l’endroit où prend naissance le « torrent de Stockholm » (Stockholms Ström), quand les eaux du lac Mälar se jettent dans la Baltique. En bon guide, Ove émaille la visite d’anecdotes. Arrivés au port, nous voyons l’île de Kungsholmen de l’autre côté de la rive, d’où jaillit la tour de la mairie de Stockholm. Image pittoresque : des bateaux à moteur des années 1930 circulent dans la baie. Cette vue, raconte-t-il, a été « la première vision du monde libre » que l’un de...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Émir Mahieddin, « Penser l’anthropologie de la Baltique », L’Homme, 226 | 2018, 67-102.

Référence électronique

Émir Mahieddin, « Penser l’anthropologie de la Baltique », L’Homme [En ligne], 226 | 2018, mis en ligne le 20 juin 2020, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/31607 ; DOI : 10.4000/lhomme.31607

Haut de page

Auteur

Émir Mahieddin

Uppsala Religion & Society Research Centre, Uppsala (Sweden) — emir.mahieddin@crs.uu.se

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals